Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les sociétés d'horticulteurs

Chupícuaro

Dynamique d’une culture formative dans l’Ouest mexicain (600 av. J.-C. à 250 apr. J.-C.)
Véronique Darras et Brigitte Faugère
p. 76-82

Résumés

L’article présente une synthèse des résultats des recherches réalisées depuis 1998 sur la culture Chupicuaro, qui s’est développée dans le centre-nord du Mexique, et qui est considérée comme l’une des entités majeures du Préclassique mésoaméricain. Ces recherches visent à reconstituer les dynamiques culturelles dans la vallée d’Acambaro, considérée comme son foyer d’émergence, au cours du Préclassique moyen et récent, c’est-à-dire entre 600 av. J.-C. et 250 apr. J.-C., dans le but de mieux évaluer sa place dans les processus régionaux et suprarégionaux. Après un rappel de la problématique générale et des différentes méthodes appliquées, il est démontré que la vallée était densément peuplée et que l’organisation de l’habitat, au cours de la période d’apogée (400 – 100 av. J.-C), était fortement structurée par la présence du fleuve Lerma et de nombreuses sources hydrothermales. L’abandon de la plupart des sites qui survient, au cours du Ie siècle av. J.-C., a pu être corrélé avec un résultat de l’étude paléoenvironnementale : la formation rapide d’un lac de fond de vallée, en raison de problèmes d’écoulement en aval. Par ailleurs, les fouilles ont mis au jour des vestiges de différente nature, dont des constructions monumentales de plan circulaire ou quadrangulaire et des tombes à puits, qui permettent d’établir une filiation culturelle avec les populations vivant dans l’extrême ouest mexicain. Enfin, ce n’est qu’au IIe siècle av. J.-C., que l’on note dans le registre archéologique des signes clairs d’interactions avec le Mexique central.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Mésoamérique, Mexique

Index chronologique :

Préclassique
Haut de page

Texte intégral

1Les connaissances sur le Préclassique ou Formatif (2000 av. J.-C. à 250 apr. J.-C.) en Mésoamérique font l’objet aujourd’hui d’une profonde révision, qui s’appuie en premier lieu sur une meilleure appréciation des vestiges archéologiques datant de cette époque. Pendant de nombreuses années, la civilisation olmèque est apparue comme l’unique civilisation préclassique, à l’origine de tous les développements culturels postérieurs, d’où le qualificatif de « civilisation mère » qui lui a été associé. Aujourd’hui, si on continue à lui reconnaître un rôle précurseur en Mésoamérique orientale, il est admis que d’autres traditions contemporaines ont existé, comme ce fut le cas notamment dans l’Ouest mexicain, à El Opeño, Capacha et, plus tard, Chupícuaro, où encore dans le Haut Plateau central. De même, les différentes évolutions culturelles qui se sont succédé au cours de ces 2 000 ans sont mieux connues et certains développements du Ier millénaire av. J.-C. sont désormais considérés comme des périodes d’apogées culturelles et non de gestation, comme le terme de « formatif » le laisse entendre.

2Dans le Haut Plateau central et ses régions adjacentes, le Préclassique ancien et moyen (1500-500 av. J.-C.) a été d’abord reconnu grâce à la présence d’objets présentant une iconographie olmèque qu’on a eu, comme ailleurs, tendance à surévaluer sur le plan quantitatif. Mais les études pionnières des années 1920, encore aujourd’hui citées comme références, avaient aussi mis au jour des vestiges céramiques qui d’emblée posaient la question des influences et des contacts du Haut Plateau central avec d’autres régions beaucoup moins connues, comme l’Ouest mexicain. Ce sont les travaux entrepris en 1945 à Chupícuaro, à 250 km au nord-ouest du bassin de Mexico (fig. 1 ; Porter 1956, 1969), qui permirent de conforter les correspondances stylistiques entre ces deux régions, pour la période courant entre 600 et 100 av. J.-C.

