Navigation – Plan du site
Dossier: Environnement et sociétés
B/ Gestion des ressources, stratégies d'exploitation

Territoire des géomatériaux

Occupations, environnement et ressources minérales dans les vallées de l’Aisne et de l’Oise
Claira Liétar et François Giligny
p. 14-19

Résumé

Un système d’information regroupant les données sur les occupations archéologiques de la protohistoire et les matériaux disponibles a été construit sur une zone du Bassin parisien couvrant les vallées de l’Aisne et de l’Oise. Ces données portent sur le paléoenvironnement, les matières minérales et siliceuses (roches et argiles) et seront bientôt étendues aux données archéobotaniques et archéozoologiques. L’objectif de ce système est d’analyser et de modéliser la relation entre les occupations archéologiques, leur environnement, les ressources exploitées et la structuration des territoires. Les premiers résultats présentés ici concernent la période néolithique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’interaction entre l’homme et son milieu peut être abordée à travers l’approvisionnement en ressources siliceuses, thème de recherches développé depuis plusieurs décennies dans le Bassin parisien pour les périodes de la pré- et de la protohistoire.

2À l’échelle du bassin de la Seine et plus particulièrement des vallées de l’Aisne et de l’Oise, la constitution d’une lithothèque au centre archéologique de Soissons, créée entre 1986 et 1989 dans le cadre d’une Action thématique programmée (Atp), a permis depuis de recenser les ressources en matières premières siliceuses disponibles (Blanchet et al. 1989). Les roches présentes sont à la fois des silex, des calcaires, des grès, mais aussi des argiles, couvrant ainsi une grande variété de matériaux utilisés dans des productions d’industries en pierre et des céramiques. Cette zone considérée comme test pour le Bassin parisien réunit une documentation qualitativement suffisante pour traiter la problématique de la localisation des sites par rapport aux critères environnementaux et aux ressources en matériaux. Elle représente une masse très importante d’opérations archéologiques effectuées depuis les années 1970, qui ont vu le début de fouilles de sauvetage, désormais préventives, systématiques.

3Par ailleurs, depuis une quarantaine d’années, des bases de données archéologiques et environnementales ont été élaborées par les archéologues du Centre archéologique de Soissons (Inrap, Cnrs, Université Paris 1). Aujourd’hui, la mise en place d’un système d’information géographique (Sig) sur le secteur des vallées de l’Aisne et de l’Oise est apparue nécessaire afin de centraliser cette documentation et de créer un outil permettant l’accès aux données des différentes bases et à leur analyse. À terme, il est prévu de construire une interface web pour la consultation de ces données.

État des lieux documentaire

4L’importance des recherches archéologiques dans les vallées de l’Aisne et de l’Oise depuis une quarantaine d’années fait de cette région l’une des zones les mieux documentées dans le nord de la France. Les acteurs de l’archéologie de cette région œuvrent depuis de nombreuses années pour créer une documentation de qualité pour toutes les périodes de la Protohistoire. Plusieurs bases de données et référentiels ont ainsi été créés et utilisés dans le cadre de programmes de recherche variés depuis l’Era 12 du Cnrs jusqu’à ceux de l’Umr Trajectoires :

5- des bases de données sur les occupations archéologiques, du Néolithique à l’âge du Fer,

6- des bases de données de géomatériaux : une lithothèque/argilothèque,

7- des bases de données sur les artefacts archéologiques, vestiges archéozoologiques et archéobotaniques,

8- des référentiels d’analyses paléoenvironnementales : palynologiques, micromorphologiques, anthracologiques, etc.

9Des modèles d’approvisionnement en matières premières ou sur le fonctionnement des unités domestiques du Néolithique ancien, par exemple, ont été, à partir de ces données, générés lors d’études de cas (Allard 2005 ; Allard et al. 2010).

