Navigation – Plan du site
Dossier: Environnement et sociétés
B/ Gestion des ressources, stratégies d'exploitation

Étude géoarchéologique multiproxy de la paléo-lagune Las Salinas dans le désert de Sechura (Pérou)

Christol Aurélien, Nicolas Goepfert, Philippe Béarez, Patrice Wuscher et Belkys Gutiérrez
p. 43-48

Résumés

La côte occidentale du désert de Sechura, par son contexte géographique et archéologique spécifique, permet une étude géoarchéologique fondée sur le croisement de données issues à la fois de fouilles archéologiques et de sondages géomorphologiques. En effet, la dépression Las Salinas, aujourd’hui aride et en eau uniquement lors des épisodes El Niño majeurs, possède un fort potentiel en termes de reconstitutions socio-environnementales. Les interrelations se révèlent fortes entre les communautés pré-hispaniques de la seconde moitié du 1er millénaire apr. J.C. pratiquant une importante activité de pêche et de préparation des poissons, et les milieux et écosystèmes associés à l’existence d’une vaste paléo-lagune à cette période. L’étude géoarchéologique permet de mieux saisir les liens entre les milieux naturels et ces populations qui en sont fortement dépendantes pour leurs activités, mais à même de s’adapter à des changements environnementaux importants, variabilité confirmée par les données paléogéographiques obtenues pour les 2000 dernières années. En effet, il s’avère que l’occupation du site de Bayovar-01 est contemporaine de l’existence d’un vaste système lagunaire entretenu par des conditions paléoclimatiques plus humides (auquel quelques épisodes El Niño paroxysmiques participent) et en place depuis plusieurs siècles en lien avec la construction du cordon littoral principal. Le tournant du viiie siècle apr. J.-C. marque une aridification du climat, la fermeture de la lagune et son évaporation concomitante et l’abandon du site.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La côte nord-péruvienne présente des contextes archéologiques et environnementaux aussi riches que divers, tant par les différentes sociétés qui s’y installèrent que par les milieux géographiques concernés. Ce littoral, qui a été de tout temps occupé (Chauchat et al. 2006 ; Richardson III 1978), entretient des relations culturelles complexes avec l’arrière-pays aride. Celui-ci, notamment entre les vallées principales qui constituent de véritables oasis, est caractérisé par de grands espaces désertiques et sableux pénétrant profondément dans les terres jusqu’au piémont andin. C’est le cas du désert de Sechura (6°S-7°S), un des plus grands d’Amérique du Sud (Collin-Delavaud 1969 ; Dresch 1961), qui s’étend sur environ 20 000 km². Sa partie côtière, et surtout le massif des Illescas, a connu de nombreuses occupations depuis le Précéramique (Cardenas et al. 1991 ; 1993 ; Milla Villena 1989). Aussi, l’histoire culturelle de cette région, bien que mal connue, s’avère riche. Les fouilles récentes de certains sites permettent de préciser les changements sociétaux de cette zone en lien avec son évolution environnementale (Goepfert et al. 2014 ; à paraître).

2Les paysages côtiers du désert de Sechura semblent aujourd’hui figés par les conditions arides et remaniés quasi exclusivement par la déflation éolienne (Collin-Delavaud 1969) – excepté lors d’épisodes El Niño paroxysmiques (Novoa Goicochea 1998). Une première étude paléogéographique menée au sud du massif des Illescas a permis cependant de préciser les changements environnementaux, géomorphologiques et climatiques intervenus au cours des deux derniers millénaires (Christol et al., soumis). Pour mener à bien ces recherches, l’approche géoarchéologique adoptée a mobilisé différents indicateurs : archéologiques, géomorphologiques, archéozoologiques, sédimentologiques, malacologiques ou encore géochronologiques. Il s’agit de comprendre quelles populations préhispaniques occupaient le désert et sa bordure littorale au Ier millénaire apr. J.-C., quelles étaient les ressources naturelles dont elles disposaient, mais aussi quelles étaient leurs activités et les liens qu’elles entretenaient avec d’autres sociétés. La question de leur adaptation à des conditions environnementales pas forcément défavorables, mais contraignantes et changeantes, se pose. En effet, le contexte environnemental de la côte nord-péruvienne est marqué à l’Holocène par des modifications géomorphologiques du trait de côte et une variabilité climatique notamment liée au phénomène El Niño (principalement Wells 1990 ; Fontugne et al. 1999 ; Haas & Dillon 2003 ; Sandweiss 1996 ; 2003 ; Sandweiss et al. 2001 ; Carré et al. 2013 ; 2014). Cette étude permet de mieux cerner les interrelations entre les populations et leurs espaces côtiers, dont l’évolution depuis 2000 ans a été forcée par des épisodes aussi bien climatiques que géomorphologiques.

