Skip to navigation – Site map
Dossier: Environnement et sociétés
B/ Gestion des ressources, stratégies d'exploitation

Économie des bois et gestion des forêts chez les anciens Mayas

Approche anthracologique à Naachtun (Guatemala)
Wood economy and forest management strategies among ancient Mayas: a reconstruction based on charcoal analysis from Naachtun (Guatemala)
Lydie Dussol
p. 38-43

Abstracts

Researchers have long considered that the relations between ancient Maya societies and their tropical forested landscape significantly affected social and environmental history throughout the Maya Lowlands. The lingering debate contrasting the hypothesis of a massive deforestation during the Classic period with a model of careful environmental management has not been resolved, and places forest resources exploitation at the center of the rise and fall of ancient Maya cities. In fact, wood is an essential resource, abundant in such environments but still exhaustible, and can therefore constitute a key economic and ecological indicator in the study of ancient societies.
As part of the Naachtun Archaeological Project*, the systematic and diachronic study of anthracological samples at Naachtun aims to understand the global wood economy as well as the impact of human activities on the evolution of forested areas through time. In light of the first results, we propose hypotheses concerning firewood collection strategies, local and regional sources of supply, and sylviculture practices. This theoretical framework would allow a greater understanding of the parallel evolution between Naachtun’s society and its environment.

Top of page

Full text

Le projet Naachtun bénéficie du soutien financier du ministère des Affaires étrangères (France), de la Fondation Pacunam et de la compagnie Perenco (Guatemala), du Cnrs et de l’Université de Paris 1, ainsi que du LabEx DynamiTe. Il reçoit également le soutien institutionnel du Cemca (Guatemala). Par ailleurs, je souhaite remercier Annelise Binois, Michelle Elliott, François Giligny, Dominique Michelet, Philippe Nondédéo, Zoï Tsirtsoni ainsi qu’une relectrice anonyme pour les relectures et commentaires qui ont permis d’améliorer cet article.

1Dans un environnement forestier tropical tel que le Nord du Guatemala, l’essor et le développement des sociétés mayas anciennes furent étroitement liés à la complexité et à la variabilité du milieu. Le débat très controversé qui oppose l'hypothèse d'une déforestation massive à la période classique (I

2er millénaire de notre ère) au profit de l'agriculture (Abrams & Rue 1989 ; Turner & Sabloff 2012) à celle d’une gestion raisonnée et durable de l’environnement (Fedick 1996 ; 2010 ; McNeil 2012) implique de s’intéresser aux modes d’exploitation des ressources forestières et à l’évolution des espaces boisés. Le bois, ressource indispensable, abondante dans l’environnement local mais non moins épuisable, constitue certainement un des marqueurs économiques et écologiques les plus importants dans l’étude des sociétés anciennes. Combustible domestique de base et matériau de construction, le bois était aussi utilisé pour la production de la chaux, dont l’architecture maya était une grande consommatrice. Par ailleurs, les forêts offraient des ressources alimentaires considérables, via la chasse et la cueillette, et leur préservation était nécessaire pour compléter les apports agricoles dans des sociétés dépourvues d’animaux domestiques. Des changements dans la disponibilité des ressources ligneuses ou dans leurs usages peuvent donc être révélateurs des périodes de tension économique ou environnementale ayant pu affecter la société dans les cités mayas au cours de leur histoire.

3Pourtant, les modes d’exploitation des ressources forestières sont encore très mal connus et les modèles relatifs aux relations entre les anciens Mayas et la forêt tropicale sont restés en grande majorité spéculatifs, par manque de données empiriques. De récentes études archéologiques et paléoenvironnementales remettent en question le schéma d’une surexploitation généralisée des forêts (Lentz & Hockaday 2009 ; McNeil 2012 ; Thompson

4et al. 2015) et mettent en évidence la variabilité régionale des stratégies de subsistance, leur impact sur le paysage et leurs conséquences sur l’évolution des cités. Cette variabilité dépend en grande partie de la pression démographique et économique qui s’exerce localement et conditionne la capacité des sociétés mayas à faire face aux changements socio-économiques et environnementaux (Robinson & McKillop 2013).

