Navigation – Plan du site
Politique de la recherche

Artemis nouveau spectromètre de masse par accélérateur pour la mesure du 14C

Nathalie Vidal
p. 41-47

Texte intégral

1Inauguré le 8 avril 2004 au centre Cea de Saclay par le Cnrs, le Commissariat à l’énergie atomique, le ministère de la Culture et de la Communication (Mcc), l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (Irsn) et l’Institut de recherche pour le développement (Ird), le nouvel équipement Artemis (Accélérateur pour la recherche en sciences de la terre, environnement, muséologie, implanté à Saclay) doit permettre d’analyser plus de 4 000 échantillons par an.

2Ce projet ambitieux, lancé en 1998, a pour objectif de répondre quantitativement et qualitativement aux besoins des laboratoires opérant dans le domaine de l’environnement et du climat, mais aussi de la communauté archéologique et muséographique.

3Le Tandétron, installé à Gif-sur-Yvette (Essonne) au début des années 1980, était consacré à la mesure du 14C pour environ la moitié de son temps et à celle d’autres radio-isotopes pour l’autre moitié. De ce fait, il ne parvenait à traiter que 10 % des 1 000 demandes de datation émanant chaque année du domaine large de l’archéologie française. Or, les attentes des laboratoires opérant dans le domaine de l’environnement et du climat, ainsi que celle de la communauté archéologique et muséographique, ont été collectivement estimées à environ 4 500 mesures par an.

ARTEMIS une machine de nouvelle génération

4L’intuition et les travaux de L. Libby en 1949 concernant la mesure du 14C résiduel – qui lui valurent d’ailleurs le prix Nobel en 1960 – ont donné lieu à de nombreux perfectionnements depuis, notamment grâce à la technologie SMA, fondée non plus sur la radioactivité d’un échantillon mais sur le comptage des atomes de 14C qu’il contient.

5Apparue dans les années 1980, cette méthode a autorisé des avancées majeures. Aujourd’hui, les caractéristiques d’Artemis (machine Pelletron 3 MV de nouvelle génération fabriquée et installée par la société américaine National Electrostatics Corporation) permettent d’améliorer encore les performances de la technologie SMA et autorisent des mesures sur des échantillons d’un poids inférieur au milligramme de carbone au lieu de plusieurs grammes. Ils sont donc mille fois moindres que ceux nécessaires à une datation classique avec, en outre, une très grande rapidité d’exécution. Actuellement les temps de comptage pour un appareil de technologie smA sont évalués à moins d’une heure au lieu de plusieurs jours, voire plusieurs semaines, sur des machines conventionnelles.

Des applications multiples

6Mesurer le 14C trouve des applications dans de multiples domaines. Par exemple, en analysant les carottes glaciaires et sédimentaires ou des échantillons d’eau, on peut reconnaître les variations des paléotempératures et préciser leur enchaînement chronologique durant le Quaternaire récent. Cette connaissance est indispensable à la compréhension de l’évolution du système climatique. De même, par le biais de la datation des coquilles fossiles, la mesure du 14C permet la restitution de la circulation océanique passée et l’étude de la répartition des eaux profondes en relation avec les grandes variations climatiques. Dans le domaine des sciences de la terre, la datation au 14C ouvre à l’étude de la fréquence des événements volcaniques ou sismiques ainsi qu’à la prévention des risques.

7En matière environnementale, elle permet de tracer les émanations radioactives et d’apprécier l’impact de l’activité humaine actuelle et passée sur le milieu, car le 14C est, avec d’autres isotopes, un marqueur du cycle biogéochimique du carbone. Ce dernier est une clé pour l’étude du système climatique et représente un thème central dans la problématique actuelle de l’effet de serre. Plus prosaïquement, le dosage du radiocarbone est également utile aux services de la répression des fraudes pour authentifier le millésime d’un alcool ou contrôler l’origine naturelle d’un arôme. Enfin et surtout, dans le domaine de l’archéologie, les enjeux en matière de datation numérique sont nombreux et déterminants, car mesurer la teneur en 14C de matériaux archéologiques permet d’apprécier des âges pouvant remonter jusqu’à 35 000 ans en routine et 40 000 voire 50 000 ans de manière expérimentale. La mesure du 14C a plusieurs fois permis de dater les plus anciennes manifestations artistiques pariétales de l’histoire humaine dans les grottes ornées. Plus globalement, elle permet d’envisager la constitution de nouveaux référentiels chronologiques, calibrés et exprimés en années solaires, par l’actualisation des corpus de datation autorisant le découpage des grandes périodes chrono logiques ou culturelles tant de la Préhistoire et de la Protohistoire que de l’Antiquité et de l’époque médiévale.

