Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les sociétés d'horticulteurs

Les monticules artificiels du piémont occidental des Andes équatoriennes

Chronologie, modes d’implantation et fonctions
Nicolas Guillaume-Gentil
p. 65-69

Résumés

Le projet de recherche entamé en 1992 consiste en un apport à l’histoire matérielle et culturelle fort peu étudiée des piémonts andins occidentaux d’Équateur. La zone tropicale où nous menons nos recherches est riche en niches écologiques et en ressources naturelles. Cette topographie a stimulé le peuplement ancien de ce territoire (depuis au moins 6000 av. J.-C.), et a donné lieu à une adaptation de l’homme dans un milieu humide, l’obligeant à élaborer des structures d’habitat permettant de vivre dans de telles conditions. Passage obligé de la Costa à la Sierra et du Nord au Sud, le piémont andin se trouve ainsi au centre des voies de communication qui favorisent les échanges.

Haut de page

Texte intégral

1L’étude des tertres anthropiques est rendue difficile par la grande variété de leurs formes, de leurs emplacements, des techniques employées pour leur construction et de leurs fonctions. Quelles que soient les époques, on les retrouve sur une grande partie du Nouveau Monde et elles ont joué un rôle prééminent dans les communautés, les sociétés, les États et les empires précolombiens. Ces élévations sont généralement interprétées comme des centres cultuels et/ou cérémoniels, des nécropoles, des habitats ou des aires agricoles. La profusion de sites pourvus de tertres artificiels dans l’ensemble des Amériques a suscité nombre d’interrogations sur leur apparition, leur provenance, leur fonction et leur transformation.

  • 1  En Équateur, la tola désigne un monticule artificiel constitué de terre et/ou d’autres éléments.

2Sur le terrain d’une des fermes expérimentales de la firme Nestlé en Équateur, la présence de plusieurs tolas1 recelant beaucoup de mobilier archéologique a encouragé les responsables de la compagnie Latinreco S.A. à mettre sur pied un projet de fouilles, afin de préserver une partie du patrimoine menacé par les activités agricoles. Pour accomplir ce travail, la Fondation Suisse-Liechtenstein pour les recherches archéologiques à l’étranger (Fsla) a été mandatée. Situé près de Quevedo, dans la province de Los Ríos, région septentrionale du bassin du Guayas, le domaine de Nestlé se trouve sur une terrasse fluviale bordée de trois cours d’eau qui forment une ceinture triangulaire autour du site. La Cadena, village le plus proche, représente le point de départ des recherches. Financées par la compagnie Nestlé et en partie par la Fondation (Fsla), les deux premières missions visaient à pratiquer une grande coupe radiale dans deux tolas, afin d’obtenir une séquence relative des occupations successives (fig. 1). À la suite de ces premières informations, la nécessité d’une prospection globale de la région s’est fait sentir pour localiser d’autres sites et connaître leur situation, leur composition et leur répartition.

Fig. 1

Fig. 1

Fouille d’un monticule à modèle irrégulier

3La première partie de ces objectifs a été atteinte pendant les étés 1994 et 1995. Logés gratuitement dans l’hacienda San Antonio Del Delta, propriété d’une compagnie agricole hollandaise Productora Agricola Tropical Ecuatoriana (Pate), près de La Maná, nous avons prospecté une partie des piémonts andins, limite orientale de l’espace défini pour notre étude, entre El Vergel - Latinreco et San Antonio Del Delta - Pate, délimitant ainsi une zone d’environ 500 km2.

4Il a été possible de répartir les tolas selon huit catégories de forme et de taille : grande tola circulaire à sommet arrondi, grande tola circulaire à sommet tronqué, grande tola quadrangulaire à sommet tronqué, grande tola circulaire à rampe et sommet plat, grande tola en forme de « L » à sommet plat, tola de moyenne grandeur à sommet arrondi, petite tola à sommet arrondi, cordons.

5Par l’étude de la répartition de 2 125 monticules, quatre types d’installation ont été répertoriés : modèles réguliers (une rangée centrale de grandes tolas, entourée de deux rangées latérales de petites tolas) ; modèles irréguliers (groupement de grands monticules sans ordonnance symétrique) ; modèles aléatoires (concentration de petites tolas sans arrangement visible) et tolas isolées (très grandes buttes, isolées sur des terrasses élevées). Ces modèles évoquent l’organisation de villages et de zones d’activités multiples (Guillaume-Gentil 2002).

