Navigation – Plan du site
Dossier: Jean-Claude Gardin (1925-2015)

Jean-Claude Gardin et les stratégies de recherche en archéologie

Alain Gallay
p. 14-21

Résumé

L’article présente le cours dispensé par Jean-Claude Gardin en 1978 à l’Université de Genève et montre comment l’expérience acquise lors des prospections menées en Bactriane en Afghanistan est à la base des réflexions présentées dans cet enseignement qui, curieusement, n’a donné lieu à aucune publication.

Haut de page

Texte intégral

1En 1978, Jean-Claude Gardin donnait à Genève un cours sur « Les stratégies de recherches en archéologie », faisant suite à un enseignement consacré à « L’archéologie théorique » dispensé l’année précédente. Contrairement à celui-ci, qui est à l’origine de son livre

  • 1 Ce cours est en voie de publication : Gardin & Gallay à paraître.

2Une archéologie théorique1 (Gardin 1979), celui sur les stratégies de recherches n’a donné lieu à aucune publication spécifique.

3Cet article a été rédigé à partir des notes prises lors de cet enseignement, notes que nous avons beaucoup utilisées dans nos propres cours. Les recherches, notamment les prospections menées en Bactriane par Jean-Claude Gardin, en constituent le fondement.

4La thèse principale tient en deux propositions :

5- Les stratégies de recherche occupent encore fort peu de place dans la conduite des affaires de l’archéologie ; il pourrait être instructif de réfléchir à la rationalité des décisions prises de façon plus ou moins consciente à toutes les étapes de nos constructions.

6- Cette réflexion ne doit en aucune manière passer pour une défense inconditionnelle de la rationalité dans les choix des objectifs, des sujets et des méthodes, l’archéologie sans grand souci stratégique étant,

7sous certaines conditions, acceptable.

8Cet enseignement a en effet eu de profondes répercussions sur notre propre pratique de la discipline. Nous avions fouillé la nécropole du Petit-Chasseur (Valais, Suisse) en nous référant à l’enseignement d’André Leroi-Gourhan quant à l’« exhaustivité » nécessaire des observations (Gallay 2011). Les fouilles de sauvetage entreprises entre 1973 et 1981 sur le site très difficile de Rances (Vaud, Suisse) ont été pour nous l’occasion de remettre en question ce dogme en suivant l’enseignement de Jean-Claude Gardin à travers la limitation nécessaire des questions à poser et la recherche de réponses stratégiques adéquates (Gallay 2009). Cette reconversion s’est achevée à l’occasion de nos fouilles au Sénégal, en 1980-1981, sur le site mégalithique de Santhiou Kohel (Gallay à paraître), puis de nos recherches ethnoarchéologiques dans la Boucle du Niger (Gallay 2012).

L’engagement de Jean-Claude Gardin en Afghanistan

9Jean-Claude Gardin s'engage dans la

10France libre en septembre 1940, alors qu'il n'a que quinze ans, et il passe la guerre dans la marine sur la frégate La Combattante où il est promu Enseigne de vaisseau. Le navire coule sur une mine en mer du Nord en 1945. Il n’était probablement plus à son bord à ce moment-là. Démobilisé, il poursuit des études en Angleterre et obtient un diplôme de la London School of Economics.

11Jean-Claude Gardin se retrouve alors au Liban. Il y fait la connaissance d’Henri Seyrig, directeur de l'Institut français d'archéologie du Proche-Orient (I

12fapo) de 1946 à 1967. Celui-ci l’envoie en Afghanistan où il devient membre de la Délégation archéologique française en Afghanistan (Dafa) de 1952 à 1954.

13Marc Le Berre, architecte à la Délégation, avait conduit une prospection aux environs de Bactres à l’occasion de la reprise des fouilles du site en 1947-1948. En 1952, Jean-Claude Gardin l’accompagne dans une seconde mission de prospection plus ambitieuse, de Mazar-i Sharif à Hérat et Kandahar. Cette première expérience soulève chez lui des interrogations sur les stratégies à adopter face à la masse souvent considérable des vestiges et informations collectées. Dès cette date, il pose un certain nombre de questions théoriques à propos des méthodes traditionnelles d’interprétation des documents. Le concept de stratégie est né.

14En 1955, Jean-Claude Gardin retourne à l’Institut français d’archéologie

15de Beyrouth pour étudier en bibliothèque les collections de céramiques et de monnaies exhumées par la Dafa. Cet exercice ne lui plaît pourtant guère et il se dit prêt à abandonner l’archéologie. Il se verrait bien diriger le fonctionnement du port de Beyrouth. Henri Seyrig lui demande alors de coucher par écrit les raisons techniques de sa volonté de démission (Olivier-Utard 2003). C’est à la suite à cette expérience que naît en 1959 le Centre d’analyse documentaire pour l’archéologie, devenu par la suite l’unité de recherche associée n° 10 du Centre de recherches archéologiques (Cra), unité de recherche créée par le Cnrs en 1970.

