Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie boréale

Dorsétiens et Thuléens dans l’Arctique de l’Est canadien, quelle modalité de remplacement (~XIIIe siècle apr. J.-C. ) ?

Claire Houmard
p. 38-43

Résumés

Les Thuléens ont remplacé les Dorsétiens, derniers représentants des Paléoesquimaux, autour du xiiie siècle de notre ère. Ces deux groupes culturels, considérés comme deux populations génétiquement distinctes, ont vécu sur les mêmes territoires, le long des côtes de l’Arctique de l’Est canadien et groenlandais. L’animal est au centre de leur mode de vie, qu’il s’agisse de besoins alimentaires ou techniques ; matières dures (dent, os, bois de cervidé) et souples (chair, peau, tendon) sont utilisées. L’objectif était de reconstituer les comportements techniques et les traditions culturelles dorsétiennes et thuléennes, afin de comprendre les modalités du remplacement des premiers par les seconds. Si l’industrie en matières dures d’origine animale des Dorsétiens commence à être bien connue, tel n’est pas encore le cas pour celle des Thuléens. L’étude technologique menée à partir de cette culture matérielle montre que la scission proposée entre ces deux entités culturelles ne se traduit pas aussi nettement que postulée dans l’exploitation des matières osseuses. Les Thuléens fabriquent leurs objets en utilisant les mêmes techniques que les Dorsétiens, seuls les outils changent Est-ce le signe d’un métissage plus important que postulé entre les deux groupes ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les régions arctiques sont caractérisées par un climat rigoureux, une végétation clairsemée et des ressources alimentaires essentiellement animales. Capital pour les sociétés traditionnelles de l’Arctique, l’animal est donc abondamment exploité pour sa chair, sa peau, ses os, ses dents et, quand il en possède, ses bois, ses cornes ou ses fanons. L’industrie qui en est issue occupe une place prépondérante dans la culture matérielle des sociétés arctiques canadiennes. Les milliers d’objets retrouvés sur chaque site, généralement très bien conservés, couvrent un large panel d’activités : chasse/pêche (harpon, lance, flèche, foëne, leurre), activités domestiques (couteau, manche, herminette, grattoir, aiguille, poinçon, récipient), transport (patin de traîneau, boucle de harnais à chiens) et représentations symboliques (amulette, ornement). C’est à partir de ce matériel d’étude, qui fait le lien entre l’homme et son environnement, que mes recherches aspirent à retracer les mécanismes d’adaptation ainsi que les dynamiques de peuplement de l’Arctique canadien. Une étude technologique approfondie visant à retrouver les comportements techniques et les traditions culturelles des deux principales populations en présence, dorsétienne versus thuléenne, a donc été entreprise.

État de la question

2La plupart des chercheurs s’accordent sur le déroulement général du peuplement de l’Arctique, qui a connu deux temps forts : une première vague de migration autour de 2500 av. J.-C., puis une seconde pendant l’Optimum climatique médiéval, autour du xiiie siècle apr. J.-C. (Figure 1). La première vague de peuplement s’est probablement déroulée en plusieurs étapes. À l’Est du Canada, la population prédorsétienne, semble avoir évolué de manière endogène, sans réelles influences des sociétés arctiques alaskiennes et/ou subarctiques amérindiennes (Taylor 1968 ; Houmard 2011a). Les Prédorsétiens deviennent progressivement les Dorsétiens, autour de 800 av. J.-C. ; ils vivent pour l’essentiel de l’exploitation de ressources marines (phoques, morses, narvals), complétées selon les saisons par les espèces migratrices (caribous, oiseaux, poissons) et parfois par le renard, le bœuf musqué ou l’ours polaire (Murray 1996 ; Monchot et Gendron 2011, Houmard 2011b).