Approche géoarchéologique

3Nous présentons ici une approche multiproxy fondée sur des études archéologiques et archéozoologiques du site de Bayovar-01 (fig. 1 et 2), ainsi que sur des études environnementales faites d’après des sondages et observations à proximité de cet établissement. Le croisement des différentes données nous permet de reconstituer les conditions environnementales, pour la période d’occupation du site située entre 469 et 766 apr. J.-C. (datations calibrées, Goepfert et al. 2014 ; à paraître), et de voir en quoi celles-ci ont influencé les activités humaines et leur furent favorables. Sur le site de Bayovar-01, la très grande quantité de restes d’ichtyofaune retrouvés a révélé une activité de pêche intense et une spécialisation dans la préparation des poissons avec, vraisemblablement, des échanges à l’échelle régionale (Goepfert et al. 2014 ; à paraître). Les habitants ont pratiqué une pêche extraordinaire en terme de biomasse. Ces éléments ne peuvent être expliqués par le contexte géographique actuel, puisque le site se trouve à 6 km de l’océan sur un talus bordant une dépression fermée par un large cordon dunaire, modelée par la déflation éolienne et asséchée (fig. 1 et 3). Les modifications du contexte environnemental permettent donc de mieux comprendre les activités et la fonction du site, autant que les raisons de sa localisation. Et, inversement, les informations obtenues par la fouille confirment et expliquent le contexte environnemental.

  • 1 Nous nous intéressons ici à sa partie nord-ouest, dite « Las Salinas Noroeste ».

4L’emplacement du site au bord de la dépression de Las Salinas (fig. 1)1 justifie l’approche géoarchéologique. Cette dépression s’étend vers le sud sur environ 2 000 km² et n’est séparée de l’océan Pacifique que par un cordon littoral. Par sa morphologie et sa position d'interface, son remplissage sédimentaire est ici considéré comme un enregistreur potentiel fort des différents milieux qui se sont succédé à proximité du site, en lien avec l’évolution du littoral. Cette démarche suppose une densité de données sédimentaires et stratigraphiques relativement importante et c'est pourquoi, entre le site et l'océan, un transect et dix-huit sondages de 2 m2 sur 1 à 2 m de profondeur ont été réalisés, afin de lire au mieux les variations de faciès dans les corps sédimentaires, à la fois verticalement et horizontalement (nord-est/sud-ouest).

Figure 1

Figure 1

Localisation de la zone d’étude et contexte géomorphologique local.

© Aurélien Christol

  • 2 Un effet réservoir local a été calculé à partir d’une coquille retrouvée en place sur le site arché (...)

5La lecture et l’analyse détaillée des faciès sédimentaires associés aux divers dépôts du remplissage permettent de déterminer les différents milieux de sédimentation. Il s’agit de savoir s’ils sont émergés ou immergés, à quelles conditions de fermeture et d’ouverture à l’océan ils sont associés, mais aussi quelles dynamiques sédimentaires les alimentent (apports en eaux/sédiments marins ou continentaux, degrés d’influence, etc.). Pour chaque unité stratigraphique présentant des restes de malacofaune, les espèces ont été déterminées pour préciser les environnements de dépôt. Les coquilles observées en position de vie ont fait l’objet de datations radiocarbone. Une fois la calibration (utilisation de la courbe Marine13, Reimer et al. 2013) et la correction prises en compte2, la chronologie du remplissage a été mise en perspective avec celle du site de Bayovar-01. Au final, l’ensemble des résultats permet de discuter des interactions sociétés-environnement et de proposer un scénario d’évolution environnementale de cette portion de la côte nord-péruvienne

Figure 2

Figure 2

Structure 1 du site archéologique de Bayovar-01 et vue sur la dépression Las Salinas.

© Nicolas Goepfert

Figure 3

Figure 3

Vue depuis un des sondages dans la dépression Las Salinas Noroeste vers le site de Bayovar-01.

