Navigation – Plan du site

Travailler pour l'empereur

Artisans et tâcherons au Mons Claudianus
Hélène Cuvigny
p. 8-12

Résumés

Alors que la récente fouille de Samût a corroboré le témoignage d'Agatharchide sur l'emploi de condamnés dans les mines d'or ptolémaïques, leur présence dans les carrières impériales du Mons Claudianus et du Porphyritès est à peine documentée, malgré les lignes pathétiques d'Aelius Aristide sur les carrières de porphyre. Les ostraca trouvés au Mons Claudianus montrent que la main-d'œuvre était composée de deux grands groupes, les pagani (« indigènes »), artisans égyptiens de condition libre, et la familia, chargée des tâches logistiques et peu qualifiées (il n'est pas exclu que les condamnés, s'il y en a eu, ait été intégrés à la familia). Ce personnel habitait, sans se mélanger, dans des chambrées appelées kellai (du latin cella). Attentives au confort psychologique des carriers et tailleurs de pierre indigènes, les autorités romaines avaient rapproché leur famille de leur lieu de travail et les avaient installées à Kainè, ville nouvelle et tête sur le Nil des routes menant aux metalla du désert.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 27° 15'N/33° 18' E. Le Porphyritès est dans l'arrière-pays de la station balnéaire d'Hurghada.

1Dans son Discours égyptien, le rhéteur Aelius Aristide, qui séjourna en Alexandrie vers 142 de notre ère, évoque le Porphyritès, seule carrière de porphyre rouge connue dans l'Antiquité, qui se situait dans le désert Oriental d'Égypte 1. Sa description sert à illustrer l'extrême sécheresse que prête le rhéteur à la région : « Ces contrées sont plus arides et plus désolées que tout lieu imaginable. C'est justement dans le désert Arabique que se situe la fameuse carrière de porphyre. Y travaillent, tout comme dans les autres carrières, des condamnés. Ceux-là, personne, paraît-il, ne les garde, si grande est la pénurie d'eau qui affecte la région. La peur d'être brûlé vif – châtiment qui attend les évadés s'ils sont pris – suffit à retenir les carriers. Et pourtant, il en est qui préfèrent ce supplice à brûler sans relâche, car brûler vifs, c'est leur lot quotidien. »

  • 2 DS 3.13.3.

2Deux raisons, sans lien logique entre elles, sont avancées pour justifier l'absence paradoxale de gardes, présentée comme spécifique au Porphyritès : la première est l'aridité de la région. Elle conclut logiquement une envolée rhétorique dans laquelle Aristide critique avec une véhémence factice l'idée que les déserts Libyque et Arabique pourraient posséder d'abondantes ressources en eau. De fait, des hommes traqués, sans provisions ni connaissance du terrain, ne pouvaient ni survivre ni s'orienter dans le désert. La suite n'est qu'un grossier lieu commun qu'on retrouve dans une autre évocation célèbre de metalla du désert Oriental : les mines d'or des Ptolémées, dont la description circonstanciée faite par Agatharchide de Cnide (iie s. av. J.-C.) est reproduite chez Diodore de Sicile et Photius : les condamnés y mènent une existence tellement misérable que la mort leur paraît plus désirable que la vie 2.

  • 3 24° 51' N/33° 55' E.
  • 4 26° 48’32“N/33° 29’ 14“ E.
  • 5 Quatre volumes d'ostraca ont été publiés à ce jour, ainsi que trois volumes d'études archéologiques (...)
  • 6 Le Porphyritès a fait l'objet de cinq campagnes archéologiques entre 1995 et 1999, sous la directio (...)

