Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 La découverte en 1991 de la tombe d’Alain Fournier dans la Meuse a joué un rôle certain dans la per (...)
  • 2 La fouille de Tromelin, « l’Île aux esclaves », est illustrative et sans doute emblématique de ce p (...)

1Depuis une quarantaine d’années, l’archéologie, et notamment l’archéologie préventive, s’attache à mettre en lumière des pans méconnus de l’histoire ancienne ou récente. En ces temps de commémoration, l’archéologie de « la Grande Guerre » en donne plusieurs cas d’école : fouilles de tranchées, de casemates, de sépultures1 ; fouilles de camp de prisonniers, de dépôts militaires et autres aménagements souvent méconnus (Desfossés et al. 2008). Des traces et des vestiges « nouveaux » que l’on n’aurait pas, jusqu’à une époque récente, considérés comme « archéologiques ». Ces expériences ont fait émerger l’histoire inédite et concrète des soldats et des civils aux prises avec un cataclysme dévastateur. Faite de détails insoupçonnés, elle est parfois bien éloignée des récits consacrés et des schémas symboliques portés par la mémoire collective. Cette « dissonance » de l’histoire, conceptualisée outre-Manche dès le milieu des années 1990 sous l’expression dissonant heritage (Tunbrige & Asshworth 1996 ; Roberts 2010), a souvent servi de référentiel à une archéologie contemporaine, mais elle s’applique aussi au passé plus lointain pour lequel seule la donnée archéologique témoigne2. On peut citer en particulier les fouilles des camps de concentration et d’extermination conduites en Pologne et en Allemagne à partir des années 1980. Ces fouilles, souvent menées à l’origine sans protocole archéologique, étaient avant tout destinées à compenser l’absence de témoins et de traces, à « prouver » la réalité du génocide nazi. Aujourd’hui, de véritables programmes archéologiques questionnent la réalité de l’organisation spatiale de ces espaces au-delà de leur existence même (Gilead et al. 2010).

2À travers les exemples des tranchées de la guerre de 14-18, des camps de prisonniers de guerres anciennes ou récentes, des prisons ou des bâtiments transformés ou adaptés pour servir de lieux de détention, des « villages » d’esclaves, des asiles ou des complexes religieux, c’est la question de l’enfermement, contraint ou volontaire, que pose ce dossier des Nouvelles de l’archéologie et, avec elle, celles de l’archéologie comme outil et de la source archéologique comme matériau révélateur. Que nous dit l'archéologie de ces lieux ou de ces espaces ? À quels vestiges sont confrontés les archéologues ? À quelles archives inédites, absentes des récits, les recherches archéologiques donnent-elles accès ? Quels renseignements délivrent-elles sur les pratiques sociales qui se sont adaptées à des situations particulières de détention ou de réclusion ? Quelle part (quel pouvoir ?) l’archéologie prend-elle dans la construction des histoires qui s’y sont déroulées et de leur mémoire ?

3Ce numéro des Nouvelles de l’archéologie ne vise pas l’exhaustivité, il aborde à travers le temps et plusieurs aires géographiques, différents aspects de cette « archéologie de l’enfermement » sous ce double aspect de détention ou de réclusion (au sens volontaire) et pose la question de sa réalité à travers le temps et les types d’approches comme de ses traces et de leur interprétation.

4Bérangère Redon nous offre ainsi un éclairage sur les dortoirs et les ateliers des mineurs du désert oriental égyptien à l’époque ptolémaïque (332-330 av. J.-C.), dont nombre d’entre eux étaient des prisonniers ou des condamnés. Dans le registre similaire des carrières égyptiennes, cette fois au iie siècle de notre ère, Hélène Cuvigny s’attache aux conditions de vie des mineurs du Mons Claudianus, à la typologie de leurs habitations et aux témoignages délivrés par les nombreux ostraca découverts lors des fouilles, dont la lecture pose la question de la réalité de la coercition.

5L’archéologie des espaces monastiques et des lieux conventuels est pratiquée depuis des décennies. Catherine Richarté-Manfredi et Catherinne Barra abordent la dynamique d’occupation du couvent des Dominicaines d’Aix-en-Provence au xive siècle, institution à la fois clôturée et ouverte, où l’enfermement volontaire n’exclut pas l’ouverture vers le monde laïc.

6Espace de contingentement, l’asile, comme l’hôpital, est en revanche trop rarement abordé et demeure encore mal connu. Patrick Chopelain ouvre le débat sur la manière d’appréhender cet univers et sa population sous un angle matériel et social, au-delà des données funéraires souvent mieux documentées. À ce titre, le cimetière des Huguenots de Charenton/Saint-Maurice (Val-de-Marne) offre un exemple récent d’archéologie funéraire appliquée aux croyants d’une confession minoritaire et persécutée. Cécile Bucquet-Marcon et Jean-Yves Dufour présentent leurs données sous l’angle de la spécificité du rituel comme signe d’identification des Huguenots à la fin du xviiie siècle.

