Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les sociétés d'horticulteurs

La Laguna de la Ciudad, le grenier de La Tolita

Francisco Valdez
p. 69-75

Résumés

L’étude des systèmes agricoles précolombiens dans une région marécageuse, dite la Laguna de la Ciudad, où l’on retrouve d'anciens paysages anthropiques caractérisés par l'assentiment du terrain. L'accent est mis sur l'évolution de ces techniques et les modes d'implantation humaine à travers l'époque préhispanique (environ 3000 ans). Il est question de mettre en relation le progrès technologique avec le développement socioculturel d'une région associée à la culture précolombienne: La Tolita-Tumaco (1000 avant JC / 800 A.D.). Les résultats montrent que des travaux d’assentiment ont été pratiqués tout au long de l'époque Tolita, mais les billons ont connu une popularité importante surtout après le déclin de cette culture et de ces chefferies régionales.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

La Tolita
Haut de page

Texte intégral

1L’histoire de La Tolita est liée à l’histoire des missions archéologiques étrangères en Amérique du Sud. L’intérêt international pour le gisement a démarré relativement tôt au début du xxe siècle. La recherche archéologique dans la région de la côte pacifique équatoriale a commencé par des explorations menées par la Heye Foundation de New York. Dès 1906, Marshal Saville se rend en Équateur pour effectuer une reconnaissance détaillée du littoral d’Esmeraldas. À cette époque, le gisement est une simple exploitation agricole, où le propriétaire, Pablo Isaias Sanchez, vient de découvrir une tombe exceptionnelle à l’intérieur d’un des nombreux tumuli (tolas) qui se trouvent dans sa propriété. La nouvelle du trésor a fait du bruit dans le port d’Esmeraldas et Saville se rend immédiatement sur place. Sanchez a découvert les restes d’un individu richement orné, assis sur un coffre en céramique rempli de joyaux et parures métalliques, dont un œuf en or, taille nature, à l’intérieur duquel pend une belle émeraude, tenue par un mince fil d’or. À en juger par la description de Saville, le défunt était sans doute un roi ou un chef très puissant.

2Sanchez et ses travailleurs pratiquent régulièrement l’orpaillage sur la rive nord du fleuve Santiago, où se situe cette ferme prodigieuse, et ils récupèrent des quantités importantes d’or, anciennement travaillé par des populations précolombiennes qui ont habité le lieu. Le produit de ces actions va vite donner un nom composé au gisement : La Tolita Pampa de Oro (Tolita, la plaine d’or) qui entre ainsi sur la scène mondiale (Salville 1910). Des chercheurs de la Heye Foundation – Saville (1925), Hodge (1924), Orchard (1927) – et William Farabee (1921) du musée de Philadelphie publient des descriptions d’autres trouvailles féeriques faites sur ce site, qui devient très vite un fournisseur important d’objets précolombiens pour les musées du monde entier. À cette époque, la découverte de nombreux objets en platine attire l’attention des chercheurs sur la métallurgie de La Tolita. Rickard (1935) et, surtout, Paul Bergsoe (1937, 1938) se sont penchés sur la technologie du travail des métaux et ont contribué à établir la réputation du site.

3En 1925, le grand américaniste allemand Max Uhle fait le premier plan des tumulus et publie de nombreux exemples des figurines céramiques. Il parcourt toute la région nord d’Esmeraldas et soutient que La Tolita était peut-être le chef-lieu d’une région anciennement très peuplée (Uhle 1927a et b) et le centre cérémoniel d’une société mayaoïde installée en Amérique du Sud par voie de migration des populations de l’Amérique centrale. Le suisse Henry Reichlen et Raoul d’Harcourt sont les premiers chercheurs de langue française à s’occuper de la problématique Tolita ; bien entendu, la métallurgie est encore le thème privilégié. Harcourt a révisé des collections du musée de l’Homme, a écrit des notes sur l’archéologie d’Esmeraldas et de Manabí et a commenté les influences possibles des Maya sur la côte équatorienne (Reichlen 1941, 1942 ; Harcourt 1942, 1948, 1949).

