Navigation – Plan du site

Enfermer les « fous » ou briser les chaînes

La problématique du contingentement, des soins et de l’enfermement des « aliénés »
Patrick Chopelain
p. 17-22

Résumés

Le monde de la « folie » est un domaine qui a été rarement exploré par l’archéologie. Si des sources iconographiques et textuelles nous informent sur certains aspects de cette problématique et notamment sur le passage de traitements reposant largement sur la « pensée magique » à des traitements hospitaliers, les données matérielles sont rares pour ne pas dire inexistantes. Cependant un contexte favorable (la reconversion de nombreux hôpitaux anciens) permet déjà et permettra d’accéder (si un suivi attentif des travaux est programmé) à de nouvelles et précieuses informations sur la typologie des structures d’internement et de soins avant la création des « asiles » psychiatriques départementaux. Nous en donnons ici quelques exemples afin de montrer tout le potentiel de cette riche matière qui approche au plus près les concepts d’humanité, de raison et de (dé)raison…

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme tout mythe, il est à recadrer historiquement : cette action a été réalisée à Bicêtre dans un (...)

1Un des mythes fondateurs de la psychiatrie française est celui de Philippe Pinel brisant les chaînes des pauvres « fous » enchaînés sous le préau de la Salpêtrière, comme sur le célèbre tableau de T. Robert-Fleury qui y est conservé1. Il illustre de manière imagée le perpétuel balancement, non résolu à ce jour, entre enfermement et ouverture qui traverse toute l’histoire de cette problématique. La façon dont les sociétés anciennes ont cherché à contingenter le problème de la folie et les individus concernés est en effet parsemé d’ambiguïté car, selon les périodes, la façon dont ces personnes ont été traitées a fortement varié. De plus, les sources, surtout archéologiques, qui permettent d’appréhender cette problématique sont rares. F.-O. Touati (2004) remarquait que durant la dernière décennie du xxe s., sur une moyenne de 400 opérations de terrain, 5 tout au plus concernaient un site hospitalier. Depuis, la situation s’est sensiblement améliorée (Chaoui-Derieux & Cerruti 2010) et des aspects comme l’architecture hospitalière et les cimetières d’hôpitaux commencent à pouvoir être abordés. Cette thématique ne recoupe toutefois qu’imparfaitement un domaine dont les vestiges sont à rechercher dans bien d’autres lieux (église de pèlerinage, anciens couvents notamment). Comment l’archéologie peut-elle traiter cette catégorie de population tantôt exclue, tantôt incluse, si difficile à appréhender ?

De la « nef des fous »2 à la « tour des fous » : cadres matériels et culturels (xvie s.-première moitié du xixe s.)

Les inclus

« Fou du roi » et « fous » des sociétés carnavalesques

2Cette catégorie regroupe des figures symboliques de la folie comme le « fou du roi » qui corrige par son regard ironique et insolent l’action du souverain et en humanise le comportement, ou le « fou » des sociétés carnavalesques dont la folie est ritualisée et sert d’exutoire. On y retrouve cette inversion de valeurs si caractéristique des sociétés médiévales et du début de la société moderne, encore perpétuée dans les régions carnavalesques. En France, parallèlement à la disparition des fous de cour et selon un même phénomène de rationalisation de la politique et de montée de l’absolutisme, beaucoup de sociétés carnavalesques furent dissoutes à partir du règne de Louis XIV.

Le crétin

3Tout autre est le crétin qui est une figure omniprésente de la société villageoise, notamment sous sa forme d’idiot du village ou de simplet. Il participe à la vie de la société et diverses tâches lui sont parfois spécifiquement réservées (garde de bétail notamment). On pense à ce sujet au très impressionnant documentaire Las Hurdes (« Terre sans pain ») de Luis Bunuel (1932), où figure une scène avec une véritable communauté de « crétins » gardant les troupeaux à l’écart du village. Selon un témoin vaudois au xviis., « …Le peuple les regarde avec une sorte de respect religieux et les aura appelés crétins par corruption du mot chrétien… » (Palluel-Guillard 2003). Palluel-Guillard mentionne toutefois « que les réactions vis-à-vis du crétinisme se sont dégradées au fur et à mesure des générations, les observateurs passant systématiquement de la surprise à la pitié, puis au dégoût et enfin à la répulsion ».

