Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les sociétés d'horticulteurs

Japoto : une métropole régionale tardive dans la province côtière du Manabí (Équateur)

Jean-François Bouchard
p. 89-94

Résumés

Japoto (côte centrale du Manabi, Equateur) représente un type de site formé de monticules artificiels et de la Période d’Intégration (de 700-800 apr. J.-C. jusqu’à la Conquête espagnole). Il appartient à la civilisation manteña, un groupe culturel très important de cette côte, contrôlant le littoral pacifique équatorial et le trafic maritime. Plusieurs sites « cérémoniels » d’importance ont autrefois livré des informations sur ce groupe, mais notre projet concerne un site étendu, qui correspond à une métropole régionale établie dans la basse plaine alluviale du principal fleuve du centre de l’Équateur. Il vient ainsi traiter d’aspects quotidiens et domestiques dont l’archéologie de l’Équateur n’avait pas privilégié l’étude jusqu’à présent.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Équateur
Haut de page

Texte intégral

1Si les cultures préhispaniques des côtes nord et sud de l’Équateur sont relativement bien connues après un demi-siècle de recherches, il n’en va pas de même du littoral central. Le Projet Manabí, baptisé du nom de cette province côtière, concerne les sites archéologiques qui s’égrènent au long des 25 km séparant le río Chone du río Porto Viejo.

2Au nord, une ligne de falaises abruptes surplombant le Pacifique d’une trentaine de mètres, est entrecoupée par l’embouchure de petits fleuves (ces cours d’eau saisonniers sont des sortes d’oueds appelés localement esteros) (Usselmann 2006). Nous y avons, par exemple, étudié sur le front de mer le site de Chirije.

3Plus au sud, les falaises s’effacent au profit d’un cordon de dunes assez bas, que prolonge la plaine du río Porto Viejo – limite méridionale du projet Manabí –, où les établissements, anciens ou modernes, sont un peu en retrait de la ligne de côte (Usselmann 2006). Nous y fouillons, près du village actuel de San Jacinto, le site à monticules artificiels (tolas) de Japoto, un des rares exemples bien conservés au Manabí central. Depuis 2004, une équipe internationale intégrant des chercheurs français, espagnols, équatoriens et nord-américains a déjà passé quatre saisons sur le terrain, en concentrant ses efforts sur une vingtaine d’hectares. Mais le site archéologique était à l’origine beaucoup plus vaste. La dernière campagne a permis de repérer d’autres vestiges antérieurs aux tolas, dans un rayon de trois kilomètres au nord-est – ceux qui auraient pu exister jadis vers le sud et vers l’ouest ont en tout cas été détruits. De même, juste au nord de notre chantier, la création de bassins pour produire du sel marin a eu pour conséquence la destruction de dizaines d’hectares dont la plupart contenaient des vestiges archéologiques, sans qu’aucune intervention de sauvetage ait pu être mise en place.

4L’objectif global est de contribuer à l’étude des établissements de la culture dite manteña datant de la Période d’intégration (700-800 apr. J.-C.-xvie siècle), dans la dernière partie de l’époque précolombienne.

5La Période d’intégration se caractérise par la consolidation des acquis socioculturels et économiques mis en place par les différents « développements régionaux » qui se sont épanouis lors du millénaire antérieur. En outre, les sociétés vont aussi complexifier leur organisation : c’est l’apogée des chefferies andines que les conquistadors appelleront des Señorios, contrôlés par des « caciques » de rangs divers qui régissent les territoires andins. Les groupes andins maîtrisent alors à peu près toutes les technologies, y compris la métallurgie des métaux précieux, du cuivre et du bronze. Sur la côte équatoriale, l’agriculture et la pêche assurent la prospérité des groupes, comme en témoignent les premières expéditions de la conquête des Andes (1526-1532) qui trouvèrent des vivres abondants et des butins substantiels avant d’atteindre le Pérou des Incas.

