Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les sociétés d'horticulteurs

Les tertres artificiels du piémont amazonien des Andes, Équateur1

Stéphen Rostain
p. 83-88

Résumés

Sur le piémont oriental des Andes équatoriennes, la vallée de l’Upano court du nord au sud entre deux cordillères. Des dizaines de sites à tertres artificiels de terre sont disposés sur les terrasses bordant la rivière. Plusieurs de ces monticules ont été fouillés par décapage en aire durant deux projets archéologiques, entre 1995 et 2005. Une longue séquence culturelle a ainsi pu être définie entre au moins 500 av. J.-C. et 1200 apr. J.-C. Les tertres furent construits par des communautés de culture Upano, qui furent chassés de la région vers 300/400 apr. J.-C. par une forte éruption du proche volcan Sangay. Plus tard, des groupes de culture Huapula vinrent s’installer sur les monticules existants. Les restes d’un espace domestique très bien conservé furent fouillés au sommet d’un tertre. Une analyse ethnoarchéologique a permis de mettre en évidence de fortes similitudes entre les maisons Huapula et Jivaros contemporaines, suggérant une filiation entre les deux populations.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les participants des projets étaient : Patrice Baby (géologue, Ird), Robert Bartone (université de Vermont, Usa), Séverine Bes de Berc (géologue, Brgm.), Tamara Bray (Wayne State University, Detroit), James Burton (Laboratory for Archaeological Chemistry, Madison), Anne-Rose de Fontainieu (université de Paris-I), Ana Maritza Freire (Banco Central del Ecuador), Franklin Fuentes (Université de l’Espol, Équateur), A. Gómez de la Peña (Fondation Erigaïe, Colombie), Yann Graber (université de Neuchâtel, Suisse), Kevin Leonard (université Mound Allison, Canada), Myriam Ochoa (Banco Central del Ecuador), Karen Olsen Bruhns (University of San Francisco State), Lázló Pintér (Musée Igazgatósága, Hongrie), Ernesto Salazar (Puce, Équateur), Arthur Rostoker (Queens College, New York), Lázló Zlonay (Musée Igazgatósága, Hongrie), et des étudiants de Paris-I, de la Puce de Quito et de l’Espol à Guayaquil.

Texte intégral

  • 1  Cet article s’inspire en partie du texte sur le projet Rio Blanco des Carnets de l’archéologie du (...)

1L’archéologie française ne s’est intéressée que très récemment à l’Amazonie, la plus grande forêt tropicale du monde, qui représente près de 40 % de la superficie de l’Amérique du Sud. La France s’implique tardivement dans l’archéologie amazonienne. Les premières recherches se déroulent dans les années 1980 en Guyane française (voir numéro 108-109 des Nouvelles de l’archéologie « Archéologie des départements français d’Amérique », 2007) puis, à partir de 1995, en Équateur.

2De 1996 à 1998, l’Institut français d’études andines (Ifea) et le ministère des Affaires étrangères ont promu le projet archéologique Sangay-Upano, centré sur les sites à monticules de la vallée de l’Upano (fig. 1). La recherche avait pour objectifs de réaliser une carte archéologique, d’étudier l’organisation et la fonction des tertres et d’identifier la séquence culturelle. Plusieurs questions étaient à résoudre : comment furent construits les monticules ? Étaient-ils disposés selon un plan précis ? Quelle était leur fonction ? Quand furent-ils occupés et par quelles communautés ? Des traces d’habitat et d’activités humaines subsistent-elles dans ces tertres ?

Fig. 1

Fig. 1

Complexe de tertres artificiels de terre sur la terrasse surplombant le ravin de l’Upano. Les monticules sont organisés selon un modèle précis, généralement par quatre autour d’une place et, parfois, d’une plateforme centrale

3À l’occasion de ce projet, une nouvelle approche méthodologique du terrain a été tentée pour l’Amazonie occidentale. Le décapage de grandes surfaces dans le Complexe XI de tertres du site de Huapula (Sangay) a permis de comprendre le mode de construction et la fonction domestique des monticules, précédemment considérés comme cérémoniels. La chronologie de leur occupation est aujourd’hui établie et de nouvelles cultures définies. Le plan d’une structure a été reconnu, ainsi que les activités qui y étaient pratiquées.

