Navigation – Plan du site

Pour fouiller les camps d'enfermement de la seconde guerre mondiale ?

Le camp de la Glacerie (Manche)
François Fichet de Clairfontaine
p. 48-53

Résumés

L’archéologie des camps de prisonniers allemands (1944-1948) se développe depuis une dizaine d’année en France. Construisant encore ses problématiques, elle interroge le cadre de la vie quotidienne des camps et le comportement de soldats au sortir de la guerre ; tentant de s'adapter aux conditions de l'enfermement ; aux prises aussi avec des autorités alliées puis françaises qui devront trouver des solutions pour approvisionner près de 650 000 hommes des anciennes forces de l'Axe ; au contact de la population auprès de laquelle se pratiqueront des formes de troc.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keyword :

camp, german prisoner, hut, daily life, shortage
Haut de page

Texte intégral

1L’histoire de la seconde guerre mondiale a-t-elle besoin de l’archéologie ? La communauté scientifique est encore partagée sur l’opportunité d’une archéologie dont l’enquête porterait sur des domaines abondamment documentés par les archives papiers, les collections photographiques pouvant être pléthoriques tout comme les documents sonores. Par ailleurs, outre la dangerosité qu’offrent les sites de combats, l’archéologue se trouve face à des interlocuteurs nouveaux qui pourraient lui contester la primauté de la compétence, à commencer par les détenteurs de la mémoire vive les familles –, les musées de guerre ou de collectionneurs, les associations œuvrant sur le thème de la mémoire. S’y joignent des historiens et aussi des chercheurs archéologues étrangers pour qui le patrimoine des deux guerres relève d’un intérêt supranational, voire mondial. Il lui faut donc apprendre à partager son domaine d'étude, prendre conscience qu'il aborde un sujet sur lequel des approches différentes peuvent être confrontées. Dans de nombreux cas, la valeur mémorielle et sensible d'un vestige apparaîtra souvent bien supérieure à sa valeur scientifique ou patrimoniale !

2Pour revenir aux événements du second conflit mondial, les récents enseignements d’une archéologie multipliant ses interventions sur les camps d’enfermement, et tout particulièrement sur des camps de prisonniers de guerre allemands en 1944-1947 en France, méritent d’être interrogés car ils sont emblématiques par bien des aspects.

3Élargissons d’abord notre propos à un premier constat. L’archéologie des camps d’enfermement se développe dans de nombreux pays et concerne des sites liés à la plupart des conflits du xxe s. (Myers & Moschanska 2011). En Espagne, depuis 2007, de nombreuses fouilles sont conduites sur des camps franquistes à Castuera (Badajoz, Estrémadure) et Bustavejo (Madrid) (Gonzalez-Ruibal 2011 : 53-68). En Pologne, les sites des camps de concentration et d’extermination font l’objet de fouilles à partir des années 1980, comme à Bełźec, et aujourd’hui à Chełmno, Sobibór (Kola 2001, Gilead et al. 2009) et Treblinka (Pappas 2014). Après Oranienburg-Sachsenhausen, des recherches sont conduites en Allemagne, par exemple à Buchenwald (Hirte 2000), depuis plus de 15 ans (Sturdy Colls 2012). Certes, le camp d'enfermement peut revêtir des réalités bien diverses, du site de mise à mort planifiée des camps nazis au camp de réfugiés. Dans le premier cas, il s’agit souvent à l’évidence d’étudier les vestiges d’une extermination ayant laissé trop peu de traces et de traces, comme à Sobibór et Treblinka où les vestiges des chambres à gaz ont été mis au jour. La démarche peut être d’abord celle de la recherche de preuves pour alimenter et confirmer une histoire aux prises avec la négation, ou la volonté de reconstituer un passé que l'on a voulu camoufler. Il s’agit alors d’une archéologie « judiciaire », à l'exemple de celle menée par le père Patrick Desbois (2007) sur la « Shoah par balles » en Ukraine, ou celle des charniers des geurres qui ont ensanglanté l’ex-Yougoslavie dans les années 1990. Sont ici posés le rôle et la fonction de l’objet archéologique comme preuve et mise à témoin, parfois trop facilement manipulables avec une valeur émotionnelle, sinon « judiciaire » forte (Fosse 2012). Quoi qu’il en soit, ces quelques exemples auxquels nous pourrions rajouter des sites norvégiens, anglais ou italiens, démontrent que la recherche sur les camps d’enfermement se développe pleinement en Europe, un fait nouveau depuis le début des années 2000.

