Navigation – Plan du site
Dossier: Jean-Claude Gardin (1925-2015)

Jean-Claude Gardin (1925-2013), un archéologue libre !

François Djindjian
p. 4-9

Résumés

Jean-Claude Gardin fut l’un des archéologues français les plus influents de la seconde moitié du xxe siècle, en France comme à l'étranger. Ses contributions à la formalisation des données (codes descriptifs) et du raisonnement (analyse logiciste) constituent un travail pionnier dans la constitution des fondements théoriques et épistémologiques de l'archéologie. Cet article vise à résumer les principales étapes de sa production dans le contexte scientifique et institutionnel de cette période, et à en clarifier les apports et les limites théoriques et pratiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La première fois que je rencontrai Jean-Claude Gardin, ce fut en 1974, à Michelet (Paris 1 Panthéon Sorbonne), en suivant son séminaire de DEA comme étudiant en archéologie. Il le donnait dans la petite salle de la bibliothèque d’Orient, au 3e étage. Il était assis à l’extrémité de la longue table autour de laquelle s’asseyait la dizaine d’étudiants qui l’écoutaient fascinés parler deux heures durant de ce qui devait bientôt être le contenu de son livre Une archéologie théorique.

2La deuxième fois fut en 1980 quand je lui demandais d’accepter de faire partie de mon jury de thèse. Il l’avait tellement bien lue que, pendant la soutenance, son intervention dura presque deux heures, ne laissant échapper aucune imprécision ni aucune imperfection, laissant les autres membres du jury estomaqués, l’impétrant épuisé mais le public ravi d’un tel spectacle.

3La troisième fois, ce fut à l’occasion du cours intensif européen sur « L’informatique et les mathématiques appliquées en archéologie » que j’avais organisé en 1982 avec Henri Ducasse, au Centre de recherches archéologiques (Cra) à Sophia-Antipolis et au centre de calcul du Centre national de la recherche scientifique (Cnrs) à Montpellier. Je l’avais invité avec vingt autres intervenants spécialistes français et étrangers. Il y donna un cours et organisa avec Marie Salomé Lagrange le premier enseignement de travaux dirigés de systèmes experts en archéologie utilisant le logiciel Snark.

4La quatrième fois, ce fut en 1985, à l’occasion de l’organisation d’un colloque à Paris où il avait invité les archéologues soviétiques pour développer la collaboration sur l’Asie centrale après la fermeture de la Délégation archéologique française en Afghanistan (Dafa). Il s’aperçut qu’ils me connaissaient très bien, surtout les préhistoriens qui m’avaient déjà invité à Saint-Pétersbourg au début des années 1980, puis que nous avions reçus avec Henri Delporte et Jean-Pierre Mohen au Musée des antiquités nationales (Man) à Saint-Germain-en-Laye. L’équipe de recherche associée du musée cessant son activité, il me proposa de rejoindre son équipe, dont Henri-Paul Francfort prenait progressivement la direction. J’y suis resté depuis ce temps-là. Le laboratoire bénéficiait alors des largesses du Cnrs. Il occupait de confortables locaux à Paris, rue du Maroc, puis plus petits, rue Damesme, mais avec l’annexe charmante du musée Guimet où fut stockée la bibliothèque de la Dafa jusqu’au départ en retraite de Jean-Claude Gardin et de ses collaboratrices historiques, Marie Salomé Lagrange et Monique Renaud. Puis l’équipe se regroupa dans les bureaux de la Maison René-Ginouvès à Nanterre.

5À partir de 1985, j’ai fréquenté plus souvent Jean-Claude Gardin et nos relations sont devenues amicales. Suite à mon invitation, il était intervenu dans plusieurs congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques (Uispp), à Forlì (1996), Liège (2001) et Lisbonne (2006). Grâce à Tito Orlandi et Paola Moscati, nous nous retrouvions souvent ensemble invités à l’Accademia del Lincei, à Rome. Nous nous croisions plus rarement dans les colloques du Computer Applications and Quantitative Methods in Archaeology (Caa) qu’il ne fréquentait guère, sauf en Crête en 2002. Il était venu à Kiev cette même année, à mon invitation, à l’occasion d’un colloque en l’honneur du grand méthodologue de l’archéologie ukrainienne Vladimir Fedorovic Gening (1924-1993).

