Navigation – Plan du site
Dossier: Environnement et sociétés
B/ Gestion des ressources, stratégies d'exploitation

Dynamiques croisées des milieux et des sociétés dans les basses terres tropicales mayas : hydrosystème et agrosystème à Naachtun (Guatemala)

Cyril Castanet, Louise Purdue, Eva Lemonnier et Philippe Nondédéo
p. 32-37

Résumés

La gestion des ressources en milieu intertropical a de tout temps constitué un enjeu crucial pour l’essor et la prospérité des sociétés complexes. L’éco-socio-système de Naachtun, grande cité maya de la période Classique (250-950 apr. J.-C.), est au cœur de cette problématique. Il est étudié sous l’angle de la variabilité des ressources en eau et en sol, laquelle dépend du climat de l’environnement et des sociétés. L’hydrosystème et l’agrosystème sont caractérisés au moyen d’une approche systémique et multi-scalaire permettant l’étude des variabilités, des usages et de la gestion de ces deux ressources sous l’influence du climat et des populations. Occupée durant près d’un millénaire (150 – 950/1000 apr. J.-C.), la cité de Naachtun se distingue par son implantation au bord d’une vaste zone humide (bajo) qui a manifestement joué un rôle central dans son implantation et son développement, tant pour les usages de l’eau que pour son potentiel agricole.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le contexte actuel de changement global, les espaces intertropicaux connaissent des enjeux forts, liés aux ressources en eau et en sol. Les espaces dans lesquels est archivée la mémoire des paléomilieux intertropicaux mésoaméricains et des sociétés mayas anciennes constituent un laboratoire favorable à l’étude diachronique des interactions socio-environnementales complexes du passé, ainsi que des trajectoires dans lesquelles elles s’inscrivent actuellement.

  • 1 L’éco-sociosystème (ou l’anthroposystème) est défini comme un système interactif constitué par un ( (...)

2Cette étude est centrée sur l’analyse diachronique d’un éco-sociosystème1 au niveau de la cité maya de Naachtun et de ses alentours (contexte intertropical du Péten, Guatemala) et vise la reconstitution des dynamiques croisées des milieux et des sociétés dans les Basses Terres mayas. Naachtun est une grande capitale régionale de la période Classique (250-950 apr. J.-C.), fondée aux environs de 150 apr. J.-C. et occupée durant près d’un millénaire. Elle a connu plusieurs phases d’apogée avant d’être abandonnée vers 950/1000 apr. J.-C. au cours du fameux effondrement des cités mayas classiques (Nondédéo et al. 2013).

3Deux composantes de l’éco-sociosystème sont ici étudiées : l’hydrosystème et l’agrosystème. Nous appréhendons la dynamique et la gestion des ressources hydriques et pédologiques du site et de ses alentours proches au cours des trois derniers millénaires. Ces ressources, susceptibles d’avoir connu des variations importantes dans le temps et l’espace, ont des implications aussi bien d’ordre climatique et environnemental que social, politique et économique.

4Ces travaux initiés en 2013 s’inscrivent dans le cadre du projet Naachtun débuté en 2010 (projet soutenu notamment par le ministère des Affaires étrangères). Ils visent à apporter des éléments de réponse aux questions suivantes : quelles furent les réponses des hydrosystèmes et des agrosystèmes aux changements climatiques et aux impacts anthropiques ? Quels furent les facteurs de contrôle et les temporalités des principales crises environnementales liées à l’eau et au sol ? Quelle fut la résilience des populations à ces crises ? Des travaux inscrits dans cette thématique ont déjà été amorcés dans d’autres cités mayas des basses terres (Lentz et al. 2015 ; Carozza et al. 2007).

Secteur d’étude

5La cité de Naachtun se trouve à 300 m d’altitude, au cœur des Basses Terres mayas, sur un plateau calcaire karstifié où alternent des zones hautes (collines), en général occupées par les installations humaines, et des zones planes et dépressionnaires (poljés karstiques) régulièrement inondées, les bajos (Beach et al. 2003). Naachtun est un centre important, localisé entre deux puissantes cités, Calakmul et Tikal, qui ont lutté pour une hégémonie régionale à la période Classique. La cité comprend un cœur monumental de 25 hectares, établi sur deux collines et organisé en trois groupes architecturaux répartis est-ouest (fig. 1). Ils abritent les principaux édifices publics (temples, pyramides, palais et places) ainsi que les résidences de l’élite. Tout autour s’étale une vaste zone résidentielle de 175 hectares occupée par une population plus modeste et où alternent unités résidentielles et probables parcelles cultivées (Lemonnier et al. 2014).

