Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie boréale

Tous semblables, tous différents

Quelles méthodes pour appréhender le lien entre variabilité et fonction des couteaux ulu ?
Camille Viot
p. 50-55

Résumés

Le couteau ulu est un outil utilisé de l’extrême Sibérie jusqu’à la côte est du Groenland par les femmes inuit et déné dans le cadre d’activités de boucherie, de découpe ou de transformation de peaux. Ce couteau est également présent en contexte archéologique arctique et subarctique sous la forme de lames, de manches, de pièces intermédiaires et de miniatures. Les fouilles archéologiques et la documentation ethnographique témoignent d’une importante variabilité du couteau ulu. Celle-ci s’exprime aussi bien à l’échelle de l’Arctique qu’au sein d’une même société ou d’une même phase culturelle. Malgré l’importance du couteau ulu pour les sociétés arctiques ou subarctiques et sa récurrence sur les sites archéologiques, peu d’études récentes lui ont été consacré. Ces questions relatives à la variabilité du ulu dans la région d’Ammassalik, sur la côte orientale du Groenland, et à sa signification d’un point de vue fonctionnel avaient été abordées dans le cadre d’un mémoire de Master 2 en archéologique Arctique. Il s’agissait de comprendre si, à l’échelle d’un cadre géographique, chronologique et culturel bien déterminé, la variabilité structurelle et morphométrique du couteau ulu pouvait s’expliquer par une diversité de fonctions de l’outil. Une méthodologie comprenant l’étude systématique des caractéristiques intrinsèques du couteau et des gestes techniques qui lui sont associés dans le cadre des différents contextes d’utilisation de l’outil dans la région d’Ammassalik avait été proposée pour appréhender la question de la variabilité fonctionnelle du ulu. Cet article revient de manière synthétique sur les différentes étapes de cette méthodologie et tend à souligner l’intérêt d’une étude conjointe de l’outil et des usages du corps dans une perspective fonctionnelle.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

ulu, Groenland, Ammassalik, geste technique
Haut de page

Texte intégral

Présentation du couteau ulu

  • 1 Le terme ulu est ici employé invariablement au singulier.

1L’utilisation du couteau ulu1 par les femmes inuit et déné est décrite de part et d'autre des régions arctiques et subarctiques au cours du xixe et xxe siècle (Nelson 1899 : 109, Osgood 1937 : 103, 1940 : 89, Vanstone 1972 : 57, 1980 : 42; Birket-Smith 1929 : 140, Holm 1911: 35). Identifiable grâce à sa lame en ardoise polie ou en métal, associée transversalement, de manière directe ou indirecte, à un manche, le ulu est un outil marqué par une importante variabilité qui s’exprime aussi bien au niveau de la lame, que du manche ou du système d’assemblage (Fig. 1). Le ulu est employé dans de nombreux contextes d’utilisation tels que la boucherie du caribou et des mammifères marins, la préparation des poissons ou la découpe et le traitement des peaux de phoques, de caribous ou d’ours (Vanstone 1980 : 42, Birket-Smith 1929 : 140, Osgood 1940 : 89, Robbe 1975 : 199, Victor & Robert Lamblin 1989 : 145, 146, 149, 154) (Fig.  2).

Des couteaux ulu groenlandais, utilisés à l’écomusée Kittat, Nuuk, Groenland, décembre 2004

Photographie Camille Viot

2Également présent en contexte archéologique de l’extrême Sibérie jusqu'au nord-est du Groenland, le ulu peut être retrouvé sous la forme de lames, de manches, de pièces intermédiaires ou de miniatures (Bychkov et al. 2002 : 82, Labrèche & Rankin 1991 : 109, 113, Mathiassen 1933 : 70, Larsen 1934 : 92). À l’instar des couteaux décrits au xixe et xxe siècles, les ulu issus de contexte archéologique témoignent d’une variabilité conséquente. Leurs fonctions précises restent inconnues. Au Groenland, la présence du ulu sur les sites archéologique semble associée aux groupes thuléens (xiiie et xviiie siècle. apr. J.-C.), ancêtres directs des Inuit historiques, et à la dernière vague de peuplement du territoire groenlandais.

