Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les sociétés hiérarchisées

Río Bec (Basses Terres mayas) 2002-2008

Dominique Michelet, Marie-Charlotte Arnauld et Philippe Nondédéo
p. 109-115

Résumés

Bien plus qu’un site, Rio Bec est aussi une province culturelle maya au coeur de la péninsule du Yucatan (Mexique), définie a priori par un style architectural et iconographique. L’habitat y est dispersé, dénué de centre nucléé, mais le paysage apparaît nettement aménagé. Les travaux de terrain (2002-2008) ont d’abord eu pour objectif de mieux appréhender les fondements de l’originalité Río Bec (style et habitat, organisation sociale et politique), ainsi que de préciser les bases économiques de l’apogée Rio Bec, qui n’a guère duré que de 600 à 900 apr. J.-C. Grâce à une étude multiscalaire associant différentes méthodes d'analyses et de collectes des données, il est aujourd’hui possible de reconstituer dans les grandes lignes l'histoire et le fonctionnement de cet établissement maya, en définitive rural plus qu’urbain.

Haut de page

Texte intégral

Antécédents et problématique

1Río Bec est le lieu éponyme de toute une région maya du cœur de la péninsule du Yucatán, au sud-est de l’État mexicain du Campeche, en fait une véritable province culturelle (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

La région de Río Bec au cœur des Basses Terres mayas et les zones de travail (100 km2 et 159 ha).

2L’explorateur français Maurice de Périgny en découvrit le premier un des édifices majeurs, auquel il donna le nom de Rio Beque : un « palais » à chambres multiples, flanqué, aux deux extrémités d’une de ses façades, de hautes tours qui imitent des pyramides-temples mais qui ne sont en fait que des trompe-l’œil. Dans un des rapports qu’il consacra à sa découverte, Périgny (1909) écrivit : « Il reste debout un édifice immense, […] très différent comme architecture des ruines que l’on rencontre dans le nord du Yucatán […] ». Toutefois, ajoute-t-il, « ces ruines grandioses […] sont une preuve frappante de la haute culture des anciens Mayas ». Les successeurs de Périgny, quant à eux – Merwin (1913) d’abord, puis les archéologues de la Carnegie Institution de Washington (Thompson 1936 ; Ruppert et Denison 1943) –, démontrèrent que l’architecture de Río Bec se retrouvait en plusieurs autres sites de la région. Un peu plus tard a été postulée l’existence d’une province spécifique, définie par un style architectural et iconographique (Ruz Lhuillier 1945 ; Thompson 1945). En réalité, l’originalité de la région Río Bec, plus de 50 km autour de Xpujil (Andrews 1999), se manifeste de bien d’autres manières, en particulier par la relative rareté des stèles et autres sculptures portant des inscriptions glyphiques, ainsi que de certaines catégories de bâtiments comme les vrais temples-pyramides ou les terrains de jeu de balle. Enfin, les sites de la région Río Bec (sauf Becán) se différencient encore, et peut-être surtout, d’une majorité des établissements contemporains par l’existence de multiples complexes à composante monumentale mais regroupant peu de structures et par l’absence de groupes clairement plus importants qui auraient servi de noyaux aux établissements. De ce fait, la réputation de capitale de la province faite à Río Bec (Adams 1981) paraissait douteuse, et les quelques travaux qui y avaient été effectués dans les années 1970-1980 n’avaient pas modifié le tableau (voir, en particulier, Seuffert 1974 ; Schmidt 1981 ; Carrasco, Boucher et Peña 1986a et 1986b ; Thomas et Campbell 2006).

  • 1 La phase 1 du projet Río Bec connaîtra en 2008 sa septième et dernière campagne de terrain. Le prog (...)

3En 2002, le site se limitait à une vingtaine de groupes architecturaux monumentaux, décrits, enregistrés graphiquement, et datés plus ou moins bien : ces complexes, quoique localisés de façon approximative – certains n’avaient jamais été retrouvés depuis leur découverte –, étaient dispersés sur une surface de 13 km2. Il convenait donc, d’abord, de tenter d’obtenir une image cartographique aussi fiable que possible de Río Bec. Mais la problématique du projet1 peut se résumer en deux questions :

quels sont les fondements de l’originalité de Río Bec, originalité certes stylistique mais aussi, on l’a vu, des formes de l’habitat ? Les particularités observées étaient-elles liées à une organisation sociale et/ou à un type de pouvoir politique spécifiques ?

quelles sont les bases économiques qui ont mené Río Bec et sa région à leur apogée et, peut-être aussi, à leur abandon ? Les paysans qui colonisent la zone depuis quelques décennies sont en butte à des problèmes de production agricole et d’approvisionnement en eau. Or ils sont moins nombreux que les habitants de jadis.