16De 1965 à 1974, les archéologues français travaillant en Afghanistan vont se consacrer presque exclusivement à la grande fouille du site hellénistique d’Aï Khanoum. Jean-Claude Gardin y est appelé pour mettre en application ses méthodes de classification de la céramique, les fouilles livrant des tessons par milliers. À partir de 1974, il remet néanmoins en cause une démarche monopolistique uniquement centrée sur le dégagement de la ville et propose d’organiser des prospections afin de désenclaver la vision strictement hellénistique et urbaine des archéologues.

17Dans la préface du livre de Philippe Kohl (1983), il explique les divergences de point de vue qui l’opposent aux archéologues d’Aï Khanoum:

« Nous regrettions l’un et l’autre la priorité plus ou moins consciente que l’on avait accordée à l’étude de sites ou de monuments peu nombreux, certes spectaculaires […], mais dont la somme ne constituait pas une base convenable pour reconstruire l’histoire des sociétés qui se sont succédé sur le territoire de l’Afghanistan, depuis l’âge de la pierre jusqu’aux temps modernes »

(Olivier-Utard 2003 : 277).

18En 1974, l’équipe formée pour la circonstance comprend, outre Jean-Claude Gardin et des collaborateurs afghans, un géographe, Pierre Gentelle, un archéologue fouillant alors à Aï Khanoum, Henri-Paul Francfort, directeur adjoint de la Dafa depuis 1972, et sa collaboratrice pour l’étude de la céramique, Bertille Lyonnet.

19Le programme de cette première phase (1974-1976) est d’abord l’étude des vestiges de surface, peu spectaculaires mais fort nombreux, que l’on observe au voisinage de la ville hellénistique d’Aï Khanoum dans la plaine de Dasht-i Qala. La stratégie est conçue pour éviter les distorsions dues aux facteurs environnementaux et pour rendre comparables les résultats obtenus dans les différentes zones prospectées (Gardin 1998).

201. Accorder son attention respectivement à l’étude des vestiges d’habitat et au repérage des buttes de canaux, car la destruction affecte plus les sites de petite taille que les canaux. Ces aménagements sont considérés comme des indicateurs plus résistants de l’activité humaine que les vestiges ponctuels d’habitat.

212. Cette démarche découle d’un postulat, l’irrigation artificielle étant une condition nécessaire du peuplement dans les zones éloignées des fleuves.

223. Les archéologues disposent d’une bonne séquence céramique pour dater les vestiges.

234. Il suffit donc d’un petit nombre de sites voisins d’un canal donné, et de quelques tessons récoltés sur ces sites, pour fonder des attributions assez larges (Bronze, Fer, Hellénistique, Achéménide, etc.).

245. On se concentre prioritairement sur une restitution des canaux en recherchant les tracés d’aval vers l’amont et en tenant compte des contraintes topographiques selon l’hypothèse d’une stabilité tectonique holocène.

25Entre 1977 et 1978, la prospection s’étend aux régions aval du Haut-Tokharestan. La zone, beaucoup plus étendue, doit être explorée plus rapidement. On renonce à certaines observations longuement recherchées dans la première phase (tracés des canaux secondaires, vision en coupe des canaux) en se limitant aux seuls sites permettant de dater les canaux. La reconstitution des canaux primaires et leur datation sont devenues prioritaires ; le nombre des sites visités au kilomètre carré est environ six fois moindre (Gardin 1998 : 12-13). Le tableau 1 résume ces différences.

Tab. 1.

Prospection 1974-1976

Prospection 1977-1978

Superficie des aires prospectées

200 km2

1500 km2

Nombre de sites

349

474

Canaux anciens primaires

(en km linéaires)

80 km

800 km

Canaux anciens secondaires

120 km

-

Coupes sur canaux

10

.-

Extension comparée des explorations conduites respectivement dans la plaine de Dasht-i Qala en 1974-1976 et dans le reste de la Bactriane orientale en 1977 et 1978

(Gardin 1998 : tab. 1).

26Le travail mené dans le cadre de l’Unité de recherche archéologique n° 10 du Centre de recherche archéologique aura complètement renouvelé la manière dont les archéologues français concevaient l’archéologie de l’Asie centrale.

27- La fouille des villes et des monuments les plus spectaculaires est replacée dans un cadre géographique élargi qui tient compte des établissements plus modestes et des ouvrages hydrauliques. En effet, l’irrigation permet à elle seule des peuplements ponctuellement importants dans cette région aride. Villes et campagnes sont intégrées dans un tout et forment désormais un système.

28- On se place dans le temps long de l’histoire des peuplements qui assure une compréhension en profondeur de la spécificité de chaque période.