6Nous dînions périodiquement ensemble dans son restaurant marocain préféré à côté de son appartement sous les toits de la rue des Vertus, près de l’abbatiale de Saint-Martin des Champs. Puis ce furent ses premières alertes cérébrales, qui ne l’empêchèrent pas de participer à mon jury d’habilitation en 2005 et au IIIe congrès franco-ukrainien d’archéologie en 2009 à l’Ehess, puis les douloureuses visites à l’appartement de la rue du Docteur-Blanche ces dernières années. Bien sûr, ma relation personnelle avec Jean-Claude Gardin date des années tardives, surtout à partir de 1980 (il avait alors 55 ans), et je ne connais qu’indirectement les événements et les contextes de la grande période des années 1955-1974.

Les années de jeunesse

7Il est extrêmement difficile d’avoir des informations précises sur sa jeunesse, lui-même ayant été particulièrement discret sur son passé. Les informations ci-dessous proviennent des sites officiels de l’histoire de la Résistance. Jean-Claude Gardin s’est engagé en septembre 1940, à l’âge de quinze ans, dans les Forces françaises libres. Il est plus que probable, vu son jeune âge, qu’on l’envoya d’abord continuer ses études. Il fut alors embarqué sur le torpilleur La Combattante, unique bâtiment des Forces navales françaises libres (qui sombra en 1945 sur une mine en mer du Nord). Jean-Claude Gardin, à dix-sept ans, avait la responsabilité des torpilles au sein d’un équipage de marins beaucoup plus âgés que lui. Il finit la campagne de France au grade d’Enseigne de vaisseau.

8Nous n’en savons guère plus sur les années suivantes, entre 1945 et 1952 : licence en sciences économiques à la London School of Economics (1945-1947), études de linguistique et d’histoire des religions à la Sorbonne, de persan à l’Institut des langues orientales d’après Paola Moscati (2013 et ce volume). Mais nous n’avons trace ni des diplômes obtenus, ni d’une thèse qu’il aurait soutenue.

Fig. 1

Fig. 1

« La combattante », torpilleur, bâtiment des Forces françaises libres (www.grieme.org).

Les années documentaires (1952-1969)

9Jean-Claude Gardin débute sa carrière scientifique à vingt-sept ans, en 1952, à l’Institut français de Beyrouth, alors dirigé par le grand archéologue français Henri Seyrig (1895-1973), qui en fut le responsable de 1929 à 1941 et de 1946 à 1967, avec un intermède pendant la seconde guerre mondiale où il prit le parti de la France libre. Celui-ci l’envoie à la Dafa à Kaboul pour assister Marc Le Berre dans ses prospections. Il revient en 1955 à Beyrouth pour en étudier le matériel archéologique, apparemment sans grand enthousiasme.

10Henri Seyrig avait reçu en dotation, certainement à sa demande, une machine mécanographique pour réaliser l’indexation du fonds documentaire de l’Institut qui fut, en 1955, la première application de la mécanographie à l’enregistrement et la recherche documentaire des données archéologiques. Il chargea de ce projet Jean-Claude Gardin, lequel comprit très vite que, au-delà de la maîtrise de l’outil mécanographique, il y avait le vaste champ encore inexploré de la formalisation de la documentation archéologique (description de l’objet, enregistrement des données de fouilles, bibliographie) qui, loin de se cantonner à l’archéologie, se posait dans toutes les sciences humaines. Mais au Cnrs s’ouvrait aussi le chantier immense de l’information scientifique et technique (les bulletins signalétiques, l’indexation, qui devaient aboutir à terme à l’automatisation des bibliothèques) et, pour le futur ministère de la Culture, celui du patrimoine culturel (inventaires, musées). Dès 1955, Jean-Claude Gardin publia son acte de foi et son programme documentaire dans Diogène, la prestigieuse revue du Conseil international pour la philosophie et les sciences humaines (Unesco), sous le titre Problèmes de la documentation (Gardin 1955).

11Sans doute Henri Seyrig se prit-il d’affection pour lui, les deux hommes ayant beaucoup de points communs. C’est ainsi que le premier convainquit le Cnrs de créer un laboratoire, le Centre d’analyse documentaire en archéologie (Cada) – initialement Centre mécanographique de documentation archéologique (1957-1971) – et d’en confier la direction au second.

Fig. 2

Fig. 2

Henri Seyrig. D. R.