Un important partenariat institutionnel financier et scientifique

8En 2001, une convention permettant l’acquisition en commun de la machine et son installation dans un environnement scientifique et technique performant a été signée entre les cinq partenaires. Le Centre national de la recherche scientifique (Cnrs), le Commissariat à l’énergie atomique (Cea) l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (Irsn) et l’Institut de recherche pour le développement (Ird) se sont associés pour l’achat de l’équipement Artemis et ont sollicité le ministère de la Culture et de la Communication (mission de la recherche et de la technologie, Mrt), au même titre que l’Institut national des sciences de l’univers (Insu) et le département des sciences chimiques du Cnrs, pour contribuer à l’investissement à hauteur de 0,255 million d’euros hors taxe. Cet engagement financier important a décidé de la participation, déterminante, du conseil régional d’Île-de-France par une subvention de 0,45 million d’euros.

9Au cours du dernier trimestre 2002, l’accélérateur a été installé dans les locaux du Cea à Saclay, et son étalonnage a débuté au premier trimestre 2003 dans le cadre d’une unité mixte de service créée à cet effet : le Laboratoire de mesure du carbone 14. L’Ums 2572-Lmc14, créée le 17 novembre 2003, associe une nouvelle fois les cinq partenaires dans son équipe constituée de personnels originaires de plusieurs institutions. Pour sa part, le Mcc, au travers du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2rmf) participe au fonctionnement de l’Ums 2572 en mettant à sa disposition un ingénieur de recherches à temps partiel, tandis que la mission de la recherche et de la technologie (Mrt/ Ddai/Mcc) mobilise, depuis octobre 2005, un assistant ingénieur à temps plein pour la graphitisation des échantillons. Cette ums est majoritairement implantée à Saclay, dans les locaux qui accueillent Artemis.

10La mise en œuvre des orientations scientifiques du Lmc14 est définie par l’ensemble des partenaires au sein d’un comité de direction siégeant ordinairement une fois par an. La tâche du Lmc14 est de gérer le fonctionnement, le développement et la maintenance de l’équipement ainsi que des installations connexes, en fonction des droits d’usage détenus par chaque partie au prorata de son investissement initial et dans le cadre des programmes de recherche menés par chacune d’entre elles ou par ses ayants droit. Pour le ministère de la Culture, la participation de certains de ses agents au fonctionnement de la structure a conforté ses droits d’accès sans frais supplémentaires (tableau et graphique 1).

11Artemis est une machine dédiée à une planification nationale des mesures d’âges par Sma, et dont l’objectif est de coordonner les demandes des principales disciplines consommatrices d’analyses 14C dans les domaines des sciences de l’homme et des sciences de l’univers, dans le cadre d’une programmation scientifique équilibrée et optimisée en matière de datation absolue.

Tableau 1

Institution

Part

nombre de droits annuels

cnrS/inSU

24,0 %

1083

cnrS/ShS

22,2 %

1 000

cnrS/Chimie

4,2 %

190

mcc (DaPa/Dmf)

7,1 %

320

irD

8,5 %

382

irSn

8,5 %

382

cea

25,4 %

1143

Total des droits annuels sur artemiS

4 500

Graphique 1

Graphique 1

Répartition des « droits-machine » entre les partenaires en fonction de la participation au projet

Mise en place des procédures de programmation

12Pour la réalisation de dates sur un spectromètre, une préparation des échantillons en deux étapes est requise.

13La première nécessite que l’on transforme la matière collectée en gaz carbonique (CO2). Pour réaliser cette préparation chimique, l’Insu le Cea, l’ird et l’irsn ont mis en place une équipe de préparation directement rattachée à l’ums mais géographiquement localisée sur le campus du Cnrs à Gif-sur-Yvette, dans les locaux du laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (Lsce), afin de bénéficier de son expertise.