29- L’histoire des hommes et des civilisations est replacée dans le cadre de l’évolution climatique et géomorphologique de la région. Cette approche relève moins de la croyance en un déterminisme climatique de l’histoire sur le court terme que d’une question de critique des sources. Elle permet d’évaluer la pertinence des vestiges conservés et repérables par les archéologues face aux questions historiques posées.

30- On attache une attention particulière à certaines catégories d’objets, non en fonction de leur valeur artistique et/ou de leur caractère spectaculaire, mais en fonction de ce qu’ils peuvent raconter de l’histoire des hommes. Dans cette optique, la céramique constitue un marqueur de choix permettant l’établissement d’une chronologie de référence. L’objet n’est pas analysé en tant que tel mais comme signe pertinent face à certaines questions posées. Dans ce contexte, le tri du matériel, les procédures de rejet de ce qui est considéré comme non pertinent et la façon de décrire l’ensemble sont au centre des réflexions.

31- Les questions posées au passé sont confrontées aux conditions de vie des populations actuelles, dans une vision ethnoarchéologique certes limitée mais strictement orientée par les questions de la problématique archéologique.

32- La fouille du site de Shortugaï, découvert lors de la première phase de prospection et fouillé par Henri-Paul Francfort, constitue l’une des retombées les plus spectaculaires de la prospection, avec la découverte du rôle clé de la civilisation harappéenne dans le développement des compétences locales concernant l’irrigation.

33- Enfin, sur le plan stratégique, la question du rendement des travaux pour atteindre la connaissance est constamment posée. La formulation de questions précises, couplée à un investissement technique et humain limité, permet à elle seule de développer des programmes de recherches pertinents et rentables aboutissant à des résultats importants, tout en préservant le patrimoine archéologique.

34La publication finale des travaux entrepris dans la plaine d’Aï Khanoum et le Haut-Tokharestan comprend trois volumes répondant aux objectifs des prospections : le premier concerne la paléogéographie et les canaux d’irrigation (Gentelle 1989), le deuxième traite de la céramique et de l’histoire du peuplement (Lyonnet 1997), le troisième dresse la synthèse générale et l’inventaire des sites (Gardin 1998). Un quatrième est consacré aux fouilles de Shortugaï (Francfort 1989).

35Dans le troisième volume, Jean-Claude Gardin publie un inventaire des sites identifiés et des cartes des diverses prospections, ainsi que des zones potentiellement irriguées pour chacune des grandes périodes de l’histoire de la Bactriane. Il évoque également les problèmes posés par la publication des données et montre comment une construction logiciste permet de réduire la taille des énoncés tout en en facilitant la lecture. Cette schématisation comporte trois étapes. La première porte sur la mobilisation des informations de la base de données (construction compilatoire Cc), la deuxième regroupe ces informations par période (construction typologique Ct), la troisième brosse un tableau à la fois historique et politique de la Bactriane orientale (construction explicative Ce).

Étape I, base de données (Cc)

36Un grand nombre d’éléments descriptifs récoltés sur le terrain sont laissés de côté. Sont conservés essentiellement : 1. les périodes d’activité attribuées aux sites de la zone, 2. la restitution des systèmes d’irrigation anciens et des époques de leur fonctionnement, fondées sur les attributions des sites voisins, 3. les cartes récapitulatives de ces données, qui jouent un rôle fondamental dans la construction, 4. quant aux sites eux-mêmes, la base de données n’en retient qu’un très petit nombre pour les inférences tirées de leur structure (ex. : sites fortifiés) ou de leur situation (ex. : en bordure de rivière, sur les piémonts, etc.).

Étape II, synopsis par périodes (Ct)

37Les propositions avancées à ce stade de l’interprétation intéressent l’ensemble du territoire prospecté ; elles s’appuient sur les conclusions de l’étape I qu’elles intègrent dans un cadre géographique plus large. Ce changement d’échelle spatiale fait apparaître des phénomènes nouveaux que l’on interprète en mobilisant à l’occasion des données de base jusqu’alors inemployées. Celles-ci sont de deux sortes : 1. des observations de terrain, comme par exemple les situations relatives des régions mises en valeur à l’époque kushane qui conduisent à caractériser cette expansion comme une sorte de (mini) conquête de l’Ouest avec ses raisons propres, 2. des données externes tirées du savoir historique tenu pour établi ou de présuppositions personnelles touchant toute espèce de sujets.

Étape III, l’irrigation et ses corollaires socio-politiques (Ce)

38À ce stade, on cherche à dégager certains traits de l’histoire régionale, observables sur des périodes considérées jusque-là séparément, en s’appuyant sur des éléments de la base de données jusqu’alors inemployés. Et l’on s’attache à replacer cette histoire dans le cadre plus général de celle des régions voisines en Asie centrale. On doit, d’une part, justifier la valeur cognitive des visions dites de longue durée (environ 4 000 ans) et, d’autre part, nuancer les conclusions relatives à la Bactriane orientale par des références à l’archéologie de l’Asie centrale.

