Navigation – Plan du site
Politique de la recherche

Archéologie, patrimoine culturel et datation par le carbone 14

Synthèses des tables rondes du 22 mars 2002
Jean-Pierre Daugas
p. 50-52

Texte intégral

1On rappellera que les intervenants étaient conviés à démontrer la nécessité d’une nouvelle chaîne de datation par smadédiée à l’archéologie et à l’histoire de l’art ainsi qu’à illustrer l’exigence méthodologique et la rigueur scientifique à même de fonder ce programme. La difficulté à séparer la matière des communications individuelles et des débats développés par chaque table ronde, la richesse même des discussions conduites, incitent à présenter ici l’ensemble des points forts abordés dans l’un et l’autre cadre.

2En premier lieu, comme l’avait déjà montré le déroulement du troisième congrès international « 14C et archéologie », à Lyon en 1998, le couple de dateurs archéologue et physicien est devenu une réalité opérationnelle qui, d’ailleurs, tend fréquemment à s’enrichir d’un troisième partenaire en la personne du naturaliste. Dès lors, les datations répondent à des questionnements archéologiques précis et le choix des échantillons à des exigences méthodologiques fortes. En conséquence, il apparaît que lorsque la pratique interdisciplinaire est affirmée, se développe une réflexion aboutie en matière de datation numérique: ainsi en va-t-il de l’étude des périodes paléolithiques, stimulée par l’absence de toute référence à une trame historique et évènementielle.

3Certes la réponse aux questions posées ne relève pas exclusivement de la technologie Sma, mais la réunion a, une fois encore, donné l’occasion d’ouvrir un débat de fond. Ainsi parait-il désormais acquis par l’ensemble des partenaires que l’obtention de dates fiables est conditionnée par :

  • la sélection d’échantillons représentatifs, homogènes et rigoureusement choisis ;

  • des protocoles de prélèvements communs, répondant aux critères de chaque discipline concernée ;

  • des questionnements archéologiques précis en cohérence avec le cadre pétrostratigraphique et la dynamique sédimentaire.

4De même, pour toutes les périodes concernées par le champ de l’archéologie et de l’histoire de l’art, ressort avec force la nécessité d’obtenir des référentiels à valeur chrono-typo-culturelle rapportés à des aires géographiques pertinentes: échelons régional, interrégional, national, international. Sachant que les corpus de dates actuellement disponibles pour des périodes comme le Néolithique ou le Tardiglacaire sont déjà anciens aux plans méthodologique (type et mode de recueil des échantillons) et technologique (type de mesure et mode de comptage), l’accord se fait sur la nécessité d’actualiser ces bases de données à l’exemple de ce qui a déjà été fait pour la fin des Temps glaciaires dans les Alpes du Nord ou dans le Bassin parisien.

5À cet égard, les outils conceptuels évoluent: si les Projets collectifs de recherche (Pcr) sont performants à l’échelle régionale, il apparaît que les nouvelles Actions collectives de recherche (Acr) seront plus adaptées pour les entreprises interrégionales ou nationales, et ce d’autant plus qu’elles permettront de répondre à une logique de fléchage d’options prioritaires. L’évaluation par une commission interinstitutionnelle telle que le Conseil national de la recherche archéologique (cnra) parait, à cet égard, offrir une perspective plus satisfaisante qu’un simple comité spécialisé comme celui qu’avait connu le premier Tandétron.

6En matière de restauration et d’expertise des œuvres d’art ou des matériaux anciens, la demande est également très forte, au carrefour des disciplines archéologiques et muséographiques, bénéficiant aussi de l’interdisciplinarité étendue des pratiques.

Table ronde « Paléolithique »

7Hélène Valladas souligne l’importance de l’apport de la calibration des mesures d’âge par le radiocarbone: par la dendrochronologie jusqu’à 11 400 ans ; sur la base, plus rare, des coraux jusqu’à 27 000  ans. Même si l’interprétation exacte des dates obtenues demeure actuellement impossible pour les périodes anciennes (jusqu’à 40 000/ 42 000 ans), il importe de poursuivre les mesures expérimentales sur des échantillons fiables et représentatifs.

8À cet égard, Jacques Evin fait connaître qu’il cherche à intervenir sur des sites de la transition Paléolithique moyen/supérieur à stratigraphies très contractées, afin de tester l’homogénéité de la distribution du 14C. Pour sa part, Jacques Jaubert souligne la carence des données concernant la séquence fin du Pléistocène moyen/Pléistocène supérieur, et propose de profiter du nouvel équipement pour tenter un programme systématique de croisement méthodologique 14C/ Esr/K-Ar/ Tlà l’exemple de ce qui a été engagé sur le site de « Chez Pinaud », à Jonzac (Charente).

9On attire l’attention sur l’intérêt des démarches croisées en biogéochimie (teneurs isotopiques du carbone et de l’azote) et des datations par Smasur un même extrait collagénique (travaux de D. Drucker, H. Bocherens et A. Mariotti) pour la caractérisation des évolutions paléo-environnementales et paléo-alimentaires des herbivores. F. Delpech évoque l’appréciation fine de l’évolution de la biomasse animale (exemple du Renne et de ses pseudo isolats tardifs). Pour M. Fontugne et J. Evin, ces problématiques conduisent à rechercher un équilibre entre travaux de recherche et prestations de service.

10B. Valentin insiste sur la nécessité de séquencer, par période de cinq siècles, les quatre millénaires du Tardiglaciaire : actuellement l’échelle du temps court échappe aux préhistoriens et peut conduire à une confusion entre cycles temporel et rythmes marqués par la saisonnalité. Il suggère donc la datation systématique, à l’échelle européenne, d’innovations techniques ayant valeur de marqueur (sagaies aurignaciennes, industries osseuses magdaléniennes autour de 14 000 BP, harpons aziliens…).