Méthodologies

4Pour faire face aux objectifs et aux défis rencontrés, huit opérations distinctes et complémentaires ont été menées. La combinaison et la comparaison de leurs résultats permettront la synthèse. Un secteur de 159 ha a fait l’objet d’une prospection systématique et d’un relevé des vestiges anthropiques et des principaux éléments du milieu naturel à partir d’un carroyage par unités de 100 x 100 m, elles-mêmes subdivisées en quatre (opération i) (fig. 2). Mais il est vite apparu que la première « carte » obtenue devait être replacée dans un contexte plus large, et une reconnaissance assistée par Gps a été effectuée dans un quadrant de 10 x 10 km, englobant les 159 ha (opération iii). Cette opération visait à enregistrer et à cartographier tous les groupes comportant de l’architecture monumentale et donc ayant pu constituer des pôles de pouvoir. En complément de ces approches, un vaste programme de sondages sur échantillon (opérations ii et iii) a été entrepris pour établir le cadre chronologique. Afin d’affiner encore nos connaissances chronologiques, morphologiques et fonctionnelles de l’habitat, trois groupes avec édifices monumentaux (A, B et D), inclus dans les 159 ha (fig. 2 et 3), ont été intégralement fouillés (opération v). Les données iconographiques et épigraphiques apparues aux trois échelles spatiales de l’étude nécessitaient un traitement approfondi par des spécialistes (opération iv), tout comme les vestiges funéraires (opération vi), par le biais desquels on espérait obtenir des informations de nature sociale. La relation entre l’homme et son milieu a, elle, été abordée dans le cadre de l’opération viii, par une méthodologie à facettes multiples, mais dont la base fut l’enregistrement micro-topographique d’une fenêtre-test de 9 ha. Les tâches incontournables de consolidation architecturale et de restauration des éléments iconographiques et des biens mobiliers mis au jour constituent enfin l’importante opération vii.

Fig. 2

Fig. 2

Partie du plan des 159 ha où apparaissent les groupes B et D intégralement fouillés

Fig. 3

Fig. 3

Secteur autour du grand édifice A (groupe A) qui fait également l’objet d’une fouille intensive et extensive.

Chronologies

5Le style architectural Río Bec a toujours été daté du Classique récent-terminal (550-1000 apr. J.-C.). Certes, il convient de préciser le moment de sa formation, sa durée et la fin de l’occupation dans la région, ainsi que de reconstituer son évolution (par exemple, le projet a montré que les faux temples-pyramides apparaissent plutôt tardivement). Mais il faut aussi construire la séquence chronologique complète, de façon à caractériser la dynamique sociale qui a produit ce style, à déceler son rythme et son battement dans l’espace. Une bonne résolution chronologique est, en effet, l’une des rares approches archéologiques possibles des processus sociaux.

6Pour répondre à ces objectifs (datation et diachronie sociale), deux méthodes chrono-céramiques ont été mises en œuvre. Un programme de sondages (n = 124) a été développé, d’une part sur un échantillon représentatif de groupes monumentaux (31 sur les 72 groupes enregistrés), de façon à dater l’évolution de l’architecture, d’autre part, sur une vingtaine d’unités d’habitation plus modestes, pour restituer l’occupation dans l’espace à chaque période. La séquence ainsi établie est constituée de phases céramiques bien différenciées et calées notamment sur la séquence régionale de Becán.