39La prospection de la Bactriane orientale a été un succès sur le plan de la progression des connaissances historiques. Sur le plan formel, elle a permis, à travers une expérience concrète, de donner un contenu à la notion de stratégie de recherche et de jeter les premières bases de ce que sera le logicisme. Cette expérience est à la base du cours donné en 1978.

Le cours sur les stratégies de recherches 1978 : recherche d’une écologie de l’esprit

40En insistant constamment sur l’importance de la réflexion dans la conduite des affaires archéologiques, Jean-Claude Gardin développe une écologie de l’esprit très en avance sur son temps, qui anticipe parfaitement l’esprit « écologique » actuel. Comment ne pas situer en effet cette économie de l’esprit, au sens propre et au sens figuré, et cette aversion pour les méthodologies « lourdes », dans les préoccupations actuelles portant sur les énergies « douces », des préoccupations qui se sont pourtant jusqu’à présent si peu aventurées sur les terrains explorés ici par Jean-Claude Gardin ?

41Commençons par reproduire l’introduction au cours telle que l’a rédigée son auteur pour les étudiants:

« Par "stratégie de recherche", on entend dans un sens volontairement large toute espèce d’argumentation proposée par l’archéologue pour justifier les partis qu’il adopte dans l’observation et dans l’interprétation des matériaux, en vue d’atteindre des objectifs déterminés. Le choix de ces objectifs peut cependant être considéré aussi comme un problème de stratégie, de même que cette option plus massive encore, entre l’archéologie et d’autres formes d’activité, qui s’est offerte au moins une fois à chacun de nous. Partis, choix, options, ce sont effectivement aux problèmes de décision en général que l’on s’intéresse, à quelque moment qu’ils se manifestent dans le comportement de l’archéologue, et l’on ne cherchera pas à distinguer, selon l’usage, le plan de la stratégie et celui de la tactique, en fonction du niveau ou de l’objet de la décision.

La thèse principale du séminaire tient en deux propositions :

- La première est que les stratégies de recherche, dans le sens ci-dessus, occupent encore fort peu de place dans la conduite des affaires de l’archéologie, et qu’il pourrait être instructif de réfléchir à la rationalité des décisions prises, de façon plus ou moins consciente, à toutes les étapes de nos "constructions", au sens où nous avons défini celles-ci lors du précédent séminaire à Genève en 1977 (Gardin 1979).

- La seconde est que cette réflexion ne doit en aucune manière passer pour une défense inconditionnelle de la rationalité, dans le choix des objectifs, des sujets et des méthodes de la recherche archéologique : son intérêt majeur pourrait être au contraire de faire apparaître, ici comme ailleurs, les inconvénients de l’esprit de système poussé à l’extrême, et les raisons que l’on a de s’accommoder fort bien d’une archéologie sans grand souci stratégique, sous certaines conditions qui ne se confondent cependant pas avec le statu quo.

Les types de situations que nous considérerons pour établir la double thèse ci-dessus sont au nombre de quatre – à savoir, dans un ordre qui va en gros des plus élémentaires aux plus complexes :

- les pratiques d’enregistrement et d’archivage,

- les procédures d’échantillonnage, mathématiques ou non ("ou non" :

cf. les démarches dites de purposive sampling définies par George L. Cowgill),

- la place faite aux méthodes "lourdes" dans un nombre croissant de programmes de recherches (analyse en laboratoire, informatique, etc.),

- le choix des espaces, sites ou monuments soumis à l’exploration archéologique et leurs justifications. » (Gardin inédit)

42Tentons de résumer maintenant les grandes lignes du cours en conservant les dénominations des divers chapitres.

Définition du sujet

Qu’est-ce qu’une stratégie ?

43La définition d’une stratégie de recherche pourrait être la suivante :

44« Étude des (non-)savoir-faire des archéologues dans les modalités des actions archéologiques visant des objectifs déterminés jugés être des points décisifs, compte tenu des moyens disponibles. »

45Ces termes épuisent complètement le contenu du cours. Ce qui nous intéresse concerne les choix à opérer au niveau des divers termes. Nous devons introduire le terme de « rationalité » qui va guider notre réflexion. On vise une rationalité accrue, à défaut de rationalité totale, position totalement utopique.

Stratégie et tactique

46La distinction entre stratégie et tactique est une distinction relative qu’il n’est pas utile de retenir ici, car il peut y avoir une hiérarchie d’objectifs qui s’impose progressivement à l’archéologue au cours d’une même recherche.

47Les modalités de l’action archéologique se réfèrent au comportement de l’archéologue par rapport aux points 1 à 6 de la figure 1, soit aux différentes étapes d’une construction archéologique impliquant définition des objectifs (1), constitution du corpus (2), description (3), ordination (4), interprétation (5) et validation (6).