3Le couteau ulu conserve aujourd'hui son importance malgré les changements qui ont marqué les sociétés Inuit lors des dernières décennies. Au-delà du fait que cet outil « traditionnel » est encore utilisé par certaines femmes inuit, la récurrence et la diversité des représentations du ulu témoignent de sa vivacité au sein des sociétés inuit contemporaines. Certaines femmes groenlandaises portent ainsi des bijoux ou des vêtements reprenant le motif du ulu. Celui-ci revient fréquemment dans la production artisanale sur différents supports tels que des boucles d’oreilles, des colliers, des broches ou de la vaisselle (Fig. 3). L'image du ulu, associée à celle de la femme, se retrouve aussi dans la production artistique inuit. La représentation d'un ulu, accompagné d’un harpon, sur le drapeau de l'un des partis groenlandais (Inuit ataqatigiit) témoigne aussi de la dimension particulière de cet outil. La question de son utilisation comme symbole culturel pour les femmes et pour la communauté inuit dans son ensemble doit être posée.

Fig. 2

Fig. 2

Utilisation du couteau ulu (tsakkek) sur la côte orientale du Groenland ; gauche : peaussage d’un kayak

Photographie Robert Gessain, Ammassalik, 1934-1935Musée du Quai Branly

Un outil peu étudié

4Les études archéologiques et anthropologiques concernant le ulu restent pourtant rares. Seuls quelques travaux se sont attachés à décrire les différents types chronologiques ou régionaux (Mason 1892, Porsild 1914, Mathiassen 1927 et 1933, Leroi-Gourhan 1946, Labrèche & Rankin 1991). Depuis la typologie proposée par Leroi-Gourhan en 1946, aucun travail de synthèse à l'échelle de l'Arctique n'a été réalisé. Si la question du remplacement des lames en ardoise polie par des lames en métal dans le sud-ouest de l’Alaska a été abordée par Linda Frink (2003), il y a eu peu d'études technologiques et fonctionnelles des ulu archéologiques. Au vu de son importance pour la communauté inuit et de sa fréquence sur les sites archéologiques, la rareté de tels travaux semble paradoxal. C'est peut-être dans la surreprésentation d'études archéologiques consacrées aux sphères d'activités masculines et à la culture matérielle qui lui est traditionnellement associée que doit être recherchée l'origine de ce vide épistémologique (Gillam 2009 : 34, 35).

Variabilité et fonction des couteaux

5Si plusieurs axes de recherche pouvaient être envisagés, ce sont les problématiques relatives à la variabilité et à la fonction du ulu qui ont été appréhendées dans le cadre de cette étude. Un premier constat simple, à savoir qu’il existe une très grande variabilité des couteaux ulu tant du point de vue géographique que chronologique, a constitué le point de départ de cette réflexion. Cette variabilité s’exprime d’abord à travers les régions arctiques et subarctiques. Un tel phénomène est en soit peu surprenant tant le cadre géographique est vaste ; il pourrait notamment s’expliquer par la conjonction de plusieurs facteurs culturels et environnementaux propres aux différents groupes ou aires de l’Arctique. Cette variabilité du ulu se retrouve également à des échelles géographiques locales et sur des périodes de temps courts ou contemporains. Il n'est pas rare en effet qu'un ensemble non homogène de couteaux soit associé à une même phase culturelle, à une même période d'occupation d'un site ou à une même structure archéologique (habitats, tombes). La contemporanéité de plusieurs types au sein d’un même groupe culturel est d’ailleurs mentionnée par certains ethnographes (Osgood 1940 : 89). La première question qui se pose alors concerne le sens que l’on peut donner à cette variabilité lorsqu’elle s’observe dans un cadre géographique et chronologique restreint. Cette variabilité est-elle significative d’un point de vue archéologique et comment peut-elle être étudiée ? Y a-t-il un lien entre la variabilité de ces ulu et leurs fonctions respectives ? Existe-t-il des types contemporains, avec des caractéristiques structurelles et morphométriques, auxquels correspondent des fonctions spécifiques ? Il s’agit ici de se demander si la variabilité des couteaux, telle qu’elle s’observe au niveau des dimensions, de la morphologie de la lame ou des tranchants, implique nécessairement une variabilité fonctionnelle.