6La cité est implantée sur les collines du rebord méridional d’un grand et profond bajo (fig. 1). Les collines sont drainées par des petits cours d’eau temporaires, situés au niveau de talwegs assez profonds. À la saison des pluies, ils alimentent essentiellement le grand bajo nord qui est alors inondé. En son sein, au moins trois petits plans d’eau (sibales) au régime pluvio-évaporal subsistent de nos jours en fin de saison sèche. Ces milieux connaissent de fortes variabilités saisonnières et interannuelles selon l’intensité des inondations et des étiages, en lien entre autres avec le climat de type tropical humide et sec, avec une saison sèche prononcée et un régime pluviométrique tel que 90 % des pluies se concentrent sur six mois de l’année. Le stockage naturel des eaux superficielles est très faible à cause de la perméabilité du substrat calcaire. La fin de la saison sèche est donc une période critique sur le plan de la ressource en eau, tout comme les mois les plus arrosés le sont pour les risques d’érosion des sols ou d’inondation des espaces cultivés et/ou occupés.

7Le paysage est actuellement fermé par la forêt tropicale humide décidue du Petén. Les secteurs à collines sont boisés par une formation de forêt haute (35 m), et les bajos par des formations de forêt basse (10 à 15 m) et buissons rassemblant des communautés terrestres et aquatiques (Castañeda & Hansen 2008). Vraisemblablement ouverts durant la période Classique, les paysages végétaux fermés actuels de Naachtun et de ses environs sont inclus dans le biotope Naachtun-Dos Lagunas de la réserve de biosphère maya pour l’importante biodiversité qu’ils renferment.

Méthodologie

8L’éco-sociosystème de Naachtun et de ses alentours proches est étudié à différentes échelles spatiales emboîtées : de l’échelle microlocale (quelques dizaines de mètres carrés) à l’échelle locale (5 km²). Quatre espaces ont fait l’objet d’investigations présentées ci-après : le secteur ouest de la zone résidentielle, l’épicentre monumental de la cité, les marges du bajo septentrional incluant les pieds de versants puis le cœur du bajo incluant les sibales (fig. 1). Les deux premiers espaces se situent au niveau de la zone anciennement urbanisée des collines tandis que les deux derniers se trouvent au sein de la zone humide. Les méthodologies établies dans chacune de ces fenêtres tendent à y caractériser, d’une part, les espaces de stockage naturels et/ou artificiels et les modalités de gestion de l’eau et, d’autre part, les espaces potentiellement cultivables, les espaces cultivés et les pratiques agraires. Elles permettent d’établir des reconstitutions paléohydrologiques et d’identifier des phases de stabilité et d’érosion des sols relatives aux emprises et déprises agraires, à l’intensité des déforestations liées aux constructions et aux changements hydroclimatiques passés. Les études sont menées à plusieurs échelles temporelles et portent sur les trois derniers millénaires. Les séquences chronocéramiques, la morphostratigraphie et les datations par le radiocarbone (14C) constituent la base du cadre chronostratigraphique général.

9Les dynamiques environnementales et socioenvironnementales sont reconstituées grâce à une approche systémique et multiscalaire qui repose sur des travaux interdisciplinaires, géoarchéologiques, géomorphologiques, paléoécologiques, géomatiques et archéologiques. Les travaux de terrain consistent en des prospections pédestres et des sondages environnementaux réalisés en contexte intrasite et hors site : carottages, fosses, relevés de logs et de coupes stratigraphiques, échantillonnage. Des référentiels actuels sont également établis (hydrosédimentaire, pédologique et écologique). Ces travaux de terrain sont couplés à des travaux d’analyse spatiale (géoréférencement, analyse de Mnt, télédétection, Sig). Les analyses en laboratoire sont réalisées sur les sédiments naturels et anthropiques prélevés au niveau des séquences alluviales et colluviales, des paléosols et des unités archéologiques, et visent une caractérisation sédimentologique, géochimique et pédologique. Elles portent également sur la paléoécologie (malacologie, palynologie, étude des phytolithes et des microcharbons, etc.).

