Navigation – Plan du site

Huguenots en boîtes de nuit

Le cimetière de Charenton (Val-de-Marne)
Cécile Buquet-Marcon et Jean-Yves Dufour
p. 22-27

Résumés

La question des cimetières et de leur partage est au cœur du conflit entre protestants et catholiques au XVIe s. Les huguenots ne pratiquent pas le culte des morts et prônent des funérailles simples et modestes. L’austérité qui doit présider au cimetière protestant est renforcée par un décret royal qui précise que les inhumations doivent se faire la nuit, sans cortège funèbre, sous surveillance d’un archer du guet.
La fouille et l’étude d’une partie du cimetière de Charenton ont été la première opportunité de travailler sur les sépultures protestantes de la période si particulière de l’Édit de Nantes. Il s’agit de plus du cimetière attenant au seul temple autorisé pour la capitale. Si les gestes mortuaires découlent bien des préceptes chrétiens, le fait le plus marquant est la standardisation du geste funéraire qui implique l’utilisation d’un linceul et d’un cercueil en bois de résineux pour la sépulture.
Dans une aire funéraire théoriquement réservé aux gens du commun, l’omniprésence de contenants en bois surprend. Les protestants inhumés dans ce cimetière n’étaient pas si démunis que cela, et n’ont pas été mis en terre de la manière la plus simple possible.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

cimetière, huguenot, Charenton, rituel, Réforme

Index by keyword :

huguenot, church, cemetery, ritual, Charenton
Haut de page

Texte intégral

Origine et problématique du temple de Charenton

1La Réforme apparaît en Allemagne en 1517, suite à la publication des 95 thèses de Luther (1483-1546). En France, l'église protestante adopte le rite institué par Calvin (1509-1564). Les guerres de religion culminent en 1572 avec le massacre de la Saint-Barthélemy. L'abjuration d'Henri IV favorise le retour à la paix et, en 1598, l’Édit de Nantes autorise le culte réformé. Pour le grand public amateur d’histoire, la période couverte par cet Édit (1598-1685) dit de tolérance est signe de faste et de liberté relative pour la communauté huguenote dans le royaume de France, au regard des époques antérieure et postérieure.

  • 1 « de fief » se dit d’une « église » (communauté protestante) existant dans un cadre seigneurial (so (...)

2Toutefois, pour éviter des rixes trop fréquentes, l'exercice du culte parisien est repoussé à une distance d'au moins cinq lieues de la capitale. L’exclusion est, pour la communauté phare des réformés français, le premier acte vers un enfermement. Après pérégrinations, les quelques milliers de fidèles de l'église protestante de Paris s’établissent enfin à Charenton, village localisé dans la vallée de la Marne, 10 km à l’est de Paris. Le temple est construit au tout début du xviie s., lors d’une vague de construction des lieux de culte protestants. Un temple, s’il n’est pas de fief1, est situé dans un enclos fermé de murs. À Charenton, le mur de clôture du vieil hostel de la Rivière, acquis sous prête-nom pour les protestants parisiens, a gardé cette fonction.

3Les huguenots ne sont pas fixés sur les dispositions à prendre pour leurs édifices religieux. En France, ces bâtiments ne doivent toutefois pas ressembler aux églises catholiques (Pannier 1911 : 236 ; Gehring 1995 : 288), pour ne pas prêter à confusion (Reymond 1996 : 60). Le plan basilical axé est-ouest étant refusé, les constructeurs protestants innovent et sortent des normes traditionnelles. Les temples protestants sont donc des constructions neuves, souvent considérées du dernier cri architectural (Spicer 2002 : 179). De nombreux plans polygonaux ou centrés, plus adaptés au partage et à l’écoute de la Parole, sont édifiés au début du xviie s. (Reymond 1996 : 52 ; Guicharnaud 2000).

