Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les sociétés hiérarchisées

Le site inca de Choqek’iraw (Pérou)

Nouvelles données sur l’histoire précolombienne
Patrice Lecoq
p. 122-128

Résumés

Situé au cœur de la cordillère de Vilcabamba dans le département de Cusco (Pérou), Coqek’iraw est considéré comme un des plus importants sites inca du Pérou. Cependant, les recherches récentes semblent indiquer que son histoire à la période pré-inca a été longue et qu’il y jouait déjà un rôle symbolique important.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

archéoastronomie, Inca, textile

Index géographique :

Andes, Choqek’iraw, Choque Quirao, Cuzco, Vilcabamba
Haut de page

Texte intégral

1Considéré comme l’un des sites majeurs de la culture inca, Choqek’iraw ou Choque Quirao (le berceau de l’or, en langue quechua) est localisé dans les Andes péruviennes au cœur de la cordillère de Vilcabamba, à quelque 160 km au nord-ouest de la ville de Cuzco, à la limite des départements de Cuzco et d’Apurímac.

2De 2003 à 2006, une équipe franco-péruvienne y a mené plusieurs campagnes de fouilles. Les résultats permettent de brosser un tableau de l’histoire du site, tout en suggérant une occupation plus ancienne que celle qui lui est attribuée ; elle pourrait dater de la fin de l’Horizon moyen, entre 500 et 1000 apr. J.-C.

Choqek’iraw : un site typique des Incas

3À l’instar de sa célèbre voisine, la cité de Machu Picchu, ou d’autres sites régionaux mieux connus, le site de Choqek’iraw se compose de tout un ensemble de structures construites sur plus de 200 ha. Terrasses, plateformes, places cérémonielles, temples, entrepôts, fontaines ou canaux, reliés par d’interminables escaliers et par tout un réseau de chemins, s’étalent sur les versants abrupts de la montagne éponyme, à une altitude moyenne de 3 000 m (fig. 1 et 2 ; Lumbreras et Wust 2001 ; Lecoq et Duffait 2004).

  • 1  Ces travaux de grande ampleur, financés ces dernières années par une reconversion de la dette du P (...)

4Les vestiges de Choqek’iraw se distribuent en plusieurs quartiers urbains et périphériques, aujourd’hui répartis en treize secteurs, dont certains, toujours enfouis sous la végétation, n’ont pas été cartographiés (fig. 1). Le centre urbain est celui qui présente la plus forte concentration de vestiges et de nombreux travaux de restauration y ont été entrepris par Copesco (Convention Pérou-Unesco), l’organisme chargé de la gestion du site depuis 1993, à des fins essentiellement touristiques1 (Samanez et Zapata 1995, 1999 ; Arnaud 2004 ; Ravines 2007).

Fig. 1

Fig. 1

Plan général du site montrant les deux moitiés et les lieux fouillés par la mission française entre 2004 et 2006

Fig. 2

Fig. 2

Vue panoramique du site depuis la colline trnquée jouant le rôle d’observatoire ou ushnu

5Comme la plupart des cités incas, Choqek’iraw pourrait être organisée en deux quartiers ou moitiés, l’Hanan en haut et l’Hurin en bas (Bouysse Cassagne 1978 ; D’Altroy 2005 ; Pärssinen 1992). Le quartier du haut abrite plusieurs édifices à l’architecture soignée, liés au culte, tels que des temples et des fontaines, regroupés autour d’une place, ainsi que des terrasses et des entrepôts, dont le contenu servait probablement à ravitailler la population ou à entretenir les prêtres et les temples. Le quartier du bas réunit plusieurs grands édifices qui s’organisent autour d’une vaste esplanade. Les plus notables sont les maisons à deux étages de la place centrale et les vastes bâtisses ou kallankas, munies de plusieurs portes et de niches de forme trapézoïdale, qui faisaient vraisemblablement office de temples ou de halls de réunion lors des fêtes (Gasparini et Margolies 1980). Certains chercheurs (Zapata 2005 et 2006) pensent qu’à l’instar du temple du Soleil, à Cuzco, les niches de ces édifices auraient pu recevoir les momies – ou leurs répliques rituelles en tissu (huayquis) – de hauts dignitaires incas, lors de certaines fêtes, comme celle des morts en novembre. Les murs porteurs de ces édifices, très bien conservés, montrent encore de nombreux vestiges de pignons qui supportaient vraisemblablement une haute toiture en arête, à double pente très inclinée et recouvrant toute la surface habitable (Kendal 1976). On y accède en franchissant une porte à double jambage localisée sur la place. Cette caractéristique architecturale dénote l’importance de l’édifice et le statut élevé de ses occupants (Protzen 1994). Des fontaines, alimentées par tout un réseau de canaux, se dressent à proximité. La découverte, récente, de tombes en puits dans ce secteur central, semble conforter le rôle cérémoniel, voire funéraire, qui lui est généralement attribué.

