Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les sociétés hiérarchisées

Recherches sur l’élite de la société mochica

La plateforme Uhle à Moché, sur la côte nord du Pérou
Claude Chauchat, Belkys Gutiérrez, Daphné Deverly et Nicolas Goepfert
p. 116-122

Résumés

Le programme de fouille de la plate-forme Uhle à Moché, près de Trujillo, dans le nord du Pérou porte sur un espace cérémoniel et funéraire de la culture Mochica, au pied de l'un des deux grands monuments du site, la Huaca de la Luna ou Pyramide de la Lune. Il s'agit d'un espace légèrement surélevé et enclos de murs, dans lequel, au cours d'une première période ont été pratiqués des rituels qui n'ont laissé aucune trace. Lors d'une deuxième période, des tombes de l'élite mochica ont été disposées à la fois sur la plate-forme et dans un espace vide situé tout au pied de la pyramide. Des restes de sacrifices humains ont été également observés.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

archéologie, Moche, Mochica, rites funéraires

Index by keyword :

archaeology, funeral rites, Moche, Mochica, Peru

Index géographique :

Pérou
Haut de page

Texte intégral

1La culture Moché est célèbre pour la qualité de sa poterie, par exemple les fameux vases-portraits en ronde-bosse mais aussi des céramiques peintes de scènes complexes, réalistes ou mythologiques. L’étude de ces représentations, dans laquelle A.-M. Hocquenghem a joué un rôle pionnier, a fait faire un bond de géant à nos connaissances sur la société Moché. Quoique sa chronologie soit encore peu précise, on peut la placer entre le ier et le ixe siècle de notre ère. Cette société était dépourvue d’écriture et ses traditions orales ont été largement détruites par le traumatisme de la conquête espagnole au xvie siècle. Elle est néanmoins une société complexe, fortement hiérarchisée, fondée sur une population agricole nombreuse, elle-même organisée pour réaliser les grands travaux communautaires indispensables au tracé et à la maintenance d’un système d’irrigation à l’échelle de chaque vallée. Les surplus agricoles sont utilisés par une classe d’artisans (céramistes, métallurgistes, orfèvres) au service d’une élite à la fois guerrière et religieuse. Les traces de violence, intra-communautaire (combats rituels, sacrifices humains, coercition étatique) et inter-communautaire (guerres), sont nombreuses dans l’iconographie et dans l’archéologie. La religion offre quelques caractères communs avec celle que les Espagnols ont rencontrée chez les Incas. Ses racines évidentes se retrouvent dans la culture primordiale de Chavín, attestée durant le Ier millénaire av. J.-C., et remontent probablement beaucoup plus haut, dans les sociétés du Précéramique où les premiers monuments à usage public apparurent à partir de 3000 BC.

Les Huacas de Moché et le « Proyecto Huaca de la Luna »

2Les Huacas de Moché sont situées près du village et dans la vallée du même nom, à 4 km de la ville de Trujillo (8° 30’ de latitude sud) et à 5 km du rivage du Pacifique. Le complexe archéologique est adossé à une montagne de forme conique appelée Cerro Blanco (fig. 1). Il est composé de deux structures monumentales imposantes en briques crues (adobes), respectivement la Huaca del Sol (pyramide du Soleil) et la Huaca de la Luna (pyramide de la Lune), distantes de 600 m et qui sont plutôt d’énormes plateformes ou complexes de plateformes. Entre elles s’étend une plaine désertique d’environ 0,75 km2, parsemée de matériel archéologique ainsi que de structures architecturales affleurant en surface.

Fig. 1

Fig. 1

Vue en perspective de la Huaca de la Luna au pied du Cerro Blanco et de la zone de fouille

3La Huaca del Sol présente, du côté de la vallée, une face détruite par les colons espagnols au xvie siècle, qui dévièrent un canal pour accéder aux trésors ; cette opération est mentionnée dans les archives locales. Une grande quantité de métaux précieux en fut retirée à cette occasion.

4La Huaca de la Luna a été affectée, elle aussi, par une grande tranchée nord-sud dans la plateforme centrale, ainsi que par plusieurs tunnels visibles sur la face ouest. Les recherches menées en 1972 par l’université de Harvard (Chanchan-Moche Valley Project),auxquelles participa C. Chauchat, montrèrent que la plaine désertique entre les deux monuments est un vaste tell aplati constitué d’une accumulation d’architectures, de décombres et de détritus domestiques, sur une épaisseur de 4 à 6 m. Appelé maintenant « zone urbaine », il est fermé au nord par une basse colline rocheuse, le Cerro Negro, tandis qu’au sud, l’espace est libre jusqu’à la mer.