5Pour étudier la nature des relations entre société et environnement dans le passé, le recours à l’anthracologie s’est souvent avéré riche d’enseignements. Au sein du vaste champ de l’archéobotanique, l’anthracologie, par l’étude des charbons de bois, permet d’aborder diverses questions économiques et environnementales liées aux stratégies de subsistance et à l’évolution des paysages. Cependant, dans la zone maya, et d’une façon générale en milieu tropical, l’anthracologie reste encore assez peu employée puisqu’elle se trouve confrontée à la difficulté majeure de la très grande diversité végétale qui caractérise les forêts tropicales. En effet, l’analyse anthracologique consiste à identifier l’essence végétale d’où provient le charbon archéologique par l’observation au microscope des structures anatomiques du bois et par comparaison avec du matériel de référence, tel que des collections d’essences actuelles ou des atlas d’anatomie. En l’absence de référentiels complets et dans des milieux floristiques riches, les identifications taxonomiques peuvent parfois se révéler d’une très grande complexité. Les quelques études anthracologiques effectuées dans la région ont porté sur des problématiques particulières, comme les feux rituels dans les grottes de la haute vallée du fleuve Belize (Morehart 2011) ou les échanges de bois dans la région de Xunantunich au Belize (Lentz et al. 2005).

6À ce jour, et bien que les relations sociétés-forêt aient été considérées depuis longtemps comme fondamentales dans la compréhension de l’histoire des Mayas, aucune étude anthracologique systématique n’a permis de reconstituer l’économie globale des bois sur un site en particulier, pas plus que l’impact des activités humaines sur l’évolution du paysage forestier local.

L’approche anthracologique

7Situé à l’extrême nord-est de l’État du Petén au Guatemala, à 2 km de la frontière mexicaine (fig. 1), Naachtun est une capitale régionale de la période classique dont l’occupation s’étend de 150 à 950 apr. J.-C. L’implantation humaine fut limitée au nord et au sud par deux grands

8bajos, qui ont probablement servi de réservoirs (cf. Castanet et al., p. 38). Les bajos, dépressions karstiques tapissées d’argiles et inondées pendant la saison des pluies, alternent avec des zones plus hautes, donnant au paysage un aspect vallonné. Dans ces bajos, la végétation basse et épineuse est dominée par des essences de Fabaceae, de Myrtaceae et de Polygonaceae, tolérantes aux variations climatiques saisonnières. À l’inverse, les zones plus élevées sont recouvertes d’une forêt semi-sempervirente humide pouvant atteindre à la canopée 40 mètres de haut et dominée par les grands arbres des Moraceae, des Sapindaceae, des Meliaceae et des Sapotaceae.

Fig. 1

Fig. 1

Localisation de Naachtun dans les Basses Terres centrales.

© Lydie Dussol

  • 1 Dirigé entre 2010 et 2018 par P. Nondédéo, Umr 8096 Archéologie des Amériques, université de Paris (...)

9Actuellement fouillé dans le cadre du projet Petén-Norte Naachtun1, le site se compose d’un centre civico-cérémoniel édifié essentiellement au Classique ancien et au début du Classique récent (300-750 apr. J.-C.), ainsi que d’une vaste zone résidentielle qui s’étend au sud, à l’est et à l’ouest. Après l’apogée démographique de la première moitié du Classique récent (600-750 apr. J.-C.), la population de Naachtun décroît fortement et se rassemble, au Classique terminal (830-950 apr. J.-C.), autour de groupes résidentiels d’élites qui concentrent dès lors les prérogatives du pouvoir. Grâce notamment aux récentes découvertes épigraphiques, l'histoire socio-politique de cette capitale régionale, de mieux en mieux connue, éclaire d’un jour nouveau son importance dans les dynamiques politiques, économiques et socio-culturelles de la région à cette période.

