Navigation – Plan du site
Actualités

Un marché de l’art précolombien en plein questionnement1

André Delpuech
p. 43-50

Résumé

De récentes actualités sur le marché de l’art précolombien en France ont mis en évidence les nombreux problèmes liés au commerce de l’art précolombien : pillages de sites, trafics illicites, inflation des prix, fabrication de copies de pièces… Les réclamations des pays d’origine pour la restitution des collections archéologiques, comme les contestations des ventes par les communautés amérindiennes fondées sur la nature sacrée de certains objets sont la source de nouveaux débats diplomatiques et éthiques.
La lutte engagée par les pays latino-américains pour contrer ce commerce et protéger leur patrimoine, le rôle des musées et des institutions internationales mais aussi la plus grande vigilance des acteurs du marché de l’art montrent une évolution qui peut, à terme, assainir un marché de l’art amérindien en plein questionnement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est une version raccourcie, actualisée et complétée de ma publication parue en 2015 dan (...)

1Les ventes d’objets précolombiens ont fait la une de l’actualité à plusieurs reprises ces dernières années et ont suscité divers débats et controverses. Au travers de quelques exemples récents de ventes publiques parisiennes, seront débattues diverses questions ayant trait à la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques : pillages de sites, trafic illicite, traçabilité et pedigrees des objets, enchères et négociations, acquisition ou non par les musées, faux et copies, législation, déontologie et politique, caractère sacré ou non des pièces... Il ne s’agit ici de présenter ni une étude juridique des cas exposés, ce qui n’entre pas dans mon champ de compétence, ni de définir une quelconque doctrine. Certaines observations seront simplement effectuées au travers d’exemples concrets liés à l’actualité ou tirées de mon expérience professionnelle. Je ponctuerai cet exposé par quelques réflexions issues de mes discussions répétées aussi bien avec des archéologues de terrain, certains représentants de communautés autochtones, mes homologues conservateurs de musées en France et à l’étranger, qu’avec des galeristes, des experts du marché de l’art ou des collectionneurs.

« Périlleuses ventes aux enchères »2

  • 2 Titre d’un article à propos de la vente de la collection de Jean-Paul Barbier-Mueller paru dans Le (...)

2Le 12 septembre 2008 devait se dérouler à Drouot-Montaigne une importante vente d’objets précolombiens de divers pays d’Amérique latine réunissant deux maisons de ventes parisiennes, Binoche & Gicquello d’une part, Pierre Bergé & Associés d’autre part. Le matin même de la vente, sur commission rogatoire délivrée par la doyenne des juges d’instruction de Paris et à la demande du Mexique faisant appel à une convention internationale d’entraide entre états, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à la saisie conservatoire de 77 pièces d’origine mexicaine. Se référant à une loi nationale de protection du patrimoine promulguée le 16 novembre 1827 interdisant l’exportation de tout objet archéologique, ainsi qu’à la convention de l’Unesco de 1970, l’ambassade du Mexique avait en effet saisi, via un procureur mexicain, le ministère de la Justice français afin de mener une enquête sur l’origine des biens proposés à la vente et de procéder à leur expertise.

3Cette saisie conservatoire de pièces mexicaines fut donc suivie d’une procédure et d’une enquête qu’il n’y a pas lieu de détailler ici. Mais, dix-neuf mois plus tard, une décision de justice donnait raison aux deux maisons de vente, rejetant la plainte du Mexique et établissant que les objets ne provenaient « ni de pillages, ni de vol ». Les lots d’art précolombien du Mexique saisis étaient restitués à leurs propriétaires. Bon nombre ont été finalement dispersés lors d’une nouvelle vente organisée le 14 juin 2010 par l’étude Binoche & Gicquello. D’autres cas similaires ou presque se sont déroulés ces dernières années lors de vacations impliquant aussi bien le Pérou que l’Équateur ou encore l’Argentine.

4C’est dans ce contexte d’affrontement et d’incompréhension mutuelle entre les parties que s’annonçait, les 22 et 23 mars 2013, ce qui était présenté comme la plus grande vente – en nombre, 313 objets, et en qualité – d’art précolombien jamais réalisée. « Périlleuse vente aux enchères » titrait d’ailleurs Le Monde du 9 mars 2013, à propos de la grande mise aux enchères chez Sotheby’s Paris de la collection très connue de Jean-Paul Barbier-Mueller, exposée jusque-là au palais Nadal de Barcelone. « C’est un événement et un pari risqué » rajoutait Véronique Mortaigne dans son long article récapitulant les plaintes et péripéties survenues sur ce marché devenu explosif (Mortaigne 2013a : 3).

5Et en effet, la grande mise en scène autour de cette vente et sa très large médiatisation ont immédiatement en retour entraîné la réaction de la plupart des pays latino-américains concernés qui contestaient sa légalité. Plusieurs pays, habituellement moins virulents, ont emboîté le pas au Mexique et au Pérou, comme le Brésil ou le Venezuela.

  • 3 Communication orale de Jacques Blazy, le 30 mars 2015.

6La défense de la maison de vente était que « tous les objets ont un pedigree irréprochable », tous étant connus antérieurement à la convention de l’Unesco de 1970 et certains disposant même d’une traçabilité remontant aux années 1920. Jacques Blazy, expert de la vente, affirmait qu’il s’attachait à prévenir à chaque fois, par courrier recommandé, les ambassades des pays latino-américains des futures ventes avec la liste des objets provenant de leur territoire national et leur pedigree et que, parallèlement, il transmettait à l’office central de lutte contre le trafic de biens culturels (Ocbc) ces mêmes listes d’objets, leur proposant de venir consulter aussi bien les objets que les « livres de police » des études3. L’argument principal des maisons sérieuses est bien de « jouer la transparence » pour éviter tout désagrément, du genre saisie conservatoire qui, au-delà des remous médiatiques et juridiques suscités, occasionne également des pertes financières conséquentes.

