Navigation – Plan du site
Actualités

La « destruction du patrimoine archéologique syrien »

De la déception à l’abandon
Michel Al-Maqdissi
p. 34-38

Texte intégral

Malheureusement, les groupes des archéologues du régime et de l’opposition vont procéder à la constitution d’une vision sur l’héritage de nos ancêtres où il n’y a pas de place pour l’autre et dans laquelle l’autre est figuré comme un envahisseur hétérogène.

Cette manipulation du droit au patrimoine au passé, au présent et au futur vise principalement à blâmer une démarche efficace et à empêcher toute entente et toute action commune.

1Parler de la destruction du patrimoine archéologique en Syrie, c’est s’engouffrer dans un débat à la fois difficile et chimérique. En effet, regarder ce qu’était la Syrie avant 2011 – cf. la vision d’un grand maître de l’archéologie proche-orientale, Jean-Louis Huot (2008) – et ce qu’elle est aujourd’hui ne peut entraîner qu’un malaise qui touche le fond de notre conscience.

2Les belligérants soufflent sur notre héritage ancestral un vent mauvais qui entraîne une grande catastrophe où les antagonismes se nourrissent d’une haine féroce. Après deux années de soulèvement pacifique et quatre années de guerre sanglante, les profonds changements que connaît la Syrie vont engendrer une société séparée de ses valeurs nobles.

3Ce vendredi ensoleillé du mois de mars 2011, peu après la prière du midi, sur l’esplanade de la mosquée al-‘Umari à Der’a, en Syrie du Sud, la répression particulièrement sanglante d’un mouvement pourtant pacifique aboutit à un horrible massacre et à la destruction programmée d’une partie de la mosquée, avec l'effondrement de son minaret fondé durant la période omeyyade.

4Nous voici donc en face d’un grand malheur, d’une fatalité destructrice qui va engendrer un désastre aux multiples aspects marqués par l’anéantissement de l’âme humaine et la destruction systématique des valeurs ancestrales.

5Cette fatalité ravage toute la société syrienne, y creuse des fractures profondes à cause d’un pouvoir politique qui, loin de protéger la liberté et les valeurs de son peuple, le pousse sur la pente infernale de la terreur.

6Ainsi, dès le premier jour, une horde de barbares armés de haine se plaît au carnage et à la dévastation de tout ce qui est humain. Ils s’acharnent à exterminer l’homme et son histoire par un comportement guidé par une volonté d’effacer les racines de notre héritage archéologique.

7Durant la première phase du conflit, qui s’achève vers le milieu de l’année 2013, le tissu urbain des deux centres historiques de Homs et de Der’a est gravement endommagé et plusieurs monuments du Moyen Âge, en particulier religieux, sont détruits. La démolition partielle du musée archéologique de Homs (siège de la municipalité au temps du mandat français) et du musée d’arts et traditions populaires du palais al-Zahrawi (bâtiment d’époque mamelouk tardive) est associée à un pillage limité des collections.

8De plus, avec l’intensification des affrontements dans la moyenne vallée de l’Oronte, plusieurs sites archéologiques sont gravement touchés. À titre d’exemple, citons les bombardements intensifs de Qal‘at el-Mudiq, citadelle hellénistique et médiévale, et l’installation d’une artillerie lourde au sommet de Tell Qarqur, occupé entre l’âge du Bronze et la conquête ottomane.

9À cette même époque, des réseaux organisés de trafiquants ont profité de l’absence de l’autorité de la Direction générale des Antiquités et des musées (Dgams) pour intensifier des creusements clandestins dans des sites classiques dans le but de récolter des objets précieux (mosaïques, figurines, poteries et autres), destinés principalement au marché de l'art en Europe, aux États-Unis ou dans les pays du Golfe.

10Ainsi, Doura-Europos sur l’Euphrate et Apamée sur l’Oronte, pour ne citer qu’elles, ont subi des pillages répétés. Ces anciennes fondations séleucides ressemblent aujourd'hui à un paysage lunaire, troué d’innombrables et profonds cratères, creusés dans les décombres des structures non fouillées à la recherche de trésors cachés.

11Le pillage de certains musées a dû commencer presque en même temps et les informations disponibles attestent le vol, au musée de Hama, d’une figurine en bronze plaquée en or du viiie s. av. J.-C. et la disparition, au musée de Raqqa ainsi que dans les dépôts des antiquités de Heraqla et de Qal‘at Ja‘bar, de plusieurs caisses remplies d’antiquités.