10Afin de mieux appréhender les économies de subsistance et de prospérité de ce site clé de la période classique, la présente étude, actuellement en cours dans le cadre d’une recherche doctorale, a pour objectif d’explorer deux thématiques complémentaires, abordées de façon diachronique. Tout d’abord, une approche économique et environnementale vise à reconstituer les stratégies de gestion des ressources ligneuses et des forêts, à mettre en évidence d’éventuelles pratiques sylvicoles et à évaluer l’impact des activités humaines sur l’évolution du couvert forestier au cours de l’occupation du site. Dans un second temps, une approche fonctionnelle et socio-culturelle aura pour but d’identifier des spécificités dans les usages des essences en fonction des types de feux, rituels et funéraires en particulier. Cette seconde thématique, qui s’inscrit dans la continuité de travaux antérieurs réalisés sur le site maya de Río Bec au Mexique (Dussol

11et al. à paraître), devrait permettre d’éclairer certains aspects idéels et symboliques des relations entre les Mayas et le monde végétal.

  • 2 Dans la classification classique, un taxon désigne une espèce ou un genre.

12La constitution d’une collection de référence des bois des Basses Terres centrales mayas, indispensable à l’identification des charbons archéologiques, a été le premier travail réalisé au cours de la campagne de mars-avril 2013. Cette collection compte aujourd’hui 131 taxons2

13collectés sur le site en collaboration avec l’École de biologie de l’université San Carlos du Guatemala, auxquels s’ajoutent 46 taxons provenant des xylothèques du Muséum national d’histoire naturelle de Paris et du Musée royal de l’Afrique centrale (Tervuren, Belgique), ainsi que 33 taxons provenant de la xylothèque de l’Université nationale autonome de Mexico (Mexique). Loin d’être exhaustive, compte tenu de l’extrême diversité floristique de la région, cette collection n’en reste pas moins un outil de premier ordre pour l’anthracologie en zone maya.

14Un protocole d’échantillonnage systématique des charbons archéologiques a été appliqué lors des campagnes de 2013, 2014 et 2015. Dans l’ensemble des zones publiques et résidentielles fouillées, des échantillons de 10 litres de sédiment ont été prélevés par unité stratigraphique, puis traités par flottation avec un tamis de maille 1 mm. Ainsi, a été constitué un corpus anthracologique conséquent et statistiquement fiable (plus de 800 prélèvements effectués). À cela s’ajoutent environ 400 échantillons prélevés à vue depuis la campagne de 2011, traités à part lors de l’analyse. L’ensemble des contextes archéologiques y est représenté, qu’il s’agisse des contextes généraux dans lesquels les charbons se trouvent dispersés et qui représentent une durée d'activité longue (niveaux d'occupation, remblais, dépotoirs), ou des contextes spéciaux consistant en des concentrations de cendres et de charbons et correspondant à des événements ponctuels (foyers rituels, dépôts de consécration et d'abandon, dépôts funéraires).

15Les premiers résultats de cette étude, bien que très provisoires, permettent déjà d’entrevoir les grandes lignes d’un système d'exploitation forestière raisonnée et organisée au moins à l’échelle du site, et probablement à une échelle régionale.

Premiers résultats

  • 3 Un morphotype regroupe les charbons présentant un ensemble de caractères anatomiques communs. Les m (...)

16Jusqu’à présent, l’analyse de plus de 8 900 charbons a révélé un spectre anthracologique très riche, avec pas moins de 105 morphotypes3

17définis, appartenant à 33 familles botaniques. La séquence anthracologique générale du site s’appuie sur 2 987 charbons et représente l’usage domestique du bois au cours de 700 ans d’occupation. Cette séquence, dont une version simplifiée est présentée dans la figure 2, comprend les échantillons représentatifs d’un point de vue archéologique et statistique, c’est-à-dire issus de contextes généraux, prélevés par flottation, et comprenant un minimum de 30 charbons identifiables (≥ 4 mm).

Fig. 2

Fig. 2

Proportions totales par phase des dix principales familles représentées dans le spectre générale de Naachtun, en nombre de charbons.

© Lydie Dussol

Une exploitation sélective des Sapotaceae ?

