Navigation – Plan du site

La fondation royale des Dominicaines d'Aix-en-Provence

Un couvent entre rupture et perméabilité
Catherine Richarté-Manfredi et Catherine Barra
p. 12-16

Résumés

Notre-Dame de Nazareth, couvent de dominicaines, est fondé en 1292 à Aix-en-Provence par le comte d’Anjou et de Provence, roi de Naples et de Jérusalem. Les résultats archéologiques de plusieurs campagnes de fouilles conduites sur une partie de l’ancien domaine, associés aux informations apportées par les sources écrites, permettent dans une certaine mesure d’appréhender la vie dans cette institution originale. Couvent royal, d’un ordre mendiant apostolique de femmes contemplatives, le complexe monastique, décrit comme immense, clos et prestigieux, est à la fois hors du monde et dans le monde. Pôle attractif de piété, il sert aussi d’établissement d’instruction pour les jeunes filles de bonnes familles, constituant un lieu d’enfermement « volontaire », parfois simplement temporaire, qui participe du contrôle de la vie des femmes par les hommes. La clôture est associée à un confinement qui doit ici s’accommoder néanmoins de la présence masculine dans l’enceinte monastique. Outre les frères qui s’occupent de sa gestion, la fonction épisodique de résidence royale de ce couvent d’autre part dédié à l’aumône et à l’accueil des nécessiteux entraine une fréquentation profane importante qui le rend de plus pourvoyeur de travail pour de nombreux serviteurs des deux sexes. Il constitue ainsi un lieu original et dynamique, refuge protégé du monde, par son statut, son aura et ses hauts murs, mais où le monde pénètre, et qu’il est possible de quitter pour reprendre un itinéraire de vie laïc. Il remplit également une fonction politique, démonstration, dans l’aire religieuse, du pouvoir royal de la dynastie angevine, qui prend ainsi pleinement ses marques et assied son autorité en la ville d’Aix sur les terres de Provence.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

couvent, Dominicaines, clôture, Provence, Anjou

Index by keyword :

convent, dominican nuns, cloister, Provence, Anjou
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Campagnes de fouilles menées par R. Chemin et C. Richarté en 1990, par C. Richarté en 2001-02, par (...)

1Dans la ville d'Aix-en-Provence, siège de la résidence comtale depuis le début du xiiie s., Charles II d’Anjou (vers 1254-1309), comte de Provence, roi de Naples, de Sicile et de Jérusalem, cousin du roi de France, supervise lui-même en 1292 la création du couvent royal des Dominicaines de Notre-Dame de Nazareth. L’étude des sources qui en font état, menée en particulier par Noël Coulet (1973, 1978) a été étançonnée par les résultats de plusieurs campagnes archéologiques réalisées entre 1990 et 20071.

2Apparus au début du xiiie s., les ordres mendiants connaissent un véritable essor. Ils tiennent non seulement un rôle de premier plan dans le domaine spirituel mais s’intégrent rapidement au jeu politique à travers les rivalités opposant les détenteurs du pouvoir que sont les évêques, les comtes, les rois et la papauté, aux fins d'asseoir leur autorité, augmenter leur influence et accroître leurs richesses. Tel est bien le cas à Aix-en-Provence. Si les Prêcheurs font de leur mission apostolique leur raison d’être, la question de la position de leurs sœurs, dévolues « naturellement » à la contemplation, n’est pas aussi simple que ce que les règles instituées peuvent laisser croire. La coexistence de vocations apparemment contradictoires, pour ces fondations nettement moins nombreuses, laisse penser que l’enfermement à l’intérieur de la « clôture » n’était sans doute pas aussi définitif ni radical qu’il le fut plus tard. Les spécificités du couvent féminin aixois justifient pleinement son inscription dans ce questionnement. Pour appréhender au mieux la vie des religieuses du couvent royal d’Aix et répondre à la question de la perméabilité de la clôture, nous nous sommes appuyées tant sur les textes que sur les vestiges archéologiques, les uns comme les autres devant être soumis à une étude critique.