Les exclus

Le possédé

4Le possédé est la face sombre du simple d’esprit, volontiers protégé et accueilli avec compréhension dans les sociétés médiévales. Le possédé est quant à lui actionné par le malin et des désordres violents peuvent en découler. Il figure entravé dans de nombreuses représentations iconographiques et doit être exorcisé dans des lieux saints (rite de l’étole).

L’aliéné 

  • 3 À rapprocher également d’« anomie », concept et terme créés par Émile Durkheim à l’occasion de son (...)

5Curieusement, le terme d’aliéné désigne la personne sans lien ou qui a perdu ses attaches avec la société : du latin alienare, « rendre autre », « rendre étranger », dérivé d’alenius « autre », lui-même dérivé de alius, ce qui est paradoxal pour un groupe de population qui a souvent été entravé. D’alius sont issus les termes alias, alibi (être dans un autre lieu). Par un phénomène souvent constaté dans le domaine linguistique, le terme anglo-saxon nouvellement introduit dans notre langue alien est dérivé du mot français (Le Robert, 2010)3.

  • 4 Archives de l’hôpital de Dijon, aujourd’hui déposées aux Archives départementales de Côte-d’Or, H D (...)

6On peut associer le terme d’aliéné à la fin de la période moderne et au début de la période contemporaine, qui voient entrer de façon pérenne la folie dans le domaine hospitalier. Nous possédons beaucoup plus de renseignements sur ce type de malades. Ainsi, les archives hospitalières de Dijon4 ont conservé (à partir de 1790) un certain nombre de dossiers établis à l’entrée des patients. L’entrée n° 3 à la date du 27 avril 1790 concerne un dénommé Coco.

« Coco, imbécile paraissant âgé
d’environ 30 à 35 ans envoyé à l’hopt.
de la part de la municipalité de Dijon
attendu que cet imbécile couroit après
une femme du faubourg ST. Pierre
qui en eut peur, lequel fut arrêté
par des hommes et conduit à la
municipalité et de là à l’hôpital
où il n’a pas été possible de savoir
son nom, ni l’endroit d’où il est né
ne pouvant comprendre son jargon »

  • 5 Fiche du patient Coco, commentaire : « de 1790 à 1829, 39 ans d’internement, sans nom, sans lieu d’ (...)

(en marge, « Mort le 29 ( ?) 18295 »)

7Il est à noter que Coco pourrait être inclus dans la catégorie précédente des crétins intégrés à l’intérieur d’une communauté. Mais deux facteurs le font basculer dans la catégorie des personnes à enfermer : d’une part, il est inconnu à Dijon (ce n’est donc pas « un idiot de village ») et d’autre part, son comportement est jugé menaçant.

Les structures de soins et d’enfermement, une histoire en trois temps

8La façon dont sont pratiqués les soins et dont est abordée la folie par les sociétés anciennes détermine fortement les manières d’entraver la liberté et la forme des structures d’enfermement. Trois périodes principales peuvent être distinguées.

Le temps des « débeurdinoirs » et berceaux : le traitement magico-religieux dans les églises de pèlerinage 

  • 6 Archives municipales de Dijon, B 186, 1548-1549.