12C’est à cette période (1955-1969) qu’ont été réalisés les neuf codes descriptifs qui s’appliquèrent aussi bien aux objets archéologiques (poteries, outillage en métal, monnaies, cylindres orientaux) qu’à l’iconographie (scènes mythologiques des vases grecs, ornementation géométrique) qu’aux textes (Coran, cunéiformes assyriens, textes de Qumran). Ces codes sont suffisamment connus pour qu’il ne soit pas nécessaire ici de les décrire (pour une analyse détaillée de la période documentaire, voir Moscati 2013). Ce qui frappe au premier abord, c’est la qualité des intervenants qui se sont prêtés à l’exercice : Jean Deshayes (1924-1979), Paul Garelli (1924-2006), Jean Leclant (1920-2011), Claude Levi-Strauss (1908-2009 ; cf. infra), André Leroi-Gourhan (1911-1986) pour l’index signalétique du Bulletin de la Société préhistorique française réalisé par Béatrice Schmider, Francis Hours (1921-1987) et Michel Allard (1924-1976), etc., sans oublier l’ingénieur de la petite équipe, Jacques Christophe (1925-2003), qui joua un rôle important dans la bonne formalisation de ces codes (Gardin 1958 ; 1978 ; Gardin et al. 1976).

13L’un des moins connus fut le projet d’analyse conceptuelle du Coran sur cartes perforées (Allard et al. 1963). Pourtant, l’équipe qui s’en occupa était exceptionnelle, constituée de Jean-Claude Gardin, May Elzière et de deux pères jésuites, Michel Allard, islamologue tragiquement disparu dans un bombardement lors de la guerre civile du Liban, et Francis Hours, grand préhistorien spécialiste du Liban. Comme il l’a dit plus tard (Gardin 1991), ce projet a été le résultat de l’« expérience conjointe de deux pères jésuites, d’une fille de pasteur et d’un libre-penseur lointainement issu d’un rabbin ». Ce merveilleux exemple de pluridisciplinarité et d’ouverture d’esprit montre le rôle considérable des ordres chrétiens dans l’activité scientifique au Proche-Orient, et notamment celui des jésuites de l’Université Saint-Joseph à Beyrouth dans le développement de l’archéologie – avec Antoine Poidebart (1878-1955) pour la prospection aérienne, Henri Fleish (1904-1985) et Francis Hours pour la préhistoire – ainsi que celui des dominicains de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem avec Marie-Joseph Lagrange (1855-1938), Roland Guérin de Vaux (1903-1971), Émile Puech et Jean-Baptiste Humbert.

14Le passage de l’outil mécanographique au premier ordinateur (un IBM 650) ne fut pas une rupture mais une évolution logique, comme d’ailleurs dans l’univers des utilisateurs ou dans le petit groupe des constructeurs de machines, IBM le premier. Dans ce contexte des débuts de l’informatique documentaire des années 1960, Jean-Claude Gardin participa à la création de la section d’automatique documentaire du Cnrs et à un projet européen de langage documentaire, le Syntol avec l’Euratom (Cros et al. 1968).

15D’autres projets n’aboutirent pas. Parmi ceux qui n’ont laissé que quelques notes dans les rapports d’avancement, citons un projet avec Claude Lévi-Strauss pour formaliser l’analyse structurale par l’approche documentaire. Ainsi, ses travaux sur les mythes des Indiens Zuni restèrent inaboutis. En fait, l’analyse documentaire ne pouvait rien pour traiter une question qui relevait à cette époque d’autres approches comme les grammaires de Chomsky (Lounsbury 1964) ou les modèles mathématiques (Courrège 1965).

16Ce mouvement scientifique n’est pas unique dans la France des années 1950. Un exemple de modernisme dans les sciences humaines et sociales apparaît avec le centre Condorcet (1958), créé à l’initiative de Lucien Febvre (1878-1956) et Fernand Braudel (1902-1985), et qui devint le Centre d’analyse et de mathématiques sociales (Cams) dans le cadre de l’École des hautes études en sciences sociales (Ehess). Leurs animateurs, Georges-Théodule Guilbaud (1912-2008) et Bernard Jaulin (1934-2010), constituèrent une équipe de chercheurs parmi lesquels Marc Barbut (1928-2001), Pierre Rosenstiehl, Philippe Cibois et bien d’autres.

