Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie boréale

Recherches autour des critères d’identification sexuelle des bois de renne

Constitution d’une collection de référence
Aline Averbouh
p. 44-49

Résumés

Le bois de renne a constitué l’une des matières premières majeures exploitées par les populations anciennes des hautes latitudes comme par celles préhistoriques d’Europe, lorsque le renne (Rangifer tarandus Linn. 1758) occupait une place importante dans la faune du Pléistocène. À la suite du retrait des glaciers, lors de la transition Pléistocène-Holocène, le renne est remonté vers le nord pour être, aujourd’hui, le ruminant le plus septentrional du monde. La transformation du bois de renne a pour seul but de produire un objet. La structure et la morphologie générale du bois comme de ses différentes parties, ses propriétés physiques et chimiques ou mécaniques ont une influence directe sur la façon de concevoir la fabrication et la forme de l’objet pour qu’il soit le mieux adapté à sa fonction. Toutefois, ces caractéristiques varient en fonction des individus, des conditions environnementales, de la position anatomique de la partie utilisée et du stade de développement du bois. Dans le cadre d’une analyse technologique d’un ensemble en bois de renne, archéologique comme actuel, il importe de pouvoir les cerner afin d’identifier au mieux l’origine de la portion de bois utilisée pour aborder, notamment, la façon de concevoir l’exploitation économique d’un bois ou sa période de collecte. Cerner les constantes et les variantes morpho-métriques et mécaniques des bois de renne a été l’objectif principal de la mise en place d’une collection de référence de bois de renne.

Haut de page

Texte intégral

1Le bois de renne a constitué l’une des matières premières majeures exploitées par les populations anciennes des hautes latitudes comme par celles préhistoriques d’Europe, lorsque le renne (Rangifer tarandus Linn. 1758) occupait une place importante dans la faune du Pléistocène. À la suite du retrait des glaciers, lors de la transition Pléistocène-Holocène, le renne est remonté vers le nord pour être, de nos jours, le ruminant les plus septentrional du monde (Banfield 1961, Engel-Martin 2007, Syroechkovskii 1995).

  • 1 Pour toute information sur l’analyse technologique (méthodes et enjeux) appliquée à l’étude des ind (...)

2Le bois de renne présente une structure interne binaire constituée, une fois la pousse achevée, par un tube de tissu compact enserrant la partie médullaire spongieuse. Ses propriétés mécaniques dépendent du rapport « compact / spongieux » c’est-à-dire de l'épaisseur relative de chacun de ces deux tissus qui varie en fonction des individus (âge, sexe, position dans le groupe), des conditions environnementales, de la position anatomique de la partie utilisée et du stade de développement du bois : son cycle annuel le fait successivement passer d'un cartilage fibreux à un tissu osseux véritable pour s'achever par sa chute. Un bois de mue offre donc des qualités mécaniques optimales alors que celles d'un bois de massacre vont dépendre du stade de maturité atteint. Il en est de même de la forme et des dimensions des bois ou, plus précisément, de leurs différentes parties. En conséquence, certains s'avèrent mieux adaptés que d'autres à des projets déterminés selon ces variations. Dans le cadre d’une approche technologique1 d’un ensemble en bois de renne, archéologique comme actuel, il importe de pouvoir cerner ces variantes afin d’identifier au mieux l’origine (anatomique et sexuelle) de la portion de bois utilisée et de conduire une réflexion argumentée sur les aspects socio-économiques de la production des équipements qui en découle. Identifier les constantes et les variantes morpho-métriques et mécaniques des bois de renne, notamment selon leur appartenance sexuelle, a donc été l’objectif principal de la mise en place d’une collection de référence de bois de renne, amorcée dès la fin des années 1990 (Averbouh 2000). Le choix des critères descriptifs a été posé dans l’optique de l’analyse technologique des industries paléolithiques en matières dures animales mais il est également valable pour tout autre industrie, notamment actuelles ou sub-actuelles d’Amérique du Nord. Dans tous les cas, il renvoie nécessairement à la bio-éthologie du renne.

