Navigation – Plan du site
Compte rendu

Une co-seigneurie au fil des siècles : Mouret-en-Rouergue

Florence Journot
p. 63
Référence(s) :

Campech S., Calmés C., Escande F., Hautefeuille F., Pousthomis-Dalle N., Pousthomis B., Pradalié G., Stéphant P. Une co-seigneurie au fil des siècles : Mouret-en-Rouergue, xie-xviiie siècle, Archéologie du Midi médiéval, t. 30, n° spécial, 2012. 190 pages.

Texte intégral

1Cette étude historique et archéologique est issue d’un partenariat entre la société Hadès, opérateur d’archéologie, et l’Université Toulouse-Le Mirail. Son point de départ fut une première analyse de la tour du château de la Servayrie. Effectuée en 1997 par Dominique Larpin, architecte en chef des Monuments historiques, il s’agissait d’une étude préalable à la restauration de ce château situé dans la commune de Mouret, entre Conques et Rodez dans l’Aveyron, sur un site qui en comportait jadis quatre. Quatre châteaux pour quatre seigneurs, relevant de ce qui fut un temps une co-seigneurie, pour deux paroisses et des maisons réparties en un « bourg » et différents habitats dispersés dans le terroir.

  • 1 Une série de résultats a été publiée sous forme d’un article en 2006, à la fin de l’opération progr (...)

2L’intérêt du projet réside dans la volonté de rendre compte d’un ensemble bâti inscrit dans une structure foncière, liés au statut social des propriétaires et/ou résidents, ce qui passe par une confrontation entre textes et vestiges, caractéristique attendue de l’archéologie des périodes historiques1.

3Les sondages et études de bâti (cf. les rapports transmis au Sra cités en bibliographie sous les noms de Campech S. et al. et Stéphant P.) ont dépendu des aléas des ventes et transformations. La dimension programmée de l’étude a néanmoins permis au moins un suivi des travaux. C’était ce que l’on pouvait obtenir de mieux dans l’état actuel des législations en matière de « patrimoine » bâti. Que les résultats des fouilles soient décevants (peu de matériel, manifestement pas de prise pour des analyses environnementales) est un fait malheureusement courant dans ces sites rocheux où les chances de tomber sur des dépotoirs sont minces.

4Le récolement des archives a donc été particulièrement fin et l’opération a bénéficié du dépouillement d’un compoix daté de 1451, document d’importance majeure.

5Le cadre historique campe les enjeux de pouvoir au niveau comtal. La très intéressante étude de Florent Hautefeuille permet d’appréhender finement la dimension locale des emprises dans leurs différentes nuances juridictionnelles, et l’apparition de ce processus complexe qu’est le phénomène de la co-seigneurie.

Fig.1

Fig.1

Couverture de l’ouvrage

6Les études des configurations des châteaux et églises sont classiques. En revanche, les analyses de maisons sont encore rares aujourd’hui, et l’on peut souligner la qualité du travail à cet égard de P. Stéphant.

7Les auteurs n’ont pas eu le temps d’affiner des comparaisons qui auraient pu s’avérer intéressantes, avec d’autres zones du Sud-Ouest, étudiées, qui ont connu des types de constructions dans un type d’environnement (relief géographique) proches, et aussi le régime de la co-seigneurie. Soit. Mais reste au final un regret : que cette recherche qui vaut par son échelle, celle d’un territoire dans la complexité de ses statuts fonciers, n’ait pas été servie par un regard archéogéographique, et en particulier par l’analyse des réseaux de voies de communication, dans leur hiérarchie et leur évolution. D’autant plus que le projet bénéficiait de deux compoix (1451 et 1614), et a inclus les Temps modernes, époque pour laquelle la documentation cartographique se fait moins rare.

Haut de page

Notes

1 Une série de résultats a été publiée sous forme d’un article en 2006, à la fin de l’opération programmée. Pousthomis-Dalle Nelly, Pradalié Gérard, Ferrand Guilhem, Campech Sylvie, Escande Florence, Hautefeuille Florent, Pousthomis Bernard, Stephant Pierrick. Mouret en Rouergue, « Un castrum, des châteaux », in : Archéologie du Midi médiéval. Supplément n°4, 2006. Résidences aristocratiques, résidences du pouvoir entre Loire et Pyrénées, xe-xv e siècles. Recherches archéologiques récentes, 1987-2002, pp. 307-324. doi : 10.3406/amime.2006.1593, http://www.persee.fr/doc/amime_1278-3358_2006_sup_4_1_1593

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1
Légende Couverture de l’ouvrage
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Journot, « Une co-seigneurie au fil des siècles : Mouret-en-Rouergue », Les nouvelles de l'archéologie, 144 | 2016, 63.

Référence électronique

Florence Journot, « Une co-seigneurie au fil des siècles : Mouret-en-Rouergue », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 144 | 2016, mis en ligne le 25 août 2016, consulté le 27 février 2017. URL : http://nda.revues.org/3521

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org