3Cette population dorsétienne semble disparaître subitement vers les xiiie-xve siècles de notre ère, sans que les raisons de cette extinction soient bien comprises. La disparition des derniers Dorsétiens semble coïncider avec l’arrivée des Thuléens, de nouveaux groupes venus eux aussi d’Alaska. Les premiers indices de l’expansion thuléenne, couvrant la presque totalité du territoire occupé auparavant par les Dorsétiens, ont d’abord été datés autour de l’an mille (Mathiassen 1927 ; McGhee 1969/1970). Depuis les années 2000, au vu des nouvelles analyses et interprétations des datations radiocarbone, les chercheurs pensent que la migration se serait plutôt produite au cours du xiiie siècle (McGhee 2009 ; Gulløv & McGhee 2006 ; Friesen & Arnold 2008 ; Morrison 2009). Cette expansion vers l’Est aurait été motivée par une volonté de fuir des conflits liés à une forte pression démographique (Mason 1998 ; Maschner 2000 ; Harritt 2004) et/ou par la recherche de nouveaux matériaux, comme le fer du Groenland (McGhee, 2009, McCullough 1989). Actuellement, certains chercheurs privilégient l’hypothèse des enjeux commerciaux pour justifier ces déplacements (Gulløv et McGhee 2006 ; McGhee 2009b).

Premiers Thuléens, derniers Dorsétiens : quelles modalités de remplacement ?

4La migration thuléenne et les changements qu’elle implique font partie des principales problématiques abordées dans l’Arctique canadien : s’agit-il d’une expansion démique et/ou d’une acculturation des Dorsétiens par les Thuléens ?

5L’hypothèse de contacts et de transferts de technologie entre les derniers Dorsétiens et les premiers Thuléens est généralement défendue (Gulløv 1996 ; Appelt et al. 1998). Les Dorsétiens auraient ainsi transmis aux Thuléens l’art de construire des maisons de neige, attesté par le couteau à neige et la sonde. Ils auraient inspiré les morphologies de certaines têtes de harpon, de patins de traîneau, de sculptures (Maxwell 1985) et de certains styles de vêtements. De leur côté, les Thuléens auraient apporté l’idée des tunnels d’entrée et des plateformes de couchage surélevées pour les maisons d’hiver (Bielawski 1979), ainsi que l’utilisation plus fréquente d’outils en métal (McGhee 1997). Certains archéologues nuancent ce scénario, proposant un contact éphémère entre Dorsétiens et Thuléens, qui n’aurait pas permis une réelle acculturation (Bielawski 1979 ; Maxwell 1985 ; McGhee 1997 ; Friesen 1999). Plus radicalement, Robert Park envisage une absence de contact (1993, 2000), considérant que les analogies observées dans l’habitat et la chasse au phoque relèvent de simples convergences et d’emprunts de forme n’impliquant pas nécessairement un contact direct.

6L’interprétation des mêmes éléments de la culture matérielle varie donc fortement selon les chercheurs. La plupart des transferts de technologie dorsétienne/thuléenne rapportés reposent sur de simples observations visuelles, en termes de présence/absence ou d’analogies stylistiques. Quelle est la nature réelle de ces transferts ? L’approche technologique est essentielle pour apporter de nouveaux éléments de réponse. À juste titre, Marcel Mauss (1967) considérait que l’étude d’une communauté se devait d’inclure les relations qu’elle entretenait avec le monde animal et végétal pour faire le lien entre l’ensemble des activités qu’elle pratiquait et leur impact sur la construction de ses représentations symboliques. L’analyse des pratiques techniques permet en effet de retrouver les savoirs et savoir-faire particuliers des individus, c’est-à-dire de caractériser leurs traditions (Leroi-Gourhan 1964). En associant les processus de fabrication aux informations stylistiques, l’objectif est de distinguer ce qui relève de simples copies (reproduction de morphologies en utilisant des savoir-faire propres), d’emprunts de certains traits et/ou techniques, ou du transfert de technologie (transmission de savoir-faire pour une copie à l’identique).

Que disent la génétique, la linguistique et les datations radiocarbone ?

7Des analyses génétiques, effectuées sur de l’ADN ancien mitochondrial des trois populations arctiques (Dorsétiens, Thuléens et Inuit actuels), montrent que les Inuit d’aujourd’hui descendraient directement des Thuléens et se distingueraient assez nettement des Dorsétiens (Raghavan et al. 2014).

