Skip to navigation – Site map
Actualités

Le patrimoine du Proche-Orient

Arme de guerre, source de paix
Armelle Bonis
p. 32-34

Full text

1Un an après la commémoration du génocide des Arméniens et des Assyro-Chaldéens-Syriaques, perpétré par l’Empire ottoman à partir de janvier 1915, la destruction et le pillage du patrimoine de la Syrie et de l’Irak atteignent des niveaux sans précédent.

2Après cinq ans d’un conflit fragmenté en une myriade de fronts, la Syrie vit une catastrophe humanitaire effroyable. Selon un bilan dressé en février par l’Observatoire syrien des droits de l’homme, la guerre avait fait à cette date plus de 270 000 morts dont 13 500 enfants, 6 millions de réfugiés hors du pays dont 4,7 millions dans les pays limitrophes et plus de 7,5 millions de personnes déplacées à l’intérieur, 2 millions d’enfants en situation de détresse alimentaire et sanitaire. Alep, Apamée, Palmyre, Ebla et les villages antiques de la région d’Idlib, Doura-Europos et Mari dans celle de Deir-ez-Zor… Partout, les informations font état de monuments bombardés, de fouilles sauvages et de pillages massifs des sites archéologiques.

3En Irak, la guerre contre l’Iran (1980-1988) puis les deux guerres du Golfe (1990-1991 et 2003-2011), conduites par des coalitions internationales de plus ou moins grande ampleur, ont fait des centaines de milliers de victimes. Depuis l’été 2014, au cœur du territoire dévasté de l’ancienne Mésopotamie, le saccage des cités de Hatra et Nimrud, la destruction à l’explosif de l’Église verte de Tikrit, de la mosquée du prophète Jonas et des monuments akkadiens du musée archéologique de Mossoul, l’autodafé de 2 000 livres et manuscrits des bibliothèques de la ville, s’inscrivent dans la stratégie de terreur mise en place par les djihadistes de Daech.

  • 1 Discours d’Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco, saluant l'adoption de la résolution 2199 (...)

4Adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité des Nations Unies le 12 février 2015, la résolution 2199 note que « le pillage et le trafic illicite d’objets culturels sont une source de financement de l’État islamique d’Iraq et du Levant, du Front el-Nosra et d’autres personnes, groupes et entités associés à Al-Qaida ». Elle indique que « ces revenus sont ensuite utilisés pour financer leurs efforts de recrutement et renforcer leurs capacités opérationnelles visant à organiser et mener des attentats terroristes » et demande aux États membres de « prendre les mesures voulues pour empêcher le commerce des biens culturels […] ayant une valeur archéologique, historique, culturelle, scientifique ou religieuse, qui ont été enlevés illégalement d’Iraq depuis le 6 août 1990 et de Syrie depuis le 15 mars 2011 ». La protection du patrimoine, « fondamentale pour l’identité et la cohésion sociale », est en effet « une condition préalable à la paix et à la construction de l’avenir » 1.

5Mis à sac par des réseaux criminels après la chute de Saddam Hussein, en avril 2003, le musée national d’archéologie de Bagdad a récupéré un tiers des 15 000 œuvres qui lui avaient été volées. En février dernier, le gouvernement des États-Unis a salué sa réouverture en lui restituant une soixantaine d'objets antiques volés pendant l’occupation. Parmi eux, la tête en calcaire de l'ancien roi d'Assyrie Sargon II (viiie s. av. J.-C.), posée à l'origine sur un corps de taureau ailé formant un lamassu, est estimée à deux milliards de dollars. La douane américaine l’a saisie en 2008 dans le port de New York, où l’avait expédiée un marchand d'art basé à Dubaï.

Mésopotamie, carrefour des cultures

6La Bibliothèque du couvent des Dominicains de Mossoul abritait plus de 800 manuscrits du xiiie  au xix s. Ce fonds exceptionnel, qui regroupe des ouvrages enluminés touchant à toutes les disciplines (liturgie, théologie, spiritualité chrétienne et islamique, hagiographie, histoire, philosophie, science et astrologie, langues, littérature et musique), offre un remarquable témoignage sur les Églises orientales installées entre le Tigre et l’Euphrate. Juste avant la chute de Qaraqosh (août 2014), le père Nageeb, qui travaille à la restauration de cette collection avec la collaboration de la Bibliothèque apostolique vaticane et de l'Université Saint John's à Collegeville (États-Unis, Minnesota), a pu la transférer et la mettre en sécurité à Erbil au Kurdistan.

7L’été dernier, pour la commémoration du huitième centenaire de l’Ordre dominicain (Toulouse, 1215), les Archives nationales ont présenté à l’Hôtel de Soubise sept fac-similés de ces joyaux, aux côtés d’une trentaine de manuscrits comparables, tirés des collections françaises et de la Bibliothèque apostolique vaticane : Évangiles (1192) et Nouveau Testament (1223) en syriaque, Coran copié à Bagdad (1289), Chronique universelle arabe (1291), Évangile de saint Jean en arabe (1599), missel chaldéen copié à Mossoul (xviiie s.), rituel de mariage et recueil médical en syriaque (xixe s.), etc.

