Navigation – Plan du site

Carte archéologique de la Gaule : le Val-d’Oise

Olivier Puaux
Référence(s) :

Carte archéologique de la Gaule  : le Val-d’Oise

Monique Wabont, Franck Abert et Didier Vermeersch

Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme et Académie des inscriptions et belles-lettres, 2006, 495 p.

2006

Texte intégral

1Ce pré-inventaire archéologique du département du Vald’Oise est un des volumes de la collection dirigée par Michel Provost, professeur d’histoire à l’université d’Avignon. C’est une coédition des éditions de la Maison des sciences de l’homme avec l’Académie des inscriptions et belles-lettres, le ministère de la Culture et le ministère de la Recherche. Il dresse un catalogue très complet des découvertes archéologiques datées de l’âge du Fer jusqu’au début du Moyen Âge faites dans ce département depuis le xixe siècle.

2Suivant l’usage de cette collection, le volume débute par une bibliographie exhaustive qui rassemble près de deux mille références réparties en deux parties dont l’une, dite « annexe », regroupe l’ensemble des rapports de fouilles, de prospections, les Documents finaux de synthèse (Dfs) et l’ensemble des notes recueillies par les auteurs au sein du service régional de l’archéologie en Île-de-France jusqu’à la fin de l’année 2005.

3L’ouvrage se poursuit par six chapitres d’égale longueur auxquels ont collaboré divers auteurs issus du service départemental d’archéologie du Val-d’Oise (Sdavo) et du service régional d’archéologie (Sra) d’Île-de-France.

4Le premier chapitre traite du cadre géographique de ce département de superficie modeste, créé en 1967 à la suite du découpage administratif de la région parisienne, en remplacement de l’ancienne Seine-et-Oise. Les descriptions du milieu naturel présentées d’une manière concise par Patrice Rodriguez sont illustrées de deux cartes sur le relief et l’hydrographie.

5Bertille Danion aborde ensuite l’histoire des recherches archéologiques menées dans le Val-d’Oise depuis le début du xixsiècle. On y découvre, en particulier, une « carte archéologique des rives de la Seine et de l’Oise » datée de 1889. On fait également connaissance avec les principaux protagonistes de ces découvertes : sociétés savantes, associations, personnalités telles que Paul Guégan de l’Isle, Arman Cassan, Léon Plancouard, ou Jacques Sirat parmi les chercheurs les plus connus.

6Sandrine Robert et Monique Wabont dressent l’état des connaissances actuelles sur le réseau routier de l’époque gallo-romaine. Chaque itinéraire mentionné par les sources anciennes, par les prospections aériennes ou par des observations archéologiques fait l’objet d’une présentation qui renvoie à une carte générale sur laquelle manquent toutefois les principales villes actuelles du département. On découvre, parmi les principaux itinéraires, les chaussées dites de « Jules-César » et de « Brunehaut ».

7Une vision actualisée du Val-d’Oise à l’âge du Fer nous est offerte par Alain Bulard. Il remarque, à juste titre, que si les nombreuses opérations archéologiques préalables aux travaux d’aménagement ou à l’exploitation des carrières menées dans ce département depuis quelques années sont venues enrichir nos connaissances pour le second âge du Fer, il existe un « réel hiatus documentaire », en revanche, pour le premier âge du Fer.

8Dans leur présentation du Val-d’Oise gallo-romain, Didier Vermeersch et Monique Wabont posent comme postulat de départ que le département ne correspond à aucun diocèse médiéval et que cette zone géographique se trouvait aux confins du territoire de plusieurs tribus gauloises. Les connaissances générales sur cette période sont aujourd’hui assez pauvres, mais des fouilles récentes ont permis de mieux connaître les quelques agglomérations secondaires, principalement de l’époque augustéenne, découvertes dans le département. Les mentions d’hypocauste ou d’artisanat sont assez nombreuses, les nécropoles en revanche, généralement datées du Bas-Empire, restent rares.

9Par comparaison, l’époque mérovingienne, présentée par Frank Abert, s’avère assez bien représentée dans le Val d’Oise. Depuis le début des années 1980, les découvertes d’habitats montrent souvent une récupération des structures antiques. L’archéologie funéraire apparaît également comme extrêmement riche avec près de 174 sites recensés.

10Enfin, le cœur de ce travail réalisé par plusieurs auteurs est l’inventaire des découvertes, dressé par commune et présenté par ordre alphabétique. Il livre un état exhaustif des recherches dans toute leur diversité grâce à l’apport des prospections pédestres et aériennes, des fouilles de sauvetage et programmées. En conclusion, ce nouveau volume de synthèse de la Carte archéologique de la Gaule offre une image scientifique rénovée et très complète du Val-d’Oise, qui ne peut qu’être accueillie très favorablement par la communauté archéologique, aussi bien les professionnels que les amateurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Puaux, « Carte archéologique de la Gaule : le Val-d’Oise », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 22 avril 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/487

Haut de page

Auteur

Olivier Puaux

Drac Île-de-France

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org