© Nicolas Goepfert

Résultats et discussion

6Nous avons établi des relations fortes entre données archéologiques et géomorphologiques. La partie supérieure du remplissage de la dépression de Las Salinas Noroeste, étudiée grâce aux sondages (soit 1,5 m de profondeur en moyenne), donne accès à des variations environnementales importantes, antérieures à l'occupation du site ou contemporaines de celle-ci. Les analyses de faciès réalisées dans les dix-huit sondages montrent une grande diversité des environnements de dépôts qui offrent de nombreuses corrélations possibles. La plupart des séquences relevées se sont déposées au cours du Ier millénaire apr. J.-C. et plus particulièrement entre le iiie et le viiie siècle de notre ère. Pour la plupart des sondages datés, les parties supérieures des séquences présentent des dépôts contemporains du site de Bayovar-01. Dans le détail, leur analyse montre un remplissage principalement sableux, où les contrastes sont nombreux, avec la présence de faciès plus fins, argileux ou limoneux remarquables, notamment dans les parties supérieures des séquences (fig. 4). Par les faciès très variés qu'il présente, le sondage 14 (localisation fig. 1) est représentatif de la succession des milieux observée dans l'ensemble des séquences. Il révèle un premier changement dans les dynamiques de sédimentation entre des sables oxydés infralittoraux (1, base de la séquence) et un dépôt d’argiles limoneuses litées correspondant à un environnement lagunaire d’influence marine (2). Au-dessus, un niveau sableux à bivalves en position de vie témoigne de l'entrée, à plusieurs reprises, d'eaux marines dans la dépression (3). Le dépôt sableux (4) à structure horizontale et nombreuses oxydations qui lui succède est interprété comme un environnement pro-deltaïque dont les apports sédimentaires d’origine continentale proviennent des rivières Chorillos et Lora (fig. 1). La fin de la séquence correspond à un épais dépôt de vases argilo-limoneuses alternant avec des lits plus sableux (5), qui témoigne d’un milieu lagunaire confiné de type slikke avec des intrusions marines, comme le suggèrent les formes d’incision en chenaux (de 10 à 50 cm d’épaisseur ; fig. 1, partie gauche notamment). La séquence 14 se termine par un dépôt sableux pulvérulent (6) riche en sel, en contact ravinant avec les dépôts inférieurs, témoignant de l’assèchement de la dépression.

Figure 4

Figure 4

Sondage 14 : log d’ensemble, faciès sédimentaires et milieux de sédimentation.

© Patrice Wuscher

7L’histoire géomorphologique de la dépression s’avère donc complexe, avec des milieux de lagunes immergés entrecoupés de phases d’évaporation et d’un assèchement final. Ce dernier est daté du viiie siècle apr. J.-C., soit la fin de l’occupation de Bayovar-01. L’existence de milieux lagunaires est confirmée par la malacofaune dont certaines espèces identifiées, telles que Ilichione subrugosa et Cerithium muscarum, d’affinité tropicale, sont aujourd’hui associées à des environnements d’eaux chaudes et lagunaires, voire de mangroves – localisées plus haut en latitude, notamment vers Tumbes et l’Équateur  (Keen 1971 ; Finet 1985 ; De Vries & Wells 1990 ; Diaz & Ortlieb 1993 ; Coan & Valentin-Scott 2012). D’autres espèces littorales telles que Tagelus dombeii et Crytomya californica sont plus ubiquistes et leur présence concorde avec l’interprétation des faciès sédimentaires. Les données archéo-ichtyologiques nous révèlent aussi que les poissons retrouvés sur le site appartiennent principalement aux familles des Sciaenidae (Micropogonias altipinnis) et des Mugilidae (Mugil cephalus) et, en plus petites proportions, à celles des Albulidae et des Gerreidae. Micropogonias altipinnis et Albula sp. vivent normalement dans les eaux chaudes marines et saumâtres du Mexique jusqu’au Golfe de Guayaquil (Jiménez-Prado & Béarez 2004). Ces espèces témoignent donc, au même titre que la malacofaune, de la présence d’écosystèmes très différents de ceux visibles aujourd’hui et en totale cohérence avec les données géomorphologiques.

8Toutes les données collectées et analysées confirment l’existence, à proximité du site de Bayovar-01, d’une lagune aux eaux chaudes, riche en poissons et probablement bordée par une végétation tropicale de type mangrove. La question de la mise en place de ces milieux doit cependant être discutée.

  • 3 La topographie actuelle de l’ensemble de la dépression Las Salinas suggère une lagune plus profonde (...)

