Skip to navigation – Site map
Varia

La chaussée Jules-César, une route vers l’Océan

Aurélien Lefeuvre and Patrice Rodriguez
p. 57-62

Abstracts

The antique “Jules-César” roadway, built since the 1st century, connected Paris to Rouen then Lillebonne before joining the English Channel to Harfleur. It has been studied numerous times in Île-de-France and Normandy, and is relatively well-known today, thanks in particular to preventive archaeology. In a travelling exhibition, the archaeological service of the Val-d'Oise department presents data synthesis about this road and its context, showing the mission of local archaeological services in France, between research and cultural mediation.

Top of page

Full text

1Mentionnée sur la Carte de Peutinger et l'Itinéraire d'Antonin, la voie qui reliait Lutetia (Paris) à Rotomagus (Rouen) par Briva Isara (Pontoise) a été identifiée au tracé remarquable de la chaussée Jules-César qui parcourt le plateau du Vexin français, dans le Val-d’Oise (fig. 1). Construite à partir du premier quart du ier siècle dans le cadre du vaste réseau routier aménagé par Rome en Gaule, elle se poursuivait jusqu’à l’estuaire de la Seine à Juliobona (Lillebonne) puis rejoignait la Manche, probablement à Caracotinum (Harfleur).

2Dans le Vexin français, la voie est conservée sous la forme d’un chemin étonnamment rectiligne qui desservait plusieurs villages et hameaux, et elle constitue l'un des principaux vestiges antiques du Val-d’Oise1. En amont, elle a été dénommée sentier des Callais avant les marais de Soisy, chemin du Digne-Chien à Enghien, et parfois chemin ferré avant Pontoise.

Fig. 1

Fig. 1

Photographie aérienne de la chaussée Jules-César dans le Vexin français (Val-d’Oise).

Coll. Sdavo © Conseil départemental du Val-d’Oise.

3La voie est bien moins identifiée en Normandie bien qu’elle soit reconnue sur l’ensemble de son tracé.

4Cet itinéraire long de près de 200 km est un trait d'union historique persistant entre l’Île-de-France et la Normandie.

  • 2 Merci à Philippe Fajon, archéologue au Service régional de l’archéologie-Drac Haute-Normandie, pour (...)

5Proposée par le Service départemental d’archéologie du Val-d’Oise (Sdavo) avec la collaboration du Service régional de l’archéologie (Sra) de Haute-Normandie2, l'exposition itinérante « La chaussée Jules-César, une route vers l'Océan » aborde son histoire en portant un regard sur l’ensemble de son tracé.

6Au-delà des frontières administratives actuelles, une itinérance est programmée entre le Val-d’Oise et l’embouchure de la Seine. Inaugurée durant l’été 2014 au musée d’Art, histoire et archéologie d’Évreux (Eure), contre l’ancien rempart gallo-romain, elle circule ensuite sans interruption dans le Val-d’Oise (Maison du parc naturel régional du Vexin français, collèges et centres culturels) avant d’entamer une longue traversée en Seine-Maritime qui doit s’achever en septembre 20153 (bibliothèques de la communauté de communes Caux-Vallée de Seine, maison du parc naturel régional des boucles de la Seine normande, musée départemental des Antiquités de Rouen). Des conférences sont proposées au public tout au long de ce parcours4.

7Cette initiative s’inscrit dans la navigation Val d’Oise Océan qui vise à susciter la curiosité des habitants sur le développement du Grand Paris au fil de l’Axe Seine jusqu’au Havre, porte océane de la France. Lancé en 2012 par le Département et mis en œuvre par les institutions artistiques et culturelles du territoire, ce projet est une invitation au voyage dans le temps et l’espace, à travers des croisements entre la nature et la culture, le patrimoine et la création, les sciences de la vie, de la terre et de l'homme.

8À travers douze panneaux illustrés de documents d’archives et de photographies de sites ou d’objets, le visiteur est appelé à découvrir les itinéraires antiques, la construction de la voie, ses usages et ses usagers, son impact dans le développement et la romanisation des Calètes qui vivaient dans le Pays de Caux, des Véliocasses qui peuplaient le Vexin (normand et français), et des Parisis installés autour de Paris. Il est amené aussi à prendre conscience de la permanence de la voie et de ses traces dans le paysage.