7Dans cette bataille menée par nombre de pays américains, il nous revient d’observer que leurs discours et leurs pratiques n’apparaissent pas toujours cohérents. Ou alors les interventions sont-elles ciblées sur les ventes aux enchères les plus prestigieuses pour attirer l’attention ? Ainsi, dans le même temps où se déroulaient les enchères décrites ci-dessus, nombre de galeries européennes ou américaines étaient remplies d’objets analogues de même provenance, avec des pedigrees souvent bien plus ténus. Aucune action n’a été entreprise récemment à leur encontre, la presse n’a fait écho à aucune revendication. De la même manière, à propos de la vente de la collection Barbier-Mueller, il convient de rappeler que la plupart des pièces mises aux enchères avaient été présentées dans une exposition en Espagne dès 1992, puis au Palais Nadal de Barcelone inauguré en 1997. Aucune réclamation n’avait été faite avant leur arrivée dans la maison de vente parisienne en 2013.

« Complices des pilleurs de sites archéologiques ?4 »

  • 4 Titre de l’article d’Emmanuel Roux dans Le Monde du 19 octobre 2006 à propos de l’exposition à Brux (...)

8Pourquoi donc cette offensive plus ou moins généralisée des pays latino-américains pour entraver les ventes d’objets précolombiens et réclamer la restitution de ce qu’ils considèrent comme leur patrimoine ?

9Le cœur du problème du marché de l’art précolombien est le pillage des sites archéologiques et le trafic illicite qui s’ensuit, stimulé en aval, bien entendu, par les achats des collectionneurs. Il est d’une évidence absolue que la plupart, pour ne pas dire toutes les pièces vendues sur le marché proviennent de fouilles non autorisées de gisements archéologiques des pays d’Amériques. Ces pillages ne datent pas d’aujourd’hui mais du commencement même de la colonisation européenne, avec les butins des guerres de conquêtes puis les premières excavations sauvages à la recherche d’objets en métaux précieux. Ils se sont poursuivis depuis avec une intensité jamais démentie, alimentée par une demande croissante du marché. L’envol des prix de ces dernières décennies les a accentués mais a aussi dopé la fabrique de faux. Cette calamité n’est, bien sûr, pas l’apanage de l’Amérique latine et des civilisations précolombiennes. Aucun pays n’y échappe.

10Ces fouilles clandestines font vivre de nombreuses personnes et alimentent le marché local et international de l’art. Il existe même un terme spécifique, les huaqueros, pour qualifier les personnes qui pratiquent ces collectes illégales du Pérou au Mexique, de la République dominicaine à l’Argentine. Ce terme vient du mot huaca qui signifie, en langue quechua et aymara des Andes, « un lieu sacré, une divinité protectrice ou un objet détenteur d’une force “animante” et fécondatrice, comme le sont par exemple les monuments précolombiens et les tombes des ancêtres dans les anciennes croyances andines » (Chamussy et al. 2011 : 318 ; Taladoire 2011). Les exemples de gisements détruits par ces excavations sauvages sont innombrables : le spectacle de certains grands sites archéologiques andins, par exemple, où l’on voit des milliers de cratères parsemant des terrains éventrés, est terrifiant. En juin 2013, une mission m’amenait en Équateur sur le site précolombien de Valdivia, sur la côte Pacifique, lieu d’épanouissement d’une des premières grandes cultures anciennes des Amériques symbolisées, notamment, par les célèbres « vénus de Valdivia » en terre cuite datant du IIIe millénaire avant notre ère. La région est la proie de pillages systématiques. La visite d’un petit lieu d’exposition privé dans le village même de Valdivia fut de ce point de vue édifiante : les vitrines étaient remplies, entre autres, de ces figurines féminines. Voyant notre intérêt pour l’archéologie, le collectionneur nous en proposait au bout de quelques minutes pour 80 à 100 dollars alors qu’on les trouve dans les salles des ventes d’Europe pour plusieurs milliers d’euros. Observation révélatrice, un mur de la petite maison d’exposition était orné de nombreuses photographies jaunies par le soleil : on y voyait des huaqueros en pleine action, en train de piocher, posant avec des vases ou des statuettes de pierre dans leurs mains ou agenouillés auprès de sépultures sommairement dégagées (fig. 1). Je pourrais multiplier les exemples.

11Dès lors « peut-on encore acheter une pièce d’art précolombien sans être considéré comme un prédateur, un complice des huaqueros, ces pilleurs de sites archéologiques sud-américains ? » (Le Monde, 9 octobre 2006). La lutte des pays latino-américains comme des organisations internationales contre le pillage et le trafic illicite des biens patrimoniaux est, bien évidemment, à encourager et nos pays, au débouché de ces marchés clandestins, doivent absolument y participer activement. C’est toute la chaîne de ce trafic qui est à démanteler, ou à tout le moins à entraver.

Fig. 1

Fig. 1

Huaquero en action sur un site précolombien de la région de Valdivia, côte Pacifique de l’Equateur. Photographie exposée dans le petit musée privé de Las Calaveras

(cliché A. Delpuech).