Résultats & discussion

10Les résultats et discussions portent sur les dynamiques survenues au sein de la cité et au niveau des zones humides situées à sa périphérie.

Interactions sociétés-milieux au sein de la cité

11Au sein de la cité, le paysage de Naachtun présente deux caractéristiques distinctes. Dans la zone résidentielle, au sud et à l’ouest, la roche mère calcaire est presque visible en surface et un faible niveau de sol, atteignant rarement plus de 50 cm, se développe directement au contact du substrat calcaire. En revanche, dans la partie centrale et nord du site, les dépôts naturels, composés d’argiles verdâtres issues de la décalcification du substrat calcaire, sont bien plus épais (parfois plurimétriques). Les caractéristiques de ce paysage ont eu un impact sur les techniques agraires et hydrauliques développées au sein de la cité. Les résultats des prospections et des sondages ont permis de mettre au jour trois types d’hydro-agrosystèmes au sein de la cité :

  • 2 Type de sol qui a été formé ou fortement modifié en raison de l'activité humaine sur le long terme.

12– des zones artificielles cultivées temporairement dans la partie centrale de la cité (terrasses, anthrosols2) et alimentées par des petits réservoirs d’eau ;

13– des dépressions topographiques, favorisant l’accumulation naturelle d’eau et de sédiments, cultivées de façon continue ou exploitées à des fins hydrauliques ;

14– des structures de drainage, avec un axe d’écoulement sud-nord, qui évacuent les eaux de ruissellement chargées en sédiments vers le bajo ou les zones de stockage d’eau.

Aménagement de l’espace au centre de la cité : terrasses et anthrosols

15Le cœur monumental de la cité est fortement urbanisé (groupes A, B et C) mais des sondages profonds réalisés dans cette zone suggèrent une tout autre utilisation des lieux au début du Classique ancien (ca. 150-350 apr. J.-C.), c’est-à-dire au début de l’occupation du site. Deux pratiques agricoles distinctes ont été identifiées. Il semblerait tout d’abord que les Mayas aient exploité directement les argiles de décalcification humifiées en surface à des fins agricoles tout en pratiquant le brûlis, comme en témoigne la découverte de charbons et de matière organique brûlée. En parallèle, dans ce même secteur, des dépôts fins organiques brun noir ont été observés sous la forme de terrasses agricoles, construites sommairement, ou d’apports plaqués à même le substrat (groupe B) (terres noires organiques) (fig. 1). L’hypothèse selon laquelle les Mayas auraient extrait des sédiments du bajo afin de créer des sols artificiels cultivables dans des zones initialement peu fertiles a déjà été soulevée (Hansen et al. 2002). Des analyses paléobotaniques et pédologiques (micromorphologiques) sont en cours pour mieux comprendre leur origine et leurs propriétés agrologiques. La découverte d’un petit réservoir bien entretenu (diamètre inférieur au mètre), creusé au sommet de ces zones cultivées artificielles, témoigne quant à lui d’une gestion de l’eau peut-être à l’échelle du foyer ou de l’unité résidentielle.

Figure 1

Figure 1

Carte de localisation des milieux et des aménagements de la cité de Naachtun et de ses alentours.

Exploitation hydro-agricole des dépressions topographiques dans les parties centrale et septentrionale de la cité

16Certaines zones dépourvues de structures d’habitat et présentant une végétation de surface composée de graminées typiques des zones humides ont fait l’objet d’une attention particulière. Encore faiblement dépressionnaires en surface malgré le remblaiement sédimentaire considérable dont elles ont fait l’objet, ces zones ont révélé deux types de séquences stratigraphiques :

17– une superposition de niveaux organiques bruns à brun gris à structure polyédrique ;

18– l’accumulation de sédiments argileux gris à gris clair à structure prismatique.