10Dans le cadre de l’Anr « MK-Projekt », débutée en 2010 et achevée fin 2013, une thèse de doctorat a porté sur l’organisation du territoire au Néolithique moyen dans le Bassin parisien et permis de proposer une synthèse des occupations entre la fin du Ve millénaire et le début du IVe millénaire, en ouvrant une fenêtre d'analyse privilégiée sur la vallée de l'Aisne (Liétar 2014).

Le SIG : méthodologie et contenu

11Un premier projet mené dans le cadre du LabEx DynamiTe a permis d’intégrer et de géoréférencer dans un Sig différents types de données et de documents. Grâce à cet outil, des données de natures diverses (archéologiques pour les différentes périodes de la Protohistoire, géoarchéologiques et environnementales), issues des différentes bases de données des spécialistes, ont déjà été croisées. Accessible à partir d’un logiciel libre (Quantum GIS), le Sig facilite les représentations cartographiques de ces diverses données pour la mise en œuvre de projets de recherche, voire d’archéologie préventive.

  • 1 Pour le SIG, la source provient du Suttle Radar Topography Mission (Srtm), données gratuites issue (...)
  • 2 Il s’agit d’une carte des grandes entités topographiques du paysages (fond de vallées, proéminences (...)

12Les occupations archéologiques du Néolithique à l’âge du Fer et du début de la période romaine ont d’abord été intégrées. Ensuite, les gîtes et points de prélèvement des géomatériaux et les analyses paléoenvironnementales ont été enregistrées et géoréférencées. En ce qui concerne les données cartographiques, en plus d’un modèle numérique de terrain d’une précision de 90 m formant une des couches du Sig, la carte pédologique1, les cartes des sols, de distance aux cours d’eau, d’ensoleillement, de la typologie du paysage2, des cartes géologiques, des cartes hydrogéologiques et une carte des carrières ont pu être intégrées.

13Par ailleurs, des cartes évaluant la fiabilité de la documentation archéologique ont été générées à partir d’une carte d’évaluation de la conservation des vestiges et d’une carte de la densité des opérations archéologiques. Des cartes de confiance peuvent être déclinées pour chacune des périodes documentées dans la vallée de l’Aisne (cf. infra).

14Le catalogue des métadonnées regroupant les informations sur chacune des couches du Sig selon les normes européennes Inspire constitue un état des lieux de toutes les couches et facilite la recherche des données. Il s’articule autour de deux types de documents :

15- un tableau de synthèse des principales informations pour chacune des couches du Sig (titre, description de la donnée, objectifs de sa création, emprise spatiale de la couche, dernière date de révision et de création de la donnée, auteur(s) et contact(s) concernant la couche, type de représentation, système de projection, condition d’utilisation, liste de mots-clés) ;

16- un catalogue de fiches de métadonnées où l’on retrouve les informations générales contenues dans le tableau de synthèse, auxquelles s’ajoutent des informations complémentaires (nombre d’entités/taille du pixel ; détail de l’origine des données ; système de projection du fichier d’origine). Une présentation des données attributaires de la couche permet de rendre intelligible chaque entrée de la table. Enfin, chacune des fiches comporte une figure de visualisation de la couche. Un commentaire relatif à la méthodologie de création de la donnée vient compléter la fiche pour certaines couches.

17Chacune des entrées du tableau de synthèse renvoie au numéro de page de la fiche de métadonnées dans le catalogue. Il fonctionne ainsi comme un sommaire.

18À titre d’exemple, la couche d’informations « argilothèque » est décrite selon quatre rubriques et un document associé.

19Les informations sont à la fois générales (titre, description, objectifs, emprise, référence temporelle, mots-clés), complémentaires sur les formats, les droits et l’accès (type de représentation : vecteur ou raster, type de géométrie, nombre d’objets, auteur et origine, échelle de visibilité, système de projection, langue, caractères, niveau hiérarchique, conditions d’utilisation et restrictions d’accès), spécifiques à la couche (référentiel d’origine, échelle de saisie, système de projection d’origine, format, sources on line, taille, support), et attributaires afin de décrire précisément les enregistrements (nom de la commune, nom du lieu-dit, nom de l’échantillon, numéro de la carte géologique concernée, etc.). Elles peuvent être complétées par une rubrique commentaire et par des documents, souvent une carte présentant la distribution spatiale des données.

