Navigation – Plan du site
Dossier: Environnement et sociétés
B/ Gestion des ressources, stratégies d'exploitation

Principes méthodologiques pour caractériser des agrosystèmes antiques

Exploitation des bases de données actuelles
Methodology to characterize ancient agrosystems using current databases.
Estelle Camizuli, Christophe Petit, Nicolas Bernigaud et Michel Reddé
p. 20-26

Résumés

Le programme Rurland a pour objectif l’étude des espaces ruraux du nord-est de la Gaule depuis le milieu du iie s. av. J.-C. jusqu’à la fin du ve s. ap. J.-C. L’étude des agrosystèmes anciens passe par la définition de modèles multivariés complexes prenant en compte des descripteurs historiques, économiques et environnementaux. La nature des sols est l’un des paramètres à considérer, tout comme les propriétés géographiques et géologiques. Cet article présente les différentes bases de données qui peuvent être utilisées en archéologie comme aide à la compréhension de ces pratiques anciennes. Les impacts du climat et de l’homme sur les sols peuvent être importants. Il est donc nécessaire de trouver des indicateurs susceptibles d’être restés stables sur des temps longs. Les paramètres retenus sont des indicateurs dérivés de modèles numériques de terrain (pente, orientation, position topographique, indice d’humidité…), des données géologiques (lithologie) et des indicateurs sur les propriétés des sols (texture, pierrosité, profondeur). La question de l’échelle de travail est également abordée. Le choix de l’échelle dépend de la nature des questionnements archéologiques et les données doivent être adaptées en conséquence. Les données présentées ici sont compatibles avec des études régionales ou microrégionales. La base de données archéologiques étant actuellement en cours de constitution pour ce programme, des cartes thématiques, centrées sur une des fenêtres d’étude, sont présentées ici à titre d’illustrations.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keyword :

Antiquity, agrosystem, database, potential, soil
Haut de page

Texte intégral

Le programme Rurland et les travaux présentés dans cet article ont reçu un financement du Conseil européen de la recherche (ERC-2013-ADG, agreement 338680). Nous tenons à remercier tout particulièrement l’équipe du service Infosol (Inra, Orléans) pour sa compétence et sa disponibilité.

Introduction

1L’étude des agrosystèmes anciens implique, dans une approche systémique, de considérer un ensemble complexe de facteurs incluant des descripteurs historiques, économiques et environnementaux. La fertilité naturelle d’un écosystème dépend de ses caractéristiques topographiques, géologiques et pédologiques, auxquelles s’ajoute le facteur temps (Mazoyer & Roudart 2002). Le choix de l’échelle d’analyse spatiale est donc primordial.

2La question des potentialités agronomiques des sols durant la période gallo-romaine est aujourd’hui rendue difficile par les changements qui ont affecté les couvertures pédologiques pendant presque deux millénaires. Les processus de dégradation des sols peuvent être importants en fonction des conditions climatiques ou de l’activité anthropique (Boardman & Poesen 2006 ; Petit et al. 2006). Il est donc nécessaire d’isoler des paramètres de sols susceptibles d’être restés stables (minéralogie, taille des particules, etc.) sur de longues périodes de temps (Carter et al. 1997).

  • 1 “The rural lands of North-eastern Gaul, from the Late La Tène period to the Late Antiquity”, http:/ (...)

3Nous présenterons ici des bases de données pouvant être utilisées en archéologie pour l’étude de l’exploitation des sols aux périodes anciennes. Ce travail s’inscrit dans le cadre du programme de recherche Rurland1 dirigé par Michel Reddé (Éphe) et financé par l’European Research Council (Erc). Ce programme est consacré à l’étude des espaces ruraux du nord-est de la Gaule depuis le milieu du iie s. av. J.-C. jusqu’à la fin du ve s. apr. J.-C. Les données topographiques, géologiques et pédologiques disponibles pour l’ensemble de la zone étudiée permettent d’élaborer des cartes thématiques de potentialité pour mieux comprendre les dynamiques spatiales et historiques de l’exploitation des sols.

Les bases de données disponibles

4De nombreuses bases de données géoréférencées sont disponibles à différentes échelles. Nous n’aborderons ici que celles qui présentent un intérêt pour l’étude des agrosystèmes anciens (tabl. 1).