12Les législations et initiatives internationales – convention de l’Unesco de 1970 pour la lutte contre le trafic illicite des biens culturels, convention Unidroit de 1995 sur les biens culturels volés ou illicitement exportés, listes rouges de l’International Council of Museums (Icom)… – participent de cette lutte constante mais, au final, elles s’avèrent largement inopérantes face aux pillages. Les pays concernés ont leur propre législation pour lutter contre ce fléau et c’est à ce titre que le Mexique ou le Pérou ont revendiqué la restitution des pièces archéologiques mises récemment aux enchères à Paris. Dans les faits, ces pays demandent à ce que leur propre législation soit appliquée sur le territoire français et ils ont logiquement été déboutés. Les pièces archéologiques en question sont traitées comme des biens de particuliers et il n’existe aucune obligation pour la France d’appliquer les dispositions d’un droit public étranger, sauf si une convention internationale ou bilatérale le prévoit. Et, dans le cas de pièces archéologiques pillées, il est le plus souvent impossible de retrouver la traçabilité des collections : si l’on peut parfois établir qu’un objet connu et inventorié a été dérobé et exporté illicitement d’un pays, que faire face à un objet archéologique pillé, par définition inconnu des autorités puisque sorti incognito de terre, et qui ressurgit quelque part dans le monde ?

Des prix et des pedigrees

13Qui dit marché dit commerce, avec prix d’achat et de vente. Force est de constater que, dans leur logique commerciale, propriétaires vendeurs comme galeristes et maisons de vente font tout pour promouvoir leurs produits, les rendre attractifs pour en tirer le meilleur prix, le plus gros bénéfice. Il est ainsi classique de voir le soin apporté aux catalogues, avec des descriptions d’objets parfois pleines d’emphase et des photographies soignées. Bien entendu, l’histoire et l’origine de la pièce ont toute leur importance. Au-delà de la question de sa légitimité juridique, son pedigree peut s’avérer fondamental dans son estimation et sa valorisation. De l’art de faire monter les prix, pourrait-on dire, d’un jeu pratiqué dans nombre de cas, et auquel succombent collectionneurs et parfois également institutions muséales.

14Prenons un autre exemple assez édifiant. Il y a quelques années, un fragment de vase d’une culture précolombienne d’Équateur était mis aux enchères. Ce morceau de quelques centimètres montre un visage humain, la bouche ouverte, les yeux mi-clos, rien que de très commun pour cette culture de la côte Pacifique des Andes. Simplement, la tête en question faisait partie de la collection Jacques Kerchache, personnalité notoirement connue du milieu. Présentée dans quelque exposition fameuse où on l’avait qualifiée de « tête funéraire » – sur on ne sait quel argument –, publiée dans un beau livre, elle avait surtout été décrite par son célèbre propriétaire comme « Le cri », dans une rapide référence au tableau d’Edvard Munch. Ajoutées à cela, une habile mise en scène et la dramaturgie d’une belle photographie de l’adorno précolombien cassé de 8 cm eurent l’effet escompté, téléguidé dirais-je ! Estimé entre 1 000 et 2 000 euros, « Le cri » s’envolait en 2008 sous le marteau à 21 250 € avant de se retrouver deux ou trois ans plus tard dans la vitrine d’une galerie du parcours des Mondes à Paris à un prix encore plus que doublé !

15Les exemples de prix déconnectés de la valeur intrinsèque des pièces sont légion. Après sa sortie de terre, l’objet acquiert une valeur qui va bien au-delà de sa valeur archéologique proprement dite et de l’information dont il est porteur sur la culture qui l’a produit. Seule la notoriété de son ou de ses propriétaires contemporains importe, dans une sorte de fascination qui devient aussi une forme de caution et d’assurance esthétique pour le propre choix de l’acheteur. Le fait qu’André Breton, Pablo Picasso ou quelque autre personnalité fameuse aient eu dans leur collection, ou simplement aient aimé ou commenté ou se soient inspirés de tel ou tel objet, le range automatiquement au rang de chef-d’œuvre et son prix monte, sans commune mesure avec celui d’un objet similaire mais au passé récent plus humble.

16On a régulièrement pu constater, ces dernières années, l’effet de cet art de la mise en scène médiatique de quelques pièces « starifiées ». Lors de la vente justement très spectaculaire de la collection Barbier-Mueller chez Sotheby’s Paris, en 2013, une céramique mexicaine des Tarasques a atteint la somme faramineuse de 1,6 million d’euros. Il faut dire que ladite pièce, surnommée « Le canard à l’envol », ornait la couverture du catalogue de la vente et avait fait l’objet d’une présentation propre à attirer les acheteurs. Un objet qui porte un nom cesse d’être un artefact archéologique anonyme et, à défaut d’auteur, une dénomination et un nom d’appartenance lui permettent de soutenir la comparaison avec une toile peinte ou une création d’un artiste occidental. Il suffit de citer « Le cri » de Kerchache, le « Masque Teotihuacan » de Rivera et Breton, « Le canard à l’envol » de Barbier-Mueller… Un peu comme si l’on parlait de « La Joconde » de François 1er ! Oublié l’artiste autochtone qui l’a réalisé, oubliées son époque, la culture d’où il provient et sa fonction !