Le renne et ses bois

3Le renne appartient à la famille des Cervidés (genre Rangifer, espèce tarandus), définie par la présence de bois, protubérances crâniennes osseuses annuellement caduques (Crigel et al. 2001). Il est le seul cervidé dont les mâles et les femelles portent des bois. Sans détailler ici l’éthologie du renne (pour ce faire, voir notamment Jacobi 1931, Bouchud 1966, Harrison 1972, Hirotani 1990, Engel-Martin 2007, Enloe 2007, Kuntz 2011), il est utile de retenir que cet animal fréquente les toundras, la taïga ou les montagnes, qu’il est physiologiquement adapté pour résister à un climat rigoureux et supporte de ce fait des températures particulièrement basses en hiver (jusqu’à -50°C) dans des zones où le couvert neigeux est important. Cet animal grégaire vit généralement en troupeaux dont la composition varie au fil des saisons (Miller 1974 cité par Kuntz 2011) et qui se regroupent lors des migrations printanières et automnales.

4L’origine et le développement du genre Rangifer a donné lieu à de nombreuses recherches et plusieurs hypothèses ont été émises quant à sa classification en différentes sous-espèces ou groupes fossiles et actuels (Banfield 1961, Bubenik 1975, Geist 2007). Sans entrer dans les détails (pour ce faire, voir la synthèse établie par D. Kuntz (2011), il importe de rappeler qu’en l’absence de consensus clair sur la taxinomie, les populations de renne sontde préférence classées en quatre écotypes principaux, selon leurs habitats : montagne, toundra, forêt et milieu insulaire.

Structure et développement du bois de renne

5Une ramure se compose de deux bois dont le poids peut dépasser la dizaine de kilos chez un mâle adulte pour quelques kilos seulement chez la femelle (Mathiasson & Dalhov 1988). Ces excroissances osseuses ne possèdent cependant pas d’ostéones mais une structure lamellaire traversée de vaisseaux sanguins (O’Connor 1987 cité par Christensen 2004). Le bois pousse en prolongement d’un pédicule osseux, structure permanente issue de l’os frontal et est composé d’une perche tubulaire centrale à partir de laquelle se développent des andouillers à la base et une empaumure bordée d’épois à son extrémité opposée (fig. 1). Les bois sont relativement symétriques mais l’andouiller d’œil ou la chevillure peuvent parfois manquer sur l’und’entre eux.

Figure 1

Figure 1

Nomenclature descriptive des différentes parties d’un bois de renne

(d’après Averbouh 2000 in Brossard 2015 modifié)

6Ils connaissent un cycle de développement annuel s’achevant par leur chute. Leur pousse débute par la mise en place de leur forme et de leurs dimensions pour être suivie par la mise en place du tissu osseux compact (Bouchud 1966). De ce fait, les parties basilaires (du bois lui-même comme des départs d’andouillers) présentent toujours une forte épaisseur de ce tissu comparée à celle des parties éloignées (comme l’empaumure ou les extrémités d’andouiller).

7Mâles et femelles ne poussent pas leurs bois au même moment de l’année. Chez les mâles adultes leur croissance débute vers la fin de l’hiver/début du printemps pour s’achever après le rut, au début de l’hiver suivant (Bouchud 1966, Murray 1993 in Kuntz 2011). Les bois des femelles entament leur pousse au début de l’été pour s’achever au printemps, après la mise bas en cas de gestation. Chez les individus adultes en bonne santé, la croissance des bois est rapide (environ 4 mois) offrant ainsi une matière première de bonne qualité plusieurs semaines avant leur chute ; cela a parfois conduit les groupes préhistoriques à exploiter des bois de massacre, même si leur choix s’est porté de façon très majoritaire sur les bois de chute.

8La morphologie des bois est déterminée par le patrimoine génétique, ce qui rend improbable le développement de ramures identiques chez deux individus différents (Wislocki et al. 1947, Engel-Martin 2007). Pour autant, nous avons vu que des éléments constants (type et position des andouillers, rectitude de la perche A, surface sans perlure, etc.) permettent de décrire un bois de renne et de le distinguer de ceux des autres cervidés. Ces principales distinctions restaient insuffisantes pour s’accorder avec le niveau d’information détaillé que requiert une analyse technologique. Nous avons donc cherché à isoler d’autres constantes permettant d’identifier les différentes parties d’un bois lorsqu’elles sont désolidarisées les unes des autres (ce qui est généralement le cas dans les séries d’industries osseuses préhistoriques), afin de pouvoir les localiser anatomiquement, les latéraliser (gauche, droit) et les attribuer à un individu mâle ou femelle, adulte ou jeune.