Tableau 1

Base

Domaine

Type

Échelle/Résolution

Accès

Paramètres principaux

Shuttle Radar Topography Mission (Srtm)

Topographie

Raster

3 s d’arc (env. 90 m)

couverture mondiale

Libre

Pente, orientation, rayonnement, courbures…

OneGeology Europe

Géologie

Vecteur

1/1 000 000

couverture européenne

Libre

Lithologie

Bureau de recherches géologiques et minières (Brgm)

Géologie

Vecteur

1/250 000 et 1/50 000

couverture nationale

Achat

Lithologie

European Soil Database
(Esdb)

Pédologie

Vecteur

1/1 000 000

couverture européenne

Libre

Texture, pierrosité, profondeur…

Référentiels régionaux pédologiques (Rrp)

Pédologie

Vecteur

1/250 000

couverture régionale

Licence

Texture, pierrosité, profondeur…

Spécificités des bases de données utilisées pour caractériser des agrosystèmes anciens.

La topographie

5Les données altimétriques proposées ici sont issues de la campagne Shuttle Radar Topography Mission (Srtm) co-dirigée par la National Aeronautics and Space Administration (Nasa) et la National Geospatial-intelligence Agency (Nga) en février 2000. Les données radar ont permis d’obtenir des modèles numériques de terrain (Mnt) sur 80 % de la surface de la Terre, avec des résolutions de 1 et 3 secondes d’arc (Rabus et al. 2003). Plusieurs portails permettent d’accéder gratuitement à ces données (Cgiar-Csi ou Earth Explorer de l’Usgs). Ces Mnt sont des « images matricielles » (raster) géoréférencées dans lesquelles chaque cellule contient l’information en mètres sur l’altitude (Hengl & Reuter 2009). L’échelle et la résolution spatiale déterminent le degré de détail des attributs du terrain (Grunwald 2006).

6Compte tenu de la superficie de notre zone d’étude (~ 300 000 km²) et des temps de calcul, le Mnt possédant une résolution de 3 s d’arc (environ 90 m) nous a paru un bon compromis. Il faut cependant garder à l’esprit que cette résolution ne mettra en évidence que des caractéristiques générales. Elle n’est pas adaptée à une étude intrasite. Dans ce cas, il faut alors privilégier la résolution d’une seconde d’arc, la base Bdalti® de l’Ign pour la France, ou des données Lidar, quand elles sont disponibles.

La géologie

7Les cartes géologiques renseignent sur la distribution spatiale des formations lithologiques. La composition chimique des roches influence grandement la texture des sols (Arrouays et al. 2014). Le portail OneGeology2 permet de télécharger gratuitement des données vectorielles géoréférencées concernant la géologie. L’objectif de ce programme collaboratif est de fournir une carte géologique du monde à l’échelle du 1/1 000 000. Les informations téléchargeables concernent la nature et l’âge du substratum.

8Sur le territoire français, le Bureau des recherches géologiques et minières (Brgm) dirige un programme d’harmonisation des données géologiques à différentes échelles. Les données peuvent être visualisées en ligne sur le portail InfoTerre3 mais, pour des traitements statistiques spécifiques, elles doivent être achetées. Dans le cadre du programme Rurland, nous disposons de cartes vectorisées, aux 1/250 000 et 1/50 000. Ces cartes contiennent des informations sur la nature du substratum et sur la structure géologique.

La pédologie

9Les données pédologiques renseignent directement sur les caractéristiques physiques et chimiques des sols.

10À l’échelle européenne, le portail européen des sols4 centralise de nombreuses informations, dont l’European Soil DataBase (Esdb). Cette base est constituée d’une couche graphique en format shape-file (*.shp) et d’une base relationnelle, accessibles après un simple enregistrement en ligne (Panagos et al. 2012).

11Elle contient des informations sur la texture, la profondeur de sol ou la capacité en eau, cartographiées à l’échelle 1/1 000 000. La plupart de ces données ne sont pas des observations brutes sur le terrain mais des interprétations selon des règles pédologiques de transfert. Il s’agit d’estimations basées sur des jugements d’experts. Par exemple, la profondeur jusqu’à la roche-mère dépend du nom du sol, du matériau parental et de la contrainte agricole (European Soil Bureau Network 2005).