4À cette époque, la recherche archéologique internationale s’intéressait surtout aux aspects grandioses ou aux curiosités exotiques des anciennes civilisations. L’origine des sociétés était vite expliquée par des phénomènes de diffusion à partir de centres ou de métropoles civilisatrices. La notion du changement social n’existait pas et l’histoire se résumait à une succession de guerres et de rois. Depuis le xixe siècle, l’Occident s’émerveillait avec les récits des coutumes et usages des terres lointaines et l’archéologie commençait à gagner ses premiers titres de noblesse. Le changement de paradigme est survenu à la fin des années 1960 et amenant de nouvelles questions, telles que l’origine des plantes et des animaux, l’émergence des sociétés complexes, voire de l’État, ou encore l’adaptation humaine aux milieux les plus divers. En réalité, le changement du paradigme implique la quête d’explications, plutôt que la trouvaille d’objets remarquables. Dans ce contexte, l’Institut de recherche pour le développement (Ird) entreprend des recherches archéologiques dans la région de La Tolita (Valdez 2006). Les travaux se déroulent sur une vaste aire marécageuse connue sous le nom de la Laguna de la Ciudad, territoire situé sur la rive sud-est de l’embouchure du système hydrique Santiago-Cayapas, à environ 6 km du village de La Tola. Ses coordonnées géographiques sont comprises entre 1° 05’ et 1° 12’ de latitude nord et 79° 01’ et 79° 05’ de longitude ouest. Il s’étend sur la plaine d’environ 85 000 km2 qui longe l’extrémité sud du delta du Santiago. L’altitude au-dessus du niveau de la mer varie entre 3 et 20 m, augmentant progressivement pendant environ 10 km à partir de la côte Pacifique. Les précipitations annuelles moyennes sont de l’ordre de 3 500 mm (fig. 1).

5La découverte d’un grand ensemble de champs agricoles fossiles enfouis dans le marais et couverts par la forêt tropicale humide a déterminé la zone de travail. Les premières prospections ont montré l’existence d’un ancien système de culture sur billons qui aurait pu être lié, à moins d'en avoir été la cause, à l’essor du célèbre site de La Tolita. En effet, ce gisement se situe à quelques kilomètres, sur la rive opposée du Santiago. La région fluviale est couverte par des franges importantes de mangrove qui rendent l’agriculture permanente peu praticable. Toutefois, la population dense qui semble avoir habité jadis le site devait forcément avoir une alimentation stable, voire un surplus agricole pour permettre les échanges commerciaux. Le développement du site, ses travaux publics, son artisanat et son influence idéologique n’auraient pas eu de poids régional sans un support économique fondé sur une agriculture stable et hautement productive. La recherche a donc visé l’étude de ces champs fossiles et leur portée sur le développement de la société Tolita.

Fig. 1

Fig. 1

Localisation de la Laguna de la Ciudad sur la côte nord d’Esmeraldas, Équateur

Les champs fossiles de la Laguna

6La culture sur billons est une technique agricole utilisée pour limiter les effets d’une humidité excessive. Elle consiste à cultiver sur des billons (buttes de tailles diverses) préparés par le bêchage et sarclage du terrain potentiellement inondé, de manière à surélever le niveau du sol en laissant des tranchés de drainage sur les deux cotés. L’eau s’accumule dans les sillons entre les billons et assure une humidité contrôlée du terrain. En jouant avec la disposition des buttes, on peut créer des barrières à intervalles réguliers, et même, former des bassins qui maintiennent l’eau à un certain niveau dans des endroits spécifiques.

7La culture sur billons permanents est la meilleure méthode de conservation des sols dans les milieux marécageux où les terrains sont aussi soumis à une pluviométrie importante. Durant la saison des pluies, les terres alentour sont inondées, ce qui risque de provoquer l’effondrement des chaussées solides récemment constituées. Il est donc nécessaire d’élever le niveau du sol grâce aux sédiments limo-argileux charriés par les eaux. Ce procédé est doublement bénéfique, puisqu’il permet à la fois d’agrandir le billon et d’enrichir le sol. Avec le temps et grâce à l’entretien régulier des champs de billons, les habitants peuvent créer des parcelles cultivables stables, chacune entourée de canaux de drainage. La récupération des terres inondées permet d’augmenter la superficie des terres cultivables et, par conséquent, d’améliorer la qualité et les quantités produites.