19Les niveaux organiques bruns à brun gris, présentant les traces diffuses d’anciens horizons pédologiques de surface (Horizon A), sont typiques de milieux légèrement réducteurs associés à des conditions humides (fig. 1). L’absence d’aménagements anthropiques et la pérennité de ces zones basses alimentées en eau et sédiments tout au long de l’occupation du site supposent leur préservation volontaire, voire la présence continue d’aires cultivées avec production possible d’aliments de base au sein de la zone résidentielle (jardins potagers, jardins vergers et/ou véritables parcelles avec cultures élémentaires). L’identification de grains carbonisés de maïs dans l’un de ces niveaux (L. Dussol, com. pers.) semble confirmer cette hypothèse. Les sédiments argileux gris à gris clair à structure prismatique correspondent quant à eux au remplissage sédimentaire des zones de stockage d’eau (aguadas). Identifiés par leur forme circulaire imposante (d’un diamètre pouvant atteindre une quinzaine de mètres et de plus de 3 mètres de profondeur) dans les parties centrale et septentrionale de la cité, ces réservoirs sont comblés par des sédiments fins sur une épaisseur généralement comprise entre 50 cm et 4 m. Les enregistrements révèlent la présence d’eau (au moins saisonnière/captage des eaux de ruissellement) et des épisodes d’érosion des sols. Le curage fréquent de ces aguadas éloignées des structures d’habitat pourrait indiquer un usage public.

Drainage et alimentation des zones de stockage d’eau

20Les prospections menées par E. Lemonnier (et al. 2014) au sein de la cité ont révélé la présence de structures hydrauliques destinées à drainer les eaux vers le bajo nord ou à alimenter les structures de stockage d’eau. Au niveau des versants urbanisés, un canal principal, d’axe nord-sud, prend sa source à proximité du bajo sud dans une carrière de calcaire et se déverse dans le bajo nord, 800 m plus au nord (fig. 1). Une tranchée creusée transversalement à celui-ci, 400 m en aval de sa source, a révélé deux phases de construction : un premier canal en terre est construit dès le Classique ancien dans un ancien chenal aux berges argileuses. Il est colmaté par des dépôts fins puis plus grossiers, curé et réaménagé entre le viiie et le xxe s. avec un niveau de sol et des murs latéraux pour élever ses bords et le protéger de l’érosion, comme le confirme le remplissage très grossier de cette seconde structure. Deux niveaux bruns observés au nord de la tranchée suggèrent une exploitation des sols contemporaine ou postérieure à son utilisation.

Interactions sociétés-milieux au sein de la zone humide (bajo nord)

Hydrosystème et agrosystème au niveau des marges du bajo et des pieds de versants

21Les marges du bajo et le pied de ses versants constituent une mosaïque de milieux. Les gradients écologiques y étaient et y sont importants. Le talus d’une basse terrasse marque fréquemment la limite entre le bajo nord et ses versants. Une terrasse naturelle de grande extension est observée au nord du groupe C (fig. 1). Au débouché des talwegs drainés par des cours d’eau temporaires, des cônes alluviaux s’étendent dans le bajo. La toposéquence de sols (catena) montre le passage de sols peu épais (20 à 40 cm) et relativement bien drainés sur les versants (de types mollisols, inceptisols et alfisols) vers des sols épais et mal drainés dans le bajo (de types histosols et vertisols). L’écotone est marqué par la succession d’associations végétales assurant la transition entre les formations de type forêt haute et forêt basse.

22Le ressuyage des sols des versants suite aux épisodes pluvieux y fut rapide. Ce ne fut pas le cas des sols situés au niveau des marges du bajo. Ces derniers furent régulièrement inondés, comme en atteste la présence de sols alluviaux épais datés du Préclassique au Postclassique. L’eau ne provenait pas d’une éventuelle remontée de la nappe (profonde) mais des versants arrosés et des débordements des sibales. D’anciens aménagements sont observés dans cet espace : des terrasses ont fait l’objet de premières investigations. D’autres structures non fouillées suggèrent l’aménagement de la zone humide. Il pourrait s’agir d’enrochements des pieds de versant à des fins de stabilisation du talus (enrochement de berge) et/ou d’accès au bajo. Certaines structures (dépressions topographiques avec et sans enrochements) pourraient témoigner du stockage de l’eau (petits réservoirs, aguadas). D’autres structures (enrochements de promontoires et trou de poteau) pourraient correspondre à des appontements.