17Lors de cette fameuse vente, la pièce qui a atteint le prix le plus élevé est une « Grande Vénus callipyge » de la culture Chupicuaro (ouest du Mexique), datant des derniers siècles avant notre ère. Cette céramique préclassique, polychrome à engobe beige clair et rouge brique, a franchi au marteau la barre symbolique des deux millions d’euros (hors frais) : un record absolu pour une terre cuite précolombienne ! Outre la publicité mise en œuvre autour de cette vente et de cette pièce en particulier, il faut se rendre à l’évidence : sa petite cousine, la statue Chupicuaro, devenue l’emblème du musée du quai Branly et présentée depuis 2000 au Pavillon des Sessions du musée du Louvre, a constitué un vecteur médiatique de premier ordre pour ce type de production céramique d’une culture préclassique de l’Occident mexicain, totalement inconnue auparavant et hors du circuit des spécialistes et des collectionneurs.

18L’emblème du musée du quai Branly, qui ornait la couverture de la somme monumentale sur l’art précolombien de José Alcina Franch publiée chez Citadelles & Mazenod (dans sa réédition de 1996), a été acquise par la nouvelle institution naissante en 1998. De même, en 1999, en prévision de l’ouverture du Pavillon des Sessions du Louvre et sous l’impulsion de Jacques Kerchache, le musée du quai Branly s’est porté acquéreur de quelques pièces précolombiennes disposant pour certaines d’une attractive seconde vie. Ainsi, lors de la dispersion de la collection d’André Breton en 1999, l’établissement public a préempté un très beau masque de Teotihuacan qui avait appartenu auparavant au peintre mexicain Diego Rivera. Par la suite, les acquisitions d’art précolombien se sont raréfiées pour cesser en 2005 (Viatte 2006).

19Cet arrêt de l’achat par le musée du quai Branly de pièces archéologiques américaines n’a pas été déterminé, dans les faits, par une question de régularité réglementaire. Bien évidemment, les pièces acquises auparavant entraient parfaitement dans le cadre des législations en vigueur. En pratique, on se trouve plus dans les registres de la déontologie et de la politique.

20Il est en effet hors de question, pour une institution publique nationale, de ne pas être sensible à la montée des revendications des pays d’Amérique latine. Il nous appartient, sur le plan éthique, de participer à la lutte contre le trafic illicite, en ne favorisant ou n’encourageant pas le marché de l’art précolombien. Il est aussi un aspect politique visant à instaurer les meilleures relations entre États, et surtout entre institutions muséales souhaitant collaborer, notamment au travers d’expositions et de prêts d’objets.

21Les récentes actualités de ventes parisiennes d’art précolombien, la politique régulière de réclamation des pays d’Amérique latine, l’évolution du positionnement des institutions muséales en matière d’acquisition et les débats réglementaires mais aussi déontologiques suscités au niveau international sur le marché de l’archéologie ont fini par ébranler celui-ci. Le Monde commentait ainsi les résultats de la vente de la collection Barbier-Mueller : « Trésors précolombiens : très convoités, peu achetés » (Mortaigne 2013b) . En effet, si la maison de vente se réjouissait à l’occasion de cette vacation d’une recette totale de 10,3 millions d’euros (frais compris), il faut rappeler que les estimations étaient de 13 et 17 millions hors frais. Mais surtout, seules 147 des 313 pièces ont été vendues (47 %), en raison de la surestimation de nombreux objets mais aussi de la crainte des acheteurs. La politique de contestation systématique des pays latino-américains a eu raison des institutions muséales, y compris nord-américaines. Quelques semaines plus tard, une autre vente ne dispersait que 30 œuvres sur 90 lots proposés à Drouot Richelieu. Peur des collectionneurs face à des objets potentiellement dangereux, saturation du marché car – paradoxe apparent, mais compréhensible – de nombreux collectionneurs ont cherché à se débarrasser d’objets devenus encombrants, on n’a jamais autant vu de ventes qu’en cette année 2013 ! Après l’envol du canard, serait-ce le chant du cygne d’un marché condamné ?

« Statues antiques, pièces en toc ? »5

  • 5 Titre inspiré de la phrase de Véronique Mortaigne : « La controverse : statuette antique pour les u (...)

22Le 21 mars 2011, une vente aux enchères se déroulait à Drouot sous l’égide de l’étude Binoche & Gicquello. La vacation était très importante puisqu’elle comportait 200 lots et rapporta au final 7,5 millions d’euros. Y était présentée une grande statue maya en stuc polychrome, haute de 1,56 m et datée de la période classique (550-950 apr. J.-C.), qui atteignit la somme de 2,91 millions d’euros, record mondial pour une œuvre d’art précolombienne (fig. 2). Dans le contexte de contestations régulières des autorités latino-américaines, on a pu s’étonner qu’aucun incident ne soit venu émailler cette vacation, ni avant, ni pendant.

Fig. 2

Fig. 2

Grande statue maya en stuc polychrome. Période classique (550-950 ap. J.-C.). Vendue aux enchères à Drouot le 21 mars 2011 pour 2,91 millions d’euros

(cliché étude Binoche & Gicquello).

23Cependant, l’attaque était pour le lendemain, quand les autorités mexicaines publièrent alors un communiqué relayant les déclarations de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (Inah) du Mexique: « Après expertise du lot de 207 pièces exposées dans le catalogue de la vente aux enchères, [des experts] ont conclu que 140 sont d’origine préhispanique et 67 de fabrication récente ». En d’autres termes, pour ces derniers, ce sont des faux. Le grand guerrier maya est rangé dans cette catégorie : « son style libre ne correspond à aucune caractéristique formelle ou stylistique des cultures préhispaniques du territoire mexicain » (Le Monde, 21 avril 2011 : 18). Dans le même temps, une plainte était déposée auprès du Parquet général de la République pour récupérer les 140 pièces originales.