4En France, l’archéologie de la Réforme a débuté en 2005 avec la fouille du cimetière huguenot de Saint-Maurice (Val-de-Marne), puis de celui de La Rochelle (Charente-Maritime) en 2009-2010. À Charenton, même si la surface fouillée dans l’enclos du temple de Charenton est relativement petite (975 m2), les vestiges découverts permettent de poser l’hypothèse d’un temple temporaire construit selon un plan octogonal régulier.

Le cimetière protestant

5Les historiens du rituel réformé reconnaissent que c’est sans doute dans leur attitude face à la mort que catholiques et protestants s’opposent le plus aux xviie et xviie s. (Desplat 1996). L’église catholique organise de nombreux services et cérémonies pour l’accompagnement des défunts: office des morts, messe, sonnerie du glas, veillée mortuaire. La doctrine réformée rejette quant à elle le culte des saints, l’usage des reliques et la croyance au purgatoire,... t perçu comme une superstition destinée à donner plus de pouvoir au clergé et aux riches ayant les moyens de payer des messes, des prières, des pleureuses, etc. (Luria 2001 : 194 ; 2005 : 118).

« De quoi servoit tout cela aux trepassez ? Dequoy leur sert maintenant, tout ce que les prètres font ? Quel honneur et service leur pourrions nous faire plus grand, que les ensevelir honnestemen en terre, suyvant la sentence de Dieu qui a dit : Tu est poudre et terre, & tu retourneras en terre. » (Premier dialogue de l’Office des morts, Pierre Viret, 1552.)

6Calvin recommande des funérailles « honnêtes », c’est-à-dire décentes (Roussel 2002 : 197), sans pratiques considérées comme superstitieuses : pas de pierre tombale, pas de prêche au cimetière, pas d’offrande… Tallement des Réaux peut ainsi écrire : « Dans notre religion, il ne coute quasi rien à mourir » (Monerque et al. 1834, II : 397). De nombreuses décisions synodales énoncées entre 1562 et 1685 répètent inlassablement la discipline et la simplicité qui doivent présider aux inhumations (Read 1863).

7Cette véritable désacralisation de l’au-delà entraîne une fracture inévitable avec les catholiques, qui pratiquent un culte des morts très poussé et considèrent les cimetières comme des lieux sacrés. Parce qu’ils refusent le purgatoire et le culte des morts, les protestants brisent de nombreux tombeaux, par exemple ceux des papes en Avignon, ou celui de Louis XI à Notre-Dame de Cléry... En réaction, les catholiques n’hésitent pas à exhumer les dépouilles huguenotes. L’arrêt du parlement de Bordeaux, en date du 30 mai 1594, ordonne que « tous les corps de ceux de la Religion qui depuis dix ans auroient eu terre en quelque cimetière, seroient arrachés de leurs tombeaux » (Lestringant 2002 : 299). Une véritable « guerre des cimetières » oppose les deux camps.

8La question des nécropoles et de leur partage est au cœur du conflit entre protestants et catholiques au xvie s. (Luria 2001 : 185 ; 2005 : 103). Garder un accès au cimetière paroissial permet de montrer sa position dans la communauté. La communauté huguenote doit développer de nouveaux lieux d’inhumation et les gérer à sa guise puisqu’elle est exclue des cimetières traditionnels. Apparaissent alors les marqueurs du paysage comme les arbres persistants (cyprès, pins, ifs) près des maisons protestantes et des petits cimetières familiaux en plein champ. L’austérité devant prévaloir au cimetière protestant est renforcée par un décret royal de 1609 qui précise que les inhumations doivent se faire la nuit, sans cortège funèbre, sous surveillance d’un archer du guet. Un arrêt du Conseil du 7 mars 1609 fixe le cadre de ces enterrements :

« lesd. de la Religion prétendument réformée pourront faire enterrer leurs morts demy heure avant le soleil levé et demy heure après soleil couché, en se faisant assister par un archer du guet qu'il leur sera baillé pour cet effet par le chevalier du guet, qui ne pourra prendre pour son assistance qu'un quart d'écu pour un enterrement excepté les pauvres desquels il ne prendra autre chose ».