23Ces milieux d’interface furent potentiellement des espaces attractifs pour l’agriculture. Les sols colluviaux, colluvio-alluviaux et alluviaux ont ici des propriétés physiques qui leur confèrent un bon potentiel agronomique. La proximité des sibales permettait vraisemblablement la gestion du stress hydrique des cultures durant la saison sèche. Localement, quatre terrasses successives, construites par les habitants de Naachtun, se trouvent en pied de ce versant (fig. 1). Elles résultent de la construction de petits bourrelets constitués de galets et de graviers pris dans une matrice limono-argileuse et implantés perpendiculairement à la pente. Elles retiennent des sols assez peu épais (10 à 30 cm) datés du début du Classique ancien au Classique terminal. Cela témoigne d’une gestion de l’érosion des sols à des fins agraires au plus tard au Classique ancien. En contrebas de la basse terrasse, se développe une séquence sédimentaire épaisse (> 3 m), caractérisée par l’alternance de dépôts alluviaux et colluviaux et couvrant les périodes Préclassique et Classique. Elle témoigne des variations temporelles de l’érosion des sols sur le versant du bajo et de l’activité hydrosédimentaire du sibal. Ces variations sont mises en relation avec les emprises et les déprises agraires et/ou la variabilité hydroclimatique, survenues durant ces périodes.

Hydrosystème et agrosystème dans le cœur du bajo et les sibales

24Le régime hydrologique des sibales a été fonction des entrées et des sorties d’eau dans le système. Les premières furent dépendantes du régime des précipitations. Les eaux étaient naturellement collectées au sein du bassin versant et retenues dans la dépression karstique (le bajo) grâce à une couverture argileuse imperméable nappant le fond du sibal. Les sorties d’eau étaient relatives à leur infiltration dans le réseau karstique (observation d’entonnoirs de vidange), à leur écoulement à la surface du bajo (observation d’un réseau de drainage), à l’évapotranspiration ainsi qu’aux éventuels autres prélèvements d’eau par les populations. Les séries sédimentaires alluviales des sibales ont des puissances pouvant dépasser les 6 mètres. Les trois derniers millénaires sont généralement archivés au sein des 3 mètres sommitaux. Les sédiments ont une composante allochtone détritique – argile limoneuse (les argiles mayas, Beach et al. 2003) – et organique, issue de l’érosion des sols, et une composante autochtone biochimique, chimique et biologique (fraction des carbonates et matière organique). Les variations des faciès sédimentaires révèlent une importante variabilité des profondeurs et des extensions moyennes des plans d’eau des sibales durant les trois derniers millénaires (phasage en cours). Des unités de dépôts carbonatés mises en place entre la fin du Préclassique et du Classique pourraient témoigner de phases de haut niveau des plans d’eau (caractérisation et phasage en cours). Ces variabilités ont contrôlé la position moyenne des littoraux, la géométrie et la nature de la toposéquence de sols entre les versants et les sibales ainsi que les divers aléas liés aux pénuries et excès d’eau.

25Ces masses d’eau ont constitué une ressource pour les populations locales, d’autant plus si elles ont été pérennes. Les trois groupes monumentaux de la cité sont implantés à moins de 500 mètres des trois sibales (fig. 1). Durant la période Classique, les populations de Naachtun et de son proche territoire ont pu utiliser cette eau à des fins domestiques et agricoles. Des aménagements hydrauliques saisonniers ou pérennes des sibales et du bajo, notamment à des fins agraires ou domestiques, ne sont pas exclus (fossés, canaux, hydroparcellaire). La variabilité de la ressource hydrique fut dépendante des réponses de l’hydrosystème aux changements climatiques et aux impacts anthropiques locaux. La variabilité hydroclimatique régionale fut pluriannuelle, pluridécennale et pluriséculaire (Kennett et al. 2012). Les impacts des populations sur l’hydrosystème sont en cours d’étude. Durant la période Classique, la variabilité des plans d’eau a constitué un stress hydrique direct (usages domestiques) et indirect (usages agricoles) pour les populations de la Naachtun et de ses alentours. Il n’a pas été identifié à ce jour au sein de la cité de réservoir d’eau (type aguada) susceptible d’avoir assuré un stockage suffisant d’eau pour l’ensemble de la population, en dehors de celui situé au centre de l’agglomération et lié à un usage sans doute réservé à l’élite. Durant la période Classique, plusieurs réservoirs ont pourtant été aménagés près des cités voisines d’Uxul, de Calakmul et de Tikal (Lentz et al. 2015). La principale réserve d’eau de Naachtun pourrait bien avoir été celle qui était située au nord, dans le bajo. Selon cette hypothèse, l’émergence et l’expansion de la cité sur les versants et les collines méridionales de ce grand bajo seraient liées à la disponibilité en eau, à la potentialité agronomique de ces milieux, ainsi qu’aux possibilités d’implantation offertes par les deux éminences du site qui surplombent ce bajo.