6Parmi ces peuples côtiers, l’un des plus importants était celui des manteños qui contrôlait une très grande partie du littoral du centre de l’Équateur. Auparavant, pendant la période des Développements régionaux (300 av. J.-C. à 700 apr. J.-C.), ce territoire correspondait à plusieurs groupes culturels individualisés appelés Jama-Coaque, Bahia de Caraquez, Guangala. Mais vers 700 apr. J.C., sur cette côte, on ne trouve plus de vestiges s'y rattachant. L’archéologie équatorienne l’explique par l’émergence de la culture manteño qui occupera le vaste territoire de la côte centrale mais établira aussi des enclaves commerciales, au nord et au sud, afin de soutenir ses importantes activités maritimes et commerciales. Un aspect majeur et très particulier de ce groupe est la maîtrise qu’il avait de la navigation en mer. Il possédait des flottes de grands radeaux faits de troncs de balsa assemblés et dotés d’une voile rectangulaire. De profondes dérives réglables permettaient de remonter dans le lit du vent et donc de naviguer, au plein sens du mot. Pour l’anecdote, on rappellera les expéditions du navigateur Thor Heyerdal avec le Kon Tiki, qui démontra au moins les qualités propres à ces embarcations si originales. Des témoignages écrits au xvie siècle mentionnent aussi la rencontre en mer entre l’un des premiers vaisseaux espagnols à longer ces côtes et un tel radeau manteño, avec son équipage et sa charge de produits commerciaux. Ces navigateurs commercialisaient divers produits le long du rivage Pacifique : toiles et tissus, cuivre, et surtout le célèbre coquillage spondilus princeps aux valves rouges, orange ou violettes, encore plus valorisé que les pierres et métaux précieux par les peuples préhispaniques. Les manteños apparaissent ainsi comme une population exceptionnelle qui avait le quasi-monopole du trafic maritime jusqu’au Pérou au sud et jusqu’à la Mésoamérique au nord.

7Fort peu de sites manteños d’habitat ont été fouillés en détail et tous se localisent plus au sud de notre région d’étude. Ce qui caractérise au premier abord celui de Japoto, c’est la présence dans la basse plaine de la rive droite du fleuve d’une grande concentration de monticules artificiels sur plusieurs dizaines d’hectares. Ces proéminences sont le plus souvent enfouies sous la végétation naturelle ou les cultures agricoles, mais elles sont mieux repérables à la saison des défrichages et après les récoltes. Dans l’Équateur préhispanique, l’établissement de structures d’habitat, mais aussi de lieux de cultes ou de réunion, se fait très souvent sur le sommet de plateformes construites, qu’on appelle génériquement tolas. Cette façon de construire des bases surélevées supportant divers édifices en matériaux périssables est aussi parfois associée à des pratiques funéraires. Mais, le plus souvent, il ne s’agit pas de « tertres funéraires » édifiés afin de recouvrir une sépulture : on enterrait simplement les défunts dans les flancs de la plateforme d’habitat. Ces tolas compensent donc en partie l’absence d’autres vestiges d’une architecture pérenne, édifices en pierre ou en terre crue par exemple.

La construction des tolas :un modèle récurrent mais des exceptions remarquables

8À Japoto, les tolas sont quadrangulaires, ovales ou circulaires. Elles peuvent atteindre 80 m de long, 20 m de large, et de 1 à 3 m de haut, voire plus. La majorité des tolas fouillées ont révélé un mode de construction par succession d’apports au long de l’occupation. Dans les tolas J3, J4, J5, J6, J9, la fouille a mis en évidence une alternance de strates horizontales, certaines très compactées, avec d’autres qui le sont moins. Ce procédé limitait l’érosion des sols et garantissait leur stabilité lors d’intempéries. Leurs bâtisseurs craignaient l’effet des pluies diluviennes qui affectent périodiquement l’Équateur lors des phénomènes du Niño. Jusqu’à l’abandon de Japoto, ils répétèrent plusieurs fois cette consolidation par recompactage. On peut d’ailleurs observer que la dernière strate, qui est aussi la plus épaisse, a été obtenue de façon moins soignée que les précédentes (Bouchard, Fuentes et Lopez 2006).