7Entre la Guyane (Nicolas Payraud, Sandrine Delpech et Mickaël Mestre), la Martinique (Anne Jegouso) et la Réunion (Thomas Romonet Edouard Jacquot), trois articles traitent la question architecturale du bagne, du cachot et de la prison à travers les apports récents de l’archéologie préventive et posent la question patrimoniale de la préservation et la mise en valeur de tels sites.

8La transformation de l’abbaye de Fontevraud en maison de force et de correction incite Daniel Prigent à privilégier l’archéologie du bâti, la trace laissée par l’histoire pénitentiaire du lieu et celle, étonnante et récente, de son effacement, les prisonniers ayant eux-mêmes participé à la « restauration » des bâtiments par l’administration des monuments historiques jusqu’en 1985.

9Dans ce registre de l’enfermement punitif ou contraint, depuis une vingtaine d’années en Europe, une dizaine seulement en France, l’archéologie des camps de prisonniers s’est imposée. Christian Roy en cite un exemple en rappelant la fouille, en 1999, du camp de Spirit Lake, implanté durant la première guerre mondiale en Abitibi (Québec), la transformation du paysage qui s’en est suivie et son impact sur la colonisation du territoire. François Fichet de Clairfontaine, quant à lui, interroge directement l’archéologue, le prescripteur et l’historien, sur l’objet même que représente une intervention sur ce type d’espace et sur sa finalité.

10De leur côté, Laurent Vermard, Frédéric Adam et Béatrice Panisset s’attachent aux questions méthodologiques, sous l’angle des contraintes et des limites. Vincent Carpentier, Laurent Dujardin et Cyril Marcigny portent un autre regard sur les vestiges encore très jeunes de la « carrière-refuge » de Fleury-sur-Orne, occupée par les civils lors des bombardements alliés de 1944 sur Caen et sa région. L’archéologie prend ici tout son sens de « fabrique de l’histoire », au croisement des données matérielles, de l’expérimentation (du point de vue de la démarche et des outils utilisés) et de la sociologie. En explorant l’occupation éphémère du refuge, situation que l’on retrouve à d’autres époques, elle peut servir de modèle en offrant de nouvelles grilles d’interprétation.

11Le sujet est loin d'être épuisé par ces quelques exemples. La publication, dans le prochain numéro, d'un article de Daniel Prigent sur la transformation de l’abbaye de Fontevraud en maison de force et de correction en prolongera le propos. L'auteur y privilégie l’archéologie du bâti, la trace laissée par l’histoire pénitentiaire du lieu et celle, étonnante et récente, de son effacement – les prisonniers ayant eux-mêmes participé à la « restauration » des bâtiments par l’administration des monuments historiques, jusqu’en 1985.

12L’archéologie de la détention, de la réclusion, peut donc fournir les clefs d’une réflexion sur l’enfermement, les enfermements, les lieux d’enfermement, punitifs ou non, forcés ou volontaires. Il s’agit de questionner la trace qui témoigne et sa valeur d’historicité, mais aussi les formes qu’elle prend, les usages sociaux qu’elle suggère et les conséquences qu’elle suppose. En complément, il faudrait aussi explorer la diversité du vocabulaire, de la signification des mots et de leur évolution au cours du temps, au-delà de l’étymologie : clôture, séparation, enclos, carcéral, pénitentiaire, prison, bagne, cachot, case (d’esclave), habitation (d’esclave, de prisonnier, de condamné), camp, cantonnement, quartier… Un autre chantier à mettre en œuvre.

Haut de page

Bibliographie

Desfossés Y., A. Jacques & G. Prilaux. 2008. L’archéologie de la Grande Guerre. Paris, Inrap-Éditions Ouest-France.

Gilead I., Y. Haimi & W. Mazurek. 2010. « Excavating Nazi Extermination Centres », Present Pasts, 1 : 10-39.

Guérout M. & T. Romon. 2007. « Tromelin (océan Indien). Une archéologie de la détresse », Les Nouvelles de l'archéologie, 108/109 : 113-118.

Guérout M. & T. Romon. 2010. Esclaves oubliés de l'île Tromelin. Paris, Cnrs Éditions.

Roberts M.R. 2010. « Footprints in the Concrete: A Study of the Chemin des Juifs (Jews' Road), Jewish Slave Labour Camps, and Related Sites, in the Nord-Pas-de-Calais, France », The historic environment: Policy and practice, 1 : 70-102.

Tunbrige J.E. & G.J. Ashworth. 1996. Dissonant heritage: the management of the past as a resource in conflict. Chichester, New York, J. Wiley.

Haut de page

Notes

1 La découverte en 1991 de la tombe d’Alain Fournier dans la Meuse a joué un rôle certain dans la perception archéologique de cette période.

2 La fouille de Tromelin, « l’Île aux esclaves », est illustrative et sans doute emblématique de ce point de vue (Guerout & Romon 2007 et 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Blin, « Introduction », Les nouvelles de l'archéologie, 143 | 2016, 3-4.

Référence électronique

Olivier Blin, « Introduction », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/3290

Haut de page

Auteur

Olivier Blin

Inrap Centre–Île-de-France,
olivier.blin@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org