  • 2 Le couteau de table illustre bien cette situation. Sa fonction première est de couper des aliments (...)

6Ces premières questions peuvent être nuancées si l’on reconsidère certaines tendances générales relatives à l’utilisation des couteaux. Si certains types, par leurs structures et leurs morphométries, sont associés quasi exclusivement à une fonction précise, d’autres ne le sont pas. À un seul et même couteau peuvent correspondre plusieurs fonctions, celui-ci en possédant une principale qui n’en exclut pas d’autres. Ce ne sont alors plus les caractéristiques morphométriques du couteau qui permettent la variabilité fonctionnelle mais son fonctionnement et la manière dont il est tenu ou mis en mouvement ; en d’autres termes, c’est l’usage différentiel du corps et des modes opératoires appliqués à la lame ou à une partie de celle-ci qui conditionnent et rendent possible les différentes fonctions de ce même outil2. La variabilité fonctionnelle ne dépend alors plus nécessairement des caractéristiques structurelles ou morphométriques.

7L’ethnographie et l’ethnohistoire attestent du fait que les couteaux ulu pouvaient être employés pour des activités diverses dans un même groupe culturel. On peut dès lors se demander si à la diversité des contextes d’utilisation ne correspondent pas des types de couteaux aux fonctions spécifiques ou bien s’il n’existe en réalité qu’un seul véritable type qui fonctionne différemment selon les gestes techniques employés. Cette question reformulée peut paraître anecdotique mais elle permet de réfléchir différemment à la fonctiond’un outil. Elle rend d’abord possible de tenir compte et d’étudier l’importance des gestes techniques associés au ulu dans le cadre d’une réflexion sur la fonction. Elle permet par ailleurs de réfléchir à cette problématique en se détachant de l’idée selon laquelle un outil correspond forcément une fonction bien spécifique dans un contexte d’utilisation déterminé. Enfin elle autorise une reconsidération de la notion d’outil « multifonctionnel ».

8La mise en place d’une démarche ethnoarchéologique circonscrite à un cadre géographique, chronologique et culturel bien déterminé, à savoir la région d’Ammassalik depuis la fin du xixe siècle, est apparue comme une approche pertinente pour poser la question de la variabilité fonctionnelle du ulu. Replacée dans une perspective archéologique, elle amène à dégager des tendances pour mieux comprendre la fonction des formes anciennes de cet outil.

Ammassalik et les Ammassalimiut

  • 3 Le métal pouvait provenir de lames de scies recyclées par les Ammassalimiut.