24La tempête médiatique ne se fit pas attendre : « La bataille du guerrier maya », annonçaient Véronique Mortaigne et Frédéric Saliba en double page du Monde (21 avril 2011 : 18 et 19). « Coup de tonnerre autour d’un dieu de la pluie maya » titrait Libération du lundi 2 mai 2011 sous la plume de Vincent Noce. « Depuis, c’est la guerre de tranchées » concluait Véronique Mortaigne (ibid.). En effet, la maison de vente et son expert en art précolombien, Jacques Blazy, contre-attaquaient immédiatement : infondée et gratuite, l’affirmation de faux participerait d’une stratégie de déstabilisation du marché menée parallèlement aux revendications régulières de restitution, dans le but d’effrayer les potentiels acheteurs.

25Observons l’histoire de cette statue maya. Si, une fois encore, on ignore son lieu de provenance exacte et les dates et conditions de sa sortie du territoire mexicain, il apparaît qu’il s’agit d’une pièce remarquable notoirement connue des spécialistes, dont l’authenticité n’avait jusque-là jamais été contestée. On la suit au moins depuis la biennale des Antiquaires de 1986, où elle a été acquise puis exposée plusieurs fois sans réaction d’aucune autorité politique ni sommité scientifique. Elle a notamment été présentée en 1998-1999 à Genève (pièce n° 233) dans une exposition dont le catalogue Mexique, terre des dieux, auquel ont contribué d’éminents spécialistes européens ou mexicains, universitaires ou conservateurs de musées, est introduit par un article enthousiaste de Rafael Tovar, président du Conseil national pour la culture et les arts du Mexique

26En revanche, après la mise en cause de l’authenticité de la statue par les autorités mexicaines, les archéologues mayanistes, parmi lesquels certains auteurs de ce même catalogue, ont émis des doutes sur la pièce ou sont restés très prudents. Revirement de position ou raison tactique et politique, afin de ne pas se mettre à dos les autorités mexicaines qui octroient des autorisations de fouilles dans le pays ?

27Des analyses commanditées aussitôt par la maison de vente ont semblé quant à elles confirmer l’authenticité de la pièce. La « divinité assise, vraie statue maya » affichait en écho Le Monde du 30 avril 2011. De même, après l’avoir vue et étudiée, contrairement à d’autres, le grand expert mayaniste Claude Baudez a conclu : « cette pièce rare est authentique, on y voit les traces de racines incrustées. C’est une “cresteria”, la partie faîtière d’un temple maya, destinée à être vue de très loin, d’où la grossièreté des traits, la taille exagérée du pectoral, la hache rudimentaire » (Le Monde du 21 avril 2011).

  • 6 Conférence à la Société des américanistes du 14 octobre 1998 : « Faux et usages de faux ».

28Le débat soulevé autour de l’authenticité de cette statue maya amène à parler de la contrefaçon et de la copie, véritables fléaux du marché de l’art précolombien. Le phénomène n’est pas nouveau : au Mexique, pour satisfaire la demande de « curiosités » précolombiennes, la production de faux remonterait même à la période coloniale (Mongne 2008). Dans la deuxième moitié du xixe siècle, les environs de Teotihuacan devinrent, à une échelle quasi industrielle, le lieu principal de production de contrefaçons suivant, comme partout ailleurs dans le monde, la mode et le goût de la clientèle américaine et européenne. Comme le rappelait Claude Baudez : « des centaines, des milliers peut-être de masques en pierre de Teotihuacan figurent sur les rayonnages des musées et des collections privées. Ces masques ont été obtenus au cours des xixe et xxe siècles, pendant lesquels les ateliers de faux étaient actifs. Les exemplaires trouvés en fouille […] sont peu nombreux. Sur les milliers de masques Teotihuacan connus, quel est le pourcentage de faux ? Les optimistes proposeront 10 %, les pessimistes 90 %. »6. Sur les 105 000 objets provenant des Amériques au sein du musée du quai Branly, 1 085 sont repérés comme des faux archéologiques, notamment un fameux crâne de cristal prétendument aztèque.

29Ces exemples historiques doivent nous rendre prudents et il convient souvent de revisiter les collections, privées ou publiques : l’ancienneté de leur constitution n’est aucunement une garantie d’authenticité. Quant aux objets sans origine proposés aujourd’hui à la vente, ce n’est pas la prudence mais bien la suspicion systématique qui doit être de mise tant le marché est proprement inondé, saturé de faux et de copies. Il en apparaît même dans des enchères publiques et des galeries, offerts par de soi-disant experts au mieux incompétents, au pire malhonnêtes. Les exemples pullulent et de quelque origine que ce soit : Mexique, Amérique centrale, Caraïbes, Andes, et même Amérique du Nord.

