Navigation – Plan du site

Un cachot au Château Dubuc (Martinique) ?

Discussion autour d'un bâtiment énigmatique de l'habitation de la Caravelle
Anne Jégouzo
p. 38-41

Résumés

La fouille réalisée sur la partie occidentale de l’habitation La Caravelle à la Martinique a permis l’étude archéologique d’un édifice traditionnellement reconnu comme des cachots. Implantée entre la maison principale et les vastes magasins de stockage, cette petite construction est organisée en quatre salles identiques. Cet ensemble participe pleinement à l’organisation et au fonctionnement de l’habitation sucrerie, datée ici du XVIIIe siècle. Toutefois, son identification, comme lieu de séquestration peut être discutée. L’approche de l’organisation topographique des différents bâtiments, comme les données architecturales autorisent en effet d’autres hypothèses. Est-ce un cachot, une chambre forte, une case à vent, voire un magasin à poudre ? Cette étude, en développant les diverses possibilités et leurs limites, amène à proposer une utilisation mixte de cet espace.

Haut de page

Texte intégral

1À l’extrémité de la presqu’île de la Caravelle, à la Martinique, au cœur du site archéologique du Château Dubuc, un vaste programme de restauration et de stabilisation des ruines a permis d’étudier un petit bâtiment appelé traditionnellement « cachot ».

2Cette construction appartient au vaste complexe d’une habitation sucrerie du xviiie s., dénommée jadis l’habitation de la Caravelle. Le domaine s’organise autour de la maison principale en plusieurs espaces distincts, suivant les dénivelés du terrain : cuisines, moulin, sucrerie, raffinerie, purgerie, entrepôts, jardins, hôpital, village d’esclaves et autres annexes (fig. 1). Le bâtiment appelé cachot est quant à lui édifié à flanc de pente, entre le logis principal et les magasins occidentaux (fig. 2).

3C’est dans le cadre bien particulier d’un programme de restauration d’un monument historique que s’inscrit l’opération d’archéologie préventive menée par une équipe de l’Inrap en 2012 (Jégouzo 2015a et b). Elle a ainsi pour double objectif de dévoiler et de comprendre un secteur encore inconnu de l’habitation et de sauvegarder les informations archéologiques détruites par les travaux de restauration. Ces données scientifiques devaient permettre de restituer au mieux l’habitation dans son état du xviiie s. Archéologiquement, l’impact de la restauration porte à la fois sur le sous-sol et les murs en élévation, les travaux impliquant en effet des phases de terrassement en tranchées le long des murs pour reprendre certaines fondations, des démontages intégraux ou partiels d’élévations avant reconstruction à l’identique.

Fig. 1

Fig. 1

Vue aérienne de l’habitation de la Caravelle et localisation des différents espaces

(© A. Jégouzo, Inrap)

Fig. 2

Fig. 2

Vue des cachots à flanc de pente entre le logis et les entrepôts

(© A. Jégouzo, Inrap)

Contexte

4L’habitation se trouve sur la face sud de la pointe de la Caravelle, au fond d’une baie protégée appelée aujourd’hui baie du Trésor. Le domaine agricole occupait toute l’extrémité de la péninsule. L’activité sucrière y était florissante puisqu’en 1720 la région de Trinité-Tartane comptait quatre sucreries. Toutefois, la presqu'île conservait encore des forêts riches en bois d'Inde (Labat 1979 [1742]) et ne fut défrichée qu’à partir de l’implantation de la famille Dubuc, dans le second quart du siècle. Résultat d’une série d’aléas climatiques et de mauvais choix financiers, l’histoire de l’habitation se limite au xviiie s. Son abandon, avant l’industrialisation moderne des sucreries, fait la singularité et l’intérêt scientifique du site, les vestiges n’étant pas perturbés par des aménagements postérieurs.

5Fondée vers 1725, l’habitation est définitivement désertée en 1793. Néanmoins, jusque dans les années 1780, elle est l’une des plus prospères de la région. Sa situation géographique, à l’écart de tout contrôle et propice au commerce interlope, participe-t-elle à son expansion économique ? Quoi qu’il en soit, cette réussite transparaît aussi bien à travers les diverses constructions monumentales en pierre, la présence de vaisselle d’importation de grande qualité et le nombre très important d’esclaves : 373 recensés en 1772(Huygues-Belrose 1998 : 50). La maison principale est suffisamment imposante pour qu’en 1763 le gouverneur Fénelon juge les « bâtiments trop considérables et trop dispendieux pour l’entretien » (ibid. : 44). De même, on lit dans un procès de 1781 que le propriétaire « faisait venir des marbres pour décorer ses habitations » (ibid.).