9La région d’Ammassalik se situe sur la côte Est du Groenland entre 65°30 et 66°30 de latitude nord. Bordée à l’ouest par l’Inlandsis et à l’est par l’océan Atlantique, elle est caractérisée par un important réseau de fjords, de nombreuses îles et un relief montagneux (Robbe 1971 : 137, Victor & Robert-Lamblin 1989 : 11). Le courant glacial qui longe la côte orientale participe à la formation d’une banquise qui constitue une barrière naturelle bloquant l’accès maritime de la région pendant près de neuf mois par an (Victor & Robert-Lamblin 1989 : 11). Lorsque le danois Gustav Holm arrive à Ammassalik à la fin de l’été 1884, il rencontre un groupe de 413 Inuit qui n’avaient encore jamais vu d’Européens dans cette région isolée du Groenland (Holm 1911). Les Ammassalimiut étaient alors une population de chasseurs nomades dont l’économie de subsistance reposait essentiellement sur le phoque (Hedegaard 1894-1919, Victor & Robert-Lamblin, 1989). D’autres mammifères marins étaient également exploités. La pêche de poissons, la collecte de crustacés ou de baies et la chasse d’oiseaux constituaient des ressources complémentaires (Holm 1911 : 25, Hedegaard 1894-1919 : 35). La chasse était une activité quasi exclusivement masculine tandis que la découpe des phoques, la redistribution des parts, le traitement des peaux, la préparation et la cuisson des aliments, la confection des vêtements et des couvertures, l’entretien des lampes ou la cueillette de baies étaient principalement effectuées par les femmes (Holm 1911 : 34, Thalbitzer 1912 : 503, Robbe 1977 : 83, Victor & Robert-Lamblin 1989 : 114). Depuis la fin du xixe siècle, plusieurs auteurs ont décrit l’utilisation du ulu par les femmes Ammassalimiut (Holm 1911, Thalbitzer 1912, Robbe 1975, Victor & Robert-Lamblin 1989). Le couteau est généralement constitué d’une manche en bois associé transversalement à une lame en métal3 par l’intermédiaire de deux montants (ou « jambes ») en os ou en métal. En Tunumisut, le dialecte parlé sur la côte est du Groenland, on emploie le terme « tsakkeq » pour désigner le couteau ulu. Ceux-ci ont été retrouvés sur plusieurs sites archéologiques de la région d’Ammassalik où ils sont encore utilisés aujourd’hui par certaines femmes (Mathiassen 1933 : 48, 70).

Axes méthodologiques et corpus d’étude

10Pour aborder la question de la variabilité fonctionnelle du tsakkeq, plusieurs axes de recherches sont envisagés : 1) l’étude de la variabilité structurelle et morphométrique des couteaux, 2) l’étude de ses différents contextes d’utilisation et 3) l’étude des gestes techniques qui lui sont associés.

Étude de la variabilité structurelle et morphométrique

  • 4 Les membres de cette expédition étaient Paul Emile-Victor, Robert Gessain, Michel Perez et Fred Mat (...)

11Cette étude a été faite à partir d’une petite série de couteaux collectés dans la région d’Ammassalik lors de la mission française au Groenland oriental en 1934-19354. Ce travail devait permettre d’établir les différentes formes de la variabilité des couteaux tsakkeq à Ammassalik, tout en questionnant leur représentativité et leur sens. Dans un premier temps, les types de couteaux ont été décrits puis leur variabilité interne étudiée.

12Les différents types ont été définis et identifiés par une étude structurelle. Par structure, terme emprunté à François Sigaut (2012 : 53), on comprend ce qui constitue un outil et ce qui lui permet de fonctionner. Les différents éléments composant les couteaux – à savoir une lame, un manche et une éventuelle pièce intermédiaire –, et la manière dont ils sont assemblés ont ici été considérés comme les critères permettant d’en définir et de distinguer les structures. L’identification des différents types structurels a été suivie par une analyse de leur récurrence dans la région d’Ammassalik.

13L’étude des caractéristiques morphométriques des couteaux et celle des matières premières employées pour leur fabrication constituent la suite logique de ce premier travail sur la structure. Les caractéristiques intrinsèques du manche, de la lame et du système d’assemblage ont été considérées pour être ensuite revues par rapport à la structure générale du couteau. Les différents critères retenus pour étudier de manière systématique la variabilité interne au type sont présentés en Figure 2.