Un complexe monastique spacieux, clos et singulier

  • 2 Arrière-petite-fille de Charles II d’Anjou, Jeanne Ière de Naples (1326-1382), dite la reineReine J (...)

3L’enquêteur V. Esclapon, rédigeant en 1379 une enquête sur les droits royaux de la Reine Jeanne2, décrit ainsi le monastère (Coulet 2010) :

  • 3 ADB, B7, f°10 et Cour des Comptes f°13v°-14.

« Dans ce lieu-ci, ont été construites des églises et de nombreux édifices, à l'usage du prieur dudit monastère, et à celui des serviteurs de celui-ci, et aussi à l’usage et à l’habitation des frères, et du confesseur des dites [moniales], et en outre, de grands édifices à l’usage dudit seigneur roi, avec des prés, des vergers, des terres, une clôture (ou des cloîtres ?) et les autres choses indispensables dans toutes les maisons et édifices sus nommés, avec des fontaines (ou sources) d’eaux (thermales ?), dans chaque lieu précité. Et sans parler de plusieurs édifices et des logements à l’usage et au service des donats, des serviteurs et des autres domestiques du monastère susdit. Et tous les édifices susdits étaient ceints de hauts murs formant un carré, et à l’intérieur de ces murs était un grand jardin à l’usage de ce monastère, qui maintenant est en friche…. ».3

4À la lecture de cet exposé dressé au xive s., force est de constater que nous n’avons appréhendé « archéologiquement » qu’une part assez réduite de ce considérable domaine. Cette description évoque une véritable cité religieuse aux portes de la ville d’Aix incluant jusqu’au cimetière. Le couvent « est décrit comme "un des plus beaux bâtiments de la ville" » (Bernos et al. 1977 : 91). La clôture, la ceinture de hauts murs, soulignent la caractéristique première de cet espace monastique, un univers fermé qui « se divise en plusieurs parties : la clôture réservée aux moniales (cloître, dortoir, réfectoire, église, espaces destinés à l'étude) ; une clôture pour les moines qui dirigent cette abbaye de femmes ; des bâtiments d’habitation spécifiques destinés au "seigneur roi", les secteurs d'accueil (dont l'hospitium), les espaces dédiés à la vie matérielle (bâtiments de ferme, écuries, étables, jardins, terres agricoles), et divers bâtiments pour loger ceux qui travaillent dans le couvent » (Baratier et al. 1969 : 137). Le système est à peu près autarcique, son autonomie économique reposant sur ses jardins, bassins, fontaines, et autres surfaces dévolues à l’élevage et à l’agriculture. L’importance des équipements compris dans la propriété est de plus complétée par les revenus et apports des diverses possessions extérieures du riche couvent (Bernos et al. 1977 : 245, 247-248).

5Le terme claustrum signalerait la présence de plusieurs cloîtres à l'intérieur des hauts murs d'enceinte. La spatialisation liée à la distinction des statuts et des sexes est au cœur de la problématique de la clôture (Kaplisch-Zuber 2008). Les règles canoniques normatives visent à organiser la vie des individus enfermés et permettent de juguler également les interactions entre le masculin et le féminin. La discipline religieuse a pour principal effet d’obtenir une totale obéissance (c’est d’ailleurs le seul vœu solennel des dominicaines). Elle conduit à une répartition spatiale qui permet d'organiser le labeur quotidien ainsi que les contraintes et les rapports au temporel.

6Les valeurs associées à la clôture et, en particulier, la règle à laquelle l’institution est soumise, se retrouvent dans la conception architecturale et les plans : les diverses zones et bâtiments sont énoncés comme distincts. Le programme apparaît à travers les textes et les résultats archéologiques comme orthonormé, raisonné et limité. De même, la fonction importante de portier rappelle que le couvent dominicain est bien clos.