6Plusieurs bâtisses occupent également les hauts versants d’une colline tronquée. Considérée par certains archéologues comme une plateforme cérémonielle ou ushnu, elle aurait pu faire office d’observatoire et de lieu de culte (Pino Matos 2004 ; Vivanco 2004 et 2005 ; Lecoq 2007).

7D’autres secteurs périphériques abritent des ensembles résidentiels ou artisanaux composés de structures diverses, de plan rectangulaire, agencés selon des règles précises par « opposition » ou « opposition et symétrie » (Bouchard 1983), ainsi que plusieurs édifices circulaires accessibles par des ruelles étroites et des escaliers.

8Plus de deux cents terrasses, de dimensions variables, occupent également les bas versants orientaux. Elles servaient probablement à cultiver les denrées, comme le maïs – indispensable à la population, utilisé également pour la confection de la bière ou chicha – et peut-être aussi la coca, la plante sacrée, deux produits que les seigneurs incas se devaient d’offrir à leurs sujets lors des grandes fêtes pour montrer leur puissance. Par ailleurs, quelque deux cent cinquante terrasses exiguës se dressent sur le haut versant occidental. Leur récent nettoyage a permis de découvrir les seules décorations murales de l’époque inca dans les Andes. Il s’agit de vingt-trois mosaïques en pierre, représentant des lamas de différentes tailles et dans des attitudes diverses, dénommés « les lamas du soleil » (Zapata 2006), ainsi que des symboles géométriques : lignes brisées et damiers peints en blanc, orientés vers l’ouest et vers les cimes de deux grands massifs sacrés (fig. 3). Certains indices, comme les motifs qui y sont représentés et la façon dont ils sont agencés, laissent penser qu’il pourrait s’agir de la reproduction utilisée à des fin cérémonielles, d’un grand textile, similaire à ceux reproduits sur certains monuments funéraires de Bolivie, mieux documentés par les données ethno-historiques (Gisbert 1994). Ces motifs pourraient également se rapporter à certaines constellations, comme celle du Yacana (Zuidema et Urton 1976), le grand lama céleste qui, comme la Voie lactée, surplombe le site une grande partie de l’année (Lecoq 2006a et 2007).

Fig. 3

Fig. 3

Ces lamas, qui ornent les terrasses du haut versant occidental de Choqek’iraw sont les seules décorations murales d’époque inca connues dans les Andes. Plus de 200 terrasses, de dimensions variables, occupent les bas versants orientaux du site. Elles servaient probablement à cultiver les denrées comme le maïs, le quinoa, les pommes de terre, indispensables à la population

Le cadre historique

  • 2  Pour plus d’informations sur ces antécédents et les données bibliographiques qui s’y rapportent, n (...)

