Navigation – Plan du site

Archéologie de l’ancienne prison Juliette-Dodu à Saint-Denis de la Réunion

Thomas Romon et Édouard Jacquot
p. 34-38

Résumés

L’archéologie préventive est une discipline toute nouvelle à La Réunion. Le diagnostic mené à Saint-Denis, dans l'enceinte de l'ancienne prison Juliette Dodu, est l'une des premières opérations à assurer la continuité de ce service public dans l'océan Indien, et à démontrer l'intérêt de la discipline pour y faire progresser la connaissance du passé. Sur un site à la fonction inchangée depuis le XVIIIe siècle, les sondages ont notamment permis de retrouver les vestiges enfouis, murs arasés et niveaux de sols, d'une des premières geôles, et d'autres structures encore indéterminées. Surmontant les contraintes techniques liées à l'espace carcéral, cette recherche de terrain a apporté une démonstration scientifique du potentiel patrimonial de cet îlot urbain, dont la rénovation sera accompagnée d'une fouille préventive. Si l'histoire de l'île ne couvre que les périodes moderne et contemporaine, ses habitants ont aujourd'hui un fort besoin de mémoire, auquel vient contribuer l'archéologie.

Haut de page

Texte intégral

Le site

1La prison Juliette-Dodu est un site emblématique de l’île de La Réunion, une prison d’un autre siècle. Elle est restée en activité jusqu’en décembre 2008, date à laquelle les détenus ont été transférés dans le nouveau centre pénitentiaire de Domenjod, quartier périphérique de Saint-Denis. Sa dénomination vient de sa localisation, rue Juliette-Dodu (ancienne rue du Conseil), du nom d’une Réunionnaise distinguée pour faits militaires dans les télégraphes, entre les rues Labourdonnais et Alexis-de-Villeneuve (ancienne rue de l’Église), en plein cœur du chef-lieu du département.

2La prison occupe probablement cet emplacement depuis sa création vers 1718, quand chaque paroisse de l’île fut dotée d’un tel établissement (Chatelain 2012a). Elle est effectivement mentionnée sur le site par les archives à partir de 1771, puis bien documentée aux xixe et xxe s. Au début du xxie s., elle occupe la moitié d'un îlot sur un terrain rectangulaire de 96 m de long par 55 m de large, orienté nord-sud et en pente, selon la trame urbaine. Le site possède une seule entrée rue Juliette-Dodu. Son enceinte est constituée de hauts murs et de façades de bâtiments, certains datant du xviiie s. Ils délimitent un espace densément bâti disposant de trois cours : la plus grande dans l’angle nord-est, de 30 m par 15 m, la plus petite dans l’angle nord-ouest, de 15 m par 10 m, et la dernière dans l’angle sud-est, de 20 m par 15 m.

Le projet

3Suite à sa désaffection en 2008, il revenait à l'État de prendre en main le devenir du site qui représente un enjeu très important pour le cœur urbain de Saint-Denis. En amont de sa cession, les services de la préfecture de La Réunion ont donc défini un cahier des charges attentif aux différentes politiques publiques en jeu, notamment dans le domaine patrimonial. D'une part, et bien que l’ensemble ne soit pas protégé au titre des monuments historiques, la Direction des affaires culturelles – océan Indien (Dac-oI) a identifié son potentiel architectural et décidé d’intégrer à l’aménagement un certain nombre de bâtiments remarquables, signalés dans l'aire de valorisation de l'architecture et du patrimoine de Saint-Denis. D'autre part, la Cellule régionale de suivi de l'immobilier de l'État (Crsie) a fait une demande de diagnostic archéologique dont les résultats ont été joints à l'appel à projet afin d'éclairer les candidats. Cette opération est l'une des premières lancées par le service de l'archéologie de La Réunion depuis sa création en 2010 (Jacquot 2014). Prescrit en août 2012, le diagnostic a été réalisé par l’Inrap en août 2013.