5Le site de Moché a connu plusieurs fouilles archéologiques depuis la fin du xixe siècle dont les principales sont dues à M.Uhle en 1899, et au Chanchan-Moche Valley Project (Université de Harvard) dirigé par M.Moseley, C. Mackey et C. Donnan en 1972. Les fouilles actuelles, initiées par les professeurs de l’université nationale de Trujillo S.Uceda et R.Morales, ont été motivées par la découverte faite en 1991 par ce dernier, de bas-reliefs polychromes sur terre crue au sommet de la Huaca de la Luna. Depuis lors, le Proyecto Huaca de la Luna n’a pas cessé son activité, se déployant à la fois sur un axe scientifique, avec l’exploration du monument et de la zone urbaine, et sur un axe touristique reposant sur une politique ambitieuse de conservation des bas-reliefs peints et de leur mise en valeur pour qu’ils puissent être présentés aux visiteurs.

6Dès le début, S.Uceda, docteur de l’université de Bordeaux-I, s’est entouré d’archéologues francophones : d’abord S. Bourget et C. Chapdelaine de l’université de Montréal (Québec, Canada), dont les programmes sont maintenant terminés, puis C. Chauchat, directeur du Programme international Moché,financé par le ministère des Affaires étrangères et le Cnrs, qui a débuté en 1999. La campagne 2007 était donc la neuvième.

7S. Ucedaet R.Morales sont les responsables administratifs de toutes les activités qui ont lieu sur le site vis-à-vis de l’Institut national de la culture péruvien (Instituto Nacional de Cultura), qui gère le patrimoine archéologique et octroie les permis de fouilles ; les zones de fouille de chacune des équipes sont choisies en accord avec eux.

8Le programme français s’insère donc dans l’ensemble des recherches menées sur le site par l’université nationale de Trujillo. L’équipe péruvienne fouille et restaure principalement la Huaca de la Luna, espace sacré et cérémoniel comportant des bas-reliefs et des peintures, des tombes de hauts personnages et des restes de sacrifices humains. Les étudiants en archéologie de l’université de Trujillo interviennent dans la zone urbaine, sous la direction des « archéologues résidents » de l’équipe péruvienne.

Problématique et objectifs de la mission française

9La mission française emploie aussi des archéologues issus de l’université nationale de Trujillo, B. Gutierrez, G. Gonzalez, R. Patiño, L. Pretell et N. Villa.

  • 1  M. Uhle, archéologue allemand (1856-1944) considéré comme le découvreur de l’archéologie andine, a (...)

10En accord avec S. Uceda, elle a choisi d’explorer un édifice intermédiaire entre l’agglomération urbaine et les deux grands monuments, en l’occurrence une plateforme plus basse et moins étendue, la plateforme Uhle1. En effet, c’est au pied de la façade ouest de la Huaca de la Luna que M. Uhle fouilla, en 1899, une zone de cimetière où il découvrit trente-sept tombes (Uhle 1913) dont le mobilier est aujourd’hui déposé au Phoebe A. Hearst Museum of Anthropology de Berkeley (Californie, États-Unis). Des explorations préliminaires menées de 1996 à 1998 par l’équipe péruvienne montrèrent en cet endroit l’existence d’une plateforme basse au centre d’un ensemble comprenant aussi des bâtiments agglutinés semblables à ceux de la zone urbaine ainsi qu’une vaste cour sur le côté nord. L’objectif principal de la mission française est d’en comprendre la structure et la fonction, sa chronologie et son insertion dans le site (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

La plateforme Uhle : architecture et situation des tombes fouillées. En bas, le complexe architectural n° 8, fouillé en 1997 par l’équipe péruvienne avant la découverte de la plateforme

Historique des fouilles

11Durant la première campagne, en adéquation avec les moyens financiers disponibles, nous avons pratiqué une tranchée de 5 m de large orientée perpendiculairement à la façade ouest de la Huaca, qui rencontra la surface de la plateforme et sa limite nord. Trois tombes furent explorées, apportant la preuve de la grande richesse potentielle de cette partie du site (Chauchat 2000). En 2000, nous avons dégagé la surface de la plateforme jusqu’au talus du chemin creux déjà mentionné par M.Uhle, et qui érode sa partie occidentale. Cela nous a permis de nous faire une idée plus précise de l’ensemble du complexe architectural (Chauchat et Gutierrez 2006).