17À cette époque, les conférences organisées à partir de 1950 par la Wenner-Gren foundation, notamment entre 1958 et 1980 dans le château de Burg Wartenstein (Autriche), et consacrées principalement à l’archéologie et à l’anthropologie, offraient une exceptionnelle occasion de rencontre aux chercheurs. En 1962, Jean-Claude Gardin participa à celle organisée par Dell Hymes (1927-2009), publiée en 1965 (The Use of Computers in Anthropology). À cette occasion, il noua des relations internationales solides que favorisait sa bonne connaissance de la langue anglaise.

Les années informatiques (1970-1975)

18Au milieu des années 1960, le rapport Seyrig préconisa la création en France d’un grand institut d’archéologie sur le modèle allemand. Le résultat en fut le Centre de recherches archéologiques (Cra) avec ses laboratoires spécialisés d’archéologie, ses unités de services, un centre de documentation et un centre informatique. Reconnu comme un échec dès la fin des années 1970, le Cra agonisa pendant plus de vingt ans. Cet échec est probablement lié à un modèle de gouvernance inadapté du Cnrs, tout particulièrement en sciences humaines et sociales, avec un corps de chercheurs et un autre d’ingénieurs, de techniciens et d’administratifs (Ita), des « petites mains » au service des précédents. Or, compte tenu de la technicité et de la complexité croissante de l’archéologie, la compétence et la créativité des unités de services ne peuvent s’exprimer et se développer que dans des laboratoires spécialisés de taille critique, élaborant d’égal à égal avec les spécialités d’érudition des programmes réellement pluridisciplinaires. Ni Henri Seyrig, ni Jean-Claude Gardin, qui essaya de mettre en œuvre le projet, ne peuvent en être tenus pour responsables. La seconde erreur fut d’installer le laboratoire à Sophia-Antipolis, près de Valbonne, dans un quasi-désert archéologique.

19Les années 1965 virent l’essor inéluctable de l’informatique dans tous les domaines de la société et les premiers ordinateurs furent installés dans les universités et dans les centres de recherche. Les premières générations enthousiastes d’informaticiens, scientifiques formés sur le tas, en furent les programmeurs, dans des conditions souvent héroïques de pionniers. C’est dans ce contexte que le Cada s’adapta au développement de l’informatique en devenant l’unité de recherches en analyse documentaire et calcul en archéologie (Uradca) (1971-1975), mais surtout en recrutant des informaticiens et des mathématiciens comme Mario Borillo (1934-2013), Alain Guénoche, Jacques Virbel, Louis Bourelly, Eugène Chouraqui, Wenceslas Fernandez de la Vega et d’autres, pour travailler sur des projets en sciences humaines et en archéologie. En 1971, Mario Borillo devint le directeur de l’Uradca puis du laboratoire d’informatique pour les sciences humaines (Lish), créé en 1975, qui regroupa différents laboratoires dispersés en plusieurs lieux, à Marseille et à Paris. Il la conserva jusqu’à sa dissolution en 1981.

20Deux congrès internationaux organisés à Marseille par Mario Borillo et Jean-Claude Gardin allaient ainsi marquer l’histoire de l’archéologie. Le premier, « Archéologie et calculateurs : problèmes sémiologiques et mathématiques », eut lieu en avril 1969 (Gardin & Borillo 1972), un an avant le fameux congrès de Mamaia (Roumanie), « Mathematics in the archaeological and historical sciences ». Le second, « Les projets de banques de données archéologiques : problèmes méthodologiques, technologiques et institutionnels », se tint en 1972 (Borillo & Gardin 1974).

21Ce n’est qu’en 1974 que j’ai fait la connaissance de plusieurs des chercheurs du Lish. Je ne connais donc pas intimement l’histoire du laboratoire et de ses difficultés, qui mériterait une étude beaucoup plus approfondie. Les quelques impressions dont je peux me souvenir ici concernent essentiellement la période 1976-1981. Elle correspond à l’éclosion de mes travaux sur les applications de l’analyse des données en archéologie, au succès rencontré alors dans la communauté archéologique et à la création en 1981 de mon séminaire de DEA à l’université de Paris 1. Paradoxalement, ce qui ne fonctionnait pas dans un laboratoire riche en chercheurs et en budget comme le Lish fonctionnait bien pour moi, archéologue maîtrisant l’informatique et les statistiques, seul, sans poste ni budget, mais bénéficiant de l’appui et de l’intérêt de nombreux collègues, doctorants et étudiants.