7Dans l’espace qui a fait l’objet de fouilles, le terrain avait d'abord été subdivisé en deux parties, selon un axe directeur est-ouest ; plusieurs murs délimitaient des espaces ouverts, drainés, à l’intérieur desquels avaient perduré des cultures. L’archéologie a ainsi permis de préciser quelque peu la destination de ces lieux ; ils étaient, dans leur plus grande partie, dévolus aux clos et jardins, à l'exception du quart nord-est, occupé par un bâtiment consacré aux activités domestiques. Ainsi que le signale la présence de l'hospitium, le secteur nord-ouest semblait plutôt voué à l'accueil (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Plan général des vestiges. Opérations de fouilles de 1990, 2001-2002 et 2006)

(© Richarté, Barra, Ratsimba - Inrap).

8Le monastère est relié à la ville et bien que le maillage demeure très lâche, le réseau viaire, anciennement tracé, en assure la liaison et structure par quelques éléments le paysage de ce quartier extra muros. La propriété des Dominicaines est environnée par des domaines ecclésiastiques, propriétés du Chapitre ou de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean.

9En cette époque fervente et pieuse, qui voit la création des ordres mendiants légitimée par la papauté, grand est le manque de structures conventuelles destinées à accueillir les postulantes en nombre croissant. En entrant en religion, la réclusion monacale, quand elle est librement consentie, leur donne une sorte de « liberté intérieure » face aux contraintes et aux dangers du monde extérieur (Heullant-Donat et al. 2011 : 22).

10Toutes les fondations féminines sont placées sous le signe de la claustration : quand bien même l’ordre est apostolique, les sœurs ne peuvent être que contemplatives. Elles doivent vivre hors du monde et séparées des hommes, avec lesquels les relations sont réduites au minimum. Néanmoins, leur statut inférieur implique une hiérarchie masculine à l’intérieur des établissements ; la communauté est ainsi malgré tout le lieu d’une certaine mixité, accompagnée d’une réelle stratification hiérarchique interne au monastère. D’autre part, la vocation à la pauvreté est contournée, les sœurs ayant besoin de s’assurer des revenus, et les donations ou legs affluent vers les maisons prestigieuses. De nombreux serviteurs des deux sexes travaillent pour et dans le couvent. Véran d'Esclapon nous apprend que la maison des sœurs de Nazareth compte des serviteurs, donats, prieurs, frères, confesseurs, domestiques… Les religieuses, elles, occupent des postes d’officières, prieures, portières, cellières, moniales, converses, oblates et servantes. Sans doute, les tâches d’assistance caritative et d’éducation interdisaient-elles l’observation d’une stricte séparation des sexes et elles devaient s’accommoder d’un certain commerce avec le monde.

La politique de recrutement à Aix

  • 4 En 1206, l’évêque de Toulouse concède à Dominique l’église Sainte-Marie de Prouilles, près de Fanje (...)
  • 5 Deux ans après le soulèvement des « Vespres siciliennes » (1282), le prince tomba aux mains de l’am (...)

11Le renom du couvent féminin de Prouilles4, première fondation de saint Dominique, a sans doute compté dans la visite qu’y fit Charles II, à son retour de captivité en Espagne5, et lui inspira la volonté de fonder Notre-Dame de Nazareth : c’est lui qui a voulu et impulsé la création de cette institution dominicaine féminine.

12L’entrée en religion pouvant être soit volontaire, soit imposée, la jeunesse des candidates aixoises suggère qu’il s’agit plutôt de décisions familiales. C’est tout le paradoxe des établissements féminins qui résultent le plus souvent de la politique familiale nobiliaire. À Aix, le recrutement concerne des filles de l’aristocratie, de la noblesse et de la haute bourgeoisie provençales, voire d’autres régions. Parmi les moniales, apparaissent la famille Étendard, connétable du royaume (normand), et Béatrix, la propre fille du roi Charles II. Une liste dressée en 1318 recense quatre-vingt deux religieuses issues des grands lignages de Provence, filles de milites ou domicelli des Baux, de Meyrargue, de Puyricard, d’Éguilles, de Sabran, de Lamanon, de Roquevaire... Dans la liste, ces patronymes illustres en côtoient d’autres de moindre envergure, tels les Éparron, Artaud de Venel, de Meyreuil, ou encore ceux de riches marchands, tels les du Temple, Aymes, Langres, de Rabastencs (Coulet 1973 : 254-255). Rien ne permet de savoir si l’effectif des « pensionnaires » s’est élevé jusqu’à cent, comme l’avait souhaité le comte, et a égalé celui de l’autre couvent royal, établi à Saint-Maximin pour accueillir cent frères, mais cela n’aurait rien d’impossible, tant la demande paraît avoir été importante et le nombre des couvents féminins dérisoire.