Fig. 1

Fig. 1

Localisation de Chupicuaro dans l’Ouest mexicain

  • 1  La vallée de l’Acambaro se trouve dans une région dénommée Bajio.
  • 2  On a fouillé 390 sépultures. Parmi les artefacts, 1305 récipients céramiques ont été recueillis.

3Les fouilles de sauvetage entreprises dans la vallée d’Acambaro, où se situe le site éponyme de Chupícuaro1, permirent d’enregistrer les premiers vestiges réellement en contexte, avec le dégagement partiel d’une grande nécropole2. Mais, à la suite de ces travaux fondateurs, l’inondation programmée de la vallée, en 1949, engloutit une bonne partie des sites préhispaniques et découragea toute initiative postérieure. C’est ainsi qu’entre cette date et la fin des années 1990, seules des prospections de surface et quelques sondages limités y furent pratiqués, et que la région fut livrée à un pillage organisé.

4En réalité, le cas de Chupícuaro ne constitue pas une exception et reflète assez bien l’état de l’archéologie dans les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest mexicain jusqu’au début des années 1980. Ces régions pâtissent d’un double handicap, d’une part celui d’avoir été considérées comme des entités marginales sans architecture monumentale, ne satisfaisant pas totalement aux critères requis pour prétendre à une identité proprement « mésoaméricaine » et, d’autre part, la rareté des programmes archéologiques d’envergure et, surtout, continus dans le temps. Les recherches les plus récentes permettent aujourd’hui de nuancer cette vision tout en démontrant le caractère original des processus culturels qui s’y sont déroulés. Conjuguées à celles réalisées dans le Haut Plateau central, elles montrent par exemple que ces contrées ont été, à des degrés divers, intégrées dans un système complexe d’interactions interrégionales au sein duquel les migrations auraient pu jouer un rôle moteur, en particulier à la fin de la période classique. Dans cette perspective, plusieurs travaux (Crespo et Viramontes 1996 ; Brambila 1996) désignent le Bajío comme un pôle stratégique à l’intersection de plusieurs sphères culturelles, à la fois un lieu de passage, d’accueil et de départ, un lieu de gestation où se seraient cristallisées certaines des entités politiques appelées à jouer un rôle crucial dans l’histoire du Mexique central. Mais qu’en était-il au cours de la période préclassique ?

5En fait, pour cette période, l’hypothèse qui met en scène des mouvements de populations avait déjà été formulée pour expliquer certains changements dans la culture matérielle du site de Cuicuilco, première capitale régionale du bassin de Mexico (Bennyhoff 1966 ; Heizer et Bennyhoff 1972). Ces travaux prêtent à Chupícuaro une position influente, en proposant l’idée d’intrusions successives et d’envergure variable de groupes affiliés à cette tradition. Ces flux migratoires auraient eu une répercussion sur les processus culturels du bassin de Mexico, et auraient joué un rôle dans le déclin de Cuicuilco. En dépit de son intérêt, ce modèle explicatif s’est cependant toujours heurté à la méconnaissance de ce qui s’était passé réellement dans la vallée considérée comme le cœur de la culture Chupícuaro.

6C’est pour tenter de remédier à ces lacunes que nous avons décidé, en 1998, de reprendre des recherches dans cette vallée sinistrée, avec un projet d’envergure dénommé Chupícuaro. Ce projet, qui regroupe une quinzaine de membres, est financé par le ministère des Affaires étrangères, et associe le Centre d’études mexicaines et centre-américaines (Cemca, Mexico) et l’Umr 8096 « Archéologie des Amériques » du Cnrs. Il se réalise en concertation étroite avec l’Institut national d’anthropologie et d’histoire du Mexique (Inah).