6En décembre 2000, huit jours de terrain ont permis d’identifier de nombreux sites et de démontrer la pertinence de notre modélisation.

7L’objectif des missions 1997 et 1998 était d’étudier les variations chronologiques des implantations de trois rangées parallèles de tolas, dont la centrale est composée de monticules dominants, Hacienda San Juan, canton de La Maná, province de Cotopaxi (modèles 1a et 1b) (fig. 2). Les données réunies jusque-là relevaient surtout de sites à groupement aléatoire de tertres. Il convenait d’analyser un agencement symétrique complétant les informations que renferment les différents complexes.

Fig. 2

Fig. 2

La Maña, San Juan. Ce gisement comptant 54 tolas a été subdivisé en quatre sites (1a et 1b- modèles réguliers ;1c et 1d- modèles irréguliers). Les fouilles et sondages ont révélé une séquence claire permettant une division des groupements de monticules selon les types de modèles proposés

8Afin de délimiter l’extension maximale de l’occupation anthropique de l’espace, des sondages aux abords immédiats des groupements de buttes ont été réalisés. Les dernières phases de terrain ont consisté à fouiller sur de grandes surfaces le modèle régulier 1b (fig. 3). Les larges aires excavées devaient permettre d’établir la relation entre chronologie et fonction des différentes tolas et créer une base référentielle autorisant une étude complète de l’existence des monticules artificiels, de leur ancienneté, de leur rôle, de leur répartition territoriale et de leur développement. Les résultats de douze mois de fouille ont complété ceux dont nous disposions déjà et ont conduit à l’élaboration d’une synthèse plus aboutie du phénomène des tolas (séquence et fonction) du nord du bassin du Guayas.

9L’étude de toutes les données a été entreprise en Équateur et en Suisse, grâce à un subside du Fonds national suisse de la recherche scientifique (Fns) et au soutien de la Fsla. L’interprétation des résultats des prospections et des fouilles nous amène à proposer une modélisation synchronique, diachronique et fonctionnelle des tolas d’une région donnée.

Fig. 3

Fig. 3

Fouille d’un modèle régulier

Résultats

10Les résultats ont fait avancer la compréhension du phénomène des tolas. Une révision plus sévère des différentes stratigraphies relevées au cours des six années de terrain nous a conduits à reconsidérer les hypothèses de nos prédécesseurs (Estrada 1957 ; Evans et Meggers 1961 ; Marcos 1999) et à proposer une nouvelle modélisation des installations préhispaniques de la région étudiée.

11Déjà suggérée par le mobilier, la séquence des tolas et de leur substrat indique une relative coexistence de leurs niveaux d’occupation, rythmée par l’alternance des cinérites, des phases d’abandon et des époques de construction. Ces différents événements s’avèrent parfois difficiles à préciser chronologiquement et spatialement, puisque les datations radiocarbone n’offrent pas toujours des résultats significatifs et que les téphras (dépôts de cendres volcaniques) lessivés par l’érosion ou mélangés aux remblais des tolas apparaissent irrégulièrement sur les zones recensées (Guillaume-Gentil 2006).

12Les dates 14C, obtenues à partir de charbons issus de contextes sûrs, suggèrent une relative synchronie des occupations mises au jour sur chaque tertre. Des périodes de transformation générale de l’aspect des sites alternent avec de petites réfections n’affectant parfois qu’un monticule. Il apparaît que chaque construction et réaménagement de plateforme constitue le cycle complet d’une fréquentation humaine suivie d’un abandon temporaire, auquel succède une nouvelle exploitation. Plus les résultats de l’analyse céramique s’affinent, plus nos interprétations se précisent. Toutefois, les limites des moyens de datation empêchent de proposer des relations chronologiques exactes. Seuls les cas de rupture spectaculaire (parfois soulignée ou soutenue par les téphras) ont mis en évidence une contemporanéité intersites de certains niveaux anthropiques de chaque tola. Les analogies matérielles et sédimentaires, évidemment plus aléatoires, ont pris le relais pour le calage temporel de probables synchronies.

