Navigation – Plan du site
Dossier: Environnement et sociétés
C/ Relation homme-scoiété en temps de crise

Changements climatiques et comportements sociaux dans le passé : quelles corrélations ?

Catherine Kuzucuoğlu et Zoï Tsirtsoni
p. 49-55

Résumés

Cet article livre un compte-rendu d’une conférence-débat organisée en juin 2014 à Paris avec Bernhard Weninger, directeur du Laboratoire de radiocarbone de l’université de Cologne (Allemagne) et adepte du courant scientifique appelé « archéologie climatique ». Selon ce courant, il serait possible d’interpréter certains événements historiques (mouvements de populations, abandons de sites, etc.) en fonction de grands changements climatiques contemporains, notamment e des épisodes de refroidissement global de l’atmosphère connus sous le nom « d’événements climatiques rapides ». La discussion qui a suivi, a soulevé la question des limites d’application du principe de corrélation entre comportements sociaux et changements climatiques, en montrant les difficultés rencontrées non seulement pour l’identification des marqueurs paléoenvironnementaux et paléoclimatiques, mais surtout pour la reconstitution de leur impact local et de la perception ou la gestion de cet impact par les sociétés humaines. Si on y ajoute les incertitudes sur la contemporanéité, stricto sensu, des différentes catégories de faits, on est obligé de reconnaître que la corrélation est beaucoup moins directe qu’elle ne paraît au premier abord et qu’il est risqué de généraliser à partir de certaines coïncidences « suspectes » sans l’appui de données proches aux sites archéologiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La question de la corrélation entre comportements sociaux et changements climatiques aux différents moments de l’Histoire, notamment lors de changements rapides, se trouve au cœur des préoccupations d’une partie croissante de la communauté scientifique qui travaille sur les périodes anciennes  archéologues et historiens, mais aussi géographes et naturalistes. En réalité, nul ne doute qu’une relation existe entre changements culturels et climatiques. La difficulté est cependant de définir le contenu et la dynamique de cette relation, ses variations et ses nuances spatio-temporelles. L’enjeu scientifique pour mieux comprendre notre histoire et appréhender notre avenir est donc de reconstituer l’impact des événements climatiques sur l’environnement et sur les systèmes culturels humains passés. Or, un tel objectif nécessite de comprendre non seulement comment se sont déroulés bon nombre de phénomènes naturels, mais aussi comment les populations ont ressenti le changement, l’ont interprété et accompagné. Comment nous, scientifiques du xxie siècle, pouvons-nous saisir cette relation, en identifiant des marqueurs indiquant que tel ou tel événement historique aurait son origine dans une modification du climat ?

2La question n’est pas simple. Car entre les modifications du climat qui s’étalent sur quelques décennies, voire quelques siècles, et les « événements » sociaux qui, entre racines, causes et conséquences, s’étendent sur plusieurs générations, les modalités de la contemporanéité sont extrêmement difficiles à établir. Et, quand bien même on arrive à l’identifier avec une précision et un degré de probabilité satisfaisants, rien ne prouve qu’un parallélisme temporel (co-occurrence) soit synonyme de causalité. L’homme étant en interrelation avec son environnement et le climat, nous devons prendre en compte plusieurs variables quand nous interprétons nos documents :

3– la dimension spatiale du changement climatique (réchauffement, refroidissement, variation du taux d’humidité, changement du régime des pluies, etc.), qui a une emprise territoriale vaste, voire planétaire, mais dont la concrétisation peut varier fortement d’un endroit à l’autre de la planète ou d’une région ;

4– la façon dont un changement climatique est enregistré par nos indicateurs paléoenvironnementaux et paléoclimatiques. On peut reprendre à ce sujet les propos récents de Martin Claussen (Institut de météorologie Max Planck), se référant à la fin de la période humide en Afrique : “only some models and some proxies reveal some abrupt changes…”1 ;

5– la sensibilité plus ou moins grande des milieux naturels et des sociétés aux changements ;

6– le degré de complexité des écosystèmes dont l’homme fait partie et qu’il exploite ;

7– la durée et l’intensité du changement, ainsi que les effets-retard et « dominos » de certains impacts.

Aujourd’hui et demain

8Répondre à ces questions est une nécessité primordiale dans le contexte actuel des débats scientifiques sur l’environnement. La composante humaine du changement climatique et de ses atteintes (rétroactives) sur l’évolution de l’environnement et sur la dynamique même de nos sociétés humaines nous oblige en effet à contribuer aux débats, en nous penchant sur ce que le passé peut nous apprendre sur notre avenir et sur les solutions et les conduites à tenir devant les défis actuels.