Fig. 1

Fig. 1

Modalités des actions archéologiques par rapport aux étapes 1 à 6 d’une construction

(schéma J.-C. Gardin).

48La définition des objectifs constitue, à ce niveau de la démonstration, une question essentielle. Trois niveaux sont à distinguer :

49- Niveau 1. Choix des objectifs au niveau politique : convient-il dans tel ou tel contexte politique

50sensu lato de faire de la recherche archéologique ?

51- Niveau 2. Choix des objectifs au niveau de la politique scientifique : convient-il de procéder à une recherche scientifique pure ou de subordonner ses actions à des contraintes extérieures (sauvegarde patrimoniale, développement touristique, visées nationalistes des pays d’accueil, stratégie politique du pays mandataire, etc.) ?

52- Niveau 3. Choix des objectifs au niveau de la politique archéologique dans la perspective d’une progression des connaissances.

53La stratégie concerne donc la rationalité des choix relatifs aux objectifs et aux modalités des actions archéologiques, compte tenu des moyens disponibles, et ceci dans le cadre d’une idéologie de la science (niveau 3).

Stratégies d’enregistrement et d’archivage

54L’enregistrement est le passage d’un amas de perceptions à une première formulation par la constitution d’un premier stock Ei. Nous passons de données perceptuelles à un système de signes. La symbolisation peut prendre trois formes : formulation en langage naturel (LN), formulation en langage scientifique (LS), formulation en langage documentaire (LD) (fig. 2).

55L’archivage, qui suit l’enregistrement, concerne toute organisation des produits de l’enregistrement destinée à stocker le matériel en vue des études ultérieures. On postule donc une séquence « enregistrement (O

56E) – archivage (OA) » dans laquelle l’archivage n’est qu’une réorganisation de l’enregistrement avec une autre finalité, celle des études ultérieures. Il est évident que l’entrée OE du système est une entrée chronologique, avec toute l’influence que cela suppose sur les systèmes symboliques d’enregistrement utilisés, qui sont amenés à se transformer au fur et à mesure de la progression des connaissances de terrain. Sur ce continuum, la rupture E/A se situe à un point précis lorsqu’on change de finalité.

Fig. 2

Fig. 2

Relations entre enregistrement et archivage : une vue synthétique tenant compte de données référentielles externes

(schéma J.-C. Gardin).

La question des notations circonstancielles

57L’enregistrement comprend deux systèmes de notations, circonstancielles U (pour Umgebung, le contexte de découverte) et substantielles V (pour vestiges).

58La question devient alors : que fait-on des propositions U et V dans un système d’archivage ?

59L’archivage organise l’information de façon à rendre les données accessibles à l’étude ; il génère donc une organisation interne différente de l’organisation d’entrée. On produit des tables, des index, etc., en deux mots, on fabrique des archives. On peut déceler dans ce cadre quatre questions à traiter.

L’opposition E/A par rapport à la construction ultérieure (1)

60Cette question concerne la stratégie de prise en compte des observations par rapport à l’étude proposée. On peut distinguer deux types de stratégies situées aux deux extrémités d’un continuum :

61- dans une stratégie de type A (S0), on se donne pour tâche de noter l’ensemble de ce qui va alimenter toutes les études ultérieures,

62- à l’autre extrême, dans une stratégie de type B (S1), les observations sont orientées uniquement en direction d’une seule construction déjà engrammée.

63D’une manière générale, il convient de toujours se placer dans la perspective de type B. Mais il ne semble pas déraisonnable de prendre en compte certaines informations « parasites » autour du point S1 de la stratégie B orientée ou unitaire. La question qui se pose alors est de savoir comment se situer sur le vecteur x {S1 – S0}. Il n’y a aucune réponse claire à cette question car ces informations « au cas où » sont toujours jugées inadéquates et tronquées dans la perspective d’études ultérieures non prévues initialement.

Le problème de la limite entre l’enregistrement et l’archivage ou comment trouver un comportement optimal (2)

64Lors de l’enregistrement (lavage, marquage, stockage, etc.), les données sont prises en compte de façon séquentielle au fur et à mesure des recherches. L’archivage nécessite par contre une (re)mise en ordre des mêmes informations de manière à ce que les données enregistrées soient plus facilement accessibles. Si l’on veut donner une base rationnelle à E par rapport à A, il faut et il suffit de se limiter aux seules données auxquelles on ne pourra pas retourner lors de l’archivage, c’est-à-dire aux données U collectées sur le terrain.

L’organisation optimale de E en fonction de 1 et 2

65L’ordre des opérations d’enregistrement peut être conçu de diverses manières mais donne toujours lieu à d’importants rejets. Ces derniers peuvent intervenir lors des opérations d’enregistrement (choix de ne pas enregistrer), de manière accidentelle entre deux opérations (perte ou destruction de matériels ou d’informations), ou encore résulter de tris volontaires (abandon, mise au rebut).

