Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

La renaissance de l’Homme : chronique de la réouverture d’un musée parisien emblématique

Stéphen Rostain
p. 60-62

Texte intégral

Remerciements à Dimitri Karadimas (Cnrs) pour ses réflexions.

1Qui a passé ses heures de formation universitaire à fouiner dans les fiches racornies des vieux meubles en bois à tiroirs de la bibliothèque du musée de l’Homme, à la recherche d’un obscur article essentiel publié à Montauban ou à Saigon, ne peut revenir sans un petit pincement au cœur sur la majestueuse esplanade de cet édifice plus que centenaire. L’imposant bâtiment à la géométrie rectiligne, joyau d’un Art déco aujourd’hui désuet, a hébergé autant de grands penseurs ou d’objets rares que de poussière poisseuse et de souvenirs magnifiques. Cette institution vermoulue impose par là même le respect à toute personne portée sur les sciences humaines.

2C’est dire si le monde académique trépignait d’impatience après six ans de fermeture, tout en s’interrogeant sur son devenir. Y retrouvera-t-on le parfum si subtil des collections anciennes mêlées aux exhalaisons des cerveaux en effervescence ? Aura-t-on de nouveau le plaisir d’observer des pièces rarissimes d’un autre siècle, venues du bout du monde et de plus loin encore ? L’archéologie, l’ethnologie et la préhistoire auront-elles toujours leur place après cette longue modernisation ? Quelle place aura-t-elle réservée aux dernières avancées scientifiques ? Tout un tas d’idées contradictoires et de questions inquiètes se bousculent donc dans la tête du visiteur avant qu’il ne mette le pied dans les lieux.

3Premier soulagement sur le parvis en constatant le maintien des lettres, anorexiques mais si élégantes et au charme suranné, qui écrivent en laiton doré le nom du « Musée de l’Homme » sur la vitre surplombant les portes. Il est vrai que, la bâtisse étant classée au Patrimoine, on ne peut modifier sa façade ; mais si les architectes n’en avaient gardé la coquille que pour modifier complètement l’intérieur ?

Fig. 1

Fig. 1

Entrée du musée de l’Homme

(photo S. Rostain)

4Dans le hall, pas de changement manifeste, hormis l’installation des toilettes à la place de l’ancienne librairie et le transport des papiers et des livres dans un module central faisant office de boutique muséale. Au fond de cette immense entrée, le clone probable du « Totem », ce bar-restaurant à l’ombre de l’Hercule domptant un bison d’Albert Pommier où l’on pouvait savourer un expresso au prix exorbitant, est encore en cours d’aménagement. Pas de modification majeure donc dans le vestibule du musée.

5Sur la gauche, l’auguste escalier de pierre à double volée opposée, inchangé, mène toujours aux salles d’exposition. Il eût été hérétique, voire barbare, de l’éliminer. Les réaménagements du palier du premier étage ne choquent pas. Ouf !

6Alors, on rentre un peu rasséréné dans l’exposition qui s’étend sur deux étages et se divise en trois grandes thématiques : qui somme-nous ? d’où venons-nous ? où allons-nous ?

7On commence par des vitrines mélangeant les genres, qui ne sont pas sans rappeler les antiques cabinets de curiosités et, dans une certaine mesure, les anciennes salles un peu fourre-tout du musée. On s’attendrait presque à entendre craquer les lattes d’un parquet aujourd’hui disparu. Pourtant, la présentation et le discours intrinsèque de ces vitrines sont résolument modernes. Un subtil mariage de la tradition et du progrès. Voilà donc le visiteur apaisé. Mais la suite va le surprendre…

8Concurrence ou hommage à la procession animale de la Grande Galerie de l’Évolution – le musée de l’Homme est également rattaché au Muséum national d’histoire naturelle –, un élégant défilé d’anciens moulages de bustes humains rappelle l’extrême diversité de notre espèce (et la volonté originelle du musée de combattre les thèses racistes florissant à la veille de la seconde guerre mondiale). Peints aux milles couleurs de l’humanité, ils offrent une explosion chromatique qui résonne pourtant, par coïncidence, avec l’actualité politique malheureuse et l’incapacité du monde contemporain à concilier unité et diversité. Cette rivière humaine symbolise ainsi les liens étroits qui unissent politique et science.