Étude des contextes d’utilisation du couteau

14L’identification des différents contextes d’utilisation des tsakkeq à Ammassalik depuis 1884 a été la seconde étape dans cette réflexion sur la variabilité et la fonction. Ont été recensés l’ensemble des contextes d’utilisation mentionnés dans la documentation ethnographique ainsi que les informations relatives à l’usage différentiel de couteaux présentant une variabilité de leurs caractéristiques morphométiques. La documentation ethnographique visuelle a également été utilisée pour confirmer ou compléter les sources écrites. Il s’agissait de photographies prises dans la région Ammassalik par Robert Gessain, Jette Bang, Gerti et Noortje Nooter depuis 1934 et de croquis dessinés par Paul-Émile Victor.

15Pour chaque contexte d’activité étudié, les différentes étapes impliquant l’utilisation ou la présence du tsakkeq ont été enregistrées. Les informations précises concernant les caractéristiques du couteau restaient cependant rares. Si ce travail concernait essentiellement les fonctions mécaniques, certaines données relatives à l’utilisation ou la présence de l’outil dans le cadre de pratiques rituelles et funéraires ont également été relevées. Pour enrichir ce travail sur les fonctions de ce couteau, il était aussi intéressant d’étudier les informations qui traitaient de son utilisation par des enfants. Il s’agissait d’aborder le phénomène de miniaturisation de l’outil qui peut constituer un élément de variabilité fonctionnelle.

Fig 3

Fig 3

Critères d’étude des couteaux (Couteau tassakkeq, Ammassalik, Groenland, 1934-1935 : longueur de la lame 6 x 3,5 cm ; fer, os, bois

©Musée du Quai Branly (71.1934.175.16)

Étude des gestes techniques et du couteau dans les gestes techniques

16Le troisième axe d’étude a été construit sur l’idée qu’il était possible d’interroger la variabilité des couteaux et la diversité des contextes d’utilisation à travers une étude des gestes techniques et de l’outil dans les gestes techniques. Ainsi, une cinquantaine de photographies ethnographiques et une vingtaine de croquis ont été étudiés systématiquement. Ce travail sur les gestes impliquait de considérer la manière dont le corps est en interaction avec l’outil et la manière dont l’outil est mis en interaction avec la matière travaillée.

17Le premier critère retenu pour l’étude des gestes techniques fut celui de la position de travail. Paul-Émile Victor (Victor et Robert-Lamblin 1989, 1993) a pris soin de décrire et de dessiner les différentes positions de travail des Ammassalimiut. Afin d’utiliser et d’enrichir cette documentation, il a fallu réfléchir à la manière de décrire les postures du corps. Les principales difficultés concernaient l’organisation de la description du corps et la nécessité de trouver un vocabulaire adéquat. Les critères utilisés pour décrire les positions de travail sont inspirés par le travail de Bril (2010) sur les gestes techniques, le positionnement de l’axe vertébral, le positionnement de la tête par rapport à cet axe, les points d’appuis sur un support extérieur ou sur le corps lui-même.

18Cette réflexion sur le corps dans le geste technique a été prolongée par une étude de la préhension et de la prise de l’outil. Celles-ci constituaient le pivot de l’étude des gestes techniques; elles permettaient de faire le lien entre l’outil et le corps, entre le geste et la matière. La manière dont l’outil est tenu a une incidence fonctionnelle non négligeable. L’intérêt pour ce critère d’étude trouve en partie son origine dans les travaux de Fr. Sigaut sur les fonctions de la main (2012 : 42-50, 55, 56) et dans les croquis des différentes prises de couteaux dessinés à Ammassalik par Paul-Émile Victor (1989). Opérer une distinction entre préhension et prise est apparue comme une première nécessité pour étudier et décrire la manière dont une personne tient un outil. Le terme de préhension est venu désigner la localisation de la main sur le couteau. Celle-ci peut être proximale lorsque la main est sur le manche ou latérale lorsque celle-ci se situe directement sur la lame ou sur une pièce intermédiaire. Le terme de prise désigne quant à lui la manière dont la main et les doigts s’articulent autour du couteau. Cette terminologie constitue une première proposition à préciser ultérieurement.