Les évidences acquises

8Les recherches menées à ce jour établissent un schéma général du développement socioculturel des différentes occupations humaines précolombiennes de la région nord de la province d’Esmeraldas. Celui-ci se décline sur environ 3 000 ans, et inclut trois grandes phases, dont deux concernent la culture La Tolita. Le schéma commence avec les premières preuves d’occupation humaine trouvées dans les mangroves du littoral, entre Las Peñas et l’actuelle frontière colombo-équatorienne, à l’embouchure du rio Mataje. Des matériaux culturels de cette première époque ont été mis au jour au long du delta du Santiago, sur des occupations importantes de la région de la Laguna. Des établissements humains clairsemés s’étalent au long de la frange côtière et s’introduisent progressivement à l’intérieur de la plaine alluviale, remontant les fleuves jusqu’à une altitude de 200 m au-dessus du niveau de la mer. Les gisements identifiés dans les marais se situent à une profondeur comprise entre 150 et 200 cm sous la surface actuelle, et sont en général recouverts d’épais dépôts sédimentaires sableux et limoneux, caractéristiques des régions soumises à de constantes inondations. La présence de strates mixtes dans les couches sableuses des cordons littoraux prouve que les groupes humains installés dans les zones stables du marais ont modifié intentionnellement le caractère marécageux du milieu côtier.

9L’analyse des sols a montré que les habitants avaient creusé des tranchées irrégulières pour évacuer l’eau et assainir certains secteurs du marais. Les sondages effectués ont démontré l’existence de tranchées de drainage transversales au périmètre occupé par des établissements anciens. Une fois dirigés vers l’extérieur, les cours d’eau s’écoulaient vers la mer, grâce à l’inclinaison du sol des drains naturels. Les nombreuses installations domestiques construites dans les zones les plus stables du marais formaient un ensemble structuré habité par des agriculteurs sédentaires. Les dépôts archéologiques de ces niveaux ont livré du matériel céramique, lithique, et même métallique, ainsi que de nombreux résidus alimentaires d’origines diverses (poissons et crustacés fluviaux et maritimes, mammifères terrestres, et macro-restes végétaux). Ces matériaux appartiennent à la période Formative moyenne, voire tardive.

10La plupart des établissements de cette époque, assez éloignés les uns des autres, suggèrent une structure sociale relativement lâche où l’unité domestique semble être la base de l’activité productive et de la transmission des valeurs sociales. Les types des dépôts et la taille des sites semblent indiquer que l’agriculture, la chasse, la pêche et la cueillette, ainsi qu’un artisanat très développé, s’organisaient autour du noyau familial. Les vestiges de poteries et de métaux confirment l’hypothèse d’une identité commune à l’ensemble des groupes qui ont vécu sur le littoral nord de la province d’Esmeraldas. Les dates radiocarbone de ces niveaux situent ces établissements humains entre 2865 et 2730 BP, et coïncident également avec les dates corrigées et calibrées des niveaux anciens, fouillés à l’île La Tolita (2778-2545 BP).

11Les témoignages de l’occupation des sites de la Laguna démontrent une adaptation très réussie à un milieu apparemment précaire. En effet, les habitants ont su tirer parti des importantes réserves d’eau douce pour assurer la stabilité de la production agricole. L’excès d’humidité n’étant pas favorable aux cultures, ils ont commencé par assainir les sols au moyen de tranchées de drainage. Cependant, ces modifications du milieu ont eu lieu à une échelle très réduite, probablement au niveau des unités domestiques individuelles. Les précipitations saisonnières qui gonflaient régulièrement les cours d’eau ont vraisemblablement rendu indispensable le drainage des terres habitées et des éventuelles zones de production agricole. Cette occupation a été appelée La Tolita initiale car elle montre déjà les caractéristiques formelles de cette célèbre société.

La période Tolita (2400-1060 BP)

12L’influence idéologique de la culture La Tolita est présente sur l’ensemble du territoire de la Laguna à partir de 400 apr. J.C. Dans de nombreux sites, la marque stylistique Tolita apparaît dès les anciens niveaux d’occupation, mais également sur les sols sableux des cordons littoraux stables, indiquant ainsi une occupation plus importante du territoire. Comme le montre la figure 2, les sites sont plus nombreux dans pratiquement toutes les zones élevées, avec une tendance au rassemblement sur de plus vastes terrains. Cela peut indiquer un début de nucléarisation fondée sur le regroupement de plusieurs familles pratiquant les mêmes activités et partageant la même idéologie. Au cours de la prospection, des sites d’une superficie supérieure à 1 ha ont été enregistrés, alors qu’à l’époque antérieure, ils ne dépassaient jamais 300 m2.