14Les secteurs de l’archéologie et des musées, quant à eux, ont choisi de réaliser leurs préparations en s’appuyant d’une part sur les capacités du C2rmf pour la direction des musées de France et, d’autre part, sur celle du Centre du radiocarbone de Lyon (Umr conventionnée 5138 « Archéométrie et archéologie ») pour le ministère de la Culture et le Cnrs-Shs. Cette dernière organisation a conduit les partenaires développer une collaboration plus spécifique.

Le partenariat Cnrs/Mcc

15Depuis 1987, la sous-direction de l’archéologie a engagé une politique volontariste de soutien aux analyses de laboratoire à hauteur de 0,30 million d’euros dont 17 % environ ont été consacrés aux datations par le radiocarbone. Au total, ce sont 150 mesures d’âges radiocarbones « classiques » qui ont été ainsi annuellement financées, soit une moyenne d’une date par fouille programmée, toutes périodes confondues.

16Aujourd’hui, au prorata des investissements et des apports en personnels, le ministère de la Culture dispose d’un droit aux analyses 14C correspondant à 320 échantillons/ an répartis en deux lots égaux entre la direction de l’architecture et du patrimoine (sous-direction de l’archéologie, ethnologie, inventaire et système d’information – Sdarchetis –, soit 160 droits d’usage) et la direction des musées de France (C2rmf, soit 160 droits d’usage).

17Un accord entre le département sciences de l’homme et de la société (shs) du cnrs et la Sdarchetis a été concrétisé par la signature d’une convention de partenariat en septembre 2004. Cette convention, établie pour trois ans et renouvelable par avenant, organise la rétrocession de 300 droits du shs vers la Sdarchetis, essentiellement dans le cadre des umr conventionnées. En contrepartie, la sous-direction fait appel à l’umr 5138 « Archéométrie et archéologie. Origine, datation et technologies des matériaux » (Laboratoire du radiocarbone – Cdrc de Lyon) pour la transformation des échantillons en CO2. Une convention de partenariat entre le mcc (Dapa/Sdarchetis), la direction du Cnrs et l’Umr 5138, adossée à la convention cadre, a été établie en octobre 2004. Dans le cadre de cet accord, la Sdarchetis offre la possibilité d’effectuer des datations smA sans coût direct pour le demandeur. À cette occasion, le cnrs a affecté un poste supplémentaire à cette unité de recherche, afin d’assurer le secrétariat du programme de datation et le développement de la base de données informatique en résultant.

18Parallèlement à ces accords, le département chimie du Cnrs rétrocède libéralement au C2rmf 190 droits d’usage sur Artemis correspondant à la part d’achat de la machine, et ce dernier assure lui-même la préparation des échantillons qu’il programme en propre.

19En définitive, ce sont 460 droits aux analyses qui existent désormais pour la sdarchetis (160 + 300) et 350 droits pour la Dmf/ C2rmf (160 + 190), totalement dédiés à la seule mesure d’âge SMA, et dont la programmation devra transiter par les comités d’experts propres au ministère de la Culture.

20Le Shs du Cnrs propose, quant à lui, une offre directe de 700 dates SMA dans son réseau d’unités de recherche.

Le traitement des échantillons

21Afin de répondre efficacement à cette programmation spécifique, le Centre du radiocarbone de Lyon a mis en place, dès l’année 2003, un nouvel équipement qui lui permet de tripler sa capacité de préparation des petits échantillons, par l’installation d’une procédure semi-automatisée. Le procédé vise, tout d’abord, à débarrasser les échantillons des contaminations qu’ils ont pu recevoir durant leur enfouissement. Pour les échantillons spécifiques tels que l’os, un lyophilisateur traite plus efficacement le collagène. Une ligne de préparation automatisée autorise ensuite la transformation des échantillons en CO2, en optimisant la combustion rapide et complète de grandes séries, puis en collectant les gaz de combustion au moyen d’un système de commande informatique interactif avec les différentes parties de l’installation.

22La deuxième étape du traitement des échantillons s’effectue, quant à elle, sur le site où travaille l’équipe de l’Ums 2572-Lmc14 et se décompose en plusieurs phases. La première est celle de la graphitisation des échantillons de CO2 : jusqu’à cette année, six échantillons pouvaient être graphités simultanément, mais une deuxième rampe, actuellement en construction, permettra une amélioration importante du rendement. La deuxième étape est la fabrication des cibles de mesure, que l’on appelle aussi « l’activité de pastillage ». Enfin, la dernière est celle de la mesure proprement dite et de la rédaction du rapport d’analyse qui est retransmis aux laboratoires préparateurs.