30Pour parler des Antilles, une aire géographique où je suis amené à intervenir régulièrement, la proportion de faux sur le marché et dans les collections privées est proprement hallucinante. À côté de copies grossières vendues aux touristes, on observe des contrefaçons plus subtiles qui trouvent leur inspiration, comme partout, dans les illustrations des beaux catalogues qui ont accompagné les grandes expositions (fig. 3). À titre d’exemple, était mis en vente récemment à Paris un siège en bois décrit comme taïno et provenant de l’île de Saint-Domingue. Outre une description pleine d’erreurs quant à l’usage de tels sièges cérémoniels ou duho, et l’aspect peu engageant de l’objet, un argument laissait sans voix : « une analyse au carbone 14 situe la fabrication de cette œuvre au xviie siècle, ce qui atteste de la continuité de la tradition précolombienne malgré la conquête espagnole » (Art tribal 2009, lot n° 141 : 82) ! Évoquer la poursuite d’une tradition précolombienne dans les Grandes Antilles au xviie siècle, quand on sait que les populations autochtones furent totalement exterminées dans les premières décennies de la conquête et qu’il ne restait plus un seul Taïno après 1530, est stupéfiant. Au xviie siècle, Hispaniola, du côté du Santo Domingo espagnol comme du côté du Saint-Domingue français, était habitée par des colons européens et des esclaves africains qui ne perpétuaient assurément aucune tradition amérindienne ! Néanmoins, estimée entre 22 000 et 28 000 euros, la pièce est partie au marteau à 12 400 euros ! Heureux acquéreur…

Fig. 3

Fig. 3

Faux inhalateur taïno d’Hispaniola (Haïti/République dominicaine), mauvaise copie d’une pièce originale de la Fondation Garcia Arevalo à Santo Domingo. Acquis par le musée de l’Homme en 1992. N° 71. 1992.23.1

(cliché musée du quai Branly).

« Le fabuleux destin du rocher divin »7

  • 7 Titre de l’article de Christophe Levert, dans Le Parisien du 25 septembre 2015, sur la restitution (...)

31Pillage des sites américains en amont et marché de l’art précolombien en aval sont les deux versants d’un même fléau qui contribue, aux côtés de bien d’autres facteurs (érosion naturelle, urbanisme, déforestation…), à la destruction irréversible du patrimoine archéologique du continent. Les chemins empruntés par les sculptures de pierre ou de bois, les céramiques, les pièces d’orfèvrerie ou les textiles précolombiens sont les mêmes depuis les premiers temps de la conquête à destination de l’Europe et, depuis le xixe siècle, vers l’Amérique du Nord. Dans l’immense majorité des cas, le voyage est un aller simple. Cependant, il existe quelques exemples, bien trop rares encore, où des objets mobiliers dérobés ou des éléments d’architecture arrachés à leur monument effectuent le chemin à l’envers pour retourner à leur pays d’origine.

32Les demandes de restitution par le biais de plaintes judiciaires comme lors des ventes parisiennes ont, nous l’avons vu, échoué à chaque fois, faute de pouvoir prouver que les pièces avaient été volées et face à des propriétaires qui ont pu faire valoir leur légitime propriété.

33Dans quelques cas rarissimes, ce sont des pièces inventoriées, décrites et volées dans des musées qui ont pu être restituées, à l’exemple de la célèbre statuette olmèque du Seigneur de Las Limas dérobée en 1970 et retrouvée dans un motel au Texas (Taladoire 2011 : 350).

34Il reste enfin l’exemple de pièces rendues volontairement par des collectionneurs. De ce point de vue, un exemple très récent témoigne, à mon sens, d’une certaine évolution des mentalités. Le 24 septembre 2015 s’est déroulé à l’Institut culturel du Mexique à Paris une cérémonie singulière : s’y trouvaient réunis, autour d’un pétroglyphe olmèque, des représentants des autorités mexicaines, dont l’ambassadeur du Mexique en France, représentants de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire du Mexique, de l’association des Amis du Mexique en France, de nombreux archéologues français, notamment de l’Umr Archéologie des Amériques, ainsi que quelques collectionneurs, galeristes et experts du marché de l’art.

35Connu sous le nom de « Bas-relief olmèque de Xoc », provenant de l’état du Chiapas, le bloc rocheux de 2,20 m de haut, 1,15 m de large et environ 0,30 m d’épaisseur, a été arraché à sa paroi verticale originelle entre 1968, date de sa découverte, et 1972. Il représente un personnage de haut rang aux pieds pourvus de griffes, debout et de profil, portant un masque et une haute coiffe. Il pourrait s’agir d’un prêtre portant les paraphernalia d’une cérémonie dédiée au maïs, datant de la période préclassique mésoaméricaine (1400 à 1200 avant notre ère) (fig. 4).

36Arrachée à son support obligatoirement par des pilleurs organisés et équipés (la pièce pèse plus de 400 kg et a été découpée en quatre), disparue depuis plus de quarante ans, cette sculpture olmèque majeure est réapparue très récemment en France par un heureux hasard. Appelé pour évaluer une succession, Jacques Blazy a eu la surprise de l’identifier dans une cave parisienne du 20e arrondissement – le mystère reste total quant au chemin qu’elle a suivi jusqu’à Paris. Avec les commissaires-priseurs Jean-Claude Binoche et Alexandre Gicquello, les héritiers ont décidé de restituer le bas-relief du Chiapas, invendable vu sa traçabilité et sa notoriété. Les trois partenaires les ont indemnisés, ont fait transporter et restaurer l’œuvre avant d’entrer en contact, via notre collègue Dominique Michelet, directeur de recherche au Cnrs, avec les autorités mexicaines en vue d’un retour du pétroglyphe dans sa terre d’origine. Le 24 septembre 2015, MM. Blazy, Binoche et Gicquello ont officiellement remis le bas-relief olmèque au président de l’association des Amis du Mexique en France, qui a sont tour l’a transmis, quelques heures plus tard, à Monsieur Agustin Garcia-Lopez Loaeza, ambassadeur du Mexique en France. Épilogue heureux d’un pillage archéologique…

Fig. 4

Fig. 4

Bas-relief olmèque de Xoc, Chiapas, Mexique. Bloc rocheux découpé de sa position originale entre 1968 et 1972, restitué au Mexique en septembre 2015

(cliché V. Fournier).