9Le forçage géomorphologique apparaît comme déterminant dans la formation de la lagune. En effet, notre hypothèse est que le cordon littoral principal, initialement ouvert dans sa partie nord, se serait progressivement fermé au cours du Ier millénaire apr. J.-C. Ce processus géomorphologique est compatible avec l'hypothèse d'un contexte paléoclimatique plus aride à partir de 730 (Tein et al. 2004), ayant maintenu le cordon fermé jusqu'à nos jours. L’assèchement final de la lagune, probablement rapide, s’est produit à un moment où la connexion avec l’océan n’était plus possible et où les conditions d’évaporation étaient trop intenses. La présence de croûte de sel dans la plupart des séquences suggère néanmoins que des phases d’évaporation se sont produites plus tôt au cours du Ier millénaire apr. J.-C. La lagune a donc connu des niveaux d’eau très bas, voire a été asséchée à plusieurs reprises entre le iiie et le viiie siècles apr. J.-C., tout au moins dans sa partie la plus septentrionale3. La baisse du niveau marin a également pu favoriser la déconnexion de la lagune d’avec l’océan (Wells & Noller 1999). Par ailleurs, des conditions climatiques plus humides ont entraîné des apports d’eau douce importants, ce qui expliquerait que la lagune ait perduré pendant près de 500 ans et que le cordon soit resté ouvert malgré une dynamique littorale caractérisée par l’aggravation sableuse. La construction du cordon littoral vers le nord est bien antérieure au iiie siècle apr. J.-C. et répond à une tendance sur le temps long de l’Holocène. Ces apports hydriques continentaux tiennent notamment à l'activité hydrologique des rivières affluentes de la lagune et responsables du dépôt de nappes sableuses entre le iiie et le vie siècle apr. J.-C. L’apport d’eau douce dans la lagune est dû aux pluies qui se produisent soit localement lors des épisodes El Niño, soit sur les parties hautes des bassins versants en lien avec la mousson sud-américaine (Rein et al. 2004). Rein (2007) observe seulement quatre épisodes El Niño majeurs pendant la période d’existence de la lagune et seulement trois après le viiie siècle, notamment en 1982-83 et 1997-98. El Niño semble bien avoir joué un rôle ponctuel par ses apports en eau douce dans le maintien de la lagune et dans l’arrivée d’espèces de poissons exogènes, mais ce maintien est aussi forcément associé à des conditions climatiques moyennes plus humides. Ces apports constants expliquent qu’une ouverture dans le cordon se soit maintenue jusqu’au viiie siècle apr. J.-C., moment où le climat est devenu plus aride. Ce changement climatique, accompagné d’une domination de la déflation éolienne, explique qu’aucun dépôt n’ait été enregistré dans la dépression après le viiie  siècle, date à laquelle celle-ci s’est fermée et asséchée. Le « tournant » environnemental du viiie siècle explique vraisemblablement l’abandon du site de Bayovar-01, les ressources exploitées auparavant n’étant plus disponibles.

Conclusions

10L’approche géoarchéologique et la multiplication des indicateurs se sont révélées particulièrement pertinentes et efficaces dans ce contexte géographique et archéologique bien spécifique de la côte du désert de Sechura. Les résultats géochronologiques ont montré des corrélations entre les données provenant de la fouille et celles issues des sondages géomorphologiques, avec une bonne résolution chronologique malgré des intervalles parfois un peu larges dans les datations. De plus, la nature même des environnements identifiés pour la fin du Ier millénaire apr. J.-C. est cohérente avec les activités développées par les populations qui occupèrent alors cet espace. Ainsi, le scénario de l’installation quasi opportuniste de communautés de pêcheurs à proximité d’une vaste lagune offrant des ressources tropicales abondantes et faciles d’accès est plausible. Il ne peut d’ailleurs se comprendre que par la situation géomorphologique particulière de l’ouverture du cordon littoral et les conditions climatiques plus humides renforcées ponctuellement par un, voire deux épisodes El Niño majeurs pendant la période qui correspond à l’occupation du site. Cette approche monosite/locale doit maintenant être développée et appliquée à une échelle plus régionale, intégrant d’autres sites de la même période ou antérieurs dans des contextes environnementaux bien différents de celui de Bayovar-01 (comme les débouchés des rivières issues du massif des Illescas). Cette orientation des recherches permettra de mieux saisir dans le temps et dans l’espace les interrelations entre ces sociétés préhispaniques côtières et les dynamiques environnementales changeantes propres au contexte de la côte nord-péruvienne.

Haut de page

Bibliographie

Cárdenas M., C. Huapaya & Deza J. 1991. Arqueología del Macizo de Illescas, Sechura-Piura. Lima, Pucp.