Perspectives

  • 3 « Feux et forêts mayas. Étude anthracologique systématique d'une capitale régionale des Basses Terr (...)
  • 4 « Reconstitution des paléoenvironnements et des interactions Homme-milieux à l’Holocène récent dans (...)

26Ces résultats préliminaires permettent d’esquisser quelques bases de l’évolution de l’éco-sociosystème au niveau de Naachtun et de ses environs durant les trois derniers millénaires. Plusieurs aspects des recherches font l’objet d’investigations complémentaires : les faciès sédimentaires et pédologiques, la microtopographie, le cadre chronologique et les référentiels actuels. Il s’agit également de l’étude des bioindicateurs (thèses en cours, L. Dussol3 et M. Testé4). Ces travaux permettront de construire un modèle d’évolution à long terme des dynamiques environnementales et socioenvironnementales à l’échelle locale. Les travaux ultérieurs viseront l’étude systémique et multiscalaire de l’éco-sociosystème maya à ses différents niveaux d’organisation. Ces dynamiques locales seront alors intégrées dans les dynamiques régionales, aux échelles des territoires et des bassins-versants.

Cadres de la recherche

27Ces travaux sont soutenus par le Projet Naachtun 2010-2018 (dir. Ph. Nondédéo), le Programme HydroAgro (coord. E. Lemonnier & C. Castanet) et le groupe de travail GT1.3 (coord. C. Kuzucuoglu & Z. Tsirtsoni) du LabEx DynamiTe. Ils bénéficient du soutien financier du ministère des Affaires étrangères (France), de la Fondation Pacunam et de la compagnie Perenco (Guatemala), du Cnrs et de l’Université de Paris 1, et du soutien institutionnel du Cemca (Guatemala).

Haut de page

Bibliographie

Beach T., Dunning N., Luzzadder-Beach S., Scarborough V. 2003. « Depression soils in the lowland tropics of Northwestern Belize: anthropogenic and natural origins », in : Gómez-Pompa A., Allen M., Fedick S., Jiménez-Orsonio J. (eds), The lowland Maya Area: Three Millennia at the Human-Wildland Interface. Haworth Press, Binghampton, New York : 139-174.

Carozza J.-M., Galop D., Métailié J.-P., Vannière B., Bossuet G., Monna F., López-Sáez J.-A., Arnauld M.-C., Breuil-Martínez V., Forné M. & Lemonnier E. 2007. « Land use and soil degradation in the southern Maya Lowlands from Preclassic to Postclassic times: the case of La Joyanca (Petén, Guatemala) », Geodynamica Acta, 20 (4) : 195-207.

Castañeda Salguero C. & Hansen R. 2008. « Relacion entre cambio cultural y vegetacion en la Cuenca de El Mirador, norte de Guatemala », in : Revista 18 de la Universitad del Valle de Guatemala : 90-100.

Hansen R. D., S. Bosarth, J. Jacob, D. Wahl & Th. Schreiner. 2002. « Climatic Changes and Environmental Variability in the rise of Maya Civilization: A Preliminary Perspective from Northern Peten », Ancient Mesoamerica, 13 : 273-295.

Kennett D., Breitenbach S., Aquino V., Asmerom Y., Awe J., Baldini J., Bartlein P., Culleton B., Ebert C., Jazwa C., Macri M., Marwan N., Polyak V., Prufer K., Ridley H., Sodemann H., Winterhalder B. & Haug G. 2012. « Development and Disintegration of Maya Political Systems in Response to Climate Change », Science, 338 : 788-791.