37Pourtant, un malaise entache cette louable opération, certains protagonistes n’ayant pas su être bons joueurs et saluer clairement la juste action des professionnels du marché de l’art. En effet, le matin même de la cérémonie, les autorités mexicaines ont convoqué une conférence de presse en évitant soigneusement d’en informer les donateurs du bas-relief et sans même mentionner leur nom. L’après-midi, deux cérémonies distinctes se sont déroulées : remise du pétroglyphe à l’association mexicaine, puis remise à l’ambassade du Mexique ; mais là non plus, les initiateurs de la donation n’ont pas été invités à la seconde. Pour finir, le communiqué officiel du gouvernement mexicain saluant la « récupération d’une pièce olmèque disparue depuis plus de quarante ans »8 a également omis de signaler qui en était à l’origine.

38Il est vrai que la situation pouvait être embarrassante : ce sont ces mêmes acteurs du marché de l’art que les autorités mexicaines vouent aux gémonies et attaquent régulièrement lors des ventes décrites plus haut. Était-il si difficile d’être beau joueur et de saluer leur geste ? Si l’on veut que ce genre de restitution aux pays d’origine par les propriétaires et collectionneurs de pièces anciennement pillées se développe, ne vaudrait-il pas mieux reconnaître et encourager leur geste généreux ?

Trop humains, trop sacrés

39N’ont été évoquées ici que les questions ayant trait aux objets et aux éléments de monuments précolombiens. Le débat mériterait bien évidemment de s’étendre aux restes humains issus des mêmes sociétés. Les pillages n’épargnent pas les sépultures, bien au contraire, puisqu’elles renferment des offrandes intactes et plus spectaculaires ; les huaqueros le savent bien. Mais souvent, les ossements humains sont délaissés, sauf au Pérou, où les exceptionnelles conditions de conservation des sites de la côte Pacifique ont permis la momification naturelle des corps, vêtements et même parures de plumes. Des ventes de restes humains ont lieu de temps à autre, comme cette tête de la culture précolombienne de Paracas (Pérou) partie aux enchères pour 5 500 euros en septembre 2008. Il est heureux de constater que ces pratiques se font de plus en plus rares. Il faut dire que l’article 16-1 du Code civil dispose que « le corps humain, ses éléments et ses produits ne peuvent faire l’objet d’un droit patrimonial », en précisant que seuls les éléments du corps humain qui sont sans conteste des objets culturels peuvent à ce titre être commercialisés. Ainsi, le Conseil des ventes volontaires, autorité de régulation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, disposant d’un pouvoir disciplinaire et du droit d’appliquer des sanctions, a-t-il introduit dans son Recueil des obligations déontologiques approuvé par arrêté du garde des Sceaux du 21 février 2012, la disposition selon laquelle : « Sauf lorsqu’ils constituent sans équivoque des biens culturels, l’opérateur de ventes volontaires s’abstient de présenter à la vente tout ou partie de corps ou de restes humains ou tout objet composé à partir de corps ou de restes humains. »

40Cela dit, comme le souligne Laurent Berger (2008), les objets constitués en partie ou en totalité de restes humains sont d’une grande diversité et il n’est pas toujours si évident de simplement trancher pour qualifier leur statut : entre des squelettes complets ou des momies d’une part, des colliers de dents, des flûtes en os ou des cheveux incorporés dans des parures d’autre part, l’éventail est large et les frontières restent délicates à établir, surtout selon des conceptions diamétralement opposées entre communautés occidentales et autochtones.

41Le débat peut s’avérer du même ordre en ce qui concerne les objets acquis directement auprès de communautés amérindiennes vivantes. Ce type de « collecte », qui a débuté dès la conquête des Amériques par les conquistadors dérobant sans vergogne les trésors des Aztèques ou des Incas, a fait par la suite l’objet de différentes pratiques : pillages, échanges équitables ou non, ventes plus ou moins volontaires, collectes ethnographiques, fabrication à la demande des anthropologues, quand il ne s’agissait pas de réalisations indigènes adaptées à la demande et au goût des voyageurs et autres anthropologues. De multiples débats surgissent aujourd’hui entre communautés amérindiennes et détenteurs publics et privés d’objets sur les méthodes d’appropriation et souvent, par voie de conséquence, sur le droit légitime de propriété. Ces débats peuvent devenir sérieux voire polémiques entre les parties lorsqu’ils concernent le caractère religieux ou sacré de certaines catégories d’artefacts. Récemment en France, en 2013, deux ventes successives de masques du sud-ouest des États-Unis, essentiellement Hopi, ont montré combien le sujet était sensible. De nombreuses actions juridiques et médiatiques ont été entreprises par les communautés amérindiennes (Delpuech 2015 : 24-26), pour qui ces masques ne sont pas de « simples objets » ; il s’agit pour les Hopi d’êtres vivants dans lesquels se sont incarnés des esprits, les Katsinam. Ils sont donc pour eux simplement inaliénables et leur vente est un sacrilège !

42Selon le groupe, la communauté ou la profession auquel on appartient, selon sa propre sensibilité ou son propre intérêt, on peut se positionner différemment. Entre fondements moraux et arguments de droit, difficile de placer le curseur au bon endroit. Entre le pragmatisme mercantile, voire le cynisme de certains marchands, et les revendications compréhensibles des communautés autochtones, entre la démarche professionnelle des conservateurs de musées, des archéologues et des anthropologues, et la position des politiques, voire d’un plus large public agissant parfois sous le coup d’émotions et prônant une forme de repentance bien pensante gangrenée par le politiquement correct, les controverses et les incompréhensions peuvent s’éterniser. Quelles voies médianes et surtout réalistes peuvent être trouvées pour assainir un marché de l’art amérindien en plein questionnement ?