13Les matériaux céramiques et lithiques des dépôts de cette nouvelle phase présentent les mêmes caractéristiques que ceux du centre cérémoniel situé sur l’île éponyme : récipients décorés aux formes variées, nombreux débris de statuettes et quelques exemples d’ornements dans les offrandes funéraires. Les paysans actuels de la région ont trouvé des éléments métalliques et des émeraudes polies, caractéristiques de la culture La Tolita. Les objets utilitaires, très rudimentaires, sont très abondants et représentent à peu près 90 % des débris d’occupation.

Fig. 2

Fig. 2

Champs fossiles à billons sur le site El Indio

14C’est à cette époque que le paysage du marais commence à être modifié en largeur et en profondeur. La prospection a révélé de nombreuses tranchées creusées le long des cordons littoraux pour assainir le sol et évacuer les eaux vers les drains naturels (fig. 3). Ce système de drainage très organisé recouvre entièrement certaines parties de la Laguna. Il est impossible de savoir combien de temps a duré la construction d’un tel système, mais il est clair qu’elle a commencé à l’époque des premières occupations humaines et qu’elle s’est accélérée et généralisée avec la culture La Tolita. Les prospections effectuées jusqu’à ce jour ont démontré qu’environ 1 660 ha de terrain auraient ainsi été assainis à cette époque. Autour des cordons les plus larges, le terrain est presque totalement quadrillé par les tranchées transversales et les canaux latéraux qui vont se perdre dans les limites des basses terres. Ainsi, l’homme a réussi à transformer une grande partie du marais en zones cultivables, divisées en parcelles par les drains qui coupent les cordons environs tous les 80 à 200 m.

15Ce système a été préservé presque intact dans les zones plus boisées, où l’on observe un réseau très dense de canaux principaux et secondaires. Souvent les tranchées débouchent dans des dépressions marécageuses ovales qui servent à recueillir l’eau tout au long de l’année. Ces réservoirs artificiels assurent le renouvellement de la nappe phréatique et permettent aux cultures de pousser en cas de sécheresse prolongée.

16Le volume des vestiges mis au jour dans les secteurs traversés par les tranchées traduit l’importance de la croissance démographique. Les niveaux d’occupation de cette période sont moins riches en résidus de mollusques marins ou fluviaux que ceux de la période précédente. En revanche, les galets érodés et les débris de pierres à moudre y sont nombreux, indiquant un développement de l’activité agricole.

17Les monticules artificiels connus sous le nom de tolas apparaissent aussi à cette époque. Il s’agit le plus souvent de structures ovales, d’un diamètre maximal de 30 m et d’une hauteur ne dépassant pas 1 m. À première vue, elles semblent construites au hasard dans les zones les plus stables, mais on peut remarquer qu’elles se trouvent toujours à proximité des canaux de drainage. Elles auraient constitué des lieux d’habitation, différenciés des autres par leur hauteur.

Fig. 3

Fig. 3

Tranchée d’évacuation des eaux du marais

18Un autre élément nouveau est la présence de chaussées surélevées dans des secteurs déterminés du marais. Leur orientation est variable et elles relient les zones stables drainées. Rectilignes, elles dépassent rarement 3 m de large et 80 cm de haut. Certaines sont bordées par deux canaux qui les préservent de l’humidité et accentuent leur hauteur relative. Bien que ces chaussées apparaissent avec la culture La Tolita, leur usage ne sera généralisé qu’à la période suivante, où elles amélioreront la communication entre les différents secteurs de la Laguna.

19Vers l’an 350 apr. J.-C., le centre cérémonial situé sur l’île perd son hégémonie dans la région. À La Tolita, les témoignages d’occupation deviennent de plus en plus rares, à tel point qu’aucun vestige postérieur au ve siècle apr. J.-C. n’y a été mis au jour (Valdez 2006). Malgré la décadence idéologique du centre cérémoniel, les populations des territoires proches de l’île ont continué à y vivre, produisant une culture matérielle analogue à celle de la tradition Tolita et appelée La Tolita tardive. Les archéologues Tolstoy et DeBoer ont mis au jour plusieurs de ces établissements en amont des fleuves Santiago et Cayapas, mais ils ont aussi identifié des occupations qui ne présentaient plus aucun lien stylistique avec La Tolita (Valdez 1987 ; Patiño 1993). Leur présence était inconnue sur le littoral jusqu’aux travaux effectués dans la région de la Laguna. Ces données ont permis d’esquisser un nouveau tableau des occupations de la période dite Post-La Tolita.