  • 1 L’article « Mémoires de Terre » d'Édouard Launet, publié dans Libération le 11 octobre 2011 a été (...)

4L’exemple de la Normandie peut venir illustrer un des volets de cette démarche, qui n’apparaissait pas encore naturelle à la fin des années 1990. L’histoire des camps de prisonniers de guerre allemands, sur le territoire français, semble avoir fait l'objet au mieux d'un désintérêt dans la seconde moitié du xxe s., au pire d'un véritable tabou politique et historique (Cochet 1985). Le refus du gouvernement de rendre trop vite leur liberté à des soldats, qui représentaient selon lui 25 % de la main-d’œuvre utile à la relance économique du pays, n'y est pas étranger. Ce fut et reste un champ sensible qui doit être abordé avec prudence et peut générer de fortes oppositions1. Son écriture est récente et trouve son origine avec le travail de thèse soutenu en 2000 par Denis Peschanski (2002) sur les camps d’internements en France. Les historiens s'emparent alors du sujet et signent aujourd'hui de plus en plus de travaux, comme l'ouvrage de V. Schneider paru en 2011 ou la thèse de Théofilakis soutenue en 2010 (Théofilakis 2012 et 2014). L'archéologie s’y intéresse au même moment.

5Dès juin 1944, la Normandie fut en France la première région au sein de laquelle les forces alliées aménagèrent des camps de prisonniers. D'abord, de simples enclos ou beach enclosures entourés de barbelés et gardés furent aménagés sur la plage du débarquement ou en léger retrait. Devant le flux sans cesse grossissant de prisonniers, non prévu par les états-majors apparemment dépassés par un certain « succès », des sites d'enfermement furent créés et rapidement structurés pour accueillir ce flot. À partir de 1945 et jusqu’en 1949, après le rapatriement des soldats vers leur pays d'origine, la majeure partie des camps fut détruite ou arasée, les parcelles retournant à leur destination première, à savoir au labour ou à l'élevage. Cet arasement et le peu d'intérêt que ces sites suscitaient ont souvent conduit à oublier leur courte existence. Qui se souvient ainsi des camps de Damigny à Alençon, de Nonant-le-Pin (Orne) ou de Fleury-sur-Orne (Calvados) ? L'archéologie préventive, qui sait être opportuniste et dont les modes d'enregistrement des données permettent d'aborder l'ensemble des traces d'occupations humaines sur un même site, ne pouvait passer à côté des multiples témoins des combats de 1944. Ces témoins commencent à être étudiés à partir des années 1990. En 1998, lors d’un diagnostic puis d’une fouille à Mosles (Calvados) sur un site de l'âge du Fer, les archéologues ont mis au jour un camp tenu par des Britanniques qui avait été créé en 1944. Des traces de poteaux et des fossés ont été reconnus et, parmi les nombreux mobiliers recueillis, des objets transformés ou fabriqués par les soldats prisonniers, tels des lampes. L'information est intégrée à la notice publiée dans le Bilan scientifique régional de 1998, ces témoins étant déjà considérés comme archéologiques.