Fig 2

Fig 2

Rivière humaine du musée de l’Homme

(photo S. Rostain)

9Au détour d’une vitrine, on tombe nez à nez avec René Descartes, ou du moins avec son crâne, qui conserve quelques lignes écrites à l’encre et les traces d’une tumeur dont souffrait le penseur. L’auteur du « Cogito ergo sum » finit ainsi à la fois dans un musée et dans de nombreuses bibliothèques.

10La suite n’est pas conçue selon une logique géographique, ni chronologique, mais adopte une orientation définitivement thématique. Chaque espace est une révélation et les idées muséologiques originales fourmillent, telle cette arène synchronique faite de moquettes découpées et suspendues qui illustrent la néolithisation des quatre coins du globe vers 4000 av. J.-C., façon élégante de faire tomber la Mésopotamie de son piédestal de foyer central de domestication pour révéler au public la véritable onde néolithique qui secoua le monde à cette période. Ailleurs, on devient quelques instants un Néandertal par un jeu de morphing sur un écran. Dans un coin, on tombe sur un cadavre d’éléphant en résine à demi dévoré, dont on se détourne pour se retrouver face aux silhouettes découpées d’une bande de chasseurs.

Fig. 3

Fig. 3

Reconstitution d’une scène préhistorique de boucherie, musée de l’Homme

(photo S. Rostain)

11Et que dire de la lumière ? Prenant un parti radicalement opposé à ceux du musée du Quai Branly et du musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, le nouveau musée de l’Homme veut de la lumière pour éclairer son visiteur. Les murs patinés et jaunis par les années des anciennes salles ont fait place à des parois immaculées, illuminées non par de viles petites ampoules basse consommation à l’incandescence incertaine, mais plutôt par le soleil. Pour inviter cet hôte de marque, toute la façade ouest, qui donne sur la Seine et la Tour Eiffel, est pratiquement transformée en une seule grande verrière par laquelle s’engouffre un flot de clarté.

12Quelques bémols pourtant dans cette partition joliment jouée. Combien de temps resteront propres et fonctionneront les langues de caoutchouc qu’il faut tirer pour entendre différentes langues ? La surabondance de gadgets et de concepts ne porte-t-elle pas préjudice au discours didactique ? Certaines présentations ne virent-elles pas dangereusement à l’installation artistique au détriment d’un discours véritablement pédagogique ? Tout le monde n’aura pas la chance d’être guidé par un archéologue ou un anthropologue passionné comme Jean-Denis Vigne ou Serge Bahuchet, qui reçurent les invités à l’inauguration. Reste à souhaiter que des guides bien formés conduiront les visiteurs pour leur traduire des intentions éducatives pas toujours évidentes. Il est en effet préférable d’être tenu par la main pour profiter pleinement des concepts implicites aux vitrines.

  • 1 Le Musée de l’Homme, histoire d’un musée laboratoire, sous la direction de Claude Blanckaert, coédi (...)

13Signalons à ce propos deux nouveaux livres grand public accompagnant la réouverture du musée de l’Homme. Le premier1, au design résolument Art déco, retrace l’histoire du Palais de Chaillot, construit en 1878, et du musée de l’Homme qu’il abrite depuis plus de 80 ans. Ce bel ouvrage collectif, qui ravira tous les passionnés de l’histoire des sciences et de la muséologie, regorge de documents d’archives. Il détaille les multiples péripéties qui ont émaillé l’existence de l’établissement, depuis sa création sous le Front populaire en passant par la résistance à l’occupation allemande du « réseau du musée de l’Homme » et l’action déterminante de personnalités comme Paul Rivet, Germaine Tillon, Claude Lévi-Strauss, André Leroi-Gourhan ou Jean Rouch.

Fig. 4

Fig. 4

Couverture du livre retraçant l’histoire du Palais de Chaillot

  • 2 Une belle histoire de l’Homme, sous la direction d’Évelyne Heyer, coédition Flammarion et Muséum na (...)