18Alors que les essences collectées évoluent nettement au cours de l’occupation du site, la dominance des

19Sapotaceae dans le spectre de Naachtun – 25 à 35 % des charbons par phase avec un taux d’ubiquité de 94 % dans les contextes généraux – est stable du début à la fin de l’occupation. Quatre morphotypes ont été définis dans cette famille, parmi lesquels les genres Manilkara et Pouteria ont pu être identifiés. Sachant que les Sapotaceae représentent en général 5 à 10 % des arbres dans les forêts actuelles des Basses Terres, cette évidente surreprésentation pourrait être due à une exploitation sélective de leurs bois, ou bien traduire d’importantes variations environnementales : les Sapotaceae auraient été beaucoup plus abondantes dans l’environnement de Naachtun au moment de son occupation.

20Actuellement, huit espèces de Sapotaceae existent dans la région. Ces arbres produisent des fruits comestibles ainsi que des bois denses, fréquemment utilisés de nos jours comme combustibles et comme matériaux de construction (Atran

21et al. 2004). Le bois extrêmement résistant et durable du chicozapote (Manilkara zapota, fig. 3) fut par ailleurs le principal utilisé dans les édifices monumentaux des cités mayas des Basses Terres (Hellmuth 1989).

Fig. 3a

Fig. 3a

Manilkara zapota (Sapotaceae).

© Christine Heinz et Lydie Dussol

Fig. 3b

Fig. 3b

Manilkara zapota (Sapotaceae

© Christine Heinz et Lydie Dussol

22Les Sapotaceae sont de grands arbres caractéristiques des forêts hautes et anciennes (Lundell 1937). Si les habitants de la cité les exploitaient en priorité, et si cette exploitation sélective a pu se maintenir tout au long de l’occupation du site, cela suppose que d’importantes parcelles forestières ont existé à proximité du site jusqu’à la fin de son occupation. Cette hypothèse remettrait sérieusement en cause celle d'une déforestation massive dans l’environnement local de Naachtun et pourrait, à l’inverse, refléter l’existence d’une gestion raisonnée des ressources forestières. À Tikal, et dans le même ordre d’idées, Lentz et Hockaday (2009) avaient déjà établi que l’emploi sélectif du bois de

23chicozapote dans les constructions monumentales avait dû impliquer une gestion forestière rigoureuse de façon à éviter l’épuisement de cette ressource dans l’environnement local. Si ce modèle d’économie forestière s’avérait être celui de Naachtun, il conforterait les résultats de récentes études qui tendent à mettre en évidence, plutôt qu’une dégradation environnementale généralisée, la variabilité qui a dû exister entre les cités des Basses Terres : diversité des pratiques agroforestières, variabilité de leur impact sur les paysages et de la résilience des cités face aux changements environnementaux (McNeil 2012 ; Robinson & McKillop 2013).

… complétée par la collecte opportuniste d’essences locales

24La richesse taxonomique qui caractérise le spectre anthracologique de Naachtun suggère qu’en dehors des bois de feu sélectionnés en priorité, l’ensemble de la végétation locale devait être exploité selon un mode de collecte opportuniste de proximité. Bien que dans des proportions très variées, les essences identifiées jusqu’à présent correspondent aussi bien à des grands arbres qu’à des arbustes et des palmiers. Il faut également noter la présence de charbons de bambous herbacés dans certains contextes, un combustible probablement utilisé pour l’allumage de feux. Certaines familles sont particulièrement diversifiées, comme les Fabaceae avec au moins 25 morphotypes définis parmi lesquels ont pu être identifiés, entre autres, les genres

25Lonchocarpus, Piscidia, Caesalpinia, Haematoxylon et Dalbergia. Cette famille est également l’une des plus représentées dans la forêt actuelle en termes de nombre d’espèces.