  • 2 Mésopotamie, carrefour des cultures. Grandes Heures des manuscrits irakiens (xiiie-xixe siècles), e (...)

8En quatre espaces, l’exposition retraçait l’histoire des missions des frères prêcheurs dans la plaine de Mésopotamie2. En ouverture, une série d’ex-voto et de nombreuses tablettes cunéiformes illustraient les premières missions archéologiques françaises conduites à Ninive et Khorsabad, au milieu du xixe s., par les consuls Paul-Émile Botta (1802-1870) et Victor Place (1818-1875) – qui fut l’un des premiers à employer la photographie grâce à l’opérateur Gabriel Tranchand (1839-1885), dont les calotypes sont conservés aux Archives nationales – et les travaux du père Vincent Scheil (1858-1940), pionnier de l’assyriologie et premier traducteur du code Hammourabi, découvert à Suse en 1901.

9En novembre 2014, la France a marqué la visite à Paris du président Abdel Fattah al-Sissi par la restitution de 250 antiquités égyptiennes, romaines et byzantines, importées de façon illicite et saisies en deux lots par la douane à l’aéroport de Roissy en 2010.

10Lors du renversement d’Hosni Moubarak (janvier 2011), des pièces de grande valeur ont disparu du musée des Antiquités du Caire et d’un établissement rattaché à la faculté des Antiquités de l’Université du Caire. Cinq autres, datant de la dynastie des Ptolémées (300 av. J.-C.) et dérobées dans la réserve d’une mission archéologique française, ont été repérées sur internet par l'équipe égyptienne en charge de la surveillance des salles des ventes d'antiquités à l'étranger, saisies par les douanes françaises et remises à l’Égypte (décembre 2014). Le décompte établi après le pillage du musée national de Mallaoui dans la ville de Minya, en Moyenne-Égypte, faisait état de 48 objets d’art brûlés et 1 041 volés (août 2013). Toutefois, les listes établies par des experts de l’Unesco à partir de l’inventaire ont permis d’en récupérer 950 (octobre 2014).

11Un État qui a perdu des biens culturels d’une importance fondamentale et qui en demande le retour, dans des cas ne relevant pas des Conventions internationales, peut aussi faire appel au Comité intergouvernemental de l’Unesco3. Zahi Hawass, chef du Conseil suprême des antiquités égyptiennes de 2002 à 2010, a ainsi obtenu cette année-là le retour de 31 000 pièces – dont 25 000 négociées avec la seule Université de Londres, et cinq fragments de peintures murales rétrocédés par le musée du Louvre au terme d’une procédure exceptionnelle4. Dans la foulée, le Parlement égyptien a supprimé le quota de 10 % de biens que les missions étrangères étaient jusqu’alors autorisées à prélever sur leurs découvertes. En 2011, l’Allemagne a fait droit à une réclamation émise par la Turquie en 1987 et lui a restitué le Sphinx de Boğazköy (Anatolie centrale), une statue de l’âge du Bronze découverte dans l’ancienne cité hittite d’Hattusha, qui était exposée au musée de Pergame à Berlin depuis 1915.

12La dépossession peut en effet avoir plusieurs causes : « le trafic illicite (vol ou exportation sans autorisation), mais aussi les échanges marchands, les spoliations du fait de guerres ou les prises en période de colonisation ou d’occupation. » (Cornu & Renold 2009). Les inventaires des musées, les carnets de fouilles des missions archéologiques et les catalogues de ventes publiques sont donc des sources d’information précieuses pour connaître la trajectoire des objets. Le « carré de lin » de Ta-nedjem, mis aux enchères le 18 juin 2015 par la maison Piasa et l’expert Christophe Kunicki, en offre un bon exemple. Estimé 50 000 euros et disputé par cinq enchérisseurs, il s’est vendu au prix de 374 000 euros avec frais.

Le carré de lin de Ta-nedjem (« le Doux pays »)

13Datée du Nouvel Empire, et plus précisément de la fin de la XVIIIe dynastie (vers 1400-1300 av. J.-C.), cette pièce d’étoffe polychrome représente un défunt de profil, vêtu d’un pagne plissé, paré d’un collier ousekh, coiffé d’une perruque à frisons surmontée du cône d’onguent. Il est représenté assis sur un siège noir à pattes d’animaux et dossier blanc incurvé, tenant une étoffe pliée dans sa main droite et faisant face à une table d’offrandes chargée de pains, de courges et d’une pièce de viande vers laquelle il tend la main gauche. Les deux colonnes hiéroglyphiques se lisent : « Offrande de toute chose bonne et pure pour le ka de Ta-nedjem juste de voix ».