Résultats et perspectives

20Le regroupement de l’ensemble de ces données au sein d’un Sig a d’abord permis de tracer un état des lieux de la documentation archéologique. À partir de ce bilan scientifique, des axes de recherches peuvent été développés pour l’étude sur la longue durée de la gestion des ressources minérales en rapport avec la structuration des territoires.

Une étude de cas : le Néolithique

21L’analyse a déjà été menée pour la période du Néolithique (Chartier 2010 ; Liétar 2014) (fig. 1).

22Les sites du Néolithique ancien jalonnent la vallée (5200-4700 av. J.-C.). On estime que deux ou trois villages contemporains étaient régulièrement espacés (environ 18 km) le long de la rivière (Dubouloz et al. 2012). On observe une continuité dans les choix d’implantation des sites entre la culture du Villeneuve-Saint-Germain (4900-4700 av. J.-C.) et le Cerny (4700-4400 av. J.-C.) avec un investissement de milieux très diversifiés et l’occupation de vallées secondaires telle que la vallée de la Vesle.

Fig. 1

Fig. 1

Sites présentant des occupations pour les périodes du Néolithique ancien, moyen et final.

23À partir de 4400 av. J.-C., au Rössen III (tardif) et au Post-Rössen (4400-4250 av. J.-C.), des réseaux d'enceintes se développent dans la vallée de l’Aisne. Ces réseaux ont probablement servi de base à ceux du Néolithique moyen II (4250-3950 av. J.-C.) avec la perduration de l’occupation de certains sites et une continuité architecturale des enceintes entre ces deux périodes (deux palissades et un fossé).

24Au Néolithique moyen II, la vallée de l’Aisne constitue l’épicentre de la culture du Michelsberg. Cette période est marquée par une densification des occupations et une diversification de la morphologie des enceintes. Une classification hiérarchique des sites selon un ensemble de critères corrélés a été menée par une analyse multivariée. Ainsi, on distingue des enceintes monumentales dont la fonction pourrait être symbolique, des enceintes complexes, des enceintes-villages plus simples et des enceintes de plateau qui apparaissent autour de 4000 av. J.-C. À côté de ces ouvrages, des habitats regroupés, ouverts ou non, et des sépultures monumentales constituent les autres types d’occupations. L’ensemble forme un réseau structurant l’espace et représentant plusieurs niveaux d’organisation des communautés aux échelles locale/supra-locale (Dubouloz et al. 1991).

25La complémentarité de ces sites au sein du territoire s’illustre aussi dans la complémentarité des milieux investis. Les occupations pérennes (villages et enceintes monumentales et complexes) se situent dans des zones de transition entre milieux humides offrant des ressources variées (écosystèmes très riches en faune et en flore, accès à l’eau) et vastes terrasses alluviales non inondables (propices à l’agriculture). Les tombes monumentales sont localisées en retrait de cette zone sur la plaine non inondable. Des enceintes occupent les rebords de plateaux. Leur morphologie simplifiée ainsi que leur position topographique dominante évoquent un changement de fonction de ces sites qui pourrait être de nature défensive. D’autres enceintes, plus rarement observées, situées en milieu humide, pourraient être liées à l’exploitation du milieu, pour la gestion des troupeaux, par exemple. L’enceinte monumentale de Bazoches-sur-Vesle, implantée dans la vallée de la Vesle, affluent de l’Aisne, se situe en marge du territoire mais occupe une position stratégique sur un potentiel axe de circulation du silex Bartonien depuis les plateaux du Tardenois.