13L’étude des niveaux d’occupation s’est parfois heurtée à la faiblesse de certaines informations. Bien que fouillées sur de grandes surfaces, les tolas ne révèlent que rarement la totalité des structures qu’elles ont pu abriter, tant l’érosion pluviale et les multiples interventions humaines (d’hier et d’aujourd’hui) ont abîmé, voire effacé les traces laissées par les communautés antérieures.

14En dépit d’un enregistrement soigneux des données sur le terrain, nous n’avons pu produire qu’un plan incomplet de l’aménagement découvert sur les plateformes. Cependant, de nombreuses récurrences ont été observées pour le squelette des cabanes (ellipsoïdales) et la répartition et la forme des foyers. Afin de mieux préciser les activités qui se sont déroulées sur ces sols, nous avons examiné les concentrations de céramique et leur association aux structures découvertes. Nous avons tenté de déterminer si la forme définit la fonction, ou si cette dernière est remplie par plusieurs types de récipients voire, au contraire, si plusieurs fonctions sont assurées par une seule variété d’objet.

15La chronologie (phases d’occupation des tolas et modes d’exploitation, voire d’agencement des plateformes, durant leurs trois millénaires de construction) a pu être établie grâce à 7 téphras, à 123 dates radiocarbone et à l’analyse stylistique de la céramique. La complexité des enchevêtrements de niveaux et la taphonomie de certaines strates a rendu l’interprétation fort difficile et a favorisé certaines remises en cause.

16Nonobstant ces réserves, l’implantation humaine dans la région est attestée sur près de quatre millénaires et demi, selon les datations radiocarbone. Des indices découverts dans des niveaux inférieurs supposent un peuplement encore plus ancien, mais faute de fossile directeur fiable, aucune date satisfaisante ne peut être avancée, même s’il est fort probable qu’elle se situe vers 5000 av. J.-C. Jusque vers la moitié du second millénaire avant notre ère (phase pré-tola, 2000 à 1600/1400 av. J.-C.), les habitants étaient installés sur des terrasses naturelles élevées, bordées par un cours d’eau. Ils habitaient des huttes ovales. Les vestiges révèlent des pratiques domestiques, mais la fonction de fosses rectangulaires remplies de mobilier n’a pas été identifiée. Dès le dépôt du téphra VI, soit durant la période tola initiale, les occupants ont installé leur demeure sur de petites plateformes ; des aires d’artisanat et d’autres peut-être dévolues à l’horticulture montrent l’exploitation des alentours (phase tola initiale 1600/1400 à 950 av. J.-C.). Cette nouvelle phase est également soulignée par l’apparition graduelle d’une céramique dont le style évoque de moins en moins les traits du Formatif ancien (Valdivia) mais se rapproche du faciès chorréroïdes (Formatif final), sans qu’un passage Machalilla (Formatif moyen) ne soit rigoureusement démontré. Vers la fin de cette époque, il semble que ces sociétés dominaient le traitement du métal, ainsi qu’en témoignent des structures de combustion très élaborées. À ce développement technique s’ajoute une importante diversification de la céramique et une augmentation des surfaces cultivées, ce qui suppose un développement important des connaissances agricoles.

17Lors d’une période fortement perturbée par des éruptions volcaniques (téphra V à III), une phase de transition tola initiale / modèle régulier (1000 à 800 av. J.-C.) montre l’apparition progressive de monticules dont l’agencement forme un « U ». En même temps, apparaissent de grandes maisons enserrées par des palissades que renforcent des murets d’argile indurée. D’abord construites sur le tertre central, ces demeures se répartissent peu à peu sur les monticules dominants contenus dans toutes les rangées de tolas à l’exception d’une butte de la rangée centrale sur laquelle est implanté un espace cérémoniel.

18Cette transformation radicale du mode d’installation a été nommée « phase d’apogée des modèles réguliers », car la complexification des activités y devient la plus forte. Établi sur le seuil hallstattien de la courbe radiocarbone, ce cycle d’occupation est cependant chronologiquement difficile à situer. Néanmoins, la concentration des dates et la lente évolution de la céramique observée dans les structures à fonction rituelle suggèrent une succession d’établissements pendant 400 à 600 ans (800/600 à 300/200 av. J.-C.) : les techniques céramiques du Formatif final (chorréroïde) évoluent vers des façonnages caractéristiques de la période Développement régional

19Après la phase d’apogée des modèles réguliers, les fonctions des tolas se simplifient et rompent avec la tradition des monticules cérémoniels : aucune trace tangible de pratique symbolique n’est plus identifiée. L’habitat se transforme, laissant place à des cabanes ellipsoïdales bordées d’aires artisanales et domestiques. Sur les trois à quatre siècles suivants (200 av. J.-C. à 200 apr. J.-C.), les plans symétriques sont exploités de façon plus simple et les rituels se déroulent probablement dans de nouveaux lieux non identifiés.