9Depuis quelques années, la question de la corrélation entre climat et histoire humaine prend une dimension internationale croissante, cristallisée en deux tendances, deux courants scientifiques. L’un défend l’idée qu’il est possible d’interpréter des événements historiques, même locaux, en fonction de grands changements climatiques (Weiss et al. 1993 ; Staubwasser & Weiss 2006 ; Ellenblum 2012 ; Mouhot 2012). L’autre soutient qu’il n’est pas pertinent de généraliser géographiquement et matériellement à partir d’observations trop éloignées des faits (Acot 2003 ; Marro & Kuzucuoğlu 2007 ; Rosen 2007 ; Le Roy Ladurie 2013). Ce débat rejoint de nombreuses interrogations portées par les recherches des acteurs du groupe de travail 1.3 du Labex DynamiTe, intitulé initialement « Milieux naturels et sociétés face aux changements environnementaux : approches multiscalaires ».

Une conférence et un débat public

10Pour attirer l’attention du public académique sur ce sujet, notre groupe a organisé en juin 2014 à Paris, à l’Institut national d’histoire de l’art, une conférence-débat avec Bernhard Weninger, l’un des représentants actuels les plus connus de « l’archéologie climatique ». L’événement a été entièrement financé par le Labex DynamiTe. Physicien à l'origine, le directeur du Laboratoire de radiocarbone de l'université de Cologne (Allemagne) est, depuis quelques années, l'un des invités vedettes des conférences internationales sur les relations hommes-climat, y compris en France, où il avait déjà livré une partie de ses idées lors de la journée « Des climats et des hommes » organisée à la Villette en 2009 (Weninger 2012). Très présent dans les colloques d'archéologie, il a beaucoup écrit sur les questions de changements dans les dynamiques de peuplement (abandons de sites, migrations, etc.) en Méditerranée orientale et en Europe du Sud pendant les époque protohistoriques (Weninger et al. 2006 ; 2009 ; 2014 ; Weninger & Harper 2015 ; Weninger & Clare à paraître).

11Il est aussi sollicité par bon nombre d’équipes travaillant dans ces régions pour assurer le suivi des datations, en intégrant les résultats dans un cadre de plus en plus large (Hänsel & Aslanis 2010 ; Krauss et al. 2014 ; Clare & Weninger 2015). B. Weninger est convaincu que la compilation des données dans un espace géographique élargi permet de mieux dégager la coïncidence entre les événements. Lorsque la fourchette chronologique établie croise celle d’un changement climatique d’une certaine ampleur, il trouve légitime de considérer que les deux séries sont liées. Pour faciliter ce rapprochement, il a contribué au développement d’un logiciel spécifique, CalPal (= Cologne Radiocarbon Calibration and Palaeoclimate Research Package), qui permet de projeter sur une même feuille des cumuls de dates 14C sous une forme simplifiée et des diagrammes d’évolution de différents marqueurs paléoclimatiques.

12Les cinq scientifiques français, membres du Labex DynamiTe, qui ont pris place face à B. Weninger lors de la conférence-débat (M.-Ch. Arnauld, Fr. Giligny, L. Lespez et les auteurs) représentent non seulement des disciplines différentes (archéologie, géographie), mais aussi une certaine variété d’aires géographiques et de périodes (Anatolie, monde égéen et balkanique, Europe occidentale, Amérique centrale ; Protohistoire, Antiquité). Leur position scientifique est assez éloignée de celle de Weninger. Leur approche prend en compte les différentes dimensions du temps et de l’espace, ainsi que la variété possible des interrelations entre visions culturelles et pratiques matérielles, d’une part, et dynamiques systémiques de l’environnement, d’autre part, prenant à cœur la nécessité d’aller au plus près des événements avant de tirer des conclusions généralisantes (Lespez et al. 2013 ; 2014 ; Kuzucuoğlu 2012 ; 2013 ; 2014 ; 2015 ; Arnauld & Breton 2013). Sans chercher à combattre en bloc les idées et les propositions de leur invité, ils ont débattu des principes et des limites de leur application. La discussion a été l’occasion de mettre en vis-à-vis les deux positions, soulignant leurs différences, mais aussi leurs points de convergence.

Les modifications du climat en Méditerranée orientale et leurs impacts sur le peuplement

13Dans sa conférence à l’Inha, B. Weninger s’est arrêté sur deux « moments » importants de la protohistoire de la Méditerranée orientale :

14- la diffusion du Néolithique avec céramique depuis l’Anatolie orientale et centrale vers l’Anatolie occidentale et l’Europe au cours du VIIe millénaire av. J.-C. ;

15- l’effondrement apparent des civilisations du Bronze ancien au tournant du IIIe et du IIe millénaire av. J.-C.