19Les interactions entre l’outil et la matière, comme la partie du tranchant active ou l’orientation de la lame sur ou par rapport au support travaillé, ont enfin été étudiées. En revanche, la documentation n’a permis d’analyser que partiellement la succession des mouvements du corps et de l’outil.

20Pour chaque document, l’ensemble de ces éléments descriptifs a été étudié de manière systématique et enregistré dans une fiche d’analyse. Il a ensuite été possible de dégager de premières tendances concernant la récurrence de certains gestes dans les différents contextes d’utilisation identifiés. Le tableau 1 retranscrit de manière synthétique les premières données résultant de ce travail sur le geste et l’outil dans le geste.

Premières applications de la méthodologie

21Deux grands types de couteaux ulu, présents dans la région d’Ammassalik depuis 1884 et représentatifs de par leur récurrence dans les collections ethnographiques, ont été identifiés selon leurs structures. Le premier, le plus fréquent, est la forme locale de couteau à tranchant transversal. Le second est traditionnellement utilisé par les populations inuit du sud-ouest du Groenland et sa présence à Ammassalik est circonstancielle. Ce premier niveau de variabilité s’inscrit notamment dans des problématiques liées aux échanges entre les différents groupes groenlandais. La variabilité interne de ces types est importante. Dimension et morphologie de la lame, morphologie du tranchant et caractéristique de l’émouture sont apparus comme de possibles indices de variabilité fonctionnelle.

22Il y a une importante diversité des contextes d’utilisation des couteaux. L’outil est principalement associé à la transformation des matières souples et intervient notamment dans les processus de boucherie et de traitement des peaux. Il était également utilisé pour la découpe des parts lors du partage de gibier ou pendant des repas en communauté. Sa présence lors des rituels et des tabous qui encadraient le décès d’un membre de la société Ammassalimut témoigne quant à elle de la place significative qu’il occupait dans la vie sociale des femmes (Victor & Robert-Lamblin 1993 : 326, 332, 333).

23Plusieurs photographies attestent de l’utilisation par des enfants, de couteaux qui ne sont pas miniaturisés. Les sources ethnographiques ne mentionnent pas l’existence de couteaux miniatures fabriqués à leur intention mais attestent en revanche de phénomènes d’emprunts ou d’imitation (Victor & Robert-Lamblin 1989 : 276).

24L’étude des gestes techniques à partir de photographies et de croquis, est venue éclairer les données issues de l’étude du matériel et des contextes d’utilisation. La variabilité des modes de préhension et des prises est importante et possède une signification fonctionnelle. Il est aussi apparu que l’usure dissymétrique des lames étudiées, localisée sur la droite ou sur la gauche du tranchant par rapport à l’émouture asymétrique, pouvait s’expliquer par un phénomène de latéralisation manuelle. Cette étude est surtout venue souligner que la variabilité des contextes d’utilisation des couteaux, et donc de leurs fonctions, résulte aussi bien de leur caractéristiques intrinsèques que de l'usage différentiel du corps appliqué à ses éléments structurants et à ses différentes caractéristiques. Variabilité des postures du corps, variabilité des modes de préhension et de prises de l’outil, variabilité de ses modes opératoires ou de son fonctionnement et variabilité des couteaux sont ainsi étroitement liées.