9À ces panneaux s'ajoutent ceux spécifiquement consacrés par certaines des structures d’accueil de l’exposition, invitation à parcourir la chaussée sur leur territoire et à visiter les sites antiques qui lui sont liés : circuit de randonnée du parc naturel régional (pnr) du Vexin français ; voie dans le pnr des Boucles de la Seine Normande ; vestiges et théâtre antique et musée archéologique de Lillebonne (communauté de communes Caux-Vallée de Seine) ; collections provenant de Lillebonne au musée départemental des Antiquités de Rouen. Un livret pédagogique s’adresse aux plus jeunes.

10Le croisement des sources historiques et archéologiques montre ainsi comment la connaissance de la voie romaine s’est développée. Il s'agit d'une approche globale inédite qui synthétise, à l’intention du grand public, les connaissances acquises sur l’ensemble du tracé5.

Origine de la chaussée

11La voie de Lutèce à Rouen par Pontoise, mentionnée dans les itinéraires antiques, fait partie de la myriade de routes secondaires (fig. 2) qui complète le réseau de grandes voies de communication mis en place par Agrippa dans la Gaule nouvellement conquise, à la demande d’Auguste. C’est une variante vers l’estuaire de la Seine (Lillebonne) de la voie de l'Océan qui relie Lyon, promue capitale des Gaules, à la Manche (Boulogne-sur-Mer), via Reims.

12C’est cependant un axe antique majeur – Lutetia, Rotomagus et Juliobona sont chefs-lieux de cité –, qui complète commercialement et économiquement l’axe fluvial de la Seine qu’il suit sur la rive droite, filant à bonne distance sur les plateaux du Vexin, ou tangent aux méandres du fleuve au nord de Rouen.

13La chaussée Jules-César est probablement achevée au milieu du ier siècle, dans le cadre de la conquête de l'île de Bretagne (43-47), bien que certains tronçons semblent fréquentés dès le premier quart du ier siècle, comme à Guerny dans l’Eure (Léon 1999). Ailleurs, sa fréquentation est attestée surtout à l'apogée de l'Empire, aux iie et iiie siècles.

Fig. 2

Fig. 2

Carte de la chaussée Jules-César et de son environnement antique. Illustration d’un panneau de l’exposition.

Coll. Sdavo © Ph. Payet.

14Au Moyen Âge, elle est connue sous le nom de « Chaussée Jules-César », qui remonte sans doute au ive siècle et à sa restauration probable par Flavius Claudius Julianus, dit Julien l’Apostat (331-363). Nommé César par son cousin Constance II, en 355, il part mater une révolte en Gaule. À cette occasion, il réside longuement à Lutèce où il prend en main l’administration locale et donc l’entretien des routes. De retour à Rome, il est nommé empereur et règne de 361 à 363. Ainsi, la chaussée Jules-César est-elle sans rapport avec l'envahisseur des Gaules dont le prestige militaire est tel que tout édifice romain d’une quelconque importance lui a souvent, mais indûment, été attribué.

Historique des recherches

15La chaussée est citée au xiie siècle dans le Vexin français, quand Louis le Gros (1081-1137), alors prince héritier, donne à l’abbaye Saint-Martin de Pontoise les droits et coutumes sur « la terre des moines près de la chaussée » (juxta calceiam). En 1277, l'abbé de Saint-Denis exerce la justice sur le terroir de Cergy « jusqu'au chemin Jules-César », qui limite alors les châtellenies de Meulan et de Chaumont. Le Livre de raison de Saint-Martin de Pontoise mentionne encore le chemin Julian Cesar en 1332.

16Dans le Val-d’Oise, une des premières mentions de la chaussée Jules-César en tant qu’objet historique apparaît dans Les Antiquitez et singularitez de la ville de Pontoise, livre publié par le frère cordelier Taillepied en 1587. La voie est également décrite dans un manuscrit du xviie siècle conservé à la bibliothèque municipale de Rouen, Remarques sur plusieurs villes, places et chemins qui sont en Normandie (Depoin 1909 : 1-5), mais elle est confondue à plusieurs reprises avec d'autres routes anciennes.