4Le projet Río Blanco, initié en 1999 et achevé en 2005, poursuivait les mêmes objectifs que le projet Sangay-Upano sur un plus large territoire. La rive gauche de l’Upano a été prospectée sur 30 km et plusieurs nouveaux sites, avec ou sans monticules, ont alors été découverts. Outre les sondages effectués en divers sites, Kilamope, site à tertres, a été intensivement fouillé (fig. 2), et une stratigraphie différente de celle de Huapula a été mise en évidence.

Fig. 2

Fig. 2

Jusqu’en 1996, aucune fouille en aire n’avait été réalisée en Amazonie équatorienne. Les décapages de tertres artificiels de terre dans la vallée de l’Upano, ici le site de Kilamope, ont permis de mettre au jour le plan de maisons précolombiennes

L’archéologie amazonienne en Équateur

5Si dès la fin du xixe siècle, l’archéologie équatorienne attire quelques curieux, il faut attendre les années 1950 pour que les archéologues s’intéressent à la partie amazonienne, qui représentait pourtant alors plus de la moitié du pays. En 1956, les Nord-Américains C. Evans et B. J. Meggers (1968) ont réalisé plusieurs sondages au cours d’une vaste prospection le long du fleuve Napo et ont établi une typologie céramique pour la région.

6Quelques années plus tard, le père P. Porras (1987), un amateur éclairé issu de l’école de B. Meggers, a effectué plusieurs reconnaissances en Amazonie équatorienne, où il a mis au jour de nombreux sites archéologiques. Si ses interprétations sont souvent très discutables, ce chercheur a eu le mérite d’attirer l’attention sur ce territoire méconnu et de réaliser les premières fouilles dans l’imposant site de Sangay, aujourd’hui appelé Huapula.

7Des projets franco-équatoriens ont été lancés il y a un peu plus d’une dizaine d’années. En 1995, a commencé le projet Sangay-Upano, dirigé par E. Salazar et S. Rostain, suivi en 1999, du projet Río Blanco, dirigé par S. Rostain, tous les deux financés par le ministère des Affaires étrangères (Rostain 1997, 1999a et b, 2006 ; Salazar 2000). À la même époque, A. Rostoker (2005) a organisé une fouille dans la moyenne vallée de l’Upano pour son doctorat à l’Université du Queens, à New York. En 1999, J. Guffroy et F. Valdez ont entamé un projet dans la province du ZamoraChinchipe (Valdez et al. 2005). Plus récemment, G. de Saulieu (et Rampón Zardo 2006) a démarré des prospections dans la province du Morona-Santiago.

8À partir des années 1990, parallèlement à ces fouilles programmées, l’archéologie de sauvetage se développe grâce au financement de l’exploitation pétrolière. De nombreuses opérations, hélas non publiées, sont depuis lors réalisées.

Les sites de la vallée de l’Upano

9S’étendant le long du piémont oriental des Andes, au sud de l’Équateur, et enfermée entre deux cordillères, la vallée de l’Upano constitue une région spécifique où se rencontrent deux écosystèmes. Le paysage est typique de la haute forêt humide amazonienne mais, déjà, apparaissent des traits montagnards andins. La situation frontalière montagne/forêt, les fréquents tremblements de terre et les éruptions volcaniques ont influencé l’histoire humaine de la vallée. Par ailleurs, deux chemins traditionnels connectent le bassin de l’Upano et les hautes terres. L’un d’eux fut, durant toute l’époque coloniale, l’unique accès entre la province du Chimborazo dans les Andes et l’Oriente amazonien. Ces pénétrantes existaient très probablement déjà avant l’arrivée des Européens.