L’organisation optimale de A en fonction de 1 et 2

66Esquisser une chaîne d’archivage, c’est distinguer trois catégories d’opérations :

67- les opérations D de description sur des éléments d’enregistrement,

68- les opérations G de symbolisme graphique, c'est-à-dire le dessin du matériel,

69- les opérations C de classement, soit l’archivage des données en fonction de l’étude proposée.

70L’ordre des opérations permet d’envisager plusieurs séquences possibles DGC, CDG, GCD. On trouve des exemples de toutes les combinaisons trois à trois de ces trois types d’opérations. On peut dès lors tenter de trouver un ordre optimal en fonction de la construction proposée. La meilleure stratégie consiste à donner la priorité aux opérations de classement (C) sur les opérations de description (D) et de dessin (G).

Place des méthodes lourdes en archéologie

71L’archéologie a développé récemment toute une série de méthodes lourdes nécessitant des investissements techniques et financiers considérables, souvent justifiés au niveau politique par leur caractère "scientifique" censé entraîner de grands progrès dans les connaissances (résistivité électrique, datations physico-chimiques, analyses de données, simulations, banques de données informatisées, publications exhaustives, etc.). Toutes ces méthodes ont un point commun, elles nécessitent de très gros investissements avant que l’on puisse disposer de résultats utilisables scientifiquement : investissement en matière grise, investissement en instrumentation matérielle, investissement en temps "opérateur" dans des tâches de faible niveau intellectuel. Ces investissements se justifient-ils ?

La prospection

72La prospection fournit essentiellement des données de type G (géométriques), soit des localisations, des plans de site, des formes de monuments, etc. Elle ne procure que très peu d’informations sur P (propriétés physiques du corpus), ou à des niveaux très sommaires. Elle est en revanche totalement muette sur d’éventuelles données extrinsèques E des objets identifiés, concernant L (le lieu), T (le temps) et F (la fonction). L’intérêt d’une méthode de prospection lourde est essentiellement lié à la qualité de l’information G obtenue. Est-ce que ces informations valent le prix qu’elles coûtent ?

73Est-il raisonnable par exemple d’utiliser la photographie aérienne dans les régions lœssiques d’Asie centrale pour déceler des tépés (buttes d’habitats), méthode habituellement considérée comme plus rapide qu’une prospection par cheminements au sol ? Dans ces régions, l’utilisation de cette méthode lourde de prospection n’a aucun intérêt car on ne peut rien dire des points identifiés (sans références T et F), et ceci à plus forte raison lorsque l’on sait que la couverture lœssique peut avoir obturé nombre de sites.

Méthodes lourdes de représentation

74On a beaucoup parlé de la saisie automatique des formes de poteries couplée avec un enregistrement sur ordinateur (Ankel 1969 ; Gunlach 1969). Les arguments avancés en faveur de cette méthode seraient l’accélération de l’enregistrement, le caractère « objectif » du relevé, des formes numérisées plus faciles à manipuler sur machine que les dessins et les photos. Ce type d’enregistrement serait également plus adapté à la construction de typologies automatiques. Le problème est que l’on ne sait pas comment traiter l’information recueillie de cette manière au plan cognitif.

Analyse des constituants des matériaux

75L’argument avancé est que l’on peut inférer des informations archéologiques extrinsèques de type L, T ou F de l’analyse des informations P, physiques.

76Mais on constate que les produits d’une méthode lourde ne sont pas ceux de la méthodologie instrumentale, mais ceux des informations archéologiques que l’on peut associer aux résultats. Il faut donc d’abord s’occuper de cette question avant de se lancer dans des expériences longues et coûteuses.

Méthodes de datation

77L’archéologie traditionnelle vit sur l’idée que mettre des dates sur des vestiges est un objectif en soi, alors que la plupart du temps, on n’a rien à dire sur ces dates. Si on avait investi au niveau strictement archéologique autant d’argent que pour les méthodes lourdes, on aurait depuis longtemps atteint un niveau de précision beaucoup plus grand. Il faut donc abandonner le détour par les sciences exactes pour développer des méthodes proprement archéologiques qui soient exactes.

Méthodes de documentation

78L’aspect lourd des méthodes de documentation est lié à l’établissement de réseaux de données sur ordinateur. Tous ces systèmes ont en commun certains a priori :

79- les données descriptives retenues sont des données naturelles,

80- ces données ne sont pas liées à des théories déterminées,

81- étant donné le désordre régnant dans la littérature savante, autant donner une description « neutre » de la réalité,

82- il existe donc une catalyse continue des données ETIC vers les données EMIC.

83On prend conscience aujourd’hui du caractère erroné de ce postulat. Les inventaires fins sont en effet détruits par leur propre masse. Il n’y a pas d’utilisateurs pour des montages de ce type ; il convient donc de changer d’optique. Les banques de données doivent être le reflet des théories existantes et ne peuvent contenir que les traits distinctifs en vigueur au moment de la recherche.