26À partir du milieu du Ve millénaire, les silex sont en majorité issus de formations tertiaires (fig. 2). Des gîtes potentiels de silex Bartonien supérieur, privilégié sur les sites de la vallée de l’Aisne, se trouvent à 20 ou 30 km de la vallée, à Romigny-Lhéry, mais aucune structure d’extraction n’y est connue à l’heure actuelle. Dans le cas de l’approvisionnement en silex secondaire, les gîtes de silex sénonien de Champagne les plus proches sont à une cinquantaine de kilomètres des sites de la vallée de l’Aisne, autour d’Épernay. On se trouve donc dans le cas d’une économie d’approvisionnement régionale (diamètre inférieur à 70 km ; Manolakakis & Giligny 2011), que ce soit pour les productions domestiques ou pour les productions spécialisées (lames et haches). La dépendance des sites d’habitat vis-à-vis des réseaux de circulation et de diffusion des matières premières ou des produits finis ou semi-finis implique une structuration forte du territoire. La forme du réseau de l’économie du silex et le rôle de chaque site ne sont pas encore établis mais ils pourraient être proches du modèle connu pour la minière et l’enceinte de Spiennes desservie par un réseau de sites, dont les enceintes, jouant le rôle de pôles secondaires de redistribution des lames et des haches (Bostyn & Collet 2011 ; Aubry et al. 2014).

Fig. 2

Fig. 2

Distribution des gîtes potentiels d’approvisionnement en silex tertiaire et secondaire dans la vallée de l’Aisne et la confluence Aisne-Oise et sites Michelsberg (4250-3950 av. J.-C.).

27Pour la période du Michelsberg, le territoire regroupant le réseau de sites (enceintes et sites ouverts) et le gîte potentiel de silex Bartonien le plus proche s’étend sur une quarantaine de kilomètres de diamètre. C’est durant cette période que la structuration du territoire apparaît la plus complexe, constituée de sites hiérarchisés et interconnectés.

28Après 3800 av. J.-C., le modèle territorial fondé sur les enceintes disparaît dans la vallée de l’Aisne comme dans l’ensemble du Bassin parisien. La culture du Michelsberg n’est plus connue dans le Bassin parisien mais continue de se développer en Allemagne. Les données archéologiques pour la fin du Néolithique moyen et le début du Néolithique récent (3800-3400 av. J.-C.) sont ténues. Se pose la question du remplacement des enceintes par les sépultures collectives vers 3400 av. J.-C. comme marqueurs de territoire (Dubouloz et al. 1991 ; Giligny 2007 ; Salanova et al. 2011). De même, les réseaux d’approvisionnement en silex se transforment.

29Si la vallée de l’Aisne a bénéficié de nombreuses recherches et programmes sur le long terme qui ont généré une documentation exceptionnelle pour toutes les périodes archéologiques, l’analyse de la densité des sites ou des réseaux qu’ils forment doit toutefois être abordée à travers une analyse spatiale critique. Il faut notamment prendre en considération les destructions très nombreuses des terrasses alluviales lors de l’extraction en carrière des granulats. La création de carte de fiabilité de la documentation, établie pour ce secteur, est un outil d’analyse indispensable dans une approche des territoires archéologiques. Elle intègre des données concernant les carrières (évaluées archéologiquement ou non), les zones à fort risque de destruction des vestiges (milieux urbains) et la densité des opérations archéologiques toutes périodes confondues. Elle permet de définir des zones de forte fiabilité de la documentation ou au contraire des zones douteuses. Croisée avec les données archéologiques d’une période particulière, elle offre une carte de densité des sites plus représentative. Ainsi, pour le Néolithique moyen de la vallée de l’Aisne, seules quelques zones présentent un fort potentiel pour un modèle d’occupation (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Carte de confiance dans la distribution des occupations du Néolithique moyen.

30C’est sur la base de ces axes de recherche (hiérarchisation des sites, contextes environnementaux investis, système d’approvisionnement, approche critique de la densité des sites) que nous souhaitons étendre l’analyse à l’ensemble de la période protohistorique.