3Les fouilles entreprises en 2013 par l'Institut français d'archéologie orientale sous la direction de Bérangère Redon (Cnrs/HiSoMA) et Thomas Faucher (Cnrs/Iramat) sur la mine d'or ptolémaïque de Samût ne sont pas sans consonance avec le texte d'Agatharchide, même si cet établissement date du tout début de la dynastie lagide. Implantés de part et d'autre d'un filon de quartz aurifère, les deux corps de bâtiments offrent un plan bien lisible, car la mine ne fonctionna que peu d'années 3. On est frappé par la présence de trois grands dortoirs. Deux d'entre eux ont livré quantité de bijoux et de babioles façonnés en pierre et polis, émouvant témoignage de moments de repos et d'ennui dans le quotidien des occupants de ces dortoirs (Brun et al. 2013) ; curieusement, cette activité récréative répétait les gestes des tâches imparties, d'après Agatharchide, aux femmes et aux vieillards : le meulage du quartz aurifère en farine. La mine de Samût n'a malheureusement pas livré d'autres documents écrits que quelques tituli vasculaires, avec des anthroponymes et des noms de denrées alimentaires. Il n'en va pas de même au Mons Claudianus4, carrière impériale égale en importance au Porphyritès, où une mission internationale (1987-1993) dirigée par Jean Bingen a mis au jour plusieurs milliers d'ostraca grecs et latins, une source unique sur l'organisation de la main-d'œuvre, son statut et les conditions de son existence 5. On peut sans hésiter extrapoler au Porphyritès les données des ostraca du Mons Claudianus 6 : sous le principat, les deux metalla fonctionnaient en parallèle, la main-d'œuvre et les militaires qui l'encadraient passant à l'occasion de l'un à l'autre. Le tableau est très différent des élucubrations d'Aelius Aristide.

4Les ostraca, tessons de céramique écrits à l'encre, étaient dans l'antiquité un succédané du papyrus ; on y inscrivait des textes éphémères, destinés à être rapidement mis au rebut : listes, comptes, accusés de réception, ordres de paiement, quittances fiscales, bordereaux divers. Dans les installations romaines du désert Oriental égyptien (carrières impériales aussi bien que stations routières), on en faisait plus grand usage encore, parce qu'il était difficile de se procurer du papyrus sur place ; les ostraca semblent y avoir été le support habituel de la correspondance locale, tant privée qu'administrative.

5Remplis de détails concrets, voire triviaux, les ostraca mettent la main-d'œuvre au premier plan, avec réalisme et sans pathos. Mais leur qualité informative n'est pas sans défaut : une infime partie d'entre eux a été retrouvée, les plus grands (donc les plus intéressants) sont aussi les plus exposés à la fragmentation et, surtout, ce type de documentation fournit des informations parcellaires et discontinues. Il comporte aussi des angles morts : ainsi, aucun des quelque 9000 ostraca inventoriés au Mons Claudianus ne mentionne clairement de condamnés.

6Un seul pourrait suggérer que des damnati ad metalla y ont été présents : c'est le brouillon d'une pétition, datable par la stratigraphie du règne d'Antonin, et adressée au centurion légionnaire Callius Alexandros par deux personnes au moins, ayant le droit de cité antinoïte, et dont la première nommée est une femme, Petronia Iulia Maxima (O.Claud. inv. 6366+7149). Dans ce document, à la fois incomplet et illisible par endroits, des indices convergents laissent penser que les deux pétitionnaires sont des condamnés : la mention du metallon d'Alabastrinè, toponyme dans lequel il est tentant de reconnaître le village de ce nom situé au nord d'Antinooupolis et appelé d'après les carrières d'albâtre voisines ; la mention du préfet d'Égypte au génitif (ἡγεμόνος) et, enfin, celle de « travaux claudianiens » (καὶ Κλαυτιανὰ [sic] ἔργα), où la coordination καί suggère que ἔργα pourrait porter sur une première spécification géographique, qui aurait toute chance d'être le Porphyritès (donc [Πορφυριτικὰ] καὶ Κλαυτιανὰ ἔργα). Or on sait que, dans une province, seul le gouverneur est habilité à prononcer la condamnation ad metalla ; c'est lui aussi qui libère les condamnés au terme de leur peine, comme le montrent trois levées d'écrou émanant du préfet d'Égypte et conservées sur papyrus (dans deux cas, et peut-être aussi dans le troisième, le lieu de détention se trouve être une carrière d'albâtre) (Cuvigny 2000 : 35) ; de ces bribes émerge un scénario possible : les requérants auront été, sur ordre du préfet, transférés des carrières d'Alabastrinè (ἀπὸ μετάλλου Ἀλαβαστρίνης) au Porphyritès et au Claudianus. Comme il s'agit d'un brouillon, ils devaient être sur place : et que ferait une femme citoyenne d'Antinooupolis au Mons Claudianus, à moins d'être une condamnée (Millar 1984: 138) ? L'avant-dernière ligne semble indiquer que les requérants demandent que leur soit reconnu un privilège (ἡμῖν τὰ τείμεια, lire τίμια) en leur qualité d'Antinoïtes.