8En revanche, au Groenland, la linguistique indiquerait plutôt un métissage. Le dialecte parlé sur la côte Est du Groenland semble venir du Nord mais résulter d’un mélange entre deux langues dont l’une n’a pas encore été identifiée. Certains chercheurs pensent que cette langue de provenance inconnue aurait une origine dorsétienne et qu’un processus d’acculturation a eu lieu (Gulløv et McGhee 2006). Selon les régions, plusieurs scénarios se distingueraient ainsi, impliquant des métissages plus ou moins importants entre Dorsétiens et Thuléens.

9Actuellement, le faible degré de précision des datations absolues accroît la difficulté de privilégier l’un ou l’autre scénario de remplacement de population ; les dates se superposent en effet pour les sites dorsétiens et thuléens entre 800 et 1400 apr. J.-C. (Friesen 2004). Est-ce le reflet de la réalité ou est-ce lié à l’imprécision inhérente aux méthodes actuelles de datation radiocarbone ? Les échantillons marins sont malheureusement affectés par un effet réservoir qui les vieillit de 400 à 700 ans par rapport aux échantillons terrestres, sans possibilité de calibration fiable à l’heure actuelle pour redresser cet écart (Ross et al., 2012). Bien que dans une moindre mesure, les échantillons terrestres pourraient aussi être affectés par ce phénomène (Nelson & McGhee 2002). Les programmes de datation en cours dans l’Arctique occidental, notamment ceux liés à la dendrochronologie, permettront, espérons-le, d’obtenir des dates radiocarbone plus fiables et comparables d’un matériau à l’autre et d’une région à l’autre.

Caractérisation culturelle des sociétés dorsétiennes et thuléennes

10L’industrie en matières dures d’origine animale (os, ivoire, bois de caribou, corne) est l’un des seuls éléments de la culture matérielle qui permet de bonnes comparaisons entre Dorsétiens et Thuléens. Ces derniers n’ont pas développé une industrie lithique aussi riche et diversifiée que les Dorsétiens (Desrosiers 2009). Actuellement, la technologie osseuse des Dorsétiens commence à être bien connue (LeMoine et Darwent 1998 ; LeMoine 2005 ; Houmard 2011; Wells 2012). Tel n’est pas le cas pour celle des Thuléens dont les études sont rares (Nagy 1990). Il s’agit essentiellement d’études typologiques réalisées surtout pour les têtes de harpon (Mathiassen 1927, Collins 1951, Gulløv 1996). D’un point de vue technique, ces deux populations se différencieraient par leur outils. Autour du Golfe de Foxe, les Dorsétiens semblent avoir travaillé les matières osseuses surtout avec des outils lithiques pour les Dorsétiens (microlame, grattoir, pseudo-burin, herminette), et les Thuléens surtout avec des outils métalliques (lame de couteau, foret). Les outils en métal étant rarement préservés, c’est par des indices indirects, notamment les stigmates laissés sur les déchets et les outils en matières osseuses, que leur utilisation est attestée (Hahn 1980, Le Mouël et al. 2004).

11Les résultats présentés ici proviennent de l’étude de collections dorsétiennes et thuléennes conservées respectivement au Musée canadien de l’Histoire (Gatineau, Canada) et au Musée national du Danemark. Onze structures archéologiques réparties sur quatre sites prédorsétiens et dorsétiens (Parry Hill, Jens Munk, Freuchen et Kaersut) de la région d’Igloolik, et deux maisons semi-souterraines thuléennes du site de Naujan dans la Repulse Bay (Fig. 1), sont prises en compte. Un millier de pièces a ainsi été étudié (Tableau 1).