9Si la simplicité et la modestie sont de bon ton au cimetière, l'évolution des articles synodaux sur le sujet témoigne d'une certaine résistance à cette austérité. À Paris, les ministres du culte protestant de Charenton procèdent même à la mise à bas de tombes jugées trop ostentatoires. Au-delà de l’image des huguenots enfermés sur eux-mêmes dans une morale austère découlant d’un dogmatisme autoritaire, image qu’on pourrait également accoler à d’autres mouvances religieuses, la fouille a révélé une forme plus inattendue d’enfermement relatif, qui avait jusque-là totalement échappé aux historiens du rituel réformé.

10Nous avons très peu d’informations sur les gestes mortuaires huguenots, exceptées quelques phrases tirées du dogme (« sépultures honnêtes ») et de nombreuses interdictions. Deux cimetières seulement ont été fouillés en France, qui peuvent être comparés à ceux des pays voisins, comme celui de Plainpalais à Genève. Situé hors les murs et d’abors réservé aux pestiférés, il est devenu le cimetière principal. Jean Calvin y a été inhumé dans une tombe volontairement non repérée. Il ne nous est pas possible de restituer son paysage à l’époque moderne, son utilisation étant continue. Néanmoins, le cimetière a été installé dans un environnement, à l’époque et encore de nos jours, arboré (Rillet 2006).

11En France en 1685, Louis XIV révoque l’Édit de Nantespar l’Édit de Fontainebleau :

  • 2 Acronyme de Religion Prétenduement Réformée. Pour une reproduction numérique du parchemin original, (...)

« Dieu ayant enfin permis que nos peuples jouissent d’un parfait repos et que nous-mêmes, n’étant pas occupés des soins de les protéger contre nos ennemis [...] nous voyons présentement, avec la juste reconnaissance que nous devons à Dieu, que nos soins ont eu la fin que nous nous sommes proposés, puisque la meilleure et la plus grande partie de nos sujets de ladite R.P.R.2 ont embrassé la Catholique. Et d’autant qu’au moyen de l’exécution de l’édit de Nantes et de tout ce qui a été ordonné en faveur de ladite R.P.R. demeure inutile, nous avons jugé que nous ne pouvions rien faire de mieux, pour effacer entièrement la mémoire des troubles, de la confusion et des maux que le progrès de cette fausse religion a causés dans notre royaume et qui ont donné lieu audit édit et à tant d’autres édits et déclarations qui l’ont précédé ou ont été faits en conséquence, que de révoquer entièrement ledit édit de Nantes. » (Préambule de l’Édit de Fontainebleau, 1685, extrait de Cabanel 2012).

12Cela met fin à l’utilisation des temples et des cimetières et leur localisation même va disparaître des mémoires très rapidement. C’est pouquoi la fouille du cimetière attenant au temple de Charenton-Saint-Maurice, qui a fonctionné très peu de temps (80 ans), a permis de percevoir les derniers gestes d’une communauté envers ses morts et de confronter les a priori ainsi que les écrits aux données recueillies dans les tombes.

Tous dans la même boîte

13La prescription archéologique n’a concerné qu’une petite partie du cimetière, environ le tiers (fig. 1) considéré par les historiens comme la partie réservée aux gens du commun (Pannier 1906 : 301-302), alors que l’autre partie aurait été réservée à l’élite. En 1990, un sondage à cet endroit a entraîné la découverte du sarcophage en plomb contenant la momie d’un jeune Lord anglais. Malheureusement, aucune autre investigation n’a pu y être menée.

Fig. 1

Fig. 1

Positionnement de la fouille archéologique sur le plan du temple de Charenton, entre 1640 et 1685

(Archives nationales Z1J13136).