7Il y avait peut-être au Mons Claudianus plus de damnati qu'il n'y paraît. S'ils sont invisibles dans les ostraca, c'est probablement parce qu'ils avaient été versés dans la familia, l'une des deux grandes catégories de main-d'œuvre employée au Mons Claudianus. Par ce terme, il faut comprendre une familia Caesaris, telle qu'on en connaît dans d'autres metalla. Malgré les connotations serviles du mot, une communauté ainsi désignée n'était pas exclusivement composée d'esclaves appartenant à l'éponyme de la familia : en fonction des besoins, des travailleurs de condition libre ou des esclaves appartenant à d'autres maîtres pouvaient être enrôlés dans une familia (O.Claud. III : 25-29). La plasticité de cette notion expliquerait que, si certains membres de la familia au Mons Claudianus ont un nom unique, qui est même parfois typiquement servile, d'autres ont un patronyme ou un gentilice latin suivi d'un cognomen, marques de leur condition libre ; un tel panachage se rencontre en O.Claud. I 115, liste nominative des ouvriers de la familia employés dans la carrière « Philoserapis » : ainsi, à côté de Priamos (nom servile) œuvraient Inouris fils d'Onnôphris (nom et patronyme égyptiens) et Trebatius Glaukos (gentilice avec cognomen grec). Le caractère composite d'une familia autorise l'hypothèse que des condamnés ont pu en faire partie. Les liens administratifs entre les carrières d'Alabastrinè et celle du Porphyritès et du Claudianus que laisse pressentir la pétition de Petronia Iulia Maxima sont corroborés par un dossier de reçus pour avances sur rations et salaires émis par des employés de la familia sous Antonin. En raison du caractère juridique de ces documents, ils y déclinent leur matricule en énonçant les subdivisions de la familia auxquelles ils appartiennent : dans la plupart des cas, ils sont rattachés au numerus du Porphyritès et à l'arithmos du Claudianus, ce qui montre que le Porphyritès avait donné son nom à une vaste région qui intégrait le Claudianus ainsi que d'autres metalla de moindre importance. Or, à côté du numerus du Porphyritès, les reçus pour avances du Claudianus mentionnent à deux reprises un numerus d'Alabastrôn, autre nom des carrières d'Alabastrinè, preuve que des individus enregistrés dans les carrières d'albâtre avaient été transférés au Claudianus.

8La familia accomplissait les tâches logistiques réclamant plus de force que de qualification technique, comme le transport de l'eau, tandis que l'extraction et la taille des monolithes (colonnes, vasques) étaient confiées à des carriers et tailleurs de pierre égyptiens, de condition libre, désignés sous le nom de pagani (« les indigènes ») (Bülow-Jacobsen 2009).

9L'opposition pagani/familia est une constante qui s'observe pendant les deux périodes les mieux documentées au Mons Claudianus : le règne de Trajan, marqué par de grosses commandes impériales, et celui d'Antonin. De Trajan date un des plus remarquables documents jamais livrés par une carrière antique : un bordereau complet et détaillé de la distribution d'eau un jour donné vers 110 apr. J.-C (fig. 1). Comme les rations d'eau variaient selon le statut, le nombre exact des personnes présentes, classées par statut ou par fonction, est indiqué ; ce jour-là œuvraient au metallon 422 pagani et 402 employés de la familia, encadrés par soixante militaires (Cuvigny 2005). Les pagani sont eux-mêmes distingués par origine géographique : presque tous venaient de Syène (où se trouvaient des carrières de granit rose) ou d'Alexandrie. Les rations les moins généreuses étaient pour les hommes de la familia.

Fig. 1

Fig. 1

Le bordereau de distribution d'eau (O.Claud. inv. 1538+2921)

(© A. Bülow-Jacobsen).

  • 7 Ce changement est intervenu sous Hadrien : une entolè du Claudianus date de 136, dans la 21e année (...)