9La face négative des « fous » en fait des êtres maléfiques et dangereux : les archives dijonnaises conservent ainsi pour l’année 15486 la trace du meurtre de maître Zacharie Chapellain, greffier du parlement par un « insensé » natif de Lyon. La gestion de ce type de problème dans une société qui cherche à accentuer le contrôle qu’elle exerce sur ses membres explique le choix d’un traitement carcéral pour les plus agités. L’essentiel de la prise en charge se pratique avec l’assistance du clergé, par l’intercession de saints, et là aussi des précautions sont nécessaires. Elle repose sur des pratiques violentes et contraignantes avec des formes d’exorcisme s’attachant à soigner les possédés (en l’occurrence souvent des malades épileptiques) mais également sur des soins apaisants tels le berçage et les bains. Ainsi, le « débeurdinoir », tombeau souvent très ancien (mérovingien par exemple à Saint-Dizier, Territoire de Belfort), devient objet « thérapeutique » par le rite du « passage à travers » (Saint-Dizier) ou l’apposition de la tête dans une loge céphalique (Saint-Menoux, Allier). Des fresques et des récits attestent de véritables parcours de soins sous forme de neuvaine, telle la thérapie appliquée à Bonnet (Meuse) dans le sanctuaire dédié à saint Valentin (Martin 1997 : 177). Ce village mobilise d’ailleurs également les habitants pour l’accueil de la famille des malades.

  • 7 Un des exemples les plus parlants étant par exemple saint Clément de Metz et le dragon local (« le (...)
  • 8 D’après une lettre de rémission de 1383 citée par Roger Vaultier (1965 : 154).
  • 9 Retable de Jan Van Wavre en bois sculpté avec dix-neuf scènes de sa légende datant de 1515, église (...)

10Cette cérémonie prend une forme spectaculaire illustrée par l’iconographie où un saint guérisseur maintient le fou par une étole passée autour de son cou et exerce ainsi son pouvoir thaumaturgique. On retrouve dans ces images l’antique et fondatrice figuration du saint évêque conduisant hors de la ville un dragon topique (figure du mal) tenu par l’étole7. Un processus similaire est utilisé avec les possédés dont il s’agit de chasser le démon qui les habite, comme l’illustrent les fresques de l'église de Bonnet (Martin 1997 : 177). Un certain nombre de saints sont spécialisés dans ce type d’intercession, tels saint Florentin ou saint Mathurin à Larchant près de Nemours. Quand ils sont emmenés en cure, ces malades sont entravés : ainsi un laboureur de Rousson près de Joigny, devenu « fol enraigé », a été enchaîné et « ainsi en ferge fut mené en pelerinage à Saint-Materin de Larchant pour Ylec faire sa novene8 ». De même, de nombreux documents iconographiques montrent que lors de cette phase de « traitement », le malade en période de crise ou d’hébétude a les mains liées par des entraves (en général deux menottes attachées par une barre métallique) comme sur le retable de Geel9 ou sur un groupe statuaire du musée Gustave-Flaubert et de la médecine de l’ancien hôpital général de Rouen représentant l’exorcisme d’un possédé par saint Mathurin. Il subsiste de rares traces matérielles de ces rites, comme les anneaux de fer servant à entraver les malades, inclus dans un banc intégré au mur de l’église Saint-Hermès de Renaix (Belgique).

11Il existe également des mesures de contention pour maintenir les malades sur l’« objet » permettant les soins : l’architecte Charles Perraud relate que lors d’une visite à Saint-Hilaire de Poitiers, on lui fit voir « …dans un grenier ce qu’on appelle le berceau de Saint-Hilaire qui est un gros tronc d’arbre creusé où l’on dit que le saint couchait. Il sert à présent pour y mettre et lier les fous pendant la neuvaine qu’on fait pour leur guérison… » (Goulemot et al. 1995 : 480)

12Hors des cérémonies, les malades sont enfermés : à Saint-Tibéry, près de Pézenas (Hérault), Just Zinzerling note pour le tout début du xviie s. que « dans le monastère est une cellule où l’on garde les fous pendant quatorze jours ; on les conduit ensuite dans une chapelle souterraine où on les laisse jusque la raison leur revienne. De là est née cette plaisanterie : aller à saint Tubéry pour y revenir sage » (Goulemot et al. 1995 : 249). Toutefois, ces lieux n’ont pas vocation à enfermer les malades pendant une longue période mais uniquement pendant le parcours de soin (souvent des neuvaines). Il se distingue en cela des hôpitaux où l’enfermement peut durer jusqu’à la mort comme à l’hôpital de Dijon où Coco a été enfermé 39 ans.