7D’autre part, la séquence générale du site a été établie par sériations successives au moyen des collections constituées, en plus des sondages, par les fouilles complètes des groupes résidentiels. La première a permis d’ordonner les niveaux stratigraphiques de la fouille des quinze édifices du groupe B, aux contextes fonctionnels connus ; la deuxième ordonne les niveaux de cet ensemble avec ceux du groupe D voisin ; les sériations suivantes doivent inclure de manière idéale de proche en proche tous les ensembles fouillés. La séquence ainsi obtenue ordonne, non pas des périodes de temps théoriques exprimées en « complexes céramiques » (de 100 à 200 ans de durée), mais des « événements » culturels locaux contrôlés (construction d’une maison et ses modifications ultérieures, activités sur un sol de cuisine, épandages dans un dépotoir, remblaiement, etc.), chacun de durée assez brève – environ 50 ans, soit deux générations. En modélisant les pratiques de dépôt céramique selon les événements (par exemple, leur inclusion dans des remblais de construction), il est possible de lire dans la séquence sériée une histoire locale, marquée surtout par des rythmes de construction et, bien entendu, par l’introduction d’innovations céramiques. On obtient ainsi une image très détaillée de l’évolution céramique, qui précise la séquence des complexes. Elle la brouille cependant un peu au moment de la formation du style Río Bec (entre 500 et 700 apr. J.-C.) en raison d’une forte activité de construction généralisée. Il restera à confronter les deux séquences pour la sélection des échantillons de charbons à analyser afin de disposer de la meilleure série de dates radiocarbone possible.

8On peut déjà dire que l’occupation régionale débute en 600 av. J.-C., soit plus d’un millénaire avant le début des constructions de style architectural Río Bec typique, ce qui affaiblit l’hypothèse d’une colonisation de la région plus tardivement qu’alentour. Elle n’atteint une certaine densité qu’entre 400 et 600 apr. J.-C. Entre 600 et 750, sont construits de nombreux édifices monumentaux de phase stylistique Río Bec tardif 1, tandis que le nombre des unités résidentielles diminue : des unités modestes sont alors abandonnées, inaugurant un processus de concentration (relative) de l’habitat. Quelles sont alors les modalités d’exclusion ou d’absorption de groupes sociaux ? Cette tendance se poursuit jusqu’à l’abandon du site vers 950. Cette diminution de l’occupation globale du territoire s’accompagne d’un renforcement des groupes majeurs, d’une activité de construction accrue et d’une monumentalité croissante. Il est donc possible d’envisager que ces changements traduisent un contrôle accru des populations par des élites. On croit par ailleurs percevoir avec le temps, mais c’est encore à confirmer, un déplacement des groupes les plus prestigieux d’est vers l’ouest. Pour les plus grands édifices, un mode de construction progressif, sur deux ou trois générations peut-être, a été mis en évidence. Ces programmes se sont développés dans un contexte de coopération locale intense entre familles, mais aussi d’émulation, non moins intense, entre groupes sociaux à l’échelle micro-régionale.

Habitat et milieu naturel

9Les prospections, l’enregistrement, les sondages et les fouilles réalisés aux trois échelles d’étude retenues (100 km2, 159 ha et 9 ha) caractérisent l’organisation de l’habitat et sa répartition dans l’espace, mesurent aussi les contraintes environnementales et la diversité des aménagements paysagers et, enfin, appréhendent l’utilisation des ressources du milieu à travers notamment la gestion de l’eau et les pratiques agraires.

10Río Bec n’est pas un site maya traditionnel, au sens où il ne possède pas de noyau central et où la répartition de sa population est clairsemée. Sur la zone des 100 km2, les 72 groupes monumentaux recensés sont distants en moyenne de 350 m les uns des autres, avec un écart pouvant aller de 100 à 1 000 m (fig. 1). Ils sont composés le plus souvent d’une dizaine de structures dont une ou plusieurs monumentales, même s’il faut signaler la présence de deux établissements regroupant jusqu’à 63 structures. La microrégion ne présente aucune organisation spatiale particulière, aucun épicentre n’y apparaît ; les deux concentrations de groupes que l’on a pu distinguer (au centre et au nord-est) s’expliqueraient par des contraintes topographiques, puisqu’un important système de drainage les sépare. Dans chacune d’elles, on retrouve les mêmes préférences pour des zones planes en sommet de relief, à une altitude moyenne de 250 m. Quelques aspects spécifiques de l’environnement semblent avoir joué un rôle déterminant dans le choix des sites d’implantation : les sols bien drainés et riches en matières organiques, les pendages (les reliefs doux) et la proximité de zones basses inondables, importantes du point de vue agraire et pour le stockage de l’eau. Il convient de rappeler ici que le seul accès à l’eau de consommation courante dans cette région karstique provient de réservoirs d’eau douce (aguadas) situés dans les dépressions argileuses souvent aménagées et toujours entretenues. Les zones basses (bajos) fournissaient également certaines des matières premières lithiques utilisées (silex et chailles), d’origine locale à plus de 90 %.

