Navigation – Plan du site
Dossier: Environnement et sociétés
C/ Relation homme-scoiété en temps de crise

Le cas maya : positions récentes

Marie-Charlotte Arnauld
p. 55-59

Résumés

Dédiées à l’analyse de la relation entre sociétés mayas anciennes et changement climatique, deux collections de cas d’étude publiées en 2014 aux États-Unis proposent un bilan nuancé après 20 ans de succès inattendu du modèle sécheresse auprès des chercheurs et du grand public. Ce qui transparaît de l’ensemble est, d’une part, combien le travail interdisciplinaire entre archéologues et paléo-environnementalistes est difficile, voire à peine amorcé, et d’autre part comment leur volonté commune de s’adresser aux actuelles communautés de pratique en urbanisme et en écologie confrontées à notre futur décèle un renouvellement dans la recherche encore largement en cours.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’hypothèse « sécheresses » n’a guère que 20 ans dans l’explication du collapse des sociétés mayas anciennes des basses terres. Elle a succédé à bien d’autres propositions dont la principale, les guerres endémiques, a été formulée à la fin des années 1980 par Arthur Demarest et ses équipes en se fondant sur une pléthore de données de terrain. Antérieurement, le collectif publié en 1973 par Patrick Culbert avait conclu à une multiplicité des causes, tout en soulignant la probabilité d’invasions extérieures. Même si cette dernière raison n’a plus bonne presse, et sans détailler ici la géographie de l’aire maya (fig. 1), il est abusif de n’envisager les Mayas que dans l’isolat des basses terres au sein de la péninsule du Yucatán. Ces sociétés ont, à la fin du Classique (800-900 apr. J.-C.), participé à un mouvement de mondialisation, à l’échelle de la Mésoamérique, en soi déjà assez puissant pour déstabiliser leurs institutions. C’est ainsi qu’il faudrait d’emblée cadrer le modèle des sécheresses du Classique terminal, popularisé par un nombre étonnant de publications aux États-Unis où les Mayas fascinent. Les archéologues mayanistes ont déjà publié des articles de réaction, souvent agacée, mais les deux ouvrages collectifs et interdisciplinaires publiés en 2014 présentent les premiers vrais efforts de plus de soixante spécialistes et, simultanément, leur tentative de s’adresser aux communautés de pratique de l’écologie humaine confrontées aux inconnues de notre futur.

Figure 1

Figure 1

Carte de l'aire maya. Les hautes terres et les basses terres mayas sont contiguës à deux régions à fortes circulations et interactions subcontinentales, la côte du golfe du Mexique au nord et la côte pacifique au sud.

1) The Great Maya Droughts in Cultural Context. Case Studies in Resilience and Vulnerability, Gyles Iannone (ed.), University Press of Colorado, Boulder, 2014, 466 p., 47 illustrations et 25 cartes.

2Le titre se réfère au best-seller de Richarson Gill (2000), mais en relativisant sa portée puisqu’il annonce une mise en contexte par des études de cas concrets montrant, selon les auteurs, résilience d’abord, vulnérabilité ensuite. Il s’agit de récuser la thèse catastrophiste de Gill qui établit, pour les basses terres du Classique terminal (800-1000 apr. J.-C.), une corrélation chronologique entre sécheresses, dernières dates d’inscriptions glyphiques sur stèles et abandon des villes. L’objectif de ces quinze articles est de jauger la « trajectoire » de développement général de la civilisation maya ancienne sous l’angle des changements climatiques et de crises périodiques (voir Garrison 2015 pour une autre recension).

3Les deux premiers chapitres définissent les concepts utiles à l’étude des trajectoires culturelles de longue durée (introduction ou chapitre 1, G. Iannone, par exemple «adaptive cycle theory» et «panarchy») et situent le Classique terminal dans le développement des sociétés mayas durant le premier millénaire apr. J.-C. (chapitre 2, J. Aimers & G. Iannone). Le chapitre 3 (G. Ianone, J. Yaeger & D. Hodell) évalue les fondements et les datations effectuées de 1978 à 2012 du récent modèle « méga-sécheresse » pour les Mayas anciens ; le troisième auteur, D. Hodell, à l’origine des premiers résultats robustes sur les sécheresses (1995 ; 2005), donne plus de poids à la critique du modèle (voir Aimers & Hodell 2011 et Yaeger & Hodell 2009 pour une position similaire antérieure).