Le Post-La Tolita

20La plupart des vestiges mis au jour dans le marais correspondent à des occupations Post-Tolita (1100-700 BP). Ils présentent quelques analogies typologiques avec ceux retrouvés dans les hauts bassins duSantiago-Cayapas, ainsi qu’avec la phase Bucheli de la région de Tumaco (Tolstoy et DeBoer 1989 ; DeBoer 1996 ; Bouchard 1984), mais l’on constate également l’apparition d’innovations morphologiques et décoratives. Les vestiges retrouvés à la Laguna appartiennent probablement à deux groupes culturels qui se sont développés de façon indépendante selon les régions qu’ils ont occupées. Des traces de cette période ont été retrouvées dans tous les secteurs prospectés, dont beaucoup dans des zones ne présentant aucun témoignage des occupations antérieures. Bien que ces habitants aient profité de l’assainissement du terrain déjà effectué, ils ont peuplé aussi la partie la plus humide du marais. L’apparition de nombreux sites fonctionnels dans les endroits les plus reculés constitue l’élément le plus intéressant de cette période. C’est dans ces mêmes zones que va débuter la seconde étape de transformation du paysage, avec la construction de nouveaux champs de billons. Le système d’exploitation des terres inondées commence véritablement à se généraliser aux environs de 800 apr. J.-C.

21Le système de drainage des hauts cordons est amélioré, et l’on commence à récupérer certaines terres jadis submergées pour créer de petites parcelles au cœur même du marais. Les sédiments solides des sols marécageux sont utilisés pour construire des buttes longues et étroites, cultivables toute l’année. Les billons sont drainés et constituent de petits îlots au cœur de la Laguna. Ici, les terrains sont continuellement inondés, ce qui explique l’absence de zones habitées. Cela va contribuer à l’apparition d’une nouvelle dichotomie entre zones d’habitation et zones de production agricole. De fait, les vestiges mis au jour dans les parcelles submergées sont beaucoup moins variés que dans les zones d’habitation. Les rares débris de céramique proviennent d’objets rudimentaires utilisés pour le transport des liquides ou pour l’usage individuel. Les véritables résidus domestiques sont trouvés dans les sols stables, suffisamment drainés, propices à l’habitat permanent.

22L’organisation des champs de billons révèle une véritable ingénierie hydraulique. Sur l’ensemble du terrain, les billons forment des méandres artificiels qui contrôlent les cours d’eau en les déviant. Ces nouveaux systèmes diffèrent tant par le nombre des parcelles surélevées, que par leur taille, leur forme et leur disposition. En général, les billons sont linéaires ou rectangulaires avec des extrémités arrondies. Dans leur forme actuelle, les éléments de ces champs fossiles ne dépassent pas 6 m de largeur pour 5 à 25 m de longueur. Leur élévation moyenne au-dessus du niveau des eaux varie entre 40 et 50 cm, mais il faut ici tenir compte de l’érosion, qui a sûrement modifié les proportions initiales. Les billons sont espacés de 3 à 5 m.

23La surface des champs prospectés varie entre de 8 ha à 20 ha. Le site El Indio, qui a récemment fait l’objet d’études approfondies, s’étend sur environ 10 ha et comprend de nombreux billons éparpillés sur l’ensemble du marécage. Beaucoup d’entre eux sont reliés par des chaussées rectilignes orientées nord/sud (fig. 4). Les structures retrouvées dans le secteur de la Laguna ne ressemblent à aucun des modèles traditionnels répertoriés à ce jour (Denevan et Turner 1974 ; Plazas et Falchetti 1981 ; Zucchi et Denevan 1979). Elles peuvent être qualifiées de parcelles à méandres. Billons rectilignes et billons en forme de « L » ou de « Z » sont répartis sans ordre apparent sur une zone amorphe, de façon à former des tranchées de drainage avec méandres. Cependant, l’objectif est toujours d’endiguer et de dévier les cours d’eau. Souvent, les plus grands canaux débouchent dans de petits réservoirs artificiels. Il est possible que ces étangs aient également servi à l’élevage de nombreuses variétés de poissons, mollusques, crustacés, et même, vertébrés amphibiens (tortues, iguanes et caïmans).