9S’il est le plus fréquent, ce mode de construction n’est cependant pas unique. En effet des sondages ouverts sur le plan naturel et à proximité des bas versants des tolas J3 et J6 ont fait apparaître des niveaux d’occupation plus profonds que la base des tolas, révélant un premier établissement (pas encore daté) qui se fit sans construction de plateforme surélevée (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Japoto : tola J6, coupes sud et ouest

10De plus, en 2007, les fouilles de la tola J8 ont apporté une découverte exceptionnelle. Contrairement aux autres (J3, J4, J5 et J6), J8 a une forme particulière : elle associe deux éléments alignés selon un axe longitudinal nord-sud. Au nord, se trouve une vaste plateforme rectangulaire légèrement surélevée par rapport au sol naturel ; cette « plateforme inférieure » se prolonge au sud, par une tola de plan ovale culminant à près de 3 m (fig. 2). Provisoirement, nous appelons tola J8 l’ensemble formé par les deux structures accolées. Très affectée par des labours profonds, la partie nord a été laissée en réserve et c’est la structure sud, beaucoup mieux conservée, qui a reçu toute notre attention pour la fouille en 2007. Bien qu’il représente un volume très important, le matériau qui la constitue (sous une couche superficielle d’humus d’environ 20 cm) a été accumulé en une seule étape. Il s’agit de cailloutis blanchâtres enrobés du même sédiment que celui du lit des petits cours d’eau saisonniers. Il recouvrait un ensemble architectural qui n’est pas encore interprété. De haut en bas, celui-ci comprenait :

  1. un muret bas (56 cm de haut x 50 cm de large), composé de cinq assises de briques crues (adobes) d’un modèle régulier, portant des traces de combustion, de suie et de rubéfaction. Un enduit de terre présentant des marques analogues recouvrait le parement occidental et le couronnement sommital. Repéré dans la tranchée sur 2 m de long (sondage D), ce muret nord-sud réapparaissait dans le sondage voisin (sondage F) où il s’interrompait à 50 cm de la paroi nord (fig. 2) ;

  2. il surmontait une structure en bahareque (terre brûlée et fibres), alignée selon le même axe. Le plan horizontal en avait été détruit à l’est mais préservé à l’ouest sur 60 cm de large, avant de s’interrompre de manière abrupte. Au-delà de cette marche haute de 37 cm, et jusqu’à la limite occidentale de la base de la tola J8 (à 4 m environ), la surface avait subi l’action du feu en plusieurs endroits ;

  3. à l’est, un plan incliné à 60°, d’environ 2,70 m de long,ls’enfonçait jusqu’à 2,80 m de profondeur. Là encore, de très nombreuses traces de combustion et de rubéfaction apparaissaient sur le glacis superficiel, d’une épaisseur de 8 cm environ (fig. 3) ;

11Dans la mesure où divers sondages (TZ1, 2, 3, 4, 5) ouverts suivant l’axe nord-sud de cette partie ont fait partout apparaître le couronnement du mur d’adobes supérieur, il nous semble très probable qu’il s’agisse bien d’une structure continue pouvant mesurer environ 15 m de long. La fouille de 2008 devra confirmer cette hypothèse et mettre au jour l’ensemble de cette construction exceptionnellement conservée grâce à cet ensevelissement.

Fig. 2

Fig. 2

Plan de la tola J8 (fouille 2007)

Fig. 3

Fig. 3

Japoto : vue de la structure architecturale enterrée sous la tola J8 (de haut en bas : murets d’adobes calcinés, plan incliné en terre crue)

12La découverte, sur la côte équatorienne, d’une architecture en adobes est à tous égards exceptionnelle. C’est la première fois qu’à Japoto, nous avons trouvé autre chose que des sols, des trous de poteau, des foyers construits ou des fours. Ailleurs, il n’est pas du tout habituel de découvrir de tels vestiges, en particulier parce que le climat, humide pendant la saison hivernale, n’incite pas à construire en terre crue, qui serait trop vulnérable. La fouille du soubassement de la tola J8 devrait, nous l’espérons, permettre de le dater et d’en préciser la fonction. De même, elle devrait nous fournir des informations pour comprendre les raisons de son enfouissement intentionnel sous une tola – et préciser la période d’édification de celle-ci.

Les vestiges archéologiques

Les sépultures

  • 1  Fouille de J7 et étude des restes osseux par T. Delabarde, pensionnaire de l’Ifea, qui accueille d (...)