Les données historiques

4Malgré quelques incertitudes et la nécessaire poursuite des investigations dans ce domaine, l’histoire de la prison Juliette-Dodu est relativement bien connue. Les sources judiciaires et pénitentiaires, assez nombreuses, ont donné lieu à des travaux universitaires, en particulier ceux de Bruno Maillard (2010) puis de Cyril Chatelain (2012b), et font l’objet de recherches documentaires menées par le pôle des patrimoines de la Dac-oI (Réol 2011). Enfin, plusieurs plans détaillés du xixe s. sont conservés : celui de Le Chandelier de 1808, celui de Gardin de 1821 et un plan de 1884. La décision de doter d’une prison chacune des quatre paroisses de l’île Bourbon a été prise en 1718. Après quoi leur état, en général déplorable, a nécessité leur réfection régulière. Ainsi, celle de Saint-Denis fut reconstruite en 1771 pour rouvrir en 1772, « jusqu’au jour où fut achevée la construction de la nouvelle prison qui allait se retrouver dans son emplacement primitif où se voit la geôle actuelle » (Azema 1930, cité par Chatelain 2012a).

5À l'angle des actuelles rues Labourdonnais et Juliette-Dodu subsiste un petit bâtiment de plan carré au plafond voûté, qui abritait la première cuisine : il s'agit probablement de l'un des plus anciens bâtiments maçonnés conservés à La Réunion. La prison occupait alors la partie nord de son emprise actuelle (une parcelle de 4 343 m² cadastrée AD 354). La partie sud abritait d'autres administrations qui déménagèrent au fur et à mesure des agrandissements successifs. En 1829, un bâtiment fut construit sur la rue Labourdonnais, abritant la première entrée et par la suite la chapelle. En 1833, avec le transfert de la cour d’assise de Saint-Paul à Saint-Denis, la prison acquit le statut de maison de justice mais en 1839, le tribunal déménagea pour qu’elle puisse s’agrandir. En 1846, la démolition du bâtiment central, mentionné en 1771 et « où on plaçait les hommes dangereux » (Châtelain 2012b), s’accompagna d'importants réaménagements : des cachots, des latrines, un château d'eau et des bassins, une fontaine et une canalisation souterraine de terre cuite, ainsi qu'un étage sur le bâtiment rue Labourdonnais. La construction d’un bâtiment pour les femmes est signalée en 1850 et, en 1854, celle d’un bâtiment pour la cuisine. En 1876, la maison de justice devint prison centrale. Après la création en 1974 du centre de détention des Galets, la prison Juliette-Dodu est restée maison d’arrêt jusqu’à sa fermeture définitive en 2008. La plupart des ailes, profondément transformées au xxe s., existent toujours en 2016.

Des contraintes techniques importantes

6L'opération de diagnostic archéologique a surmonté des contraintes techniques importantes, liées à la fonction carcérale du site et demeurées inchangées depuis sa désaffection. Il s'agit évidemment d'une enceinte close, forte et haute. L’étroitesse de son unique portail d’entrée et d'autres passages ont contraint la taille de l'engin utilisé pour effectuer les tranchées de sondage : une pelle mécanique de 8 tonnes équipée, comme à l’habitude, d’un godet lisse de 1,6 m de large, mais aussi d'un godet à dents et d'un brise-roche hydraulique suffisamment puissant pour démolir des constructions et aménagements en béton armé afin de rejoindre les zones à sonder puis d’atteindre les niveaux archéologiques dans le sous-sol. Les services de la Dac-oI et de France Domaine ont donc travaillé en amont afin de définir l'implantation préalable des sondages puis de faire procéder à la destruction des murs séparant les cours des femmes et des hommes et à la découpe des dalles dont certaines pouvaient atteindre 80 cm d'épaisseur.