10La formation géomorphologique de la vallée de l’Upano, localisée sur une faille sismique très active, a pu être reconstituée. Il apparaît que les terrasses de 70 à 100 m de hauteur bordant la rivière Upano se sont soulevées très rapidement durant les derniers millénaires. Les premiers habitants étaient donc installés beaucoup plus près du niveau de la rivière. Le choix de cette zone était très judicieux car les sols volcaniques sont extrêmement fertiles. Les paysans actuels racontent qu’ils obtiennent parfois trois récoltes de maïs dans l’année. En revanche, la proximité du volcan Sangay (5 320 m) au nord, en permanente activité, constitue un danger non négligeable. Ses éruptions ont ainsi chassé les habitants de culture Upano au moins une fois durant l’époque précolombienne.

11L’autre originalité de ce bassin est une concentration exceptionnelle de sites, composés de monticules artificiels de terre, occupant les terrasses bordant la rivière Upano. Les rares fouilles réalisées avant 1996 n’avaient pas éclairci la fonction de ces tertres, ni renseigné sur leurs anciens habitants.

Modélisation des sites à tertres artificiels

12On observe une forte concentration de sites à tertres de 1 à 6 m de hauteur, datés de l’occupation Upano (400 av. J.-C. à 300/400 apr. J.-C.), mais également de sites simples sans construction de terre. Les complexes de tertres sont généralement localisés au bord d’un ruisseau, non loin du bord du ravin délimitant le lit de l’Upano. Les tertres peuvent être entièrement construits par accumulation de terre, mais le plus souvent ce sont des pentes ou des élévations naturelles aménagées. Les complexes sont organisés selon un modèle spatial récurrent : une place basse, pouvant inclure une plateforme centrale, délimitée par quatre ou six tertres périphériques.

13Les premières fouilles furent menées à Huapula, le site à monticules le plus étendu de la région avec une superficie d’environ 700 000 m2. Localisé sur une terrasse au bord du ravin de 100 m de hauteur surplombant l’Upano, il est constitué de plus de 70 tertres artificiels de terre distribués en plusieurs complexes. Un réseau de chemins creusés et de canaux le traverse. Le Complexe XI est localisé à environ 600 m au sud-est des complexes centraux, sur le bord du ruisseau Huapula et s’étend sur une aire de 70 x 50 m. Il est conçu selon le modèle spatial caractéristique des sites du haut Upano, avec plusieurs élévations délimitant des places basses. Un chemin creusé le relie au ruisseau en contrebas. Un dépotoir fut découvert sur le côté nord-est, au bord du ravin.

14D’autres fouilles furent effectuées dans le petit site de tertres de Kilamope, sur la rive gauche de l’Upano, à 9 km au nord de Macas. Il est localisé à 320 m à l’est du bord de la falaise plongeant dans le lit de l’Upano. Les tertres sont construits sur la plus grande hauteur. Ils dominent une mare, située à une trentaine de mètres au sud, qui donne naissance à un ruisseau s’écoulant vers le sud. Un complexe de cinq monticules artificiels de terre constitue le centre de Kilamope. Les prospections ont toutefois démontré que l’établissement était beaucoup plus étendu, puisque des vestiges apparaissent sur une large aire périphérique autour du centre architectural. En se fondant sur les prospections réalisées dans les alentours du complexe, on peut estimer qu’il s’étendait sur environ 300 à 500 m de diamètre. Les tertres étaient entourés d’habitations construites directement sur le sol. À l’instar de presque tous les autres sites à monticules du bassin de l’Upano, le complexe architectural de Kilamope est organisé selon un modèle spatial précis. Deux places basses rectangulaires, séparées par une plateforme ovale centrale, sont délimitées par quatre tertres allongés périphériques. L'ensemble s’étend sur près de 6 000 m2. Ici encore, des fouilles horizontales furent effectuées au sommet d’un tertre.

15Plus de 25 sites à tertres, allant du simple complexe de monticules à plusieurs complexes de tertres, le site majeur étant Huapula, ont été repérés de part et d’autre du ravin de l’Upano, sur 30 km au nord de Macas. S’y ajoutent plusieurs sites sans terrassements. La culture Upano est donc caractérisée tout d’abord par une forte densité d’occupation.