  • 1 Huygues-Belrose 1998 : 92 CAOM, C8 A/65, 26 juillet 1763.

6Les habitations martiniquaises du xviiie s. « tournent autour d'une moyenne de cent trente à cent quarante hectares, ce qui se reflète au niveau de la main-d'œuvre : vers 1770, le tiers des sucreries martiniquaises fonctionne avec un total de cent vingt esclaves par habitation, la moitié avec une moyenne de soixante » (Bégot 2008 : 15). La simple comparaison de ces données chiffrées avec le recensement de l'habitation de la Caravelle en 1772 semble indiquer un domaine de grande taille et suffisamment florissant pour posséder beaucoup plus d'esclaves que la moyenne des plantations. À ce sujet, le même gouverneur Fénelon écrivait en 1763 : « Il faut rendre à tous les Dubuc la justice […] que ce sont de bons habitants, […] leurs nègres en bon état, bien nourris et fort gais. »1. Certainement plus objectives que ce texte écrit dans un contexte esclavagiste, les données archéologiques comptent trois colliers d’entrave métalliques exhumés des canalisations des jardins.

7L’indigence des sources textuelles et iconographiques limite la compréhension de l’organisation topographique des bâtiments, de leur chronologie, de leur fonction précise et des activités qui y étaient pratiquées.

8Seule la carte de Moreau du Temple offre une représentation de l’habitation contemporaine de sa phase d’occupation. Si elle est datée de 1770, les ingénieurs du roi en charge des relevés topographiques ont réalisé leurs travaux entre 1763, date de leur arrivée en Martinique, et 1769, date d’envoi des deux premières copies (Bégot et al. 1998 : 59). Ce document offre ainsi un instantané de l’aménagement topographique du complexe sucrier entre ces deux dates.

9L’habitation de la Caravelle apparaît sur cette carte sous l’appellation « Dubuc du Galion ». Les différents bâtiments représentés en rouge et noir ne sont pas identifiés, à l’exception du moulin à bête, reconnaissable par un cercle rouge et quatre traits noirs. À partir de ce point de repère, les ensembles bâtis illustrés peuvent s’envisager au regard de l’existant. Toutefois, la correspondance entre les plans dessinés et les vestiges conservés est très relative. Au regard du soin pris pour la représentation de l’ensemble des habitations sur la carte, l’hypothèse d’un relevé schématique et incomplet paraît peu probable. Les différences tiennent sans doute à des transformations massives dans l’organisation des bâtiments après le passage des ingénieurs, c’est-à-dire après 1770. Les données archéologiques confortent largement cette interprétation chronologique.

10Le « cachot », quant à lui, apparemment signifié sur la carte par un petit rectangle rouge, serait antérieur à 1770.

Description

11Situé à proximité du logis principal, juste au-dessus des entrepôts, le cachot est implanté 5 m en dessous d’un des murs de terrasse de l’habitation (à gauche sur la fig. 2). Il est construit sur une massive plateforme maçonnée qui permet de gérer la forte pente du secteur. Cette fondation en petit appareil irrégulier est consolidée par des chaînes d’angle en pierre de taille de moyen appareil.

12Le bâtiment rectangulaire et voûté mesure 11 m sur 3 m hors œuvre. Il s’organise en quatre cellules de 5 m² chacune (C1, C2, C3 et C4) (fig. 3). Leurs maçonneries internes et externes, en petit appareil irrégulier, sont identiques. Leur épaisseur remarquable (2 pieds ou 63 cm) atteste une réelle volonté de solidité. Une voûte en berceau, montée en dalles de madrépores posées de chant et quelques briques, couvre l’ensemble. Le tout est caché par un enduit de chaux blanc en partie conservé. Aucune trace de graffiti ni d’autre décor n’a été observée sur les résidus de ce revêtement.

13Chaque cellule est munie, sur sa façade orientale, d’une porte d’entrée centrée. Les baies, toutes montées en pierres de taille de moyen appareil posées en carreau et boutisse et en briques à l’intérieur, présentent une feuillure en façade de l’embrasure. Seules les portes des cellules 3 et 4 sont munies de feuillures internes et externes. Un anneau métallique, fiché dans le parement externe du jambage sud de chaque porte, complète le système de fermeture. Cet anneau devait probablement permettre d’accrocher un cadenas ou une chaîne. Les jambages occidentaux, quant à eux, conservent les vestiges de queues de carpe. Ces pièces métalliques scellées entre deux blocs se prolongeaient certainement à l’extérieur par des gonds soutenant les vantaux. Aucun linteau de porte n’est conservé mais les arrachements encore visibles laissent envisager des baies à linteau. Un bloc rectangulaire de 1 m de long sur 30 cm de haut, conservé dans la cellule 1, correspond peut-être à un dernier vestige de linteau.