14La bande concernée par la fouille mesure environ six mètres sur trente. Les fosses n’y sont pas visibles en raison du grand nombre des tombes et de l’homogénéité du sédiment dans toute la couche d’inhumation : seules les plus anciennes (et profondes) apparaissent. L’organisation du cimetière a été immédiate, avec la mise en place de rangées dès les premières sépultures. Si certaines sont comme « empilées » les unes sur les autres, nous constatons la plupart du temps de légers décalages dans les implantations successives matérialisant de nouvelles rangées. Leur nombre est important au vu des recoupements mais, pour plusieurs raisons, il est difficile de les compter. Tout d’abord, il convient de se demander s’il existait une réelle volonté de marquer les sépultures et ainsi d’organiser le cimetière dans la durée. Ensuite, de par la densité et la config

15uration du terrain, il est très difficile de suivre les rangées sur toute leur longueur (du nord au sud), surtout lorsque les sépultures sont partiellement détruites. Enfin, le nombre de niveaux superposés varie de quatre à cinq selon l’emplacement dans le cimetière et nous ne pouvons pas toujours attribuer une sépulture à une rangée particulière ou au contraire l’en exclure.

16La parcelle suit un pendage relativement important vers la Marne, au sud. L’organisation du cimetière a été adaptée à cette contrainte par la création de terrasses. Les lacunes dans les rangées et des effets de paroi dus aux ruptures de pente semblent confirmer cette hypothèse d’aménagements palliant la déclivité. La plupart des sépultures retrouvées coupent ou sont coupées par une ou plusieurs fosses. La densité des inhumations indique clairement, malgré les aménagements successifs, le manque de place et l’engorgement de ce cimetière. Nous avons mis au jour 160 individus dans 159 sépultures. Malheureusement, les contraintes de délais ne nous ont pas permis d’atteindre le sol naturel sur l’ensemble des secteurs du cimetière, ce qui signifie la perte d’informations sur quelques sépultures.

17Les gestes mortuaires semblent découler, comme attendu, des préceptes chrétiens : dans l’ensemble, les défunts reposent sur le dos, orientés ouest-est, avec la tête à l’ouest et leurs tombes ne diffèrent pas, au premier coup d’œil, des sépultures catholiques. Cependant, on remarque la fréquente utilisation de l’enveloppe souple – la majorité des défunts ne sont pas nus dans leurs tombes – et du cercueil – ils sont tous en boîte. Enfin, aucun objet n’a été déposé dans les tombes. Seules quelques bagues encore portées ont été trouvées.

18Le cercueil soustrait le mort à la vue des vivants. L’utilisation d’un contenant en bois dans les funérailles est fréquente dès la fin de l’Antiquité. Il s’agit alors de cercueils cloués ou non (Dietrich 1998 : 10). Pour le haut Moyen Âge, on retrouve plutôt des coffrages de planches et des cercueils chevillés. Leur qualité décroît, on utilise des essences de bois immédiatement disponibles et l’assemblage ne semble plus obéir à un ordre précis (Dietrich 1998 : 11). La caisse rectangulaire est la forme ancienne classique (Pilet 1994), puis les pans hexagonaux apparaissent au cours du Moyen Âge. À partir du xive s., les cercueils cloués redeviennent majoritaires. Au xviie s., ils servent essentiellement à transporter jusqu’au cimetière le défunt, qui est ensuite inhumé en « pleine terre ». Plutôt qu’user de cette expression, commune en archéologie mais abusive, nous préférons travailler sur la présence ou l’absence au sein de la tombe.