13À Aix-en-Provence, les opérations archéologiques réalisées sur le site ont mis au jour une quantité impressionnante (autour d’un millier) de fragments de vaisselle de table issus de services variés, plutôt luxueux, importés d’Italie mais surtout du levant ibérique (fig.2) et complétés par quelques éléments en provenance du Proche-Orient (Richarté 2009). Détail particulièrement significatif dans le contexte conventuel, beaucoup d’objets exhumés portent au revers des marques d’appartenance ou d’identification : graffiti, monogrammes ou blasons incisés après cuisson (fig. 3). Cette particularité pourrait être l’indice d’une « dot » en nature apportée par les religieuses à leur entrée dans l’institution.

14Les textes concernant la maison-mère Prouilles (Ramière de Fortanier 1981) délivrent de précieuses informations sur les conditions matérielles de la vie cloîtrée des sœurs. Elles sont dans une certaine mesure illustrées par les résultats des fouilles conduites à Aix. Les fosses dépotoirs ont notamment livré des éléments fauniques témoignant d’une consommation carnée particulièrement soignée (Leguilloux 1994, Barra et al. 2006). Les jardins et vergers devaient fournir fruits et légumes, les champs procuraient les céréales. Un bâtiment identifié comme des latrines (peut-être associées à des étuves ?), mis au jour dans la partie sud-est du monastère (Richarté et al. 2007), renseigne sur la gestion des questions d’hygiène de l’établissement (fig. 1).

Fig. 2

Fig. 2

Écuelle en céramique à décor bleu et lustre métallique, fin xiiie s. Ateliers Manisès-Paterna. Espagne

(© Y. Rigoir).

Fig. 3

Fig. 3

Blasons et monogrammes incisés au revers des vaisselles conventuelles

(© Y. Rigoir).

Missions et animations

15Si les sources ne sont pas disertes sur tous les aspects de la vie du couvent, quelques indices précisent les limites de la clôture. Quelles que soient les règles instituées, « chaque monastère est un cas particulier » durant la période médiévale (L’Hermite-Leclerc 1998). Bien qu’elle se rattache à l’essor des ordres mendiants, la création du couvent des dominicaines d’Aix se place néanmoins dans la tradition des fondations, par l’aristocratie, de monastères féminins « familiaux ». Destinés à accueillir les jeunes filles et les veuves des grandes familles, nobles ou riches, en un « endroit convenable » (Magnani 1999 : 410), ils sont parfois très largement dotés, tel au xie s. le couvent Sainte-Perpétue de Brignoles, protégé par les comtes de Barcelone et le pape Alexandre III (ibidem : 403)

  • 6 ADB, B 419.