13Les fouilles de la tola J7 ont permis de découvrir un ensemble funéraire à ce jour inédit dans la culture manteña, bien que d’autres sites aient révélé certaines modalités des coutumes attestées. Les défunts avaient été ensevelis dans des fosses (dépôts primaires en décubitus dorsal) et parfois, leurs ossements avaient été réunis dans des paquets ou dans des urnes (dépôts secondaires). Il semble que la tola J7 ait été exclusivement consacrée à ces fonctions funéraires sans qu’on trouve trace de réelle occupation domestique (Delabarde 2006). En revanche, plusieurs autres monticules (tolas J3, J5, J6) ont livré des sépultures primaires en fosse (corps placés en décubitus dorsal) et des sépultures secondaires en paquets ou dans des urnes de céramique. En 2008, T. Delabarde développera son sujet d’étude post-doctoral en complétant ses données grâce à diverses analyses de laboratoire sur le matériel osseux recueilli1.

Les parures et les outils métalliques

  • 2  Une étude conduite par M. Guinea et M.A. Barriuso (Universidad Complutense Madrid).

14Les coquilles marines étaient une matière première essentielle à la parure : aux quelque 2 000 fragments de coquilles colorées de spondyle ou d’argopecten – un bivalve vulgairement appelé pétoncle –, qui présentaient divers stades de fabrication de perles et de pendentifs (Guinea 2006), s’ajoutent les huîtres perlières, un bol obtenu à partir d’un coquillage de Malea gigas ou encore des dents de requin travaillées en ornement à suspendre2.

15Les petits objets en cuivre correspondent bien à ce que l’on sait aujourd’hui de la métallurgie pendant la Période d’intégration. Parmi les outils, on trouve en particulier des aiguilles et des hameçons. Les éléments de parures (pendentifs, anneaux, etc.) sont pour la plupart fortement oxydés et très endommagés mais, sur certains, apparaît une fine couche de placage d’or partiellement conservée (cuivre doré).

Les poissons, les coquillages, les escargots

  • 3  P. Béarez Cnrs-Mnhn, Umr 5197, est responsable de l’étude des restes de poissons.

16Les restes de poissons ont été retrouvés en grand nombre et dans un bon état de conservation. Leur quantité montre l’importance qui était la leur dans l’alimentation des habitants, et leur taille indique que ces derniers pêchaient de grandes prises – celles d’un poids compris entre 5 et 10 kg ne sont pas rares. Cette pêche se faisait au filet ou à la ligne, puisque des hameçons ont été retrouvés, dans la mangrove et dans l’estuaire proches, mais aussi parfois plus au large, comme l’indique le spectre faunique. Des coquillages de mer et de lagune ainsi que des escargots de terre étaient aussi consommés3.

Les fours

17Plusieurs tolas fouillées contenaient des structures culinaires propres à la région, appelées fours du Manabí. Il s’agit de grandes cavités construites pour maintenir les récipients de cuisson sur la braise. La chaleur intense a durci et rubéfié les parois de ces « fours manabites », dont l’existence semble bien confirmer le rôle domestique des tolas qui les englobent (Touchard 2006). Dans le Manabí, cette technique, qui perdure encore bien qu’elle se pratique aujourd’hui sur des plans de cuissons surélevés, appartient à la tradition régionale.

Les empanadillas d’argile cuite

  • 4  Étude menée par M. Guinea avec l’appui de N. Platel, Cnrs Umr 5060, Bordeaux, pour les analyses ph (...)

18Ce sont de petits fragments d’argile cuite qui gardent l’empreinte des feuilles végétales qui les enveloppaient. Les analyses physico-chimiques conduites ont révélé les composants de ces argiles « spéciales ». À partir de ces données M. Guinea a pu suggérer qu’elles étaient selon toute vraisemblance des préparations médicinales aux vertus préventives ou curatives4 (Guinea 2006). Dans les années 1970, elle avait aussi découvert de tels vestiges sur le site d’Atacames (côte nord de l’Équateur) sans avoir pu alors les interpréter. Certains textes du xvie siècle font allusion à des pratiques « médicinales » indigènes que les conquérants européens assimilaient souvent à des « diableries » ou à des superstitions. Or, les anaalyses pratiquées montrent qu’il y a bien des principes actifs dans ces empanadillas, qui nous révèlent un aspect assez peu connu et peu documenté de la médecine indigène préhispanique.

La céramique

  • 5  L’étude de la céramique est faite sous la responsabilité de K. Stothert, University of San Antonio (...)