4Il faut peut-être rappeler que les résultats de David Hodell et de Gerald Haug sur le changement climatique ont été possibles grâce aux avancées technologiques récentes, en particulier les analyses isotopiques. Leurs données, parées du prestige de l’innovation, écrasent, selon « la loi du marteau », les interprétations antérieures et enfoncent le clou d’une hypothèse facile. Le mode de construction de la causalité a été d’autant plus modifié que les épisodes secs semblent se caler dans la chronologie culturelle de façon troublante, voire suspecte. Si ce modèle a bien sûr des mérites, R. Gill a cependant très tôt avancé un désastre démographique des Mayas morts de soif au Classique terminal. En 2014, l’ouvrage édité par Iannone (sur la base d’un séminaire datant de 2009) est la première réponse articulée de la part des archéologues, et il n’est pas anodin que D. Hodell l’assume. Le chapitre dans lequel il intervient est complété par le suivant (chapitre 4, R. Griffin et al.) qui relativise l’effet du climat puisque la déforestation précoce (par les cultivateurs mayas) a sans doute suffi à perturber le régime des pluies.

5Ces quatre premiers articles montrent clairement la volonté des auteurs d’attaquer de front la complexité du sujet. Mais le risque de verser dans la complication et l’exagération inverse est amorcé par le cinquième (A. Ford & R. Nigh) en prenant une perspective de longue durée sur l’agroforesterie maya pour créditer ce système d’un contrôle effectif sur la déforestation et l’érosion. Certes, la palynologie a ses limites techniques – plus ou moins grande dispersion des pollens d’arbres – et les argiles issues de l’érosion sont mal datées dans les carottages lacustres (voir une discussion de ce point dans Fleury et al. 2014). Mais on ne peut nier la déforestation et l’érosion dans les basses terres, malgré la grande efficacité de l’essartage-brûlis mésoaméricain. Leur discussion fait aussi la part trop belle aux enregistrements paléo-climatiques de Cariaco au Venezuela (ceux de Haug et al. 2003) dont l’application à l’aire maya a été contestée.

6Les cinq chapitres suivants traitent de cas d’études portant sur des périodes de crise dans différentes régions des basses terres, sans faire grand usage des concepts introduits par l’éditeur. Un seul concerne la crise de la fin du Préclassique (150 apr. J.C.) (chapitre 6, N. Dunning et al.) et un autre traite d’une énigmatique crise à fort impact datée 536 apr. J.-C. (une éruption volcanique ? chapitre 7, B. Dahlin & A. Chase). Pour le Classique terminal, trois chapitres analysent les ruptures rapides et violentes bien documentées dans l’ouest des basses terres, des régions peu vulnérables aux sécheresses : les zones rurales (chapitre 8, M. O’Mansky), le Petexbatun (chapitre 9, A. Demarest), et les royaumes du fleuve Usumacinta (chapitre 10, A. Scherer & C. Golden). Deux chapitres traitent des entités politiques et urbaines de l’est des basses terres, où les populations ont montré plus de résilience qu’ailleurs en dépit de conditions hydrologiques moins bonnes qu’à l’ouest (chapitre 12, F. Valdez & V. Scarborough ; chapitre 13, G. Iannone et al.). La plupart des villages et des villes ayant survécu jusqu’au Postclassique (après 950) se situent de ce côté oriental. Deux chapitres sont consacrés à l’étude de l’impact des sécheresses sur la faune, l’un par l’analyse des isotopes de l’oxygène dans les os de cervidés (chapitre 11, A. Repussard et al.), l’autre traitant des habitats zooarchéologiques des basses terres sur la base de vingt-deux sites inventoriés (chapitre  14, K. Emery & E. Thornton).

7Enfin le dernier chapitre, «Maya Drought and niche inheritance» de David Webster, discute la relation climat/société à partir des effets de « niche », tant dans l’impact variable du climat sur telle région ou secteur, que dans la variation des trajectoires culturelles ayant créé des niches locales, avec les pratiques héritées qui s’y appliquaient. D. Webster tente aussi de déplacer la problématique en montrant que la pression démographique au Classique récent-terminal ne pouvait pas avoir été aussi forte que l’affirment les archéologues mayanistes et, par conséquent, le déclin ausssi catastrophique que le proposent (à tout hasard) les paléoenvironmentalistes. Le dilemme société/climat a une dimension démographique qu’il est trop facile de traiter avec sensationnalisme ou de passer sous silence. Mais cet effort à contre-courant de D. Webster n’aura sans doute aucun succès car il en va de l’urbanisme maya classique et de ses densités hautes comme de ses pyramides.