6De 1998 à 2009, les archéologues analysent davantage les vestiges et consignent les données recueillies dans leurs rapports d'opération (1998 : 43-44), à l'incitation du service régional de l'archéologie : fouilles de trous d'hommes, découverte de dépotoirs, abri de Touffreville (Calvados) en 1998, tombes de catastrophe, etc. (Carpentier & Marcigny 2013). La mise au jour en 2006, puis la fouille en 2009 des vestiges du camp de prisonniers de guerre allemands de la Motterie à La Glacerie (Manche), constitue la première fouille préventive prescrite en France sur des vestiges de la seconde guerre mondiale (Early 2012 ; Fichet de Clairfontaine 2013 ; Carpentier & Marcigny 2014).

  • 2 Voir par exemple le magazine In Touch, Oxford Archaeology Newsletter Issue 9, April 9.

7La prescription de fouille suggérait la présence d'un camp d'enfermement dit de transit, le fameux CCP WE n°10 « Gringor » créé par les autorités américaines dès septembre 1944. D'une surface de près de 56 ha dans son extension maximale, on y comptait plus de 25 000 prisonniers en mai 1945. La quasi-absence de sources textuelles que l'on pensait perdues, le fait qu'une large part d'un camp bien structuré semblait être sous les parcelles soumises à un projet de lotissement et, enfin, le potentiel archéologique du site relativement bien conservé, soutenait la prescription de fouille. Plusieurs cabanes incendiées puis arasées et des matériels dont un casque italien suggéraient la possibilité d'analyser des espaces de vie et de comprendre comment des soldats de diverses nationalités avaient pu s'adapter à un enfermement pour y survivre. On pouvait supposer que les origines diverses des soldats avaient donné lieu à des variations comportementales au sein d'un même groupe, ce qu'aucun texte (mis à part des Mémoires) ne pouvait sans doute retranscrire. Oxford Archéologie Grand Ouest, seul opérateur ayant répondu à la prescription de fouille sur 3,5 ha, a été retenu. L'expérience britannique de la fouille des sites de la seconde guerre mondiale explique aisément cette présence2. Afin de recueillir d'éventuels témoignages de survivants de cette période, le service régional a demandé une enquête ethnographique auprès de la population. Nathalie Lemarchand (2012) l’a menée sous l'égide du Centre régional de culture ethnologique et technique de Basse-Normandie (Crécet). Faute de témoins, elle a surtout questionné la réaction des archéologues intervenant sur des vestiges d'un passé très récent, aux accents dramatiques.

8La fouille a livré une grande partie du plan d'un camp qui s'est avéré être un camp de travail adossé au camp principal de transit. Des plaquettes d'identités associaient le nom des soldats au POW 112 soit le labor enclosure 112 A ouvert en octobre 1944, devenu plus tard le dépôt 301 après sa remise aux autorités françaises en août 1945. Il fut fermé en octobre 1946, ses derniers occupants étant transférés dans la caserne Rochambeau à Cherbourg. Les archives qui ont pu être retrouvées, les photographies aériennes du camp en 1944 et 1945, des rapports du Comité international de la Croix-Rouge (Cicr) conservés à Genève, etc. permettent de savoir qu'il hébergeait près de 4 017 prisonniers allemands, lituaniens et estoniens le 7 mai 1945. Le décapage a mis au jour près de 180 fonds de cabanes, répartis en rangées et formant des blocs ou compounds. Un ensemble de blocs était séparé d'un autre par une double clôture encadrant un espace de circulation (fig. 1). Tout contre la clôture étaient aménagés des équipements collectifs dont la destination exacte demeure énigmatique (fours pour chauffer des douches, cuisines d'extérieur, bac pour laver les vêtements, etc. ?), malgré une relative proximité chronologique des événements. Plus de 4 000 objets ont été recueillis, du poêle à bois au petit crucifix en acier oublié par un soldat, de la brosse à dents au vêtement marqué « POW » pour prisoner of war que le soldat devait porter dès qu'il quittait le camp pour aller au travail sur le port de Cherbourg ou au déminage. Hormis certaines pièces récupérées sur l'uniforme du soldat de la Wermacht (des boutons principalement), la plupart des objets d'équipement et d'habillement, dont les effets militaires, ont été fournis par les dépôts de l'armée américaine. Il en est de même pour le matériel sanitaire, les bouteilles d'encre ou encore nombre de bouteilles de médicament. Aucun insigne ou distinction référant au statut du soldat, a fortiori l'appartenance à la SS, n'a été recueilli, ce qui témoigne du processus de « dénazification » réalisé par l'armée américaine, sinon de la prudence du soldat peu avant d'être fait prisonnier.

