Navigation – Plan du site
Dossier: Jean-Claude Gardin (1925-2015)

Préface

François Djindjian et Paola Moscati
p. 3

Texte intégral

1Grâce à la générosité de ses responsables, la revue Les Nouvelles de l’Archéologie a accepté de publier les actes de la session organisée par le congrès CAA 2014 en hommage à Jean-Claude Gardin et à son œuvre scientifique, un an après son décès le 8 avril 2013.

2Nous avons souhaité publier l’ensemble des communications de cette session et également accueillir de nouveaux contributeurs qui s’étaient fait connaître entretemps. Nous nous sommes donc engagés, par pure amitié et admiration pour l’homme et son œuvre, à lui rendre cet hommage.

3Jean-Claude Gardin a eu une forte influence sur l’archéologie française et, au-delà, sur les sciences humaines. Les problématiques théoriques qu’il a abordées sont toujours d’actualité et elles le seront plus encore demain, lorsque la pathologie post-moderne sera passée de mode. Sa bonne maîtrise de l’anglais lui a ouvert les portes du monde anglo-saxon où il était très connu, bien que le logicisme ne rentre pas particulièrement dans le moule de la modélisation chère aux sciences humaines anglo-saxonnes. Il s’est ainsi distingué de nombreux archéologues français célèbres, mais moins connus à l’extérieur de l’hexagone.

4L’adolescent qui a choisi la France libre à quinze ans est resté toute sa vie le même homme libre, ne se sentant inféodé à aucun pouvoir, à aucune caste, à aucune politique ni à aucun syndicat. Cette liberté lui a donné la créativité d’aborder des problématiques modernes et de sortir des sentiers battus de l’archéologie. Dès la fin des années 1950, la formalisation documentaire l’amène aux bien connus « codes descriptifs » et au Syntol, prototypes des systèmes documentaires tels l’inventaire général, la carte archéologique et les banques de données archéologiques, comme l’a bien analysé Paola Moscati. Un aspect moins connu de sa carrière, mais bien caractéristique, nous est relaté par Bertille Lyonnet et Alain Gallay à la Dafa : quittant les traces de ses prédécesseurs qui fouillèrent longtemps le même site d’archéologie classique, il étudie un territoire en Asie centrale au début des années 1970. Cela l’amène à définir une technique de prospection, à s’intéresser à l’échantillonnage et à être un précurseur de l’étude du landscape. Un peu plus tard, au tout début des années 1980, Jean-Claude Gardin aborde le « système expert », qu’il considère comme l’outil informatique idéal au service de son logicisme. Vanda Vitali se souvient de cette période avec émotion.

5Laissons à présent le temps faire le tri dans les œuvres de Jean-Claude Gardin et les historiographes faire leur travail. Mais, sans aucun doute, Une archéologie théorique fera longtemps partie des livres de chevet d’un archéologue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Djindjian et Paola Moscati, « Préface », Les nouvelles de l'archéologie, 144 | 2016, 3.

Référence électronique

François Djindjian et Paola Moscati, « Préface », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 144 | 2016, mis en ligne le 25 août 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/3453

Haut de page

Auteurs

François Djindjian

Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, Umr 7041 ArScan,
francois.djinjian@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Paola Moscati

Cnr- Instituto di Studi sul Mediterraneo Antico,
paola.moscati@isma.cnr.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org