Navigation – Plan du site
Dossier: Environnement et sociétés

Introduction

François Giligny et Zoï Tsirtsoni
p. 3-4

Texte intégral

1Ce numéro des Nouvelles de l’archéologie présente les activités du groupe de travail intitulé « Changements environnementaux et sociétés dans le passé » du Laboratoire d’excellence « Dynamiques territoriales et spatiales » ou Labex DynamiTe1. Ce labex s’intéresse aux effets de la globalisation sur les espaces et les sociétés, ainsi que sur les enjeux du développement durable et du changement global. Ce projet, qui fédère de nombreuses équipes de recherche autour de quatre thèmes – environnement, ville, développement et échanges – et treize groupes de travail, est porté par l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

2Le travail de ce collectif est centré sur les changements environnementaux, qu’ils soient d’origine climatique ou anthropique, engendrant parfois des crises sociales. Les chasseurs-cueilleurs de la Préhistoire ont été fortement dépendants des fluctuations de l’environnement, si bien que l’étude des oscillations climatiques est indissociable des recherches sur l’évolution cognitive et culturelle des hominidés. L’intérêt porte tout d’abord sur les phénomènes majeurs d’expansion démographique, de contraction, voire d’extinction (cf. Neandertal), et sur les changements techniques et sociaux corrélatifs. À partir d’environ 20 000 avant J.-C., la précision chronologique augmente et c’est à quelques siècles près que peuvent s’établir des corrélations entre transformations socio-économiques et changements rapides du climat.

3Au cours de l’Holocène, la dimension climatique dans les crises ayant affecté des sociétés complexes doit être confrontée aux changements culturels rapides. Les synthèses récentes montrent que, largement sous-estimée jusqu’à aujourd’hui par les recherches internationales, la dimension régionale des phénomènes observés en contexte continental reste à définir (Amérique d’un côté, Méditerranée orientale de l’autre).

4Le dernier millénaire, période riche en archives naturelles et écrites, a connu au moins une période chaude (au Moyen Âge) et une période froide (le petit âge glaciaire des Temps modernes). On sait, à partir d’observations historiques, que ces variations climatiques ont eu des impacts non négligeables sur les milieux. Les phases d’extension des glaciers ainsi que l’intensité et la fréquence des grandes crues, entre les xiiie et xixe siècles, en sont l’illustration évidente. Là aussi, les synthèses récentes montrent que la dimension régionale des phénomènes observés en contexte continental reste à définir.

5Le principal objectif de ce groupe de travail consiste donc à mettre en évidence les interactions entre les sociétés humaines et les modifications de l’environnement en les situant dans un cadre d’échelles spatio-temporelles différentes.

6Trois thèmes de recherche structurent cet objectif général :

7- les réponses des écosystèmes et des paysages aux changements climatiques et environnementaux,

8- les sociétés anciennes face aux fluctuations du potentiel environnemental : dimensions territoriales,

9- les interactions homme-environnement dans le passé : enregistrements, perceptions, réponses, cycles, discontinuités et crises.

10Ces thématiques sont développées sur la base d’une expérience partagée par les laboratoires impliqués dans ce groupe de travail : Laboratoire de géographie physique (Lgp), Archéomogie des Amériques (ArchAm), Archéologies et sciences de l’Antiquité (ArScan), Trajectoires. Elles concernent la reconstitution des paléoenvironnements et des paléoclimats, l’analyse des données archéologiques et des trajectoires des sociétés préhistoriques et historiques, les relations entre environnements et sociétés humaines en période de changements importants, et toute analyse multiproxies combinant données archéologiques et environnementales. Les projets développés au sein du groupe concernent tant les périodes historiques que préhistoriques anciennes (Pléistocène) ou récentes (Holocène) notamment en Europe, en Amérique et au Proche-Orient, et dans une moindre mesure en Extrême-Orient et en Afrique.

11Les contributions ont été regroupées de manière thématique : une première partie porte sur les bio-indicateurs et la reconstitution du climat ; une seconde, rassemblant la majeure partie des articles, traite de la gestion des ressources et des stratégies d’exploitation du milieu ; enfin, la dernière s’attache aux relations homme-environnement en temps de crise et s’intéresse aux réponses sociales.