Perspectives

31La documentation issue de travaux en cours de caractérisation des matières premières sur les industries lithiques ou céramiques, effectués dans le cadre de masters ou de thèses de doctorat, sera bientôt intégrée à cet outil et permettra de mieux gérer les stratégies d’échantillonnage. Il sera utilisé comme source documentaire pour des projets en cours (provenance des matériaux céramiques, approvisionnement en grès et calcaire pour l’outillage macrolithique) et l’élaboration de nouveaux travaux de recherche (recherches méthodologiques sur la provenance des silex).

32Ce projet va se poursuivre par la création d’un atlas qui comprendra, outre la description de la base et des métadonnées, l’état des connaissances sous la forme de cartes de contextes environnementaux, de ressources, d’occupation et des modèles d’implantation pour chaque période ainsi que des données de base avec la liste des sites et les références de la documentation.

33L’objectif visé et la finalité de cet outil sont d’analyser les dynamiques de l’occupation humaine à travers les modalités d’occupation et de gestion des territoires et de leurs ressources, pour arriver à une meilleure compréhension des processus de structuration de ces territoires du Néolithique à l’âge du Fer, en particulier du rôle des paramètres environnementaux.

Haut de page

Bibliographie

Allard P. 2005. The stone working of Linear Pottery populations in north-eastern France and Belgium, Internationale Archäologie 86, Rahden/Westf.

Allard P., Bostyn F., Fabre J., 2005. « Origine et circulation du silex durant le Néolithique en Picardie. Des premières approches ponctuelles à une systématique régionale », Revue archéologique de Picardie, numéro spécial 22 (1) : 49-74.

Allard P., C. Hamon (dir.), S. Bonnardin, N. Cayol, M. Chartier, A. Coudart, J. Dubouloz, G. Fronteau, L. Gomart, L. Hachem, M. Ilett, K. Meunier, C. Monchablon, C. Thevenet. 2010. Économie et société des populations rubanées de la vallée de l’Aisne, Rapport final d’activité du Pcr 2007-2010, Service régional de l’archéologie, Drac Nord-Picardie Amiens.

Aubry L., Bostyn F., Brunet V., Collet H., Giligny F., Liétar C., Manolakakis L., 2014. « Territoires et ressources lithiques dans le nord de la France et en Belgique dans l’horizon Chasséen-Michelsberg », in : Louboutin C., Verjux C. (dir.), Zones de production et organisation des territoires au Néolithique. Espaces exploités, occupés, parcourus, Actes du 30e Colloque interrégional sur le Néolithique, Tours, 07-09 octobre 2011, Feracf, Tours (51e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, 2014) : 65-84.

Bostyn F. & Collet H. 2011. « Diffusion du silex de Spiennes et du silex Bartonien du Bassin parisien dans le nord de la France et en Belgique de la fin du 5e millénaire au début du 4e millénaire BC : une première approche. », in : Bostyn F., Martial E. & Praud I. (dir.), Le Néolithique du Nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4e et 3e millénaires avant notre ère. Actes du 29e colloque interrégional sur le Néolithique, Villeneuve-d’Ascq, octobre 2009 (n° spécial de la Revue Archéologique de Picardie, 28) : 331-348.

Blanchet J.-C., Plateaux M., Pommepuy C. dir. 1989. Matières premières et sociétés préhistoriques dans le Nord de la France. Rapport final d’activités, Action thématique programmée « Archéologie métropolitaine », Direction des antiquités de Picardie, Soissons.

Chartier M. 2010. « Choix et évolution de l’implantation des sites d’habitat au Néolithique ancien dans la vallée de l’Aisne (France) », Bulletin de la Société Française de Préhistoire, tome 107, n° 1 : 85-95.