17À partir du xviiie siècle, l’étude de la voie porte essentiellement sur son identification et la localisation des étapes qui la jalonnent sur la Carte de Peutinger et l‘Itinéraire d‘Antonin. Dès lors, Pontoise est associée au toponyme Briva Isara (gué sur l’Oise) mentionné entre Luteci (Paris) et Rotomagus (Rouen).

18Au xixe siècle, les savants se basent en partie sur les relevés topographiques précis réalisés pour l’élaboration de la carte d'État-major. Les officiers en charge de ces relevés notent d’ailleurs des témoignages oraux ou signalent des traces de vestiges, tout comme les agents voyers, notamment au Perchay vers 1840. La voie est alors reconnue entre Eaubonne et Saint-Clair-sur-Epte.

19En Haute-Normandie, l'abbé Cochet, l’un des pères de l’archéologie normande6, dresse, dès 1844, la cartographie locale du réseau, qui servira de base à tous les travaux ultérieurs (Cochet 1859).

  • 7 Supprimée en 1968. En recouvrait, en autre, le département actuel du Val-d’Oise.
  • 8 Fondée en 1877, cette institution toujours active s’appelle désormais la Société historique et arch (...)

20Dans l’ancienne Seine-et-Oise7, où la chaussée Jules-César est remarquablement conservée, la recherche sur les voies antiques conduite par les érudits locaux et les sociétés savantes est très active. La Société historique et archéologique de l‘arrondissement de Pontoise et du Vexin8 nomme, en 1880, une commission chargée d’étudier son tracé très bien conservé entre Pontoise et Magny-en-Vexin. Elle organise de nombreuses excursions scientifiques. Une synthèse des nombreux articles et notes publiés sur les itinéraires supposés antiques du département est proposée par A. Dutilleux (Dutilleux 1881).

21Au début du xxe siècle (fig. 3), grâce au recours d’archives anciennes peu exploitées jusqu’alors, J. Depoin présente un rapport qui traite de l’origine de la chaussée Jules-César (Depoin 1909). Dans les années 1930, A. Grenier s’appuie sur la synthèse de Dutilleux pour établir une cartographie des voies romaines autour de Paris (Grenier 1934).

22Au cours des années 1970, à la faveur de travaux qui viennent recouper à plusieurs reprises la chaussée, dans le Val-d’Oise essentiellement entre Enghien et Pontoise, des associations archéologiques locales complètent par des observations leurs enquêtes dans les fonds d'archives. En Haute-Normandie, un relevé en coupe de la voie est réalisé à Saint-Wandrille-Rançon (Barret 1977) et, dans les années 1980, des survols aériens permettent de mieux repérer son tracé et d‘observer sa relation avec d’autres itinéraires (Duval 1980), soulignant la discordance entre les sources anciennes et la réalité de terrain.

Fig.3

Fig.3

La chaussée Jules-César à Franconville (Val-d’Oise). Carte postale de 1900-1910.

Coll. Arpe © Conseil départemental du Val-d’Oise.

23Les années 1990 marquent un renouveau dans l’étude de la chaussée Jules-César, en privilégiant une approche du réseau viaire et non plus centrée sur un seul tracé, conformément à l’orientation générale de la recherche sur les voies. En croisant les données tirées des registres de visites de l‘archevêque de Rouen au xiiie siècle, jamais exploitées jusqu’alors, et celles issues de plans anciens, P. Ouzoulias étudie l’évolution historique de la voie et sa relation avec le faisceau d’itinéraires qui se déploie sur l’axe Paris-Rouen (Ouzoulias 1991).

24Dans l'ouest du Val-d’Oise, l'organisation du réseau routier par rapport à l'habitat, à la topographie, au parcellaire, à l’odonymie et à la toponymie fait l’objet de multiples études au Sdavo (Robert 2000, 2002 et 2003, Robert & Wabont, 2006 et 2008, Brigode 2008). Plus récemment, l’étude de la Chaussée Jules-César est intégrée au programme collectif de recherche Dynamique et résilience des réseaux routiers en région Île-de-France – Pcr Dynarif (Robert & Verdier 2014).

25Dans le même temps, un programme de recherche et de prospection thématique est mis en place en Haute-Normandie, où une approche archéogéographique et archivistique analogue est également adoptée (Fajon & Léon 2003, Fajon 2008).