9Choqek’iraw était connu des Espagnols peu après leur arrivée au Pérou au xvie siècle. En effet, plusieurs sources coloniales précisent que le conquérant Francisco Pizarro octroya à son frère Hernando toute la région de Choqek’iraw, alors désignée comme Choquicarango ou Chuquierrando, déformation possible du nom actuel (Duffait 2005 et 2007)2. Elles montrent également que « Choqek’iraw [comme Machu Picchu] était une résidence royale symbolisant la puissance et le pouvoir de l’Inca Tupac Yupanqui », qui régna de ± 1471 à 1493 (Duffait 2007 : 245). Mais, comme le souligne cet auteur (p. 262), « [c]e domaine royal prenait toute sa signification symbolique et son importance, non pas du vivant du souverain qui en était le propriétaire, mais après son décès. La fonction principale du site était alors de perpétuer sa mémoire et de subvenir aux besoins des membres de son lignage », grâce aux différents produits qui y étaient cultivés. Le site avait donc un caractère hautement rituel. Les mêmes textes indiquent que des populations quechuas, chancas et ayamarcas vivaient dans cette région et ses environs (Duffait 2007 : 43), et qu’un vaste réseau routier permettait d’accéder aux différents établissements qui y avaient été construits, notamment à Machu Pichhu au nord-est et Vitcos au nord-ouest.

10Le site est ensuite plusieurs fois mentionné dans la littérature (Bueno 1768 ou Oricain 1790) comme une cité d’argent, en raison de sa proximité avec d’anciennes mines. Le Français Eugène de Sartiges en parle dans la Revue des Deux Mondes. En 1847, Leonce Angrand, vice-consul de France à Lima, en dessine les premiers plans, et le considère comme l’un des derniers bastions de la résistance inca (Lecoq et Duffait 2004 ; Ravines 2007). C’est cette hypothèse que reprendra l’explorateur français Wieneren en 1880. Les premières fouilles y sont effectuées en 1911 par l’archéologue américain Hiram Bigham, juste avant qu’il ne découvre Machu Picchu. À partir de 1993, Copesco entreprend de réaliser des fouilles à travers le site et de restaurer les principaux monuments, mais à ce jour, rien n’a été publié.

Les fouilles 2003-2006

11Entre 2003 et 2006, une équipe archéologique franco-péruvienne, financée par le ministère des Affaires étrangères, est intervenue à Choqek’iraw pour mieux comprendre l’histoire de ce site, sa fonction et la nature de son occupation, tout en essayant de montrer la véracité des sources ethno-historiques.

Campagne 2004

12La première campagne (2004) a permis de relever les structures d’un secteur d’habitat (n° 9) localisé sur le haut versant oriental du site (fig. 1). Ce secteur regroupe de nombreux édifices de plan rectangulaire, typiques des Incas, et de grandes bâtisses de plan circulaire, apparemment plus anciennes, le tout construit sur un ensemble de terrasses exiguës. Trois structures de plan circulaire y ont été relevées et fouillées.

13La bâtisse 9, la mieux préservée, a un plan ellipsoïdal d’environ 6 m de diamètre. Orientée vers le sud-ouest, elle a des murs épais de 60 à 70 cm, en pierre mal équarries, et partiellement éboulés. Le sol, de terre battue, fortement perturbé et localisé à 15-20 cm de la surface a fourni un mobilier essentiellement domestique : des fragments de marmites, souvent noircis par le feu, de tradition inca et pré-inca, une main de meule, des restes culinaires brûlés ou calcinés (os et mandibules de lama et de cochon d’Inde) et une petite aiguille de cuivre. Des fragments de torchis provenant vraisemblablement du crépi du mur ou du toit accompagnaient ce matériel (Lecoq 2004 et 2006b).

14Les deux autres structures fouillées, beaucoup plus endommagées que la première, ont fourni les mêmes types d’objets, caractéristiques de structures d’habitat rural de cette partie des Andes.