Cardenas M., J. Vivar, G. Olivera & Huapaya B. 1993. Materiales arqueologicos del Macizo de Illescas, Sechura-Piura. Lima, Pucp.

Carré M., J.P. Sachs, S. Purca, A.J. Schauer, P. Braconnot, A.R. Falcón, M. Julien & Lavallée D. 2014. « Holocene history of ENSO variance and asymmetry in the eastern tropical Pacific », Science, 345, 6200 : 145-148.

Carré M., J.P. Sachs, A.J. Schauer, W.E Rodríguez & Cardenas Ramos F. 2013. « Reconstructing El Niño-Southern Oscillation activity and ocean temperature seasonality from short-lived marine mollusk shells from Peru », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 371 : 45-53.

Chauchat C., E. Wing, J.P. Lacombe, P.Y. Demars, S. Uceda & Deza C. 2006. Prehistoria de la costa norte del Peru. El Paijanense de Cupisnique. Lima, IFEA-Patronato Huacas del valle de Moche.

Christol A., Wuscher P., Goepfert N., Mogollon S., Bearez P., Gutierrez B. & Carre M. Soumis. « The Las Salinas palaeo-lagoon in the Sechura Desert (Peru): Evolution during the last two millennia ». Soumis à The Holocene.

Coan E.V. & Valentich-Scott P. 2012. Bivalve Seashells of Tropical West America – Marine Bivalve Mollusks from Baja California to Northern Peru. Part 1. Santa Barbara Museum of Natural History Monographs (6), Studies in Biodiversity (4).

Collin-Delavaud C. 1969. Terrasses et niveaux quaternaires du littoral du Piura dans le Pérou septentrional. Paris, Ephe-Laboratoire de Géomorphologie (Notes Mémoires et Documents, n°15).

De Vries T.J. & Wells L.E. 1990. « Thermally-anomalous Holocene molluscan assemblages from coastal Peru: evidence for paleogeographic, not climatic change », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 81 : 11-32.

Diaz A. & Ortlieb L. 1993. « El fenomeno “El Niño” y los moluscos de la costa peruana », Bulletin de l’Institut français d’études andines, 22, 1 : 159-177.

Dresch J. 1961. « Observations sur le désert côtier du Pérou », Annales de Géographie, 70, 378 : 179-184.

Finet Y. 1985. Preliminary faunal list of the marine mollusks of the Galapagos Islands. Bruxelles, Institut royal des sciences naturelles de Belgique (Documents de travail, n° 20).

Fontugne M., P. Usselmann, D. Lavallée, M. Julien & Hatté C. 1999. « El Niño variability in the coastal desert of southern Peru during the Mid-Holocene », Quaternary Research, 52 : 171-179.

Goepfert N., P. Béarez, A. Christol, B. Gutierrez & Wuscher P. 2014. « The fishermen of Sechura: excavations at a specialized site from the Middle Horizon, extreme northern Peru », Antiquity, 88, 340. Available at: http://journal.antiquity.ac.uk/projgall/goepfert340

Goepfert N., P. Béarez, A. Christol, P. Wuscher & Gutierrez B. sous presse. « Subsistence economies in margin areas with natural constrains: interactions between social dynamics, resources management and paleoenvironment in the Sechura Desert, Peru », in : Prieto G. and Sandweiss D. (éds), New Perspectives on Andean Maritime Communities, University Press of Florida.

Haas J. & Dillon O. 2003. El Niño in Peru: biology and cultures over 10,000 years. Chicago, Field Natural Museum History, Fieldiana (Botany new series, 43).

Jiménez-Prado P. & Béarez P. 2004. Peces marinos del Ecuador continental/Marine fishes of continental Ecuador. Quito, Simbioe-Nazca-Ifea.

Keen M. 1971. Sea shells of tropical west American. Marine mollusks from Baja California to Peru. Stanford, Stanford University Press.

Milla Villena C. 1989. Inventario de un desierto. Prospección, Inventario y Catastro Arqueológico del Desierto de Sechura y el Bajo Piura, Lima, Pucp, 179 p.

Novoa Goicochea Z.I. 1998. Las Lagunas de Las Salinas, Sintesis Ecogeografica y Potential de Gestion Ambiental. Lima, Pontifica Universidad Catolica del Peru.