12À l’échelle nationale, le Gis Sol a pour objectif de promouvoir les connaissances sur les données des sols de France (Gis Sol 2013). Cet organisme coordonne l’inventaire géographique des sols et développe divers outils de visualisation des données. À titre d’exemple, Refersols5 est un inventaire en ligne des études cartographiques de sols, réalisées sur le territoire français et recensées par l’Institut national de la recherche agronomique (Inra).

13Le programme Inventaire, gestion et conservation des sols (Igcs)6 travaille sur trois échelles spatiales, avec notamment les référentiels régionaux pédologiques (Rrp) au 1/250 000. L’objectif est de fournir une carte harmonisée sur l’ensemble du territoire. Le programme étant en cours, tous les départements ne sont pas encore finalisés (Laroche et al. 2014). Les données sont stockées dans l’outil national Donesol. Cette base relationnelle contient une couche vectorielle géoréférencée, composée de polygones représentant les unités cartographiques de sol ainsi que de nombreuses tables stockant les informations pour décrire les sols des unités cartographiques (Grolleau et al. 2004). À l’échelle 1/250 000, la cartographie s’appuie sur la délimitation d’unités paysagères. Une unité cartographique de sol (Ucs) peut donc contenir plusieurs unités typologiques de sol (Uts) et le pourcentage de chaque Uts est stocké dans la base (Jamagne 2011). Dans le cadre de programmes de recherche, les données peuvent être accessibles grâce à des conventions.

Une échelle de travail adaptée

14À petite échelle, les limites pédologiques correspondent toujours à des combinaisons de différents types de sols. L’échelle de travail dépend de ce qui doit être mis en évidence. À petite échelle, la répartition des sols est principalement le reflet des zones climatiques ou des grandes zones géographiques alors qu’à moyenne échelle, la variabilité spatiale des sols peut s’expliquer par des changements de relief (Grunwald 2006 ; Hengl & Reuter 2009).

15La définition des fenêtres d’études et la recherche de données compatibles sont primordiales en préalable à toute analyse. Deux échelles sur une même fenêtre d’étude peuvent faire apparaître des informations différentes. La figure 1 illustre cette différence d’échelle pour le paramètre « profondeur du sol », présent dans la base de données européenne au 1/1 000 000 et dans la base de données nationale Donesol au 1/250 000.

16Les données de la base européenne au 1/1 000 000 permettent d’avoir une vision globale de l’ensemble de la zone d’étude mais, pour des études régionales, la base de l’Inra est plus adaptée. Les données doivent être suffisamment détaillées pour répondre à des problématiques spécifiques tout en restant facilement et rapidement manipulables en fonction des outils à disposition.

Fig. 1

Fig. 1

Types d'informations en fonction de l'échelle pour le paramètre « profondeur du sol ». a) Localisation d’une zone atelier (la Bassée) au sein de la zone Rurland. b) Données européennes (Esdb v. 2.0, European Commission and European Soil Bureau Network - 1/1 000 000). (c) Données nationales (Rrp Île-de-France ©Inra, Unité Infosol, Orléans, 2004 - 1/250 000)

(cartographie : E. Camizuli).

Des sols et des potentiels agronomiques

17Le mot sol recouvre une réalité qui peut être difficile à définir. Il est considéré comme un support à l’interface entre l’atmosphère et la lithosphère (Arrouays et al. 2014) ou une formation superficielle résultant de l’altération sur place des roches par l’eau, l’air et les êtres vivants (Foucault & Raoult 2001). Le sol est un système dynamique complexe qui se forme sous l’influence de cinq facteurs principaux : le climat, les organismes vivants (macro- et microscopiques), le relief, le matériau parental et le temps (Jenny 1994). Il varie dans le temps et l’espace sous l’influence de paramètres naturels (comme la pluie ou le vent) ou anthropiques (industrie, agriculture, etc.). Ces facteurs ne sont pas des variables indépendantes mais constituent le modèle conceptuel de la formation des sols le plus utilisé (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Facteurs jouant un rôle majeur dans l’évolution du sol

(Dao : E. Camizuli à partir de ian.umces.edu/symbols/).