20Le marqueur temporel matérialisé par le téphra II souligne l’apparition d’une modification globale de l’aménagement du territoire. La phase « modèle irrégulier » est manifestée par un habitat réparti sur les tolas de sites symétriques ou sur des terrasses naturellement élevées et par d’abondantes zones cérémonielles établies sur les tertres de la catégorie des plans asymétriques (modèles irréguliers et aléatoires). La fréquentation des deux modèles en même temps a d’abord paru incongrue, mais les éléments mis au jour révèlent une extension du domaine domestique avec la réutilisation de sites symétriques et l’aménagement des espaces sans monticule, ainsi qu’une spécialisation cérémonielle des grands monticules appartenant aux groupements moins ordonnés. Les stratigraphies dévoilent un effort de construction pour les tolas des sites asymétriques : les rituels ont été effectués sur de gros remblais superposés. Les terrasses naturelles sur lesquelles sont bâtis les sites à modèles irréguliers recèlent de nombreux dépôts à fonction symbolique (statuettes, récipients richement décorés, etc.), mais aussi des amas de poteries mêlées de pierres portant des traces d’utilisation (pigments rouges, lissage des faces, haches polies brisées, récipients sculptés, etc.). Ainsi, la période de mixité d’exploitation présente une répartition des secteurs d’activités. Les sites de plan irrégulier semblent essentiellement dévolus aux pratiques cérémonielles ou festives, tandis que les sites dits symétriques sont destinés à l’habitat. Débutant vers 200 apr. J.-C., ces implantations mixtes existent sur toute l’époque du Développement régional jusque vers 800 apr. J.-C. Le hiatus observé est essentiellement lié à l’absence de structure intacte ou d’élément de datation. La présence de mobilier de la période d’Intégration est attestée dans des contextes très remaniés sous le téphra I. En outre, une brève reconnaissance effectuée sur un monticule de modèle irrégulier a permis d’identifier le téphra I sur le premier tiers des remblais constitutifs de ces gigantesques buttes. Ce constat induit une éventuelle continuité dans la construction des tolas, mais selon un appareillage où les couches constitutives sont plus épaisses. À cet indice, s’ajoutent des tolas isolées non fouillées susceptibles de combler le hiatus en question.

21L’érection des buttes artificielles se perpétue jusqu’au xiiie siècle, époque où des cordons parfois très longs (plus de 600 m) sont aménagés sur les sols recouverts par le téphra I. Le rôle destiné à ces constructions n’a pas été déterminé, mais il s’apparente davantage à des actes symboliques qu’à des fonctions agricoles ou domestiques.

Les tolas : pourquoi ? par qui ?

22Il semble plus facile de répondre à la première interrogation, car la topographie et le climat fournissent des explications logiques. Quant à la seconde question, on peut proposer des réponses aussi vraisemblables les unes que les autres sans, pour autant, que les indices disponibles ne les confirment de façon catégorique.

23Initialement, on pensait les tolas érigées pour se prémunir des inondations provoquées par les crues des torrents pendant la saison des pluies. Or la faible élévation des tertres de cette période n’aurait pas rempli ce rôle, tant les eaux se déchaînent, allant jusqu’à modifier le cours des rivières. Constituant de véritables promontoires dominant les cours d’eau, les terrains sur lesquels sont construits les monticules n’absorbent pas immédiatement les masses de précipitations qui s’abattent en quelques heures sur la région. Durant une demi-journée, les zones déboisées s’apparentent à des marais qui s’assèchent rapidement. Aussi, les premiers constructeurs de monticules se sont-ils installés sur les tolas afin de ne pas subir ces inondations temporaires qui auraient envahi leur habitat s’il avait été construit à même le sol et sur les berges peu élevées qui bordent les rivières. Par la suite, et en fonction de la transformation du mode de vie du clan – ou du mouvement de population –, les tertres artificiels ont reçu des affectations répondant à des nécessités nouvelles, voire à une modulation de certaines pratiques existantes (rituelles, cérémonielles, chamaniques, etc.). Définir les facteurs ayant motivé ces changements s’avère d’une complexité telle que nous ne sommes pas en mesure de les restituer.