10Sous Antonin, empereur auquel on n'attribue aucun monument où soit employée la grano-diorite grise du Claudianus et qui terminait probablement des programmes architecturaux initiés par son prédécesseur, l'activité devait être plus réduite. Mais un changement dans l'administration des pagani, survenu entre l'époque des bordereaux et le règne d'Antonin, a entraîné la production massive d'une nouvelle catégorie d'ostraca, les entolai, ou « instructions » des ouvriers indigènes à leur intendant aux vivres, le kibariatès, concernant la réception de leur salaire 7. Pour chaque mois, l'artisan indigène faisait rédiger ses instructions sur un ostracon, qui consistaient essentiellement en une liste d'emplettes et de déductions à faire sur son salaire dont le montant était relativement confortable. Si l'empereur payait bien, la ration mensuelle de blé qui complétait le salaire en numéraire était souvent avariée, au point que beaucoup d'entolai envisagent cette éventualité : « si le blé est avarié, vends-le et achètes-en du bon ». Le blé n'était pas envoyé tel quel dans le désert : le kibariatès avait mission de le faire moudre et panifier par une boulangère qui était très souvent l'épouse ou la mère de l'ouvrier. Les pains devaient être prêts pour le jour où la caravane des provisions remontait au metallon. Les instructions concernant le pain, corroborées par des allusions dans des lettres privées, permettent de comprendre que cette parentèle féminine avait suivi les carriers et tailleurs de pierre depuis Syène et Alexandrie, mais seulement jusqu'au point du Nil où aboutissaient les pistes du Pophyrites et du Claudianus et où se trouvait la ville de Kainè dont le nom, qui signifie « Villeneuve », se survit aujourd'hui dans celui de Qena. Kainè n'existait pas avant l'époque impériale : la bourgade fut fondée par les Romains au moment où ils commencèrent à exploiter les carrières de la région. Il eût été logistiquement trop lourd et trop coûteux de faire venir les familles sur place, mais leur présence à Kainè et leur fonction dans le système de ravitaillement des pagani, où l'on voit, dans le mot latinisant kibariatès (du latin cibaria, « vivres »), l'intervention de l'administration impériale, témoigne du souci de celle-ci de veiller au confort psychologique des ouvriers de la pierre, dont l'expertise était si nécessaire à la réalisation des ambitieux programmes impériaux (Cuvigny 1998). Il est vraisemblable, sans qu'on en ait la preuve, qu'ils descendaient de temps à autre à Kainè pour embrasser leur famille. L'occasion se présentait aussi lorsqu'ils étaient désignés comme kibariatès du mois. Aussi cette fonction était-elle convoitée.

  • 8 27° 08' 51" N/33° 17' 29" E.

11Pagani et familia étaient logés non pas dans des dortoirs comme à Samût, mais dans de petites pièces appelées kellai (emprunt au latin cella). Un certain Fabius est informé par son correspondant qu'une lettre du procurator metallorum est arrivée au Porphyritès, ordonnant de préparer des kellai pour les pagani et pour la familia (O.Claud. inv. 7848). Chaque kella abritait un petit groupe de quatre à six hommes, dont l'un était éponyme de la kella : plusieurs ostraca du règne de Trajan, intitulés « kella d'Untel », dressent la liste nominative des occupants (fig. 2). Les kellai étaient probablement situées à l'intérieur des praesidia, comme on appelait les villages fortifiés implantés à proximité des carrières. Il y en a deux au Mons Claudianus ; le plan du plus grand d'entre eux, et qui a fonctionné le plus longtemps, présente un fouillis de petites pièces plus ou moins alignées où l'on reconnaîtrait volontiers les kellai mentionnées dans les ostraca (fig. 3). On peut néanmoins se demander si les kellai n'étaient pas, dans certains cas, des baraques plus légères, peut-être même construites à l'extérieur des forts : un épistolier anonyme annonce qu'il s'apprête à construire sa kella (O.Claud. I 152) ; un autre, dans une lettre trouvée à Umm Balad 8, metallon de moindre importance proche du Porphyritès, informe son correspondant que sa kella s'est effondrée et qu'il a perdu ses provisions du mois dans l'accident. Il n'est pas rare que, dans des lettres reçues au Mons Claudianus, l'expéditeur adresse des salutations aux synkellarioi du destinataire, c'est-à-dire les camarades qui partagent sa kella et qui, du moins dans le cas des pagani, avaient parfois entre eux des liens de parenté. Quand les hommes étaient au travail, leur kellai étaient gardées : dans le grand bordereau de distribution d'eau, un seul gardien est affecté aux kellai de la familia mais sept aux kellai des pagani. Comme les deux groupes de personnel étaient de taille équivalente, la raison de cette disproportion doit être qu'il y avait plus à voler dans les kellai des pagani, qui possédaient sans doute plus d'effets personnels et y entreposaient leur nourriture, en particulier leur pain ; la mention dans le même bordereau d'un « gardien du pain de la familia », qui n'a pas d'homologue chez les pagani, montre que l'organisation sociale de ce groupe était plus collective. Chambres à coucher mais aussi dépôts de vivres, les kellai attiraient les souris : un ouvrier indigène écrit à son père de réceptionner le panier qu'il lui envoie et de le suspendre en attendant son arrivée, « à cause des souris ».