16À Notre-Dame de Nazareth, si la piété des religieuses et celle de leurs familles ne sont aucunement remises en cause, les plus jeunes sont manifestement envoyées là pour acquérir une éducation, voire de l’instruction, et ne s’engagent pas toutes dans des vœux perpétuels. La propre fille du roi Charles II, Béatrix, quitte le couvent pour épouser Azzo d’Este (Bernos et al. 1977 : 252- 253), et elle n’est pas une exception, puisque au moins Laure de Sabran, Alasacie Tassiette et Bérengère de Lamanon suivront le même parcours vers le mariage… et les destins individuels de chacune des jeunes recrues n’ont pas été explorés à ce jour. C’est donc une maison dont on peut ressortir, et l’enfermement peut n’y être que temporaire. Si les moniales se consacrent pour l’essentiel à la prière, leur emploi du temps comprend aussi des moments d’étude et des activités manuelles (on file la laine à Prouilles, par exemple (Ramière de Fortanier 1981 : 139). Les Dominicaines assurent l’instruction des filles au sein de « l’école » monastique (Bernos et al. 1977 : 252 « in habitu monachali educata »6). Elles professent et encadrent les novices, enseignent la lecture, l’écriture, le psautier. Cette vocation pédagogique, largement reconnue aux établissements dominicains (Vicaire 1973 : 69) et concrétisée à travers le recrutement juvénile, apparaît cependant peu dans les études historiques conduites jusqu'ici pour Aix. Le retour dans le siècle et le destin laïc choisi pour Béatrix par son royal père, après plusieurs années passées à Notre-Dame de Nazareth, pourrait pourtant en être l'illustration.

  • 7 V. d’Esclapon utilise le pluriel lorsqu’il les mentionne.
  • 8 Le bâtiment existait également à Prouilles, qui pratique également l’aumône.

17Enceint dans sa clôture, le couvent constitue en lui-même un monde auto-suffisant, mais il n’est pas totalement fermé aux influences extérieures. L’accès à l’une des églises qui y sont édifiées7 est, de même que pour celle des Hospitaliers, construite non loin de là, autorisé aux personnes étrangères à l’institution, habitants, pèlerins et voyageurs accueillis dans l’« hospitium »8. Car parmi leurs missions, les sœurs, qui avaient auparavant hérité de la Maison de l’Aumône de la Durane où elles s’étaient établies avant de s’installer sous les remparts aixois, ont reçu celle d’assurer une hospitalité charitable, pour offrir aux pèlerins, aux pauvres et aux malades, repas, hébergement et soins (Coulet 1973 : 241). La découverte sur le site aixois, lors des fouilles conduites en 2002 (Richarté et al. 2007), d’un vaste bâtiment d’accueil mitoyen d’une cuisine et d’une cour pourvue d’un puits monumental, en constitue le témoignage archéologique. Toutefois, quelle est la part qui échoit aux sœurs dans ces activités d’assistance ? On sait qu’à Prouilles, en 1340, elles relèvent du « portier extérieur » (Ramière de Fortanier 1981 : 148). Il est probable qu’à Aix comme dans le Lauragais, ces obligations n’ont pas été mises en œuvre directement par les religieuses, en particulier par les jeunes postulantes et novices, sous peine de transgression de la règle (Fontette 1967 : 89-128 ; Ramière de Fortanier 1981 : 148).

18À l’opposé de cette « clientèle » défavorisée, le couvent accueille également l’hôte le plus important du comté. Charles II, y séjourne à plusieurs reprises avec sa famille et ses domestiques, dans la résidence royale bâtie à cet effet et dans laquelle il vient en villégiature durant les périodes où son palais aixois est en travaux (Bernos et al. 1983 : 78. Le couvent, asile paisible, permet, peut-être, alors au souverain de concilier dans une certaine mesure vie publique et aspirations spirituelles ?