18Le potentiel agronomique d’un sol est une notion particulièrement complexe résultant de la combinaison de plusieurs paramètres (Guyot & Bornand 1987 ; Carter et al. 1997) :

19– physiques (caractéristiques du sol, pratiques agriculturales, etc.),

20– socio-économiques (choix des agriculteurs, histoire régionale, etc.).

21La qualité d’un sol se définit en fonction de son aptitude à fournir les services attendus et dès qu’un sol est cultivé, sa fertilité devient une variable historique (Mazoyer & Roudart 2002 ; Bremer & Ellert 2004). La forte production de blé ou l’élevage de bovins exigent des sols avec des caractéristiques différentes. Pour les céréales, les demandes en eau, en profondeur de sol et en nutriments ne sont pas les mêmes en fonction des espèces (Ellenberg et al. 1992). L’étude des agrosystèmes anciens est compliquée par le fait qu’il faut interpréter des pratiques passées en n’ayant accès qu’à des données de sol actuelles. Les paramètres retenus, extraits des cartes actuelles, doivent donc être compatibles avec les données archéologiques et considérés comme « stables » sur des temps longs pour être transposables à l’analyse des systèmes agraires anciens.

Les principaux paramètres

22La seule prise en compte d’une classification typologique des sols, dont il existe par ailleurs un grand nombre, ne suffit pas à l’étude des pratiques agronomiques. Les aptitudes culturales peuvent être explicitées en raisonnant par rapport aux contraintes majeures :

23– l’accessibilité et l’exposition (pente, orientation, position, rayonnement),

24– le degré d’hydromorphie (courbure, indice d’humidité, texture),

25– la fertilité naturelle (matériau parental),

26– l’enracinement et la résistance à la sécheresse (profondeur, texture),

27– le travail du sol (pierrosité, texture).

28Ces contraintes peuvent être caractérisées directement ou indirectement grâce aux bases de données décrites ci-dessus.

Les paramètres topographiques

29La topographie est un facteur déterminant pour les caractéristiques météorologiques, hydrologiques ou de la nature de la végétation. Les propriétés des sols dépendent entre autres de la migration des particules et du parcours de l’eau (Florinsky 2012). Les paramètres caractéristiques de la surface terrestre peuvent être considérés comme primaires (pente, orientation) s’ils sont directement calculés à partir d’un Mnt, ou secondaires (indice d’humidité) si des étapes de traitement supplémentaires sont nécessaires (Grunwald 2006). Ils peuvent également décrire une zone très locale ou régionale (tabl. 2). La topographie est considérée comme le facteur de prédiction le plus élevé concernant la formation des sols (Hengl & Reuter 2009).

Tableau 2

Paramètres

Type

Propriétés

Pente

Primaire/Local

Ruissellement, épaisseur

Orientation

Primaire/Local

Microclimat

Courbures

Primaire/Local

Érosion, hydromorphie

Position de pente

Secondaire/Régional

Épaisseur

Rayonnement solaire

Secondaire/Régional

Microclimat

Indice d’humidité

Secondaire/Régional

Hydromorphie

Principaux paramètres de la surface terrestre, dérivés du Mnt (modifié d'après Hengl & Reuter 2009).

Les attributs primaires

Pente

30Elle joue un rôle fondamental dans la distribution de la végétation. Des pentes abruptes (> 8 %) ne favorisent pas la culture de céréales. Le transport des particules et l’intensité des écoulements sont contrôlés par le degré de la pente. Ce paramètre influence donc la teneur en eau dans les sols et les processus géomorphologiques (Moore et al. 1991).

Orientation

31Elle indique la direction des écoulements mais peut également être utilisée pour déterminer si une cellule doit être considérée ou non comme exposée au soleil (quantité de chaleur reçue, évapotranspiration, etc.). Son orientation joue un rôle important dans la formation des sols car, en modifiant localement le régime des précipitations et des températures, elle crée des microclimats (Moore et al. 1991).