24Enfin, le nombre de sites mis en évidence dans notre secteur pourrait signifier une forte densité de population ne correspondant pas aux évaluations communément admises pour l’époque précolombienne. Répartis sur un territoire d’environ 500 km2, les 2 125 monticules témoignent de 3 000 ans d’occupation humaine et n’ont pas été édifiés ni fréquentés simultanément. En outre, la gémellité des modèles réguliers (fig. 4) suggère une alternance d’installation liée à l’épuisement de la terre laissée en jachère le temps d’un cycle de vie d’un habitat (cinq à quinze ans pour les communautés amazoniennes, par exemple). Il se peut également que la cadence soit moins régulière et obéisse aux coutumes encore attestées aujourd’hui, qui consistent à abandonner temporairement un village dès qu’un personnage important décède (maître de maison, chaman, etc.). Ces arguments (non exhaustifs) autorisent à proposer une densité maximale de 1 à 4 habitants au km2, pour autant que le cinquième des monticules soit conjointement occupé par cinq personnes.

Fig. 4

Fig. 4

La Cadena Quevedo. Sites 99 et 100, modèles réguliers jumelés

Haut de page

Bibliographie

Estrada, V. E. 1957. Ultimas civilizaciones prehistóricas de la Cuenca del Río Guayas. Guayaquil, Publicación del Museo Arqueológico Victor Emilio Estrada, 2.

Evans, C. et B. J. Meggers. 1961. « Cronología relativa y absoluta en la costa del Ecuador », Cuadernos de Historia y de Arqueología, 7, 27 : 147-152.

Guillaume-Gentil, N. 2002. « Los montículos artificiales de la Alta Cuenca del Guayas, análisis cronológico de los modos de ocupación de las sociedades prehispánicas de Ecuador », in : América Latina : Historia y sociedad. Una visión interdisciplinaria. V años de Aula Oberta de la Universidad Autónoma de Barcelona. Barcelone, Uab (Amer&Cat 7) : 195-214.

Guillaume-Gentil, N. 2006. Recherches archéologiques sur les tolas (monticules artificiels) dans le Bassin du Guayas (Équateur). Modes d’implantation, peuplement et chronologie. Thèse de doctorat, Université de Neuchâtel.

Marcos, J. 1999. « Proceso de neolitización en los Andes ecuatoriales », in : L. G. Lumbreras (ed.), Historia de América andina. Quito, Universidad andina Simón Bolívar, Libresa (Las Sociedades aborígenes 1) : 109-140.

Haut de page

Annexe

Il serait judicieux de poursuivre les recherches dans cette région afin de préciser encore notre modélisation : effectuer des sondages dans les modèles identifiés mais non fouillés apporterait une contribution utile à nos hypothèses. Notre passion à l’égard de ce projet demeure intacte, mais la poursuite de l’œuvre commencée dépend également de facteurs économiques. Puisse l’avenir garantir de réjouissantes perspectives en ce domaine.

Haut de page

Notes

1  En Équateur, la tola désigne un monticule artificiel constitué de terre et/ou d’autres éléments.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Fouille d’un monticule à modèle irrégulier
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 2
Légende La Maña, San Juan. Ce gisement comptant 54 tolas a été subdivisé en quatre sites (1a et 1b- modèles réguliers ;1c et 1d- modèles irréguliers). Les fouilles et sondages ont révélé une séquence claire permettant une division des groupements de monticules selon les types de modèles proposés
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/345/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 3
Légende Fouille d’un modèle régulier
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/345/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 4
Légende La Cadena Quevedo. Sites 99 et 100, modèles réguliers jumelés
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/345/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Guillaume-Gentil, « Les monticules artificiels du piémont occidental des Andes équatoriennes », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 65-69.

Référence électronique

Nicolas Guillaume-Gentil, « Les monticules artificiels du piémont occidental des Andes équatoriennes », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/345 ; DOI : 10.4000/nda.345

Haut de page

Auteur

Nicolas Guillaume-Gentil

Université de Neuchâtel-Umr 8096 « Archéologie des Amériques », Cnrs
Nicolas.Guillaume-Gentil@cifom.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org