Fig. 1

Fig. 1

Plan du camp 112A de La Glacerie (Manche)

(relevé Oxford Archaeology ; DAO Fichet de Clairfontaine).

9Des 98 cabanes étudiées (fig. 2), il subsiste des excavations rectangulaires de 5 x 2 m, dont la profondeur d’origine atteignait 1,50 m. Les rares écrits retrouvés témoignent de terrassements réalisés souvent en cachette, car il y avait semble-t-il interdiction d'excaver. Les terrassements pouvaient donc être faits de nuit. La fosse devait être suffisamment profonde pour être ensuite planchéiée, ou disposer d'un vide sanitaire que l’on recouvrait de planches. Le terrain sensiblement en pente était très argileux et la pluie le transformait aisément en océan de boue. La cabane se montait à l'aide de matériaux de fortune, de parois de planches et d'un toit de toile de tente, sinon de tissus recouverts d'asphalte, de tôles ou même de cartons. Des remblais longeaient chaque cabane pour renvoyer l'eau le plus loin possible. Le chauffage était rudimentaire, employant au mieux de petits poêles, au pire des bidons récupérés (fig. 3 et 4). L'archéologie démontre que les soldats ont aménagé eux-mêmes leurs lieux de vie, employant un encadrement de fenêtre dénotant la récupération ou troquant des pièces venues de l'extérieur. Un certain degré de liberté dans l'aménagement de leurs logements semble ainsi avoir été accordé aux prisonniers du camp de travail par le commandement du camp américain. Certaines cabanes comportant des placards ou des espaces de travail à côté des lits ont livré des mobiliers qui attestent l'existence de petits ateliers, comme celui d'un cordonnier, véritable raccommodeur de bottes et de chaussures usées. Tout démontre une pénurie des équipements, qui incitait ailleurs à la transformation de boîtes pour fabriquer des chopes et des gamelles. Il est possible que de petites infirmeries « d'appoint » aient été installées au cœur même des compounds, comme en témoigne la présence de nombreuses boîtes et bouteilles de médicaments dans une cabane. Cette population était sans aucun doute en mauvais état de santé, au sortir des combats, et fragilisée par des difficultés liées à l'approvisionnement en nourriture qui se sont aggravées à l'été 1945. Les notes retrouvées, les rapports du Cicr, des souvenirs glanés auprès de survivants du camp de transit démontrent que les soldats avaient faim, très faim même (Schröder 1997). C'est même le principal souvenir de l'un d'entre eux qui est demeuré dans la Manche après-guerre : « J'avais faim » (Schneider 2011 : 48-49). Cette population fragile souffrait aussi de l'humidité qui occasionnait des bronchites et autres pneumopathies, et de maladies intestinales ou liées à la malnutrition comme la dysenterie. Aucune latrine dont l'étude aurait pu mieux renseigner sur l'état général de cette population n'a été retrouvée. Le mobilier recueilli caractéristique de celui de toute personne éloignée de sa famille et de sa patrie. Il se compose de nombreux encriers et de crayons à mine de graphite pour écrire, seul moyen de communication possible avec les proches. Les brosses à dents et tubes de dentifrice, brosses et peignes à cheveux livrent l'image d’hommes prenant soin d'eux et attachant de l'importance à leur hygiène et aux soins corporels. Sans doute étaient-ils un peu plus favorisés que les soldats enfermés dans le vaste camp de transit tout proche. Plusieurs objets dont des bouteilles de sirop ou de bière attestent la pratique du troc avec les paysans des environs. Une chaussure de femme retrouvée dans une cabane suggère même que les relations pouvaient aller plus loin ! Et un tube d'onguent prophylactique contre les maladies vénériennes démontre qu'il y a pu y avoir quelques risques.