19Nous n’avons trouvé aucun sarcophage en plomb ni aucune sépulture « riche » comme dans l’autre cimetière. L’hypothèse de Pannier sur une différenciation sociale pourrait être ainsi servie par l’existence de ces deux aires funéraires. On note également des critères de simplicité des tombes, dans cette partie fouillée en 2005. Lors de l’étude taphonomique, nous avons mis en évidence, sur la plupart des squelettes, des basculements d’os indiquant des inhumations en espace vide pérenne. Du bois de cercueil ainsi que des clous ont également été retrouvés pour environ 90 % des tombes (fig. 2). Peu d’échantillons ligneux se sont révélés exploitables ; cependant, leur étude (Lecomte-Schmitt 2012 : 114-121) révéle des planches brutes de sciage, d’un seul tenant, épaisses de 17 à 21 mm, assemblées par des clous. Les planches latérales enserrent souvent le fond. Il est difficile de généraliser les données sur les essences recueillies, mais le pin n’a été retrouvé que dans les cercueils de très jeunes enfants, tandis que les autres étaient en sapin. Cette essence, classique encore à l’heure actuelle pour la confection des cercueils, provenait sans doute du Massif central (Lecomte-Schmitt 2012 : 116). Néanmoins, l’artisan utilisait souvent le bois qu’il avait à sa disposition (Henriot & Hunot 1996 : 201). Les fosses n’étant pas visibles, sauf dans les trop rares cas de sépultures profondes (dont les profils n’existaient plus), il ne nous a pas été possible d’étudier l’ajustement de la fosse par rapport au cercueil, ni son éventuelle standardisation.

Fig. 2

Fig. 2

Exemples de sépultures dont les cercueils sont en partie conservés

(© Cécile Buquet-Marcon, Inrap).

20Nous n’avons pas pu retracer les modes d’inhumation de l’ensemble des individus de façon certaine (certains étaient trop peu conservés), il apparaît cependant que les gestes funéraires effectués durant les 80 ans d’utilisation de ce cimetière sont systématisés : le défunt est enveloppé dans un linceul, puis allongé sur le dos dans un cercueil. La forme de ce dernier est le plus souvent trapézoïdale ou bien avec un repère du côté de la tête. L’orientation de la tombe est toujours la même, globalement ouest-est, quelles que soient les questions de gestion de l’espace et de surpopulation.

Vers le dernier enfermement

21Dans une aire funéraire théoriquement réservée aux pauvres ou aux gens du commun, l’omniprésence de contenants en bois importé surprend. Les protestants inhumés dans ce cimetière n’étaient donc pas si démunis que cela et n’ont pas été mis en terre de la manière la plus simple. Sommes-nous face à des privilégiés inhumés modestement, ou à des pauvres pour lesquels la communauté aurait pourvu au manque de moyens en fournissant ce qu’elle considérait comme le minimum pour une inhumation « honnête », à savoir un linceul et un cercueil ?

22Cette question concernant la population qui fréquentait le temple et le cimetière de Charenton-Saint-Maurice est assez centrale. En effet, les inhumations protestantes sont très réglementées et les lieux autorisés peu nombreux (trois dans l’enceinte de Paris), mais surtout, il s’agit du seul et unique temple francilien. Les personnes inhumées à Charenton venaient de toute l’Île-de-France, mais étaient-elles également issues de toutes les couches de la population ?

23Les quelques éléments à notre disposition tendent à indiquer qu’à Charenton, si l’extérieur de la tombe n’est pas ostentatoire, le contenant peut l’être, avec une utilisation de sarcophage en plomb bien plus onéreux que celui en bois, ainsi qu’avec l’usage de la momification, bien loin des dogmes protestants sur l’âme et le corps. Les conclusions des historiens ainsi que la découverte du sarcophage de Lord Craven tendent à le confirmer. Malgré la densité des inhumations découvertes et l’étendue du diagnostic sur la seconde parcelle du cimetière, aucun élément en plomb n’a été trouvé, ni même de cornière, de poignée ou autre, indiquant que les cercueils pouvaient être autre chose que des contenants très simples.

24Nous avons déjà pu observer la force politique de cette communauté protestante qui parvient à acheter une propriété située tout près de Paris, à proximité d’un pont stratégique. Son exclusion de la société (lieux de culte et d’inhumation) et de certaines fonctions renforce le lien communautaire dans tout le royaume et bien sûr à Paris. L’utilisation conjointe de deux aires d’inhumation distinctes au sein d’une même propriété, laissent à penser que leur choix dépend du statut social du défunt. L’observation de ce qui est probablement le cimetière commun nous apprend la solidarité des membres de cette communauté qui éventuellement pourvoient aux besoins des inhumations pour les plus pauvres.