La collection de référence

9Pour répondre à nos objectifs, la collection de référence a été axée sur l’acquisition de bois, ou mieux de ramures complètes d’individus actuels dont on connaît au moins l’âge et le sexe. Dans une optique plus large, ce référentiel doit aussi permettre de connaître les propriétés mécaniques, morphologiques et métriques qu'offrent les bois au cours de leur développement et mieux cerner la potentielle utilisation des bois de massacre. Elle vise également à étudier les variations possibles dans la formation des bois, au niveau des causes (constitution des hardes, conditions environnementales et saisonnières, etc.) comme des effets (caractéristiques morphologiques, structurelles et dimensionnelles). Ainsi, la collection a été étendue au fil des ans à des individus de tous âges, de façon à mettre en valeur la variabilité existant entre individus de même sexe et même âge au sein d’un même troupeau, ou, pour un seul individu sur plusieurs années. Dans la mesure du possible, nous avons tenté de privilégier le suivi des acquisitions sur un groupe donné. Parallèlement, il importe de faire varier les origines géographiques des spécimens, que ce soit à l’échelle des régions, des zones ou des continents de façon à comprendre la gamme de variabilité, ou du moins d'en estimer l’étendue au niveau des causes comme des effets. Ainsi, aux champs classiques de la fiche descriptive (fig. 2) qui accompagne l'enregistrement de chaque ramure (comme l'âge, le sexe, la région, la période d'acquisition, etc.) s’adjoignent des rubriques consacrées aux troupeaux, à la position de l’individu dans la harde, aux régions et aux conditions climatiques de l'année. En effet, la taille et la complexité des bois sont, chez le renne, corrélées avec le succès dans les combats et la dominance au point que, chez les mâles, la perte de la ramure les relègueraient en bas de la hiérarchie (Engel-Martin 2007).

Figure 2

Figure 2

Collection de référence : exemple d’une fiche descriptive

(Averbouh 2000)

  • 2 Ces deux missions sont respectivement dirigées par Françoise David et Claudine Karlin (Umr 7041 ArS (...)

10À ce jour, la collection compte plus d’une trentaine de ramures et quelques bois isolés, ce qui porte le nombre de pièces étudiées à un total de soixante cinq. Elle est principalement constituée d’exemplaires rapportés de Sibérie par la mission « ethnorenne » financée par l'Institut français pour la recherche et la technologie polaire (Ifrtp) avec l'aide du ministère des Affaires étrangères (David & Karlin 2003) et la mission « système renne », financée par le ministère de la Recherche)2. Les quinze premières ramures ont été acquises au sein de deux troupeaux, un sauvage et un domestique, de la région de Popigaï (sud-est du Taïmyr, Russie) au cours des campagnes d'automne 1995 et du printemps 1996. D’autres ont été prélevées dans deux troupeaux du sovkhoze d'Atchaïvaïam (nord-est du Kamtchatka, Russie) lors de la campagne d'automne 1998. Enfin, des spécimens provenant d’un élevage des Alpes de Haute-Provence ont également été pris en compte, d’une part parce que les individus étaient tous issus d’une lignée récente de renne de toundra de Finlande et, d’autre part, parce qu’il était intéressant de voir si les constantes, notamment morphologiques, identifiées pour les rennes sauvages ou domestiques des hautes latitudes perduraient dans un milieu beaucoup plus restreint et beaucoup plus tempéré. L’établissement de caractéristiques distinctives à « large spectre » suppose la consultation d’un grand nombre d’exemplaires, objectif que nous sommes loin d’avoir atteint. Toutefois, en dépit du faible nombre de bois actuels étudiés, quelques caractéristiques ont pu être d'ores et déjà isolées, notamment parce qu’elles témoignaient d’une forte récurrence. Si l’étude de ces populations des zones septentrionales est « un atout majeur pour obtenir de précieuses informations relatives à l’écologie, la biologie et l’éthologie de l’espèce » (Kuntz 2011), on doit d’évidence rester prudent quant à l’utilisation des données recueillies même si « elles sont déterminantes » (Ibidem). Du reste, malgré les nombreuses recherches conduites sur ce sujet (notamment Bouchud 1966, Delpech 1983, Weinstock 2000, Magniez 2010), la seule reconnaissance d’une appartenance à l’écotype forestier ou de toundra des formes fossiles du Paléolithique supérieur d’Europe occidentale fait toujours débat.