16D’après lui, le premier moment serait lié au changement climatique dit « de 8.2 ka cal  BP » (soit 6250 av. J.-C.), et le second à celui de « 4.2 ka cal  BP » (soit 2250 av. J.-C.). Ces changements, aussi appelés « événements climatiques rapides » (Rapid Climate Change events ou RCC, cf. Bond et al. 1997 et Mayewski et al. 2004), s’inscrivent dans une série de phénomènes similaires enregistrés au cours de l’Holocène, caractérisés par un refroidissement important de l’atmosphère à l’échelle de l’hémisphère nord (Wanner et al. 2011). Leur existence est déduite d’une série d’indices collectés en différents points du globe : variations du rapport entre O16 et O18, isotopes stables de l’oxygène [δ18O] et du contenu en potassium [K] dans la glace du Groenland (Mayewski et al. 2004) ; variations de la faune marine, de la température de la surface de la mer (Sea Surface Temperature [SST]) et du [δ18O] dans des sédiments marins (Rohling et al. 2002) ; variations du [δ18O] et du [δ13C] (rapport entre C13 et C12, isotopes stables du carbone) dans des stalagmites en Israël (Bar-Matthews & Ayalon 2011), en Turquie du Nord (Fleitmann et al. 2009 ; Rowe et al. 2012) et du Sud (Göktürk 2001), etc. La désignation conventionnelle à deux chiffres (10.2, 9.3, 8.2, 5.2, 4.2, 3.2, etc.) et l’utilisation du terme même d’« événement rapide » masquent le fait que ces phénomènes et leurs impacts environnementaux se sont étalés, dans les régions où ils ont été repérés, sur plusieurs siècles avec parfois des oscillations et alternances plus ou moins importantes dans leur déroulement. En effet, l’amplitude et les modalités des impacts des changements climatiques sur les terres ont dépendu des trajectoires des masses atmosphériques concernées – en Méditerranée -orientale : -circulations cycloniques méditerranéennes, hautes pressions sibériennes, mousson indienne –, de l’éloignement par rapport à la mer (continentalité plus ou moins prononcée), des écosystèmes touchés (plus ou moins humides), et des sensibilités régionales aux changements (climat d’origine plus ou moins humide ou sec).

17L’« événement de 8.2 ka cal BP », dont on fait mention plus en détail ici, comporte dans l’hémisphère nord deux phases indépendantes et de timing différent : un refroidissement global de l’atmosphère lié à une intensification et une expansion de la circulation de masses d’air froid de Sibérie (Siberian High) commençant vers 8.6 ka cal BP (env. 6600 av. J.-C.) ; et le refroidissement brutal des eaux océaniques, notamment celles de l’Atlantique Nord, lorsque la fonte de la calotte glaciaire libère les eaux douces et froides de la baie de Hudson (Canada) vers 8.2 ka cal BP (Hudson Bay event). Les impacts de ces deux événements semblent s’estomper vers 8.0 ka cal BP (env. 6000 av. J.-C.) (Rohling & Pälike 2005).

18Dans ce contexte, B. Weninger constate trois périodes de concentration de dates 14C, qu’il corrèle avec ces épisodes successifs/superposés (Clare & Weninger 2015).

19La première série concerne les dates 14C du site majeur de Çatalhöyük-Est, en Anatolie centrale, dont la densité atteint son maximum entre 9.0 et 8.3 ka cal BP (la première moitié du VIIe millénaire av. J.-C.), se raréfiant ensuite de façon notable (fig. 1). À partir de 6000 av. J.-C. (8.05 ka cal BP), toutes les dates proviennent de l’habitat chalcolithique de Çatalhöyük-Est, fondé face au précédent, alors apparemment abandonné (Düring 2011 ; Özdoğan 2011 ; Özdoğan et al. 2012). La deuxième série est formée par les dates 14C de plusieurs sites de la région des lacs en Anatolie du Sud-Ouest (Hacılar, Kuruçay, Bademağacı, etc.) et en Anatolie de l’ouest (Turquie égéenne : Çukuriçi, Ulucak, etc.), commençant autour du milieu du VIIe millénaire av. J.-C. (soit la période 6600-6300 av. J.-C.). La troisième série, enfin, concerne les dates 14C des sites balkaniques, auxquelles Weninger ajoute pour l’instant (ou du moins ajoutait, jusqu’au débat de Paris) l’essentiel des dates grecques commençant après 6200, voire après 6000 av. J.-C.

Fig. 1

Fig. 1

Extrait de la conférence de B. Weninger : Diagramme mettant en vis-à-vis les dates 14C de Çatalhöyük (valeurs médianes, indiquées par des traits verticaux) et l’évolution de certains marqueurs paléoenvironnementaux indicatifs du changement climatique de 8.6-8 ka BP.