Tableau 1

Période

Site

Structure

Nb d'objets étudiés

Total par période

Prédorsétien ancien

Parry Hill

P 5001

42

118

P 4801

76

Prédorsétien récent

Jens Munk

M 2403

152

152

Dorsétien ancien

Freuchen

F 2301

41

248

F 2207

121

F 2011 (habitation)

52

P 2001

34

Dorsétien moyen

Freuchen

F 2005

44

206

Kaersut

K 1801

77

Jens Munk

M 2201 (habitation)

54

Parry Hill

P 1703

31

Dorsétien récent

Kaersut

K 0801

98

98

Thuléen classique

Naujan

Maison 8

252

252

Thuléen récent

Naujan

Maison 6

90

90

TOTAL

1164

Corpus d’étude et classement technologique du matériel étudié

12Dans l’Arctique, la qualité des résultats de l’étude technologique dépend beaucoup des méthodes de fouilles et des fortes contraintes logistiques imposées par l’environnement. Les coûts de rapatriement des vestiges ont souvent limité la récolte de ceux jugés peu élaborés. Par ailleurs, certaines espèces chassées, très volumineuses, imposaient probablement des opérations de débitage sur le lieu d’abattage de l’animal plutôt qu’au campement. L’essentiel des collections est donc composé d’objets finis (63 % en moyenne), un peu moins nombreux pour le Prédorsétien ancien (43 %). La reconstitution des chaînes opératoires, du bloc brut à l’objet fini, est ainsi souvent lpartielle. Une étude ciblée de certaines étapes et/ou de techniques a été privilégiée afin de faciliter les comparaisons.

13Un premier classement par matière première a été effectué, distinguant les différentes espèces et les parties anatomiques utilisées à des fins techniques. Les pièces récoltées ont souvent un bon état de conservation pour les sites d’Igloolik (85-98 %) ; un peu moins bon pour les maisons de Naujan (77-86 %). Cependant, l’identification des matières premières est bien meilleure pour le site de Naujan car les objets thuléens sont de plus grandes dimensions. Figure 1 : Cartographie des migrations arctiques et des sites étudiés (d’après Gilbert et al. 2008)

Figure 1

Figure 1

Cartographie des migrations arctiques et des sites étudiés

(d’après Gilbert et al. 2008)

14En ne conservant que les pièces replacées d’un point de vue anatomique, une distinction assez nette apparaît entre Dorsétien et Thuléen : l’utilisation des défenses de morse est une spécificité dorsétienne (Fig. 2). C’est d’ailleurs à cette période que le morse est le plus exploité, incluant le maxillaire et le baculum (Murray 1996, Houmard 2011b, Monchot et al. 2013). Le bois de caribou, bien que fréquemment utilisé à la fin du Prédorsétien, l’est plus encore à partir du Dorsétien récent, tendance qui perdure au Thuléen. Des changements semblent s’opérer à la fin du Dorsétien : exploitation accrue du caribou, utilisation ponctuelle d’outils en métal dans certaines régions (LeMoine 2005), réapparition de têtes de harpon à logette ouverte, qui tendent à rapprocher les comportements des derniers Dorsétiens de ceux des Thuléens. Les cétacés, peu ou pas chassés au Dorsétien, deviennent de plus en plus exploités au Thuléen. Les os de caribou le sont assez peu de manière générale. La sélection des os d’oiseaux et de phoque reste spécifique des Prédorsétiens et des Dorsétiens et a tendance à diminuer au cours du temps.

Figure 2

Figure 2

Modalités de sélection des matières premières du Prédorsétien au Thuléen récent

15D’un point de vue technique, sur les sites étudiés autour du Golfe de Foxe, les Dorsétiens se distinguent des Thuléens par l’utilisation d’outils uniquement lithiques (notamment pseudo-burins, racloirs), tandis qu’à Naujan les outils sont métalliques pour les phases de débitage et de façonnage ; par contre, pour les perforations, l’utilisation du foret lithique est attestée (Fig. 3). En revanche, les techniques et méthodes de fabrication sont très comparables, tout comme les intentions de production : le rainurage est dans les deux cas la technique presque exclusivement utilisée pour le débitage, avec un sectionnement en deux du bloc dans la longueur ; il est également utilisé pour l’aménagement des logettes et des perforations proximales de ligature pour les têtes de harpon thuléennes. Le raclage intervient pour les phases de mise en forme de l’objet, qu’il s’agisse d’un creusement de la matière ou d’une régularisation des surfaces ; l’abrasion est très rare dans les deux cas pour la fabrication d’objets en matières osseuses, contrairement aux outils lithiques, où elle se généralise dès la fin du Prédorsétien (Desrosiers 2009). Lorsqu’elle est utilisée, la percussion lancée tranchante vise presque toujours à créer une surface adhérente pour consolider la prise en main ou le maintien de la ligature, quelque soit le site étudié ; elle est rarement employée pour la mise en forme, excepté au tout début du Prédorsétien.