Le temps des « loges » : naissance de l’espace asilaire et médical

13Cette courte période voit la création de quartiers réservés aux aliénés dans les hôpitaux. À la foison des thérapies médiévales qui perdurent à l’époque moderne succède une recherche de médication plus scientifique. On passe d’un espace purement religieux, l’église, à l’hôpital, un espace « laïcisé » et en voie de médicalisation, malgré la présence de chapelles et d’un personnel à dominante religieuse.

Transition (et continuité) entre les deux systèmes

14À Bonnet, on note une certaine modernisation à la fin du xviiie s. et au début du xixe s. : une saignée est appliquée à certains malades mais on continue le balancement régulier des patients attachés dans les berceaux de l’église. En 1816, Charles de Haldat (1816-1818) se prononce en faveur de cette pratique. Philippe Martin rappelle la défense, par les aliénistes du xviiie s., du « trémoussoir » où l’aliéné est attaché avant d’être violemment secoué. À Geel (Belgique), qui se revendique encore comme le « village des fous », on lit le passage progressif du système médiéval à la psychiatrie contemporaine, dans une vieille tradition villageoise d’accueil des aliénés.

15Certains ordres religieux semblent spécialisés dans l’accueil des « insensés », tels les observantins à Saint-Paul de Mausole et à Saint-Pierre des Canons (Bouches-du-Rhône) ou les frères de Saint-Jean-de-Dieu à Charenton.

  • 10 Congrégation fondée aux Pays-Bas et spécialisée dans le soin des « fous ».

16Dans de très rares cas, un travail archéologique a pu être réellement entrepris dans ces anciennes institutions, comme à Liège dans l’immeuble dit de « La Licorne » (Bauwens et al. 2003), ancien couvent de frères cellites ou alexiens10, congrégation fondée aux Pays-Bas et spécialisée dans les soins apportés aux malades mentaux. Dès le xive s., à Liège, ils soignent les pestiférés et enterrent des indigents. Érard de la Marke (1472-1538), prince-évêque de la ville, leur confie le soin de s’occuper des insensés, en 1519. Des recherches archéologiques ont permis de retrouver les vestiges des cellules de malades dont les dimensions, les ouvertures, le système de chauffage varient selon le statut social des patients. Les traces mises au jour lors des décapages de murs ont également mis en évidence de nombreux graffitis.

17Dans certaines villes, malgré le processus en cours d’internement des malades dans les hôpitaux, se maintient la politique de rétention en milieu carcéral dans des cachots parfois sordides comme, au début du xixs., les « choquettes » aménagées dans les ruines de la salle comtale du château d’Angers (Brodeur 2004).

Une archéologie des soins et des structures d’enfermement : loges, cabanons et « maison de force »

18Le rapport établi par le chirurgien Jacques Tenon (1724-1816) à la fin du xviiie s. est un document fondamental pour la connaissance des 48 hôpitaux françaissur lesquels porte son enquête (Tenon 1998). Il rappelle à propos des malades « qu’il n’est permis de les renfermer qu’après avoir fait les efforts pour les guérir ». Au sujet de l’offre de soin, « Ce que nous venons de rapporter conduit à une vérité bien essentielle à saisir : que l’hôtel-Dieu est de tous les hôpitaux de Paris le seul ou l’on traite de la folie, à quoi il est à propos d’ajouter : premièrement que les hôpitaux les plus proches de la capitale, où l’on s’occupe encore du traitement des maniaques, se trouvent à Rouen et à Lyon… » (Tenon 1998 : 213). À Paris, pas de « chambres particulières » ni de « loges » comme à Rouen mais deux salles pour hommes et femmes où l’on couche deux à trois « fous » par lit. De même, à propos de l’infirmerie de l’Hôtel royal des Invalides, il rappelle que six loges sont destinées aux « fous » avec des bains à leur usage et à celui des vénériens : « Voici la première fois, qu’en parlant d’un hôpital de malades, j’ai l’occasion de faire connoître la nécessité d’y placer quelques loges bien entendues, bien aérées, avec des guichets et des croisées grillées, tant pour la sûreté de ceux qui en ont le transport que pour celles des fous furieux et des serviteurs. Il existe un semblable établissement aux infirmeries royales de Versailles… » (Tenon 1998 : 95).