Fig. 2

Fig. 2

Vue du site de La Glacerie (Manche) et des cabanes excavées

(cl. R. Early. Oxford Archaeology).

Fig. 3

Fig. 3

Cabane 1037. La Glacerie (Manche). Bidon transformé en poêle à bois, reposant sur le fond excavé

(cl. R Early. Oxford Archaeology).

Fig. 4

Fig. 4

Cabane 1049. La Glacerie (Manche). Elle conserve son poêle et l'encadrement d'une fenêtre

(cl. R. Early. Oxford Archaeology).

  • 3 Traduction : « Un souvenir de la captivité 1944/45. Cherbourg ».

10Au final, l'étude du camp de travail renvoie à une population à l'état de santé est précaire, sans être aussi catastrophique que celle d'autres camps devenus des mouroirs à la même période, comme par exemple le CCPWE n°23 de Bolbec où l'on mourait de faim (Delacroix & Avenel 2005). Les autorités américaines puis françaises ont tenté de pourvoir au nécessaire, malgré des difficultés évidentes d'approvisionnement en 1945, lesquelles ont touché aussi fortement la population même des villes. Sur place, ces prisonniers travailleurs se sont adaptés. Ils fabriquaient de leur main des cabanes, récupéraient, transformaient ou rapiéçaient à l'infini un équipement qu'il fallait faire durer, pratiquaient le troc avec l'extérieur, sans doute aussi avec les troupes qui les surveillaient, luttaient contre les maladies, en attendant une libération sans cesse repoussée pour revenir au pays. L'archéologie suggère aussi l'existence de sentiments de camaraderie et d'entraide, poussant les soldats à exprimer leur séjour au camp d'enfermement et leur survie à l'épreuve. Faut-il ainsi analyser ce pochoir en plastique (fig. 5) sur lequel se découpe la phrase « Ein Andenken an die Krieg Gefangenschaft 1944/45 Cherbourg »3 ?

11Depuis la découverte du camp de La Glacerie en 2006, les travaux archéologiques sur des camps d'enfermement se sont multipliés. Citons le site de la Chauvinerie, en périphérie ouest de Poitiers (Vienne) en 2008 et 2011, le CCPWE n°17 de Stenay (Meuse) où les données recueillies traduisent les conditions très difficiles d'hébergement des prisonniers (Vermard & Adam 2014), le camp de Savenay (Loire-Atlantique), ou celui de Coyolles (Aisne). On peut évoquer aussi le labor service company 8845 de Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle). La ferme du château de Charmois y a livré des vestiges des aménagements intérieurs et des peintures murales par lesquelles les soldats ont tenté d'égayer leur séjour tout en livrant leurs pensées les plus diverses (Legendre 2011). La conservation exceptionnelle d'objets cachés ou perdus a permis d'approcher des domaines qui concernent aussi bien les modalités du troc que les pratiques d'hygiène et de soin du corps ou la recherche de distraction dans le jeu et la lecture. L’étude du camp de travail de Vandœuvre-lès-Nancy complète donc bien notre approche de La Glacerie sur les modalités d'approvisionnement des prisonniers par les autorités américaines et les mille expédients employés pour survivre dans un milieu fermé. Le POW Stockade n°3 sur le site du Champ de Manœuvre à Bétheny (Marne) a fait l'objet d'une fouille préventive en 2013 par le service Reims métropole. Ce camp était rattaché au vaste dépôt logistique Q-256 de l'US Army, employant près de 23 000 prisonniers allemands. La mise au jour de latrines, de fonds de cabanes et surtout de vestiges de grandes tentes collectives américaines renvoie à l'image d'un site du type tent city. Relativement bien aménagé, il était occupé par des soldats d'origines diverses (Allemands, Hongrois...), vivant dans une situation certes précaire, mais bénéficiant de conditions d'hygiène assez bonnes. Le mobilier recueilli est varié et révèle le souci de bien traiter ces prisonniers. L'analyse en cours des mobiliers devrait pouvoir juger de l'apport du troc et des modes de relations entretenues avec la population pour ce type de camp (Garmond 2015). Pour terminer, on signalera la fouille fin 2015 du camp de travail 412 (1944-1946) créé par l'armée américaine et découvert sur la déviation de Miramas (Bouches-du-Rhône). Son étude sur près de 30 % de sa surface globale a surtout livré un abondant mobilier. Les 7 000 pièces recueillies dans une quarantaine de fosses devraient renseigner les différents aspects d'une vie quotidienne que l’on pourra comparer à celle des prisonniers de la Glacerie comme de Vandœuvre-lès-Nancy. On y souligne entre autres la production d'objets par les détenus, du poêle à bois à la bague ou des pièces en forme de cœurs (inédit).