Lemonnier E., J. Cotom-Nimatuj & J. Hiquet. 2014. « La periferia sur de Naachtun: Patrón de asentamiento y secuencia de ocupación en una extensa zona residencial », in : B. Arroyo, L. Méndez Salinas & A. Rojas, XXVII Simposio de Investigaciones Arqueológicas en Guatemala (2013). Guatemala, Museo Nacional de Arqueología y Etnología, Asociación Tikal : 921-934.

Lentz D.L., N. P. Dunning & V.L. Scarborough (eds.). 2015. Tikal: Paleoecology of an Ancient Maya City. Cambridge University Press, New York.

Lévêque C., T. Muxart, L. Abbadie, A. Weill & S.v.d. Leeuw. 2003. L'anthroposystème : entité structurelle et fonctionnelle des interactions sociétés-milieux. Quelles natures voulons-nous ? Pour une approche socio-écologique du champ de l'environnement. Actes du colloque du Pevs, Lille, 11-14 novembre 2001. Elsevier, Paris.

Nondédéo P., A. Patiño, J. Sion, D. Michelet & C. Morales-Aguilar. 2013. « Crisis múltiples en Naachtún: aprovechadas, superadas e irreversibles », in : M.-C. Arnauld & A. Breton (eds.), Millenary Maya Societies: Past Crises and Resilience, Papers from the International Colloquium (Memorias del coloquio international) « Sociétés mayas millénaires : crises du passé et résilience », Musée du quai Branly, Paris, July 1-2, 2011. www.mesoweb.com/publications/MMS : 122-147.

Haut de page

Notes

1 L’éco-sociosystème (ou l’anthroposystème) est défini comme un système interactif constitué par un (ou des) écosystème(s) naturel(s) et/ou artificialisé(s) et un (ou des) sociosystème(s), s’inscrivant dans un espace géographique donné et évoluant avec le temps (Lévêque et al. 2003).

2 Type de sol qui a été formé ou fortement modifié en raison de l'activité humaine sur le long terme.

3 « Feux et forêts mayas. Étude anthracologique systématique d'une capitale régionale des Basses Terres centrales », Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, école doctorale d’archéologie, Umr 8096 ArchAm, doctorat sous la direction de Dominique Michelet et Michelle Elliott. Voir dans ce volume Dussol et al.

4 « Reconstitution des paléoenvironnements et des interactions Homme-milieux à l’Holocène récent dans les basses terres tropicales mayas à l’aide des bio-indicateurs ». Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, école doctorale de Géographie, Umr 8591 LGP, doctorat sous la direction de Nicole Limondin-Lozouet et Aline Garnier.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Carte de localisation des milieux et des aménagements de la cité de Naachtun et de ses alentours.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 994k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Castanet, Louise Purdue, Eva Lemonnier et Philippe Nondédéo, « Dynamiques croisées des milieux et des sociétés dans les basses terres tropicales mayas : hydrosystème et agrosystème à Naachtun (Guatemala) », Les nouvelles de l'archéologie, 142 | 2016, 32-37.

Référence électronique

Cyril Castanet, Louise Purdue, Eva Lemonnier et Philippe Nondédéo, « Dynamiques croisées des milieux et des sociétés dans les basses terres tropicales mayas : hydrosystème et agrosystème à Naachtun (Guatemala) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/3275 ; DOI : 10.4000/nda.3275

Haut de page

Auteurs

Cyril Castanet

Umr 8591, LGP, Cnrs, Université Paris 8, Meudon,
cyril.castanet@cnrs-bellevue.fr

Louise Purdue

Umr 7264, Cepam, Cnrs, Université Nice Sophia Antipolis,
louise.purdue@cepam.cnrs.fr

Eva Lemonnier

Umr 8096 ArchAm, Cnrs, Université Paris 1, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie René Ginouvès, Nanterre,
evalemonnier11@gmail.com

Philippe Nondédéo

Umr 8096 ArchAm, Cnrs, Université Paris 1, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie René Ginouvès, Nanterre,
philippe_nondedeo@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org