Conseils scientifiques de programmation

23La convention de fonctionnement de l’umsstipule que chaque organisme participant doit nommer un comité de programmation qui transmet tous les trimestres à l’ums ses besoins en analyses et sélectionne les programmes de recherche nécessitant des datations.

24Si un premier groupe de travail interne à la Sdarchetis a été mis en place de manière informelle dès 2004, en février 2006, un comité de programmation des mesures a été installé sur la base d’une représentation croisée des institutions (Shs du Cnrs et Mcc). Ses membres ont été désignés par les représentants des institutions concernées et une demande de participation a été adressée à l’inrap pour la désignation de deux représentants.

25Parallèlement, le département shs a créé son propre comité dans lequel sont accueillis deux experts du mcc afin de favoriser la circulation de l’information relative aux dossiers communs.

26Cet échelon commun a pour tâche de garantir la traçabilité et la programmation de soumission de chaque échantillon passant par la filière « archéologie-Artemis ». Il est aussi le garant du retour de l’information vers l’ensemble des services déconcentrés et de leurs partenaires. Enfin, sa tâche est de dégager une vision nationale en matière de datation numérique et d’organiser la ressource en vue d’élaborer des programmations effectives et harmonisées.

27Le comité se réunit suivant un calendrier trimestriel d’ores et déjà arrêté (tableau 2).

28Enfin, à l’échelon du ministère de la Culture, un comité de pilotage coordonné par la mrt est constitué de deux experts nommés par la Sdarchetis : un inspecteur général de l’architecture et du patrimoine (archéologie) et le directeur de Centre national de préhistoire, un représentant de la sous-direction des monuments historiques (Sdmhs) ; un représentant du C2rmf ; un représentant de la Dmf ; deux représentants du Cnrs-Shs et un représentant pour le ministère des Affaires étrangères (Mae, fouilles françaises à l’étranger). Il vise à faire connaître la méthode et ses possibilités tout en assurant la plus large répartition interinstitutionnelle des droits d’usage.

Tableau 2

Tableau 2

Calendrier de travail du comité de programmation des mesures

Mise en place de la programmation nationale

29Un volant de 460 droits-machine est théoriquement disponible annuellement dans le cadre de la sdarchetis. Sur cette base, la sous-direction et le département shs du cnrs sont convenus d’une collaboration étroite autour d’une politique de recherche coordonnée incluant notamment le regroupement de tous les résultats des mesures d’âge au sein d’une base de données informatique commune. Dans cette optique, la base de données « Banque nationale de données radiocarbone pour l’Europe et le Proche-Orient » (Banadora), instituée depuis plusieurs années à l’initiative du cdrc de Lyon et de l’umr 5138, a vu, d’un commun accord, son objectif et son fonctionnement étendus à cette perspective.

30La programmation nationale proprement dite, elle, a été initiée au premier trimestre 2005 sur la base d’une répartition bipartite de 460 droits. Pour satisfaire des besoins inopinés ou permettre le lancement d’appels à projets interinstitutionnels, une réserve nationale de 100 échantillons sera conservée à l’échelon central pour être affectée aux provisions théoriques suivantes. Le tableau 3 propose un modèle de répartition des droits selon le nombre de trimestres opérationnels pour chaque année.

Tableau 3

Tableau 3

Modèle de répartition des droits selon le nombre de trimestres opérationnels pour chaque année

31Depuis 2004, année pendant laquelle la programmation et l’étalonnage de la machine étaient en phase de test, les demandes de datations réunies dans le cadre interinstitutionnel des Actions collectives de recherches (Acr) ont été prioritairement retenues pour la phase de mise en route. Cette programmation propre aux Acr a été poursuivie à l’échelon national en 2005 et 2006, et devrait être renouvelée en 2007.

32Il est toutefois important de souligner que la grande majorité des droits s’exerce dans le cadre de programmes régionaux de recherche. Depuis le premier trimestre 2005, il est ainsi proposé aux services régionaux de l’archéologie (Sra) un contingent déconcentré de droits-machine exprimé en « échantillons ». Une clé de répartition pondérée a été employée pour établir un partage équitable entre les régions. Elle fait appel à un indice de pondération interrégionale, intégrant des considérants scientifiques, élaboré en 2002 par la sous-direction de l’archéologie pour la gestion budgétaire. Ce quatrième tableau propose un modèle de répartition des droits selon le nombre de trimestres opérationnels retenu chaque année et pour chaque région (tableau 4).