Fig. 4

Fig. 4

Différentes configurations des billons et chaussées surélevées

24La plupart des chemins ou chaussées surélevés de la Laguna ont été construits au cours de cette période. Ils quadrillent l’ensemble du territoire marécageux, et se présentent comme des lignes étroites, formées par accumulation de sédiments divers ; certains dépassent 2 km de long. De 3 m de large en moyenne, ils peuvent s’élever jusqu’à plus d’un mètre. Les coupes réalisées sur certaines de ces chaussées ont mis au jour de nombreux résidus culturels des phases tardives.

25On retrouve souvent dans les contextes PosLa Tolita la présence d’une épaisse couche de cendres volcaniques qui recouvre les dépôts des dernières occupations préhispaniques. Ce phénomène concerne l’ensemble du territoire, mais il est particulièrement visible dans les zones inondées, où la cendre a pu se conserver à l’état pur. Dans les sols stables, la cendre est souvent mélangée à des matières organiques en décomposition que l’on retrouve en surface. Elle est donc peu visible dans certains secteurs, alors qu’elle forme une couche de 3 à 5 cm dans les endroits inondés. D’après la géologue Patricia Mothes, la cendre présente des caractéristiques géochimiques semblables à celles de l’éruption du volcan Quilotoa, survenue vers 810 BP. Cette couche volcanique est située à une profondeur maximale de 10 cm sous la surface actuelle, sans qu’aucun vestige préhispanique ne soit retrouvé dans la strate superficielle. Il est fort probable que l’éruption qui a déclenché cette importante chute de cendres ait stoppé l’expansion des établissements humains à la Laguna, et provoqué par la suite l’abandon de la zone marécageuse au début du xiiie siècle de notre ère.

26Les recherches menées par l’Ird à l’embouchure du Santiago montrent bien que l’homme a constamment transformé le milieu pour le rendre plus habitable et surtout pour subvenir à ses besoins alimentaires. Bien que l’occupation du territoire inondable se soit considérablement développée durant la période Tolita, il est aujourd’hui difficile de savoir combien de temps a duré l’assainissement, et surtout si ce travail a été dirigé par un pouvoir central. La majorité des contextes sondés remonte à une période relativement tardive dans la séquence chronologique, et dans plusieurs cas, les datations au 14C indiquent une période d’occupation postérieure à l’abandon du centre cérémoniel, ce qui suggère que la réalisation d’une telle infrastructure n’a apparemment pas été dirigé par une autorité centralisée. En effet, la construction de parcelles semblables ne nécessite pas une main-d’œuvre importante. Les membres de deux ou trois unités domestiques auraient pu suffire à construire des tranchées de drainage en période d’étiage. Si l’on considère que la plupart des parcelles ne dépassaient guère 5 ha, la construction et la maintenance pouvaient être réalisées progressivement à petite échelle. À la fin, ce système de drainage peu contraignant mais très efficace en termes de rendement agricole a permis d’assurer la subsistance d’une population toujours plus nombreuse. Nous ne savons toujours pas pourquoi les champs surélevés n’ont pas été réutilisés après le xiiie siècle. Que sont devenues ces populations après l’éruption volcanique ? Les scénarios à catastrophe ne sont jamais très concluants dans la vie réelle. La poursuite des recherches éclairera peut-être ce processus.

Haut de page

Bibliographie

Bergsoe, P. 1937. The Metallurgy and Technology of Gold and platinum among the Pre-Columbian Indians. Copenhague, Ingenioervidensk. Skr.

Bergsoe, P. 1938. The Gilding Process and the Metallurgy of Copper and Lead among the Pre-Columbiarl Indians. Copenhague, Ingenioervidensk. Skr.

Bouchard, J.-F. 1984. Recherches archéologiques dans la région de Tumaco (Colombie). Paris, Ifea, Adpf.