26Comme cela a été suggéré pour la région de Teotihuacan au Mexique, cette tendance à la diversification des combustibles peut être interprétée comme une stratégie de conservation des ressources, visant surtout à éviter l’épuisement des arbres considérés comme les plus utiles (Adriano-Morán & McClung de Tapia 2008). Par ailleurs, la présence de charbons de bois d’arbres fruitiers comme le

27nance (Byrsonima sp., Malpighiaceae) pourrait être le témoin de pratiques sylvicoles locales, à moins qu’elle ne traduise la diversité des sources d’approvisionnement en bois de feu. En effet, cet arbuste pousse naturellement dans les forêts basses des bajos. L’hypothèse d’une exploitation des bajos proches pour la collecte de bois de feu est d’autant plus plausible qu’il s’agit de zones a priori non cultivables, et donc pouvant être mises à profit pour des activités telles que la chasse, la pêche ou la cueillette. Intentionnelle ou non, la diversification des ressources, des modes d’exploitation (collecte sélective ou opportuniste, favorisation ou arboriculture locales d’arbres utiles) et des sources d’approvisionnement (forêts hautes et bajos) pourrait donc avoir été l’une des principales stratégies ayant permis à l’économie forestière locale de se maintenir jusqu’à la fin de l’occupation du site.

L’usage du bois de pin

28La fréquence des charbons de bois de pin (

29Pinus sp., Pinaceae) dans les contextes archéologiques de Naachtun, une essence aujourd’hui absente dans l’environnement du site, semble confirmer l’hypothèse déjà avancée lors de précédentes études sur d’autres sites des Basses Terres selon laquelle le pin revêtait une importance économique particulière au sein des sociétés mayas anciennes (Lentz et al. 2005 ; Morehart 2011).

30De nos jours, et surtout dans les Hautes Terres où il abonde, le bois de pin est couramment employé par les Mayas comme combustible sous forme de fines baguettes de bois riches en résine, appelées

31ocotes, servant pour les démarrages de feu et pour les feux rituels (Standley & Steyermark 1958). Dans les Basses Terres, dans les zones côtières du Belize ainsi que dans certaines savanes du centre du Petén, les peuplements de pins caribéens sont fréquents mais ne se trouvent pas aux alentours des sites centraux. La seule exception connue est la pinède du bajo de Santa Fe (fig. 4), située au nord-est de Tikal, dans le bassin versant du fleuve Holmul. Si l’origine de ce peuplement très localisé est encore incertaine, les chercheurs supposent qu’il fut, sinon planté, du moins entretenu et exploité par les Mayas de Tikal (Lentz et al. 2015). En effet, le pin caribéen est une espèce pionnière, caractéristique des milieux ouverts, intolérante à l’ombre des forêts hautes mais tolérante aux milieux inondables et aux sols argileux des bajos (Barret & Golfari 1962). Pour les sociétés mayas anciennes, une sylviculture de pins dans les bajos aurait donc été possible d’un point de vue écologique et profitable d’un point de vue économique. On peut ainsi tout à fait imaginer que des pins se trouvaient également dans la région de Naachtun au moment de son occupation, qu’ils aient été d’origine naturelle, introduits et/ou entretenus par les habitants du site. Toutefois, on ne peut pas exclure que le bois de pin ait fait l’objet d’un système d’échange à l’échelle interrégionale, au même titre que le jade, l’obsidienne, la céramique ou les coquillages, une hypothèse initialement proposée par Lentz et al. (2005) à Xunantunich. Qu’il s’agisse d’importation, de sylviculture locale ou d’une combinaison des deux systèmes, l’utilisation du bois de pin à Naachtun soulève d’intéressantes questions écologiques, économiques et culturelles, d’autant que celle-ci s’intensifie considérablement à la fin de l’occupation du site. Il reste encore à déterminer si son usage était effectivement réservé aux pratiques rituelles, comme cela a été démontré à Río Bec (Dussol et al. à paraître).

Fig. 4

Fig. 4

Vue depuis le nord de la pinède du bajo de Santa Fe, bassin-versant du fleuve Holmul, État du Petén(Guatemala).

32© Lydie Dussol

Perspectives

33Ces premiers résultats posent un certain nombre de questions quant aux stratégies d’exploitation des forêts, aux possibles variations environnementales et aux échanges de bois à l’échelle régionale ou supra-régionale durant la période classique. La dominance des Sapotaceae dans le spectre anthracologique du site et la persistance de leur exploitation tout au long de l’occupation constituent deux des principales pistes de recherche, dans la mesure où celles-ci touchent à des problématiques anciennes dans l’aire maya : la déforestation dans les Basses Terres à la période classique et l’anthropisation de la forêt par la sylviculture (Ford & Nigh 2009 ; Lundell 1937). Néanmoins, il n’est pas exclu que ces résultats soient en partie la conséquence d’un biais taphonomique. On sait que les processus de combustion et de fragmentation post-dépositionnelle peuvent avoir un impact différentiel sur les charbons et entraîner une surreprésentation de certains taxons dans l’enregistrement anthracologique. C’est pourquoi les interprétations sociétales ou environnementales de ce type de données doivent être prudentes et s’appuyer sur une conjonction de facteurs pour être validées.