33Seuls les services régionaux de l’archéologie des départements d’outre-mer ne sont pas affectés d’un indice de répartition et reprennent, provisoirement, le mode de calcul retenu pour la collectivité territoriale de Corse.

Tableau 4

Tableau 4

Modèle de répartition des droits selon le nombre de trimestres opérationnels retenus chaque année et pour chaque région

Les conditions d’une programmation sur Artemis

34Soumettre une demande, ou une série de demandes, dans le cadre d’un projet de datations sma implique, de la part des demandeurs, le respect de plusieurs conditions. En effet, s’il est effectivement prévu que chaque Sra assure le libre usage de son contingent déconcentré, il est toutefois spécifié qu’une politique incitative pourra être mise en œuvre de conserve entre le shs et le ministère de la Culture, au sein des Umr conventionnées en application de l’accord cadre Mcc/Cnrs. Les thèmes prioritaires de chaque équipe concernée pourraient impliquer un « foisonnement par convergence » entre les deux institutions et entraîner un plus grand nombre de mesures prioritairement programmées. La deuxième condition est qu’Artemis assure des mesures d’âge radiocarbone uniquement par accélérateur. Celles-ci sont impérativement réservées à des échantillons spécifiques qui ne pourraient être datés par la méthode classique, moins coûteuse.

35L’une des contraintes importante de cette programmation est aussi que les droits-machine sont annuels et ne peuvent être reportés sur l’exercice suivant : tout droit non consommé est perdu. À ce titre, le comité d’experts qui valide les programmations se réserve la possibilité de solliciter les services non consommateurs en vue de satisfaire, durant le dernier trimestre de l’année, d’éventuelles demandes excédentaires émanant d’autres régions. Enfin, chaque demande soumise au comité de programmation ne peut être présentée que si la disponibilité de l’échantillon est effective ou réalisable dans le mois. Pour terminer, il faut préciser qu’un an après leur versement dans la base de données, les résultats deviennent « libres d’accès », et donc communicables à des tiers. Cette condition sine qua non constitue une incitation forte envers les chercheurs pour une rapide et nécessaire publication princeps de leurs données, dont on retiendra ici qu’elles résultent d’un financement public.

36Depuis sa mise en service, Artemis n’a pas encore atteint sa puissance nominale de fonctionnement pour diverses raisons ; aussi le lancement de la programmation nationale en 2006 a contraint l’offre de droits d’usage à trois trimestres. Cependant, pour l’année 2007, il est prévu de fonctionner sur la base des pleins droits.

Les résultats de la programmation 2006 et les raisons du réajustement de la programmation 2007

37Pour des raisons liées à des difficultés techniques rencontrées dans le fonctionnement de la machine depuis sa mise en service en 2004, le lancement de la programmation 2006 n’a pu se faire que sur la base de trois trimestres opérationnels (voir tableaux 3 et 4). Compte tenu des délais de mise en place et d’information pour le lancement de la programmation régionale, on peut conclure que le taux de consommation en 2006 est globalement satisfaisant. Au plan quantitatif, c’est un total de 150 droits d’usage qui ont été programmés pour 156 demandes (quelques demandes ont été présentées deux fois !...). Le pourcentage d’utilisation des droits en 2006 est légèrement supérieur à la moitié (55,5 %). On peut toutefois regretter que 36 % des régions n’aient pas pris le temps nécessaire pour répondre et qu’elles n’aient pu proposer la programmation de leurs droits.

38La programmation à l’échelon central, quant à elle, a été essentiellement dédiée au soutien des programmes d’Action collective de recherche (Acr) dont l’activité doit trouver un terme et une issue sous la forme d’une publication en 2007. Au total, ce sont 63 droits d’usage qui ont été attribués à ces programmes nationaux interinstitutionnels et prioritaires.