Dubouloz J., Mordant D., Prestreau M. 1991. « Les enceintes “néolithiques” du Bassin parisien. Variabilité structurelle, chronologique et culturelle. Place dans l’évolution socio-économique du Néolithique régional. Modèles interprétatifs préliminaires », in : Beeching A., Binder D., Blanchet J.-C., Constantin C., Dubouloz J., Martinez R., Mordant C., Thevenet C., Vaquer J. (dir.), Identité du Chasséen. Actes du Colloque International de Nemours (1989). Nemours, Musée de Préhistoire d’Ile-de-France (Mémoire du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 4) : 211-229.

Dubouloz J., et coll. Chartier M., Hachem L. & Ilett M. 2012. « Interdépendance et cohésion des différents niveaux de territorialité au Néolithique rubané en Bassin parisien. », in : Carpentier V. & Marcigny C. (dir.), Des Hommes aux Champs. Pour une archéologie des espaces ruraux dans le Nord de la France, du Néolithique au Moyen Âge. Archéologie et Culture, Rennes, Presses Universitaires de Rennes : 23-34.

Manolakakis L. & Giligny F. 2011. « Territories and lithic resources in the Paris Basin during the Middle Neolithic (4200-3600 BC) », in : Capote M., Consegrua S., Diaz-del-Rio P., Terradas X., Proceedings of the 2nd International Conference of UISPP Commission on Flint Mining Pre- and Protohistoric Times, Archeopress, Oxford (BAR international series, 2260) : 45-50.

Giligny F. 2007. Systèmes techniques et territoires dans la vallée de la Seine et le Bassin parisien au Néolithique, Thèse d’habilitation à diriger des recherches, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Liétar C. 2014. Territoires et ressources des sociétés néolithiques du Bassin parisien aux régions rhénanes : le cas du Néolithique moyen (4500-3500 av. J.-C.). Thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Salanova L., Brunet P., Cottiaux R., Hamon T., Langry-Francois F., Martineau R., Polloni A., Renard C., Sohn M. 2011. « Du Néolithique récent à l’âge du Bronze dans le centre-nord de la France : les étapes de l’évolution chrono-culturelle », in : Bostyn F., Martial E., Praud I. (dir.), Le Néolithique du Nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4e et 3e millénaires avant notre ère, Actes du 29e colloque interrégional sur le Néolithique, Villeneuve-d’Ascq, 2-3 octobre 2009 (n° spécial de la Revue Archéologique de Picardie, 28) : 77-102.

Haut de page

Notes

1 Pour le SIG, la source provient du Suttle Radar Topography Mission (Srtm), données gratuites issue de la National Aeronautics and Space Administration (Nasa), et pour la carte pédologique du Bureau de recherches géologiques et minières (Brgm).

2 Il s’agit d’une carte des grandes entités topographiques du paysages (fond de vallées, proéminences en fond de vallées, bas de versants, versants, plateaux, proéminences sur plateaux).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Sites présentant des occupations pour les périodes du Néolithique ancien, moyen et final.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 2
Légende Distribution des gîtes potentiels d’approvisionnement en silex tertiaire et secondaire dans la vallée de l’Aisne et la confluence Aisne-Oise et sites Michelsberg (4250-3950 av. J.-C.).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3272/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 3
Légende Carte de confiance dans la distribution des occupations du Néolithique moyen.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3272/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claira Liétar et François Giligny, « Territoire des géomatériaux », Les nouvelles de l'archéologie, 142 | 2016, 14-19.

Référence électronique

Claira Liétar et François Giligny, « Territoire des géomatériaux », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 18 janvier 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/3272

Haut de page

Auteurs

Claira Liétar

Post-doctorante, Cnrs, Paris 1 Panthéon-Sorbonne et LabEx DynamiTe, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie René Ginouvès, Nanterre,
clairaa@hotmail.com

François Giligny

Professeur des universités, Umr Trajectoires Cnrs, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie René Ginouvès, Nanterre,
francois.giligny@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org