Figure 3

Figure 3

Principales techniques utilisées du Prédorsétien au Thuléen récent

(d’après Houmard 2013)

16Bien que très souvent utilisées pour distinguer un objet dorsétien d’un objet thuléen, les procédés de perforation évoluent au cours du temps. D’abord presque exclusivement réalisées par rainurage au Dorsétien, les perforations sont plus souvent faites au foret à archet au Thuléen même si, au début de cette période le rainurage est encore attesté. Avec cette perduration, la rupture ne paraît donc pas aussi nette que celle souvent envisagée. L’emploi du foret à main ou à archet est en revanche spécifique du Thuléen : d’abord uniquement lithiques, les forets deviennent parfois métalliques au Thuléen récent (Figure 3).

Conclusion

17L’étude menée sur différents sites dorsétiens et thuléen autour du Golfe de Foxe a montré qu’il n’existait pas de rupture nette entre les pratiques techniques des deux cultures. De manière générale, les techniques de fabrication évoluent peu en 4 500 ans dans cette région : le rainurage est presque exclusif pour les phases de débitage, comme le raclage pour le façonnage. Lorsqu’elle est employée, la percussion lancée tranchante est mise en œuvre avec les mêmes intentions techniques. Enfin, les techniques de perforation, bien que généralement distinctes entre Dorsétien et Thuléen, montrent quelques points communs au début du Thuléen avec le maintien du rainurage pour les perforations destinées à la ligature des têtes de harpon.

18Les changements observés en termes de sélection des matières premières sont aussi progressifs : les défenses de morse, largement privilégiées par les Dorsétiens, constituent encore un tiers de l’effectif au Thuléen ancien à Naujan, ayant été délaissées au Thuléen récent au profit des os de cétacé. Les discontinuités généralement avancées pour distinguer les Dorsétiens des Thuléens sont moins marquées que ce qui est souvent proposé. Est-ce le signe d’un métissage plus important que postulé entre Dorsétiens et Thuléens ou bien le témoignage d’une très lente évolution des techniques et des méthodes de fabrication au point d’origine de la migration thuléenne, c’est-à-dire en Alaska ?

19Ces exemples permettent de montrer le fort potentiel informatif de la technologie pour la caractérisation culturelle des sociétés. L’étude comparative des comportements et des adaptations des sociétés arctiques face à des conditions climatiques et environnementales changeantes mérite d’être poursuivie par l’étude d’un plus grand nombre de site, à une plus large échelle, celle de l’Arctique nord-américain. Les traditions techniques observées en technologie osseuse gagneraient à être comparées à celles utilisées pour le travail du bois et des matières lithiques. C’est en incluant également les données environnementales à une échelle locale puis macro-régionale que pourront être mieux compris les processus et les mécanismes de remplacement des Dorsétiens par les Thuléens.

Haut de page

Bibliographie

Appelt, M., Gulløv, H.C. et Kapel, H. 1998. « The Gateway to Greenland, Report on the field Season 1996 », in J. Arneborg et H.C. Gulløv (eds)., Man, Culture and Environment in Ancient Greenland, Report on a Research Programme, Danish Polar Center Publication, vol. 4, Dansk Polar Center, Copenhague : 136-153.

Bielawski, E. 1979. « Contactual Transformation: The Dorset-Thule Succession », in A.P. McCartney (ed.), Thule Eskimo Culture: An Anthropological Retrospective, Mercury Series Paper n° 88, Canadian Museum of Civilization, Archaeological Survey of Canada, Ottawa : 100-109.