Le projet Chupícuaro

7Les vestiges de la culture Chupícuaro ont été reconnus dans un espace dont les limites restent encore imprécises mais qui, dans leurs grandes lignes, englobent au sud la vallée d’Acambaro, le bassin de Cuitzeo et la frange nord de l’État de Michoacán, et la région située au nord et nord-est, comprise entre San Juan del Río et Yuriria (fig. 1). Au sein de ce territoire qui aurait pu couvrir 10 000 km2, la vallée d’Acambaro semble avoir joué un rôle structurant, tant par sa densité démographique que par la nature de ses établissements et ses caractéristiques écologiques. Plusieurs cours d’eau dont le fleuve Lerma y coulaient à l’origine, mais on sait aussi qu’existait un réseau d’au moins dix sources hydrothermales – cinq sont aujourd’hui immergées. Aujourd’hui, le paysage archéologique apparaît très perturbé par un lac de barrage, le déplacement de nombreux villages, une urbanisation importante dans certains secteurs, et des activités agricoles intensives.

8La problématique du projet visait à reconstituer les dynamiques culturelles dans cette vallée au cours du Préclassique moyen et récent, c’est-à-dire entre 600 av. J.C. et 250 apr. J.C., dans le but de mieux évaluer la place de Chupícuaro dans les processus régionaux et suprarégionaux. Les trois préoccupations dominantes étaient d’identifier les origines de Chupícuaro, de mieux appréhender les contenus culturels de la période d’apogée, et de comprendre la nature de ses relations avec les populations voisines, notamment avec celles du bassin de Mexico (Darras et Faugère 2005 ; Darras 2006). Au-delà des précisions chronologiques, cette approche régionale a tout d’abord cherché à comprendre les modalités de l’occupation en relation avec les particularités de l’environnement. Pour optimiser la caractérisation culturelle des populations, l’ensemble des artefacts issus des fouilles (céramiques, industries lithiques et osseuses) a été abordé dans une perspective technologique.

9L’étude des vestiges de Chupícuaro a posé, sur le plan technique, un certain nombre de questions. Les sites se présentent en effet comme des taches de matériaux archéologiques en surface, accompagnées parfois de légères déformations topographiques et de variations pédologiques liées à l’érosion des couches archéologiques et aux pillages. La méthodologie mise en œuvre pour l’étude de la structure de l’habitat et le choix des sites à fouiller a dû tenir compte de ces contraintes et a impliqué un important travail de surface, avec des prospections archéologiques et des relevés géophysiques.

Les prospections et la structure de l’habitat dans la vallée

10En raison des caractéristiques géomorphologiques de la vallée, l’établissement de sa carte archéologique a dû reposer sur la combinaison de parcours systématiques et du concours d’informateurs locaux. La prospection systématique a porté sur trois secteurs distincts, situés de part et d’autre du lac, afin d’observer les différences possibles dans les schèmes d’établissements et de tenter de définir une typologie des sites : autour des sources thermales, dans le fond de vallée à proximité du fleuve, et dans une petite vallée secondaire.

  • 3  Près de 80 de ces sites avaient été répertoriés lors de prospections antérieures réalisées par l’I (...)

11Au terme de ces prospections, 177 sites archéologiques ont été répertoriés dans l’ensemble de la vallée, dont 168 correspondent à la phase Chupícuaro récent3. Les cartes de densités obtenues restituent des informations d’ordre spatial et fonctionnel. L’extension des épandages de matériel, leur nature, mais aussi, dans un autre registre, les prospections géophysiques et les résultats des fouilles, ont amené à proposer une hiérarchisation des implantations, depuis la ferme isolée jusqu’au hameau, village, village avec structures publiques, structures publico-cérémonielles isolées, et sites spécialisés. Par ailleurs, les trois secteurs reflètent bien les modes d’occupation de l’espace : les sources thermales, qui constituaient des gisements en matières premières, ont visiblement favorisé l’installation, dans leurs abords immédiats, d’une population nombreuse (fig. 2). En revanche, dans les petites vallées secondaires le schéma d’implantation plus dispersé correspond à des fermes ou hameaux isolés.

12Au bout du compte, malgré ses limites de représentativité, la carte générale donne une idée assez précise de la densité d’occupation et révèle un paysage très anthropisé, caractérisé par un tissu d’occupation en continu, où alternaient les établissements humains, tous proches de cours d’eau ou de sources, les champs, et les niches de matières premières (gîtes de calcédoine, de basalte, dépôts de limons silteux, matières premières hydrothermales, zones marécageuses riches en joncacées, etc.).