20Selon B. Weniger, on aurait là l’illustration parfaite d’un mouvement de populations rythmé par les variations climatiques ou, plus exactement, par les conditions socio-économiques qu’elles induisent. Au début du changement, la crise aurait amené à Çatalhöyük-Est et, plus loin vers l’ouest, des centaines de nouveaux habitants fuyant des villages abandonnés. Le mode de vie néolithique aurait ainsi atteint les rivages (est) de la mer Égée, où les problèmes environnementaux se seraient fait moins sentir et où des communautés de colons se seraient installées dans un premier moment. La deuxième phase de la dégradation du « 8.2 ka cal BP » aurait poussé, d’une part, les habitants de Çatalhöyük-est à abandonner définitivement leur site et, d’autre part, ceux des nouveaux sites fondés en Anatolie occidentale à poursuivre leur route vers la Grèce et les Balkans (fig. 2). Cette interprétation des faits s’accorde bien avec le modèle « arythmique » proposé par Jean Guilaine (2000/2001 ; 2012) pour la diffusion du Néolithique. Weninger y ajoute néanmoins une touche de « déterminisme » qui n’était pas prévue par son créateur. En effet, là où Guilaine laissait place à une variété infinie de causes pour expliquer ces paliers apparents dans la diffusion du Néolithique (à commencer par des lacunes dans l’état des recherches), Weninger voit un facteur commun qui dicte le comportement humain – avec des variantes bien sûr.

Fig. 2

Fig. 2

Extrait de la conférence de B. Weninger : Diagramme cumulant les principales séquences de dates 14C entre l’Anatolie centrale et les Balkans, illustrant la progression de l’expansion Néolithique entre les deux régions. Les zones grisées marquent les événements de changement climatique rapide enregistrés par ailleurs durant la période concernée.

21Ce n’est pas la seule objection que l’on peut émettre à l’égard de l’interprétation proposée par B. Weninger. Ainsi, les participants au débat ont présenté à l’orateur les remarques suivantes.

22a) Le groupement des dates 14C calibrées, clé de voûte
de toute la construction. La façon de traiter les dates sous forme d’une valeur unique médiane, éventuellement accompagnée d’une marge d’erreur calibrée uniforme (autre que celle de la mesure initiale BP), simplifie le discours et facilite la représentation graphique, mais elle implique des risques importants de distorsion. Par définition, la calibration d’une datation est un calcul statistique des probabilités qu’a un événement de se produire à l’intérieur d’un intervalle donné. Les probabilités n’étant pas égales d’un bout à l’autre de l’intervalle en question, la position du milieu n’est donc a priori pas la plus probable – parfois c’est même le contraire (Dehling & Van der Plicht 1993 ; Telford et al. 2004). Autrement dit, avant de conclure que l’occupation de tel site commence avant 6500 et celle d’un autre après 6200 av. J.-C., il faudrait scruter (sans nécessairement procéder à une analyse bayésienne) les distributions statistiques des dates correspondantes en tenant compte aussi du contexte archéologique de chaque échantillon. Le tableau d’ensemble pourrait ainsi s’avérer beaucoup plus varié que ne le montrent les graphiques produits par Weninger.

23b) Le passage du climatique à l’environnemental, autrement dit du global au régional et au local. La plupart des signaux climatiques évoqués par Weninger proviennent d’archives éloignées des contextes des sites archéologiques cités en Anatolie et les Balkans, tant en localisation (pôles, Amériques du Nord) qu’en type de territoires (mer). Or, des enregistrements continentaux proches des sites évoqués existent en Turquie (Cappadoce, région des Lacs) et en Grèce du Nord (marais de Philippes). Il est vrai que ces signaux en séquences continentales ne sont pas toujours bien datés et que leur signification n’est pas univoque. De plus, il faut aussi définir ce qui différencie ou rassemble :

241/ le « climat » qui modifie le fonctionnement des écosystèmes continentaux enregistreurs ;

252/ le « climat » du vécu par les sociétés ;

263/ le « climat » tel qu’il est enregistré par et dans les séquences sédimentaires que nous étudions.

27Par exemple, les deux sites néolithiques de Çatalhöyük sont situés de part et d’autre d’un chenal de la rivière Çarsamba, qui construit depuis le début de l’Holocène un important cône alluvial, balayé de chenaux toujours susceptibles de changer de place (Boyer et al. 2006). Un tel balayage rend nécessaires des précautions dans l’interprétation paléoenvironnementale, qui introduit la dimension locale d’un phénomène, à prendre en compte avant de basculer dans l’interprétation à l’échelle régionale ou a fortiori globale. Par ailleurs, l’absence de rupture culturelle entre les derniers niveaux de Çatalhöyük-Est (Néolithique) et les premiers niveaux à Çatalhöyük-Ouest (Chalcolithique) (Düring 2002 ; 2011) laisse penser qu’il pourrait s’agir d’un simple déplacement de l’habitat suivant celui des chenaux et non d’un abandon proprement dit.