22La pluridisciplinarité ne fonctionnait pas entre les deux communautés qui ne se comprenaient pas. Les informaticiens essayaient d’utiliser les données des archéologues pour développer des thèmes de recherche avancée en informatique ou en statistiques, produisant des logiciels et des algorithmes ne dépassant guère le stade du prototype, tandis que les archéologues essayaient de faire travailler les statisticiens pour eux, le plus souvent sans problématique aboutie, ce qui générait des frustrations des deux côtés. C’est dans ce contexte que le Cnrs mit fin au Lish dont les chercheurs se dispersèrent, pour beaucoup sans regret, dans des laboratoires d’informatique à Toulouse, à Montpellier, à l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) ou ailleurs. Les archéologues, privés d’interlocuteurs, se retrouvèrent alors à la merci de quelques amateurs qui en profitèrent dans les années 1985-1995.

Fig. 3

Fig. 3

Un des schéma favori de J.-Cl. Gardin

(extrait de Gardin 1979)

23À vrai dire, à l’époque, je n’avais pas réalisé combien cet abandon avait cassé la dynamique qui avait placé la France à la pointe de ces recherches dès 1955. Elle allait être relayée à un tout autre niveau par quelques initiatives d’archéologues, plus individuelles que collectives, dans les bases de données archéologiques, avec René Ginouvès (1926-1994) et Anne-Marie Guimier-Sorbets à Nanterre, Bruno Helly à Valbonne et Lyon ou Alain Bresson à Bordeaux. Jean Lesage et Henri Ducasse, en Ita consciencieux, se limitaient à assurer des formations en statistiques et en informatique dans le cadre du Cra. De mon côté, le succès du séminaire du mercredi soir à 20 heures à l’École normale supérieure (Ens) de la rue d’Ulm, réunissant une cinquantaine d’étudiants de Paris 1 mais aussi de Paris 10, de Paris 4 et du Muséum, me confortait dans la certitude que l’informatique et les mathématiques étaient avant tout une question de méthodes (au pluriel) et de théorie (au singulier) de l’archéologie et qu’il était plus stratégique à terme de former les nouvelles générations d’archéologues que de recruter des informaticiens. Je me positionnai là naturellement en continuateur de Jean-Claude Gardin, ce qui nous rapprocha. C’était malheureusement sans compter sur de nouveaux vents contraires qui soufflèrent à partir des années 1990, comme la baisse continuelle du niveau des étudiants que nous envoyait l’enseignement secondaire, l’absence de toute sélection à l’université qui les empêchait de progresser et l’émergence d’un mouvement postmoderne dans les sciences humaines.

L’archéologie toujours et encore (1974-1985)

24L’unité de recherche archéologique Ura 10 (1974-1985) que Jean-Claude Gardin avait constituée dans le cadre du Cra à Sophia-Antipolis était un laboratoire d’archéologie travaillant sur l’Afghanistan et l’Asie centrale. Deux projets majeurs caractérisent cette période :

25– la prospection systématique de la plaine d’Aï Khanum sur 200 km2, qui l’amena à développer une formalisation novatrice sur la prospection à grande échelle, l’échantillonnage, l’enregistrement des données, et en fit un précurseur des études de Landscape analysis (cf. les articles d’Alain Gallay et de Bertille Lyonnet, ce volume ; Gardin 1998).

26– les fouilles du site de Shortughaï (1976-1979), pilotées par Henri-Paul Francfort (1989).

27L’invasion militaire soviétique de l’Afghanistan mit fin à la mission de la Délégation archéologique française en Afghanistan (Dafa) dont il fallut organiser la fermeture, la protection des collections sur place et le rapatriement en France des données scientifiques (1982). Ce fut paradoxalement l’occasion de nouer des relations avec les archéologues soviétiques d’Asie centrale et de lancer des programmes de recherche sur l’archéologie de la Bactriane, notamment à travers une collaboration étroite avec le préhistorien Vadim Ranov, de l’institut d’archéologie de l’Académie des sciences du Tadjikistan.

28Plusieurs colloques bilatéraux franco-soviétiques sur l’archéologie de l’Asie centrale furent organisés dans les années 1980 : en 1982, « L’archéologie de la Bactriane ancienne » à Dushanbé (Tadjikistan) ; en 1985, « L’Asie centrale et ses rapports avec les civilisations orientales, des origines à l’Âge du Fer » à Paris ; en 1987 enfin, « Nomades et sédentaires en Asie centrale. Apports de l’archéologie et de l’ethnologie » à Alma-Ata (Kazakhstan).