8Revenons au contraste d’échelle supérieure qu’offrent les cas d’études des vastes régions, occidentale d’un côté et orientale de l’autre. Il suffit à convaincre que la causalité-sécheresse n’est pas tenable comme telle. Il n’empêche qu’on aurait aimé voir le problème traité aussi dans les basses terres du nord – région des premières recherches concluantes de Hodell – où la pluviométrie est faible à toutes époques et l’accès variable aux nappes phréatiques par les cenotes karstiques et les puits. C’est pourtant tout à fait au nord, à Uxmal puis à Chichen Itza, que se sont rapidement constituées, à la fin du Classique terminal vers 900, les institutions politiques durables du Postclassique : «[…] impressive centers that thrived in dry regions right in the middle of the ostensible big drought interval» (p. 333). Le paradoxe de l’essor du nord, pourtant le plus vulnérable aux sécheresses, n’a encore suscité que peu de littérature substantielle : les premières comparaisons contrôlées d’enregistrements paléoenvironmentaux indiqueraient, tout de même, des sécheresses plus longues et plus marquées au sud qu’au nord (Douglas et al. 2015). «The available paleoclimate data, [however], do not constrain possible spatial variability in drought impacts» (ibid.: 5607).

9L’ouvrage collectif n’apporte pas de réponse – ce n’était pas sa prétention – mais son mérite est de pointer de sérieux manques que la recherche devra combler (chapitre 1, Iannone : 12). Que des séries d’années sèches aient affecté les sociétés mayas anciennes est démontré, mais leur impact demeure inconnu pour plusieurs raisons. D’abord, les résolutions des méthodes de datation archéologiques et environnementalistes (ces dernières sur sédiments lacustres et spéléothèmes) diffèrent encore trop pour articuler de façon robuste les chronologies culturelles et climatiques. Ensuite, les variations de pluviométrie ne sont pas encore évaluées région par région en termes de sécheresses météorologique, hydrologique ou pédologique (pour l’agriculture), voire de dépressions socio-économiques (économies et démographies globalement affectées). Enfin, les chercheurs de différentes disciplines ne se respectent pas encore assez pour travailler ensemble.

10Le deuxième collectif prétend amorcer une meilleure collaboration dont l’enjeu est de comprendre le passé sous un format qui puisse nous aider à affronter notre futur.

2) The Resilience and Vulnerability of Ancient Landscapes: Transforming Maya Archaeology through IHOPE. Arlen F. Chase & Vernon L. Scarborough (eds.), 2014. Archaeological Papers of the American Anthropological Association, no. 24. Wiley, Hoboken, New Jersey. 233 p. Illustrations et cartes.

11Ce recueil de quinze articles a été élaboré de façon concomitante à celui de Gyles Iannone au cours de rencontres datant des années 2008-2011, en particulier lors d’une session spéciale tenue en 2011 au congrès de l’American Anthropological Association à Montréal (Canada). Dans ce cas les auteurs, une trentaine de chercheurs universitaires dont huit environnementalistes (cinq d’entre eux ont participé à l’ouvrage de G. Iannone), sont impliqués dans le groupe Ihope-Maya créé en 2008. Le réseau Ihope 1, basé au département d’archéologie et d’histoire ancienne de l’université d’Upsala (Suède), a pour objectif de « lier l’histoire des systèmes de l’humanité et de la Terre par l’intégration des connaissances et des ressources des sciences biophysiques, des sciences sociales et des humanités » (Costanza et al. 2012). Ce réseau mondial vise à construire une expertise pour le futur au moyen de projets explorant dans le passé l’idée d’une prédiction environnementale et sa réception par les sociétés. Ces chercheurs ne sont pas des militants, mais ils s’engagent à susciter « l’équité, la confiance et le respect » entre leur communauté de recherche et les communautés de pratique des domaines de l’urbanisme et de l’écologie.

