Navigation – Plan du site
Dossier: Jean-Claude Gardin (1925-2015)

De la théorie à la pratique, les travaux de Jean-Claude Gardin en Asie centrale

Bertille Lyonnet
p. 21-24

Résumés

L’article relate une expérience personnelle de travail auprès de Jean-Claude Gardin en Afghanistan, d’une part lorsque celui-ci mettait en pratique ses théories de codification de la poterie sur le matériel céramique d’Aï Khanoum, et, d’autre part, lors d’une prospection en Bactriane orientale, lorsqu’il était en train d’élaborer Une archéologie théorique. Il montre le caractère méthodique et rigoureux de Jean-Claude Gardin et son efficacité sur le terrain.

Haut de page

Texte intégral

1Jean-Claude Gardin était un être profondément rationnel et un esprit critique. Très tôt adepte d’épistémologie, il s’est vite intéressé aux méthodologies, aux articulations du raisonnement et à la transmission des données. Enfant, il avait inventé avec son frère un langage qui, disait-il, fonctionnait bien. À défaut d’avoir inventé les chiffres ou les lettres, du moins s’est-il intéressé à leurs multiples combinaisons de façon à les faire parler dans un langage sobre mais immédiatement intelligible.

  • 1 Il critiqua lui-même cet ouvrage dans un compte rendu pour Syria sous le nom de P. Chevrier (1959). (...)

2Au risque d’en surprendre quelques-uns, Jean-Claude Gardin détestait l’archéologie. Plus précisément, il détestait l’absence d’organisation de la pensée chez bon nombre de ceux qui la pratiquent, ainsi que le caractère gratuit de la plupart des hypothèses qu’ils avancent et/ou l’absence de vérification possible. Il rejetait les modes qui avaient cours à l’époque où l’on faisait de brillantes démonstrations souvent sans véritable objectif ou sur des bases très fragiles. Il détestait les « savants » aux connaissances encyclopédiques, préférant toujours les têtes bien faites aux têtes bien pleines. Il ne supportait pas les heures passées à « lire » des ouvrages indigestes chargés de références pour n’en retirer finalement qu’une poignée de données pouvant certes être importantes, mais qu’un simple tableau aurait permis de mettre en évidence beaucoup plus rapidement. Tout ceci lui semblait un gâchis intellectuel et financier contre lequel il a lutté dès qu’il eut fini de faire son premier et unique exercice de style dans ce genre (Gardin 1957)1.

3Cette indépendance dans la pensée l’a conduit à s’investir très tôt dans l’archéologique théorique, le logicisme et l’intelligence artificielle, en précurseur de l’informatique appliquée à l’archéologie telle qu’on l’utilise aujourd’hui. Il n’a pas connu et aurait certainement apprécié certaines des pratiques maintenant habituelles depuis l’introduction des ordinateurs personnels, mais il en aurait sûrement critiqué les usages systématiques souvent menés sans aucune réflexion préalable.

4Les lignes qui suivent visent à montrer comment cet homme peu ordinaire se comportait sur le terrain, dans sa pratique avec l’archéologie.

Aï Khanoum

5Nous avons travaillé ensemble en Afghanistan, entre 1972 et 1982. Je n’étais au départ qu’une jeune amatrice de voyages, sans aucune ambition ni formation particulière en archéologie – sauf ma curiosité et des études universitaires polymorphes faites à Vincennes aux premières heures de son ouverture. Il était alors en train d’étudier la céramique d’Aï Khanoum, une cité hellénistique aux confins orientaux de la Bactriane, en Afghanistan, dont la fouille était dirigée par Paul Bernard.

6Cette étude faite sur le terrain était essentiellement typologique et mettait en pratique ce qu’il avait écrit près de vingt ans plus tôt dans son Code pour l’analyse des formes de poteries mais qu’il ne publia qu’alors (Gardin 1976). Il avait seulement besoin de petites mains et avait déjà trouvé celles de Dominique Liger. La première année, je n’ai fait que l’observer à distance. Il était impressionnant, voire un peu terrorisant. Dominique Liger n’ayant pu revenir ensuite pour des raisons personnelles, je me suis donc retrouvée par hasard à ses côtés alors qu’il était en train d’élaborer la typologie finale (Gardin & Lyonnet, 1976). Et ce fut absolument passionnant.