29Le début des années 1980, avec les fermetures de la Dafa et du Lish et l’échec du Cra, peut être considéré comme un tournant dans la carrière de Jean-Claude Gardin, alors âgé de 58 ans. On aurait pu imaginer sa carrière terminée mais l’impact d’Une archéologie théorique (1979) le relança sur la scène de l’archéologie.

Les années 1980 : logicisme et systèmes experts

30La publication de ce livre chez Hachette puis de sa version anglaise Archaeological constructs à Cambridge en 1980, qui faisait suite aux Analyses de discours (1974) et à un recueil d’articles (Gardin et al. 1981) moins connus, fut un événement, en tout cas pour moi : alors en plein doctorat (1976-1980), je cherchais des réponses à des questions dont un certain nombre étaient traitées dans ce livre, ce qui m’encouragea à poursuivre sur la voie que j’avais empruntée.

31Pour ceux ou celles à qui ces articles donneraient envie de lire ou de relire ce livre, il n’est pas inutile de souligner à quel point les thèmes qui y sont développés ne sont pas d’un grand optimisme sur la méthode archéologique :

32critique des « ordinations mathématiques » dont le choix n’a pas été justifié au préalable par une définition de leur valeur cognitive (rejet du structuralisme) ;

33pauvreté des constructions interprétatives (rejet de la modélisation), illustrée par l’exemple de l’interprétation multiple et divergente de la stèle seldjoukide de Jean- Paul Roux ;

34proposition de l’analyse logiciste comme méthode inductive susceptible de vérifier la validité logique du raisonnement sous-jacent à un texte écrit en langage naturel.

35Au-delà de l’intérêt suscité par la lecture du livre, il restait de très nombreux collègues à convaincre pour plusieurs raisons :

36le rejet de l’approche hypothético-déductive chère aux Anglo-Saxons ;

37l’attitude de méfiance face à l’archéologie quantitative et ses traitements statistiques et mathématiques, alors en plein essor ;

38la crainte pour les archéologues qui s’exprimaient en langage naturel (c’est-à-dire tous) de voir l’analyse logiciste se proposer d’auditer leur texte et pointer du doigt leurs potentielles erreurs de raisonnement.

39En 1987, le colloque de Bloomington organisé par Christopher S. Peebles (1939-2012) confrontait les approches théoriques des archéologues anglo-saxons et français. Pour la première fois, les tenants d’une archéologie théorique, basée sur une épistémologie cognitive (avec l’outil des systèmes experts), s’opposaient à ceux de l’herméneutique de la nouvelle école de l’archéologie symboliste ou de paradigmes théoriques variés (Gardin & Peebles 1992). La New Archaeology était déjà loin !

40Car c’est l’arrivée en fanfare des systèmes experts, une nouvelle technique informatique présentée, urbi et orbi, comme une révolution informatique, qui allait relancer les travaux du laboratoire dans les années 1980. Elle semblait apporter de façon spectaculaire une solution informatique à la mise en œuvre de l’analyse logiciste et une justification de son fondement épistémologique : la base de faits constituait les énoncés de la proposition initiale (P0), la base de règles s’enrichissait des itérations successives sur les propositions intermédiaires (Pi) et le chaînage avant [?] utilisant une logique formelle était le moteur du mécanisme inductif de l’analyse logiciste.

41Toujours en 1987, sous la direction de Jean-Claude Gardin, la publication de ces projets menés par différents chercheurs du laboratoire, Systèmes experts et sciences humaines : le cas de l’archéologie, paraissait chez Eyrolles à Paris (Gardin et al. 1987). Trop tard hélas, car le dégonflement de la bulle artificielle des systèmes experts, provoqué par le retrait brutal des industriels de l’informatique, se manifesta à ce moment-là et les informaticiens s’intéressèrent à d’autres thèmes de recherche. En fait, les systèmes experts divergeaient rapidement dès que les processus qu’ils étaient censés modéliser par la base de faits et la base de règles étaient complexes. Partis à l’origine de la modélisation du raisonnement médical avec ses symptômes (les faits) et ses diagnostics (les règles), les systèmes experts furent appliqués à des processus aussi complexes que la modélisation financière, sociale ou archéologique. Ils ne marchaient correctement qu’appliqués à des processus simplifiés comme l’administration de systèmes ou de réseaux ou les systèmes de commandement. C’est dans ce contexte des difficultés rencontrées pour modéliser la complexité d’une société ancienne que la lecture du livre précédemment cité ou de celui d’Henri-Paul Francfort (Palamède) trouve toujours son intérêt (Francfort et al. 1989).