12Les campagnes suivantes ont été consacrées à la fouille des tombes dans les secteurs ainsi définis, c’est-à-dire d’abord l’extension orientale, puis la partie sud du noyau central de la plateforme et, en 2004, toute la zone ouest érodée par le chemin colonial et où la plupart des tombes ont disparu. Ensuite, nous avons exploré une autre rangée de tombes du côté nord – principalement dans deux pièces semi-souterraines comblées préalablement au dépôt de ces sépultures.

13De 2002 à 2006, nous avons également effectué un sondage profond au centre de la plateforme, puis dégagé ses limites sud et ouest, ainsi que le corridor d’accès nord. Parallèlement, nous nous sommes intéressés au pied de la Huaca en dégageant des coupesde terrain successives permettant de mieux comprendre le remplissage stratifié de ce secteur. Composé de couches successives de remblais, il renfermait des témoins extrêmement importants de plusieurs événements climatiques El Niño de grande intensité et, à la base, des restes d’une architecture enterrée antérieure à la construction de la Huaca. Cette découverte conduisit à la fouille d’autres tombes, ainsi qu’à la mise en évidence de restes de sacrifices humains, que l’on croyait jusqu’alors réservés à la Huaca de la Luna (la pyramide principale).

Résultats scientifiques

14Les résultats obtenus en neuf campagnes de fouilles concernent donc principalement l’architecture du complexe de la plateforme Uhle, les tombes qui y ont été déposées et les activités autres que funéraires qui s’y sont déroulées.

Architecture, stratigraphie

15La plateforme Uhle, entièrement close de murs, est située au pied de la façade ouest de la Huaca de la Luna. L’ensemble comprend la plateforme elle-même (57 m de long, 25 m de large et 2 à 3 m de haut) et des zones marginales sur les quatre côtés, dont un groupe d’habitations au sud-ouest, une grande place fermée au nord, et l’espace du pied de la Huaca à l’est. Sa structure est semblable, en plus petit et en plus bas, à celle de la Huaca de la Luna et elle se développe du nord au sud, de la même manière, par une grande cour, un accès décoré de serpents, une rampe permettant de monter sur la plateforme par sa façade nord, et une distribution homologue d’espaces ayant des fonctions précises, par exemple des habitations au sud-ouest et un espace sacrificiel à l’est. On peut en déduire à la fois une fonction semblable à l’origine, et une sorte de subordination de l’une à l’autre. Si la montagne conique du Cerro Blanco a bien été divinisée ou tout au moins sacrée, comme on le suppose, la plateforme se trouve dans la même position par rapport à la masse de la Huaca que celle-ci par rapport à la montagne.

16Au milieu de la plateforme se trouve un bâtiment allongé dont ne restent que les fondations. Alors que la masse centrale est en briques crues, la partie est, qui correspond à l’extension orientale, est remplie de sable. Deux pièces à demi enterrées étaient également accessibles, l’une depuis le corridor transversal à la façade, l’autre depuis le sommet de la plateforme, à l’arrivée de la rampe. Leur existence permet de postuler une première période d’utilisation de la plateforme pour des activités non funéraires, avant le dépôt des tombes. Son architecture n’a été modifiée que pour renforcer et surélever les murs d’enceinte.

17À partir de la fin de la phase Moché II de la séquence proposée par R. Larco Hoyle, les pièces semi-souterraines ont été remblayées et des tombes disposées autour du bâtiment central. Il semble que la fonction de la plateforme à partir de cette époque ait été exclusivement funéraire, l’architecture n’étant plus ni modifiée ni entretenue. Cette situation dura jusqu’à la transition Moché IV-V, qui voit l’abandon progressif du site. Au début de la période Chimú, probablement à partir du xie siècle, un effort considérable et planifié de mise en culture de tout le site fut entrepris, tous les murs arasés au niveau du sol et des canaux d’irrigation aménagés. L’espace du pied de la Huaca semble avoir été utilisé depuis le début, à la fois pour des sépultures et pour des sacrifices humains.