15L’architecture de ces édifices, leur plan au sol circulaire, leurs emplacements respectifs sur les terrasses du secteur 9 et leur orientation vers l’ouest témoignent de leur contemporanéité ; ils datent vraisemblablement de la période Intermédiaire récente qui débute, dans les Andes centrales, vers le xiie siècle apr. J.-C. À cette époque, ils devaient former un petit hameau similaire à ceux des sites périphériques, occupé par une population porteuse d’une tradition céramique Killke, antérieure aux Incas, décrite plus bas. Les habitants appartenaient probablement à l’un des groupes ethniques quechua ou ayamarca mentionnés dans les sources mais encore mal connus, qui occupaient alors les vallées de Cuzco ainsi que la partie méridionale de la vallée de l’Apurímac et ses versants septentrionaux (Bauer 2002 ; Duffait 2007).

Campagne 2005-2006

16En 2005 et 2006, les travaux réalisés ont porté sur un secteur d’habitat, localisé cette fois sur les hauts versants orientaux de Choqek’iraw, à l’extrémité septentrionale de la place centrale (fig. 1). Plusieurs édifices de plan rectangulaire et circulaire, de nombreuses terrasses et des inhumations sous abris rocheux y ont été relevés.

17Deux structures circulaires de 7 m de diamètre, assez proches de celles étudiées en 2004, y ont été également fouillées. Dans la première, les niveaux supérieurs, situés entre 10 et 15 cm sous le sol d’abandon, contenaient des vestiges épars : nombreux tessons céramiques, centaines d’ossements de lamas, de cochons d’Inde et d’oiseaux (perroquets), quelques coquillages marins et fragments de charbons de bois. Plusieurs grandes jarres de type aryballe, caractéristiques de la période inca, ont également été dégagées dans les niveaux inférieurs, entre 25 et 30 cm sous le sol d’abandon (fig. 4).

Fig. 4

Fig. 4

Vue générale de la structure n° 17, montrant l’emplacement des différents sondages du niveau 2, à 35 cm de profondeur

18Un peu plus en profondeur, deux petites niches de pierre, placées à près d’1 m de distance l’une de l’autre, y furent retrouvées. La première avait un rôle vraisemblablement rituel. La seconde dissimulait un squelette complet, en mauvais état de conservation, associé à un récipient céramique miniature, à une petite aiguille en cuivre (tupo) et à des vestiges de textiles. À en juger par la forme et l’état de conservation général du crâne, du squelette et de la dentition, il pourrait s’agir d’une jeune femme, âgée de 15 à 25 ans. Sa tête était orientée vers l’est et les massifs du Yanacocha ou du Salkantay, que les habitants de la région considèrent comme des lieux sacrés ou huacas, résidence des ancêtres et des Apus, les esprits des montagnes (Martinez 1976 ; Duffait 2007) ; le Salkantay est aussi perçu par certains comme une importante divinité, liée à la constellation du lama (Reinhard 2002 ; Lecoq 2007).

  • 3  La datation n° Cio/109-206/Hd effectuée par le centre de recherche de la faculté de Groningen, en (...)

19Tout laisse penser que le corps a été inhumé au centre de la maison, sous la seconde niche, et juste au-dessus du niveau stérile, à environ 1 m de profondeur. Cette sépulture est postérieure à l’abandon de la maison, qui s’est produit entre 1440 et 1460 apr. J.-C. d’après la datation au radiocarbone des cendres prélevées3. L’inhumation a entraîné la destruction totale des sols d’occupation domestique. Plus tard, les habitants des lieux ont procédé à des offrandes diverses ou à des sacrifices de lamas, comme le font encore de nombreuses communautés pastorales des Andes centrales (Girault 1988 ; Lecoq et Fidel 2000).

20Au cours de la dernière mission, réalisée en 2006, deux structures, l’une circulaire, l’autre rectangulaire, ont été fouillées dans le même secteur. Leurs sols, très érodés, ont livré le même type de matériel domestique.

La céramique

21La céramique recueillie correspond à deux grandes traditions locales : Killke, datée de la période Intermédiaire récente (± 1000 à 1500 apr. J.-C.) et Inca, de 1400 jusqu’à l’occupation coloniale (Bauer 1992 et 2002).