14Le second livre2, dont la couverture orange fluorescent est difficile à fixer trop longtemps, aborde des thématiques variées de l’histoire humaine. Très richement illustrée, cette encyclopédie réunit pléthore d’auteurs scientifiques chargés de répondre, en une double page, à une myriade de questions liées aux trois chapitres principaux de l’exposition permanente du musée de l’Homme : comment se fabriquent les enfants ? qui étaient les premiers Homo ? sommes-nous tous métis ? etc. Ce livre avant tout ludique est destiné à des lecteurs de tous âges et de tous horizons.

15Pour en revenir au musée, certains choix agacent, par exemple ceux qui ont déterminé la présentation de l’histoire mondiale des peuples, qui fait de grandes impasses. Conformément à la pensée dominante de la première moitié du xxe siècle, l’accent est mis sur les sociétés guerrières et conquérantes. L’Amérique précolombienne n’est ainsi figurée que par les Olmèques, les Aztèques et les Moches. L’Amazonie en est donc absente et l’on peut parcourir les salles en long et en large sans trouver un seul objet fabriqué dans la plus grande forêt tropicale du monde. D’ailleurs, la place réservée aux sociétés équatoriales est insignifiante.

16Fig. 5

Couverture d’Une belle histoire de l’Homme.

17Le parti pris technologique aux dépens de l’humain manifeste le poids de l’histoire de l’institution muséale qui, divisée il y a quatorze ans, s’est dédoublée en deux établissements aux orientations radicalement différentes : d’une part, le musée du Quai Branly, ouvert en 2006, qui s’attache plutôt à l’objet comme œuvre et à l’ethnie selon une optique héritée de Claude Lévi-Strauss ; d’autre part, le musée de l’Homme, qui essaie de comprendre les mécanismes et les techniques à la manière d’André Leroi-Gourhan. Deux choix distincts ont donc été faits, mais plutôt que de les opposer, on espère les voir se compléter, voire s’assister mutuellement.

18La présence permanente de 150 chercheurs, logés dans le bâtiment après des années passées dans des baraques de fortune montées dans les cours attenantes au Jardin des Plantes, affirme la dimension scientifique du projet et respecte fidèlement l’esprit du musée-laboratoire voulu il y a près d’un siècle par Paul Rivet.

19Au sortir de l’exposition, le visiteur, salué par les super-héros et autres mutants des comics américains qui nous annoncent que l’humanité continue d’évoluer, est un peu essoufflé de tant d’informations. L’émotion passée, il réalise que plus de 90 % des pièces exposées n’étaient auparavant jamais sorties des réserves. À l’instar de la Cité de la Villette et faute d’une collection permanente substantielle, les responsables du musée de l’Homme ont pris le parti d’expliquer les idées en illustrant les dernières avancées scientifiques au lieu de s’attacher à l’esthétique des pièces de collection. Nouveaux objets, nouveaux concepts, nouveaux discours : le musée de l’Homme est définitivement entré dans le nouveau siècle.

Haut de page

Notes

1 Le Musée de l’Homme, histoire d’un musée laboratoire, sous la direction de Claude Blanckaert, coédition Muséum national d’histoire naturelle et Artlys. 288 pages.

2 Une belle histoire de l’Homme, sous la direction d’Évelyne Heyer, coédition Flammarion et Muséum national d’histoire naturelle. 144 pages.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Entrée du musée de l’Homme
Crédits (photo S. Rostain)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig 2
Légende Rivière humaine du musée de l’Homme
Crédits (photo S. Rostain)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Fig. 3
Légende Reconstitution d’une scène préhistorique de boucherie, musée de l’Homme
Crédits (photo S. Rostain)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 4
Légende Couverture du livre retraçant l’histoire du Palais de Chaillot
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Couverture d’Une belle histoire de l’Homme.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3283/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphen Rostain, « La renaissance de l’Homme : chronique de la réouverture d’un musée parisien emblématique », Les nouvelles de l'archéologie, 142 | 2016, 60-62.

Référence électronique

Stéphen Rostain, « La renaissance de l’Homme : chronique de la réouverture d’un musée parisien emblématique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/3283 ; DOI : 10.4000/nda.3283

Haut de page

Auteur

Stéphen Rostain

UMR 8096 « Archéologie des Amériques », Cnrs, Paris,
stephen.rostain@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org