  • 5 Après plusieurs explorations ponctuelles menées à partir du début du xixᵉ s. par divers savants, pa (...)

14Acquise à Gournah avant 1926 et restée depuis dans des collections privées, cette pièce exceptionnelle appartient à un type de textile funéraire découvert sur le site de Deir el-Médina, dans la Vallée des Rois, où résidait la confrérie des artisans chargés de construire les tombeaux et les temples funéraires des pharaons du Nouvel Empire. Elle en provient sans doute, comme les vingt-deux exemplaires aujourd’hui connus. Elle relève plus précisément de la première série identifiée par Khaled El-Enany (2010), qui réunit sept carrés de lin peint avec des pigments minéraux. Par sa taille (29 x 21 cm) et par son dessin, elle ressemble beaucoup à celui du scribe Khonsou (25,3 x 20 cm), un peu plus récent (XIXe dynastie, vers 1295-1186) et conservé au Louvre. Le pagne de Ta-nedjem laisse à nu ses genoux et diffère en cela de la jupe représentée sur le carré de lin de Sen-nefer (50 x 40 cm). Trouvé en place dans la tombe 1159 A de Deir el-Médina par Bernard Bruyère, qui l’a dessiné dans son carnet de fouilles le 8 février 19285, il est entré dans les collections du musée égyptien du Caire.

Fig. 1

Fig. 1

Le « carré de lin » de Ta-nedjem. Toile de lin polychrome. Petites lacunes. Égypte, probablement Deir el-Médina, Nouvel Empire, fin de la XVIIIe dynastie. Provenance : ancienne collection Lucien Lépine, acquis à Gournah avant 1926. Paul Mallon, Paris, 1926. Ancienne collection de Mme Arthur Sachs, 1927. Jeanne Loviton, 1939.

Piasa).

Top of page

Bibliography

Cornu M. & Renold M.-A. 2009. « Le renouveau des restitutions de biens culturels : les modes alternatifs de règlement des litiges », Journal du Droit International, 2, 32 p., disponible sur portal.unesco.org/culture/fr/files/39157/...Fr.../Cornu-Renold_Fr.pdf

El-Enany K. 2010. « Un carré de lin peint au musée de l’Agriculture du Caire (inv. 893) », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 110 : 35-45.

Top of page

Notes

1 Discours d’Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco, saluant l'adoption de la résolution 2199 (http://whc.unesco.org/fr/actualites/1236/).

2 Mésopotamie, carrefour des cultures. Grandes Heures des manuscrits irakiens (xiiie-xixe siècles), exposition aux Archives nationales, 20 mai-24 août 2015.

3 Créé par l’Unesco en 1978, le Comité intergouvernemental pour la promotion du retour de biens culturels à leur pays d’origine ou de leur restitution en cas d’appropriation illégale a pour fonction « de rechercher les voies et les moyens de faciliter les négociations bilatérales ».

4 RFI, 7 avril 2010 : http://www.rfi.fr/contenu/20100407-17-pays-veulent-recuperer-leurs-antiquites-dispersees-travers-le-monde

5 Après plusieurs explorations ponctuelles menées à partir du début du xixᵉ s. par divers savants, parmi lesquels Auguste Mariette et Gaston Maspero, la concession du site de Deir al-Medina est attribuée à l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) en 1917. À partir de 1922 et pendant une trentaine d’années, Bernard Bruyère (1879-1971) dégage les nécropole de l’ouest (1922-1933), et de l’est (1934-1935), le village (1932-1935), la station du col (1935), le temple et ses alentours (1939-1940) et finalement le « grand puits » (1949-1951). Ses cahiers de fouilles sont publiés en ligne sur la page des archives scientifiques de l’Ifao. Sur le carré de lin de Sen-nefer, voir http://www.ifao.egnet.net/bases/archives/bruyere/?sujet=Tombe inviolée 1159. Hormès. Sennefer.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Le « carré de lin » de Ta-nedjem. Toile de lin polychrome. Petites lacunes. Égypte, probablement Deir el-Médina, Nouvel Empire, fin de la XVIIIe dynastie. Provenance : ancienne collection Lucien Lépine, acquis à Gournah avant 1926. Paul Mallon, Paris, 1926. Ancienne collection de Mme Arthur Sachs, 1927. Jeanne Loviton, 1939.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3475/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Top of page

References

Bibliographical reference

Armelle Bonis, « Le patrimoine du Proche-Orient », Les nouvelles de l'archéologie, 144 | 2016, 32-34.

Electronic reference

Armelle Bonis, « Le patrimoine du Proche-Orient », Les nouvelles de l'archéologie [Online], 144 | 2016, Online since 25 August 2016, connection on 26 May 2017. URL : http://nda.revues.org/3475 ; DOI : 10.4000/nda.3475

Top of page

About the author

Armelle Bonis

Conseil départemental du Val-d’Oise
armelle.bonis@valdoise.fr

By this author

Top of page

Copyright

© FMSH

Top of page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org