34Ainsi, les données de l’anthracologie devront être confrontées à celles issues des autres études paléo- et archéo-environnementales du site, dont la sédimentologie, la palynologie et la phytolithologie, ou encore la zooarchéologie, afin de traiter de façon pluridisciplinaire certaines problématiques communes. Par exemple, l’exploitation des

35bajos pour l’eau, l’agriculture, la chasse et la collecte de bois, de même que leur transformation au cours du temps, sont des questions centrales pour l’histoire du site.

36Pour tenter d’y répondre, plusieurs outils seront mis en œuvre, comme l’analyse statistique et spatiale des données, le recours à l’ethnographie ou encore l’approche expérimentale. Par ailleurs, la séquence anthracologique générale du site, qui doit encore être complétée et précisée, servira de base de réflexion à l’analyse future des contextes rituels, de façon à mettre en évidence les spécificités dans les usages des bois en fonction des types de feu. Cela dit, en dehors de sa contribution à une meilleure compréhension des dynamiques socio-écologiques de Naachtun, l’intérêt de cette recherche réside dans la mise en place d’un cadre méthodologique spécifique à l’anthracologie dans les Basses Terres mayas. Si elles sont validées par des résultats probants, les différentes approches employées au cours de cette étude pourront ensuite être appliquées à d’autres sites mayas, voire à d’autres sociétés aux systèmes économiques et sociopolitiques similaires.

Top of page

Bibliography

Abrams E.M. & Rue D.J. 1989. « The Causes and Consequences of Deforestation among the Prehistoric Maya. », Human Ecoogy, 16 : 377-395.

Adriano-Morán C.C. & McClung de Tapia E. 2008. « Trees and shrubs: the use of wood in prehispanic Teotihuacan », Journal of Archaeological Science, 35 : 2927-2936.

Atran S., Lois X., Ucan Ek’ E. 2004. Plants of the Petén Itza’ Maya, Museum of Anthropology, University of Michigan, Ann Arbor.

Barret W.H.G. & Golfari L. 1962. « Pinus caribaea var. hondurensis (Sénécl.) », Caribbean Forester, 23 : 211-213.

Dussol L., Elliott M., Pereira G., Michelet D. À paraître. « The Use of Firewood in Ancient Maya Funerary Rituals: a Case Study from Río Bec », Latin American Antiquity.

Fedick S.L. 1996. The Managed Mosaic: Ancient Maya Agriculture and Resource Use, University of Utah Press, Salt Lake City.

Fedick S.L. 2010. « The Maya Forest: Destroyed or cultivated by the ancient Maya?  », Proceeding of the National Academy of Sciences, 107 : 953–954.

Ford A. & Nigh R. 2009. « Origins of the Maya Forest Garden: Maya Resource Management », Journal of Ethnobiologie, 29 : 213-236.

Hellmuth N.M. 1989. Wood that has lasted one thousand years: Lintels and vault beams in Maya temples and palaces, Peabody Museum of Natural History, Yale University.

Lentz D.L. & Hockaday B. 2009. « Tikal timbers and temples: ancient Maya agroforestry and the end of time », Journal of Archaeological Science, 37 : 1342-1353.

Lentz D.L., Magee K., Weaver E., Jones J.G., Tankersley K.B., Hood A., Islebe G., Ramos Hernandez C.E., Dunning N.P. 2015. « Agroforestry and Agricultural Practices of the Ancient Maya at Tikal », in : D. Lentz, N. Dunning, V. Scarborough, Tikal: Paleoecology of an Ancient Maya City, New York, Cambridge University Press : 152-185.