7Tous nos gestes étaient dictés par une organisation entièrement raisonnée. Un organigramme de travail réglait ce qui devait être fait de jour en jour. Aucune étape n’était laissée au hasard. Au contraire, chacune était rigoureusement réfléchie, mesurée, quantifiée et, finalement, contrôlée pour vérifier qu’elle aboutissait bien à un résultat valide. Tout était sujet à réflexion et je revois encore l’agitation fébrile de ses yeux allant de droite à gauche lorsqu’il essayait de mettre au point la meilleure méthode pour atteindre le but fixé.

8Mais sous l’aspect en apparence quasi militaire de cette organisation se cachait le plaisir de l’analyse. La logique même de la démarche en facilitait la compréhension et la réalisation. Tout semblait d’une simplicité déconcertante et devenait un jeu où chaque élément devait entrer dans la case appropriée. La méthode typologique arborescente qu’il avait mise au point permettait en quelques semaines de trier et décrire par des sigles facilement mémorisables des centaines de milliers de tessons, ce qui aurait pris quelques années avec une méthode descriptive traditionnelle. Il en a énoncé les grands principes dans Gardin 1973. Nos études des lots céramiques s’affichaient sous la forme de listes manuscrites de sigles correspondant à chacune des séries identifiées et à leur quantification. À la fin de chaque campagne, nous pouvions établir un tableau typo-chronologique donnant une chronologie relative du matériel. Lors de l’étude finale, huit phases successives avaient été déterminées. Seule la chronologie absolue n’en était pas encore assurée, dépendant, quant à elle, d’autres éléments de la fouille comme les inscriptions ou les monnaies.

9Une tentative d’exploitation de ces données, réécrites pour entrer sur des cartes perforées puisque les ordinateurs personnels n’existaient pas encore, n’a finalement pas abouti, et je n’en ai jamais connu les raisons. J’ai néanmoins pu vérifier récemment la facilité avec laquelle on peut exploiter ces listes lorsque j’ai dû reprendre les données manuscrites pour publier la céramique de l’un des chantiers d’Aï Khanoum (Lyonnet 2013).

10Pour des raisons dont bon nombre me sont obscures, Jean-Claude Gardin n’a finalement jamais publié la céramique d’Aï Khanoum si ce n’est dans de très brefs comptes rendus faits principalement à l’Académie des inscriptions et belles-lettres (voir la liste donnée dans Lyonnet 2013). L’une des raisons, néanmoins, était le temps qu’il consacra à l’organisation de la prospection en Bactriane orientale.

La prospection dans la plaine d’Aï Khanoum

11Dans les premières années où il était venu en Afghanistan rejoindre Daniel Schlumberger (Olivier-Hutard 1997), à la demande d’Henri Seyrig – le seul archéologue pour lequel il avait une réelle et totale admiration –, il avait participé à une prospection autour de Bactres organisée par Marc Le Berre, architecte de la Délégation archéologique française en Afghanistan (Dafa) pendant de longues années. Il en avait été visiblement très déçu, non seulement parce qu’il avait passé son temps à réparer le moteur de la voiture qu’ils utilisaient – une épave de la Croisière jaune –, mais aussi en raison du manque d’organisation, tant dans le choix des sites que dans la collecte des vestiges. Il était persuadé qu’on ne pouvait rien en tirer d’intéressant et rien ne fut publié de cette expédition. Toutefois, entre 1980 et 1982, prévoyant la fin prochaine de la Dafa en raison des événements politiques que connaissait le pays, Jean-Claude Gardin avait décidé que toutes les collections conservées à la Dafa depuis sa création devaient être étudiées avant d’être rendues aux autorités afghanes. Parmi elles se trouvaient quelques sacs de matériel recueilli par Marc Le Berre. Seules les datations obtenues grâce à leur analyse furent associées aux sites mentionnés dans le Gazetteer de W. Ball (1982).

