Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Cinéma, archéologie et civilisations anciennes

Charlotte Arnauld
p. 35-36

Texte intégral

1De qui l’archéologue est-il plus la victime (lui aussi) ? Des médias qui donnent si peu d’espace à son objet d’étude ? Ou bien du producteur-réalisateur d’un film à gros moyens et à grand public, qui met en scène cet objet dans une fiction avec des acteurs nécessairement bien vivants ? Le film de Mel Gibson sorti en décembre aux USa, en janvier en Europe et en Amérique latine, a rencontré moins de succès que prévu. Il pose toutefois beaucoup de problèmes, dont celui-là est peut-être mineur, mais vaut tout de même d’être soulevé.

2La minutie documentaire de l’architecture ou des parures que portent les grands prêtres, le roi, les guerriers dans ce film, est copiée des images publiées par la revue du National Geographic, elles-mêmes construites au moyen d’informations directement fournies par les archéologues mayanistes américains, dont les projets de recherche sont souvent en partie financés par le National Geographic. Elle recycle toutes sortes de détails exacts. La belle affaire ! Cette exactitude nous importune parce que ces détails sont contextualisés dans une fiction dont la structure est aberrante (on y reviendra), mais aussi tout bonnement parce qu’elle est directe. Nous sommes habitués à voir nos objets de recherche mis à distance à plusieurs niveaux. Nos Mayas sont très anciens, donc morts. Les documentaires de télévision sur les civilisations anciennes entretiennent la distance. Alors que cette fiction vise à créer des sensations simples et fortes chez le spectateur en écrasant nos distances, en rapportant tout sur le même plan (abus des gros plans) d’une façon qui nous est insupportable. N’y aurait-il de bonne fiction pour l’archéologue, qu’une fiction morte, bien découpée, bien mise en plans distincts, tout en finesse, bref, tout ce qui ennuie le grand public ? La question reste ouverte.

3Quant au fond, Apocalypto met à plat une vision extrêmement cruelle de la civilisation maya ancienne – ne parlons pas de « violence », c’est trop banal. Voilà qui n’arrange pas notre malaise d’archéologues avec la chair fraîche. La cruauté semble incrustée dans toute approche cinématographique des systèmes politiques anciens, qu’ils soient égyptien ou maya ou simplement « moyenâgeux » : ces gens-là n’existaient que pour se faire souffrir les uns les autres et la modernité s’incarne absolument dans le respect général des droits de l’Homme, tel qu’on le connaît maintenant. Passons. Et répétons que les interactions sociales dans les sociétés inégalitaires ou égalitaires, y compris dans la nôtre, sont à situer dans leur contexte symbolique, religieux, rituel et cosmologique. En d’autres termes, l’humanité fait ce qu’elle peut et les archéologues essaient de restituer honnêtement tous les aspects du passé.

4Justement, venons-en à la structure de la fiction Apocalypto. Elle reconstruit la culture maya yucatèque du xve siècle au moyen d’obsessions qui sont typiques du début du xxie siècle sur le continent américain. Montrer des « Mayas de la forêt » ignorants des « Mayas des villes » au xve est absurde, mais cette opposition des bons « campagnards » victimes des « urbains » corrompus renvoie à notre vieux cliché occidental du bon sauvage et de la décadence urbaine, ce dernier motif étant encore très puissant aux États-Unis où la ville demeure la cause morale profonde de tous les maux. Et inévitablement, Gibson développe dans ce cadre le combat hollywoodien du bon contre le méchant, avec son sadisme habituel. Enfin, le film illustre un problème qui concerne surtout les sociétés américaines, y compris, mais pas seulement, celle des USa : comment rendre compte de la destruction des cultures amérindiennes, dont la dimension de génocide est indéniable, dans un contexte de post-colonialisme et de terrorisme ? Les interventions occidentales passées sont à comprendre pour justifier les présentes et les futures. Si les Mayas connaissaient une décadence si cruelle au xve siècle avant la Conquête espagnole, « nul doute qu’elle [la Conquête] n’ait eu, pour les populations, le caractère d’une délivrance » (Michel de Jaeghere, Éditorial, Les Mayas. Les mystères d’un monde perdu, Hors série du Figaro, décembre 2006 : 3).