  • La constitution de cette collection vise à identifier :

  • les critères morphologiques distinctifs des différentes parties d’un bois ;

  • les critères structurels distinctifs des différentes parties d’un bois ;

  • les critères sexuels distinctifs.

11Dans cette courte présentation, nous avons choisi d’exposer les critères sexuels mais les critères morphologiques et structurels seront prochainement publiés (Averbouh en préparation).

Les critères sexuels distinctifs

12Pour déterminer et comprendre la sélection de certains types de bois de renne opérée par les groupes préhistoriques, il est particulièrement important de pouvoir différencier les bois de mâles de ceux des femelles. Or, s'il est aisé d'identifier un bois de mâle adulte (à partir du sixième bois) ou de daguet (premier bois), il est, en revanche, beaucoup plus délicat de distinguer le bois d’une femelle de celui d’un jeune mâle. D’une manière générale, on a tendance à attribuer à une femelle les bois de faible module ; mais ce critère n’est ni systématique, ni constant, y compris chez une même population. Aujourd’hui encore, la différenciation sexuelle des bois reste très subjective car les critères de reconnaissance ne sont toujours pas clairement établis, en dépit des travaux conduits par J. Bouchud entre 1959 et 1966. Orientées vers l’identification de l’âge et du sexe des rennes fossiles, ses recherches l’ont conduit à isoler des éléments de reconnaissance sur les dents et sur les bois d’individus actuels. Mais les critères retenus pour les bois (concavité ou convexité du médaillon, hauteur du col du pédicule) sont loin d’être universellement reconnus chez les populations de rennes actuels ou fossiles. Après avoir tenté de localiser, en vain, la série de référence sur laquelle il s’était appuyé, nous avons consulté la collection du Museum d’histoire naturelle de Paris (Mnhn), l'une des rares existant en France. Cette dernière s'est malheureusement révélée assez pauvre et surtout peu à même de répondre aux questions que nous souhaitions aborder car ni les âges, ni les sexes, ni les saisons de collecte n’étaient indiqués. Nous nous sommes donc appuyée sur l’étude des bois de la collection constituée pour mettre en avant trois critères principaux de distinction des bois de mâle et de femelle :

  • la morphométrie générale du bois,

  • la section de la perche,

  • le rapport compact/spongieux.

13D’un point de vue morphologique, on sait que les bois de mâles (adultes) sont en général beaucoup plus ramifiés que ceux de femelles : les épois d’empaumure et d’andouillers sont, par exemple, plus systématiquement présents et nombreux sur les premiers que sur les seconds. Cette différence semble d’ailleurs se marquer dès la deuxième année si l’on tient compte des observations faites sur des bois de jeunes du même âge. On connaît, néanmoins, des exemples de bois de femelles suffisamment ramifiés pour être confondus avec celui d’un mâle.

14Du point de vue métrique, on sait également que les bois sont nettement plus grands chez les mâles (adultes) que chez les femelles, tant en hauteur – puisqu’ils atteignent aisément plus d’un mètre de flèche –, qu’en largeur et en épaisseur de ses différentes parties : base, perche, andouiller, épois. Par exemple, des mesures prises sur des bois de mâles et de femelles de 4 ans indiquent que la circonférence de la base est comprise entre 10 à 11 cm pour les premiers et 7,5 à 9 cm pour les secondes. De même, la perche atteint près de 93 cm pour les mâles et n'est comprise qu'entre 34 et 54 cm pour les femelles (Bouchud 1966).

15Quant aux sections, nous avons remarqué que celle de la première partie de la perche (perche A) était généralement ovale ou biconvexe chez le mâle (fig. 3b) et plutôt circulaire chez la femelle (fig.3a). Cette différence semble apparaître très tôt puisqu’elle est visible chez des animaux de 2/3 ans. Enfin, sans pouvoir se prononcer avec certitude sur une attribution mâle ou femelle des bois, on retrouve néanmoins cette distinction entre petit module à section circulaire, moyen et gros module plutôt biconvexe et ovalaire dans le matériel fossile abandonné par les populations du Paléolithique supérieur final d’Europe occidentale (15000-10000 av . J.-C., datations C14 non calibrées).