28c) L’enregistrement d’un changement climatique par un proxy (indicateur) dans une séquence sédimentaire dépend de l’intensité de ce changement et de sa nature. De ce fait, l’échelle régionale induit une différenciation causée par la plus ou moins grande sensibilité des régions à de plus ou moins fortes variations dans les modalités du changement. Par exemple, les régions semi-arides sont plus sensibles que celles arides ou humides à de faibles ou fortes variations d’intensité, de distribution et de quantité d’humidité. Autre exemple, des changements dans la répartition saisonnière des températures et des précipitations sont difficilement identifiables dans nos séquences (Orland et al. 2012 ; Rowe et al. 2012). On peut également argumenter que, outre les changements eux-mêmes, ce sont leurs impacts sur les écosystèmes étudiés qui sont difficiles à identifier, et a fortiori leurs éventuelles conséquences sur les sociétés humaines.

29d) La sensibilité des sociétés humaines au changement environnemental ou à leurs propres changements internes présente des variations spatiales et historiques, ainsi que des différences de nature et de dynamique. Sortant du cadre néolithique, on peut évoquer plusieurs autres facteurs de résilience – ou, au contraire, de fragilisation – de sociétés passées :

30– le degré de spécialisation de la production économique (ex : multi- ou mono-ressources ; cf. la fin du Bronze ancien en Mésopotamie du Nord : Collective 2007) ;

31– le degré d’intégration dans un « monde » économique et politique (cf. la fin du Bronze récent en Méditerranée orientale : Braudel 1998) ;

32– l’importance de structures sociales et/ou foncières plus ou moins héritées du passé et déterminantes pour l’exercice du pouvoir et du contrôle de l’environnement (cf. la fin du Chalcolithique en Anatolie centre-orientale : Frangipane 2014 ; ou la première période intermédiaire égyptienne à la fin du IIIe millénaire av. J.-C. : Bárta 2015).

33Plus généralement, les avancées technologiques, la distribution des richesses, l’interprétation du monde, etc., sont autant de facteurs propres à des sociétés parfois voisines, facteurs qui détiennent souvent la clef des adaptations, des rejets ou des difficultés sociales et politiques lors des phases de changements rapides (Rosen 2007 ; Rosen & Rosen 2001 ; Geyer 2009 ; Bárta 2015 ; Kuzucuoğlu 2012 ; 2013 ; 2015).

34B. Weninger aime dire qu’établir la causalité c’est d’abord regarder les coïncidences. Le travail de l’archéologie climatique est d’attirer l’attention sur des coïncidences « suspectes » entre phénomènes historiques – notamment des signes de changement dans le mode d’occupation du territoire, à travers les datations radiocarbone – et données climatiques – des signes de changement à travers différents indicateurs paléo-environnementaux –, en laissant le soin aux sceptiques de trouver d’autres arguments pour mieux expliquer la situation. De ce point de vue, sa contribution est essentielle, car elle incite effectivement les archéologues et les géographes à pousser leurs recherches, à enrichir et à affiner leur corpus de données, à améliorer la résolution… Les « archéologues climatiques » ont, en retour, à prendre en considération ces nouvelles données pour développer des schémas alternatifs ou plus nuancés. Weninger a donné l’exemple en intégrant dans sa dernière synthèse sur la néolithisation de l’Égée et des Balkans les résultats haute résolution des recherches récentes sur les sites de Dikili Tash en Grèce du Nord (Lespez et al. 2013) et Sidari à Corfou (Berger et al. 2014), évoqués lors de la journée à l’Inha. En reconnaissant que « ces études [parmi d’autres] posent un jalon important pour la compréhension de l’interaction entre le changement climatique global et les conditions hydrologiques locales durant l’intervalle du 8.2 ka cal BP » (Weninger et al. 2014 : 22), il revisite les fondements de la corrélation entre événements climatiques et peuplement.

Haut de page

Bibliographie

Acot P. 2003. Histoire du climat. Paris, Perrin.

Arnauld M.-Ch. & Breton A. (eds). 2013. Millenary Maya Societies: Past Crises and Resilience. Sociedades mayas milenarias: crisis del pasado y resiliencia. Papers from the International Colloquium (Memorias del coloquio international) « Sociétés mayas millénaires: crises du passé et résilience », Musée du quai Branly, Paris, July 1-2, 2011. www.mesoweb.com/publications/MMS

Bar-Matthews M. & Ayalon A. 2011. « Mid-Holocene climate variations revealed by high-resolution speleothem records from Soreq Cave, Israel and their correlation with cultural changes », The Holocene, 21 (1) : 163-171.

Bárta M. 2015. « Ancient Egyptian History as an Example of Punctuated Equilibrium: An Outline », in : P.D. Manuelian & T. Schneider (eds), Towards a New History for the Egyptian Old Kingdom, Perspectives on the Pyramid Age, Leiden/Boston, Brill : 1-17.

Berger J.-F., Metallinou G., Guilaine J. 2014. « Vers une révision de la transition méso-néolithique sur le site de Sidari (Corfou, Grèce) : nouvelle données géoarchéologiques et radiocarbone, évaluation des processus post-dépositionnels », in : C. Manen, Th. Perrin, J. Guilaine (dir.), La Transition néolithique en Méditerranée. Paris, Errance : 209-228.