12Par ailleurs, Jean-Claude Gardin ne cachait pas ses critiques quant aux sommes très conséquentes consacrées par le ministère des Affaires étrangères à la fouille de la ville hellénistique d’Aï Khanoum, même s’il reconnaissait l’importance historique de cette cité. Il considérait en effet nécessaire d’aborder aussi le contexte dans lequel elle s’inscrivait. Les découvertes faites au même moment par nos collègues soviétiques autour de Bactres, en particulier celles de sites de l’âge du Bronze dans l’oasis de Dashly (Sarianidi 1976), et l’ouverture qu’elles apportaient à l’histoire générale de la région alors que les fouilles de la ville homonyme commencées par Alfred Foucher et continuées par Daniel Schumberger n’avaient jamais pu les mettre au jour, le confortaient dans cette idée.

13Il obtint trois ans de crédits pour une opération de prospection dans la plaine qui jouxtait le site d’Aï Khanoum. Le but premier était de comprendre sur quelle base rurale et économique cette ville avait pu être créée à l’époque hellénistique. Tout invitait à penser que l’irrigation existait à la période grecque et des hypothèses avaient même été avancées quant à son origine dans la civilisation hellène. La zone à prospecter n’était pas très grande (200 km2), et seulement un tiers environ était alors irrigué et cultivé (coton et céréales principalement), laissant sur les deux autres tiers apparaître clairement toutes les traces anciennes d’occupation telles que sites, canaux et dérivations, et même anciens parcellaires.

14Là encore, il suivit une méthode rigoureuse. Il fit appel au géographe Pierre Gentelle pour comprendre les systèmes de canaux et de prises d’eau, se dota des meilleures cartes possibles (1/5 000), fit l’achat d’un véhicule tout-terrain (waz soviétique) auquel s’ajouta une jeep mise à disposition par P. Bernard. Sur ses indications, le waz, tel un bateau – car Jean-Claude Gardin était, aussi, un vrai marin –, fut agencé à l’intérieur par le menuisier de la Dafa de toute une série de rangements et, sur le toit, d’une galerie permettant à trois ou quatre personnes de s’installer. Outre Jean-Claude Gardin, Pierre Gentelle et moi-même, l’équipe de prospection comprenait Henri-Paul Francfort, un représentant des Antiquités, ainsi que deux jeunes Afghans du village d’Aï Khanoum servant d’hommes à tout faire. Pour compléter l’étude de la plaine, Jean-Claude Gardin fit aussi appel au pédologue Jean Trichet pour l’analyse et la datation des diverses couches de sédiments superficiels qui auraient pu masquer des occupations anciennes.

15Chaque soir, tel un stratège, il établissait d’après la carte un plan de la zone à prospecter et des sites à visiter. Toutes les anomalies et tous les tepe signalés par ces dernières, dont la précision était exceptionnelle, étaient inscrits au programme, même s’il ne faisait aucun doute que cette apparente « exhaustivité » n’était qu’une fiction. Pierre Gentelle suivait les canaux, Jean-Claude Gardin dessinait approximativement les contours de chacun des 349 sites visités et notait toutes les informations qu’il jugeait nécessaires pendant que le reste de notre petit groupe collectait systématiquement et en grande quantité toute la céramique qui était visible à leur surface.

16Une première analyse de cette dernière se faisait de retour au camp d’Aï Khanoum. Les principes de base de la typologie arborescente qui avaient été fixés pour la céramique d’Aï Khanoum étaient ici appliqués afin d’aboutir à des séries facilement identifiables et comparables à des données externes. Étant donné la quantité de tessons collectés et la très longue durée qu’ils couvraient, cette méthode s’est vite montrée exceptionnellement efficace. Une première approche comparative permettait d’obtenir quasi immédiatement une datation approximative par larges périodes, Bronze « B » (IIe millénaire), perse « P () » (Ier millénaire avant notre ère), grecque « G » (de la fin du ive au iie s. avant notre ère), kushane « K () » (du ier s. avant au viie s. après notre ère), islamique « I » (du viiie s. à nos jours). Vu l’ignorance totale dans laquelle on était sur l’histoire de la région, ces avancées étaient déjà considérables.