Acquis des fouilles récentes

26Le développement de l'archéologie préventive marque une nouvelle étape dans la compréhension de la chaussée. À partir de 1999 en effet, et pour la première fois, elle est l’objet d’explorations archéologiques ordonnées, qui se déroulent dans le cadre de projets d’aménagement ou en vue de sa valorisation par le Parc naturel régional du Vexin français.

27Ces opérations sont décisives car elles permettent de mieux appréhender sa structure et de la dater précisément. Dans l’Eure, une fouille à Guerny met au jour un petit temple associé à la voie (Léon 1999). Dans le Val-d’Oise, plusieurs interventions se déroulent à Guiry-en-Vexin (Berga 2000), à Courcelles-sur-Viosne (Jobic 2001), au hameau d’Arthieul près de Magny-en-Vexin (Jobic 2003) et à Commeny (Robert 2010). Entre Gouzangrez et Us, huit sondages sont effectués sur une portion de quatre kilomètres de long (Robert & Poirier 2014). Les chantiers se multiplient également en Seine-Maritime sur le tronçon Rouen-Lillebonne-Harfleur, lors des travaux de la zone d'activité de Gonfreville-l'Orcher (Penna & Fournier 1993), du contournement de Saint-Romain-de-Colbosc (Fajon & Paez-Rezende 1995) et de la construction de l'autoroute A29, ou à Boos (Fajon 2000a) et à Saint-Pierre-de-Varengeville (Aubry 2015), etc.

28En plusieurs endroits, un chemin semble préexister à l’aménagement de la chaussée antique. L'emprise de la voie, large d’environ six mètres, est le plus souvent excavée sur quelques centimètres. Sa structure soignée est en général constituée d’un radier de pierre, de couches de bases successives, de niveaux de circulation parfois creusés d’ornières, de contreforts, de bas-côtés aménagés et de fossés bordiers (fig. 4). Toutefois, des variantes perceptibles dans la nature des matériaux témoignent d’une adaptation au contexte local. La présence de niveaux de fondation et de circulation successifs prouve que la chaussée est entretenue régulièrement jusqu'au iiie siècle.

Fig. 4

Fig. 4

Sondage programmé sur la chaussée Jules-César à Commeny (Val-d’Oise) en 2009, en vue d’une valorisation de la coupe aujourd’hui protégée par un auvent.

Coll. Sdavo © Conseil départemental du Val-d’Oise.

29grande échelle, la rectitude de la chaussée Jules-César, toute romaine, est frappante sur les cartes et les photographies aériennes prises sur les plateaux. On note cependant des divagations à très petite échelle, comme entre Gouzangrez et Us (Val d’Oise).

  • 9 Brivi isara, qui signifie le gué ou le pont sur l'Oise, en gaulois.
  • 10 L’Epte marque la frontière du Vexin normand et du Vexin français.

30La voie implantée principalement sur des plateaux, longe régulièrement le relief échancré de vallées secondaires, avec des dénivelés importants (de 130 m à Lillebonne à 60 m à Pontoise). La question des obstacles et contraintes naturels (hydrographie, topographie, etc.) a été abordée à plusieurs reprises, notamment dans le Val-d’Oise. Il faut franchir l’Oise, l’Epte et l'Andelle, puis l'Aubette, le Robec et le Cailly, avant de descendre dans la cuvette de Rouen. Au-delà, vers l'ouest, il faut à nouveau traverser l'Austreberthe, la Rançon, le Commerce, la Sainte-Gertrude et enfin la Lézarde. Lorsque la faible profondeur d'eau ou la présence d'un haut-fond le permet, les rivières sont traversées à l’aide de gués aménagés par de simples empierrements, parfois liés à la chaux, ou selon des dispositifs plus élaborés constitués de pieux et de traverses. Tel était peut-être le cas à Pontoise où des pièces de bois ont été régulièrement extraites du lit de l'Oise depuis le xvie siècle, à moins qu'il ne s'agisse des piles d'un pont9. L’emplacement supposé du franchissement de l’Epte10, sondé plusieurs années de suite (Le Stanc 2012), a livré quelques tessons antiques mais aucune trace de pont. À la limite de Saint-Pierre-de-Varengeville et de Saint-Paer, en Seine-Maritime, une surveillance des travaux de la reconstruction du pont franchissant l'Austreberthe a révélé les vestiges d’un gué et de ses aménagements de confortement (Fajon 2000b). Enfin, à Radepont dans l'Eure, c’est la racine ritu (le gué) de l’ancien nom de la ville Ritumagus qui rappelle le passage de l’Andelle. Des détours sont parfois nécessaires sur plusieurs kilomètres, notamment pour contourner la vallée de la Sainte-Gertrude et de la Rançon et rejoindre Caudebec-en-Caux.