Fig. 1

Fig. 1

Projet pour un hôpital de 200 places pour les « fous incurables », par Tenon

(d’après Tenon 1998).

19Les loges témoignent d’une nouvelle ère pour la prise en charge des « aliénés » et ce type de structure, sous le contrôle des autorités royales et provinciales, vient s’adjoindre aux hôpitaux dont beaucoup ont une origine médiévale. Avec les loges, on passe de salles collectives à des cellules individuelles et à de nouvelles unités insérées, non sans réticence, entre la seconde moitié du xviiie s. et la première moitié du xixe s., dans les complexes hospitaliers. La loge nouvelle formule aura, d’après Tenon : « dans l’œuvre 10 pieds de long, 8 de large, 11 pieds six pouces sous voûte…Ces loges seront boisées en sapin à six pieds de hauteur…on établira une chaîne à demeure…elle sert à prendre par le pied le fou qu’il est nécessaire de contenir… » (Tenon 1998 : 448, n. 25). Ce qui subsiste, c'est-à-dire peu de chose, permet toutefois de restituer tout un moment de l’histoire hospitalière française. L’histoire de l’architecture et l’archéologie du bâti ont vocation à prendre ces structures en compte afin de mieux en révéler les conceptions : à Paris, l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière a longtemps gardé sa vocation d’origine – on se souvient des célèbres leçons du professeur Charcot et de leur mise en scène de l’hystérie –, avant de devenir un grand complexe généraliste gardant toutefois une forte spécialisation en recherches neurologiques. Il en a hérité un ensemble de loges aujourd’hui classées. Ces bâtiments bas, d’un style néoclassique austère, répètent la même séquence pour chaque cellule : une porte-fenêtre et une fenêtre donnant sur la cour, auxquelles étaient adjoints un banc et une chaîne à laquelle était attaché l’aliéné. Il subsiste également, dans une des cours de l’hôtel-Dieu de Beaune, plusieurs loges construites en 1857 : le style en est beaucoup plus vernaculaire et l’absence de fenêtre digne de ce nom en accentue le caractère carcéral. En général, ces quartiers réservés s’articulent autour d’une cour carrée mais, parfois, comme à l’hôpital de l’Antiquaille à Lyon, un plan en hémicycle est choisi.

Fig. 2

Fig. 2

Loges de la Salpêtrière, hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris

(© commons.Wikimedia).

20À Dijon, en 1724, « les fous » sont encore enfermés avec les mendiants ; mais à partir de 1725, on fait construire à leur intention des bâtiments séparés (Lamarre 2004 : 164). Des aliénés sont reçus régulièrement après 1729. Les loges servent également pour enfermer les indisciplinées : plusieurs vieilles sont mises au pain et à l’eau et logées dans les « petites maisons », c’est-à-dire aux cabanons pendant quelques jours. Nous connaissons mal les conditions de vie à l’intérieur de ce quartier hospitalier qui devaient dépendre du comportement des patients. Certains renseignements laissent toutefois penser que les mesures coercitives devaient être fréquentes : ainsi Jean Dufacq, enfermé en 1733, a des fers aux pieds et des menottes. En 1765, la chambre des pauvres institue « un surveillant des fous » car « il n’était pas décent que les religieuses s’occupassent d’eux ». À la suite d’instructions royales pour améliorer le sort des insensés, reçues le 21 août 1785, de nouvelles loges sont dessinées par l’architecte Dalbert. Les anciennes sont destinées aux hommes et les nouvelles aux femmes. À Alise-Sainte-Reine, en 1770, le contrôleur général, puis le duc de la Vrillère, secrétaire d’État, prescrivent à l’hôpital de préparer des locaux, soit trente loges pour y détenir « les mauvais sujets et les fous de la province ».