Lentz D.L., Yaeger J., Robin C., Ashmore W. 2005. « Pine, prestige and politics of the Late Classic Maya at Xunantunich, Belize », Antiquity, 79 : 573-585.

Lundell C.L. 1937. The vegetation of Petén: with an appendix Studies of mexican and central american plants-I, Carnegie Institution, Washington.

McNeil C.L. 2012. « Deforestation, agroforestry, and sustainable land management practices among the Classic period Maya », Quaternary International, 249 : 19-30.

Morehart C.T. 2011. Food, Fire and Fragrance: A Paleoethnobotanical Perspective on Classic Maya Cave Rituals, British Archaeological Reports.

Robinson M.E. & McKillop H.I. 2013. « Ancient Maya wood selection and forest exploitation: a view from the Paynes Creek salt works, Belize », Journal of Archaeological Science, 40 : 3584-3595.

Standley P.C. & Steyermark J.A. 1958. Flora of Guatemala, volume 24, part. I. Chicago, Chicago Museum of Natural History.

Thompson K.M., Hood A., Cavallaro D., Lentz D.L. 2015. « Connecting Contemporary Ecology and Ethnobotany to Ancient Plant Use Practices of the Maya at Tikal », in : D. Lentz, N. Dunning, V. Scarborough, Tikal: Paleoecology of an Ancient Maya City, New York, Cambridge University Press : 124-151.

Turner B.L. & Sabloff J.A. 2012. « Classic Period collapse of the Central Maya Lowlands: Insights about human–environment relationships for sustainability », Proceeding of the National Academy of Sciences, 109 : 13908-13914.

Top of page

Notes

1 Dirigé entre 2010 et 2018 par P. Nondédéo, Umr 8096 Archéologie des Amériques, université de Paris 1 ‒ Cnrs).

2 Dans la classification classique, un taxon désigne une espèce ou un genre.

3 Un morphotype regroupe les charbons présentant un ensemble de caractères anatomiques communs. Les morphotypes définis lors de l'anthraco-analyse permettent ensuite d'identifier les familles et les genres, ou taxons. Compte tenu de la variabilité intra-spécifique et de la proximité inter-spécifique du bois tropical, un morphotype peut regrouper plusieurs taxons qui ne peuvent pas toujours être discriminés sur la seule base des structures anatomiques. Ceci est particulièrement vrai pour les différents genres de Fabaceae.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Localisation de Naachtun dans les Basses Terres centrales.
Credits © Lydie Dussol
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3276/img-1.jpg
File image/jpeg, 288k
Title Fig. 2
Caption Proportions totales par phase des dix principales familles représentées dans le spectre générale de Naachtun, en nombre de charbons.
Credits © Lydie Dussol
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3276/img-2.jpg
File image/jpeg, 160k
Title Fig. 3a
Caption Manilkara zapota (Sapotaceae).
Credits © Christine Heinz et Lydie Dussol
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3276/img-3.jpg
File image/jpeg, 556k
Title Fig. 3b
Caption Manilkara zapota (Sapotaceae
Credits © Christine Heinz et Lydie Dussol
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3276/img-4.jpg
File image/jpeg, 164k
Title Fig. 4
Caption Vue depuis le nord de la pinède du bajo de Santa Fe, bassin-versant du fleuve Holmul, État du Petén(Guatemala).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3276/img-5.jpg
File image/jpeg, 689k
Top of page

References

Bibliographical reference

Lydie Dussol, « Économie des bois et gestion des forêts chez les anciens Mayas », Les nouvelles de l'archéologie, 142 | 2016, 38-43.

Electronic reference

Lydie Dussol, « Économie des bois et gestion des forêts chez les anciens Mayas », Les nouvelles de l'archéologie [Online], 142 | 2016, Online since 18 January 2016, connection on 21 September 2017. URL : http://nda.revues.org/3276 ; DOI : 10.4000/nda.3276

Top of page

About the author

Lydie Dussol

Doctorante, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, U

mr 8096 Archéologie des Amériques, Maison archéologie et ethnologie René-Ginouvès, Nanterre
lydie.dussol@mae.u-paris10.fr

Top of page

Copyright

© FMSH

Top of page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org