Conclusions

19Refuge pour les miséreux, résidence royale, établissement d’instruction pour les jeunes filles de bonne famille, pôle attractif de piété pour les femmes, pourvoyeur de travail pour de nombreux serviteurs, le couvent est ainsi un lieu original et dynamique, protégé du monde par son statut, son aura et ses hauts murs, mais aussi ouvert au monde et qu’il est possible de quitter pour reprendre un itinéraire de vie laïc. Il constitue un lieu d’enfermement « volontaire », particulièrement pour les femmes, parfois simplement temporaire, associé à un confinement à distance de la présence masculine. Bien sûr, le statut même des femmes relativise leur choix d’entrer en religion, la décision relevant le plus souvent des hommes de leur famille. Néanmoins, les études portant sur ces questions indiquent que la demande était plus importante que l’offre d’accueil, et diverses anecdotes montrent les femmes actives dans les démarches pour la création, la pérennisation et la consolidation des établissements monastiques féminins, souvent contre la volonté des frères dominicains. La sujétion des femmes implique, ce qui est confirmé par le texte de V. d’Esclapon, la présence d’hommes dans l’enceinte monastique. Qu’ils soient ou non religieux (prieur, confesseur, frères – au nombre de six au minimum, selon les préconisations de l’ordre –, donats, serviteurs et domestiques), et même s’ils possèdent leurs propres bâtiments, car tout paraît très cloisonné, ils peuvent être amenés à croiser les religieuses, en dépit de l’interdit théorique, lors de rencontres très encadrées, nécessaires à la vie tant spirituelle que matérielle. La clôture des femmes renvoie aux règles qui gouvernent ordinairement leur vie jusque dans leur corps même, « objet » d’appropriation et de convoitise, règles qui sont garante de l’ordre social et masculin. La protection royale accordée aux Dames de Nazareth place leur couvent en position prépondérante parmi les autres institutions religieuses aixoises (ordres mendiants notamment). L’établissement qualifié dans les textes de monasterium dominarum (Bernos et al. 1977 : 245) est établi à moins de 200 m de la Commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. Cette double manifestation du pouvoir comtal, confirmée par le recrutement élitaire, distinguait le couvent des Dominicaines des autres couvents mendiants. Avec cette fondation majeure et particulièrement ostentatoire (Montagnes 1979 : 41), la dynastie angevine prend pleinement ses marques et assied son autorité en la ville d’Aix sur les terres de Provence.

Vicaire M.-H. 1973. « Le développement de la province Dominicaine de Provence (1215-1295) », Cahiers de Fanjeaux, 8 : 36-74.

Haut de page

Bibliographie

Baratier E., Duby G. & Hildesheimer E. 1969. Atlas historique : Provence, Comtat Venaissin, principauté de Monaco, principauté d’orange, Comté de Nice. Paris, Armand Colin.

Barra C., Richarté C. & Sivan O. 2006. Collège Mignet. Extension du parking Mignet : de nouvelles découvertes à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Nîmes, Inrap.

Bernos M., Coulet N., Dolan C., Février P.-A., Gontard M., Grissolange B. & Vovelle M. 1977. Histoire d'Aix-en-Provence. Aix-en-Provence, Édisud (rééd. 1983).

Coulet N. 1973. « Un couvent royal : les Dominicaines de Notre-Dame de Nazareth d’Aix au xiiie s. », Cahiers de Fanjeaux, 8 : 233-262.

Coulet N. 1978. « Hôpitaux et œuvres d’assistance dans les diocèses et la ville d’Aix-en-Provence, xiiie-mi xive », Cahiers de Fanjeaux, 13 : 213-237.

Coulet N. 2010. « L’enquête de Véran d’Esclapon dans la viguerie d’Aix (1379) », in : Pécout Th. (dir.), Quand gouverner, c’est enquêter. Paris, De Boccard : 443-457.

Fontette M. de. 1967. Les Religieuses à l'âge classique du droit canon : recherches sur les structures juridiques des branches féminines des ordres. Paris, Librairie philosophique J. Vrin.

Heullant-Donat I., J. Claustre J. & Lusset E. dir. 2011. Enfermements. Le cloître et la prison (vie-xviiie siècle). Paris, Publications de la Sorbonne.

Klapisch-Zuber Ch. & Rochefort F. 2007. « Clôtures », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 26-2007, mis en ligne le 20 avril 2008, consulté le 31 mars 2016. URL : http://clio.revues.org/5273.

Leguilloux M. 1994. L’archéozoologie et l’interprétation des sites. Recherches archéozoologiques sur la Provence romaine et médiévale, thèse nouveau régime, Aix-en-Provence.

L’Hermite-Leclercq P. 1998. « Les femmes dans la vie religieuse au Moyen Âge. Un bref bilan bibliographique », in : « Georges Duby et l’histoire des femmes », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 8-1998, mis en ligne le 3 juin 2005, consulté le 31 mars 2016. URL : http://clio.revues.org/323.