25Malgré le droit de culte et d’inhumation des protestants accordé par l’Édit de Nantes, les conflits perdurent et s’intensifient tout au long du xviie s. Les persécutions et les atteintes directes sont mentionnées dès les années 1660 avec des profanations de sépultures. En 1685, l’Édit de Fontainebleau met fin à l’utilisation de l’ensemble des cimetières et lieux de cultes protestants. À chaque décès, un lieutenant de police donne un permis d’inhumer « Là où elle le pourrait, dans des champs, dans des jardins, dans des chantiers... toujours de nuit, naturellement, et toujours dans la "manière accoutumée". Les Protestants devaient encore s'estimer heureux que leurs corps ne soient pas, comme ceux des relaps, traînés sur une claie et jetés à la voirie. » (Hillairet 1958). Les inhumations se font ainsi toujours de nuit, dans des caves, des jardins, des champs ou des terrains vagues.

  • 3 Fouille dirigée par J.-P. Nibodeau (Inrap GSO) ; l’anthropologue est I. Souquet-Leroy (Inrap GSO).

26La fouille et l’étude du cimetière de Saint-Maurice ont permis pour la première fois de travailler sur les sépultures protestantes de la période si particulière de l’Édit de Nantes. De plus, il s’agit du cimetière attenant au seul temple autorisé pour la capitale, ce qui renforce largement sa particularité. Le fait le plus marquant est la standardisation du geste funéraire impliquant pour la majorité des cas, si ce n’est la totalité, l’utilisation d’un linceul et d’un cercueil. Ces gestes mortuaires ont aussi été décelés lors de la fouille du cimetière de l’ancien hôpital protestant de La Rochelle (Charentes-Maritimes), bien que celui-ci ne soit ni dans la même région, ni de la même époque. Fouillé durant l’hiver 2009-20103, il est daté de la fin du xviiie s., époque où, malgré l’interdiction générale, lieux de culte et cimetières restaient parfois tolérés. Tel est le cas de cet hôpital qui avait vocation « d’accueillir les malades, les indigents, les personnes âgées, les veuves […] mais l’intérêt est également d’éviter qu’ils puissent s’adresser aux institutions catholiques » pour limiter le nombre d’abjurations (Buquet-Marcon & Souquet-Leroy 2015 : 60). Toute la communauté protestante de la région venait également y trouver sépulture. La particularité de ce site nous permet de souligner plus fortement encore l’expression communautaire dans la préparation du défunt et dans son inhumation. Au-delà des pratiques chrétiennes, un véritable choix protestant s’en dégage, marqueur ô combien discret de sa différence.

27Depuis la fouille de La Rochelle, nous avons pu émettre l’hypothèse de l’existence d’autres cimetières protestants, en particulier lorsqu’ils concernent des lieux d’inhumations dont la mémoire s’est perdue malgré leur datation récente (Buquet-Marcon & Souquet-Leroy 2016). L’exemple du cimetière des Fédons à Lambesc, lié à un épisode de la peste (Bizot et al. 2005), nous rapelle que les cimetières protestants ne sont pas les seuls lieux funéraires modernes dont la mémoire s’est perdue… volontairement. Enfin, la fouille du lieu de culte huguenot de Charenton est la première pierre en France d’une archéologie de la Réforme qui peine à démarrer, alors qu’elle existe depuis des décennies dans d’autres pays d’Europe de l’Ouest (Molleson et al. 1993) et que la recherche sur le rituel réformé est très poussée chez les historiens. En effet, une véritable archéologie de la Réforme, c'est-à-dire une archéologie reconnaissant les diverses pratiques culturelles (et pas seulement mortuaires) liées aux nouveaux cultes apparus à la période moderne, est pratiquée en Angleterre (Parker 2009 ; 2011) ou en Allemagne (Matthes 2008a et b). Gageons que le processus est engagé.