Définition d’une séquence chrono-culturelle

16Pour la région, les travaux archéologiques disponibles avaient été réalisés dans les années 1980 par P. Porras (1987). Ils étaient hélas peu utilisables, car fondés sur une méthodologie confuse. Une approche plus systématique et rigoureuse était nécessaire pour reconstituer l’histoire précolombienne de la vallée de l’Upano. Les fouilles horizontales par décapage des niveaux archéologiques ont permis de définir des ensembles céramiques bien distincts et une typologie fiable. La chronologie culturelle de certains sites du moyen Upano a été révisée et de nouveaux complexes culturels définis, à partir de faits solides. L’occupation humaine précolombienne s’étend sur une période de près de deux millénaires, durant laquelle se succèdent plusieurs communautés.

17Les premières traces d’occupation sont reconnues à partir de 700 av. J.-C. Des groupes de culture Sangay s’installent alors sur les terrasses bordant l’Upano.

18Plus tard, peut-être vers 500 av. J.-C., des communautés de culture Upano établissent leurs villages sur les bords de la rivière. Au début, les maisons sont installées à même le sol, puis les habitants effectuent des travaux d’aménagement de grande ampleur, remodelant le paysage. Des monticules de terre sont construits, des places aplanies, des canaux et des chemins creusés, en suivant un plan d’occupation pré-établi. Un modèle spatial précis régit l’organisation de ces structures en complexes fermés. Huapula se compose de près d’une trentaine de complexes de tertres construits sur ce modèle, associés à un réseau de longs canaux.

19La production céramique Upano est importante et de qualité, donnant une place de choix aux écuelles décorées de motifs rouges entre incisions. Des poteries fabriquées dans la vallée sont expédiées vers des territoires éloignés, et notamment vers la sierra, à l’ouest (en particulier les sites de Pirincay, Cerro Narrío, Loma Shillu et Alausí autour de la ville de Cuenca). Au lieu d’être marginalisées par leur position frontalière entre les hautes terres et les basses terres, les populations Upano en ont tiré bénéfice. En contrôlant les rares voies de communication entre l’Amazonie et les Andes, elles sont au centre des relations commerciales entre les deux milieux. S’explique ainsi le relatif « métissage » des sites Upano, où des éléments culturels andins (usage de meules de pierre polie et de certaines formes céramiques) côtoient des traits amazoniens (monticules artificiels de terre, habitat lié à une rivière, milieu forestier, décor céramique).

20À la fin de l’occupation Upano, apparaît dans certains sites un nouveau style céramique appelé Kilamope, caractérisé, entre autres, par des peintures négatives, des impressions cordelées et des incisions très variées. Une structure d’habitat de cette culture a été mise au jour au sommet d’un des tertres du site de Kilamope. La forme de la maison est marquée par un niveau de cendres volcaniques qui se seraient abattues sur le lieu.

21Entre 300 et 600 apr. J.-C., une forte éruption du volcan Sangay noie le haut et le moyen Upano sous une épaisse couche de cendres qui rend stérile la région pour un temps. Cette catastrophe est vraisemblablement à l’origine du départ des communautés Upano et Kilamope.

22De 700 à 1200 apr. J.-C., des populations de culture Huapula s’installent dans la vallée et s’établissent sur les tertres abandonnés par leurs prédécesseurs. Le décapage complet du sommet de la plateforme centrale du Complexe XI a révélé les vestiges d’un sol anthropique, où furent reconnues diverses activités domestiques d’une famille Huapula. L’étude spatiale de ces traces a permis de reconstituer l’organisation d’une maison avant son abandon. La céramique Huapula est grossière, avec des formes et des décors simples. Le récipient le plus caractéristique est la grande jarre globulaire au col décoré de colombins apparents. Des motifs géométriques blancs et rouges apparaissent également.