42Finalement, la question à poser concernant l’analyse logiciste est celle-ci : est-elle seulement une technique d’audit logique d’un discours écrit en langue naturelle ou est-elle aussi une méthode cognitive ? Toutes les tentatives menées par Jean-Claude Gardin dans les années 1980, notamment en utilisant les systèmes experts, démontrent qu’il a cherché en permanence mais sans succès la façon d’en faire une méthode cognitive. Deux faiblesses de la méthode méritent d’être soulignées : la question du P0, qui ne peut être d’un point de vue logique assimilée aux données documentaires de base, et l’absence de moteur cognitif.

Les années 1990 et la troisième voie

43Dans les années 1990, le postmodernisme, bien que d’origine française, faisait des ravages dans l’archéologie anglo-saxonne. L’herméneutique était de retour !

44En 1991, Jean-Claude Gardin, à plus de soixante-cinq ans, engagea un nouveau combat en publiant un nouveau livre, Le Calcul et la raison. Essais sur la formalisation du discours savant. Ce recueil d’articles choisis sur toutes les périodes précédentes est un excellent révélateur de l’évolution de son œuvre.

45L’herméneutique en sciences humaines était son adversaire et Paul Ricœur (1913-2005) l’objet de ses attaques scientifiques. Pour lui, il ne pouvait y avoir d’opinions différentes également valables sur une problématique donnée puisqu’il ne pouvait y avoir qu’un seul raisonnement, celui validé par l’analyse logiciste, même si son processus logique devait s’arrêter plus tôt face à la multiplicité du champ des possibles ou l’impossibilité logique du passage au Pi+1.

46Je me souviens d’une anecdote : au cours d’un dîner en tête à tête, alors que je me plaignais de mon incapacité à lire plus de dix pages de Jacques Derrida (1930-2004), il éclata de rire et m’avoua être dans le même cas. Un jour, me dit-il, une sommité des sciences humaines françaises lui avait demandé d’écrire un article pour un livre d’hommages au philosophe. En toute franchise, il lui avait avoué en être incapable, ne sachant ni le lire ni le comprendre. Son interlocuteur lui avait répondu alors que cela n’avait pas d’importance et qu’il pouvait le faire même sans l’avoir lu, comme d’ailleurs beaucoup d’autres qui en parlaient. Mais il avait persisté dans son refus !

47Plusieurs articles de cette période révèlent ses réflexions sur la nature des sciences humaines par rapport aux sciences exactes et sur la possibilité d’une troisième voie, celle d’une formalisation des sciences humaines et sociales qui serait différente de la voie des sciences exactes. Invariablement, il concluait à l’inexistence de cette troisième voie, la seule possible étant celle de la logique scientifique (Gardin 1990 ; 1997 ; 2001).

Influences et descendances

48Il faut d’abord souligner la fascination qu’exerçait Jean-Claude Gardin sur ses interlocuteurs par ce que l’on pourrait appeler la magie de son discours. Mais au sens strict du terme, il n’avait pas d’élèves à qui il aurait pu laisser une école d’archéologie théorique comme d’autres archéologues ont laissé après eux un laboratoire. S’il était respecté en France, dans les pays étrangers, il était admiré et régulièrement invité à donner des conférences qui remplissaient les salles. S’il eut donc beaucoup d’influence, il eut peu de descendance, l’ultime preuve étant les difficultés rencontrées par l’auteur de ces lignes pour réunir une série d’articles, faute d’un volume d’hommages qui aurait perdu son sens du fait de sa disparition.

49Alain Gallay (ce volume) relate comment la formalisation de la prospection en Bactriane a modifié sa conception de la pratique des prospections et des fouilles. Valentine Roux a développé le projet Arkeotek (2003-2010), une expérience d’écriture d’articles scientifiques sous un format logiciste qui lui a valu récemment la médaille d’argent du Cnrs – une façon indirecte, pour l’institution, de rendre hommage à son réel auteur ?

50J’avoue volontiers et avec plaisir que l’œuvre de Jean-Claude Gardin a influencé mes propres travaux. J’ai essayé en bon continuateur de trouver des solutions à des problèmes qui l’avaient arrêté.