11Les groupes monumentaux s’inscrivent dans un tissu qui comporte des habitats plus modestes dispersés assez régulièrement, le tout évoquant un contexte rural à fortes contraintes agraires induites par la qualité des sols, la topographie, le parcellaire… L’habitat simple est composé d’unités dont la densité est apparue relativement faible à l’intérieur de la zone nucléaire de 159 ha (moins de 3 structures/ha). Ces unités ne sont pas nécessairement organisées autour d’un patio ; par ailleurs, elles ne constituent pas de concentrations notables autour des groupes monumentaux. L’étude de la zone nucléaire a révélé la variété et la densité des systèmes d’aménagement du paysage qui se surimposent au substrat naturel. Étudiée de façon intensive, une fenêtre-test de 9 ha, située sur un interfluve au sud-ouest du groupe D, a révélé un paysage très structuré, compartimenté par un dense système de terrasses et de levées linéaires de terre et de pierres (camellones). La fenêtre a été abordée simultanément des points de vue géomorphologique (microtopographie), pédologique et archéologique. L’étude d’une petite unité d’habitation a montré que ses alentours sont circonscrits par quatre camellones orientés cardinalement. La surface ainsi délimitée serait celle d’une petite unité d’exploitation composée, outre de l’habitat lui-même, d’une carrière, d’une aguada et d’un certain nombre d’espaces subhorizontaux. De 500 à 1 000 m2, ces derniers sont autant de micro-parcelles à usage agricole intensif : ils constituent l’espace agraire de l’unité d’habitation. Même s’il est pour l’heure difficile de préciser le type d’activité spécifique développé dans chacune de ces micro-parcelles, cet exemple révèle un système agraire fortement resserré, compartimenté en de petites surfaces exploitées intensivement, impliquant une savante gestion de l’eau, tantôt retenue, tantôt évacuée par les levées linéaires de pierres. Reste à établir les relations socioéconomiques entre cette unité d’exploitation et le groupe monumental voisin. Le territoire semble divisé en unités indépendantes, mais d’autres données suggèrent que des institutions collectives existaient aussi.

Structures sociales

12Pour résumer les résultats présentés ci-dessus, les vestiges Río Bec étudiés témoignent donc de la persistance, rare dans l’aire maya, d’une configuration très dispersée de groupes monumentaux dans un environnement rural, modérément favorable à l’exploitation agricole intensive de petits domaines, sur une durée longue, mais avec un moment d’apogée bref, d’environ trois siècles, juste avant l’abandon final. Le processus d’agglomération ne s’est pas produit et les causes en seront difficiles à comprendre. Les résultats des fouilles intégrales des groupes A, B et D permettent de caractériser les formes et les fonctions de ces ensembles monumentaux. Ils comportent des maisons prestigieuses à plusieurs pièces avec des salles de réception et de réunion, entourées, chacune, de bâtiments plus modestes, souvent à une seule pièce ; quelques groupes possèdent deux grandes maisons formant paire (fig. 4). Les cuisines sont partout séparées et dotées de toits de matériaux périssables, alors que les maisons sont entièrement maçonnées et voûtées, décorées en façade et sur le toit de représentations cosmologiques qui évoquent le Monstre de la Terre.

Fig. 4

Fig. 4

Vue d’hélicoptère des « palais » 6N1 (à gauche) et 6N2 (à droite) du groupe B. À l’extrême droite on aperçoit la cuisine 6N8 et une partie de la maison 6N3

13En appliquant à ces ensembles le modèle maya de la famille élargie et à la région le modèle ethnologique de la « société à Maisons » (Lévi-Strauss 1991), on obtient l’image d’une société atomisée en maisons, composées chacune d’une famille élargie habitant une grande résidence associée dans l’espace à des familles de moindre rang réparties dans de petites unités d’habitation voisines. Mais, ni la dynamique sociale restituée par la séquence chronologique, ni l’analyse des distances entre plus proches voisins ne montre de processus d’attraction ou de colonisation autour des grandes maisons. L’architecture de ces dernières exprime, par de nombreux détails, une nette ambition de croissance sociale, alors que les données diachroniques de l’habitat suggèrent plutôt une diminution du nombre d’unités autonomes en co-résidence, et même du nombre de pièces habitées dans les grands édifices. Pour certaines, l’aménagement n’était pas même terminé vers 950. L’abandon n’apparaît pas marqué par de quelconques violences. De rares indices font penser qu’une partie de la population est restée dans la région, abandonnant les résidences maçonnées pour des logements de matériaux périssables. À l’exception de petites réserves d’eau dont une était encore en usage au xie siècle (selon une date 14C), aucune trace de ces survivants n’a été détectée dans la forêt.