Les sépultures

18Au total, 53 tombes ont été explorées au cours de nos recherches, dont 32 sur la plateforme elle-même et 21 au pied de la Huaca. Les inhumations se faisaient majoritairement dans des caissons en briques crues sur la plateforme, et dans des fosses creusées dans le dépôt stratifié au pied de la Huaca.

19À partir de cet échantillon, on peut définir le type de sépulture le plus fréquent, quels que soient l’âge et le sexe du défunt. Dans le cas d’une chambre funéraire en briques, un nombre variable de niches est parfois aménagé dans les parois, sans qu’il soit possible d’attribuer une cause à ces variations. Le défunt est allongé sur le dos, la tête au sud. Il est enveloppé d’une ou de plusieurs épaisseurs de tissu et de nattes de jonc formant un fardeau funéraire allongé et placé dans un cercueil de roseaux liés ensemble. Des objets de cuivre ou d’or sont placés dans sa bouche, dans ses mains et sous ses pieds dans le cas d’une personne de statut social élevé, des tessons de céramique, dans le cas de quelqu’un d’un status inférieur. Il ne faut pas confondre ces objets non fonctionnels, tordus, cassés ou fragmentés, avec ceux qui appartenaient au mort et qui sont placés le long de ses avant-bras ou contre sa jambe : spatules ou ciseaux en cuivre le plus souvent, mais aussi fusaïoles s’il s’agit d’une femme. Les poteries sont rangées sur l’un ou les deux côtés du cercueil, plus rarement dessus ou dessous. Les tombes contenaient aussi des calebasses (Lagenaria siceraria) taillées en bols, renversées sur le corps ou empilées et contenant des restes de nourriture végétale ou animale (fig. 3, fig. 4).

Fig. 3

Fig. 3

La tombe n° 22, sur le côté sud de la plateforme, est celle d’un homme d’âge mûr. Les céramiques sont de la phase Moché IV. Une plaque de cuivre recouvre le visage encadré par deux ornements d’oreilles à décor en chrysocolle. Une spatule est posée sur le bras droit. Des fragments de cuivre ont été placés dans la bouche, les mains et sous les pieds

Fig. 4

Fig. 4

La tombe n° 48, au pied de la Huaca, est celle d’un homme de 20 à 25 ans dont le pied gauche a été amputé pendant l’enfance. Sa prothèse en bois a été retrouvée en place au niveau du moignon. Son status social élevé est souligné par la qualité des offrandes (phase Moché III) et par ses nombreux ornements personnels : grand collier taillé dans des coquillages, ornements d’oreilles, divers objets en cuivre et une bouteille posée sur la poitrine. Un lama entier a été sacrifié, dépecé et réparti dans des calebasses non conservées

20Le mobilier funéraire céramique est de qualité et de quantité variables. À l’intérieur de la séquence stylistique de cinq phases définie par R. Larco Hoyle (1948), on observe une inflation très nette au cours du temps, la tombe la plus tardive étant aussi la plus fournie, avec 86 pièces. Durant les phases récentes, la production céramique se standardise, et l’on peut retrouver jusqu’à neuf vases issus d’un même moule, souvent de forme peu soignée, ainsi que des pièces mal cuites ou simplement séchées. La production utilitaire est pratiquement absente, mais nous n’avons pour autant pas affaire à une céramique exclusivement funéraire. On peut classer les pièces en plusieurs catégories : d’abord, celles qui ont vraisemblablement servi à contenir des offrandes, sortes de cruches ou petites jarres à col étroit, parfois en nombre et placées les premières dans la sépulture, calées de manière à rester debout. Les objets personnels du mort sont en général des bouteilles, en particulier les fameuses bouteilles à anse en étrier de haute qualité, peintes ou sculptées en bas-relief ou en ronde-bosse. Leur fond est souvent usé par frottement contre le sol abrasif, et certaines présentent des traces de réparation. Enfin, un nombre variable de pièces est fabriqué en série, parfois dans la précipitation, probablement dans un but ostentatoire. Cette dernière catégorie est surtout abondante dans les tombes tardives.