19La céramique appartient bien, dans sa majorité, à la tradition manteña (fig. 4). Des indices technologiques ou décoratifs laissent percevoir une différence (ou une évolution) entre les niveaux inférieurs et les niveaux supérieurs. Par exemple, des motifs connus dans l’iconographie de la céramique Bahia persistent sur des céramiques datant du manteño ancien, mais n’existent plus pour les niveaux tardifs. Ou encore, la céramique des niveaux profonds montre des traitements de surface connus dans la céramique Guangala, mais pas celle des niveaux plus récents. En outre, la découverte d’autres tessons plus anciens dans les déblais des salines, au nord de Japoto, révèle l’existence de niveaux archéologiques rattachés à la période des Développements régionaux (300 av. J.-C. à 700/800 apr. J.-C.). La poursuite des études permettra sans doute de mieux caractériser l’évolution de ces matériaux céramiques au fil de la chronologie5 (Stothert 2006).

20Tous ces vestiges manteños sont différents de ceux, sans doute plus spectaculaires, conservés dans les musées (sièges cérémoniels et stèles sculptés en pierre, orfèvrerie). Cela nous montre bien que la fouille de sites d’habitat révèle des aspects que l’archéologie de sites cérémoniels (voire, parfois, leur pillage) laissait complètement dans l’ombre. À travers nos recherches, une vie plus quotidienne commence à réapparaître dans un site longtemps ignoré.

Fig. 4

Fig. 4

Partie anthropomorphe d’élément de récipient manteño (Japoto) : divers types de décors modelés récurrents ornent très souvent la partie centrale de la variété de récipients appelés « compotiers » (compoteras) dans la céramique manteña

Japoto à l’époque manteña6

  • 6  Pour la description générale, nous nous référons à la fouille pilote de la tranchée transversale.

21Dans leur ensemble, les résultats confirment que l’occupation principale correspond bien aux populations manteñas et remonte sans doute aux débuts de cette période culturelle. La construction des tolas à Japoto est associée à une céramique typiquement manteña ancienne pour sa grande majorité. Elle se rapproche en effet de la céramique découverte plus au sud, par exemple à Los Frailes, placé aux débuts de la période manteña.

22Les stratigraphies des tolas J3, J4, J5, J6 montrent une succession de phases couvrant sans doute la totalité, ou presque, de cette Période d’intégration. L’absence d’installation postérieure (inca, hispanique ou autre) indique un abandon rapide sans autre réoccupation que l’actuelle, réduite à une petite ferme toujours exploitée.

23Le cas très particulier de la tola J8 soulève toutefois la question de l’existence avérée d’une phase pré-tola, puisqu’elle a recouvert une structure construite antérieure sans que nous sachions, aujourd’hui, à quelle époque. Même s’il reste difficile d’en préciser l’évolution, Japoto paraît avoir été longtemps un site manteño important, sinon capital aux niveaux local et régional, comme le montre le fait qu’aucun autre établissement ne se trouve dans un rayon proche (plus ou moins 10 km).

24Une alimentation facile en eau (esteros et puits), l’existence de bonnes terres cultivables, la proximité du fleuve et de son estuaire, celle de la lagune et de la mer, l’abondance des ressources en poissons et en mollusques, furent autant d’éléments favorables à la fondation de Japoto, ainsi qu’à son maintien. Ajoutons aussi un emplacement relativement bien protégé des menaces de l’océan, capable d’anéantir des sites bâtis sur le front de mer lors d’événements catastrophiques (tempêtes, raz-de-marée, etc.)7.

25Replacé dans le contexte plus général de la période d’hégémonie des manteños, le modèle du noyau formé de très nombreuses tolas reflète l’organisation de la société manteña,et Japoto illustre les établissements indigènes, riches et florissants que trouvèrent les Espagnols en débarquant : un site côtier concentrant, en une place choisie avec soin pour ses avantages stratégiques, le siège du pouvoir et la résidence des élites, des artisans, des paysans et des pêcheurs.