Pour une approche plurielle de la notion de fonction

25Cette première approche fonctionnelle doit maintenant être enrichie par une étude des termes groenlandais employés pour désigner précisément ces couteaux inuit et les gestes techniques qui sont associés. La spécificité et la richesse du vocabulaire technique propre à l’artisan, distinct de celui d’un observateur profane, sont en effet intimement liées à la question de la fonction et du fonctionnement d’un outil. François Sigaut avait déjà évoqué cette problématique à travers son exemple de l’usage simplificateur qui peut être fait du terme « labourer » par les citadins (2010 : 89). Replacer le savoir et le savoir-faire de l’artisan au cœur de notre réflexion apparaît comme un impératif méthodologique pour envisager toute poursuite d’étude concernant la fonctionnalité d’un outil. L’étude de la fonction mécanique de ce couteau inuit ne constitue par ailleurs pas une fin en soi ; fonction sociale et fonction symbolique devront également être appréhendées pour constituer un programme complet de technologie culturelle. Il sera alors possible de reconsidérer les différentes dimensions fonctionnelles de cet outil qui constitue une passerelle entre la société traditionnelle et la société contemporaine Inuit.

Haut de page

Bibliographie

Birket-Smith, K. 1929. The Caribou Eskimos: Material and Social Life and their Cultural Position, Report of the Fifth Thule expedition 1921-24, 5, Copenhague, Nordisk Forlag,

Bril, B. 2010. « Description du geste technique : quelles méthodes ? », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 janvier 2013, consulté le 02 janvier 2014. URL : http://tc.revues.org/5001.

Bychkov V.V., Zagrebin I.A., Zagrebina T.M., Tagrina E.V., Zhuravkov V.V. 2002. Catalog of Objects of Material and Spiritual Culture of the Chukchi and Eskimos of the Chukchi Peninsula in the Provideniya Museum Collections, U.S. Department of the Interior, National Park Service, Shared Beringian Heritage Program, Anchorage, Alaska (traduit par R. L. Bland)

Frink, L., Hoffman, B.W., Shaw, R.D. 2003. « Ulu knife use in Western Alaska: A comparative Ethnoarchaeological Study », Current Anthropology, 44(1) : 116-121.

Gillam, P. H. 2009. Taking back the knife: The Ulu as an expression of Inuit Women strength, Master, University of Alaska Fairbanks.

Hedegaard, A. T. 1894-1919. Angmassalik, Arktisk Institut, manuscrit traduit et dactylographié par Robert Gessain, Bibliothèque Nordique (Sainte Geneviève), Paris.

Holm, G. 1911. Ethnological sketch of the Angmasalik eskimo, Meddelser om Grønland, 39(1), Copenhague, København, CA. Reitzel.

Labrèche, Y., Rankin, C. 1991. Traditionnal Ulus and their prehistoric counterparts in the central and Eastern Arctic, Inuit Studies, 15(1): 105-130.

Larsen, H. 1934. Dødemandsbugten. An Eskimo Settlement on Clavering Island, Meddelser om Grønland, 102(1), Copenhague, København, CA. Reitzel.

Leroi-Gourhan, A. 1946. Archéologie du Pacifique Nord, Paris, Institut d’ethnologie.

Mason, O. T. 1892. The Ulu, or woman’s knife of the Eskimo, U.S. Government Printing Office.

Mathiassen, T. 1927. Archæology of the Central Eskimos. Report of the fifth Thule expedition, 1921-24, vol.4. Copenhague, Gyldendal.

Mathiassen, T. 1933. Prehistory of The Angmagssalik Eskimos, Meddelser om Grønland, 92(4), Copenhague, København, CA. Reitzel.

Nelson E. W. 1899. The Eskimo About Bering Sea, Smithsonian Institution Bureau of American Ethnology Annual Report, 1896-1897, XVIII-1.

Osgood, C. 1937. The ethnography of the Tanaina, New Haven : Department of the Social Sciences, Yale University, Yale University Press, H. Milford, Oxford University Press, Londres.

Osgood, C. 1940. Ingalik Material Culture, Yale University publications in anthropology, 22, New Haven: Department of Anthropology, Yale University, Yale University Press, H. Milford, Oxford University Press, Londres.

Porsild M. P. 1914, « Studies on the material culture Eskimo in West Greenland », Meddelelser om Grønland, 51-5 : 111-250.