Bond G.W., Showers M., Cheseby R., Lotti P., Almasi P., de Menocal P., Priore P., Cullen H., Hajdas I., Bonani G. 1997. « A pervasive Millennial-Scale Cycle in North Atlantic Holocene and Glacial Climates », Science, 278 : 1257-1266.

Boyer P., Roberts N., Baird D. 2006. « Holocene environment and settlement on the Carsamba alluvial fan, south-central Turkey: Integrating geoarchaeology and archaeological field survey », Geoarchaeology, 21 : 675-698.

Braudel F. 1998. Les Mémoires de la Méditerranée. Préhistoire et Antiquité (édition, par R. de Ayala & P. Braudel, d’un manuscrit original datant de 1969). Paris, de Fallois (Références Histoire).

Clare L. & Weninger B. 2015. « The dispersal of Neolithic lifeways: absolute chronology and Rapid Climate Change », in : Özdoğan M., Başgelen N., Kuniholm P. (eds), The Neolithic in Turkey, Vol. 6: 10500-5200 BC: Environment settlement, flora, fauna, dating, symbols of belief, with views from North, South, East, and West. Istanbul, Archaeology and Art Publications : 1-65.

Collective. 2007. « Characteristics and changes in archaeology-related environmental data during the Third Millennium BC in Upper Mesopotamia », in : C. Kuzucuoglu, C. Marro (éd.), Sociétés humaines et changement climatique à la fin du troisième millénaire : une crise a-t-elle eu lieu en Haute Mésopotamie ? Paris, Ifea-de Boccard (Varia Anatolica, XIX) : 573-580.

Dehling H. & Van der Plicht J. 1993. « Statistical problems in calibrating radiocarbon dates », Radiocarbon, 35 (1) : 239-244.

Düring B.S. 2002. « Cultural dynamics of the Central Anatolian Neolithic: The Early Ceramic Neolithic – Late Ceramic Neolithic transition », in : F. Gérard, L. Thissen (eds), The Neolithic of Central Anatolia: Internal Developments and External Relations during the 9th-6th Millennia cal BC, Istanbul, Ege Yayinlari : 219-236.

Düring B.S. 2011. The Prehistory of Asia Minor. From Complex Hunter-Gatherers to Early Urban Societies. New York, Cambridge University Press.

Ellenblum R. 2012. The collapse of the Eastern Mediterranean. Climate change and the decline of the east (950-1072). Cambridge, Cambridge University Press.

Fleitmann D., Cheng D.H., Badertscher S., Edwards R.L., Mudelsee M., Göktürk O.M., Fankhauser A., Pickering R., Raible C.C., Matter A., Kramers J., Tüysüz O. 2009. « Timing and climatic impact of Greenland inter-stadials recorded in stalagmites from northern Turkey », Geophysical Research Letters, 36 : 1-5.

Frangipane M. 2014. « After collapse: Continuity and Disruption in the settlement by Kura-Araxes-linked pastoral groups at Arslantepe-Malatya (Turkey). New data », Paléorient, 14(2) : 169-182.

Geyer B. 2009. « Pratiques d’acquisition de l’eau et modalités de peuplement dans les marges arides de la Syrie du Nord », in : M. Al-Biya, M. Mouton (éd.), Stratégies d’acquisition de l’eau et société au Moyen-Orient depuis l’Antiquité. Beyrouth, Institut français du Proche-Orient (Bibliothèque archéologique et historique, Tome 186) : 25-44.

Göktürk O.M. 2011. Climate in the Eastern Mediterranean Through the Holocene Inferred from Turkish Stalagmites. Unpublished Ph.D. thesis, University of Bern.

Guilaine J. 2000/2001. « La diffusion de l’agriculture en Europe: une hypothèse arythmique », Zephyrus, 53-54 : 267-272.

Guilaine J. (coord.) 2012. Les débuts du Néolithique en Europe. Dijon, éditions Faton (Dossiers de l’Archéologie, 353).

Hänsel B. & Aslanis I. 2010. Das prähistorische Olynth: Ausgrabungen in der Toumba Agios Mamas, 1994-1996. Die Grabung und der Baubefund. Rahden, Marie Leidorf (Prähistorische Archäologie in Südosteuropa, 23).

Krauss R., Elenski N., Weninger B., Clare L., Çakırlar C., Zidarov P. 2014. « Beginnings of the Neolithic in Southeast Europe: the Early Neolithic sequence and absolute dates from Džuljunica-Smărdeš (Bulgaria) », Documenta Praehistorica, XLI : 51-77.

Kuzucuoğlu C. 2012. « Le rôle du climat dans les changements culturels, du 5e au 1er millénaire avant notre ère, en Méditerranée orientale », in : Berger J.-F. (coord.), Des climats et des hommes. Paris, La Découverte-Inrap : 239-256.