Fig. 2

Fig. 2

Liste des occupants de la kella de Tithoès fils de Psenchnoumis au Mons Claudianus : quatre hommes, dont le dernier, Apollônios, fils de Tithoès, est peut-être le fils de l'éponyme. L'onomastique vernaculaire et la présence systématique de patronymes montrent qu'il s'agit de pagani, originaires de Haute-Égypte

(©A. Bülow-Jacobsen).

Fig. 3

Fig. 3

Mons Claudianus. Plan du village fortifié dans le wadi Umm Hussein et des constructions adjacentes telles les kellai à l'ouest et au sud du praesidium, recouvertes par les étables et par le dépotoir sud

(dessin Seán Goddard, publié in Maxfield, Peacock 2001 : fig. 1.4).

  • 9 Nous sommes mieux renseignés sur les contubernia dans les stations routières du désert Oriental (Cu (...)

12Les soldats logeaient aussi à plusieurs dans des chambrées qui n'étaient peut-être pas très différentes des kellai des civils, mais qu'on appelait des kontoubernia (du latin contubernium9. Quant au centurion commandant du metallon, il habitait à l'époque de Trajan un local nommé xenia ou, au pluriel, xeniai (« chambre d'hôte, hôtellerie »).

  • 10 Aujourd'hui Barûd (26° 46' N/33° 35' E).

13À travers les ostraca, les soldats n'apparaissent guère dans des activités répressives ou coercitives. Tout au plus les voit-on partir en patrouille, mais c'était plutôt pour surveiller les Bédouins que pour poursuivre des fugitifs. En effet, le danger ne semble pas venir de la main-d'œuvre servile ou captive mais, à partir du règne d'Antonin, des nomades du désert, qu'on appelle les Barbaroi. Une liste trouvée à Umm Balad, qui détaille le nombre d'hommes affectés à certaines tâches logistiques plusieurs jours de suite en l'an 9 d'Antonin (146), montre que deux jours ont été chômés « à cause des Barbares ». Il est possible que le metallon d'Umm Balad ait alors connu une activité ralentie et qu'il n'y ait pas eu suffisamment de soldats pour tenir les Barbares à distance. La main-d'œuvre se barricadait alors dans les praesidia ; de cette époque date sans doute la construction de chicanes devant les portes des forts, dont certaines ont été partiellement murées (fig. 4). C'est en de telles circonstances qu'un ouvrier paganus écrit à son père que, là où il est (peut-être au metallon de Tiberianè 10, satellite du Claudianus), il n'a rien eu à manger depuis deux jours « à cause de la peur des Barbares » (Curvigny 2014: 179).

Fig. 4

Fig. 4

La porte du village fortifié dans le wadi Umm Hussein au Mons Claudianus. Encadrée par deux tours rondes, elle a été réduite en largeur et le dispositif complété par une chicane

(© A. Bülow-Jacobsen).

Haut de page

Bibliographie

Brun J.-P., J.-P. Deroin, Th. Faucher, B. Redon, Fl. Téreygeol. 2013. « Les mines d’or ptolémaïques. Résultats des prospections dans le district minier de Samut (désert Oriental) », BIFAO, 113 : 111-142, sp. 121.

Bülow-Jacobsen A. 2009. Mons Claudianus. Ostraca graeca et latina. IV. The Quarry-Texts, Document de fouille n° 47. Le Caire, Institut français d’archéologie orientale.

Cuvigny H. 1998. « Kainè, ville nouvelle : une expérience de regroupement familial au iie s. è. chr. », in : O.E. Kaper (éd.), Life on the Fringe. Leiden, Cnws Publications : 87-94.