21La faune tient une place essentielle dans ces offrandes et les tombes fouillées sur la plateforme Uhle en apportent un nouvel exemple (Goepfert sous presse). La diversité taxinomique a été longtemps sous-estimée. Si le spectre de la faune sacrifiée se compose principalement de camélidés (Lama sp.et Vicugna sp.), de chiens (Canis familiaris) et de cobayes (Cavia porcellus), des taxons plus rares sont également retrouvés, comme un bois de cerf (Odocoileus virginianus), une chauve-souris vampire (Desmodus rotundus), un oedicnème du Pérou (Burhinus superciliaris) et un strigidé (hibou ou chouette), ainsi que des reptiles qui sont en cours d’analyse mais témoignent, d’ores et déjà, d’un registre varié et complexe.

22Parmi les objets personnels du défunt, il ne faut pas oublier les bijoux en os, coquillages, pierres fines, bois, etc. Il s’agit de colliers, de pendentifs, et d’ornements d’oreille en bois ou en cuivre, formés d’un cylindre au bout duquel est attaché un disque plus ou moins grand. Le cylindre, d’un à deux centimètres de diamètre, est passé dans un trou du lobe de l’oreille, le disque étant ainsi visible vers l’avant. Certains disques, de 6 à 7 cm de diamètre, portent des mosaïques de pierre fine et sont rehaussés d’un cercle d’or. On note également la présence de masques funéraires formés d’une tôle de cuivre circulaire légèrement repoussée pour figurer une face, posée sur la tête du mort

23L’une des caractéristiques les plus troublantes issues de cette étude concerne les comportements complexes des Mochica à l’égard de leurs morts, avant, pendant et après leur inhumation (Gutierrez sous presse). Plusieurs cadavres sont restés exposés à l’air libre un temps assez long avant l’enterrement. D’autre part, on observe aussi fréquemment une altération des tombes qu’il est difficile d’expliquer de manière simple. Certaines ont été rouvertes et remaniées, le crâne et quelques os de la partie supérieure du corps prélevés à un moment où celui-ci était en cours de décomposition, car certaines connexions anatomiques sont respectées ; dans d’autres cas, la plupart des ossements ont été déplacés et dans d’autres encore, tout le squelette est absent, seules les offrandes restant en place. Nous ne savons pas si les os ainsi prélevés étaient redéposés dans une autre tombe à titre d’offrande, quoique cela soit attesté dans plusieurs tombes que nous avons fouillées, ou bien, s’ils servaient à un autre usage. Pour le moment, ce comportement dit de « prélèvement de crâne » n’affecte que les tombes d’hommes – dans les cas où la détermination du sexe est possible – et, celles d’enfants. Ces rituels ont été observés dans d’autres sites de la culture Mochica (Franco, Galvez et Vasquez 2001).

24Le sédiment sableux a permis de garder les squelettes en connexion stricte et la conservation osseuse est excellente, ce qui permet une bonne lecture des données taphonomiques et biologiques sur le terrain. La zone de la plateforme contient majoritairement des sépultures d’hommes adultes matures (une seule tombe de femme) et quelques-unes de jeunes enfants. Le pied de la Huaca présente, à l’inverse, une majorité de sépultures féminines. Les individus mourraient jeunes et peu d’adultes ont dépassé les 30 ans. Le dimorphisme sexuel est très marqué, que ce soit au niveau de la forme du bassin, de la robustesse des os et de la stature. Les traumatismes sont nombreux : fracture du crâne ayant entraîné la mort, traces de maltraitance, fractures diverses, écrasement du bout des doigts, amputation du pied… Les pathologies dégénératives restent classiques (arthroses). La qualité de conservation des sépultures a permis de mettre en évidence dès le terrain des pathologies congénitales et dysplasiques : pied-bot bilatéral et ostéo-onycho-dystrophie.

Le pied de la Huaca : sépultures et sacrifices humains

25L’espace du pied de la Huaca a servi de nécropole dès le début du fonctionnement de la plateforme, alors qu’elle était utilisée pour des activités non funéraires que nous ne pouvons que deviner. Elle a été aussi utilisée pour des sacrifices humains, suivant des modalités différentes de celle décrites au sommet de la Huaca de la Luna (Bourget 1998 ; Verano 1998). À trois exceptions près, où les squelettes entiers ont été trouvés face contre terre, toutes les couches sont semées d’os humains isolés qui semblent avoir séjourné longtemps en surface, et de parties de corps humains séparées du reste par désarticulation, en particulier des mains, des pieds, des jambes, des bras, des têtes décapitées, des crânes décalottés par percussion. Il n’est pas impossible que ces restes de sacrifices soient associés aux sépultures, car des corps humains fragmentaires se rencontrent également sur la plateforme, à une profondeur moindre que les tombes qui s’y trouvent.