7Les cinq tranchées de diagnostic ont été positionnées dans les seuls lieux dégagés et devenus accessibles à l'engin : deux sondages dans la cour nord-est, le premier de 15 m de longueur dans la diagonale sud-ouest/nord-est et le second orienté est-ouest, de 14 m de longueur, à son extrémité nord ; un sondage dans la cour nord-ouest, de 14 m de longueur, dans le prolongement du précédent ; un sondage nord-sud de 6 m de longueur, dans l’accès aux cours nord ; un sondage est-ouest de 14 m de longueur, dans l’accès à la cour sud-est, non sondée (fig. 2 et 3). L’ensemble représente une surface de 115 m², soit moins de 3 % de celle de la parcelle mais plus de 15 % de la surface accessible. Les nombreuses structures mises au jour correspondent à des constructions et destructions successives sur l'emprise. Si certains aménagements restent indéterminés à l'issue du diagnostic et méritent d’être fouillés davantage, l'opération a révélé les vestiges enfouis de bâtiments disparus et des niveaux archéologiques qui leur sont liés. L'archéologie permet donc d'en proposer une chronologie, en relation avec celle établie d'après les sources historiques.

Figure 1

Figure 1

Plan du diagnostic archéologique de 2013

(©Thomas Romon/Inrap).

Figure 2

Figure 2

Mise en place de tranchées de diagnostic au centre de la zone nord de la prison

(© Jean-François Rebeyrotte/Inrap).

Des vestiges enfouis de la geôle du xviiie s.

8D’après les archives, qui mentionnent dès 1771 l’existence d’une geôle centrale démolie lors des réaménagements de 1846, la partie la plus ancienne de la prison se situe au nord de l’emprise actuelle (Maillard 2010).

9Les tranchées localisées dans l'actuelle cour des hommes montrent, sous trois dalles en béton superposées, un niveau de sol ancien qui apparaît vers 14,80 m NGR, soit 80 cm sous le niveau de circulation de 2013. Ce sol, constitué d’un limon gris très induré contenant de très petits graviers au-dessus d’un fin niveau de mortier et de charbon, a une épaisseur de 15 à 20 cm. Interprété comme le sol mis en place après les réfections de 1846, il s'agit d'un marqueur stratigraphique important qui se retrouve sur l'ensemble de l'emprise.

10Quatre murs arasés lui sont antérieurs. Le premier, à l’est, est constitué de galets de roches volcaniques liés avec un mortier terreux. Orienté est-ouest, il est conservé sur une assise, soit une dizaine de centimètres. Son sommet arasé apparaît vers 14,60 m NGR. Cet aménagement n’a pu être identifié sur les plans consultés et reste donc indéterminé. Large de 50 cm et long de 8 m dans le sondage, il se poursuit au-delà, vers l’est. Dans ce secteur, il fonctionne avec un niveau de terre brun foncé situé directement au nord du mur et qui contient quelques fragments de céramique et des ossements de bœuf. Vers l’ouest, le sol aménagé est constitué d’un niveau de petits cailloux de quelques centimètres d’épaisseur, auxquels sont mêlés quelques éléments de céramique et de verre.

11Deux autres murs, au centre, sont parallèles et orientés nord-sud. Larges de 1,7 m, ils sont espacés d’une dizaine de mètres et se développent au-delà des sondages, vers le sud et vers le nord. Ils sont constitués de blocs relativement importants de roches volcaniques, équarris et montés au mortier sans blocage, conférant à l’ensemble une très grande solidité. Immédiatement sous les dalles de béton, vers 14,80 m NGR, soit à l’altitude du niveau de sol postérieur à 1846 repéré plus à l’est, apparaît leur sommet arasé. Ils sont conservés sur deux assises, entre 60 et 90 cm de hauteur, et présentent un ressaut de fondation, vers l’est pour celui situé à l’est, et vers l’ouest pour celui situé à l’ouest.