21A Dijon, un des sondages du diagnostic archéologique réalisé sur le site de l’ancien hôpital général (Chopelain 2014) a porté sur l’emplacement de l’ancien quartier des aliénés. Sur le plan de 1786, on distingue onze loges réparties sur deux côtés autour d’une cour fermée ; nous savons qu’il y a eu probablement deux phases de construction, en 1725 et 1785. La cour est dénommée « cour des fous ». Ce quartier est clairement séparé de l’hôpital et son architecture s’en distingue également. Il a repris l’emplacement d’une cour de l’ancien hôtel Sainte-Anne. Le sondage 12 ne livre malheureusement qu’une vision partielle de cet espace car il est perturbé par un collecteur d’eau du xixs. La loge repérée mesure (en faisant abstraction de l’espace perturbé par la canalisation) 2,50 m de côté. Nous ne savons pas, à ce stade de l’étude, si le secteur des loges correspond à la première phase de construction. Nous avons vu dans la première partie de cet article le cas de Coco, l’un des internés de l’hôpital, sans doute un simple d’esprit. La fiche de François Rémond révèle un autre type de « patient » au parcours tout à fait différent, peut-être dû à la présence d’une famille : il alterne sorties et rentrées, mais meurt à l’hôpital.

« François Rémond agé de 21
ans natif de Dijon sans prof.
Fils de Jean Rémond et d’Anne
Thiébaud ses père et mère, reçu
A l’hospice provisoirement pour
Y être placé aux loges ayant
l’esprit aliéné suite ( ?) au procès-verbal
de Mr le Juge de Paix Girardot section
du nord en date du 9 avril 1815 en
délibération du…»

en marge

« Sorti le 4 Mai 1815
Rentré le 4 Septembre 1815
Sorti le 25 septembre 1815
Rentré le 10 octobre 1815
Sorti le 22 Janvier 1816

Rentré …
Mort le 15 ( ?) 1829»

  • 11 En référence au modèle préconisé par Bentham.

22Si les loges disposées autour d’une cour restent le système dominant en France, il existe d’autres options encore bien plus carcérales comme la Närenturm, située à l’écart de l’hôpital général de Vienne en Autriche : cette énorme masse circulaire compacte disposant ses cellules en anneau autour d’une étroite cour centrale se rattache à un modèle pénitentiaire pseudopanoptique11 dont il existe des exemples en France, comme l’ancienne prison d’Autun construite au milieu du xixe s. uniquement pour des prisonniers de droit commun. Très peu d’hôpitaux ont gardé ces quartiers particuliers qui, pour la plupart, ont été démantelés et restructurés à partir du milieu du xixe s., lors de la fermeture de ces unités au bénéfice des nouveaux asiles psychiatriques départementaux.

Fig. 3

Fig. 3

Hôpital général de Dijon, le quartier des aliénés et ses loges, Plan de Villebichot

(1786, Archives départementales de Côte-d’Or)

Fig. 4

Fig. 4

Un sondage archéologique à l’emplacement de la « cour des fous », hôpital général de Dijon

(© P. Chopelain, 2013).

Le temps des asiles départementaux

  • 12 Seule une poignée d’établissements leurs sont alors réservés (voir Laget & Laroche 2012 : 146-147).