Haut de page

Bibliographie

Bizot Br., Castex D., Reunaud P. & Signoli M. 2005. La saison d’une peste (avril-septembre 1590) : le cimetière des Fédons à Lambesc (Bouches-du-Rhône). Paris, Éditions du Cnrs.

Buquet-Marcon C. & Souquet-Leroy I. 2016. « Le paysage du cimetière protestant », in : Dietrich A., Gauthier M. & Corrocchano A. (dir.), Rencontre autour des paysages du cimetière médiéval et moderne, Actes des IVe rencontres du Gaaf, Tours, 4-6 avril 2013. Tours (Publications du Gaaf, 4 ; 60e suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France) : 281-291.

Cabanel P. 2012. Histoire des Protestants en France : XVIe-XXIe siècle. Paris, Fayard.

Desplat Ch. 1996. « Sépulture et frontière confessionnelle : protestants et catholiques de Béarn (xvie-xviie siècles) », Revue de Pau et du Béarn, 23 : 67-75.

Dietrich A. 1998. « Technologie raisonnée du cercueil », in : Rencontre autour du cercueil, Actes de la Journée d’étude organisée par le Gaafif et le Sra de Haute-Normandie, Paris, le 28 janvier 1997. Paris, ministère de la Culture / Afan (Gaafif, bulletin de liaison, numéro spécial 2) : 9-13.

Gehring D. 1995. « Culture : architecture », in Encyclopédie du protestantisme. Paris, éditions du Cerf/Genève, Labor et Fides : 287-292.

Guicharnaud H. 2000. « Approche de l’architecture des temples protestants construits en France avant la révocation », Études théologiques & religieuses, 4 : 477-504.

Henriot F. & Hunot J.-Y. 1996. « Archéologie et technologie du cercueil et du coffrage de bois », in : Archéologie du cimetière chrétien, Actes du 2e colloque Archea, Tours, Ferafc/La Simarre (11e suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France) : 197-204.

Hillairet J. 1958. Les deux cents cimetières du Vieux Paris. Paris, Les Éditions de Minuit.

Lecomte-Schmitt B. 2012. « Analyse des restes ligneux du cimetière protestant de Saint-Maurice », in : Dufour J.-Y. (dir.), Saint-Maurice. Temple et cimetière huguenot de Charenton, rapport de fouille, 1, Inrap Centre-Ile-de-France : 114-121.

Lestringant F. 2002. « Anti-funérailles ou la guerre des cimetières (1594-1598) », in : Balsamo J. (ed.), Les funérailles à la Renaissance. Genève, Librairie Droz : 295-317.

Luria K. 2001. « Separated by death ? Burials, cemeteries and confessional boundaries in seventeenth-century France », French historical studies, 24 (1) : 185-222.

Luria K. 2005. Sacred boundaries – Religious coexistence and conflict in early-modern France, Washington D.C., The Catholic University of America Press.

Matthes Ch. 2008a. « Die archäologische Entdeckung des Luthergeburtshauses in Eisleben », in :  Hrsg. H. Meller, Fundsache Luther – Archäologen auf den Spuren des Reformators [Begleitband zur Landesausstellung "Fundsache Luther - Archäologen auf den Spuren des Reformators" im Landesmuseum für Vorgeschichte, vom 31. Oktober 2008 bis 26. April 2009] Saale, Halle : 114-119.

Matthes Ch. 2008b. « Ausgrabungen als stadttopografische Untersuchungen innerhalb und im Umfeld des “Luthergeburtshauses” in Eisleben », in : Hrsg. H. Meller, S. Rhein, H.G. Stephan, Luther Lebenswelten, Tagungen des Landesmuseums für Vorgeschichte Halle Band 1, Saale, Halle : 79-90.

Molleson T., Cox M., Waldron A.H. & Whittaker D.K. 1993. « The Spitalfields Project, The Anthropology - the middling sort », Council for British Archaeology Research Report, 86, vol. 2.