Courbures du relief

32Ces courbures reflètent les surfaces de drainage qui contrôlent le transport de particules (Florinsky 2012). Des zones de départ et des zones d’accumulation peuvent être mises en évidence et employées pour prévoir certaines propriétés du sol (Moore et al. 1991). Dans les zones de départ des particules, les sols pourront être plus pauvres, moins épais et moins humide.

Les attributs secondaires ou complexes

Position topographique et type de relief

33La classification des éléments du relief implique une segmentation des versants individuels en classes le long d’une séquence topographique : les positions topographiques (sommet, bas de pente, etc.) (MacMillan & Shary 2009). Les types de relief présentent une morphologie spécifique qui peut être utilisée pour obtenir des informations sur les phénomènes d’érosion ou sur les types de sol. Les fonds de vallées, les plaines et, plus généralement, les positions basses du paysage ont une plus forte probabilité de présenter des sols de zones humides (Hengl & Reuter 2009).

34De nombreuses méthodes de classification des types de relief existent et ont été appliquées en archéologie (Verhagen & Drăguţ 2012 ; De Reu et al. 2013). Elles utilisent les paramètres de la surface terrestre comme les courbures, la pente, l’orientation et la distance aux cours d’eau. Certaines variables sont dépendantes de la résolution et, dans tous les cas, il faut garder à l’esprit que le choix de la fenêtre d’analyse est l’étape primordiale pour obtenir une classification adaptée à la zone d’étude (Pennock et al. 1994 ; Otto & Dikau 2010).

Rayonnement solaire global

35Il s’agit d’une approximation du rayonnement solaire théorique global reçu par une certaine superficie, à un certain moment et en un certain temps (van der Leeuw et al. 2003). Pour la modélisation, il est nécessaire de prendre en compte les effets de la surface topographique (pente et orientation), de la géographie (latitude) et de la météorologie (couverture nuageuse, position calendaire, etc.). Le rayonnement solaire a une influence sur les microclimats. Chaque type de culture aura un besoin en ensoleillement spécifique pour garantir une bonne récolte (Ellenberg et al. 1992).

Indice d’humidité

36L’indice d’humidité décrit la tendance d’une cellule à accumuler de l’eau et renseigne ainsi sur l’humidité des sols ou les processus d’accumulation. Il est utilisé dans les modèles hydrologiques pour déterminer les relations entre le bassin versant et la pente (Moore et al. 1991). Il tient également compte des courbures du terrain. En effet, les surfaces convexes sont susceptibles d’être mieux drainées que les surfaces concaves présentant une probabilité plus élevée d’avoir des caractéristiques hydromorphes.

Les paramètres géologiques (nature du matériau parental)

37Le sol est généralement issu de l’altération de la roche sous-jacente, sauf quand les terrains sont formés d’apports alluviaux, colluviaux et éoliens. Le matériau parental est donc un paramètre très stable qui peut exprimer la fertilité naturelle des sols. La caractéristique la plus importante est la minéralogie, qui influence les propriétés physiques et chimiques des sols. La teneur en minéraux d’un sol – et donc les nutriments potentiellement disponibles – est fonction de cette minéralogie (Heil & Sposito 1997). La proportion de minéraux altérés riches en silice par rapport à ceux riches en Ca, Mg, K va jouer un rôle sur la texture (Arrouays et al. 2014).

Les paramètres pédologiques

Texture

38La texture du sol est le résultat de processus physico-chimiques qui agissent sur les roches et les minéraux, influencés par des facteurs externes (climat, topographie, organismes vivants). Dans un laps de temps pertinent pour la gestion des sols, la texture peut être considérée comme invariable, ce qui en fait une propriété intéressante à cartographier (Ballabio et al. à paraître). Les classes texturales sont définies en fonction des proportions relatives de sable, de limon et d’argile. Ces classes expriment des valeurs pratiques en agriculture. Ainsi, les sols à textures grossières, riches en sable, sont faciles à labourer mais pauvres en nutriments. Au contraire, les sols à textures fines et très fines, riches en argile, sont plus difficiles à travailler. La texture est de plus responsable des variations d’humidité, de rétention et de disponibilité de l’eau dans les sols (Arrouays et al. 2014).