23La loi du 30 juin 1838 va poser les bases du régime contemporain de soin et d’internement des aliénés. Le 15 janvier 1838, lors de l’explication du nouveau projet de loi par le ministre de l’Intérieur, celui-ci préconise la création d’un établissement spécialisé par département. Les mesures de rétention sont toutefois pondérées par celles contre les détentions arbitraires : ainsi la « séquestration de l’individu ne peut être que passagère, ou n’être point du moins de longue durée ». Ces requêtes sont à l’origine de créations architecturales spécifiques. Pour la première fois dans l’histoire médicale française12, on va établir un maillage d’hôpitaux spécialement dédiés à l’accueil des aliénés couvrant tout le territoire. Précurseur de cette nouvelle vague d’établissements, l’asile de Saint-Yon à Rouen fut inauguré en 1829.

  • 13 A l’exception de l’asile  de Montfavet près d’Avignon (Laget & Laroche 2012 : 226).

24De manière significative, pour s’éloigner du modèle carcéral, la France refusera le plan panoptique13 pour adopter un plan privilégiant des bâtiments reliés entre eux par des galeries ouvertes. L’hôpital d’Auxerre et l’hôpital Sainte-Anne à Paris, qui s’en inspire, sont bien représentatifs d’un tel parti-pris.

Conclusion

  • 14 Penser notamment à Aloïse Corbaz et Adolf Wölfli.

25Au vu de ce rapide panorama, on comprendra que le champ de recherche reste très ouvert et que cette thématique difficile est encore largement à explorer. Il reste qu’aujourd’hui, à un moment où l’art brut, au sein duquel les « aliénés » tiennent une place particulièrement éminente, est respecté et admiré14, l’apport de l’archéologie à la connaissance des conditions matérielles et sociales de ces enfermements reste peu développé. Pourtant, les opérations urbanistiques se déroulant à l’heure actuelle sur de nombreux hôpitaux anciens aujourd’hui désaffectés offrent une occasion inespérée, d’en observer les vestiges pour mieux appréhender tout un pan de l’histoire médicale et culturelle des sociétés anciennes dans leurs relations à l’altérité.

Haut de page

Bibliographie

Bauwens C., Bolle C. & Léotard J.-M. 2003. L’ancien couvent des frères cellites dit « La Licorne » à Liège, Cahiers de l’urbanisme, n° 44, Sprimont, Éditions Pierre Mardaga et ministère de la Région wallonne.

Brodeur J. 2004. « Le château d’Angers de prison en prison », Archéopages, 14 : 6-15.

Chaoui-Derieux D. & Cerruti M. 2010. « Espace, objets, populations dans les établissements hospitaliers du Moyen Âge », in : S. Le Clech (dir.), Les hôpitaux dans l’espace urbain, implantation et développement à partir des données des Documents d’évaluation du patrimoine archéologique de France. Dijon, Éditions universitaires de Dijon : 53-75.

Chopelain P. 2014. Hôpital Général, 3 rue du Faubourg Raines, rapport d’opération, diagnostic archéologique. Dijon, Inrap Grand Est sud.

Goulemot J.-M., Lidsky P. & Masseau D. 1995. Le voyage en France, anthologie des voyageurs européens en France. Paris, Robert Lafont.

Haldat Ch. de. 1816-1818. « Un mode de traitement de l’aliéné mental », in : Précis analytique des travaux de la société Royale des sciences, lettres et arts et Agriculture de Nancy. Nancy, vol. 1 : 63-69.

Laget P.-L. & Laroche C. 2012. « L’hôpital en France, histoire et architecture », Cahiers du patrimoine, n° 99, Éditions Lieux-dits, Lyon.

Lamarre Cl. 2004. L’hôpital de Dijon au xviiie s. Langres, Dominique Guéniot éditeur.

Martin Ph. 1997. Pèlerins de Lorraine. Metz, Éditions Serpenoise.

Palluel-Guillard A. 2003. Goitreux et crétins, des Alpes…et d’ailleurs. L’histoire en Savoie. Chambéry, Société savoisienne d’histoire et d’Archéologie ; La Ravoire, imprimerie Arc-Isère.