12En ce qui concerne les bio-indicateurs, Charlotte Prud’homme et ses co-auteurs nous présentent le potentiel que l’on peut retirer d’un nouveau bio-indicateur paléoenvironnemental et paléoclimatique, identifié dans les sols carbonatés et plus particulièrement les lœss. Les biosphéroïdes calcitiques sont des granules produits par les vers de terre et leur variation traduit celle du climat, permettant de préciser les changements de celui-ci à l’échelle des interglaciaires. Salomé Granai s’incrit dans une démarche similaire et montre que la malacofaune, au-delà de son caractère de bio-indicateur environnemental à l’échelle locale, peut également être utilisée au niveau régional pour une reconstitution paléoenvironnementale au Tardiglaciaire et à l’Holocène.

13Concernant la gestion des ressources et les stratégies d’exploitation, Claira Liétar et François Giligny présentent un système d’information mis en place à l’échelle des vallées de l’Aisne et de l’Oise, afin d’analyser le mode d’implantation des sites et l’exploitation des ressources minérales aux périodes protohistoriques, du Néolithique à la fin de l’âge du Fer. Estelle Camizuli et al., dont les travaux s’inscrivent dans le cadre du projet Rurland, présentent une base de données une base de données dont la finalité est de contribuer à reconstituer les systèmes agraires antiques en insistant sur la nature des paramètres choisis, leur pertinence et les différentes échelles spatiales d’analyse archéologique. Béline Pasquini et Christophe Petit s’efforcent de reconstituer les itinéraires de passage entre la Saône et la Moselle durant l’Antiquité, essentiellement à partir des données paléo-hydrologiques, des vestiges archéologiques et de textes récents, à défaut de sources antiques, plutôt discrètes sur ce sujet. La contribution de Cyril Castanet et al. porte sur le site maya de Naachtun (Guatemala). Elle traite des systèmes de gestion de l’eau en rapport avec les choix d’implantation de la cité, en bordure de zone humide, et du système agraire. L’analyse des données anthracologiques du même site par Lydie Dussol révèle certains choix de gestion de la forêt plutôt raisonnée et durable, mais aussi des comportements opportunistes, loin de la vision parfois évoquée d’une déforestation massive autour des cités mayas au cours du 1er millénaire de notre ère. Aurélien Christol et al. présentent une approche croisée multiproxy de la paléo-lagune Las Salinas dans le désert de Sechura (Pérou) au cours du 1er millénaire de notre ère. Les auteurs montrent le caractère opportuniste de l’installation de populations de pêcheurs à côté d’une lagune, mais aussi l’impact du phénomène climatique majeur El Niño pour la compréhension géoarchéologique de cette région. Enfin,

14Les relations homme-environnement en temps de crise font l’objet de deux comptes-rendus. Le premier fait état d’une conférence-débat organisée par le groupe de travail avec Bernhard Weninger, physicien et directeur du laboratoire de radiocarbone de l’Université de Cologne (Allemagne), qui a beaucoup travaillé avec les archéologues sur les dynamiques de peuplement et est régulièrement sollicité pour intervenir sur ce sujet. Pour clore ce dossier, Marie-Charlotte Arnauld nous propose une analyse critique de deux ouvrages récents traitant de l’interaction entre changements climatiques et sociétés mayas anciennes. Elle montre comment l’hypothèse de la grande sécheresse (Great Maya Drought) est actuellement nuancée par des données archéologiques et paléoenvironnementales complexes. Elle présente également une tentative de fondation, à travers un projet de recherches (Ihope), d’un réseau d’experts analysant dans le passé la réception des prédictions environnementales par les sociétés et l’appliquant au cas maya.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Giligny et Zoï Tsirtsoni, « Introduction », Les nouvelles de l'archéologie, 142 | 2016, 3-4.

Référence électronique

François Giligny et Zoï Tsirtsoni, « Introduction », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 18 janvier 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/3267

Haut de page

Auteurs

François Giligny

Professeur des universités, Umr Trajectoires, Cnrs, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Maison René Ginouvès, Nanterre,
francois.giligny@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Zoï Tsirtsoni

Chargée de recherche, Umr 7041, Archéologies et sciences de l’Antiquité (ArScAn), Cnrs, Université Paris 1, Paris-Ouest, ministère de la Culture, Maison René  Ginouvès, Nanterre
zoi.tsirtsoni@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org