Cuvigny H. 2000. Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina, III. Les reçus pour avances à la familia. Le Caire, Institut français d'archéologie du Caire.

Cuvigny H. 2005. « L'organigramme du personnel d'une carrière impériale d'après un ostracon du Mons Claudianus », Chiron, 35 : 309-353.

Cuvigny H. éd. 2012. Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d'Égypte. II. Les textes. Le Caire, Institut français d'archéologie orientale.

Cuvigny H. 2014. « Papyrological evidence on ‘Barbarians’ in the Eastern Desert of Egypt (end 1st cent.-mid 3rd cent. CE) », in : J.H.F. Dijkstra, G. Fisher (eds), Inside and Out. Interactions between Rome and the Peoples on the Arabian and Egyptian Frontiers in Late Antiquity (200-800 CE). Leuven, Peeters (LAHR 8) : 165-198.

Maxfield V.A. and D.P.S. Peacock dir. 2001. Mons Claudianus 1987-1993. Survey and Excavation. II: Excavations. Part 1. Le Caire, Institut français d’archéologie orientale.

Maxfield V. A. and D.P.S. Peacock dir. 2006. Mons Claudianus 1987-1993. Survey and Excavation. III: Ceramic Vessels and Related Objects. Le Caire, Institut français d’archéologie orientale.

Millar F. 1984. « Condemnation to Hard Labour in the Roman Empire, from the Julio-Claudians to Constantine », Papers of the British School at Rome, 52 : 124-147.

Peacock D.P.S. and V.A. Maxfield dir. 1997. Mons Claudianus 1987-1993. Survey and Excavation. I: Topography Quarries. Le Caire, Institut français d’archéologie orientale.

Haut de page

Notes

1 27° 15'N/33° 18' E. Le Porphyritès est dans l'arrière-pays de la station balnéaire d'Hurghada.

2 DS 3.13.3.

3 24° 51' N/33° 55' E.

4 26° 48’32“N/33° 29’ 14“ E.

5 Quatre volumes d'ostraca ont été publiés à ce jour, ainsi que trois volumes d'études archéologiques dirigés par D. P. S. Peacock et V. A. Maxfield (1997 ; 2001 ; 2006).

6 Le Porphyritès a fait l'objet de cinq campagnes archéologiques entre 1995 et 1999, sous la direction de D. P. S. Peacock et V. A. Maxfield, mais les ostraca sont encore inédits.

7 Ce changement est intervenu sous Hadrien : une entolè du Claudianus date de 136, dans la 21e année de son règne, et W. Van Rengen me signale une entolè du Mons Porphyritès qui date de l'an 13 de cet empereur.

8 27° 08' 51" N/33° 17' 29" E.

9 Nous sommes mieux renseignés sur les contubernia dans les stations routières du désert Oriental (Cuvigny 2012: 20-23).

10 Aujourd'hui Barûd (26° 46' N/33° 35' E).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Le bordereau de distribution d'eau (O.Claud. inv. 1538+2921)
Crédits (© A. Bülow-Jacobsen).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 2
Légende Liste des occupants de la kella de Tithoès fils de Psenchnoumis au Mons Claudianus : quatre hommes, dont le dernier, Apollônios, fils de Tithoès, est peut-être le fils de l'éponyme. L'onomastique vernaculaire et la présence systématique de patronymes montrent qu'il s'agit de pagani, originaires de Haute-Égypte
Crédits (©A. Bülow-Jacobsen).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 3
Légende Mons Claudianus. Plan du village fortifié dans le wadi Umm Hussein et des constructions adjacentes telles les kellai à l'ouest et au sud du praesidium, recouvertes par les étables et par le dépotoir sud
Crédits (dessin Seán Goddard, publié in Maxfield, Peacock 2001 : fig. 1.4).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 4
Légende La porte du village fortifié dans le wadi Umm Hussein au Mons Claudianus. Encadrée par deux tours rondes, elle a été réduite en largeur et le dispositif complété par une chicane
Crédits (© A. Bülow-Jacobsen).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Cuvigny, « Travailler pour l'empereur  », Les nouvelles de l'archéologie, 143 | 2016, 8-12.

Référence électronique

Hélène Cuvigny, « Travailler pour l'empereur  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/3305 ; DOI : 10.4000/nda.3305

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org