31Des ravines, qui drainent des écoulements intermittents, sont parfois franchies directement mais elles entraînent des phénomènes d’érosion ou d’enfouissement nécessitant des réfections régulières comme à Courcelles-sur-Viosne (Jobic & Robert 2001).

32Dans le cas de fortes pentes, la chaussée semble parfois subdivisée en deux tracés, l’un rectiligne probablement destiné aux piétons, l’autre en lacets, mieux adapté aux véhicules, comme après le passage de l’Epte dans l’Eure.

33À Magny-en-Vexin, au confluent de l'Aubette avec les rus d'Arthieul et de Saint-Gervais, elle affrontait deux kilomètres de marécages : son tracé primitif a subi des distorsions ou a disparu et le lieudit Mardanson, qui signifie cloaque, témoigne de ce passage malaisé.

Permanence et valorisation de la Chaussée Jules-César

34Ces difficultés ont entraîné la désaffection de la chaussée Jules-César comme voie de grande communication au profit d'itinéraires plus faciles, vraisemblablement dès l’Antiquité tardive. Ses différents tronçons connaissent alors des destins divers. Certains disparaissent faute d’entretien quand d’autres restent utilisés jusqu’à nos jours.

35Actuellement, la voie subsiste sous la forme de chemins ou elle est en partie reprise par le réseau routier moderne. Ses traces sont également perceptibles dans le paysage ou dans le parcellaire (limites de communes, de paroisses, de champs, etc.). Le niveau de conservation dépend pour beaucoup de la position : en plaine, la voie affleure sous le sol actuel alors que sur les points hauts, elle est souvent très érodée sinon détruite. Dans quelques cas exceptionnels, elle est toutefois préservée, comme à Puiseux-Pontoise, où elle est « fossilisée » dans le bois du Planite, et la forêt du Trait-Maulévrier, à l'ouest de Rouen, où elle est perceptible à travers les données Lidar.

36En Normandie, le tracé de la chaussée est masqué par les voiries actuelles et correspond, notamment, à la route départementale entre Caudebec-en-Caux et Lillebonne. Dans le Val-d’Oise, il s’insère localement dans la trame de villes et de villages et une quinzaine de rues portent son nom. Il est surtout remarquablement conservé entre Pontoise et Magny-en-Vexin, sur près de vingt kilomètres, sur une portion délaissée depuis les xvii-xviiie s. au profit de la route royale de Paris à Rouen qui passe plus haut sur le plateau du Vexin français, devenue par la suite la RN 14 puis l’A14.

37Depuis plusieurs années, le Parc naturel régional du Vexin français a entrepris de mettre en valeur ce patrimoine, véritable colonne vertébrale de son territoire. La voie a été réhabilitée en chemin de randonnée, une coupe transversale a été conservée et protégée (fig. 5). Un livret et un audio-guide, réalisés à partir des études faites par le Sdavo, sont aujourd’hui disponibles11.

Fig. 5

Fig. 5

Fouilles de la chaussée Jules-César à Courcelles-sur-Viosne (Val-d’Oise) en 2000.

Coll. Sdavo © Conseil départemental du Val-d’Oise.

Un patrimoine partagé

38Méconnue du grand public en Normandie, la voie antique est au contraire bien identifiée par les Valdoisiens. L’exposition itinérante « La chaussée Jules-César, une route vers l'Océan », a pour ambition de valoriser cet itinéraire dans sa globalité, en dressant une synthèse des connaissances accessible à tous (fig. 6).

39Cette entreprise illustre la place importante tenue dans la médiation archéologique par les services territoriaux qui interviennent sur toute la chaîne opératoire, de la collecte des savoirs à leur restitution. Aboutissement logique des travaux scientifiques, celle-ci répond à une réelle demande du public et lui apporte des clefs d’appropriation de son patrimoine et de compréhension de son lieu de vie.