12Il est important de dire que le discours tenu par le ministère de la Culture sur le patrimoine reposait sur des principes révélateurs de la vision politique désastreuse du régime. La Dgams n'a pas été en mesure de réagir en raison de la pression des autorités politiques. Toutefois, la personnalité de son directeur a facilité un grand nombre d’initiatives, dont la plus décisive fut de garder le contact avec toutes les régions syriennes. En même temps, débutait l’application d’une politique de mouvement des collections muséales vers Damas afin de les protéger des pillages.

13L’impact destructif de cette période ne s’arrête pas là. Les photographies publiées sur les réseaux sociaux montrent clairement des membres de certains régiments de l’armée régulière portant des bustes en pierre sculptée en provenance des structures funéraires de Palmyre, et révèlent un mouvement important d’objets vers le Liban, bien que les frontières soient officiellement bien surveillées.

14Vers la fin de l’année 2012, commencent à se multiplier des signes de destruction d’importants éléments du passé de la Syrie, des dommages physiques subis par le patrimoine et, surtout, la volonté de non-intervention des forces armées régulières. Nous assistons à la dissolution pratiquement systématique de l’identité antique de la société syrienne.

Fig. 1

Fig. 1

Dernière photographie de la cella du sanctuaire de Baalshamin avant sa destruction par Daesh

(source E. Ishaq, fin août 2011).

Fig. 2

Fig. 2

La cella du sanctuaire de Baalshamin après la destruction par Daesh

(source R. Żukowski et B. Markowski, 2016)

Fig. 3

Fig. 3

Buste palmyrénien avec un soldat de l’armée syrienne

(source APSA, 2013).

Fig. 4

Fig. 4

Destruction des bustes palmyréniens par un djihadiste de Daesh

(source APSA, 2015).

15Le soulèvement se transforme au fil de l’année 2013 en un affrontement sanglant et où le patrimoine archéologique est particulièrement visé. Les forces gouvernementales montrent une indifférence totale vis-à-vis du pillage, quand elles ne participent pas elles-mêmes à la destruction des sites et des monuments antiques. Pendant ce temps, la Dgams continue d’adopter une position ferme et amorce même une ouverture vers l’extérieur grâce à l’action énergique de son directeur.

16Au cours de cette même année, une deuxième phase s’ouvre. Elle va durer presque une année et demie et se solder par des dommages massifs, en particulier dans la vieille ville médiévale d’Alep avec l’effondrement, le mercredi 24 avril 2013, du grand minaret de la mosquée des Omeyyades.

17Au cours de cette deuxième phase, la Dgams cherche à maintenir des relations de collaboration avec les archéologues étrangers afin de reconstruire un climat de confiance, loin des aléas politiques. En revanche, au niveau intérieur, la situation est ingérable car son contrôle sur les régions et les sites archéologiques est de plus en plus faible dans toute la partie orientale du pays mais aussi dans plusieurs zones au Nord, dans la région de l’Oronte, et au Sud. De même, la Dgams est dans l’incapacité de protéger des musées aux collections parfois très importantes, tels le musée d’Alep, le musée de Deir ez-Zor, le musée de Palmyre...

  • i http://apsa2011.com

18À Strasbourg, l’Apsai (Association for the Protection of Syrian Archaeology) s’efforce, grâce à un réseau de correspondants actifs dans les zones sous contrôle de l’opposition, de rassembler et de publier des informations précises et vérifiées sur les menaces ou les dégradations qui touchent le patrimoine historique et archéologique en Syrie, d’alerter la communauté scientifique, ainsi que les autorités culturelles et politiques internationales.

  • 1 Statues exposées dans un parc de la ville de Raqqa.
  • 2 La ville néo-assyrienne de Šaddikanni.

19La troisième phase du déroulement du conflit signe l’échec de toute tentative extérieure d’imposer la paix. En l’absence de victoire de l’une des parties, la protection des antiquités est vouée à la faillite. Au cours de l’année 2014 et du premier semestre 2015, la question de l’archéologie s’est faite brûlante, d’une part à cause de l’intensification du commerce illicite via la Turquie, d’autre part en raison de la destruction d’une série de statues en pierre de grande valeur par des groupes islamistes (EI / État islamique), et notamment des lions d’Aslan Tash1, de la statue royale de Tell ‘Ajaja2, des sculptures classiques, de plusieurs bustes palmyréniens… Au fur et à mesure de la progression de ces groupes, le pillage des sites est devenu systématique, notamment dans les deux régions de la Djézireh et de l’Euphrate.

20Il est important de préciser que, durant cette phase, les différents groupes ont rivalisé dans la destruction féroce du patrimoine archéologique et montré une grande capacité d'adaptation aux nouvelles circonstances du commerce illicite des objets. Précisons à ce propos la maîtrise surprenante acquise par les membres de l’EI dans l’organisation et le contrôle des fouilles clandestines et du commerce illicite des antiquités. D'une certaine façon, ils n'ont pas seulement eu une influence sur le trafic, ils ont également réussi à l’ordonner depuis le terrain, par la délivrance de permis régularisant en quelque sorte le pillage.