22Le style killke se reconnaît surtout à ses motifs en damiers ou à son décor de lignes croisées ou ondulées, peintes en noir ou en rouge sur la surface engobée de couleur crème. Le style inca se caractérise par des motifs géométriques (larges bandes, damiers, rhombes réticulés avec des angles en zigzags, petits cercles) peints sur un fond souvent engobé de couleur rouge carmin. Les mêmes formes se retrouvent dans l’un et l’autre : plats, assiettes, écuelles, souvent zoomorphes, marmites, jarres et jarres à pied (Candia Gomez 1996).

23D’autres pièces, plus rares, pourraient dater de la période Formative (100 av. J.-C. à 500 apr. J.-C.) et de l’Horizon moyen (500-1000 apr. J.-C.), et avoir été fabriquées par des populations affiliées à la culture Wari (région d’Ayacucho, au nord-ouest). Plusieurs vases présentent également des similitudes avec le matériel chanca, encore mal connu, dont le territoire recouvrait une grande partie de cette région avant l’expansion inca (Gonzalez Carre et al. 1987 ; Bonnavia 1994 ; Vivanco 2005).

Premières hypothèses quant à l’histoire du site

24L’étude des vestiges et du matériel céramique, appuyée par la datation radiocarbone obtenue en 2005, montre que Choqek’iraw a été occupé dès le xiiie siècle (et peut-être avant ?) – au moment de l’avènement, à Cuzco, de l’Inca Pachacutec – par des groupes locaux, peut-être rattachés à la grande confédération chanca longtemps opposée aux Incas. Son principal territoire se trouvait dans la région d’Andahuaylas, sur les rives méridionales du río Apurímac, à quelque 50 km au sud de Choqek’iraw, mais son influence est aussi perceptible plus au nord dans le département actuel d’Ayacucho (Gonzales Carre et al. 1987).

25 La présence d’une céramique provenant de la vallée de Cuzco et de ses environs suggère toutefois l’existence de relations étroites avec les habitants des régions voisines, qui sont, pour le moment, très difficiles à identifier à partir des seuls témoignages matériels. Il pourrait tout aussi bien s’agir de populations quechuas ou ayamarcas, que d’un groupe affilié aux Chancas, partageant un même espace. Après leur victoire sur les Chancas, au xve siècle, les Incas occupèrent le site et construisirent les principaux édifices des secteurs centraux et les grandes terrasses agricoles des versants orientaux et occidentaux, faisant de Choqek’irawn, un domaine royal et hautement symbolique, comme semblent le démontrer les récentes découvertes archéologiques.

26L’histoire générale de Choqek’iraw est donc aujourd’hui mieux connue. Reste encore à déterminer la nature et l’origine géographique des différents groupes ethniques qui l’ont occupé. Le travail envisagé par l’un de mes étudiants, T. Saintenoy, dans les prochaines années le long de la vallée de l’Apurímac, et par moi-même, dans la région d’Ayacucho, province La Mar, à l’ouest de Choqek’iraw, devrait permettre de préciser la nature et l’ancienneté de son occupation avant et après l’avènement de l’Inca Pachacutec.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud, B. 2004. « Choquequirao, l’autre Machu Picchu ; le sanctuaire des derniers Incas », Sciences et Avenir, 689, juillet : 86-97.

Bauer, B. S. 1992. Avances en arqueología andina. Cuzco, Centro de estudios regionales andino Bartolomé de las casas.

Bauer, B. S. 2002[1999]. Las antiguas tradiciones alfareras tradiciones de la región del Cuzco. Cuzco, Centro de estudios regionales andino Bartolome de las Casas.

Bonnavia, D. 1994. « Les origines des Incas et le problème des Chancas », in : Les royaumes préincaïques et le monde inca. Aix-en-Provence, Edisud : 133-140.

Bouchard, J.-F. 1983. Contribution à l’étude de l’architecture Inca : établissements de la vallée du río Vilcanota-Urubamba. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Bueno, C. 1951 [1768]. Geografía del Perú virreinal, siglo xviii. Lima, Daniel Valcarcel edit..