12Dans une première partie, un article (par les deux éditeurs) pose la problématique maya et le rôle que ce passé singulier peut jouer dans notre présent ; un second traite de la nature des paysages tropicaux des anciens Mayas (A. Chase et douze auteurs) ; et un troisième de leur relation particulière à l’eau et aux villes (L. Lucero et cinq auteurs). L’aire maya est limitée aux basses terres, une convention et un véritable biais, on l’a dit. La deuxième partie présente huit cas d’étude régionaux de relations entre humains et nature : trois sont consacrés aux régions du nord que le collectif de G. Iannone néglige, deux aux régions occidentales et trois aux régions orientales. Enfin, la troisième partie propose trois chapitres comparatifs écrits par Ben Nelson (Sud-Ouest américain), Tony Wilkinson (Moyen Orient) et Joseph Tainter (Empire romain). Le dernier chapitre (S. van der Leeuw) n’est pas une synthèse finale, mais un propos largement argumenté en faveur d’un remodelage de notre connaissance archéologique du passé de façon à, non pas en réduire, mais en saisir toute la complexité en vue de nous préparer à résoudre les problèmes du futur. En somme, les mayanistes prétendent fournir, avec la trajectoire maya, un cas d'étude particulièrement pertinent en amorçant dans cette publication une archéologie renouvelée : «The volume is seen as a new beginning for Maya archaeology in terms of its relevance for the modern world» (Chase & Scarborough, Foreward: vi).

13On peut mesurer la réussite de la collection à l’aune de cette ambition mayaniste. On peut aussi y chercher des modèles explicatifs, communs au passé et au présent, « qui tiennent la route » dans les sciences humaines en général et en archéologie en particulier. Quant à l’adresse aux concepteurs et décideurs actuels, disons d’emblée qu’elle ne prend encore que de timides formes, à l’exception de celle de J. Tainter.

14L’ouvrage ne renouvelle pas l’archéologie mayaniste, on s’en doute, mais le potentiel est bien là. L’axe central est proche de celui de l’ouvrage édité par G. Iannone, à savoir l’évaluation de la résilience des sociétés anciennes face à de multiples et complexes facteurs déstabilisants dont l’un fut climatique. Là encore, l’exercice vise à corriger le tir d’une vulgarisation préjudiciable en posant que si les Mayas ont souffert du changement climatique (vulnérabilités), leurs réponses furent très variables selon leurs ressources locales, sociétales et culturelles (complexité et résilience). Presque tous signés par plusieurs chercheurs, les articles campent rapidement des positions et évitent l’habituelle tension rhétorique compétitive. Il est notoire que les réunions Ihope-maya ont laborieusement rapproché des points de vue polarisés.

15La thèse de la variabilité des réponses mayas apparaît la mieux servie dans l’article de Gyles Iannone et al. (chapitre 11), montrant les trajectoires très différentes de trois petites villes mayas de l’est des basses terres. Quant aux autres articles, deux seulement usant des concepts habituels tels que «decreasing returns on investments» (Isendhal et al. : 45, chapitre 4), «path dependency», ou conservatisme du moindre effort (Chase & Chase : 143, chapitre 10) apparaissent un peu convenus. Les autres cas d’étude sont un peu plus substantiels qu’on pouvait l’attendre.

16Rafael Cobos et ses collègues mexicains (chapitre 5), à partir de la chronologie des deux grandes capitales Uxmal et Chichen Itza – dont on a vu qu’elles se sont rapidement développées au nord durant la période de crise au sud, entre 850 et 1050, entre Classique terminal et Postclassique –, proposent une alliance entre les deux villes au cours de cette période. Cette thèse va à contre-courant des interprétations insistant sur la compétition et la chute précoce d’Uxmal (avant 950). Paradoxalement, si le phénomène de cette surprenante émergence d’une paire de capitales au nord tend à rehausser le rôle des agents politiques mayas dans les basses terres en pleine transformation, l’article apporte de nouvelles données (d’un cenote récemment exploré) en faveur d’un déclin rapide des deux capitales, entre 1050 et 1100, directement dû à l’intensité des sécheresses au xie siècle.

17En somme, selon un scénario différent de celui qui sous-tend les autres articles et même le collectif de G. Iannone, le modèle sécheresse serait bien applicable mais plus tard, après 950, après le Classique terminal. Les dernières études sur spéléothèmes publiées en 2012 (Kennett et al. 2012) confirment l’intensité de l’épisode sec de 920 à 1100. En d’autres termes, après les crises socio-politiques du sud, après une certaine résilience socio-culturelle ici et là et un formidable déplacement des villes de l’intérieur vers les côtes et le nord, le pire était encore à venir puisque les deux nouvelles capitales alliées auraient cédé face au changement climatique vers 1100. Quant aux populations mayas non urbaines des basses terres au Postclassique ancien (950-1200), de fait on n’en sait pas grand-chose.