Fig. 2

Fig. 2

Prospection systématique dans le secteur est de la vallée d’Acambaro : carte de densités des artefacts archéologiques

L’étude paléo-environnementale et de l’hydrothermalisme

  • 4  Étude réalisée par M. Gérard (Ird, Bondy).
  • 5  Doctorat en cours par A.F. Maurer (Paris-VI).
  • 6  L’étude des complexes hydrothermaux a fait l’objet d’une Atip Jeunes chercheurs de 2001 à 2003, co (...)

13Cet axe d’étude – coordonné par V. Bichet (université de Franche-Comté) et C. Durlet (université de Bourgogne) – cherche à évaluer l’influence anthropique, ancienne et récente, sur les dynamiques sédimentaires de la vallée, et à reconstituer ainsi l’évolution des milieux. L’étude hydrogéologique4, géomorphologique et géochimique5 des complexes hydrothermaux a cherché, de son côté, à mieux comprendre les relations des populations locales à leur environnement hydrothermal6. Parmi les résultats, nous signalerons que les complexes hydrothermaux ont été exploités depuis le Préclassique pour leurs matières premières : carbonates utilisés pour la construction, les pigments et l’alimentation ; eaux chaudes et sels utilisés pour l’alimentation ; oxydes ferriques employés pour la confection des pigments rouges. L’étude paléo-environnementale, quant à elle, a mis en évidence un événement crucial pour la compréhension archéologique de la vallée : la formation d’un lac, probablement à la suite d’un problème d’écoulement en aval. Ce phénomène, dont les débuts n’ont pas encore été datés avec exactitude, se serait traduit par une montée spectaculaire des eaux, la décrue, brutale, se produisant entre 600 et 700 apr. J.-C.

Les prospections géophysiques

  • 7  Une campagne réalisée par L. Barba (Institut national d’anthropologie, Unam, Mexico) et les trois (...)

14Le recours à la prospection géophysique a été indispensable pour déterminer le potentiel des sites. Les campagnes7 ont cherché à identifier des structures en maçonnerie, à évaluer l’extension des sites, mais aussi à repérer les zones pillées. Plusieurs méthodes ont été appliquées, dont le Géoradar et le Pôle-Pôle, mais c’est la prospection magnétique qui s’est révélée la plus efficace. Sur les neuf sites explorés, soit plus de 90 000 m2, trois ont fourni des résultats particulièrement intéressants. Les images magnétiques révèlent de nombreuses anomalies interprétées comme des restes de constructions monumentales de plan circulaire ou quadrangulaire (fig. 3). Il a été ainsi possible de choisir les sites où intervenir en priorité, et d’orienter sur place notre stratégie de fouilles, en évitant les secteurs a priori très détruits, et en focalisant certains types de structures.

Fig. 3

Fig. 3

Géophysique et fouilles stratigraphiques dans le site TR6 : mise en évidence de constructions monumentales (patios hundidos)

Les fouilles

  • 8  Cette séquence est découpée en plusieurs phases : Chupícuaro ancien, 600-400 av. J.-C. ; Chupícuar (...)