Haut de page

Bibliographie

Art tribal. 1999. Art tribal. Afrique, Amérique précolombienne, Océanie, Amérique du Nord, Amazonie, Grandes Antilles, Caraïbes. 2009. Catalogue de la vente aux enchères publiques de Rieunier & Associés. Mercredi 1er juillet 2009, Paris Drouot-Richelieu.

Berger L. 2008. « Des restes humains trop humains », La vie des idées, 26 septembre 2008, disponible sur http://www.laviedesidees.fr/Des-restes-humains-trop-humains.html (consulté le 22 novembre 2010).

Chamussy V., Goepfert N. & A. Touchard-Houlbert A. 2011. « La pratique de la Huaqueria au Pérou : un patrimoine détruit à 90 %. », in : Compagnon G. (dir.), Halte au pillage, Paris, Errance : 315-338.

Delpuech A. 2015. « Actualité et débats autour du marché de l’art amérindien », Lettre du Comité français de l’Icom, n° 38, « Déontologie des collections publiques : intérêt général et acteurs privés ». Deuxièmes journées d’études, 25-26 novembre 2013, Paris. Comité national français de l’Icom : 15-26.

Mexique, terre des Dieux. 1998. Mexique, terre des Dieux. Trésors de l’art précolombien. Catalogue de l’exposition du 8 octobre 1998 au 24 janvier 1999. Musée Rath, Musées d’art et d’histoire de Genève.

Mongne P. 2008. « Le miroir déformant des Amériques : répliques, pastiches et faux en art précolombien. Le cas mexicain », Baessler-Archiv, Berlin, Band 56 :125-145.

Mortaigne V. 2013a. « Périlleuse vente aux enchères », Le Monde du 9 mars 2013, Cultures et Idées : 3.

Mortaigne V. 2013b. « Trésors précolombiens : très convoités, peu achetés », Le Monde du 25 mars.

Taladoire E. 2011. « Le pillage archéologique en Mésoamérique et le marché de l’art précolombien. », in : Compagnon G. (dir.), Halte au pillage, Paris, Errance : 339-358.

Viatte G. 2006. Tu fais peur tu émerveilles : musée du quai Branly, acquisitions 1998-2005. Paris, musée du quai Branly, Réunion des Musées nationaux.

Haut de page

Notes

1 Cet article est une version raccourcie, actualisée et complétée de ma publication parue en 2015 dans la Lettre du Comité français de l’Icom, n° 38 (Delpuech 2015).

2 Titre d’un article à propos de la vente de la collection de Jean-Paul Barbier-Mueller paru dans Le Monde du 9 mars 2013.

3 Communication orale de Jacques Blazy, le 30 mars 2015.

4 Titre de l’article d’Emmanuel Roux dans Le Monde du 19 octobre 2006 à propos de l’exposition à Bruxelles de la grande collection d’art précolombien de Paul et Dora Jansen-Arts, et des négociations autour de sa vente ou dation.

5 Titre inspiré de la phrase de Véronique Mortaigne : « La controverse : statuette antique pour les uns, pièce en toc pour les autres » (Le Monde du 21 avril 2011) .

6 Conférence à la Société des américanistes du 14 octobre 1998 : « Faux et usages de faux ».

7 Titre de l’article de Christophe Levert, dans Le Parisien du 25 septembre 2015, sur la restitution du pétroglyphe olmèque de Xoc, Chiapas.

8 Voir : http://embamex.sre.gob.mx/francia/index.php/fr/accueil/309-recupera-mexico-pieza-arqueologica-olmeca-desaparecida-desde-hace-mas-de-40-anos (consulté le 20 novembre 2015).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Huaquero en action sur un site précolombien de la région de Valdivia, côte Pacifique de l’Equateur. Photographie exposée dans le petit musée privé de Las Calaveras
Crédits (cliché A. Delpuech).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,4M
Titre Fig. 2
Légende Grande statue maya en stuc polychrome. Période classique (550-950 ap. J.-C.). Vendue aux enchères à Drouot le 21 mars 2011 pour 2,91 millions d’euros
Crédits (cliché étude Binoche & Gicquello).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3
Légende Faux inhalateur taïno d’Hispaniola (Haïti/République dominicaine), mauvaise copie d’une pièce originale de la Fondation Garcia Arevalo à Santo Domingo. Acquis par le musée de l’Homme en 1992. N° 71. 1992.23.1
Crédits (cliché musée du quai Branly).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 4
Légende Bas-relief olmèque de Xoc, Chiapas, Mexique. Bloc rocheux découpé de sa position originale entre 1968 et 1972, restitué au Mexique en septembre 2015
Crédits (cliché V. Fournier).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3487/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Delpuech, « Un marché de l’art précolombien en plein questionnement », Les nouvelles de l'archéologie, 144 | 2016, 43-50.

Référence électronique

André Delpuech, « Un marché de l’art précolombien en plein questionnement », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 144 | 2016, mis en ligne le 25 août 2016, consulté le 28 février 2017. URL : http://nda.revues.org/3487 ; DOI : 10.4000/nda.3487

Haut de page

Auteur

André Delpuech

Conservateur général du patrimoine, responsable des collections des Amériques, Musée du quai Branly
andre.delpuech@quaibranly.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org