Monmerqué L.-J.-N., de Chateaugiron R.C.H. & Taschereau J.-A. 1834. Les Historiettes de Tallemant des Réaux. Mémoires pour servir à l’histoire du XVIIe siècle. Paris, Alphonse Levasseur.

Pannier J. 1906. « Recherches sur l'emplacement des temples, cimetières et maisons du consistoire à Charenton au XVIIe s. », Bulletin de la Société de l'Histoire du protestantisme français : 294-308.

Parker G. 2009. « Huguenot identity in Post-Medieval London », Assemblage, 10 : 7-15.

Parker G. 2011. « Expressions of Conformity: Identifying Huguenot Religious Beliefs in the Landscape », in : C. King & D. Sayer (ed.), The Archaeology of Post-Medieval Religion, Woodbridge, Boydell & Brewer, 107-120.

Pilet C. (dir.) 1994. La nécropole de Saint-Martin-de-Fontenay (Calvados). Paris, Cnrs (supplément à Gallia, 54).

Read Ch. 1863. « Cimetières et inhumations des huguenots principalement à Paris aux xvie, xviie et xviiie siècles (1563-1792) », Bulletin de la Société de l'Histoire du protestantisme français, 12 : 141-148.

Reymond B. 1996. L'architecture religieuse des protestants. Genève, Labor et Fides.

Rillet N. 2006. Le cimetière genevois : histoire d’une prise de conscience. Maîtrise d'études avancées, Université de Genève.

Roussel B. 2002. « Ensevelir honnestement les corps : funeral corteges and Huguenots culture », in : Mentzer R. & Spicer A., Society and culture in the Huguenot world 1559-1685. Cambridge, Cambridge University Press : 193-208.

Souquet-Leroy I. & Buquet-Marcon C. 2015. « La communauté protestante à l’époque moderne : le cimetière du Temple de Charenton à Saint-Maurice (xviie siècle) et le cimetière de l’hôpital protestant de La Rochelle (xviiie siècle) », in : Courtaud P., Kacki S., Romon T. (dir.), Cimetières et identités, Travaux d’archéologie funéraire. Pessac, Ausonius Éditions/Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine : 55-67.

Spicer A. 2002. « “Qui est de Dieu oit la parole de Dieu” : the Huguenots and their temples », in : Mentzer R. & Spicer A., Society and culture in the Huguenot world 1559-1685. Cambridge, Cambridge University Press : 175-192.

Viret P. 1552. L’office des morts fait par dialogues. Genève, Jean Gerard.

Haut de page

Notes

1 « de fief » se dit d’une « église » (communauté protestante) existant dans un cadre seigneurial (sous juridiction d’un seigneur protestant).

2 Acronyme de Religion Prétenduement Réformée. Pour une reproduction numérique du parchemin original, voir http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/caran_fr

3 Fouille dirigée par J.-P. Nibodeau (Inrap GSO) ; l’anthropologue est I. Souquet-Leroy (Inrap GSO).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Positionnement de la fouille archéologique sur le plan du temple de Charenton, entre 1640 et 1685
Crédits (Archives nationales Z1J13136).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3355/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 2
Légende Exemples de sépultures dont les cercueils sont en partie conservés
Crédits (© Cécile Buquet-Marcon, Inrap).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3355/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Buquet-Marcon et Jean-Yves Dufour, « Huguenots en boîtes de nuit », Les nouvelles de l'archéologie, 143 | 2016, 22-27.

Référence électronique

Cécile Buquet-Marcon et Jean-Yves Dufour, « Huguenots en boîtes de nuit », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/3355 ; DOI : 10.4000/nda.3355

Haut de page

Auteurs

Cécile Buquet-Marcon

Inrap, Umr 7041, équipe Ethnologie préhistorique
cecile.buquet@inrap.fr

Jean-Yves Dufour

Inrap, Umr 7041, équipe Archéologies environnementales
Jean-yves.dufour@inrap.fr ou Jean-yves.dufour@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org