12Le quatrième mur orienté est-ouest apparaît principalement dans la coupe sud des sondages, ce qui rend difficile son observation. Il relie les deux murs précédents et son mode de construction est identique. Il pourrait s’agir d’un mur de refend.

13De par leur morphologie et leur orientation, les trois derniers murs appartiennent très probablement à un même bâti contemporain du sol en cailloutis précédemment décrit. Une fois calées les données du diagnostic sur les plans anciens, leur localisation correspond à celle du bâtiment central mentionné en 1771. C’est un bâtiment de base carrée, aux murs épais (1,7 m d’épaisseur), d’une douzaine de mètres de côté et très bien maçonné (fig. 4). Démoli en 1846, sa base est conservée sur au moins deux assises, soit plus d’une soixantaine de centimètres, au-dessus du ressaut de fondation et les sols contemporains de son utilisation sont également conservés.

14La démonstration de la présence de vestiges de cet état ancien de la prison a constitué un argument déterminant pour appuyer la poursuite des recherches archéologiques préventives, une fouille exhaustive ayant pour objectif de documenter cette toute première geôle, son mode de construction et ses transformations, mais aussi de comprendre la fonction des éléments restant indéterminés, tel le premier mur décrit, mais remontant sans doute aux origines de la ville de Saint-Denis.

Figure 3

Figure 3

Vestiges de l'ancienne geôle centrale du xviiie s. détruite en 1846

(© Jean-François Rebeyrotte/Inrap).

Les aménagements depuis le milieu du xixe s.

15Le réaménagement de 1846 a entraîné de nombreuses modifications. Dans la partie nord, la destruction de la geôle centrale a permis de diviser l’espace carcéral selon deux fonctions : la conditionnelle à l’est et la réclusion à l’ouest, les deux blocs étant séparés par des ateliers. Dans la partie sud, annexée par la prison après le déménagement du tribunal, le bâtiment central a été lui aussi détruit. Sur le plan de 1884, il est remplacé par un grand bassin circulaire. L'autre grand changement intervenu a porté en effet sur le système d'adduction d’eau. Les archives renseignent notamment sur la pose d’une conduite souterraine en terre cuite (Réol 2011).

16Le sol correspondant aux aménagements de 1846 est une couche de 4 cm d'épaisseur constituée d’un cailloutis auquel sont mêlés des fragments de mortier. Bien reconnaissable sur l'ensemble du site, ce sol a été retrouvé à plusieurs dizaines de centimètres sous le niveau de circulation actuel, aussi bien dans la zone nord (à 14,80 m NGR) où il recouvre l’arase des structures antérieures que dans la zone sud (à 15,85 m NGG). Dessous, une couche de 30 cm de limon brun contenant des fragments épars de mobilier de la fin du xviiie s. et du début du xixe s. repose directement sur le terrain naturel.

17Dans la zone sud, la tranchée ouverte à l’emplacement du bâtiment indiqué sur les plans de 1806 et 1826 n’a pas permis d’en retrouver les traces. Elle a en revanche retrouvé les vestiges du bassin indiqué sur le plan de 1884. De même, les éléments de la conduite souterraine en terre cuite posée en 1846 ont été mis au jour dans les deux sondages de la zone sud.

18Dans la zone nord, les structures postérieures au milieu du xixe sont nombreuses. Au centre, au-dessus des remblais de démolition du bâtiment du xviiie s., les empreintes de deux murs maçonnés arasés, dont une assise est conservée, ont été relevées. Larges de 30 cm, ils sont orientés nord-sud. Le plus à l’est est longé par un caniveau à l’est. Leur emplacement, en plan mais également en stratigraphie, correspond aux murs est et ouest de l’atelier indiqué sur le plan de 1884. Enfin, sous la cour nord-ouest, un jardin et ses aménagements ont été mis au jour. C’est un niveau limoneux brun foncé de terre de jardin de 30 cm d’épaisseur qui apparaît vers 14,70 m NGR, soit 25 cm sous le niveau de circulation actuel. Ce niveau présente des alignements de tuiles en terre cuite verticales, selon un usage fréquent pour délimiter les parterres dans les jardins créoles à La Réunion, comme cela a pu être observé dans une composition du milieu du xxe s. du jardin de la maison Déramond-Barre, lors de sondages préalables à sa restauration (Jacquot & Dijoux 2011).