21Face à l’enjeu colossal représenté par la protection du patrimoine syrien, à l’ampleur du désastre et à l’impasse où s’enlisaient les projets de sauvegarde supervisés par l’Unesco depuis plusieurs mois, plusieurs associations ont mis en action des équipes de bénévoles afin de contribuer à des actions urgentes. Le tout sans planification ou, en tout cas, sans aucune coordination qui dépasse le niveau préliminaire de l’annonce des nouvelles en provenance du pays. Le résultat est que ces associations se sont livrées à une série de polémiques violentes qui, combinées à des attaques parfois publiques, ont désespéré et démotivé les milieux concernés. Dès lors, chacun s’est posé comme le détenteur de la vérité et a dénigré l’autre, qui représentait à ses yeux l’inefficacité et la détresse. Il est important de préciser que la manière d’agir, souvent policière, des archéologues du régime renforce ces rivalités et éloigne toute perspective d’entente. Ces rivalités ont eu l’avantage de mettre à nu les mécanismes qui ont été des facteurs essentiels de l’impuissance des archéologues syriens réfugiés hors de leur pays. Mais elles ont brouillé l’espoir d’aboutir un jour à une politique claire pour le patrimoine, destinée à épargner l’héritage archéologique de la Syrie des querelles internes et à le préserver des destructions spectaculaires.

  • 3 Rencontre organisée par l’Université de Cantabrie et l’association Archaeology for Peace. L’Unesco (...)

22Malgré cette situation déplorable, une rencontre organisée à Santander (Cantabrie-Espagne) 3, en avril 2014, a permis de réunir des archéologues syriens des deux camps, à la même table et pour la première fois.

23Pendant la quatrième phase, le chaos s’est encore aggravé, surtout après la prise de Palmyre par l’EI, le 20 mai 2015. Pour choquer le monde entier, les terroristes s’y sont adonnés à une « éradication » archéologique sans précédent : saccage méthodique des collections du musée de Palmyre en mai, exécution de Khaled al-Assaad (1932-2016), directeur des Antiquités de la ville entre 1963 et 2003 et dynamitage des temples de Bêl et Baalshamin en août, démolition des tours funéraires en septembre, destruction de l’Arc de triomphe et de la colonnade en octobre… Ces exactions d’une ampleur inconnue jusqu’alors ont été perpétrées au moment où la Syrie, ravagée par un sentiment de désespoir, voyait l’héritage de nos ancêtres géré par l’« imprécation » des dieux de la guerre qui manœuvraient efficacement pour détruire notre âme profonde. La stratégie meurtrière de l’EI et l’efficacité des dévastations mises en œuvre par ses affidés ont bouleversé les Syriens, car les images étaient bien diffusées par les médias et les réseaux sociaux. Leur impact ne s’arrête pas là : plus qu’une guerre civile, la guerre en Syrie est dorénavant une guerre médiatique internationale. Les valeurs de notre héritage et les ruines du passé sont devenues semblables à un squelette sans âme, à un temple sans autel ni colonnes, à une église sans abside ni coupole, à une mosquée sans mihrab ni minaret.

24Pendant toute cette période, les défenseurs syriens du patrimoine n’avaient plus d’espoir. Ils doutaient de leur avenir sans pouvoir se raccrocher aux souvenirs de leur passé, l’angoisse imposant un rythme déplaisant à une société archéologique fragilisée par des disputes avec des visions et des groupes opposés.

  • 4 D’une manière générale, cf. l’article de Rolf A. Stucky (Université de Bâle) paru dans NZZ.Ch le 8 (...)

25La cinquième phase a débuté le 27 mars 2016 par un changement certain à plusieurs niveaux. Désormais, la sauvegarde de notre patrimoine ne se borne pas à un combat contre le pillage et le trafic des antiquités. Au fur et à mesure de la prolongation du conflit, elle a suscité un grand intérêt chez plusieurs protagonistes de cette guerre, et elle est aujourd’hui débattue dans un contexte de propagande internationale4.

26Ainsi, l’analyse des actions menées juste après la récupération de Palmyre par les troupes du régime de Bachar al-Assad appuyées par les Russes montre combien elles s’intègrent à une stratégie politique. Interprété le 5 mai sous la direction de Valery Gergiev par l'Orchestre symphonique du théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg, le concert intitulé Prière pour Palmyre a été ainsi salué par Vladimir Poutine comme un « extraordinaire acte d'humanité […], un signe de reconnaissance, d'hommage et d'espoir » – quand Philip Hammond, ministre britannique des Affaires étrangères, y voyait une « tentative de mauvais goût de détourner l'attention des souffrances continues de millions de Syriens ».