Fig. 3

Fig. 3

Relevé en plan du bâtiment

(© A. Daussy, A. Jégouzo, Inrap)

14Au sud de chaque porte, des ouvertures traversantes et étroites sont aménagées dans le mur de façade. Si toutes ne sont pas intégralement conservées, des indices certifient leur présence dans chaque cellule. Larges de 7 cm et hautes de 30 cm, construites intégralement en briques, elles traversent le mur en formant une chicane centrale. Ce système, s’il laisse passer un minimum de lumière et d’air, n’autorise aucun échange direct avec l’extérieur, la chicane déviant le passage.

15L’existence de ces petites ouvertures singulières apporte également des informations sur le système de fermeture de la porte. Leur intérêt serait en effet nul si la porte principale était munie d’une simple grille. Il faut donc plutôt envisager une fermeture hermétique de l’entrée des cellules par des vantaux de bois.

16La fouille de l’intérieur des salles a mis en évidence un remblai d’abandon et de démolition de 40 cm d’épaisseur. Le mobilier scellé à l’intérieur n’apporte aucune information sur l’utilisation de cet espace.

17Les sols des cellules C3 et C4 étaient dallés de tomettes en terre cuite rouge de 16 cm de côté (fig. 4). Posées sur un radier de mortier de chaux blanc, elles recouvraient probablement la totalité des espaces intérieurs.

Fig. 4

Fig. 4

Intérieur dallé de la cellule 4

(© A. Jégouzo, Inrap)

Des cachots ?

18Si ce bâtiment est traditionnellement appelé cachot, les données de terrain ne permettent pas une identification si catégorique et amènent au contraire à discuter différentes hypothèses.

19L’association des dimensions restreintes des quatre chambres ou cellules et de l’étroite ouverture pouvant servir de porte-voix dans le contexte esclavagiste de l’habitation peut tout à fait évoquer la fonction carcérale du bâtiment. A contrario, pourquoi aménager des doubles portes dont une s’ouvre de l’intérieur ? Pourquoi daller le sol de carreaux et enduire les murs à la chaux ? Enfin, comment expliquer l’absence de graffiti, classiques dans les prisons et repérés d’ailleurs dans le réduit situé sous l’escalier de la maison de maître.

20Néanmoins, s’il n’apparaît pas dans les sources écrites de la Caravelle, le cachot d’esclave est couramment cité dans les inventaires d’habitations (de Cauna 2013 : 7), où il est décrit comme voûté et maçonné. « Les termes de case-à-vent (ou case-à-ouragan) et de cachot d'esclave sont en effet souvent employés à la même période pour décrire un type identique de construction. En 1780, sur l'habitation La Petite Fontaine à Vieux-Fort, on trouve dans la case-à-ouragan une chaîne en fer avec son collier attaché à un poteau, ce qui illustre bien la double fonction de cette construction » (Yvon à paraître).

21De plus, les bâtiments interprétés comme tels n’offrent pas beaucoup d’éléments de comparaison. À titre d’exemple, le cachot identifié à l’habitation Belmont en Guadeloupe ne possède, comme souvent, qu’une seule cellule agrémentée d’un banc maçonné. Décrit dans un inventaire tardif de 1853, le cachot de l’habitation Spoutourne, située à 10 km de la Caravelle, présente un mode de construction très différent : « une salle disciplinaire construite en bois sur solage de maçonnerie » (Huygues-Belrose 1998 : 93). Un autre bâtiment fouillé à l’habitation Laprade, en Guadeloupe, et interprété comme un cachot révèle un plan très différent avec deux cellules communicantes (Garros 2013 : 108-111 et 198). Cependant, la description faite du plancher isolé et de la double porte le rapproche davantage d’un magasin à poudre.

Un magasin à poudre ou une poudrière ?

22La présence d’évents, de doubles portes, d’une architecture à maçonnerie épaisse couverte d’une voûte et celle de mobilier d’artillerie récolté plus bas sur le site (pièces de fusil, balles, moule à balle) pourraient évoquer un espace de stockage de poudre. Néanmoins, il faut noter l’absence de contreforts assurant le voûtement, de second mur de protection, de plancher isolé ou de cunette destinée à la récupération des eaux, de gonds en bronze. De même, la forte humidité reconnue à travers l’altération des enduits, la proximité de la maison principale, le quadruplement inédit de l’espace, qui aurait compliqué le roulement des barils, et le contexte non défensif contrarient quelque peu l’hypothèse d’une poudrière.

Une case à vent ?

23Le plan général pourrait mieux correspondre aux traditionnels aménagements protecteurs contre les cyclones. Mais pourquoi cloisonner quatre espaces distincts sans relation entre eux ? Si le bâtiment peut tout à fait servir de protection en cas de cyclone, est-ce réellement sa fonction première ?