15 Pour l’obtention de données chrono-culturelles, sept sites de nature distincte ont été sondés. Par ailleurs, deux des sites explorés en géophysique ont été choisis pour faire l’objet de fouilles stratigraphiques extensives, dans l’espoir de pouvoir vérifier la nature et la fonction de certaines anomalies. Outre l’architecture monumentale, les aspects liés à la vie domestique et aux pratiques funéraires constituaient d’autres objectifs. Ces sites sont parmi les plus importants de la vallée, tout du moins parmi ceux aujourd’hui émergés : l’un se trouve dans le voisinage de sources d’eau chaude, sur la rive droite du Lerma, et l’autre sur la rive gauche, à proximité du fleuve. Dans les deux cas, les analyses stratigraphiques, étayées de nombreuses dates 14C, ont mis en évidence une séquence d’occupation identique, débutant vers 600 av. J.-C. et se concluant vers 250 apr. J.C.8 On y observe les mêmes discontinuités stratigraphiques, dont une correspond à un épisode d’abandon local survenu vers 100 av. J.-C., suivi par une réoccupation discrète de tradition « Mixtlan » au ier siècle apr. J.-C. La mise en évidence d’un abandon synchrone rejoint ce qui avait été noté lors de la prospection : la chute très significative du nombre d’établissements à la fin du Préclassique, seule une vingtaine de sites de la phase Mixtlan ayant été répertoriée. Les fouilles ont également permis de recueillir des données diversifiées sur la vie domestique (restes de maisons, sols d’occupation, foyers, poubelles), et surtout sur l’architecture monumentale et les pratiques funéraires.

Les filiations culturelles de Chupícuaro et les relations interrégionales

16Les origines de Chupícuaro ont fait l’objet de quelques débats et la thèse d’un développement autochtone n’a pas fait beaucoup d’adeptes, l’idée d’une colonisation étant plutôt retenue. Si Porter avait suggéré en son temps une avancée depuis le bassin de Mexico, le long de l’axe naturel du fleuve Lerma (1969), d’autres auteurs ont lancé ensuite l’hypothèse d’une origine occidentale, sur la base de rapprochements stylistiques dans la céramique, hypothèse qui n’avait jamais été vérifiée (Braniff 1996 ; Florance 1989, 2000). Nos premiers résultats confirmeraient une colonisation effectuée entre 600 et 500 av. J.-C. Par ailleurs, la découverte de constructions monumentales de plan circulaire, édifiées entre 600/500 et 200 av. J.-C., a réactivé la question des origines et celle de la diffusion vers le nord-ouest du Mexique au Protoclassique, puis au Classique, de la tradition culturelle initialement portée par ces populations : ces constructions se présentent comme des plateformes, ou bien de vastes cours surbaissées et maçonnées (patios hundidos), dont le diamètre peut atteindre 43 m (fig. 3). Cette dernière forme architecturale était, jusqu’à nos découvertes, totalement inconnue en Mésoamérique. En revanche, les pyramides à gradins de plan circulaire et l’organisation des structures autour de places circulaires constituent un trait caractéristique des sites de tradition (pré)Teuchitlan, situés dans l’Ouest mexicain. Enfin, si les cours surbaissées circulaires constituent une première en Mésomérique, elles sont, en revanche, assez répandues au sud-ouest des États-Unis, dans les sites plus tardifs de tradition Mogollon et Anazasi.

17Pour poursuivre dans le registre des filiations, la découverte de sépultures qui s’inscrivent dans le concept des tombes à puits, également caractéristique de l’Ouest mexicain, constitue une surprise de taille. Entre 1945 et 1947, en dépit de l’abondance des informations sur certains aspects des pratiques funéraires, aucune description morphologique des espaces d’inhumation n’avait été faite. De leur côté, nos fouilles ont mis au jour un nombre modéré de sépultures, dix-sept au total. Pour quatre d’entre elles, l’ouverture se fait par un puits vertical, muni d’une à trois marches, donnant accès à une cavité funéraire exigüe excavée dans l’argile noire et le substrat (fig. 4). Leur système constructif apparaît ainsi conforme à la tradition des tombes à puits, mais dans son expression la plus simple. Elles sont identiques à celles retrouvées à différents endroits de l’État de Jalisco, pour le Préclassique moyen et récent.

Fig. 4

Fig. 4

Tombes à puits, sépulture 12, site TR6

18Ainsi, au-delà des rapprochements céramiques, la découverte à Chupícuaro de plateformes circulaires, de places circulaires fermées et surbaissées, ainsi que de tombes à puits, permet d’établir une parenté culturelle avec les populations de l’Ouest mexicain et d’envisager une colonisation depuis cette région.