Reimer P.J., E. Bard, A. Bayliss, J.W. Beck, P.G. Blackwell, C. Bronk Ramsey, C.E. Buck, H. Cheng, R.L. Edwards, M. Friedrich, P.M. Grootes, T.P. Guilderson, H. Haflidason, I. Hajdas, C. Hatté, T.J. Heaton, D.L. Hoffmann, A.G. Hogg, K.A. Hughen, K.F. Kaiser, B. Kromer, S.W. Manning, M. Niu, R.W. Reimer, D.A Richards, E.M. Scott, J.R. Southon, R.A. Staff, C.S.M. Turney & Van Der Plicht J. 2013. « IntCal13 and Marine13 radiocarbon age calibration curves 0-50,000 years cal BP », Radiocarbon, 55, 4 : 1869-1887.

Rein B. 2007. « How do the 1982/83 and 1997/98 El Ninõs rank in a geological record from Peru? », Quaternary International, 161 : 56-66.

Rein B., A. Lückge & Sirocko F. 2004. « A major Holocene ENSO anomaly during the Medieval period », Geophysical Research Letters, 31: 1-4.

Richardson III J.B. 1978. « Early man in the Peruvian north coast, early maritime exploitation and the Pleistocene and Holocene environment », in: A.L. Bryan (éd.), Early man in America from a circum-pacific perspective. Edmonton, University of Alberta Press : 274-289.

Sandweiss D.H. 1996. « Mid-Holocene cultural interaction between the North Coast of Peru and Ecuador », Latin American Antiquity, 7, 1 : 41-50.

Sandweiss D.H. 2003. « Terminal Pleistocene through Mid-Holocene archaeological sites as paleoclimatic archives for the Peruvian coast », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 194 : 23-40.

Sandweiss D.H., K.A Maasch, R.L. Burger, J.B. Richardson III, H.B. Rollins & Clement A. 2001. « Variations in Holocene El Niño frequencies: Climate records and cultural consequences in Ancient Peru », Geology 29, 7 : 603-606.

Wells L.E. 1990. « Holocene history of El Niño phenomenon as recorded in flood sediments of northern coastal Peru », Geology, 18 : 1134-1137.

Wells L.E. & Noller J.S. 1999. « Holocene coevolution of the physical landscape and human settlement in northern coastal Peru », Geoarchaeology, 14, 8 : 755-789.

Haut de page

Notes

1 Nous nous intéressons ici à sa partie nord-ouest, dite « Las Salinas Noroeste ».

2 Un effet réservoir local a été calculé à partir d’une coquille retrouvée en place sur le site archéologique (Christol et al. soumis).

3 La topographie actuelle de l’ensemble de la dépression Las Salinas suggère une lagune plus profonde dans sa partie centrale, soit à plusieurs dizaines de kilomètres de notre transect.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Localisation de la zone d’étude et contexte géomorphologique local.
Crédits © Aurélien Christol
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3277/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Figure 2
Légende Structure 1 du site archéologique de Bayovar-01 et vue sur la dépression Las Salinas.
Crédits © Nicolas Goepfert
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3277/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 3
Légende Vue depuis un des sondages dans la dépression Las Salinas Noroeste vers le site de Bayovar-01.
Crédits © Nicolas Goepfert
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3277/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 4
Légende Sondage 14 : log d’ensemble, faciès sédimentaires et milieux de sédimentation.
Crédits © Patrice Wuscher
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3277/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christol Aurélien, Nicolas Goepfert, Philippe Béarez, Patrice Wuscher et Belkys Gutiérrez, « Étude géoarchéologique multiproxy de la paléo-lagune Las Salinas dans le désert de Sechura (Pérou) », Les nouvelles de l'archéologie, 142 | 2016, 43-48.

Référence électronique

Christol Aurélien, Nicolas Goepfert, Philippe Béarez, Patrice Wuscher et Belkys Gutiérrez, « Étude géoarchéologique multiproxy de la paléo-lagune Las Salinas dans le désert de Sechura (Pérou) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/3277 ; DOI : 10.4000/nda.3277

Haut de page

Auteurs

Christol Aurélien

Université de Lyon 3-Jean Moulin, Laboratoire Evs-Umr 5600 Cnrs,
aurelien.christol@univ-lyon3.fr

Nicolas Goepfert

Cnrs-Paris1, Umr 8096,
nicolas.goepfert@cnrs.fr

Articles du même auteur

Philippe Béarez

Cnrs-Sorbonne Universités, Mnhn, Umr 7209,
bearez@mnhn.fr

Patrice Wuscher

Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan,
patrice.wuscher@pair-archeologie.fr

Articles du même auteur

Belkys Gutiérrez

Universidad Nacional de Trujillo,
belkysgl@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org