18Si l’on ajoute que l’article de l’agronome Scott Fedick (chapitre 6 : «Aquifers of the northern peninsula represent the most abundant water reservoir in Mexico» : 78) apporte des données encore peu connues sur l’hydrologie très particulière de l’extrême nord des basses terres, on est frappé par le potentiel de renouvellement que recèlent encore les données de ce fameux temps de collapse maya et de changement climatique. En donne un autre exemple l’analyse de paléosols localement mis au jour par Roberto Liendo et ses collègues mexicains dans la région de Palenque (chapitre 7). Les mayanistes ont encore bien du travail avec leur strict objet du passé, ce qui n’empêche pas S. Fedick de terminer son article par un appel à modifier l’agriculture actuelle du nord de la péninsule, pointant la pertinence des modèles explicatifs communs au passé, au présent et au futur, du moins dans ce domaine.

19Plus surprenant est le parallèle établi par le climatologue Joel Gunn et ses collègues archéologues (chapitre 8) entre la route est-ouest des basses terres mayas passant par la puissante capitale classique de Calakmul et le couloir rhodanien en France. Un peu plus substantiel que cette comparaison prématurée, l’article de Scarborough et Valdez (chapitre 9) porte sur les capacités de stockage et de transport des denrées alimentaires de base entre le centre et l’est des basses terres, avec un appel final pour une microrégionalisation accrue des économies actuelles.

20De nouveaux concepts apparaissent dans les comparaisons entre aires culturelles, comme celui de «transformative relocation» que Ben Nelson construit par comparaison entre la Mésoamérique et le sud-ouest des États-Unis pendant la transition du Classique récent au Postclassique :

« par contraste avec les transformations in situ par lesquelles des populations se réorganisent en profondeur sur place et par contraste avec des collapses totaux par lesquels la société (et les gens) disparaissent […] des groupes installés (villes, centres cérémoniels, cités) se sont désintégrés face à des difficultés socio--naturelles, et d’autres groupes se sont constitués, composés et dirigés différemment, à une certaine distance de l’aire originellement occupée »2 (chapitre 12 : 172).

21Le déplacement aurait permis de rompre les conservatismes (path dependency). Ce concept, tiré de comparaisons argumentées, aide indéniablement à comprendre les abandons de villes mayas classiques et les caractères différents des villes postclassiques relocalisées près des côtes de la péninsule et autour des lacs intérieurs. Nelson ne fait, en fin d’article, aucun appel à suivre ce modèle du passé, lequel sera bientôt en œuvre dans le Pacifique.

22Tony Wilkinson pointe aussi la dimension urbaine des collapses (chapitre 13). Ses comparaisons soigneuses portent sur l’urbanisation de haute ou basse densité dans le monde (surtout du Moyen-Orient et des Mayas) et sa relation aux hinterlands. À ce titre, elles introduisent des directions d’étude bien énoncées, en particulier sur la tendance au collapse, non pas des sociétés, mais des « grandes villes ». Cela dit, l’auteur considère que les comparaisons démographiques de la « grandeur » et des « hautes » et « basses » densités demeurent encore impraticables en l’état des données (p. 196), rejoignant ainsi la mise en garde de D. Webster.

23L’article de J. Tainter accompagne celui de S. van der Leeuw dans la conclusion de l’ouvrage (chapitres 14 et 15). Appelant d’emblée à considérer les problèmes de l’Empire romain et des sociétés mayas classiques comme non différents des nôtres (à l’instar de A. et D. Chase, p. 151), J. Tainter reprend ses concepts de « soutenabilité » de la complexité sociale et technologique dans la continuité. Spirale peu vertueuse, cette complexité croissante n’a que des « retours » de plus en plus « marginaux ». Sa démonstration sur l’évolution de l’Empire romain sous l’angle de son expansion territoriale et ses conséquences (par exemple l’attachement en droit des paysans à la terre) est impressionnante de concision. Il n’y a rien à attendre de l’innovation technologique, à bon entendeur salut ! Les pistes de recherche que propose ensuite S. van der Leeuw compensent quelque peu cette note radicalement pessimiste. Le facteur climatique semble perdre de son relief au fur et à mesure des chapitres.

24L’un des prochains ouvrages américains à paraître est intitulé Beyond Collapse: Archaeological Perspectives on Resilience, Revitalization, and Transformation in Complex Societies (Faulseit à paraître). L’annonce met en valeur l’idée que l’évolution des sociétés complexes intègre des collapses et des réorganisations étroitement imbriqués. Espérons que la suggestion de T. Wilkinson et de B. Nelson de centrer d’abord ces concepts sur les phénomènes urbains soit entendue.