Perspectives

26Plusieurs grandes orientations vont être développées, la première en anthropologie (recherches de l’Adn mitochondrial et d’éléments-traces sur les ossements humains), la seconde sur l’architecture de terre brûlée ou incendiée, puis enfouie intentionnellement sous la tola J8 : le fait qu’elle ait été construite à une époque antérieure, sur un sol plan, tend à conforter l’hypothèse d’une occupation ancienne et pré-tola qui reste à confirmer davantage. Nous tenterons de réaliser des datations par thermolumiscence de ces structures brûlées avec l’Umr 5060, Cnrs, Bordeaux (C. Lahaye). Par ailleurs, nous chercherons les moyens les plus adéquats à la conservation de ces structures (C2rmf, V. Wright).

27Au-delà des limites de la propriété où nous fouillons, des prospections ont déjà répertorié des vestiges mis au jour lors de travaux d’aménagement (2005) et, ailleurs, de nouvelles tolas qui prolongeraient le site sur plusieurs kilomètres de longueur (2007). Il faudra aussi reprendre ces prospections pour délimiter plus clairement les aires d’occupation préhispanique prolongeant le secteur fouillé par le projet afin d’évaluer l’ampleur du site dans son ensemble.

28Il est enfin envisagé de prévoir des activités de conservation et de mise en valeur du site qui pourrait faire l’objet d’aménagements simples pour être accessible au public. Dans un premier temps, les ministères équatoriens du Tourisme et de la Culture ont été informés des potentialités du site à la fin de la campagne 2007. Nous comptons poursuivre notre intervention sur Japoto afin qu’il soit protégé et conservé comme il nous semble désirable.

Haut de page

Bibliographie

Dans le Bulletin de l’Ifea, 35, 3, « Avances de investigación en el Ecuador Prehispánico », M. Guinea et J.-F. Bouchard (dir), publié en 2006, nous renvoyons aux contributions suivantes :

Bouchard, J.-F., F. Fuentes et T. Lopez. « Aldeas y pueblos prehispánicos en la costa central de Manabí : Chirije y Japoto » : 243-256.

Delabarde, T. « Una secuencia de gestos funerarios : la tola J7 de Japoto, Manabí, Ecuador » : 313-320.

Guinea, M. « El uso de tierras comestibles por los pueblos costeros del período de Integración en los Andes Septentrionales » : 321-334.

Guinea, M. « Un systema de producción artesanal de cuentas de concha en un contexto domestico manteño : Japoto, provincia de Manabí, Ecuador » : 299-312.

Stothert, K. « La cerámica manteña de Japoto en perspectiva comparativa » : 265-283

Touchard, A. « Una casa manteña puede esconder otra : la tola J6 de Japoto » : 285-298.

Usselmann, P. « El medio ambiente prehispánico de la región de San Jacinto (Manabí) » : 257-264.

Haut de page

Notes

1  Fouille de J7 et étude des restes osseux par T. Delabarde, pensionnaire de l’Ifea, qui accueille divers doctorants et post-doctorants travaillant dans les pays andins pour effectuer sur place des recherches thématiques. Les contrats de recherches post-doctorales et les allocations de recherches sont attribués sur concours.

2  Une étude conduite par M. Guinea et M.A. Barriuso (Universidad Complutense Madrid).

3  P. Béarez Cnrs-Mnhn, Umr 5197, est responsable de l’étude des restes de poissons.

4  Étude menée par M. Guinea avec l’appui de N. Platel, Cnrs Umr 5060, Bordeaux, pour les analyses physico-chimiques.

5  L’étude de la céramique est faite sous la responsabilité de K. Stothert, University of San Antonio, Texas, États-Unis.

6  Pour la description générale, nous nous référons à la fouille pilote de la tranchée transversale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Japoto : tola J6, coupes sud et ouest
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/390/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 2
Légende Plan de la tola J8 (fouille 2007)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/390/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 3
Légende Japoto : vue de la structure architecturale enterrée sous la tola J8 (de haut en bas : murets d’adobes calcinés, plan incliné en terre crue)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/390/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 4
Légende Partie anthropomorphe d’élément de récipient manteño (Japoto) : divers types de décors modelés récurrents ornent très souvent la partie centrale de la variété de récipients appelés « compotiers » (compoteras) dans la céramique manteña
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/390/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Bouchard, « Japoto : une métropole régionale tardive dans la province côtière du Manabí (Équateur) », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 89-94.

Référence électronique

Jean-François Bouchard, « Japoto : une métropole régionale tardive dans la province côtière du Manabí (Équateur) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/390 ; DOI : 10.4000/nda.390

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org