Robbe, P. 1971. Climat d’Angmagssalik, Cahiers du Centre de recherches anthropologiques, XII° Série, tome 8, fascicule 1-4 : 137-166

Robbe, B. 1975. « Le traitement des peaux de phoque chez les Ammassalimiut observe en 1972 dans le village de Tilleqilaq », Objets et Mondes, XV(2) : 199-208.

Robbe, B. 1977. « Tradition et changement du rôle et des activités des femmes de chasseur dans un village de la côte est du Groenland », Actes du XLIIe congrès international des américanistes, congrès du centenaire, Paris, 2-9 septembre 1976, V, Paris, société des américanistes : 83-89.

Sigaut, F. 2010. « Des Idées pour observer », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 janvier 2013, consulté le 03 janvier 2014. URL : http://tc.revues.org/4991.

Sigaut, F. 2012. Comment Homo devint faber, Paris, Cnrs éditions.

Thalbitzer, W. 1912. Ethnological collections from East Greenland Meddelelser om Grønland 39, 7, Copenhague, København, CA. Reitzel.

VanStone, J. W. 1972. « The first Peary Collection of Polar Eskimo Material Culture », Fieldiana Anthropology, 63(2) : 31-80.

VanStone, J. W. 1980. The Bruce collection of Eskimo material culture from Kotzebue sound, Alaska, Fieldiana Anthropology NS, 1, Field Museum of Natural History, Chicago.

Victor, P.-E. & J. Robert-Lamblin 1989. La civilisation du Phoque : Jeux, Gestes et techniques des Eskimos d’Ammassalik, Arnaud Colin-Raymond Chabaud, Paris.

Victor, P.-E., Robert-Lamblin, J. 1993. La civilisation du phoque : Légendes, rites et croyances des Eskimo d’Ammassalik, Raymond Chabaud, Bayonne.

Haut de page

Notes

1 Le terme ulu est ici employé invariablement au singulier.

2 Le couteau de table illustre bien cette situation. Sa fonction première est de couper des aliments cuits ou crus préalablement préparés ou cuisinés pour être consommés. Le tranchant associé à un mouvement unidirectionnel de l’ensemble main-avant-bras-bras est utilisé pour couper un morceau de viande. Ce couteau peut néanmoins aussi servir à tartiner de la confiture, à éplucher un fruit, à prendre de la moutarde dans un pot ou à pousser des aliments dans une assiette. Sa structure et sa forme restent les mêmes, mais ses fonctions sont multiples de par les gestes employés. Pour tartiner de la confiture, on posera la lame à plat pour l’étaler sur le pain avec un mouvement de va-et-vient du poignet.

3 Le métal pouvait provenir de lames de scies recyclées par les Ammassalimiut.

4 Les membres de cette expédition étaient Paul Emile-Victor, Robert Gessain, Michel Perez et Fred Matter-Steveniers.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Des couteaux ulu groenlandais, utilisés à l’écomusée Kittat, Nuuk, Groenland, décembre 2004
Crédits Photographie Camille Viot
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 2
Légende Utilisation du couteau ulu (tsakkek) sur la côte orientale du Groenland ; gauche : peaussage d’un kayak
Crédits Photographie Robert Gessain, Ammassalik, 1934-1935Musée du Quai Branly
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3125/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig 3
Légende Critères d’étude des couteaux (Couteau tassakkeq, Ammassalik, Groenland, 1934-1935 : longueur de la lame 6 x 3,5 cm ; fer, os, bois
Crédits ©Musée du Quai Branly (71.1934.175.16)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3125/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Viot, « Tous semblables, tous différents  », Les nouvelles de l'archéologie, 141 | 2015, 50-55.

Référence électronique

Camille Viot, « Tous semblables, tous différents  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/3125 ; DOI : 10.4000/nda.3125

Haut de page

Auteur

Camille Viot

Doctorante, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, Umr 8096 Archéologie des Amériques, cam.viot@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org