Tenon J. 1998. Mémoires sur les hôpitaux de Paris. Paris, imprimerie de Ph.-D. Pierres, premier imprimeur du roi, M. DCC. LXXXVIII. Fac-similé de l’édition originale, Collection histoire des hôpitaux, archives de l’AP-HP (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris), Doin éditeurs.

Touati F.-O. dir. 2004. Archéologie et architecture hospitalières de l’Antiquité tardive à l’aube des Temps Modernes. Paris, La Boutique de l’histoire.

Vaultier R. 1965. Le folklore pendant la guerre de Cent Ans d’après les lettres de rémission du Trésor des Chartes. Paris, Librairie Guénégaud.

Haut de page

Notes

1 Comme tout mythe, il est à recadrer historiquement : cette action a été réalisée à Bicêtre dans un premier temps ; le geste aurait d’ailleurs été impulsé par son assistant Jean-Baptiste Pussin.

2 En référence à Das Narrenschiff, œuvre célèbre de l’humaniste alsacien Sébastien Brandt.

3 À rapprocher également d’« anomie », concept et terme créés par Émile Durkheim à l’occasion de son célèbre ouvrage sur le suicide.

4 Archives de l’hôpital de Dijon, aujourd’hui déposées aux Archives départementales de Côte-d’Or, H DEP. 239 1 F art. 1-5., carnets d’entrée des aliénés.

5 Fiche du patient Coco, commentaire : « de 1790 à 1829, 39 ans d’internement, sans nom, sans lieu d’origine…», sans commentaire…

6 Archives municipales de Dijon, B 186, 1548-1549.

7 Un des exemples les plus parlants étant par exemple saint Clément de Metz et le dragon local (« le Graoulli »), Vie de saint Clément de Metz (vers 1380), Ms 5227.

8 D’après une lettre de rémission de 1383 citée par Roger Vaultier (1965 : 154).

9 Retable de Jan Van Wavre en bois sculpté avec dix-neuf scènes de sa légende datant de 1515, église de Gheel (Campine) : la sainte guérisseuse est sainte Dymphne, fille d’un roi païen d’Irlande qui vivait au viie s. Patronne des fous, des possédés, des épileptiques qui font le tour de l’église de Gheel en rampant sous sa chasse, elle est représentée avec un démon enchaîné à ses pieds.

10 Congrégation fondée aux Pays-Bas et spécialisée dans le soin des « fous ».

11 En référence au modèle préconisé par Bentham.

12 Seule une poignée d’établissements leurs sont alors réservés (voir Laget & Laroche 2012 : 146-147).

13 A l’exception de l’asile  de Montfavet près d’Avignon (Laget & Laroche 2012 : 226).

14 Penser notamment à Aloïse Corbaz et Adolf Wölfli.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Projet pour un hôpital de 200 places pour les « fous incurables », par Tenon
Crédits (d’après Tenon 1998).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 2
Légende Loges de la Salpêtrière, hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris
Crédits (© commons.Wikimedia).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3353/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 3
Légende Hôpital général de Dijon, le quartier des aliénés et ses loges, Plan de Villebichot
Crédits (1786, Archives départementales de Côte-d’Or)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3353/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 4
Légende Un sondage archéologique à l’emplacement de la « cour des fous », hôpital général de Dijon
Crédits (© P. Chopelain, 2013).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3353/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Chopelain, « Enfermer les « fous » ou briser les chaînes », Les nouvelles de l'archéologie, 143 | 2016, 17-22.

Référence électronique

Patrick Chopelain, « Enfermer les « fous » ou briser les chaînes », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/3353 ; DOI : 10.4000/nda.3353

Haut de page

Auteur

Patrick Chopelain

Ingénieur de recherche, Inrap et chercheur, Umr 6298 ArTeHis, Université de Bourgogne, Dijon
patrick.chopelain@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org