Collins, H.B. 1951. The Origin and Antiquity of the Eskimos, Annual Report of the Smithsonian Institution 1950, Washington.

Desrosiers P.M., 2009. À l’origine du Dorsétien : Apport de la technologie lithique des sites GhGk-63 et Tayara (KbFk-7) au Nunavik, Thèse de doctorat, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne.

Friesen, T.M. 1999. « Resource structure, scalar stress, and the development of Inuit social organization », World Archaeology 31(1) : 21-37.

Friesen, T.M. 2004. « Contemporaneity of Dorset and Thule Cultures in the North American Arctic: New Radiocarbon Dates from Victoria Island, Nunavut », Current Anthropology 45(5) : 685-691.

Friesen, T.M. et Arnold, C. 2008. « The timing of the Thule migration: new dates from the Western Canadian Arctic », American Antiquity 73(3) : 527-538.

Gulløv, H.C. 1996. « In Search of the Dorset Culture in the Thule Culture », in B. Grønnow (ed.), The Paleo-Eskimo Cultures of Greenland – New Perspectives in Greenlandic Archaeology, Pulication n° 1, Danish Polar Center, Copenhague : 201-214.

Gulløv, H.C. et McGhee, R. 2006. « Did Bering Strait people initiate the Thule migration? », Alaska Journal of Anthropology 4(1-2) : 54-63.

Hahn, J., 1980. « L’utilisation de la corne de boeuf musqué chez les Esquimaux du Cuivre », in D. Stordeur ‘dir.), Objets en os, historiques et actuels, Première réunion du group de travail n° 6 sur l’industrie de l’os, GIS-Maison de l’Orient méditerranéen/Presses universitaires de Lyon, Lyon : 83-92.

Harritt, R. 2004. « A Preliminary reevaluation of the Punuk-Thule interface at Wales, Alaska », Arctic Anthropology 41(2) : 163-176.

Houmard, C. 2011a. L’exploitation des matières dures d’origine animale au Paléoesquimau dans l’Arctique, Thèse de doctorat, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, Université Laval.

Houmard, C. 2011b. « L’exploitation du morse au cours du Dorsétien dans l’Arctique canadien : apports de l’étude du site de Tayara (KbFk-7, Nunavik, Canada) », in D. Vialou (dir.), Peuplements et préhistoire en Amériques, Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris : 167-178.

LeMoine, G.M. 2005. « Understanding Dorset from a different perspective: worked antler, bone and, ivory », in P.D. Sutherland (ed.), Contributions to the Study of the Dorset Palaeo-Eskimos, Canadian Museum of Civilization, Archaeological Survey of Canada, Mercury Series n° 167, Gatineau : 133-145.

LeMoine, G.M. et Darwent, C.M. 1998. « The Walrus and the Carpenter: Late Dorset ivory working in the High Arctic », Journal of Archaeological Science 25(1) : 73-83.

Le Mouël, J.-F., M. Le Mouël et A. Rigaud, 2004. « Fiche ethnoarchéologie : Le travail du bois de caribou dans la culture de Thulé ancien », in P. Cattelain, M. Patou-Mathis et D. Ramseyer, Matières et techniques, Industrie de l’os préhistorique, cahier XI, Société préhistorique française, Paris : 219-223.

Leroi-Gourhan A., 1964. Le geste et la parole: technique et langage, Albin Michel, Paris.

Maschner, H. 2000. « Catastrophic change and regional world system », in M. Appelt, J. Berglund et H.C. Gulløv (eds.), Arctic Identities and Culture Contacts, Danish Polar Center, Copenhague : 252-265.

Mason, O.K. 2009. « “The Multiplication of Forms”: Bering Strait Harpoon Heads as a Demic and Macroevolutionary Proxy », in A. Prentiss, I. Kujit et J.C. Chatters (dir.), Macroevolution in Human Prehistory. Evolutionary Theory and Processual Archaeology, Springer, New York : 73-107.