Un mobilier peu abondant

19Aucun élément de l’univers carcéral, tel que des chaînes et des boulets attendus par l’imaginaire collectif, n’a été retrouvé. Seuls quelques bouts de poterie, de verre ou d’os reliquats de repas et piégés dans les niveaux archéologiques ont été mis au jour. Ils confirment l’évacuation de la plupart des déchets à l’extérieur. Ils constituent néanmoins de précieux indicateurs chronologiques et documentent la vie à l’intérieur de la prison.

Une démonstration d'archéologie à La Réunion

20Discipline relativement nouvelle dans l'île, l'archéologie est servie par un important dispositif pédagogique afin d'expliquer sa dimension scientifique et technique à tous les publics. Le diagnostic de l'ancienne prison a ainsi été présenté sur différents supports dans la collection « Archéologie australe » de la Dac-Oi, notamment une exposition de bâches. Après convention avec l’Inrap, la vidéaste Lauren Ransam a réalisé un film (Ransan 2014). Ces éléments sont intégrés à un projet d'action globalisé du rectorat de La Réunion présentant l'archéologie dans les établissements scolaires, à travers ses dimensions théoriques et pratiques, avec l'animation d'ateliers d'initiation. La mise en place d'une convention avec l'Inrap confirme aujourd'hui dans l'océan Indien l'attention accordée à l'archéologie dans la politique d'éducation artistique et culturelle du ministère de la Culture et de la Communication.

Le devenir de la prison

21Les résultats du diagnostic ont été remis dans un prérapport dès septembre 2013, annexé à l'appel à projet pour la cession du site. La procédure arrivée à terme en juin 2014 a retenu le projet de la Société d'habitats à loyer modéré de La Réunion (Shlmr). Cet organisme est d'ailleurs le maître d’ouvrage de la fouille préventive des ruines d’une sucrerie réalisée sur les sites des Aigrettes à Grand-Fond, dans la commune de Saint-Paul, première opération de ce type à La Réunion. Le dépôt des permis d’aménager a suivi la signature du compromis de vente, en septembre 2015. La rénovation envisagée prévoit bien le maintien des volumes des bâtiments remarquables, parmi lesquels le bâtiment d'angle, la création d'extensions et d'un complexe central contemporain, entre lesquels sont ménagées des cours piétonnes, avec la création d'ouvertures sur la ville. Enfin, tout l'espace intérieur est excavé pour aménager un parc de stationnement souterrain.

Les perspectives archéologiques

22En décembre 2015, la préfecture de La Réunion a donc pris un arrêté de prescription de fouille archéologique préventive sur la totalité de l'emprise. Le cahier des charges de cette opération reprend les principes déjà annoncés dans le document annexé au cahier des charges de la cession du site. Les données du diagnostic permettent en effet de distinguer comme prioritaire la partie nord du site, la plus dense en vestiges car la plus longtemps occupée par la prison. Cette zone nécessite donc une fouille exhaustive afin de mettre au jour les différents états successifs, leur organisation spatiale et leur évolution chronologique. L'étude du bâtiment central constitue un objectif important, mais il s'agit également de comprendre la fonction des éléments indéterminés. La fouille de l'intérieur de la parcelle exige la démolition préalable d'une partie des bâtiments, jusqu'au niveau du sol actuel. La plupart sont extrêmement transformés ou résolument contemporains. Toutefois, et en dehors de l’opération préventive, ils bénéficient de la part du maître d'ouvrage d'un relevé architectural afin de sauvegarder l'histoire complète d'un ensemble qui a connu près de trois siècles de transformations. Comme dans toutes les opérations archéologiques à La Réunion, tous les vestiges antérieurs aux années 1950 sont pris en considération. Cette césure, qui correspond à la fin de la colonie et à la départementalisation, constitue à la fois une rupture historique et un changement économique et technique, avec l'arrivée des nouveaux matériaux comme le béton dans le bâtiment et les travaux publics. Enfin, un travail pluridisciplinaire sera entrepris pour sauvegarder des éléments du mobilier carcéral et effectuer un relevé des graffitis, même si les uns comme les autres ne remontent qu'à quelques décennies.