17Il devint clair assez vite que, contrairement aux suppositions initiales, l’irrigation n’était pas l’apanage des Grecs mais qu’elle existait avant leur arrivée dès l’époque perse « P », qui incluait la période achéménide mais la précédait aussi. Ce premier résultat enchantait Jean-Claude Gardin car, d’une part, il démontrait le bien-fondé de cette prospection et, d’autre part, il mettait à mal l’orientation helléno-centriste de la Dafa depuis sa fondation. La suite des investigations dans la plaine d’Aï Khanoum, dans les zones que l’irrigation contemporaine n’atteignait pas, nous fit découvrir un peu plus tard du matériel encore plus ancien, rattachable à la civilisation de l’Indus (âge du Bronze), une possibilité qui n’avait jamais été envisagée jusque-là. Jean-Claude Gardin me fit l’honneur de laisser mon seul nom sur le premier article qui parut à ce sujet (Lyonnet 1977). En trois campagnes (1974 à 1976) de recherches intensives dans cette petite plaine, la prospection apportait ainsi une multitude de données historiques entièrement nouvelles.

18Pour vérifier certaines de ces nouvelles informations et tenter de les préciser, il mit en place plusieurs fouilles-sondages sur les périodes les plus mal connues. Ce fut le cas du site 209, dénommé ensuite Shortughaï, pour éclairer l’intrusion harappéenne dans la région et dont la fouille fut confiée à Henri-Paul Francfort. Ce dernier ouvrit aussi un sondage sur le site 97, à proximité d’Aï Khanoum, en raison de la présence de tessons G et K afin de mieux comprendre la transition d’une période à l’autre, et sur le site 106 où avait été collectée de la céramique P et K. Marie-Hélène Pottier et Paul Bernard ouvraient, quant à eux, un sondage sur la butte 111 qui avait livré des tessons P. Dans presque tous les cas, la fouille a vérifié les trouvailles de surface.

  • 2 Dans sa note 366, l’auteur mentionne à bon droit une erreur manifeste de ma part concernant la data (...)

19Ainsi, la fouille de Shortughaï a pleinement confirmé la présence harappéenne dans la région, puis son évolution dans une culture à caractère plus local, même si elle conservait encore de nombreux traits indusiens (Francfort 1989). Comme nous l’avions observé aussi, le site avait été réoccupé à la période hellénistique. Le sondage 111, quant à lui, ne livra aucune trace d’architecture « P », mais de nombreux tessons et vases entiers de cette époque dont la présence n’a pas pu être expliquée. Le site avait-il été bouleversé par le creusement du canal hellénistique auprès duquel nous avions trouvé ces tessons ? Avait-on affaire à une zone funéraire, comme cela a récemment été proposé, puisqu’une tombe en jarre datée de la période hellénistique fut aussi trouvée lors du sondage? (Francfort 2013). La fouille du site 106, malgré une stratigraphie assez conséquente et la présence d’architecture, a confirmé les occupations P et K repérées par la prospection mais n’a pas pu nous éclairer davantage sur la chronologie absolue de ces deux longues périodes, et ce n’est que l’étude plus précise et postérieure de la céramique qui permit finalement de le faire (Francfort 2013). Il n’y a que pour le site 97 de la banlieue d’Aï Khanoum qu’on observe une certaine déviation entre les données de la prospection et celles du sondage, ce dernier ayant bien mis en évidence une occupation principalement G mais aussi quelques tessons P (peut-être à mettre au compte d’une occupation grecque proche de la conquête ?) et aucune trace de présence K (Francfort 2013)2.

La prospection en Bactriane orientale

20Le succès de cette prospection conduisit Jean-Claude Gardin à présenter immédiatement un nouveau projet à plus vaste échelle. Il concernait toutes les plaines de la Bactriane orientale (entre la rivière de Kunduz à l’ouest, le Badakhshan à l’est, l’Amu Darya au nord et l’Hindukush au sud). La différence d’échelle (surface estimée à 1 500 km2), tandis que le temps à y consacrer restait à peu près similaire (quatre ans), obligeait à opter pour une méthode différente et nécessairement beaucoup moins systématique, tant dans la recherche des sites que dans celle des canaux secondaires. Ajoutons ici que les aléas de la politique contemporaine ont finalement réduit notre temps de prospection à deux campagnes (1977-1978), l’étude du matériel collecté ayant néanmoins pu se poursuivre à Kabul en 1979 et 1980. L’analyse des données obtenues lors de la prospection de la plaine d’Aï Khanoum montrait le chemin à suivre. C’est donc une prospection fondée sur des choix entièrement raisonnés et minimalistes qui fut alors menée : nous devions partir des canaux encore visibles et les dater par un certain nombre de sites trouvés à proximité sans chercher, cette fois-ci, à les visiter tous. Au total, 474 sites firent l’objet de cette prospection élargie et une nouvelle page de l’histoire de la région fut ouverte avec la découverte de sites chalcolithiques dans la région de Taluqan (Lyonnet 1981). Toutes ces recherches, depuis les objectifs jusqu’à la publication, se sont faites parallèlement aux principes que Jean-Claude Gardin était en train d’énoncer dans Une archéologie théorique qu’il écrivait au même moment (Gardin 1979), pour lequel elles servaient d’expérimentation.