40Parmi bien d’autres, le Parc naturel régional du Vexin français, le musée municipal d’Évreux ou la Communauté de communes Caux-Vallée de Seine, ont accueilli l’exposition « La chaussée Jules-César, une route vers l'Océan ». Pourtant, chacun entretient un rapport singulier à la chaussée : elle est un élément de l’identité du Parc, qu’elle traverse de part en part ; elle passe à une quarantaine de kilomètres au nord d’Évreux, ancienne capitale des Aulerques Eburovices ; elle est ignorée des habitants du Pays de Caux, qui ne l’associent pas à la ville antique de Lillebonne et à son théâtre monumental. Après avoir relié les hommes dans l’Antiquité, la chaussée Jules-César met ainsi en mouvement des institutions, des populations et des territoires autour d’un patrimoine commun.

Top of page

Bibliography

Aubry B. 2015. « Rapport d'opération de diagnostic archéologique : Saint-Pierre-de-Varengeville "Route de Duclair - Gargantua" ». Inrap Grand Ouest. 126 p.

Barret J.-M. 1977. « Étude d'une coupe sur la voie Rouen-Lillebonne (Saint-Wandrille-Rançon)  », document dactylographié, Service régional de l'archéologie-Drac Haute-Normandie, 9 p.

Berga A. 2000. « Artères des plateaux du Vexin, Chaussée Jules-César à L’Ortie, commune de Guiry-en-Vexin. Document final de synthèse d’évaluation archéologique. Semaine du 25 octobre au 29 octobre 1999 ». Sra Île-de-France, Afan, 33 p.

Brigode P. 2008. « Analyse du contexte géomorphologie du tracé de la chaussée Jules-César dans le Vexin français ». Rapport de stage. Université de Cergy-Pontoise. 39 p.

Cochet J.-B. 1859. « Voies romaines de la Seine-Inférieure ». Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, tome 24, 3° série, 4° volume : 313-362.

Depoin J. 1909. « La Chaussée dite de Jules César et sa véritable origine ». Rapport présenté à la Commission départementale des Antiquités et des arts de Seine-et-Oise, Versailles, Imprimerie Cerf, 1909, 24 p.

Dutilleux A. 1881. « Recherches sur les routes anciennes dans le département de Seine-et-Oise. Accompagnées d’une carte de ces voies de communications ». Versailles, Imprimerie et Librairie Cerf & fils, 93 p.

Duval P.-C. 1980. « Le réseau routier antique en Haute-Normandie (nord de la Seine) ». Mémoire de maîtrise de l'université de Rouen, publié en série limitée par le Groupe archéologique du Val-de-Seine. 177 p.

Fajon Ph. 1998. « Voies romaines : Réalité ou fiction ? ». Bull. de la Société libre d'émulation, Seine-Maritime : 17-30.

Fajon Ph. 2000a « Opération de diagnostic archéologique : Boos - "Rue des Andelys - Rue de la République" ». Service régional de l'archéologie - Drac Haute-Normandie. n.p.

Fajon Ph. 2000b. « Saint-Pierre-de-Varengeville / Saint-Paer « La Bas Aulnay », pont du Bas-Aulnay sur l’Austreberthe. Rapport de fouille archéologique par l’urgence absolue ». In Ph. Fajon, Autour de la chaussée Jules-César : prospection thématique, état d'avancement d'étude. DRAC Haute-Normandie, 2001, n.p.

Fajon Ph. 2008. « Vers une archéogéographie des voies antiques : l’exemple de la chaussée Jules César en Normandie ». In : B. Bodinier (dir.), Sur la route de Louviers… Voies de communication et moyens de transport de l’Antiquité à nos jours, actes du 42e congrès des Sociétés Historiques et Archéologiques de Normandie, Louviers : 31-43.

Fajon Ph. et Paez-Rezende L. 1995. « Déviation de Saint-Romain-de-Colbosc, rapport de diagnostic archéologique, mai-juin 1995, document final de synthèse ». Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie / Direction départementale des infrastructures de Seine-Maritime / Afan, 34 p.