Fig. 5

Fig. 5

Pochoir en plastique sur lequel se découpe la phrase «  Ein Andenken an die Krieg Gefangenschaft 1944/45 Cherbourg »

(Inv. 1. Coll. Mémorial de Caen, cl. H. Paitier, Inrap).

Fig. 6

Fig. 6

Plaque d'immatriculation d'un prisonnier du camp 112 A au nom de Muench Hermann

(Inv. 1703. Coll. Mémorial de Caen, cl. Oxford Archaeology).

  • 4 La commission comprenait : Y. Desfossés, M.  Prestreau, A. Jacques, St. Simonnet du Mémorial de Ca (...)

12En 2008, le mémorial de Caen accueillait à notre invite un colloque conviant historiens, ethnologues et archéologues à partager leurs expériences et leurs réflexions sur le thème de l'archéologie et les conflits armés des xixe-xxe s. Nourrie de cette rencontre et d'autres travaux(par exemple Desfossés et al. 2008), une petite commission4 composée d'historiens et d'archéologues est venue présenter ses conclusions au Conseil national de la recherche archéologique (Cnra) le 28 janvier 2010. Plusieurs problématiques ont ainsi été avancées pour structurer la recherche archéologique sur les vestiges des conflits récents et objectiver ses enjeux. Entre autres, la commission mettait en avant l'étude des cultures matérielles en temps de conflit armé et la violence de guerre, soulignant l'apport des premiers travaux sur les camps de prisonniers. L'analyse des premiers résultats des recherches met en évidence que l'on est face à une archéologie dont les problématiques scientifiques sont toutefois en cours de construction. La discipline archéologique, partenaire et non auxiliaire de l'historien, peut revendiquer tant la légitimité de son intervention scientifique sur des vestiges des conflits récents que l'appartenance des objets recueillis à ses champs d'enquête. La disparition des derniers témoins et l'entrée progressive ou totale dans l'histoire humaine de ces épisodes guerriers ne suffisent pas à justifier cette exigence. Ainsi les objets, uniques ou produits à l'infini, parfois ou souvent transformés, peuvent constituer une autre manière d'aborder le réel de la guerre et du « sortir de la guerre », mais aussi une vie quotidienne plus diffuse et moins renseignée par les écrits. Ils constituent, avec les traces des cabanes et des tentes, les aménagements collectifs des camps ou même les peintures murales, un regard sur le comportement du soldat devenu prisonnier, au sortir du combat et dans l’attente de sa libération (fig. 6). Comment apprendre ou réapprendre à vivre dans le cadre du camp d’enfermement ?

Bilan scientifique régional de Basse-Normandie. 1998. « Mosle, la Pièce du Pressoir (Calvados) », Caen, Drac de Basse-Normandie : 43-44.