  • 3 Par exemple, la confirmation de la datation des sites chalcolithiques de Taluqan avec la découverte (...)
  • 4 Outre qu’il s’agissait de séries de tessons et donc d’un nombre plus important d’attestations que J (...)

21Il n’y a pas lieu de donner ici les résultats de ces travaux publiés dans trois volumes successifs (Gentelle 1989 ; Lyonnet 1997 ; Gardin 1998). Malgré toutes les limites ou lacunes inhérentes à ce type de recherches sur des matériaux de surface, qu’on est en droit de souligner et dont Jean-Claude Gardin lui-même fait longuement état dans son volume, ces deux prospections combinées ont considérablement fait avancer notre connaissance de cette partie de l’Asie centrale. Certaines hypothèses que j’avais avancées dans le volume 2 ont été confirmées3, d’autres restent toujours en suspens, comme la division de la longue période P et la répartition chronologique exacte des séries qu’on lui attribue, malgré un nombre non négligeable de fouilles faites depuis. Jean-Claude Gardin, quant à lui, avait cru bon de critiquer « ma hardiesse dans les constructions » que j’avais proposées, fondées seulement, dans quelques cas, sur quelques tessons4, et il avait opté pour brosser des questions d’histoire générale sur des bases chronologiques plus larges. La question de savoir s’il est préférable d’avoir une base quantitative large mais une approche qualitative (ici chrono-historique) grossière plutôt que l’inverse reste, à mon avis, posée.

22Quelles que soient les critiques que moi-même ou d’autres ont formulées sur les propres constructions historiques de Jean-Claude Gardin, il reste que son école de rigueur, de méthode et de logique, ainsi que son insistance sur la nécessité de réviser la forme des publications de façon à les rendre facilement consultables sont toujours profondément d’actualité.

Haut de page

Notes

1 Il critiqua lui-même cet ouvrage dans un compte rendu pour Syria sous le nom de P. Chevrier (1959). Toutes les formulations de fond et de forme sur l’écriture archéologique qu’il a publiées par la suite y sont déjà présentes.

2 Dans sa note 366, l’auteur mentionne à bon droit une erreur manifeste de ma part concernant la datation initiale du site d’après les tessons collectés lors de la prospection. Sur nos notes par sites, celle-ci n’est effectivement que G et K. Néanmoins, la fouille du site a bel et bien livré quelques tessons P, même s’ils ne sont pas mentionnés dans les publications qui ont suivi.

3 Par exemple, la confirmation de la datation des sites chalcolithiques de Taluqan avec la découverte de Sarazm, et celle de la date de Kanishka autour de 128 de notre ère que j’avais proposée dans le volume 2.

4 Outre qu’il s’agissait de séries de tessons et donc d’un nombre plus important d’attestations que Jean-Claude Gardin voulait bien le dire, j’ai toujours reconnu, lorsque tel était le cas, la faiblesse de certaines propositions que j’avançais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertille Lyonnet, « De la théorie à la pratique, les travaux de Jean-Claude Gardin en Asie centrale », Les nouvelles de l'archéologie, 144 | 2016, 21-24.

Référence électronique

Bertille Lyonnet, « De la théorie à la pratique, les travaux de Jean-Claude Gardin en Asie centrale », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 144 | 2016, mis en ligne le 25 août 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/3468 ; DOI : 10.4000/nda.3468

Haut de page

Auteur

Bertille Lyonnet

Cnrs, Umr 7192, Paris,
blyonnet@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org