Des chambres fortes ?

24Cette dernière hypothèse, qui permet de comprendre la proximité de la maison principale, les systèmes de fermeture du bâtiment, l’aspect soigné de son aménagement intérieur et le choix de maçonneries massives et voûtées interdisant l’accès en dehors des portes, est relativement convaincante. Le cloisonnement des espaces pourrait s’expliquer par la variété des produits entreposés, deux des chambres étant réservées aux barils de poudre et aux armes.

25Compte tenu de ces différentes hypothèses et en l’absence d’une étude approfondie des sources historiques, qui pourraient sans doute enrichir le débat, une construction à usage mixte semble tout à fait envisageable : chambre forte et magasin à poudre pouvant également servir le cas échéant de cachot ou de case à vent. Ainsi, ce bâtiment ne serait pas seulement emblématique de la mise en esclavage, mais assurerait probablement d’autres fonctions liées à différents aspects de la vie domestique sur une habitation.

Haut de page

Bibliographie

Bégot D. dir. 2008. La plantation coloniale esclavagiste xviie-xixe siècle, Acte du 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002. Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques.

Bégot D., Pelletier M. & Bousquet-Bressolier C. 1998. La Martinique de Moreau du Temple, 1770, la carte des ingénieurs géographes. Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques.

de Cauna J. 2013. « Patrimoine et mémoire de l’esclavage en Haïti : les vestiges de la société d’habitation coloniale », In Situ [en ligne], 20 | 2013, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 21 janvier 2016. URL : http://insitu.revues.org/10107 ; DOI : 10.4000/insitu.10107

Garros B. 2013. Habitation Laprade. Lotissement de la Bouaye. Le Gosier (Guadeloupe), rapport final d’opération. Balma, Hades.

Huygues-Belrose V. 1998. L’habitation La Caravelle dite « Château Dubuc », étude documentaire pour le PNR, Service archéologique de la Martinique.

Jégouzo A. 2015a. L’habitation La Caravelle. Les aménagements de la zone occidentale : Bâtiments, entrepôts, jardins, réseau hydraulique et chambre forte. Aperçu de la vie quotidienne d’une habitation sucrerie au xviiie siècle, 2 vol. Rapport final d’opération, Inrap.

Jégouzo A. 2015b. « Fouille d’un secteur inédit du château Dubuc en Martinique : Entrepôts, jardins, canalisation et “cachots” », in : Puerto Rico. 2013, Proceeding of the 25th international Congress for Caribbean Archaelogy, Puerto Rico, Instituto de Cultura Puertorriqueña, el Centro de Estudios Avanzados de Puerto Rico y el Caribe : 791-816.

Labat R. P. 1979 [1742]. Nouveau voyage aux Isles de l'Amerique, contenant l'histoire naturelle de ces pays, l'origine, les mœurs, la religion & le gouvernement des habitans anciens & modernes. Les guerres & les evenements singuliers qui y sont arrivez pendant le séjour que l'auteur y a fait. Par le R. P. Labat, de l 'ordre des freres prêcheurs. Nouvelle edition augmentée considérablement, & enrichie de figures en tailles-douces, 8 vol. Paris, Le Gras et Delespine.

Yvon T. À paraître. « L’apport de l’archéologie à la connaissance de l’histoire de l’esclavage, l’exemple de la Guadeloupe. », in : Colloque international « Route de l’esclave » : des itinéraires pour réconcilier histoire et mémoire. Guadeloupe 10-13 décembre 2014.

Haut de page

Notes

1 Huygues-Belrose 1998 : 92 CAOM, C8 A/65, 26 juillet 1763.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Vue aérienne de l’habitation de la Caravelle et localisation des différents espaces
Crédits (© A. Jégouzo, Inrap)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2
Légende Vue des cachots à flanc de pente entre le logis et les entrepôts
Crédits (© A. Jégouzo, Inrap)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3391/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 3
Légende Relevé en plan du bâtiment
Crédits (© A. Daussy, A. Jégouzo, Inrap)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3391/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 4
Légende Intérieur dallé de la cellule 4
Crédits (© A. Jégouzo, Inrap)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3391/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jégouzo, « Un cachot au Château Dubuc (Martinique) ?  », Les nouvelles de l'archéologie, 143 | 2016, 38-41.

Référence électronique

Anne Jégouzo, « Un cachot au Château Dubuc (Martinique) ?  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 30 avril 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://nda.revues.org/3391 ; DOI : 10.4000/nda.3391

Haut de page

Auteur

Anne Jégouzo

Inrap, Ea 929 Aihp Geode


anne.jegouzo@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org