Bouysse Cassagne, T. 1978. « L’espace aymara : Urco et Uma », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 33e année, 5-6 : 1057-1080.

Candia Gomez, A. 1996. La cerámica del Qosqo, Marcavalle, Chanapata, Qotakalli, Killke, Lucre, Wari, Inca. Municipalidad del Cusco.

D’Altroy, T.N. 2005[2002]. The Incas. Malden, Blacwekk Publishing.

Duffait, E. 2005. « Choqequirao en el siglo XVI : Etnohistoria e implicaciones arqueológicas », Bulletin de l’Institut français d’études andines, t. 34, 2 : 185-196.

Duffait, E. 2007. Le réseau routier inca de la cordillère de Vilcabamba (département de Cuzco, Pérou) : description, organisation, origines et fonctions. Thèse de doctorat, Université Paris-I.

Gasparini, G. et L. Margolie. 1980[1977]. Inca architecture. Bloomington, Indiana University Press.

Girault, L. 1988. Rituales en las regiones andinas de Bolivia y Perú., La Paz, Ceres, Musef, Quipus.

Gisbert, T. 1994. « El señorío de los Carangas y los chullpares del río Lauca », Revista Andina, Tejido andino, 12e année, 2 : 427-485.

Gonzalez Carre, E., M. Pozzi-Escot, D. Pozzi-Escot et C.P Vivanco. 1987. Los Chankas : Cultura material. Ayacucho, Laboratorio de Arqueoloogía, Escuela de Arqueología e Historia, Facultad de Ciencias Sociales, Universidad Nacional de San Crístobal de Huamanga.

Kendal, A. 1976. « Descripción e inventario de las formas arquitectónicas Inca (Patrones de distribución e inferencias cronológicas) », Revista del Museo Nacional, t. XLII : 13-96.

Lecoq, P. 2004. « Choqek’iraw, un site formatif ? Résultats préliminaires de la campagne de fouilles menées sur ce site en août 2004 », Bulletin de l’Ifea, t. 33, 2 : 379-383.

Lecoq, P. 2005. « À la redécouverte de Choqequirao », in : ChoqeQuirao, El misterio de las llamas del Sol y el culto a los Apus. Lima, Fondo Controvalor Perú-Francia : 69-90.

Lecoq, P. 2006a. « Choqek’iraw, la cité inca du lama sacré », Pour la Science, 343, mai : 66-73.

Lecoq, P. 2006b. « La misión francesa en Choqek’irtaw », in : Raices Vicas del Perú, Caral, Chavín, Choqequirao, Kuelap. Lima, Dispacho de la Primera Dama, Servicio Editorial del Perú, Teléfonica del Perú : 122-123.

Lecoq, P. 2007. « Choqek’iraw, la merveille inca des Andes », Archéologia, 144, mai : 20-35.

Lecoq, P. et E. Duffait. 2004. « Choqe K’Iraw, un nouveau Machu Picchu », Archéologia, 411, mai : 50-63.

Lecoq, P. et S. Fidel. 2000. « Algunos aspectos de la vida y de los ritos ganaderos en Ventilla, una comunidad pastoral del sud de Potosí, Bolivia », in : J. F. Ochoa et Y. Kobayashi (ed.), Pastoreo Altoandino. La Paz, Plural et Musef : 149-187

Lumbreras, L et W. Wust. 2001. Choqequirau, santuario histórico y ecológico, Lima, Fundación Telefónica.

Martinez, G. 1976. « El sistema de los Uywiris en Isluga », Anales de la Universidad del Norte (Chile), 10 : 255-327.

Oricain P. J., 1906 [1790]. « Compendio breve de discursos varios sobre diferentes materias y noticias geográficas comprehensivas a este obispado del Cusco », in : V. Maurtua (ed.), Juicio de limites entre el Perú y Bolivia. Barcelona, Emprenta de Heirich y Comp., 11 : 319-377.  

Pärssinen, M. 1992. Tawantinsuyu. The Inca State and Its Political Organization. Helsinki,Societas Historica Finlandiae.