27De part et d’autre, il y a manipulation des sentiments afin de stigmatiser une situation désastreuse. Cette propagande cherche à développer des objectifs liés à la sauvegarde du patrimoine en les rattachant à des intérêts politiques sous une forme effrayante, d’où une troublante ambiguïté. Mais là n’est pas le plus grave, le vrai drame est que cette action qui prétend sauver notre patrimoine est une tentative écœurante pour détourner l'attention des atteintes portées chaque jour à un patrimoine archéologique unique au monde. Située à 30 km d’Alep et intégrée au site des « Villages antiques du nord de la Syrie » classé au patrimoine mondial de l’Unesco, l’église Saint-Siméon, bâtie au ve siècle, a été victime de frappes russes le 12 mai 2016. Le 9 mai, ce sont le musée d’Idlib et celui de Ma‘aret el-Nou‘man qui avaient été frappés par des raids aériens5.

28Alimenté par des idéologies meurtrières, l’état de chaos dont souffre l'archéologie ne peut que s’aggraver. En effaçant la contribution inestimable du peuple syrien à l’histoire de l’humanité, cet antihumanisme contemporain se révèle l’ennemi de toute transcendance.

29Nous nous demandons, pour conclure, comment un peuple englué dans une telle guerre destructrice peut encore trouver la force de penser objectivement à son passé ou à son avenir alors que sa principale préoccupation est de subsister.

30Ce malheur archéologique, associé à l’abandon de tout soutien extérieur efficace, oblige ce peuple à s’évader à travers le temps dans une aventure solitaire devant un destin rempli de déception et de chagrin. Autrement dit, l’abandon actuel de la dignité de notre archéologie, qui fait partie de notre humanité commune, est une perte immense.

31Cette « archéologie de la dignité » tient à la liberté absolue de bâtir son destin, un destin qui a valeur humaine et mérite le respect. Notre devoir est de la préserver en mettant fin à l’ignominie et à la férocité d’un discours abusif qui vise à propager une propagande inscrite dans l’ignorance flagrante de la spécificité de notre drame archéologique.

3223 avril- 3 mai 2016

33Czerwony Wieprz, Varsovie

34Café Prückel, Vienne

Haut de page

Bibliographie

Huot J.-L. 2008. « L’archéologie dans le monde musulman », in : J.-P. Demoule & B. Stiegler (éd.), L’Avenir du Passé, Modernité de l’Archéologie, Paris, Inrap/La découverte : 183-195.

Haut de page

Notes

1 Statues exposées dans un parc de la ville de Raqqa.

2 La ville néo-assyrienne de Šaddikanni.

3 Rencontre organisée par l’Université de Cantabrie et l’association Archaeology for Peace. L’Unesco organise durant cette même phase une réunion dont les résultats sont désastreux.

4 D’une manière générale, cf. l’article de Rolf A. Stucky (Université de Bâle) paru dans NZZ.Ch le 8 mai 2016 : http://www.nzz.ch/feuilleton/kunst_architektur/nach-dem-unesco-bericht-fiktion-und-realitaet-in-palmyra-ld.18444.

5 Déclarations d’Irinia Bokova, directrice générale de l’Unesco, 18 mai 2016 : www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/director_general_of_unesco_deplores_severe_damage_at_church_of_saint_simeon_world_heritage_site_in_syria. Communiqué de l’Unesco, 25 mai 2016 : http://fr.unesco.org/news/unesco-deplore-destructions-au-musee-maarrat-al-numan-province-idlib-syrie

Haut de page

Note de fin

i http://apsa2011.com

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Dernière photographie de la cella du sanctuaire de Baalshamin avant sa destruction par Daesh
Crédits (source E. Ishaq, fin août 2011).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 2
Légende La cella du sanctuaire de Baalshamin après la destruction par Daesh
Crédits (source R. Żukowski et B. Markowski, 2016)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 3
Légende Buste palmyrénien avec un soldat de l’armée syrienne
Crédits (source APSA, 2013).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3476/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 4
Légende Destruction des bustes palmyréniens par un djihadiste de Daesh
Crédits (source APSA, 2015).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3476/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Al-Maqdissi, « La « destruction du patrimoine archéologique syrien » », Les nouvelles de l'archéologie, 144 | 2016, 34-38.

Référence électronique

Michel Al-Maqdissi, « La « destruction du patrimoine archéologique syrien » », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 144 | 2016, mis en ligne le 25 août 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/3476 ; DOI : 10.4000/nda.3476

Haut de page

Auteur

Michel Al-Maqdissi

Musée du Louvre (Paris), Université Saint-Joseph (Beyrouth),
michelesyrien@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org