Tableau5

Tableau5

Utilisation des droits Artemis 2006 par les régions

39Au regard de ces résultats, et des enjeux en matière de datation SMA, le département Shs du Cnrs et la Sdarchetis sont convenus de la reconduction par avenant des conventions de partenariat dans le cadre de la programmation Artemis pour trois années supplémentaires. Mais quelques réajustements dans la procédure doivent être apportés dès le lancement de la nouvelle programmation régionale 2007.

La procédure de soumission et ses évolutions

40La mise en place d’une procédure appuyée sur des conditions strictes a pour objectif de garantir une traçabilité parfaite de l’échantillon et de la demande. En 2006, la programmation lancée par le ministère de la Culture s’appuyait sur une procédure qui se déclinait comme suit : chaque demandeur s’adressait directement au sra concerné qui devait établir sa programmation. Ce dernier devait ensuite envoyer sa demande de programmation au comité Artemis/Sdarchetis qui, après attribution du numéro d’ordre, informait conjointement le Cdrc de Lyon en vue de la préparation de l’échantillon, ainsi que le Sra chargé de prévenir le demandeur dans le mois qui suivait. Aucune préconisation particulière n’a été émise en préalable à cette programmation 2006, les choix, scientifiques et stratégiques devant être essentiellement fondés sur l’appréciation des Sra. Il en va ainsi de l’évaluation archéologique et de l’expertise technique requise pour juger de la nature de l’échantillon et justifier du choix de la technologie SMA.

41Au regard des résultats de la programmation 2006, plusieurs faiblesses sont apparues et motivent un réajustement. Par exemple, la lecture du bilan annuel fait ressortir un manque d’homogénéité dans l’expertise conduite par les Sra. Les demandes sont bien souvent arrivées au comité sans aucun argumentaire expliquant le choix et précisant le contexte de ces demandes.

42Trop souvent, elles semblaient traduire une remontée de « toutvenant ». Or, c’est bien sur cette évaluation initiale que le comité doit être en mesure de s’appuyer pour caler le calendrier de traitement, s’acquitter des tâches liées à la traçabilité des échantillons, puis s’attacher au rendu national de la programmation. Des problèmes liés à l’expertise technique ont également été observés par le comité et par le laboratoire. Ils ont ainsi détecté et pointé des demandes dont les échantillons ne relevaient pas, par nature, de la technologie SMA, mais d’une datation classique dont le coût et l’investissement scientifique sont moindres pour une fiabilité et une précision équivalentes. Afin de prévenir la répétition de telles difficultés, plusieurs préconisations ont été retenues pour 2007. L’une prévoit la réalisation d’un vademecum technique par deux experts afin d’informer au mieux sur les alternatives méthodologiques. L’autre concerne un réajustement du processus de soumission des échantillons favorisant un approfondissement du dialogue entre la structure « d’expertise technique » du Cdrc de Lyon et les Sra.

43Depuis le 1er février 2007, une fiche électronique de renseignement laboratoire dédiée à la programmation sur Artemis, désormais commune au Cnrs/Shs et au ministère de la Culture, est en service sur le site du Laboratoire de radiocarbone à l’adresse suivante : http://www.mom.fr/​ceram/​artemis/​.

44Le choix de la procédure de soumission est fait par le demandeur, directement sur cette fiche. Les informations sont ensuite traitées au préalable par le laboratoire de mesure du radiocarbone également chargé de la gestion du site. Ainsi, les demandes peuvent être évaluées techniquement sur la base de leur potentiel de « faisabilité » sous technologie SMA, puis triées et retransmises au sra concerné sous forme de fichiers de tableurs reprenant l’ensemble des rubriques, éventuellement assorties des commentaires techniques appropriés. Ce premier filtre à pour objectif principal de soulager les Sra de la complexe évaluation technique de faisabilité d’une datation. Il appartient ensuite à chaque Sra de construire, sur la base de ses choix initiaux, sa programmation annuelle au prorata du nombre de droits alloués pour l’année. Il lui revient aussi de recueillir, le plus largement possible, l’avis des instances d’évaluation que sont les Cira. Ces deux consultations viennent, dès lors, soutenir la programmation déconcentrée (choix stratégique) propre à chaque région. Les demandes pourront alors être transmises au comité Artemis/Sdarchétisdirectement sous format de tableur, accompagnées de l’argumentaire du sra, et complétées des informations utiles sur les sites, les opérations et les validations scientifiques. Enfin, il incombe également au sra de fournir les informations à même de permettre la mise en relation avec patriarche, base nationale de données archéologiques.