11F. Audouze souhaite que l’on débouche sur des préconisations précises à destination des archéologues quant aux matériaux à éviter (coquilles marines par exemple). Elle préconise également la mise en œuvre de nouveaux croisements méthodologiques destinés à fiabiliser les mesures d’âge pour les époques correspondant aux plateaux de la courbe de calibration (calibration du taux d’épimérisation de l’isoleucine jusqu’aux environs de 25 000 BP par exemple).

Table ronde « Néolithique et Protohistoire »

12À l’heure actuelle, la sériation de la céramique imprimée du Néolithique ancien en Méditerranée occidentale est obtenue sur des dates par Smaaffectées d’un écart-type inférieur à 100 ans et met en évidence un synchronisme apparent entre l’Italie du Sud, la Ligurie et le Languedoc. D. Binder fait valoir la portée de l’enjeu visant à obtenir des résolutions plus fines dans un cadre international. Parallèlement le corpus des mesures fondant la périodisation interne du Danubien devrait être revu. Il conviendrait aussi de revenir sur les datations concernant les interactions entre les derniers chasseurs et les premiers agriculteurs. Enfin, en Méditerranée orientale, il reste à trancher la question du synchronisme entre Ppna sud et Ppnbnord. Pour mener à bien ces entreprises dans la plus grande sûreté méthodologique, D. Binder insiste sur la nécessaire mise au point de protocoles de prélèvements et sur la critique archéologique des échantillons. Plusieurs mesures devraient être obtenues sur chaque fait élémentaire de façon à engager des calculs statistiques légitimes. Une grande attention devra être portée aux impacts anthropiques sur les stratigraphies : les lacunes sédimentaires devront être décelées et les niveaux à palimpsestes devront être périodisés.

13Pour l’aire moyen-orientale, S. Cleuziou fait valoir le rejet psychologique d’une partie de la communauté des protohistoriens vis-à-vis des datations numériques: les égyptologues, comme les archéologues du Proche-Orient, se réfèrent aux calendes dynastiques en arguant de la précision de ces successions et de leur convergence avec la trame historique. On sait cependant que de telles chronologies ne sont pas exemptes de critiques objectives et le recours à la technologie Sma, par sa commodité d’emploi sur de faibles masses, devrait peu à peu apparaître comme une alternative.

14Un préalable semble résider dans la conduite d’une discussion sur la validité des supports et la représentativité d’échantillons groupés en vue de dates très ciblées. A. Caubet conforte cette approche et fait valoir la nécessité du dialogue avec les conservateurs des collections: la technologie Smadoit permettre de nouveaux échantillonnages peu vulnérants pour les objets. Elle met également en avant l’intérêt de cadres paléo-environnementaux bien calés chronologiquement pour des essais de modélisation de l’occupation du territoire tels que le programme Archéomédès. L’accord se fait également sur les besoins en datations visant à fixer les termes de la diffusion des espèces animales domestiquées.

Table ronde « Antiquité et Moyen Âge »

15D’emblée C. Peyre met en avant l’idée que l’étude de la transition Protohistoire/ Histoire fasse l’objet d’un programme prioritaire: la typologie conduit à des sériations très fines mais souvent divergentes avec les données historiographiques. Il y a là un problème irritant susceptible d’être éclairci par des datations directes sur des inclusions organiques ou des résidus carbonés prélevés dans les objets mêmes. Les physiciens font toutefois valoir qu’un tel affinement des mesures ne pourra être recherché qu’en dehors des limites du plateau des viie-vesiècles av. J.-C.

16J. Burnouf insiste sur la responsabilité de l’archéologue dans la diagnose stratigraphique et dans l’élaboration du questionnement archéologique. À cet égard, elle propose l’élaboration d’un protocole interdisciplinaire de collecte des échantillons (séquençage des logs stratigraphiques des tourbières par exemple) et souligne le besoin d’une assistance méthodologique de la part des physiciens quant au choix des supports et des méthodes.

17Pour la période médiévale, des priorités thématiques ressortent: sur les sociétés artisanales (travaux miniers, métallurgie, charbonnières…), les nécropoles, le bâti et les cadres environnementaux. Une place particulière devra être faite au calage des séquences dendrochronologiques régionales, susceptibles de déboucher sur une meilleure perception de l’organisation de l’espace.

18L’accord se fait donc sur une rationalisation des approches dans un cadre interdisciplinaire. Les besoins sont clairement exprimés et la technologie des datations par Smaapparaît comme susceptible de faciliter l’échantillonnage et le renouvellement des référentiels. Un fait essentiel réside également dans l’émergence d’une politique interinstitutionnelle volontariste, fondée sur des incitations financières, et susceptible de permettre de mener plus rapidement à bien le renouvellement des données et l’ouverture à de nouvelles thématiques. Le rôle des Actions collectives de recherche sera probablement fondamental en ce domaine durant les prochaines années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Daugas, « Archéologie, patrimoine culturel et datation par le carbone 14 », Les nouvelles de l'archéologie, 107 | 2007, 50-52.

Référence électronique

Jean-Pierre Daugas, « Archéologie, patrimoine culturel et datation par le carbone 14 », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 107 | 2007, mis en ligne le 04 février 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/496 ; DOI : 10.4000/nda.496

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Daugas

Inspecteur général de l’archéologie, direction de l’Architecture et du Patrimoine – Inspection générale de l’Archéologie, 4, rue d’Aboukir - 75002 Paris
jeanpierre.daugas@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org