26La quasi-totalité des objets de céramique, de métal, de bois et d’autres matériaux attribuables à la culture Mochica, qui remplissent les musées du monde entier ou sont accaparés par des collections privées, probablement des dizaines de milliers, proviennent de fouilles clandestines. Dans les sites affectés par ce pillage séculaire, non seulement les contextes et les associations sont détruits, mais encore le matériel prélevé ne concerne qu’une infime minorité de ce qui existait, le reste étant irrémédiablement brisé par la brutalité de la fouille. Sur ce matériel cependant, reposent de nombreuses études iconographiques ayant permis de lever un coin du voile sur la société, la culture et en particulier la mythologie des Mochica (e.g. :Hocquenghem 1987 ; Makowski 2000 ; Donnan 2004 ; Bourget 2006). Cependant, de nombreuses questions restent sans réponse satisfaisante. Il est devenu clair, à la fois par les études précitées et par les analyses du matériel funéraire, que l’étude de l’iconographie céramique ne pouvait suffire à reconstituer la fonction des individus enterrés. Nous avons indiqué plus haut les trois grandes catégories de poteries déposées dans les tombes. Les objets personnels du défunt permettent-ils de découvrir sa fonction sociale ? Probablement oui dans certains cas, mais lesquels ? Car il est bien établi que les céramiques qu’emporte un individu dans sa tombe sont souvent le résultat de dons ou d’échanges : en témoigne le fait qu’on en trouve sorties du même moule, dans des tombes distinctes, et même parfois dans des sites éloignés les uns des autres. Ces vases témoignent donc plutôt de réseaux de relations sociales, qui peuvent nous indiquer la fonction sociale des défunts mais pas de manière simple et directe.

27L’étude des rituels funéraires, des offrandes et de l’anthropologie biologique des personnes enterrées dans la plateforme Uhle est l’une des premières effectuées pour la culture Mochica, en tout cas à cette échelle. Si la diversité des styles céramiques dans les Andes incite à y voir une multiplicité de cultures distinctes, une recherche plus approfondie dévoile les continuités sous-jacentes qui unissent l’ensemble de la région tout au long de son développement.

Haut de page

Bibliographie

Bourget, S. 1998. « Pratiques sacrificielles et funéraires au site de Moche de la Huaca de la Luna, côte nord du Pérou », Bulletin de l’Ifea, 27 (1) : 41-74.

Bourget, S. 2006. Sex, Death, and Sacrifice in Moche Religion and Visual Culture. Austin, University of Texas Press.

Chauchat, C. 2000. « Grande cité de Moche. Découvertes dans la mystérieuse (sic) », Archeologia, 368 : 32-41.

Chauchat, C., B. Gutierrez. 2006. « Excavaciones en el Conjunto Arquitectónico 18 (Plataforma Uhle) durante las temporadas 1999 y 2000 », in : S. Uceda, E. Mujica et R. Morales (ed.), Investigaciones en Huaca de la Luna 2000. Trujillo, Facultad de Ciencias Sociales-Universidad Nacional de la Libertad : 103-147.

Donnan, C. 2004. Moche portraits from Ancient Peru. Austin, University of Texas Press.

Franco, R., C. Galvez et S. Vasquez. 2001. Desentierro y Reenterramiento de una Tumba de Elite Mochica en el Complejo El Brujo, Boletin n° 2, Programa Arqueológico Complejo El Brujo.

Goepfert, N. sous presse. « Ofrendas y sacrificio de animales en la cultura mochica : el ejemplo de la Plataforma Uhle, Complejo Arqueológico Huacas del Sol y de la Luna », in : Avances en Arqueología Mochica : Actas el Primer Congreso Internacional de Jóvenes Investigadores sobre la cultura Mochica, Lima 2004. Lima, Fondo Editorial de la Pontificia Universidad Católico del Perú, Ifea.

Gutierrez, B. sous presse. « Plataforma Uhle : enterrando y desenterrando muertos », Avances en Arqueología Mochica : Actas el Primer Congreso Internacional de Jóvenes Investigadores sobre la cultura Mochica, Lima 2004. Lima, Fondo Editorial de la Pontificia Universidad Católico del Perú, Ifea.