Fig. 3

Fig. 3

Collection de référence : sections et contour de bois de jeunes rennes de Sibérie, abattus fin mars/début avril 1996 lors de la migration d’une harde sauvage, région de Popigaï, nord Xatanga, Krasnoïarsk (Russie). Vues face externe en position anatomique ; mesures des coupes transversales en mm.

(Averbouh 2000)

a – individu femelle de 2 ou 3 ans (n°11-SIB), bois de massacre ayant achevé son développement complet (dimensions et structure interne). Vue face externe, hauteur totale : 350 mm, largeur perche base : 25 mm ;

b – individu mâle de 3 ou 4 ans (n°8-SIB), bois de massacre ayant atteint sa taille définitive mais dont le développement n’est pas encore achevé, le tissu compact continuant de se former aux extrémités, hauteur totale : 380 mm, largeur perche base : 29 mm

16Les différences existant entre les bois de mâles et de femelles dans le rapport « compact/spongieux » sont peut-être encore plus caractéristiques. En fait, c’est surtout l’épaisseur du tissu compact de la perche qui est significative. En effet, elle atteint chez le mâle adulte des dimensions que n’approchera jamais le tissu compact d’un bois de femelle, même adulte. Les mesures prises sur les exemplaires de la collection de référence, ainsi que celles recueillies sur les bois fossiles de mâles adultes (aisés à reconnaître par leurs dimensions), montrent que cette épaisseur dépasse 5/6 mm sur chacune des faces (interne, externe) de la perche A. En revanche, elle atteint difficilement 4 mm sur la perche des bois de femelles et avoisine plus généralement 3 ou 3,5 mm. Là encore, cette différence peut être perçue assez tôt puisque, sur la série étudiée, l’épaisseur du tissu compact des bois de jeunes mâles d’au moins 2 ans dépasse déjà celle du tissu compact des bois de femelles adultes.

17Si l’on passe en revue de façon synthétique les éléments reconnus, on peut avancer que :

18les bois de rennes femelles sont peu ramifiés, de type plutôt tubulaires avec une perche A qui présente une section généralement circulaire et possède un tissu compact dépassant rarement 3/4 mm d’épaisseur ;

19les bois de jeunes mâles (2 à 3 ans), davantage ramifiés, montrent plus de digitations à l’extrémité des andouillers et présentent une section plutôt biconvexe de la perche A, dont l’épaisseur du tissu compact peut déjà atteindre 4/5 mm ;

20les bois de mâles adultes (5 ans et plus), de grandes dimensions, généralement plus ramifiés et digités que les précédents, possèdent une section ovalaire en perche A et un tissu compact d’épaisseur supérieure à 6/7 mm.

21L’épaisseur du tissu compact et le rapport proportionnel des deux tissus peuvent être des indices relativement fiables pour déterminer l’origine sexuelle de la matière. Par exemple, un objet fini, constitué uniquement de tissu compact et dont l’épaisseur est égale à 5 mm, en dépit d’un façonnage total qui a éliminé la surface anatomique d’origine, a une forte probabilité d’être issu d’un bois de mâle adulte et probablement de la perche. À l’inverse, un élément peu modifié dont le tissu compact ne dépasse pas une épaisseur de 3/4 mm peut être associé à un bois de faible module, c’est-à-dire, selon toute vraisemblance, un bois de femelle adulte. Cependant, en ne tenant compte que de ce critère, on peut fausser très rapidement la détermination. Nous avons vu, en effet, que l’épaisseur du tissu compact varie en fonction de sa localisation sur la ramure. Or, certaines parties d’un bois de mâle adulte, et plus encore de jeune mâle, peuvent présenter une épaisseur de tissu compact inférieure ou égale à celle de la perche d’un bois de femelle adulte. La longueur, la largeur, la section, la morphologie de l’objet, même façonné, doivent alors être prises en compte pour le localiser sur la ramure, afin de replacer l’épaisseur du tissu compact en contexte. La détermination sexuelle de la matière ne peut donc se faire qu’en examinant tous les paramètres cités et en confrontant pour chaque pièce les éléments qui les caractérisent. Depuis les années 2000, ces critères ont été souvent utilisés par d’autres chercheurs pour donner une attribution sexuelle aux bois fossiles mais pas toujours de façon appropriée. Il nous faut rappeler que ces critères ne doivent en aucun cas être utilisés isolément ; c’est leur convergence qui permet d’attribuer un bois ou une partie à un sexe plutôt qu’à l’autre, lorsque cela est possible. Si les éléments observés ne sont pas probants, il convient de rester prudent et de classer le matériel étudié en module (grand, moyen, petit) comme cela avait déjà été spécifié (Averbouh 2000). Nous tenons également à insister sur la prudence à respecter vis-à-vis des critères distinctifs reconnus. En effet, c'est parce que les observations effectuées sur les bois de mâles adultes de la collection ont été aussi relevées sur d’autres bois actuels et fossiles, mettant en valeur l’existence sensible de similitudes, que nous avons, par extension, généralisé celles faites sur les bois de femelles et de jeunes mâles. Nous les avons prises en compte, pour cette raison, lors de la détermination sexuelle des bois de nos séries d’étude ; mais il n’en reste pas moins que ces critères ont été établis à partir d'un nombre réduit d’exemplaires. Pour dépasser ce stade et proposer des critères fiables, une bien plus vaste consultation de bois s’impose. C’est l’un des objectifs majeurs de l'enrichissement à venir de la collection de référence.