Pierrosité

39La pierrosité apporte des informations importantes sur le travail du sol (Ballabio et al. à paraître). Elle correspond à la proportion relative en éléments grossiers supérieurs à 2 mm contenus dans les différents horizons du sol. Un pourcentage de 15 % de pierres dans un sol correspond à une valeur élevée et un tel sol sera difficile à travailler en agriculture.

Profondeur

40La profondeur d’un sol se mesure de la surface jusqu’à la roche sous-jacente (matériau parental). Ce paramètre détermine la profondeur à laquelle les racines, l’eau et l’air peuvent pénétrer (Arrouays et al. 2014).

L’exemple de la Bassée

41Les divers paramètres doivent être croisés sous Sig avec la carte des occupations archéologiques dans les différentes zones ateliers du programme Rurland. L’objectif final sera d’analyser la répartition des exploitations rurales en fonction des critères topographiques, géologiques et pédologiques. La cartographie des sites est constituée à partir du dépouillement des rapports d’opérations d’archéologie préventive conservés dans les services régionaux d’archéologie (Sra). Cette base de données étant en cours de constitution, nous présentons à titre d’exemple la microrégion de la Bassée. Il s’agit d’une portion de la plaine alluviale de la Petite Seine, au sud du département de la Seine-et-Marne. Le corpus des sites comprend quatorze établissements ruraux de La Tène finale et trente et une exploitations gallo-romaines. Trois paramètres sont présentés ici pour illustrer les possibilités de cartographie (fig. 3). L’orientation a été générée à partir des données du Srtm (fig. 3a). Pour l’instant, le corpus est trop faible pour des analyses statistiques poussées, mais, dans la Bassée, cinq établissements sont orientés à l’est, trois au nord, cinq à l’ouest et six au sud. À terme, il sera intéressant de comparer les orientations des sites avec leur fonction supposée et les données carpologiques. La lithologie a été simplifiée à partir des données du Brgm au 1/250 000 (fig. 3b). Dans la Bassée, les sites sont principalement situés dans la plaine alluviale, impliquant des sols riches en sables et en limons avec une forte contrainte d’hydromorphie. Ces caractéristiques ont été confirmées lors de l’étude des données issues du Rrp Île-de-France (Roque 2004). Seule la carte concernant la pierrosité est présentée ici (fig. 3c). Dans la Bassée, 58 % des sites (n = 26) sont situés sur des sols possédant une pierrosité importante en surface. Il est important de préciser que, depuis les années 1990, ce secteur fait l’objet d’une intense activité de recherche archéologique dans le cadre de l’exploitation des nombreuses carrières de sables et de graviers.

Fig. 3

Fig. 3

Exemple dans la zone de la Bassée pour a) l’orientation (Srtm 90m Nasa/Nga http://srtm.csi.cgiar.org), b) la lithologie simplifiée (BD-OBJET-GEOL-25©Brgm 2004) et c) la pierrosité (Rrp Île-de-France ©Inra, Unité Infosol, Orléans, 2004 - 1/250 000)

(cartographie : E. Camizuli).

Perspectives

42Ces différentes couches géoréférencées sont actuellement compilées dans un outil de webmapping à destination des chercheurs du programme Rurland. Grâce à cet outil, et une fois la base de données archéologique finalisée, les paramètres du sol pourront être combinés et étudiés statistiquement en fonction des questionnements archéologiques. Il est primordial de garder en mémoire la question de l’échelle qui doit être adaptée. Les données présentées ici ne sont pas compatibles avec un modèle à l’échelle d’un site. Il s’agit plutôt de s’interroger sur des échelles régionales ou microrégionales.

Haut de page

Bibliographie

Arrouays D., McKenzie N., Hempel J., Richer de Forges A. & McBratney A.B. 2014. GlobalSoilMap: Basis of the global spatial soil information system, Leiden, The Netherlands : CRC Press, 496 p.

Ballabio C., Panagos P. & Monatanarella L. À paraître. Mapping topsoil physical properties at European scale using the LUCAS database, Geoderma, 261 : 110123.

Boardman J. & Poesen J. (eds). 2006. Soil erosion in Europe, Chichester, England : Wiley, 855 p.