23La chronologie culturelle nouvellement établie pour la région indique donc la succession d’au moins quatre ensembles culturels :

  1. Culture Sangay : environ 700 à 400 av. J.-C. Cette première occupation a laissé peu de vestiges.

  2. Culture Upano : 400 av. J.-C. à 300/400 apr. J.-C. Elle correspond à la construction de tertres mais une importante éruption du volcan Sangay met fin à cette occupation.

  3. Culture Kilamope : un nouveau style céramique est introduit pendant l’occupation Upano.

  4. Culture Huapula : 800 à 1200 apr. J.-C. Réoccupation des tertres désertés par les Upano.

  5. L’évolution culturelle de cette région est comparable à celle reconnue dans d’autres aires amazoniennes : les sociétés se complexifient graduellement pour atteindre un niveau de pré-chefferie (Upano). Aux environs de 800 apr. J.-C., on observe un éclatement et l’apparition de multiples petits groupes dispersés. Depuis la conquête européenne, le bassin de l’Upano a été occupé par des groupes Shuar de culture Jivaro, puis par les Espagnols et, plus récemment, par des colons descendus des Andes.

Ethno-archéologie de l’habitat Huapula

24Grâce aux fouilles par décapage de grandes surfaces au sommet des tertres et dans les places basses en suivant les niveaux stratigraphiques archéologiques, jusqu’alors jamais pratiquées en Amazonie équatorienne, les vestiges d’habitat ont été mis au jour au sommet de deux tertres des sites de Huapula et de Kilamope.

25Dans le Complexe XI de Huapula, un sol domestique de culture Huapula exceptionnellement bien conservé fut dégagé dans le niveau supérieur de la plateforme centrale. De nombreuses traces furent mises en évidence, tels des trous de poteau, des fosses et des foyers. Elles représentent les restes d’une maison d’environ 80 m2 apparemment occupée par une seule famille. La cuisine, s’étendant sur 15 m2 au centre – soit 1/6e de la superficie totale –, contenait des foyers, des meules et des jarres. La présence de deux meules à moudre suggère que deux femmes travaillaient et vivaient vraisemblablement sur place, indice probable d’une société polygame. Les foyers sont des aires d’argile brûlée mélangée à des charbons de bois et des graines calcinées, parfois entourées de roches destinées à supporter des récipients. Les meules de pierre et les grandes jarres de céramique dont certaines étaient semi-enterrées, servaient principalement à la préparation de la chicha de maïs, bière douce et épaisse encore largement consommée de nos jours par les communautés amérindiennes de la région. Un résidu d’aliment, dans lequel on pouvait reconnaître un grain de maïs écrasé, était collé sur la paroi interne d’une des jarres, indiquant que le maïs était l’un des composants de la nourriture préparée dans ce récipient. Le mobilier comprenait par ailleurs de divers vases de céramique et de quelques outils de pierre. Parmi les nombreux restes botaniques calcinés collectés, dominent le maïs et le fruit guaba. Les cerises, les mûres et les granadillas étaient consommées, tandis que certaines espèces comme l’Inga, le Prunus et les Phytolacca ont pu servir à la pharmacopée. Deux fusaïoles de céramique attestent la fabrication de fil de coton.

26L’analyse spatiale de cette maison a permis d’énoncer les différentes activités pratiquées et le mode d’occupation de l’espace domestique (fig. 3) : la préparation de la nourriture, la cuisson des aliments, leur conservation, le filage du coton ou l’aiguisage d’outils.

Fig. 3

Fig. 3

Distribution des aires d’activité de la maison Huapula du complexe XI et répartition des aires d’activités dans une maison Achuar (Jivaro) actuelle. L’organisation spatiale des deux habitats est très similaire, confirmant la probable filiation commune des deux cultures

27L’étude ethno-archéologique de l’habitat jivaro contemporain montre des parallèles étroits avec la maison Huapula. Forme et dimension de l’habitat, répartition spatiale des activités et outillage sont similaires dans les anciennes maisons Huapula et les maisons contemporaines Jivaro. Il a pu ainsi être démontré que cette dernière culture représente la première implantation de la culture Jivaro dans la région (fig. 4), ce qui repousse la date de son apparition près de cinq siècles avant celle jusqu’alors admise.