Carpentier V. & Marcigny C. 2014. « Les camps de prisonniers allemands. Un nouveau champ de recherche pour l'archéologie française », in : Le sort des vaincus, Archéopages, 39, oct. 2013-janv. 2014 : 64-69.

Carpentier V. & Marcigny C. 2013. Archéologie du débarquement et de la bataille de Normandie. Coédition Inrap-éditions Ouest-France.

Cochet F. 1985. « France 1945. Le dossier controversé des prisonniers de guerre allemands », Historia, 191 : 44-48.

Delacroix Ph. & Avenel A. 2005. C.C.P.W.E. n°23. Le camp de prisonniers de guerre allemands de Bolbec (février 1945-août 1946). Bolbec, ville de Bolbec.

Desbois P. 2007. Porteur de mémoires : sur les traces de la Shoah par balles. Michel Lafon, Paris.

Desfossés Y., Jacques A. & Prilaux. G. 2008. L’archéologie de la grande guerre. Coédition Inrap-éditions Ouest-France.

Early R. 2012. « Excavating the World War II Prisoner of War camp at La Glacerie, Cherbourg, Normandy », in : H. Mytum & G. Carr (ed.), Prisoners of war, Archaeology, Mémory and Heritage of 19th -20th Century Mass internment. New-York, Springer : 95-115.

Fichet de Clairfontaine F. 2013. Le camp de travail de prisonniers de guerre allemands 112 A. Collection archéologie en Basse-Normandie, 2. Édition numérique en pdf, DRAC de Basse-Normandie : http://www.culturecommunication.gouv.fr/​Regions/​Drac-Normandie/​Publications/​Archeologie/​Archeologie-en-Basse-Normandie-n-2

Fosse C. 2012. « Rôle, fonction et limites de l’objet historique dans l’élaboration du discours mémoriel », Synergies Pays Riverains de la Baltique, 9 : 27-39

Garmond N. 2015. « Archéologie d'un camp de prisonniers de la Seconde Guerre mondiale. Le POW Stockade n°3 du Q-256, Reims-Béthény (Marne) », in : Journée archéologique régionale de Champagne-Ardenne, Châlons-en-Champagne, 13 décembre 2014, Bulletin de la Société archéologique champenoise, t. 108, n° 1 : 55-57.

Gilead I., Haimi Y. & Mazurek W. 2009. « Excavating Nazi Extermination Centres », Presents Past, 1 : 10 [http://doi.org/​10.5334/​pp.12].

Hirte R. 2000. Offene Befunde. Ausgrabungen in Buchenwald. Zeitgeschichtliche Archäologie und Erinnerungskultur. Herausgegeben von der Gedenkstätte Buchenwald, GmBH, Braunschweig 2000.

Gonzalez-Ruibal A. 2011. « The archaeology of internment in francoist spain (1936-1952) », in : A. Myers & G. Moschenska (éd.), Archaeologies of internment, One world archaeology. New-York, Springer : 53-68.

Kola A. 2001. « Badania archeologiczne terenu byłego obozu zagłady Żydów w Sobiborze », Przeszłość i Pamięć. Biuletyn Rady Ochroni Pamięci Walk i Męczeństwa, 4 : 115-122.

Legendre J.-P. 2011. « Le camp de prisonniers allemands de Vandœuvre-lès-Nancy », in : St. Jacquemot & J.-P. Legendre (éd.), Vestiges de guerre en Lorraine. Le patrimoine des conflits mondiaux. Metz, Édition Serpenoise : 186-221.

Lemarchand N. 2012. L'archéologie préventive contemporaine, nouveau métier, nouvelles pratiques, nouvel objet. Fouilles d'un camp de prisonniers allemands à la Glacerie. Caen, Centre régional de culture ethnologique et technique de Basse-Normandie/Conseil régional.

Myers A. & Moschenska G. éd. 2011. Archaeologies of internment, One world archaeology. Springer.