Hocquenghem, A.-M. 1987. Iconografía Mochica. Lima, Fondo Editorial de la Pucp.

Kroeber, A. J. 1925. « The Uhle Pottery Collections from Moche », University of California Publications in American Archaeology and Ethnology, t. 21, n° 5 : 191-234.

Larco Hoyle, R. 1938. Los Mochicas, Tomo 1. Lima, Casa editora La Crónica y Variedades S.A.

Larco Hoyle, R. 1939. Los Mochicas, Tomo 2. Lima, Casa editora La Crónica y Variedades S.A..

Larco Hoyle, R. 1948. Cronología arqueológica del norte del Perú. Buenos Aires, Sociedad Geográfica Americana.

Makowski, K. 2000. « Las Divinidades en la Iconografía Mochica », in : Los dioses del Antiguo Perú. Lima, Banco de Credito del Perú :137-175.

Uhle, M. 1913. « Die Ruinen von Moche », Journal de la Société des américanistes,n. s. 10 (1) : 95-117.

Verano, J. 1998. « Sacrificios humanos, desmembramientos y modificaciones culturales en restos osteológicos : evidencias de las temporadas de investigación 1995-1996 en Huaca de la Luna », in : S. Uceda, R. Morales et E. Mujica (ed.), Investigaciones en Huaca de la Luna 1996. Trujillo, Facultad de Ciencias Sociales, Universidad Nacional de la Libertad : 159-172.

Haut de page

Notes

1  M. Uhle, archéologue allemand (1856-1944) considéré comme le découvreur de l’archéologie andine, a défini par ses fouilles à Moché un style céramique à décor de peinture rouge sur blanc ou en ronde-bosse, antérieur à la culture Chimú (xie-xive siècle) et aux Incas ; il l’appela par conséquent Proto-Chimu (Uhle 1913), terme transformé en Early-Chimu par A. Kroeber (1925), puis Moche ou Mochica à la suite des travaux de l’archéologue péruvien R. Larco Hoyle (1938, 1939, 1948).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Vue en perspective de la Huaca de la Luna au pied du Cerro Blanco et de la zone de fouille
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 2
Légende La plateforme Uhle : architecture et situation des tombes fouillées. En bas, le complexe architectural n° 8, fouillé en 1997 par l’équipe péruvienne avant la découverte de la plateforme
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/433/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 3
Légende La tombe n° 22, sur le côté sud de la plateforme, est celle d’un homme d’âge mûr. Les céramiques sont de la phase Moché IV. Une plaque de cuivre recouvre le visage encadré par deux ornements d’oreilles à décor en chrysocolle. Une spatule est posée sur le bras droit. Des fragments de cuivre ont été placés dans la bouche, les mains et sous les pieds
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/433/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 4
Légende La tombe n° 48, au pied de la Huaca, est celle d’un homme de 20 à 25 ans dont le pied gauche a été amputé pendant l’enfance. Sa prothèse en bois a été retrouvée en place au niveau du moignon. Son status social élevé est souligné par la qualité des offrandes (phase Moché III) et par ses nombreux ornements personnels : grand collier taillé dans des coquillages, ornements d’oreilles, divers objets en cuivre et une bouteille posée sur la poitrine. Un lama entier a été sacrifié, dépecé et réparti dans des calebasses non conservées
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/433/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Chauchat, Belkys Gutiérrez, Daphné Deverly et Nicolas Goepfert, « Recherches sur l’élite de la société mochica », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 116-122.

Référence électronique

Claude Chauchat, Belkys Gutiérrez, Daphné Deverly et Nicolas Goepfert, « Recherches sur l’élite de la société mochica », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/433 ; DOI : 10.4000/nda.433

Haut de page

Auteurs

Claude Chauchat

Cnrs, Umr 8096 « Archéologie des Amériques », Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre
cchauchat@wanadoo.fr

Belkys Gutiérrez

Université nationale de Trujillo, Pérou
Belkysg15@yhoo.fr

Articles du même auteur

Daphné Deverly

Umr 8096 « Archéologie des Amériques », maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre
daphnedeverly@hotmail.fr

Articles du même auteur

Nicolas Goepfert

Doctorant, université de Paris-I
nicolasgoepfert@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org