Magnani E.1999. Monastères et aristocratie en Provence, milieu xe-début xiie siècle. Munster, Lit. Verlag.

Montagnes B. 1979. Architecture dominicaine en Provence. Paris, Cnrs.

Ramière de Fortanier A. 1981. « Le Prouilhe de Bernard Gui, d’après la visite de Pierre Gui son neveu (avec Christian Guilleré) », Cahiers de Fanjeaux, 16 : 107-153.

Richarté C. 2009. « Nuevos datos acerca de la vajilla del convento real de las Dominicas en Aix-en-Provence, al principio del siglo XIV », in : Zozaya J., Retuerce M., Villalba Hervás M. (ed.), Actas del VIII Congreso Internacional de Cerámica Medieval en el Mediterráneo, AIECM2, Almagro-Ciudad Real,  27 février- 3 mars 2006. Ciudad Real, Almagro, Asociación española de arqueología medieval, vol. 1 : 109-133.

Richarté C. et al. 1990. Opération archéologique du lycée Mignet à Aix-en-Provence (13). Document final de synthèse, Afan-Sra Paca.

Richarté C., Barra C. & Hartmann-Virnich A. 2007. « Le couvent des Dominicaines de Notre-Dame de Nazareth, un site monastique à Aix-en-Provence. Analyse des données archéologiques et premiers éléments de topographie péri-urbaine médiévale », Medieval Europe, Actes du colloque de Paris, 2007. Publication en ligne : http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/C.%20Richart%E9%20et%20al..pdf, consultée le 31 mars 2016.

Richarté C. à paraître. « Bonne maison, grant chière et beau feu. Le Couvent Notre-Dame de Nazareth à Aix-en-Provence. Vaisselier et alimentation d’une riche seigneurie ecclésiastique (fin xiiie-début du xive s.) », in : Clavel B., Ravoire F.& Wiethold J. (dir.), Archéologie de la France. Paris, coédition La Découverte-Inrap.

Haut de page

Notes

1 Campagnes de fouilles menées par R. Chemin et C. Richarté en 1990, par C. Richarté en 2001-02, par C. Barra en 2006 et, enfin, par A. Ratsimba en 2007.

2 Arrière-petite-fille de Charles II d’Anjou, Jeanne Ière de Naples (1326-1382), dite la reineReine Jeanne, accéda au trône en 1343. Elle fut assassinée par son cousin Charles de Duras.

3 ADB, B7, f°10 et Cour des Comptes f°13v°-14.

4 En 1206, l’évêque de Toulouse concède à Dominique l’église Sainte-Marie de Prouilles, près de Fanjeaux (Aude).

5 Deux ans après le soulèvement des « Vespres siciliennes » (1282), le prince tomba aux mains de l’amiral aragonais Roger de Liúria. Il resta captif à Barcelone jusqu’en 1288. Il monta sur le trône de Naples le 29 mai 1289.

6 ADB, B 419.

7 V. d’Esclapon utilise le pluriel lorsqu’il les mentionne.

8 Le bâtiment existait également à Prouilles, qui pratique également l’aumône.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan général des vestiges. Opérations de fouilles de 1990, 2001-2002 et 2006)
Crédits (© Richarté, Barra, Ratsimba - Inrap).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 2
Légende Écuelle en céramique à décor bleu et lustre métallique, fin xiiie s. Ateliers Manisès-Paterna. Espagne
Crédits (© Y. Rigoir).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 3
Légende Blasons et monogrammes incisés au revers des vaisselles conventuelles
Crédits (© Y. Rigoir).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3340/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Richarté-Manfredi et Catherine Barra, « La fondation royale des Dominicaines d'Aix-en-Provence  », Les nouvelles de l'archéologie, 143 | 2016, 12-16.

Référence électronique

Catherine Richarté-Manfredi et Catherine Barra, « La fondation royale des Dominicaines d'Aix-en-Provence  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/3340 ; DOI : 10.4000/nda.3340

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org