Kuzucuoğlu C. 2013. « Dimensions territoriales des changements climatiques et des grandes ruptures culturelles de l’âge du Bronze en Méditerranée orientale et au Proche-Orient », in : P. Beckouche, C. Grasland, F. Guérin-Pace, J.-Y. Moisseron (éd.), Fonder les sciences du territoire. Paris, Karthala : 159-170.

Kuzucuoğlu C. 2014. « Contextes régionaux du Néolithique en Anatolie : aspects environnementaux et chronologiques », in : N. Carcaud, G. Arnaud-Fassetta (éds), La géoarchéologie française au xxie siècle – French geoarcheology in the 21st century. Paris, Cnrs éditions : 131-146.

Kuzucuoğlu C. 2015. « The rise and fall of the Hittite Empire in central Anatolia: how, when, where, did climate intervene? », in : O. Henry, D. Beyer & A. Tibet (eds), Archaeological Research in southern Cappadocia. Ifea/Ege Yayinlari, Istanbul (Varia Anatolica) : 17-41.

Lespez L., Tsirtsoni Z., Darcque P., Koukouli-Chryssanthaki H., Malamidou D., Treuil R., Davidson R., Kourtessi-Philippakis G. & Oberlin C. 2013. « The lowest levels at Dikili Tash, Northern Greece: a missing link in the Early Neolithic of Europe », Antiquity, 87 : 30-45.

Lespez L., Tsirtsoni Z., Lopez Saez J.-A., Le Drezen Y., Glais A. & Davidson R. 2014. « Dépasser le déterminisme. Pour une approche locale des interactions nature/société dans le sud des Balkans à la transition du Néolithique à l’âge du Bronze », in : N. Carcaud, G. Arnaud-Fassetta (éd.), La géoarchéologie française au xxie siècle – French Geoarchaeology in the 21st century. Paris, Éditions du Cnrs : 159-174.

Le Roy Ladurie E. 2013. Naissance de l’histoire du climat. Paris, Hermann.

Mayewski P.A. et al. 2004. « Holocene climate variability », Quaternary Research, 62 : 243-255.

Marro C. & Kuzucuoğlu C. 2007. « Northern Syria and Upper Mesopotamia at the End of the Third Millennium B.C.: Did a Crisis Take Place ? », in : C. Kuzucuoglu & C. Marro (éd.), Sociétés humaines et changement climatique à la fin du troisième millénaire : une crise a-t-elle eu lieu en Haute Mésopotamie? Paris, Ifea-de Boccard (Varia Anatolica, XIX) : 583-590.

Mouhot J.-F. 2012. « Du climat au changement climatique : chantiers, leçons et défis pour l’histoire », Cultures & Conflits, 4 : 19-42.

Orland I.J., Bar-Matthews M., Ayalon A., Matthews A., Kozdon E., Ushukubo T., Valley J.W. 2012. « Seasonal resolution of Eastern Mediterranean climate change since 34 ka from a Soreq Cave speleothem », Geochimica et Cosmochimica Acta, 89 : 240-255.

Özdoğan M. 2011. « Archaeological evidence on the Westward expansion of farming communities from Eastern Anatolia to the Aegean and the Balkans », Current Anthropology, 52 (4) : 415-430.

Özdoğan M., Başgelen N., Kuniholm P. (eds). 2012. The Neolithic in Turkey. Vol. 3: Central Turkey. Istanbul, Archaeology and Art Publications.

Rohling E. J., Mayewski P., Abu-Zied R., Casford J., Hayes A. 2002. « Holocene Atmosphere-ocean Interactions: Records from Greenland and the Aegean Sea », Climate Dynamics, 18 (7) : 587-593.

Rohling E. J. & Pälike H. 2005. « Centennial-scale Climate Cooling with a Sudden Cold Event around 8,200 Years Ago », Nature, 434 : 975-979.

Rosen A.M. 1997. « Environmental Change and Human Adaptational Failure at the End of the Early Bronze Age in the Southern Levant », in : H.N. Dalfes, G. Kukla & H. Weiss (eds), The Third Millennium BC Climate Change and Old World Collapse. Heidelberg, Springe : 25-39.

Rosen A.M. & Rosen S.A. 2001. « Deterministic or Not Deterministic? Climate, Environment and Archaeological Explanation in the Levant », in : S.R. Wolff (ed.), Studies in the Archaeology of Israel and Neighboring Lands in Memory of Douglas L. Esse. Chicago, Oriental Institute : 535-549.

Rosen A. 2007. Civilizing climate. Social responses to climate change in the Ancient Near East. Plymouth, Altamira Press.