23L'ancienne prison Juliette-Dodu représente, pour la science, une occasion unique d'étudier un site à la fonction inchangée pendant les quatre cinquièmes de la courte histoire de La Réunion. Sa fouille va permettre aux habitants de l'île de retrouver une mémoire collective enfouie dans le sol et les murs d'un lieu emblématique, au passé tourmenté. Nous espérons faire de cette redécouverte une ouverture vers un avenir apaisé.

Haut de page

Bibliographie

Azema H. 1930. Premières peines et premières prisons à l’île Bourbon. Saint-Denis, imprimerie Drouhet.

Chatelain C. 2012a. « Naissance de la prison réunionnaise », Criminocorpus [en ligne], http://criminocorpus.hypotheses.org/7339, consulté le 17/02/2016.

Chatelain C.. 2012b. « La prison Juliette Dodu à La Réunion : fermeture de la “honte de la République” », Criminocorpus [en ligne], httphttp://criminocorpus.hypotheses.org/7333, consulté le 17/02/2016.

Jacquot E. & Dijoux A.-L. 2011. Les jardins de la maison Déramond-Barre. Saint-Denis, Rapport d’opération. Dac-Oi/Sa.

Jacquot E. 2014. « De la découverte d'un cimetière d'esclaves à la création d'un service d'archéologie à La Réunion », in : Delpuech A. & Jacob J.-P. (dir.), Archéologie de l'esclavage colonial. Paris, La Découverte-Inrap : 83-94.

Maillard B. 2010. Les noirs des geôles : la répression pénale des esclaves à l'Île Bourbon, entre puissance publique et pouvoir despotique des maîtres 1815-1848 , thèse de doctorat. Université de La Réunion.

Reol S. 2011. Prison de Saint-Denis, Quelques explications, notes. Saint-Denis, Dac-Oi / Crhm.

Filmographie

Ransan L. 2014. Ancienne prison Juliette Dodu, diagnostic août 2013. Saint-Denis, Nawar production [en ligne], http://www.dailymotion.com/video/x1zamy5_la-reunion-saint-denis-ancienne-prison-juliette-dodu-diagnostic-archeologique-aout-2013_creation, consulté le 17 février 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Plan du diagnostic archéologique de 2013
Crédits (©Thomas Romon/Inrap).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 2
Légende Mise en place de tranchées de diagnostic au centre de la zone nord de la prison
Crédits (© Jean-François Rebeyrotte/Inrap).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Figure 3
Légende Vestiges de l'ancienne geôle centrale du xviiie s. détruite en 1846
Crédits (© Jean-François Rebeyrotte/Inrap).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Romon et Édouard Jacquot, « Archéologie de l’ancienne prison Juliette-Dodu à Saint-Denis de la Réunion », Les nouvelles de l'archéologie, 143 | 2016, 34-38.

Référence électronique

Thomas Romon et Édouard Jacquot, « Archéologie de l’ancienne prison Juliette-Dodu à Saint-Denis de la Réunion », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/3379 ; DOI : 10.4000/nda.3379

Haut de page

Auteurs

Thomas Romon

Inrap, Umr 5199-pacea
thomas.romon@inrap.fr

Articles du même auteur

Édouard Jacquot

Direction des affaires culturelles - océan indien, Umr 7041 – ArScAn,
edouard.jacquot@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org