45Après attribution du numéro d’ordre indispensable au traitement des échantillons par les laboratoires, le comité de programmation Sdarchetis informe conjointement le Sra et le laboratoire afin que le demandeur puisse envoyer son(es) échantillon(s) pour traitement dans le mois suivant au cdrc de Lyon. Le laboratoire lance alors le traitement en relation avec l’Ums 2572-Lmc14. Les informations sur l’avancée du travail et les résultats sont communiqués au demandeur par le laboratoire Cdrc de Lyon et, en même temps, ils sont versés dans la base de données informatique Artémis également gérée par ce laboratoire pour le compte du Cnrs et de la Sdarchetis.

46La dernière des nouvelles préconisations réside dans la mise en œuvre d’un cycle de formation sur les outils en matière de datation absolue. Une première vague de formation et d’information est d’ores et déjà envisagée par la préparation d’un stage de deux jours organisé par la direction de l’architecture et du patrimoine (Dapa) durant le premier semestre 2007, avec pour objectif d’informer largement sur la programmation Artemis. Il est également projeté de préparer, en collaboration avec le shs, la tenue d’une « école thématique » du Cnrs pour former et informer les archéologues.

47Depuis sa mise en service, le fonctionnement d’Artemis a rencontré des difficultés techniques, d’ordre et de nature divers, qui ont entravé de façon importante la montée en puissance des performances de la machine. À la veille du renouvellement de la convention de l’Ums 2572-Lmc14, et au regard du potentiel de cet appareil, il appartient à l’ensemble des partenaires de la communauté scientifique de s’accorder sur plusieurs points et notamment sur la stratégie scientifique à adopter pour optimiser son fonctionnement futur. Depuis plusieurs mois déjà, les comités de programmation en sciences humaines réfléchissent en commun à la définition précise de grands axes de recherches afin d’harmoniser les thèmes transversaux sur lesquels ils travaillent avec ceux des chercheurs en sciences de l’univers et du climat. La réflexion et la définition de grands axes thématiques en matière de datation absolue n’est pas un sujet nouveau en sciences humaines et préoccupe depuis plusieurs années les historiens, les archéologues et les spécialistes du patrimoine. La journée de réflexion méthodologique organisée en mars 2002 par le ministère de la Recherche (Shs du Cnrs) et le ministère de la Culture (Mrt-Dapa/Sdarchetis et Dmf/C2rmf), et dont les actes ont été publiés par le C2rmf, en est un témoignage parmi d’autres. Aujourd’hui, après l’acquisition d’un équipement aussi performant, il devient urgent de faire valoir les priorités reconnues en sciences humaines, en prenant soin de distinguer les besoins en matière de « service » d’une part et les besoins en matière de « recherche » d’autre part. Ces derniers sont d’ailleurs susceptibles de donner lieu à de futurs appels à projets dans un cadre interinstitutionnel réunissant l’ensemble des partenaires d’Artemis(Fig. 6).

Figure 6

Figure 6

Procédures de traitement d’un échantillon

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1
Légende Répartition des « droits-machine » entre les partenaires en fonction de la participation au projet
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/476/img-1.png
Fichier image/png, 38k
Titre Tableau 2
Légende Calendrier de travail du comité de programmation des mesures
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/476/img-2.png
Fichier image/png, 53k
Titre Tableau 3
Légende Modèle de répartition des droits selon le nombre de trimestres opérationnels pour chaque année
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/476/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 4
Légende Modèle de répartition des droits selon le nombre de trimestres opérationnels retenus chaque année et pour chaque région
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/476/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau5
Légende Utilisation des droits Artemis 2006 par les régions
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/476/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 6
Légende Procédures de traitement d’un échantillon
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/476/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Vidal, « Artemis nouveau spectromètre de masse par accélérateur pour la mesure du 14C », Les nouvelles de l'archéologie, 107 | 2007, 41-47.

Référence électronique

Nathalie Vidal, « Artemis nouveau spectromètre de masse par accélérateur pour la mesure du 14C », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 107 | 2007, mis en ligne le 22 avril 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/476 ; DOI : 10.4000/nda.476

Haut de page

Auteur

Nathalie Vidal

Ministère de la Culture et de la communication, Sdarchetis
Sdarchetis_nathalie.vidal@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org