Fajon Ph & Léon G. 2003. « Approche des voies antiques et des structures du paysage en Haute-Normandie ». In : Favory F. & Vigot A. (dir.), Actualités de la recherche en Histoire et Archéologie agraires : Actes du colloque Ager V, 19-20 septembre 2000, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises : 41-52.

Grenier A. 1934. « Manuel d’archéologie gallo-romaine. Tome 2, L’archéologie du sol. Les routes ». Éditions Picard, Paris, (rééd. 1985), 468 p.

Jobic F. 2001. « Courcelles-sur-Viosne (Val-d’Oise), la Chaussée Jules-César ». Document final de synthèse de fouille préventive du 20/01/2000 au 31/03/2000, Sra Île-de-France, Afan, Sdavo, Saint-Denis.

Jobic F. 2003. « Arthieul "La Chaussée Jules-César" ». Document final de synthèse de fouille préventive du 5/03/2001 au 30/04/2001. Sra Île-de-France, Inrap, Conseil général du Val d’Oise, Saint-Denis, p. 66.

Jobic F. & Robert S. 2001. « La chaussée Jules-César entre Pontoise et Magny-en-Vexin ». Bulletin archéologique du Vexin français, 33, (2000) : 27-30.

Léon G. 1999. « Déviation de la RN 14, Saint-Clair-sur-Epte (Val-d’Oise 95), Guerny (Eure 27), diagnostic phase versants, document final de synthèse de de diagnostic du 12/04/1999 au 26/07/1999 ». Afan, Sra Île-de-France et Haute-Normandie, 103 p.

Le Stanc D. 2012. « Saint-Clair-sur-Epte, Le Pré du Paradis, franchissement de l’Epte. Prospections subaquatiques. Bilan des campagnes 2008 à 2012 ». Casavo, n.p.

Ouzoulias P. 1991. « Eudes Rigaud et le Vieux-chemin Paris-Rouen ». In : J. Cuisenier (dir.), Matière et figure, Paris, La Documentation française (Collections études et travaux, 3) : 17-45.

Penna B. & Fournier P. 1993. « Gonfreville-l'Orcher et Harfleur : Diagnostic archéologique sur la Zac du Camp-dolent et de Cantipou », Service régional de l'archéologie - Drac Haute-Normandie.

Robert S. 2000. « Chaussée Jules-César, étude du tracé, de la structure et de l’évolution de la voie antique dans le Vexin français (Val-d’Oise) ». Document d’étude. Parc naturel régional du Vexin français, Sdavo, Saint-Ouen-L’Aumône, 73 p.

Robert S. 2002. « Étude morphologique de la Chaussée Jules-César dans le département du Val-d'Oise ». Revue archéologique du Centre de la France, 41 : 173-186.

Robert S. 2003. « L’analyse morphologique des paysages entre archéologie, urbanisme et aménagement du territoire, exemples d’études de formes urbaines et rurales dans le Val-d’Oise ». Thèse sous la dir. de G. Chouquer, Université de Paris I, Paris, 4 vol., 1391 p.

Robert S. 2010. « Commeny (Val-d'Oise) : sondage programmé Chaussée Jules-César ». Revue archéologique du Vexin français et du Val-d'Oise, 41, (2009) : 122-123.

Robert S. & Poirier B. 2014. « La chaussée Jules César, résilience d’une grande voie antique dans le Vexin français (Val d’Oise) ». In : Robert S. & Verdier N. (dir.), Dynamique et résilience des réseaux routiers : archéogéographes et archéologues en Île-de-France. Revue archéologique du Centre de la France, Suppl. n°5. Tours :151-167.

Robert S. & Verdier N. (dir.) 2014. « Dynamique et résilience des réseaux routiers : archéogéographes et archéologues en Île-de-France ». Revue archéologique du Centre de la France, Suppl. n°5. Tours, 259 p.

Robert S. & Wabont M. 2006. « Le réseau routier de grand parcours dans le Val-d'Oise ». In : Wabont M., Abert Fr. et Vermeersch D. (dir.), Carte archéologique de la Gaule, Val-d'Oise, 95. Paris, Académie des Inscriptions et belles-lettres : 94-99.