L’organisation politique

14Les résultats de l’analyse de l’habitat, des fouilles dans les groupes A, B et D, de l’étude du matériel, de l’iconographie et de l’épigraphie, offrent une image contrastée, voire paradoxale de l’organisation politique. Pour la plupart, les données n’indiquent pas clairement l’existence d’une hiérarchie politique marquée entre les groupes monumentaux. Le classement des grands édifices d’après les groupements d’habitations plus modestes qu’ils ont suscités donne des résultats apparemment incohérents, mais il n’est peut-être pas impossible de tenter de le faire d’après leur morphologie. Ces grands édifices sont, dans certains cas, les lieux d’inhumation de personnages a priori importants, mais faiblement distingués socialement par le mobilier funéraire, limité en nombre et pauvre en qualité. En réalité, en dépit de leurs dimensions, on n’a pas trouvé dans ces édifices à chambres multiples plus de biens de prestige en matériaux exogènes (silex et obsidienne notamment) que dans les résidences plus modestes. Pour sa part, leur décoration n’indique pas davantage d’éléments représentatifs de positions hiérarchiques supérieures : par exemple, il est très rare qu’un personnage de type historique figure dans les motifs. Au thème traditionnel du souverain représenté un peu partout dans les Basses Terres mayas, s’oppose sur les façades Río Bec le thème déjà mentionné et omniprésent du Monstre de la Terre.

15Face à ce faisceau de données qui suggère plutôt une société faiblement hiérarchisée où le pouvoir, peu individualisé, aurait été partagé entre de nombreuses maisons nobles, s’opposent cependant des données épigraphiques, qui attestent de la présence à Río Bec de vrais souverains royaux. En effet, dans trois des établissements recensés (Kajtun, Groupe ii et Groupe v), il existe plusieurs stèles (17) avec inscriptions et représentations de caractère royal. Malgré leur mauvais état de conservation, on y a déchiffré quelques dates, échelonnées de 475 à 869 apr. J.-C., ainsi qu’un même titre royal sur trois monuments distincts (B’olonil ajaw, « roi de B’olonil »). En outre, l’iconographie des stèles, lorsqu’elle est conservée, s’inscrit pleinement dans la tradition du pouvoir royal des Basses Terres mayas, le roi apparaissant en chef militaire, armé et piétinant des captifs. Élément encore plus déconcertant, si les trois sites à stèles, qui d’ailleurs sont organisés en place centrale contrairement aux 69 autres groupes monumentaux, paraissent bien indiquer l’existence d’un pouvoir politique hiérarchiquement supérieur, celui-ci aurait dû être rotatif entre ces trois lieux puisque c’est le même titre, déjà évoqué, qui y apparaît. Par ailleurs, il faut remarquer que les stèles datées de Kajtun et du Groupe ii, sauf une, sont postérieures à l’apogée de construction et d’occupation de ces mêmes groupes. Que signifient donc ces indices épigraphiques qui contredisent les données de l’archéologie ? La royauté n’est toutefois pas incohérente avec le modèle de la société à Maisons, dans la mesure où il fallait peut-être un roi pour marquer les rangs des multiples familles nobles et non nobles, en compétition permanente, mais unies par de complexes systèmes d’alliances.

16Sur la plupart des plans dont il a été question, le projet Río Bec pourrait et devrait donc avoir une valeur exemplaire. Il a en effet permis que des méthodologies nouvelles soient testées, que des données importantes soient recueillies, qui suggèrent des modèles nouveaux sur la société maya classique, et qu’un grand capital patrimonial soit dégagé et protégé.

Haut de page

Bibliographie

Adams, R. E. W. 1981. « Settlement patterns of the central Yucatán and southern Campeche regions », in : W. A. Ashmore (ed.), Maya Lowland Settlement Patterns. Albuquerque, University of New Mexico Press : 211-257.