Haut de page

Bibliographie

Averbouh A. 2000. Technologie de la matière osseuse travaillée et implications palethnologiques, l'exemple des chaînes d’exploitation du bois de Cervidé chez les Magdaléniens des Pyrénées, Thèse de Doctorat, Université de Paris I, 2 vol.

Averbouh A. 2001. « Methodological specificities of techno-economic analysis of worked bone and antler : mental refitting and methods of application », In Choyke A. (dir.), Crafting bone: skeletal technologies through time and space: proceedings of the 2nd International Meeting of the Worked Bone Research Group, Budapest, august 31-september 5 1999, Oxford, Archaeopress,, B.A.R : 111-121.

Banfield A.W.F. 1961. A Revision of the Reindeer and Caribou, Genus Rangifer, Ottawa, Northern affairs and naturals ressources, National Museum of Canada, Bulletin n° 177.

Bouchud J. 1966. Essai sur le Renne et climatologie du Paléolithique moyen et supérieur, Imprimerie Magne, Périgueux.

Brossard Cl. 2015. Caractérisation et contextualisation de l’industrie en matière dure animale du Paléolithique supérieur de la grotte du Figuier (Ardèche). Première approche typologique et techno-fonctionnelle, Mémoire de Master 1, Université Lumière Lyon 2, 2 vol.

Bubenik A.B. 1975. « Taxonomic value of antlers in genus Rangifer », In Luick J. R., P. C. Lent, D. R. Klein et R. G. White (ed.): Proceedings of the First International Reindeer and Caribou Symposium, 9-11 août 1972 University of Alaska, Fairbanks, Alaska, Fairbanks, the University, Biological Papers of the University of Alaska, Special Report 1 : 41-63.

Christensen M. 2004. « Fiche caractères morphologiques, histologiques et mécaniques des matières dures d'origine animale », In D. Ramseyer (dir.), Matières et techniques, collection des fiches typologiques de l’industrie osseuse préhistorique, Paris, Société préhistorique française : 17 - 28.

Crigel M.-H., Balligand M. & Heinen E. 2001. « Les bois de cerf », revue de littérature scientifique, Annales de Médecine Vétérinaire, 145 : 25-38.

David F. et Karlin Cl. 2003. « Hier et aujourd'hui : des cultures du renne ? », Revue archéologique de Picardie, numéro spécial, 21, 1 : 283 - 295.

Delpech F. 1983. Les faunes du Paléolithique supérieur dans le sud-ouest de la France. Bordeaux-Paris, Cnrs éditions.

Engel-Martin C., 2007. Adaptation au milieu du Renne (Rangifer tarandus) : comparaison des stratégies de deux espèces, Thèse de doctorat vétérinaire, Faculté de Médecine de Créteil.

Enloe J.G. 2007. « L'écologie du renne et l'adaptation des chasseurs : un aperçu du Paléolithique », In S. Beyries et V. Vaté (ed.), Les civilisations du Renne d'hier et d'aujourd'hui. Approches ethnohistoriques, archéologiques et anthropologiques, XXVIIe rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes. Apdca, Antibes : 209-222.

Geist V. 2007. « Defining Subspecies, Invalid Taxonomic Tools, and the Fate of the Woodland Caribou », Rangifer, Special Issue 17 : 25-28.