Fig. 4

Fig. 4

Reconstitution de l’habitat précolombien Huapula au sommet d’un tertre : deux femmes vivaient dans cette maison et utilisaient chacune ses propres ustensiles

Conclusion

28Les travaux français en haute Amazonie équatorienne, bien que très récents, ont déjà fourni des données totalement originales sur l’occupation précolombienne du piémont andin. On a ainsi découvert des sociétés complexes, édifiant des sites monumentaux et jouant un rôle primordial dans les échanges entre les hautes terres et les basses terres. En outre, de nouvelles informations ont été obtenues sur l’ancienneté de l’implantation des Jivaro, ethnies contemporaines, dans le bassin de l’Upano.

Haut de page

Bibliographie

Evans, C. et B. J. Meggers. 1968. Archeological Investigations on the Rio Napo, Eastern Ecuador. Washington, Smithsonian Institution Press (Smithsonian Contributions to Anthropology, 6).

Porras, P. 1987. Investigaciones arqueológicas a las faldas del Sangay. Quito, Centro de Investigaciones Arqueólogicas, Puce.

Rostain, S. 1997. Arqueología del río Upano, Amazonía ecuatoriana. Quito, Ifea.

Rostain, S. 1999a. « Secuencia arqueológica en montículos del valle del Upano en la Amazonía ecuatoriana », Bulletin de l’Ifea, 28 (1) : 1-37.

Rostain, S. 1999b. « Occupations humaines et fonction domestique de monticules préhistoriques d’Amazonie équatorienne », Bulletin de la Société suisse des américanistes, 63 : 71-95.

Rostain, S. 2006. « Etnarqueología de la casa Huapula y Jívaro », Bulletin de l’Ifea, 35 (3) : 337-346.

Rostoker, A. G. 2005. Dimension of Prehistoric Human Occupation in the Southern Ecuadorian Oriente. PhD, New York, City University of New York.

Salazar, E. 2000. Pasado precolombino de Morona Santiago. Macas, Casa de la Cultura Ecuatoriana Benjamín Carrión.

Saulieu, G. de et L. Rampón Zardo. 2006. Colección arqueológica de Morona-Santiago. Quito, Abya Yala.

Valdez, F. et al. 2005. « Découverte d’un site cérémoniel formatif sur le versant oriental des Andes », Comptes rendus de l’Académie des sciences, série Palévol, 4/4 : 369-374.

Haut de page

Notes

1  Cet article s’inspire en partie du texte sur le projet Rio Blanco des Carnets de l’archéologie du site www.diplomatie.gouv.fr.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Complexe de tertres artificiels de terre sur la terrasse surplombant le ravin de l’Upano. Les monticules sont organisés selon un modèle précis, généralement par quatre autour d’une place et, parfois, d’une plateforme centrale
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 2
Légende Jusqu’en 1996, aucune fouille en aire n’avait été réalisée en Amazonie équatorienne. Les décapages de tertres artificiels de terre dans la vallée de l’Upano, ici le site de Kilamope, ont permis de mettre au jour le plan de maisons précolombiennes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/380/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 3
Légende Distribution des aires d’activité de la maison Huapula du complexe XI et répartition des aires d’activités dans une maison Achuar (Jivaro) actuelle. L’organisation spatiale des deux habitats est très similaire, confirmant la probable filiation commune des deux cultures
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/380/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 4
Légende Reconstitution de l’habitat précolombien Huapula au sommet d’un tertre : deux femmes vivaient dans cette maison et utilisaient chacune ses propres ustensiles
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/380/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 847k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphen Rostain, « Les tertres artificiels du piémont amazonien des Andes, Équateur », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 83-88.

Référence électronique

Stéphen Rostain, « Les tertres artificiels du piémont amazonien des Andes, Équateur », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/380 ; DOI : 10.4000/nda.380

Haut de page

Auteur

Stéphen Rostain

Cnrs, Umr 8096 « Archéologie des Amériques », Nanterre
stephen.rostain@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org