Bremer E. & Ellert K. 2004. Soil quality indicators: a review with implications for agricultural ecosystems in Alberta, Lethbridge : Alberta Environmentally sustainable agriculture soil quality program, 38 p.

Carter M.R., Gregorich E.G., Anderson D.W., Doran J.W., Janzen H.H. & Pierce F.J. 1997. Concepts of soil quality and their significance, in: Gregorich E.G. & Carter M.R. (eds), Developments in Soil Science, Soil Quality for Crop Production and Ecosystem Health, vol. 25, Elsevier : 119.

De Reu J., Bourgeois J., Bats M., Zwertvaegher A., Gelorini V., De Smedt P., Chu W., Antrop M., De Maeyer P., Finke P., Van Meirvenne M., Verniers J. & Crombé P. 2013. Application of the topographic position index to heterogeneous landscapes, Geomorphology, 186 : 3949.

Ellenberg H., Weber H.E., Dull R. & Wirth V. 1992. Zeigerwerte von Pflanzen in Mitteleuropa, 2e éd, Scripta Geobotanica, Göttingen, Allemagne : Goltze, 258 p.

European Soil Bureau Network. 2005. Soil Atlas of Europe, Luxembourg : Office for Official Publications of the European Communities, 128 p.

Florinsky I. 2012. Digital terrain analysis in soil science and geology, Amsterdam, Pays-Bas : Elsevier-Academic Press, 395 p.

Foucault A. & Raoult J.-F. 2001. Dictionnaire de géologie, 5e éd, Paris, France : Dunod, 380 p.

Gis Sol. 2013. The state of the soils in France. A synthesis., France : Groupement d’intérêt scientique sur les sols, 24 p.

Grolleau E., Bargeot L., Chafchafi A., Hardy R., Doux J., Beaudou A., Le Martret H., Lacassin J.-C., Fort J.-L., Falipou P. & Arrouays D. 2004. Le système d’information national sur les sols : Donesol et les outils associés, Etude et Gestion des Sols, 11 (3) : 255‑269.

Grunwald S. (ed). 2006. Environmental soil-landscape modeling: geographic information technologies and pedometrics, Boca Raton, États-Unis : CRC/Taylor & Francis, 488 p.

Guyot P. & Bornand M. 1987. Cartes départementales des terres agricoles. Intégration des données sols et des données économiques, Science du Sol, 25 (1) : 1-16.

Heil D. & Sposito G. 1997. Chemical attributes and processes affecting soil quality, in: Gregorich E.G. & Carter M.R. (eds), Developments in Soil Science, Soil Quality for Crop Production and Ecosystem Health, vol. 25, Elsevier : 5979.

Hengl T. & Reuter H.I. 2009. Geomorphometry: Concepts, Software, Applications, Developments in soil science, Amsterdam, The Netherlands : Elsevier, 796 p.

Jamagne M. 2011. Grands paysages pédologiques de France, Versailles, France : Éditions Quae (« Synthèses »), 535 p.

Jenny H. 1994. Factors of soil formation: a system of quantitative pedology, New York : Dover Publications, 281 p.

Laroche B., Richer de Forges A.C., Leménager S., Arrouays D., Schnebelen N., Eimberck M., Toutain B., Lehmann S., Tientcheu E., Héliès F., Chenu J.-P., Parot S., Desbourdes S., Girot G., Voltz M. & Bardy M. 2014. Le programme Inventaire Gestion Conservation des Sols de France : Volet Référentiel Régional Pédologique, Etude et Gestion des Sols, 21 : 125‑140.

van der Leeuw S.E., Favory F. & Fiches J.-L. (eds). 2003. Archéologie et systèmes socio-environnementaux : études multiscalaires sur la vallée du Rhône dans le programme Archaeomedes, Paris, France : Éditions du Cnrs, 403 p.

MacMillan R.A. & Shary P.A. 2009. Landforms and Lanform Elements in Geomorphometry, in: Hengl T. & Reuter H.I. (eds), Geomorphometry: Concepts, Software, Applications, Developments in soil science, vol. 33, Oxford, Royaume-Uni : Elsevier : 227255.

Mazoyer M. & Roudart L. 2002. Histoire des agricultures du monde : du Néolithique à la crise contemporaine, Paris, France : Éd. du Seuil, 705 p.