Harrisson m. L. 1972. « La vie des mammifères », InLa Grande encyclopédie de la nature, vol. 16, Paris-Montréal : Bordas édition française (éd. originale anglaise 1971).

Hirotani A. 1990. « Social Organization of Reindeer (Rangifer tarandus) with Special Reference to Relationship among Females », Canadian Journal of Zoology, 68 : 743-749.

Jacobi A. 1931. Das Rentier : eine zoologische Monographie der Gattung Rangifer, Leipzig : Akademische Verlagsgesellschaft m.b.H. Zoologischer Anzeige. Ergänzungsband zu Band 96.

Kuntz D. 2011. Ostéométrie et migration(s) du Renne (Rangifer tarandus) dans le sud ouest de la France au cours du dernier Pléniglaciaire et du Tardiglaciaire (21 500 et 13 000 Cal.BP), Thèse de doctorat en anthropologie sociale et préhistoire, Université de Toulouse II - Le Mirail.

Mathiasson S. & Dalhov G. A. 1988. Animaux Sauvages d’Europe, adaptation française de Michel Cuisin, Paris, éditions Gründ, édition originale 1987.

Magniez P. 2010. « Incidence des fluctuations climatiques sur la taille du Renne (Rangifer tarandus) au Pléistocène supérieur », Quaternaire, 21, 3 : 25 -279.

Miller F.L. 1974. Biology of the Kaminuriak Population of Barren Ground Caribou. Part 3: Taiga Winter Range Relationships and Diet, Canadian Wildlife Service Reports, Ottawa.

Murray N.A. 1993. The behavioural ecology of reindeer (Rangifer tarandus) during the last glaciation in Britain and its implications for human settelment, subsistence and mobility, Unpublished Ph. D. thesis, University of Edinburgh, Scotland.

O’Connor T.P. 1987. « On the Structure, Chemistry and Decay of Bone, Antler and Ivory. Archaeological Bone, Antler and Ivory », The United Kingdom Institute for Conservation Occasional Papers, 5,  : 6 - 8.

Syroechkovskii E.E. 1995. Wild Reindeer, Smithsonian Institution Librairies, Washington.

Weinstock J. 2000. « Osteometry as a Source of Refined Demographic Information: Sex-ratio of Reindeer, Hunting Strategies, and Herd Control in the Late Glacial Site of Stellmoor, Northern Germany », Journal of Archaeological Science, 27 : 1187 - 1195.

Wislocki G.B., Weatherford H.L. & Singer M. 1947. « Osteogenesis of Antlers Investigated by Histological and Histochemical Methods », Anatomical Record, 99 (3) : 265-295.

Haut de page

Notes

1 Pour toute information sur l’analyse technologique (méthodes et enjeux) appliquée à l’étude des industries en matière dure animale, voir Averbouh 2000 (français) ou Averbouh 2001 (anglais).

2 Ces deux missions sont respectivement dirigées par Françoise David et Claudine Karlin (Umr 7041 ArScAn-Éthnologie préhistorique) pour la première et Sylvie Beyriès et Claudine Karlin pour la seconde.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Nomenclature descriptive des différentes parties d’un bois de renne
Crédits (d’après Averbouh 2000 in Brossard 2015 modifié)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 2
Légende Collection de référence : exemple d’une fiche descriptive
Crédits (Averbouh 2000)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3118/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3
Légende Collection de référence : sections et contour de bois de jeunes rennes de Sibérie, abattus fin mars/début avril 1996 lors de la migration d’une harde sauvage, région de Popigaï, nord Xatanga, Krasnoïarsk (Russie). Vues face externe en position anatomique ; mesures des coupes transversales en mm.
Crédits (Averbouh 2000)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3118/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aline Averbouh, « Recherches autour des critères d’identification sexuelle des bois de renne », Les nouvelles de l'archéologie, 141 | 2015, 44-49.

Référence électronique

Aline Averbouh, « Recherches autour des critères d’identification sexuelle des bois de renne », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/3118 ; DOI : 10.4000/nda.3118

Haut de page

Auteur

Aline Averbouh

Cnrs, Archéozoologie, archéobotanique : Sociétés, pratiques et environnements (Umr 7209), Sorbonne Universités, Muséum national d’histoire naturelle, Cnrs, Paris
aline.averbouh@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org