Pappas St. 2014. « First-Ever Excavation of Nazi Death Camp Treblinka Reveals Horrors », Livescience, 27 march 2014 [http://www.livescience.com/​44443-treblinka-archaeological-excavation.html].

Peschanski D. 2002. La France des camps : l'internement, 1938-1946. Paris, Gallimard.

Schneider V. 2011. Un million de prisonniers allemands en France 1944-1948. Paris, Vendémiaire.

Schröder J. 1997. Cherbourger Notizen. Ulm, Gerhard Hess Verlag.

Sturdy Colls C. 2012. « Holocaust Archaeology: Archaeological Approaches to Landscapes of Nazi Genocide and Persecution », Journal of Conflict Archaeology, 7(2) : 71-105.

Théofilakis, F. 2010. Les prisonniers de guerre allemands en mains françaises (1944-1949) : captivité en France, rapatriement en Allemagne. Thèse soutenue à l'université de Paris Ouest Nanterre.

Théofilakis F. 2012. La captivité de guerre au xxe siècle : des archives, des histoires, des mémoires. Paris, Armand Colin.

Théofilakis F. 2014. Les prisonniers de guerre allemands. France, 1944-1949. Paris, Fayard.

Vermard L. & Adam Fr. 2014. « Les conditions de détention pendant la deuxième guerre mondiale. Le camp de prisonniers de Stenay (Meuse) », Archéopages, 39 : 70-75.

Haut de page

Notes

1 L’article « Mémoires de Terre » d'Édouard Launet, publié dans Libération le 11 octobre 2011 a été un soutien très apprécié lors de la fouille du camp de la Glacerie : http://next.liberation.fr/culture/2011/10/11/memoires-de-terre_767009

2 Voir par exemple le magazine In Touch, Oxford Archaeology Newsletter Issue 9, April 9.

3 Traduction : « Un souvenir de la captivité 1944/45. Cherbourg ».

4 La commission comprenait : Y. Desfossés, M.  Prestreau, A. Jacques, St. Simonnet du Mémorial de Caen, St. Audouin-Rouzeau, C. Fontaine et moi-même.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan du camp 112A de La Glacerie (Manche)
Crédits (relevé Oxford Archaeology ; DAO Fichet de Clairfontaine).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3410/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Fig. 2
Légende Vue du site de La Glacerie (Manche) et des cabanes excavées
Crédits (cl. R. Early. Oxford Archaeology).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3410/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3
Légende Cabane 1037. La Glacerie (Manche). Bidon transformé en poêle à bois, reposant sur le fond excavé
Crédits (cl. R Early. Oxford Archaeology).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3410/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Titre Fig. 4
Légende Cabane 1049. La Glacerie (Manche). Elle conserve son poêle et l'encadrement d'une fenêtre
Crédits (cl. R. Early. Oxford Archaeology).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3410/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 5
Légende Pochoir en plastique sur lequel se découpe la phrase «  Ein Andenken an die Krieg Gefangenschaft 1944/45 Cherbourg »
Crédits (Inv. 1. Coll. Mémorial de Caen, cl. H. Paitier, Inrap).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3410/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 6
Légende Plaque d'immatriculation d'un prisonnier du camp 112 A au nom de Muench Hermann
Crédits (Inv. 1703. Coll. Mémorial de Caen, cl. Oxford Archaeology).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3410/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Fichet de Clairfontaine, « Pour fouiller les camps d'enfermement de la seconde guerre mondiale ? », Les nouvelles de l'archéologie, 143 | 2016, 48-53.

Référence électronique

François Fichet de Clairfontaine, « Pour fouiller les camps d'enfermement de la seconde guerre mondiale ? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016, consulté le 26 février 2017. URL : http://nda.revues.org/3410 ; DOI : 10.4000/nda.3410

Haut de page

Auteur

François Fichet de Clairfontaine

Inspecteur des patrimoines, collège archéologie, Direction générale des patrimoines, ministère de la Culture et de la communication,
francois.fichet-de-clairfontaine@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org