Moore I.D., Grayson R.B. & Ladson A.R. 1991. Digital terrain modelling: A review of hydrological, geomorphological, and biological applications, Hydrological Processes, 5 (1) : 330.

Otto J.-C. & Dikau R. 2010. Landform - Structure, Evolution, Process Control - Proceedings of the International Symposium, Lecture Notes in Earth Sciences N°115, Springer Berlin Heidelberg, 260 p.

Panagos P., Van Liedekerke M., Jones A. & Montanarella L. 2012. European Soil Data Centre: Response to European policy support and public data requirements, Land Use Policy, 29 (2) : 329338.

Pennock D.J., Anderson D.W. & de Jong E. 1994. Landscape-scale changes in indicators of soil quality due to cultivation in Saskatchewan, Canada, Geoderma, 64 (1-2) : 119.

Petit C., Camerlynck C., Deweirdt E., Durlet C., Garcia J.-P., Gauthier É., Ollive V., Richard H. & Wahlen P. 2006. Géoarchéologie du site antique de Molesme en vallée de Laigne (Côte-d’Or) : mise en évidence de l’impact anthropique sur la sédimentation alluviale, Gallia, 63 (1) : 263‑281.

Rabus B., Eineder M., Roth A. & Bamler R. 2003. The shuttle radar topography mission — a new class of digital elevation models acquired by spaceborne radar, ISPRS Journal of Photogrammetry and Remote Sensing, 57 (4) : 241262.

Roque J. 2004. Référentiel Régional Pédologique d’Ile-de-France (base de données Donesol + couverture graphique), Inra.

Verhagen P. & Drăguţ L. 2012. Object-based landform delineation and classification from DEMs for archaeological predictive mapping, Journal of Archaeological Science, 39 (3) : 698703.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Types d'informations en fonction de l'échelle pour le paramètre « profondeur du sol ». a) Localisation d’une zone atelier (la Bassée) au sein de la zone Rurland. b) Données européennes (Esdb v. 2.0, European Commission and European Soil Bureau Network - 1/1 000 000). (c) Données nationales (Rrp Île-de-France ©Inra, Unité Infosol, Orléans, 2004 - 1/250 000)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 2
Légende Facteurs jouant un rôle majeur dans l’évolution du sol
Crédits (Dao : E. Camizuli à partir de ian.umces.edu/symbols/).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 3
Légende Exemple dans la zone de la Bassée pour a) l’orientation (Srtm 90m Nasa/Nga http://srtm.csi.cgiar.org), b) la lithologie simplifiée (BD-OBJET-GEOL-25©Brgm 2004) et c) la pierrosité (Rrp Île-de-France ©Inra, Unité Infosol, Orléans, 2004 - 1/250 000)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Camizuli, Christophe Petit, Nicolas Bernigaud et Michel Reddé, « Principes méthodologiques pour caractériser des agrosystèmes antiques », Les nouvelles de l'archéologie, 142 | 2016, 20-26.

Référence électronique

Estelle Camizuli, Christophe Petit, Nicolas Bernigaud et Michel Reddé, « Principes méthodologiques pour caractériser des agrosystèmes antiques », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 18 janvier 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/3273 ; DOI : 10.4000/nda.3273

Haut de page

Auteurs

Estelle Camizuli

Géologue et archéomètre. Chercheur associée à l’équipe Archéologies environnementales du laboratoire ArScAn – Umr 7041, Maison archéologie & ethnologie René-Ginouvès, Nanterre,

e.camizuli@wanadoo.fr

Christophe Petit

Géoarchéologue. Professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Co-responsable de l’équipe Archéologies environnementales du laboratoire ArScAn – Umr 7041,

christophe.petit@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Nicolas Bernigaud

Archéologue. Post-doctorant à l’ Éphe dans le cadre de l’Erc Rurland, rattaché à l’Umr 8210 –ANHIMA.

nicolas.bernigaud@ephe.sorbonne.fr

Michel Reddé

Directeur d’études à l’Éphe. Membre de l’Umr 8210 –Anhima. Directeur de l’Erc Rurland.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org