DeBoer, W. 1996. Traces Behind the Esmeraldas Shore. Prehistory of the Santiago-Cayapas Region, Ecuador. Tuscaloosa, The University of Alabama Press.

Denevan, W. et B. Turner. 1974. « II Forms, functions and associations of raised field agricultura in the Old World Tropics », Journal of Tropical Geography, 39 : 24-33.

Farabee, W. 1921. « A Golden Hoard from Ecuador », The Museum Journal, Philadephia.

Harcourt, R. d’. 1942. « Archéologie de la province d’Esmeraldas (Équateur) », Journal de la Société des américanistes, 34 : 61-200.

Harcourt, R. d’. 1948. « Archéologie d’Esmeraldas et de Manabí, Équateur, Note complementaire », Journal de la Société des américanistes, 38 : 319-325.

Harcourt, R. d’. 1949. « L’influence maya dans l’archéologie de l’Équateur », Journal de la Société des américaniste, 38 : 183-184.84.

Hodge, F. W. 1924. « Emeraldas and Manabí », New York, Museum of the American Indian, Heye Foundation, Indian Notes and Monographs, 38 : 91-109.

Orchard, W. C. 1927. « Nose ornaments of Gold », New York, Museum of the American Indian, Heye Foundation, Indian Notes, 4 (2) : 118-124.

Patiño, D. 1993. « Arqueología del Bajo Patía, fases y correlaciones de la Costa Pacífica de Colombia y Ecuador », Latin American Antiquity, 4 : 180-199.

Plazas, C. et A. M. Falchetti. 1981. Asentamientos prehispánicos en el bajo río San Jorge. Bogotá, Fundación de Investigaciones Arqueológicas Nacionales, Banco de la República.

Reichlen, H. 1941. « À propos de l’utilisation du platine à Esmeraldas, Équateur », Journal de la Société des américaniste, 33 : 180-81.

Reichlen, H. 1942. « Contribution a l’étude de la métallurgie précolombienne de la Province d’Esmeraldas (Équateur) », Journal de la Société des américanistes, 34 : 201-28.

Rickard, T. A. 1935. « Chalcolithic Platinum », Man, 35 : 192.

Saville, M. 1910. « Archaeological researches on the coast of Esmeraldas, Ecuador », in : XVIe Congres international d’américanistes. Vienne, vol. 2 : 331-45.

Saville, M. 1925. « Smoking pipes from La Tolita », New York, Museum of the American Indian, Heye Foundation, Indian Notes, 2 (1) : 1-11.

Tolstoy, P., et W. DeBoer. 1989. « An archaeological sequence for the Santiago-Cayapas Basin, Esmeraldas, Ecuador. », Journal of Field Archaeology, 16 : 295-308.

Uhle, M. 1927a. « Las antiguas civilizaciones esmeraldeñas », Anales de la Universidad Centra, 38 : 107-136.  

Uhle, M. 1927b. « Estudios esmeraldeños », Anales de la Universidad Centra, 39 : 262.

Valdez, F. 1987. Proyecto Arqueológico La Tolita. Quito, Museos del Banco Central del Ecuador, Ed. Luz de America.

Valdez, F. 2006. « Drenajes, camellones y organización social : usos del espacio y poder en La Tola, Esmeraldas », in : F. Valdez (ed.), Agricultura Ancestral : Camellones y Albarradas. Contexto Social, usos y retos del pasado y del presente. Quito, Abya Yala, Ifea, Banco Central del Ecuador, Ird : 189-223.

Zucchi, A. et W. Denevan. 1979. « Campos elevados e historia cultural prehispánica en los Llanos Occidentales de Venezuela », Montalbán, 9 : 565-736.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Localisation de la Laguna de la Ciudad sur la côte nord d’Esmeraldas, Équateur
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 2
Légende Champs fossiles à billons sur le site El Indio
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/357/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 3
Légende Tranchée d’évacuation des eaux du marais
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/357/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 4
Légende Différentes configurations des billons et chaussées surélevées
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/357/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco Valdez, « La Laguna de la Ciudad, le grenier de La Tolita », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 69-75.

Référence électronique

Francisco Valdez, « La Laguna de la Ciudad, le grenier de La Tolita », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/357 ; DOI : 10.4000/nda.357

Haut de page

Auteur

Francisco Valdez

Institut de recherche pour le développement (Ird)
Francisco.Valdez@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org