Robert S. & Wabont M. 2008. « Les odonymes ou noms de route du Vexin français : cinq exemples de voies anciennes ». Courrier scientifique du Parc naturel régional du Vexin français, 4 : 10-33.

Taillepied, Fr. N., 1587. Les Antiquitez et singularitez de la ville de Pontoise : ville ancienne du pays du Vequecin françois, Rouen, imprimerie de Georges de l’Oiselet. 52 p. (Nelle éd. revue et annotée), 1876, Librairie A. Seyès, Librairie H. Champion, Pontoise, Paris.

Top of page

Notes

1 http://www.valdoise.fr/8420-la-chaussee-jules-cesar.htm, http://www.valdoise.fr/6430-a-commeny-la-chaussee-jules-cesar.htm

2 Merci à Philippe Fajon, archéologue au Service régional de l’archéologie-Drac Haute-Normandie, pour sa contribution décisive.

3 Merci à ces structures pour leur accueil.

4 http://www.valdoise.fr/10264-la-chaussee-jules-cesar-une-route-vers-l-ocean.htm

5 http://www.valdoise.fr/11642-la-mediation-culturelle-en-archeologie.htm

6 Entré à l’Académie de Rouen en 1842, l’abbé Cochet est nommé inspecteur des monuments historiques pour le département de la Seine-Inférieure en 1849, puis conservateur du musée des Antiquités de Rouen en 1867.

7 Supprimée en 1968. En recouvrait, en autre, le département actuel du Val-d’Oise.

8 Fondée en 1877, cette institution toujours active s’appelle désormais la Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d’Oise et du Vexin français (Shapvov).

9 Brivi isara, qui signifie le gué ou le pont sur l'Oise, en gaulois.

10 L’Epte marque la frontière du Vexin normand et du Vexin français.

11 http://www.pnr-vexin-francais.fr/fr/education-et-culture/valorisation-patrimoines/chaussee-jules-cesar/

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Photographie aérienne de la chaussée Jules-César dans le Vexin français (Val-d’Oise).
Credits Coll. Sdavo © Conseil départemental du Val-d’Oise.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3512/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 2
Caption Carte de la chaussée Jules-César et de son environnement antique. Illustration d’un panneau de l’exposition.
Credits Coll. Sdavo © Ph. Payet.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3512/img-2.jpg
File image/jpeg, 2.9M
Title Fig.3
Caption La chaussée Jules-César à Franconville (Val-d’Oise). Carte postale de 1900-1910.
Credits Coll. Arpe © Conseil départemental du Val-d’Oise.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3512/img-3.jpg
File image/jpeg, 2.9M
Title Fig. 4
Credits Sondage programmé sur la chaussée Jules-César à Commeny (Val-d’Oise) en 2009, en vue d’une valorisation de la coupe aujourd’hui protégée par un auvent.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3512/img-4.jpg
File image/jpeg, 1.7M
Title Fig. 5
Caption Fouilles de la chaussée Jules-César à Courcelles-sur-Viosne (Val-d’Oise) en 2000.
Credits Coll. Sdavo © Conseil départemental du Val-d’Oise.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3512/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Top of page

References

Bibliographical reference

Aurélien Lefeuvre and Patrice Rodriguez, « La chaussée Jules-César, une route vers l’Océan », Les nouvelles de l'archéologie, 144 | 2016, 57-62.

Electronic reference

Aurélien Lefeuvre and Patrice Rodriguez, « La chaussée Jules-César, une route vers l’Océan », Les nouvelles de l'archéologie [Online], 144 | 2016, Online since 25 August 2016, connection on 26 May 2017. URL : http://nda.revues.org/3512 ; DOI : 10.4000/nda.3512

Top of page

About the authors

Aurélien Lefeuvre

Attaché de conservation, archéologue antiquisant au service départemental d’archéologie du Val-d’Oise, Umr 7041-Archéologies et sciences de l’Antiquité-ArScan / Archéologie de la Gaule et du monde antique-Gama
aurelien.lefeuvre@valdoise.fr

Patrice Rodriguez

Conservateur du patrimoine, chef du service départemental d’archéologie du Val-d’Oise, Umr 7041-Archéologies et sciences de l’Antiquité-ArScan
patrice.rodriguez@valdoise.fr

By this author

Top of page

Copyright

© FMSH

Top of page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org