5Les archéologues mayanistes américains et européens affirment que le cas maya est fort mal choisi de ce point de vue. Mais d’abord posons que, contrairement à bien d’autres sociétés américaines, celles des Mayas n’ont pas disparu. Elles ont été parmi les plus résistantes au colonialisme espagnol de tout le continent américain, le dernier royaume maya combattant encore les troupes espagnoles en 1697 à Tayasal (Guatemala). Elles ont récupéré de la catastrophe démographique dès le xviiie siècle. Bien que marginalisés dans les nations modernes, les Mayas sont maintenant plusieurs millions à parler des langues mayas dans quatre pays d’Amérique centrale. Espérons que les informations divulguées par les médias à l’occasion de ce film ont convaincu le public français que « les Mayas n’ont pas disparu ». Ni leur culture (voir A. Breton et J. Arnauld, La passion des ancêtres, le désir de durer, Paris, Autrement, 1991).

6La décadence de la période postclassique, de 1000à 1540 apr. J.-C., est la principale thèse de ce film, alors que ce paradigme de la recherche archéologique des années 1940 a été radicalement annulé par les données de terrain il y a maintenant plus de quarante ans. Depuis 1960, l’écriture maya a été déchiffrée et la grande majorité des inscriptions conservées ont été lues ou comprises. Aux xive-xve siècles, les cités mayas des basses terres (Yucatan, Mexique) et des hautes terres (Guatemala) expérimentaient un système politique aristocratique, un urbanisme et des modes d’articulation sociale plus complexes et plus efficaces que ceux des cités classiques (250- 1000 apr. J.-C.). Le système monarchique classique s’étant effondré au ixe siècle, beaucoup des villes du sud des basses terres avaient été abandonnées du fait de leur urbanisme inadapté à une conjoncture climatique (sécheresses) et sociopolitique (guerres) bien spécifique, surmontée dès le xe siècle par les villes du nord, grandes et petites. La Mésoamérique du Postclassique était en outre beaucoup plus intégrée politiquement et commercialement que celle du Classique. D’où l’introduction dans les sociétés mayas postclassiques de rituels venus du haut plateau central mexicain, comme des formes de sacrifices humains pratiquées plus couramment à cette époque qu’auparavant. Cette mort était très honorable pour tout guerrier. Il la recevait en réalité après une période assez longue de vie commune avec celui qui l’avait capturé à la guerre, pendant laquelle ce dernier s’identifiait à son captif afin de donner sens à ce don de soi-même aux dieux par substitution. Dans cette perspective religieuse, le sacrifice humain est une spécificité culturelle de tout le continent, même si les formes rituelles qu’il prenait variaient beaucoup.

7La guerre était courante au Classique comme au Postclassique. Mais Mel Gibson se réfère (inconsciemment ?), dans la scène du raid de capture sur le campement forestier idyllique des chasseurs, en fait assez exactement aux massacres commis par l’armée américaine dans les villages indiens vers la fin du xixe siècle et à ceux de l’armée guatémaltèque dans les villages mayas dans les années 1980 (plus de 200 villages détruits). Qui est la victime de qui ?

8Certes, les fictions cinématographiques se font librement et doivent plaire au grand public. Certes, les archéologues ne sont pas propriétaires de leur objet d’étude. Mais si nous, mayanistes, ne disons pas que, dans cette fiction-là, les Mayas anciens servent de prétexte pour régler des problèmes propres à l’Occident moderne, non pas en raison de la nature de leur histoire, mais parce que les avocats des Mayas contemporains sont peu de chose face à ceux du film, qui le dira ?

9Nanterre, le 28 février 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Arnauld, « Cinéma, archéologie et civilisations anciennes », Les nouvelles de l'archéologie, 107 | 2007, 35-36.

Référence électronique

Charlotte Arnauld, « Cinéma, archéologie et civilisations anciennes », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 107 | 2007, mis en ligne le 22 avril 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/477 ; DOI : 10.4000/nda.477

Haut de page

Auteur

Charlotte Arnauld

Cnrs, Umr 8096 « Archéologie des Amérique »
charlotte.arnauld@mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org