Méthodes de formalisation

84Ces méthodes font appel à des investissements en matière grise : méthodes statistiques, méthodes logiques, méthodes de simulation.

85- Avant d’engager des méthodes lourdes, il ne faut pas se poser la question de la quantité de mesures qu’elles autoriseront mais du sens qu’elles permettront de générer.

86- Une fois l’intérêt d’une méthode lourde établie, il faut rechercher s’il n’existe pas de méthode plus légère pour parvenir au même résultat.

87- La recherche d’alternatives douces pose la question de l’archéologie comme science coûteuse et de la raison pour laquelle elle n’est pas scientifique, dans la mesure où les descriptions ne sont pas en adéquation avec des objectifs clairement définis.

Procédures d’échantillonnage

Définition de l’échantillonnage

88La question des procédures d’échantillonnage se pose après l’utilisation des méthodes lourdes lorsqu’elles aboutissent à une avalanche de données, difficile sinon impossible à maîtriser. Rappelons une condition d’application : l’échantillonnage vise à réduire la quantité des données à étudier selon la séquence :

89Données observables  E (échantillonnage)  Données étudiées

90Cette partie est essentiellement consacrée à l’analyse de certains articles du livre de J. Mueller, Sampling in archaeology (1975). Tous les problèmes liés à l’échantillonnage sont posés par (et non « dans ») ce livre, auquel il convient d’accorder une attention particulière.

91On note que tous les auteurs mettent en avant les procédures statistiques comme essentielles alors que, pour tous, la sélection opère en deux temps, le premier recourant à une structuration de type logique, le second – subordonné au précédent – appelant à une démarche statistique. Tous les auteurs reculent donc le plus possible le moment auquel faire intervenir la statistique. Il convient donc de se placer dans la perspective avancée par George L. Cowgill, l’un des rares contributeurs du livre à avoir une compréhension correcte du problème posé :

92« There is little question that purposive selection is preferable to sampling whenever selection is feasible, sufficient for one’s research objectives, an not wasteful. » (Cowgill 1975 : 260).

93La sélection raisonnée est préférable à l’échantillonnage toutes les fois où elle est : 1. praticable, 2. suffisante par rapport aux objectifs, 3. économique.

Définition des objectifs

94La défense des objectifs retenus n’occupe aucune place dans la littérature classique, qui ne développe aucune réflexion sur le choix qui a présidé à leur définition ou propose des justifications sans intérêt comme :

95- le site ou le monument est riche, il présente un matériel abondant,

96- le site ou le monument est inédit,

97- le site ou le monument est « intéressant »,

98- le site ou le monument est célèbre, ce qui explique des titres comme The X re-visited,

99- le site ou le monument est physiquement important, il s’agit de grands monuments,

100- on utilise des méthodes fines, puissante, précises, etc.,

101- le site ou le monument est menacé de destruction, on doit développer une problématique de fouille de sauvetage.

102La question que l’on peut se poser est donc : existe-t-il une rationalité possible dans le choix des objectifs ? On peut proposer un système de catégories sous forme d’une trilogie :

103- groupe 1 : étude d’entités matérielles intéressantes en elles-mêmes. On peut distinguer ici celles qui répondent à des objectifs documentaires argumentés (D) et les opérations de sauvetages (S).

104- groupe 2 (I) : études d’instrumentation, mise au point et/ou expérimentation d’instruments techniques nouveaux, l’objet archéologique passant au second plan.

105- groupe 3 (H) : études tournées vers des questions anthropologiques ou historiques particulières.

106Le groupe 1 (D) concerne des études documentaires, le groupe 2 (I) des études instrumentales, le groupe 3 (H) des études historiques. Nous sommes donc en face de deux grands choix catégoriels. Les groupes 1 et 2 concernent des études d’investissement, le groupe 3 des études d’exploitation (fig. 3).

107La confrontation des diverses priorités – S prioritaire par rapport à H (S>H), D prioritaire par apport à H (D>H), I prioritaire par rapport à H (I>H) – montre que l’on doit, dans tous les cas, donner priorité à H, les questions historiques déterminant toutes les positions à adopter par rapport à S, D et I (fig. 3).

Fig.3

Fig.3

Hiérarchisation des opérations envisageables dans le cadre d’un objectif scientifique

(schéma J.-C. Gardin).

Conclusions

108On tente d’annuler les propositions précédentes et donc de privilégier des alternatives contradictoires. Il y a trois raisons à cela :

1091. une raison morale qui nous dit que la raison ne vaut pas grand-chose ;

1102. un constat historique qui nous dit que, dans l’histoire des sciences, deux courants opposés, rationnel/irrationnel, ont toujours existé ;

1113. une raison historique qui nous dit qu’il existe des arguments démontrant la nécessité d’une telle opposition.