Rowe P., Mason J., Andrews J., Marca A., Thomas L.E., van Calsteren P., Jex C., Vonhof H.B. 2012. « Speleothem evidence of winter rainfall variability in northeast Turkey between 77-6 ky », Quaternary Science Reviews, 45 : 60-72.

Staubwasser M. & Weiss H. 2006. « Holocene Climate and Cultural Evolution in Late Prehistoric-Early Historic West Asia », Quaternary Research, 66 (3) : 372-387.

Telford R. J., Heegaard E. & Birks H.J.B. 2004. « The intercept is a poor estimate of a calibrated radiocarbon age », The Holocene, 14 (2) : 296-298.

Wanner H., Solomina O., Grosjean M., Ritz S.P., Jetel M. 2011. « Structure and origin of Holocene cold events », Quaternary Science Reviews, 30 : 3109-3123.

Weiss H. et al. 1993. « The Genesis and Collapse of North Mesopotamian Civilization », Science, 291 : 995-1008.

Weninger B. 2012. « Réponse culturelle aux changements climatiques rapides de l’Holocène en Méditerranée orientale », in : Berger J.-F. (coord.), Des climats et des hommes. Paris, Inrap-La Découverte : 171-193.

Weninger B., Alram-Stern E., Bauer E., Clare L., Danzeglocke U., Jöris O., Kubatzki C., Rollefson G., Todorova H., van Andel T. 2006. « Climate forcing due to the 8200 cal yr BP event observed at Early Neolithic sites in the eastern Mediterranean », Quaternary Research, 66 : 401-420.

Weninger B., Clare L., Gerritsen F., Horejs B., Krauss R., Linstädter J., Özbal R., Rohling E. J. 2014. « Neolithisation of the Aegean and Southeast Europe during the 6600-6000 cal BC period of Rapid Climate Change », Documenta Praehistorica, XLI : 1-31.

Weninger B., Clare L., Rohling E. J., Bar-Yosef O., Böhner U., Budja M., Bundschuh M., Feurdean A., Gebel H.-G., Jöris O., Linstädter J., Mayewski P., Mühlenbruch T., Reingruber A., Rollefson G., Schyle D., Thissen L., Todorova H., Zielhofer C. 2009. « The Impact of Rapid Climate Change on prehistoric societies during the Holocene in the Eastern Mediterranean », Documenta Praehistorica, XXXVI : 7-59.

Weninger B. & Harper T. 2015. « The geographic corridor for Rapid Climate Change in Southeast Europe and Ukraine », in : S. Hansen, P. Raczky, A. Anders & A. Reingruber (eds), Neolithic and Copper Age between the Carpathians and the Aegean Sea. Chronologies and Technologies from the 6th to the 4th millennium BCE. International workshop Budapest, 30 March-1 April 2012. Bonn, Rudolf Habelt (Archäologie in Eurasien, 31) : 475-505.

Weninger B. & Clare L. À paraître. « Societal reactions to Abrupt Climate Change (6600-6000 cal BC) », in : H. Weiss (ed.), Abrupt Climate Change and societal collapse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Extrait de la conférence de B. Weninger : Diagramme mettant en vis-à-vis les dates 14C de Çatalhöyük (valeurs médianes, indiquées par des traits verticaux) et l’évolution de certains marqueurs paléoenvironnementaux indicatifs du changement climatique de 8.6-8 ka BP.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3280/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 2
Légende Extrait de la conférence de B. Weninger : Diagramme cumulant les principales séquences de dates 14C entre l’Anatolie centrale et les Balkans, illustrant la progression de l’expansion Néolithique entre les deux régions. Les zones grisées marquent les événements de changement climatique rapide enregistrés par ailleurs durant la période concernée.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3280/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Kuzucuoğlu et Zoï Tsirtsoni, « Changements climatiques et comportements sociaux dans le passé : quelles corrélations ? », Les nouvelles de l'archéologie, 142 | 2016, 49-55.

Référence électronique

Catherine Kuzucuoğlu et Zoï Tsirtsoni, « Changements climatiques et comportements sociaux dans le passé : quelles corrélations ? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/3280 ; DOI : 10.4000/nda.3280

Haut de page

Auteurs

Catherine Kuzucuoğlu

Umr 8591, Laboratoire de géographie physique (Lgp) ; Université Paris 1, Cnrs, Université Paris Est-Créteil, responsable du Groupe de travail « Changements environnementaux et sociétés dans le passé » du labex DynamiTe
catherine.kuzucoglu@lgp.cnrs.fr

Zoï Tsirtsoni

Chargée de recherche, Umr 7041 Archéologies et sciences de l’Antiquité (ArScAn), Cnrs, Université Paris 1, Paris-Ouest, ministère de la Culture, Maison Archéologie & Ethnologie René‑Ginouvès, Nanterre, responsable du Groupe de travail « Changements environnementaux et sociétés dans le passé » du labex DynamiTe
zoi.tsirtsoni@mae.u-paris10.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org