Andrews, G. F. 1999. « Río Bec tower complexes : forms and functions », in : G. F. Andrews, Pyramids and Palaces, Monsters and Masks. Vol. 3, Architecture of the Río Bec Region and Miscellaneous Subjects. Lancaster, Labyrinthos : 47-127.

Carrasco, R., S. Boucher et A. Peña. 1986a. « Río Bec : un modelo representativo del patrón de asentamiento regional », Boletín de la Escuela de Ciencias Antropológicas de la Universidad de Yucatán, 14, 78 : 20-29.

Carrasco, R., S. Boucher et A. Peña. 1986b. « Addenda a “Río Bec : un modelo representativo del patrón de asentamiento regional” », Boletín de la Escuela de Ciencias Antropológicas de la Universidad de Yucatán, 14, 79 : 31.

Lévi-Strauss, C. 1991. « Maison », in : P. Bonte et M. Izard (dir.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie. Paris, Puf : 434-436.

Merwin, R. E. 1913. The Ruins of the Southern Part of the Peninsula of Yucatan, with Special Reference to their Place in the Maya Area. PhD dissertation, Cambridge, Harvard University.

Périgny, M. de. 1909. « Ruines de Río Beque », La Nature, t. XXXVII, 1 : 300-301.

Ruppert, K. et J. H. Denison. 1943. Archaeological Reconnaissance in Campeche, Quintana Roo and Peten, Washington, Carnegie Institution of Washington, Publication 543.

Ruz Lhuillier, A. 1945. « Campeche en la arqueología maya », Acta Antropológica, I, 2-3.

Schmidt, P. J. 1981. « Informe sobre el inicio de las delimitaciones oficiales en los sitios arqueológicos de Calakmul, Río Bec, Becán y Chicanná, Campeche », Mérida, Archivo del Centro Regional Inah Yucatán.

Seuffert, A. 1974. « El templo B redescubierto en la zona de Río Bec », Boletín del Inah, época 2, vol. 8 : 3-18.

Thomas, P. M. et L.. J. Campbell. 2006. « Río Bec, Campeche, México. Group B, structure 6N-1. 1976 Field season », manuscrit.

Thompson, J. E. S. 1936. Carnegie Institution of Washington, Year Book, vol. 35 : 125-127.

Thompson, J. E. S. 1945. « A survey of the northern Maya area », American Antiquity, XI, 1 : 2-24.

Haut de page

Notes

1 La phase 1 du projet Río Bec connaîtra en 2008 sa septième et dernière campagne de terrain. Le programme est financé par le ministère des Affaires étrangères, le Cnrs, des entreprises françaises implantées au Mexique (Efm, Cimesa) ainsi que par le ministère mexicain du Développement social. L’équipe de recherche est composée de vingt-cinq personnes (Français, Mexicains et Espagnols).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende La région de Río Bec au cœur des Basses Terres mayas et les zones de travail (100 km2 et 159 ha).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 2
Légende Partie du plan des 159 ha où apparaissent les groupes B et D intégralement fouillés
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 3
Légende Secteur autour du grand édifice A (groupe A) qui fait également l’objet d’une fouille intensive et extensive.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/420/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 4
Légende Vue d’hélicoptère des « palais » 6N1 (à gauche) et 6N2 (à droite) du groupe B. À l’extrême droite on aperçoit la cuisine 6N8 et une partie de la maison 6N3
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/420/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Michelet, Marie-Charlotte Arnauld et Philippe Nondédéo, « Río Bec (Basses Terres mayas) 2002-2008 », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 109-115.

Référence électronique

Dominique Michelet, Marie-Charlotte Arnauld et Philippe Nondédéo, « Río Bec (Basses Terres mayas) 2002-2008 », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/420 ; DOI : 10.4000/nda.420

Haut de page

Auteurs

Dominique Michelet

Cnrs, Umr 8096 « Archéologie des Amériques)
dominique.michelet@mae.u-paris10.fr

Marie-Charlotte Arnauld

Cnrs, Umr 8096 « Archéologie des Amériques)
charlotte.arnauld@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Philippe Nondédéo

Cnrs, Umr 8096 « Archéologie des Amériques)
philippe.nondedeo@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org