L’irrationnel est permis

112La part des déterminants exogènes est toujours énorme ; elle réunit des déterminations personnelles comme le plaisir et des déterminations sociales comme la fierté d’appartenir à un groupe de scientifiques particuliers. On ne peut pas et on ne sait pas éliminer ces facteurs, même si l’on peut dire que nous n’en sommes qu’à un stade élémentaire du développement de notre société. Il y a donc là, dans nos affaires, quelque chose qui échappe au rationnel.

113On peut essayer de démontrer cette proposition en posant la question suivante : y a-t-il une relation entre le succès d’une opération archéologique et les préoccupations rationnelles concernant les stratégies, ceci dans le cas où l’on définit le succès comme un gain dans l’accumulation des savoirs, une entreprise archéologique se mesurant en gain de savoir ? Cette question concerne à la fois le succès quant aux stratégies visant des objectifs, le succès quant aux stratégies d’échantillonnage, le succès quant à l’enregistrement et à l’archivage, le succès quant aux méthodes lourdes.

L’irrationnel est nécessaire

114L’irrationnel est-il nécessaire pour des raisons techniques ou pour des raisons « biologiques » ?

115On opposera deux comportements (fig. 4) :

116A. Un comportement hybride combinant volontairement le rationnel et l’irrationnel. Cette position ici défendue s’inscrit dans le présent de la recherche qui admet un homme placé au carrefour d’une rationalité organique et d’une rationalité cérébrale. Le comportement A relève d’un modèle cyclique, composite et fermé avec une vision de l’homme éternel :

117Rationalité organique de la zoosphère – rationalité hybride de l’anthroposphère – (apocalypse religieuse ou nucléaire).

118B. Un comportement qui tend à se rapprocher du rationnel, fondé sur une vision « paléontologique » de l’espèce.

119L’attitude B offre un panorama à très long terme qui concerne l’évolution de l’espèce. Il n’est pas évident que l’on doive en tenir compte actuellement. On rejoint ici la vision de Teilhard de Chardin (1955)

  • 2 Comparer métaphoriquement la noosphère de Theilhard de Chardin à la bulle internet – qui s’est déve (...)

1202 qui avait le souci de transformer la paléontologie en science du futur. L’évolution des espèces animales devait être couronnée par l’avènement de la noosphère résultant de la seule composante en progression constante, les fonctions cérébrales. On retrouve une vision un peu comparable chez Leroi-Gourhan dans son livre Le geste et la parole (1964-65), qui raconte exactement la même histoire. Ce que l’on veut dire par « long terme », c’est une évolution au niveau de plusieurs millions d’années.

Fig.4

Fig.4

Se situer par rapport aux deux modèles de la rationalité

(schéma J.-C. Gardin).

121En fait, tout le schéma de la connaissance nécessite la conjonction du rationnel et de l’irrationnel. Le bien est l’équilibre entre les deux, le mal la dominance de l’un sur l’autre. Les deux voies ont leurs raisons d’être, ceci est fondé sur un constat historique.

122Il faut donc favoriser les stratégies combinées. La plupart des individus ont un talent favorisant une voie ou une autre. Une stratégie combinée, c’est reconnaître le plus vite possible la voie pour laquelle on est doué, si l’on est doué pour l’une ou pour l’autre.

Haut de page

Notes

1 Ce cours est en voie de publication : Gardin & Gallay à paraître.

2 Comparer métaphoriquement la noosphère de Theilhard de Chardin à la bulle internet – qui s’est développée sous sa forme actuelle dans les années 1980 – est devenu une banalité qui mériterait une analyse plus sérieuse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Modalités des actions archéologiques par rapport aux étapes 1 à 6 d’une construction
Crédits (schéma J.-C. Gardin).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3461/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Fig. 2
Légende Relations entre enregistrement et archivage : une vue synthétique tenant compte de données référentielles externes
Crédits (schéma J.-C. Gardin).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3461/img-2.png
Fichier image/png, 43k
Titre Fig.3
Légende Hiérarchisation des opérations envisageables dans le cadre d’un objectif scientifique
Crédits (schéma J.-C. Gardin).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3461/img-3.png
Fichier image/png, 31k
Titre Fig.4
Légende Se situer par rapport aux deux modèles de la rationalité
Crédits (schéma J.-C. Gardin).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3461/img-4.png
Fichier image/png, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Gallay, « Jean-Claude Gardin et les stratégies de recherche en archéologie », Les nouvelles de l'archéologie, 144 | 2016, 14-21.

Référence électronique

Alain Gallay, « Jean-Claude Gardin et les stratégies de recherche en archéologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 144 | 2016, mis en ligne le 25 août 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/3461 ; DOI : 10.4000/nda.3461

Haut de page

Auteur

Alain Gallay

Université de Genève
Alain.Gallay@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org