Haut de page

Bibliographie

Aimers J. & Hodell D. 2011. « Drought and the Maya », Nature, 479 : 44-45.

Costanza R., S. van der Leeuw, K. Hibbard, S. Aulenbach, S. Brewer, M. Burek, S. Cornell, C. Crumley, J. Dearing, C. Folke, L. Graumlich, M. Hegmon, S. Heckbert, S.T. Jackson, I. Kubiszewski, V. Scarborough, P. Sinclair, S. Sörlin & W. Steffen, 2012. « Developing an Integrated History and Future of People on Earth (IHOPE) », Current Opinion in Environmental Sustainability, 4 :106-114.

Culbert T.P. (ed.). 1973. The Classic Maya Collapse. Alburquerque, University of New Mexico Press.

Douglas P.M.J., M. Pagani, M.A. Canuto, M. Brenner, D.A. Hodell, T.I. Eglintone & J.H. Curtis. 2015. Drought, agricultural adaptation, and sociopolitical collapse in the Maya Lowlands, Proceedings of the National Academic of Science, May 5, 112 (18) : 5607-5612.

Faulseit R. K. (ed.). À paraître. Beyond Collapse: Archaeological Perspectives on Resilience, Revitalization, and Transformation in Complex Societies [Au-delà du collapse: perspectives sur la résilience, la revitalisation et la transformation des sociétés complexes], Southern Illinois University, Center for Archaeo Investigations, Occasional Paper 42, Carbondale.

Fleury S., B. Malaizé, J. Giraudeau, D. Galop, V. Bout-Roumazeilles, P. J. Martinez, K. Charlier, P. Carbonel & M.-C. Arnauld. 2014. « Impacts of Maya land use on the Laguna Tuspán watershed (Petén, Guatemala) as seen through clay and ostracod analysis », Journal of Archaeological Science, 49 : 372-382.

Garrison T. G. 2015. « Review of The Great Maya Droughts in Cultural Context: Case Studies in Resilience and Vulnerability, Gyles Iannone (ed.) », Latin American Antiquity, 26(2) : 281-283.

Gill R. B. 2000. The Great Maya Droughts: Water, Life, and Death. Albuquerque, University of New Mexico Press.

Haug G.H., D. Gunther, L.C. Peterson, D.M. Sigman, K.A. Hughen & B. Aeschlima. 2003. « Climate and the Collapse of Maya Civilization », Science, 299 : 1731-1735.

Hodell D.A., M. Brenner & J.H. Curtis. 2005. « Terminal Classic drought in the northern Maya lowlands inferred from multiple sediment cores in Lake Chichancanab (Mexico) », Quaternary Science Review 24 (12-13) : 1413-1427.

Hodell D.A., J.H. Curtis & M. Brenner. 1995. « Possible role of climate in the collapse of Classic Maya civilization », Nature, 375 (6530) : 391-394.

Kennett D.J., S.F.M. Breitenbach, V.V. Aquino, Y. Asmerom, J. Awe, J.U.L. Baldini, P. Bartlein, B.J. Culleton, C. Ebert, C. Jazwa, M.J. Macri, N. Marwan, V. Polyak, K.M. Prufer, H.E. Ridley, H. Sodemann, B. Winterhalder & G.H. Haug. 2012. « Development and Disintegration of Maya Political Systems in Response to Climate Change », Science, 338, 9 : 788-791.

Yaeger J. & Hodell D.A. 2009. « The Collapse of Maya Civilization: Assessing the interaction of Culture, Climate and Environment », in: D.H. Sandweiss & J. Quilte (eds), El Niño, Catastrophism, and Culture Change in Ancient America, Washington, Dumbarton Oaks Foundation : 187-235.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Carte de l'aire maya. Les hautes terres et les basses terres mayas sont contiguës à deux régions à fortes circulations et interactions subcontinentales, la côte du golfe du Mexique au nord et la côte pacifique au sud.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Charlotte Arnauld, « Le cas maya : positions récentes », Les nouvelles de l'archéologie, 142 | 2016, 55-59.

Référence électronique

Marie-Charlotte Arnauld, « Le cas maya : positions récentes », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/3281 ; DOI : 10.4000/nda.3281

Haut de page

Auteur

Marie-Charlotte Arnauld

ArchAm (Archéologie des Amériques), Cnrs-Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
charlotte.arnauld@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org