51Ainsi, les concepts de guidage et de résonance de la description d’un objet archéologique sont-ils une réponse à la question de l’utopie de l’exhaustivité de cette description, objectif initial des fameux codes des années 1955-1965 (Djindjian 1991).

52La méthode du triplet systémique (I,E,O) exploite, généralise et prolonge la distinction fondamentale qu’il avait faite dans Une archéologie théorique entre l’information intrinsèque I (perçue sur l’objet) et l’information extrinsèque E (enregistrée par la prospection et la fouille archéologique), en démontrant que toute construction cognitive en archéologie est le résultat d’une corrélation I x I ou I x E sur un ensemble d’objets O à différentes échelles (artefact, structure, site, zone) (Djindjian 2002). La critique, justifiée dans de très nombreux cas, des « ordinations mathématiques » trouvait sa correction par un processus que j’ai nommé « itération cognitive » de l’analyse des données, en itérant sur les regroupements sémantiques des variables et des individus à structure identique (Djindjian 1991).

53Le rapprochement possible entre sémiologie et quantification (classification), qui posait problème à Jean-Claude Gardin mais qu’avait bien vu en 1999 Umberto Eco (1932-2016), était réalisé par une méthode cognitive et systémique à trois niveaux, inspirée du logicien américain Charles S. Pierce (1839-1914) : acquisition cognitive, structuration quantitative et modélisation systémique (Djindjian 2002).

54Enfin, l’écriture d’un discours cognitif entièrement intégré dans une méthode cognitive était proposée comme une étape ultime, corrigeant l’insuffisance de l’analyse logiciste qui oblige à reformuler sous la forme logiciste un discours déjà écrit en langue naturelle mais qui ne peut rien pour une construction non cognitive (Djindjian 2004 ; 2011).

Conclusions

55Jean-Claude Gardin restera une référence majeure dans l’histoire de l’archéologie française de la seconde moitié du xxe siècle. Son œuvre a poussé les archéologues à réfléchir et à travailler dans la voie de la formalisation des données et du raisonnement archéologique. À ce titre, au-delà de la seule technique documentaire qu’il développe à ses débuts, c’est la capacité de conceptualisation de la formalisation des problématiques archéologiques qu’il a introduite dans cette profession, cette capacité de conceptualisation si naturelle chez les ingénieurs et les informaticiens mais si difficile à inculquer à nos étudiants en archéologie.

56Jean-Claude Gardin, de par sa formation littéraire, ne maîtrisait pas suffisamment les fondamentaux de l’informatique et des mathématiques pour pouvoir suivre et accompagner l’accélération et la dynamique prodigieuse que ces disciplines ont connues dans les années 1965-1985. Cette croissance est à l’origine des échecs de l’Uradca et du Lish dont il avait laissé la direction à Mario Borillo et qui avaient perdu le contact avec les problématiques des chercheurs en sciences humaines. C’est dans ce contexte que s’explique, à partir des années 1974, dans le cadre de l’Ura 10 et de la Dafa, son retour à l’archéologie et à ses problématiques de terrain et d’études des artefacts. Dès lors et à juste titre, il déplaça le débat scientifique sur la formalisation du raisonnement en archéologie (et en sciences humaines) en proposant, dans une approche totalement inductive, une méthode qu’il a appelée l’analyse logiciste. Il est sans doute encore trop tôt pour voir publier des études approfondies sur les travaux de Jean-Claude Gardin. Il faut espérer, après la publication ce dossier historiographique, que de telles études verront le jour, dans l’intérêt même de la diffusion de son œuvre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende « La combattante », torpilleur, bâtiment des Forces françaises libres (www.grieme.org).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 2
Légende Henri Seyrig. D. R.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3456/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 3
Légende Un des schéma favori de J.-Cl. Gardin
Crédits (extrait de Gardin 1979)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3456/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Djindjian, « Jean-Claude Gardin (1925-2013), un archéologue libre ! », Les nouvelles de l'archéologie, 144 | 2016, 4-9.

Référence électronique

François Djindjian, « Jean-Claude Gardin (1925-2013), un archéologue libre ! », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 144 | 2016, mis en ligne le 25 août 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/3456 ; DOI : 10.4000/nda.3456

Haut de page

Auteur

François Djindjian

Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, Umr 7041 ArScan,
francois.djindjian@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org