19Par ailleurs, les dégagements architecturaux ont révélé d’autres découvertes inespérées. Vers 200 av. J.-C., les populations aménagent, à côté de la structure circulaire, une autre construction également fermée et surbaissée, mais cette fois de plan quadrangulaire. Cette structure, de 22 m de côté, munie de deux escaliers d’accès et d’un système de drainage, avait probablement une fonction publique. Son apparition à Chupícuaro témoigne d’une évolution drastique qui pourrait correspondre à des changements sociaux et politiques significatifs. Curieusement, l’apparition du concept quadripartite dans cette région du Mexique s’accompagne d’autres indices, discrets, de contacts avec le Haut Plateau central : la lame prismatique en obsidienne en est un bon exemple. Ces changements locaux pourraient refléter une insertion plus franche dans les dynamiques culturelles du Mexique central, en proie lui-même à des transformations profondes.

Un abandon massif et un destin méconnu

20Au cours du siècle qui précède notre ère, les hautes terres du centre du Mexique sont secouées par des événements géologiques de grande ampleur (mouvements tectoniques, éruptions volcaniques), qui conduisent à une réorganisation des espaces habités et qui pourraient bien avoir provoqué les mutations sociopolitiques ayant abouti à la création de Teotihuacan. À la même époque, on observe aussi une évolution radicale dans la vallée d’Acambaro, qui se traduit par l’abandon définitif de la majorité des établissements Chupícuaro. La période d’apogée se termine ainsi brutalement, et la vallée ne connaîtra plus jamais la même densité démographique. Que s’est-il passé ? Où sont parties les populations ? Dans le bassin de Mexico ? Les informations disponibles, même si elles méritent d’être étayées, autorisent à lier ces abandons à la formation du paléolac déjà évoqué. La montée des eaux aurait déséquilibré l’écosystème local, entraînant l’inondation des terres les plus propices à l’agriculture, la disparition des gisements de limons silteux exploités pour la poterie, et celle des établissements du fond de vallée, plusieurs ayant probablement rempli une fonction rectrice. La réorganisation obligée du territoire et les conséquences d’ordre social, économique et politique qu’un tel phénomène laisse supposer, pourraient avoir conduit à une désertion, organisée ou non, de la vallée.

  • 9  Programme d’analyses Adn et d’isotopes du strontium.

21Insérées dans la sphère culturelle de l’Ouest mexicain, les populations Chupícuaro ont connu un apogée entre 400 et 100 av. J.-C., au cours duquel elles manifestent surtout une forte identité régionale. Ce n’est que vers le iie siècle av. J.-C., que l’on note dans le registre archéologique des signes clairs d’interactions avec le Mexique central. Au cours des quelques siècles d’apogée, ces populations organisent leur territoire en un tissu dense, dominé par quelques gros villages recteurs. Cette période est marquée par d’intenses activités de construction et par un déploiement artisanal manifeste : agriculteurs, chasseurs et pêcheurs, ces gens étaient aussi des potiers particulièrement prolifiques et créatifs. Enfin, la désertion de la vallée, sûrement liée originellement à des causes écologiques, se produit dans un contexte macrorégional de restructurations : reste donc à déterminer le destin de ces populations, qu’un autre volet de notre recherche devrait pouvoir examiner dans le futur9.

Haut de page

Bibliographie

Bennyhoff, J. A. 1966. « Chronology and periodization : continuity and change in the Teotihuacan Ceramic Tradition », in : Teotihuacan. XI Mesa Redonda. México, Sociedad Mexicana de Antropología : 19-29.

Brambila, R. 1996. « La delimitación del territorio en el México prehispánico y el concepto de frontera », in : Tiempo y territorio en arqueología. El centro-norte de México. Mexico,Inah (Colección científica 323) : 15-22.

Braniff, B. 1996. « Los cuatros tiempos de la tradición Chupícuaro », Arqueología, segunda época, 16 : 113-143.

Crespo, A. M. et C. Viramontes. 1996. « Presentación », in : Tiempo y territorio en arqueología. El centro-norte de México. México, Inah (Colección científica 323) : 9-14.