Pino Matos J. L. 2004. « El ushnu y la organización del espacio en los principales tampus de los Wamani de la sierra central del Chinchaysuyu », Chugará, Revista de Antropología Chilena, 36 : 303-311.

Protzen J-P. 1994. « L’architecture inca », in : Les Royaumes préincaïques et le monde inca. Aix-en-Provence, Edisud : 193-217.

Ravines, R. 2007. « Choquequirao : Nota bene », Boletín de Lima, XXVIII, 146, 28e année : 25-30.

Reinhard, J. 2002[1991]. Machu Picchu, el centro sagrado. Lima, Instituto Machu Picchu.

Samanez, R. et J. R. Zapata. 1995. « El conjunto arqueológico inka de Choquequirao », Andes,1 : 97-114.

Samanez, R. et J. R. Zapata. 1999. « El centro ceremonial inka de Choquequirao », Arkinka,46 : 80-94.

Vivanco, P. C. 2004. « Ushnu o lugares sagrados del imperio Inka en territorio Chanka, Ayacucho (Perú) », Investigación, 12 : 149-159.

Vivanco, P. C. 2005. « El tiempo de los purun runas o chankas en la cuenca de Qaracha, Atacucho (Perú) », in : H. Tomoeda et L. Millones (ed.), Pasiones y desencuentros en la Cultura andina. Lima, Fondo editorial del Congreso del Perú : 1329.

Zapata, J. R. 2005. « Paisaje, Ancestros y Agua Sagrada en Choqequirao », in : Choquequirao, El misterio de las Llamas del Sol y el culto a los Apus. Lima, Fondo Controcalor-Perú-Francia : 95-122.

Zapata, J. R. 2006. « Choqequirao, Sanctuario inca », in : Raíces Vivas del Perú. Lima, Servicios editoriales del Perú : 121.

Zuidema, R. T et G. Urton. 1976. « La constelación de la Llama en los Andes peruanos », Allpanchis Phuturinqa, IX, 9 : 59-150.

Haut de page

Notes

1  Ces travaux de grande ampleur, financés ces dernières années par une reconversion de la dette du Pérou à la France, visent à rendre ce site accessible à un grand nombre de touristes et ainsi désengorger le site voisin de Machu Picchu (Arnaud 2004).

2  Pour plus d’informations sur ces antécédents et les données bibliographiques qui s’y rapportent, nous renvoyons le lecteur à Lecoq et Duffait (2004) et à Duffait (2005 et 2007).

3  La datation n° Cio/109-206/Hd effectuée par le centre de recherche de la faculté de Groningen, en Hollande, est de 425 ± 15 BP, soit 1446 âge calibré : 1 sigma 68 % : 1443-1453 AD ; 2e sigma 95 % : 1440-1463 AD.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan général du site montrant les deux moitiés et les lieux fouillés par la mission française entre 2004 et 2006
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Fig. 2
Légende Vue panoramique du site depuis la colline trnquée jouant le rôle d’observatoire ou ushnu
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/443/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 3
Légende Ces lamas, qui ornent les terrasses du haut versant occidental de Choqek’iraw sont les seules décorations murales d’époque inca connues dans les Andes. Plus de 200 terrasses, de dimensions variables, occupent les bas versants orientaux du site. Elles servaient probablement à cultiver les denrées comme le maïs, le quinoa, les pommes de terre, indispensables à la population
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/443/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 4
Légende Vue générale de la structure n° 17, montrant l’emplacement des différents sondages du niveau 2, à 35 cm de profondeur
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/443/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Lecoq, « Le site inca de Choqek’iraw (Pérou) », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 122-128.

Référence électronique

Patrice Lecoq, « Le site inca de Choqek’iraw (Pérou) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/443 ; DOI : 10.4000/nda.443

Haut de page

Auteur

Patrice Lecoq

Maître de conférence en archéologie andine, Université de Paris-I, et membre de l’Umr 8096 « Archéologie des Amériques », Cnrs
patricelecoq@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org