Darras, V. 2006. « Las relaciones entre Chupícuaro y el centro de México durante el Preclásico reciente. Una critica de las interpretaciones arqueológicas », Journal de la Société des américanistes, 92, 1 et 2 : 69-110.

Darras, V. et B. Faugère. 2005. « Cronología de la cultura Chupícuaro : secuencia estratigráfica y fechamientos radiocronométricos del sitio La Tronera, Puruagüita, Guanajuato », in : P. Weigand, D. Grove et E. Williams (ed.), El Occidente de México y el Mundo Mesoamericano : Nuevos Datos, Futuras Direcciones. Zamora, Colegio de Michoacán, Inah, Foundation for the Advancement of Mesoamerican Studies, Inc. : 255-282.

Florance, C. 1989. A survey and analysis of late and terminal Preclassic settlement along the Lerma river in Southeastern Guanajuato, México. Ph.Dissertation, New York, Columbia University.

Florance, C. 2000. « The late and terminal Preclassic in Southeastern Guanajuato : heartland or periphery ? », in : M. S. Foster et S. Gorenstein (ed.), Greater Mesoamerica. The Archaeology of West and Northwest Mexico. Salt Lake City, University of Utah Press : 21-33.

Heizer, R. F. et J. A. Bennyhoff. 1972. « Archaeological Investigations at Cuicuilco, Mexico », National Geographic Society Research Reports, 1955 – 1960 Projects : 93 – 104

Porter Noé, M. 1956. « Excavations at Chupícuaro, Guanajuato, Mexico », Transactions of the American Philosophical Society, 46 : 515-637.

Porter Weaver, M. 1969. « A Reappraisal of Chupícuaro », in : The Nathalie Wood’s Collection of Precolumbian Ceramics at Ucla. Los Angeles, Frierman University of California : 5-15.

Haut de page

Notes

1  La vallée de l’Acambaro se trouve dans une région dénommée Bajio.

2  On a fouillé 390 sépultures. Parmi les artefacts, 1305 récipients céramiques ont été recueillis.

3  Près de 80 de ces sites avaient été répertoriés lors de prospections antérieures réalisées par l’Inah ou par C. Florance.

4  Étude réalisée par M. Gérard (Ird, Bondy).

5  Doctorat en cours par A.F. Maurer (Paris-VI).

6  L’étude des complexes hydrothermaux a fait l’objet d’une Atip Jeunes chercheurs de 2001 à 2003, coordonnée par V. Darras.

7  Une campagne réalisée par L. Barba (Institut national d’anthropologie, Unam, Mexico) et les trois autres par V. Bichet, C. Durlet et C. Petit (université de Bourgogne).

8  Cette séquence est découpée en plusieurs phases : Chupícuaro ancien, 600-400 av. J.-C. ; Chupícuaro récent 1, 400-200 av. J.-C. ; Chupícuaro récent 2, 200-100  av. J.-C. ; phase de transition ; 100  av. J.-C. ; phase Mixtlan, 0-250 apr. J.-C. ;

9  Programme d’analyses Adn et d’isotopes du strontium.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Localisation de Chupicuaro dans l’Ouest mexicain
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 2
Légende Prospection systématique dans le secteur est de la vallée d’Acambaro : carte de densités des artefacts archéologiques
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 3
Légende Géophysique et fouilles stratigraphiques dans le site TR6 : mise en évidence de constructions monumentales (patios hundidos)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 4
Légende Tombes à puits, sépulture 12, site TR6
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/379/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Darras et Brigitte Faugère, « Chupícuaro », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 76-82.

Référence électronique

Véronique Darras et Brigitte Faugère, « Chupícuaro », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/379 ; DOI : 10.4000/nda.379

Haut de page

Auteurs

Véronique Darras

Cnrs-Umr 8096 « Archéologie des Amériques »
veronique.darras@mae.u-paris10.fr

Brigitte Faugère

Université de ParisI-Umr 8096 « Archéologie des Amériques »
brigitte.faugere@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org