Mathiassen, T. 1927. Archaeology of the Central Eskimos, I, Descriptive Part, Report of the Fifth Thule Expedition, 1921-1924, 4(1) Descriptive Part, (2) Analytical Part.

Mauss M., 1967. Manuel d’ethnographie, Paris, Payot.

Maxwell, M.S. 1985, Prehistory of the Eastern Arctic, New York, Academic Press Inc.

McCullough, K. 1989. The Ruin Islanders: Early Thule Culture Pioneers in the Eastern High Arctic, National Museums of Canada, Archaeological Survey of Canada-, Mercury Series 141, National Museum of Man, Ottawa.

McGhee, R. 1969/1970. « Speculations on Climatic Change and Thule Culture Development », Folk 11/12: 173-184.

McGhee, R. 1997. « Meetings Between Dorset Culture Palaeo-Eskimo and Thule Culture Inuit: Evidence from Brooman Point », in R. Gilberg et H.C. Gulløv (eds.), Fifty Years of Arctic Research: Anthropological Studies from Greenland to Siberia, Ethnographical Series vol. 18, Department of Ethnography, National Museum of Denmark, Copenhagen: 209-213.

McGhee, R. 2000. « Radiocarbon dating and the timing of the Thule migration », in M. Appelt, J. Berglund & H.C. Gulløv (eds.), Identities and Cultural Contacts in the Arctic, Danish Polar Center, Copenhague: 181-191.

McGhee, R. 2009. « When and Why Did the Inuit Move to the Eastern Arctic? », in H. Maschner, O. Mason et R. McGhee (eds), The Northern World AD 900-1400, The University of Utah Press, Salt Lake City: 155-157.

Monchot, H. et Gendron, D. 2011. « Fox Exploitation by the Paleoeskimo at The Tayara Site, Nunavik », Arctic Anthropology, vol. 48, n° 1: 15-32.

Monchot, H., Houmard, C., Dionne, M.-M., Desrosiers, P.M.et Gendron D. 2013. « The modus operandi of walrus exploitation during the Palaeoeskimo at the Tayara site (South shore, Hudson Strait, Canada) », Anthropozoologica 48 (1) : 15-36.

Morrison, D. 2009. « The ‘Arctic Maritime’ Expansion: A View from the Western Canadian Arctic », in H. Maschner, O. Mason & R. McGhee (eds), The Northern World AD 900-1400, The University of Utah Press, Salt Lake City: 164-178.

Murray, M.S. 1996. Economic Change in the Palaeoeskimo Prehistory of the Foxe Basin, N.W.T., PhD Thesis, McMaster University.

Nagy, M.I., 1990. Caribou Exploitation at the Trail River Site, Northern Yukon, Occasional Papers in Archaeology, n°2, Yukon, Heritage Branch.

Nelson, D.E. et McGhee, R. 2002. « Aberrant Radiocarbon Dates on an Inuit Arrowhead », Arctic, vol. 55, n° 4: 345-347.

Park, R.W. 1993. T »he Dorset-Thule Succession in Arctic North America: Assessing Claims for Culture Contact », American Antiquity 58(2): 203-234.

Park, R.W. 2000. « The Dorset-Thule Succession Revisited », in M. Appelt, J. Berglund & H.C. Gulløv, Identities and Cultural Contacts in the Arctic, National Museum of Denmark, Danish Polar Center Publication n° 8, Copenhague: 192-205.

Raghavan M., M. DeGiorgio, A. Albrechtsen, I. Moltke, P. Skoglund, T.S. Korneliussen, B. Grønnow, M. Appelt, H.C. Gulløv, T.M. Friesen, W. Fitzhugh, H. Malmström, S. Rasmussen, J. Olsen, L. Melchior, B.T. Fuller, S.M. Fahrni, T. Stafford Jr., V. Grimes, M.A.P. Renouf, J. Cybulski, N. Lynnerup, M. Mirazon Lahr, K. Britton, R. Knecht, J. Arneborg, M. Metspalu, O.E. Cornejo, A.-S. Malaspinas, Y. Wang, M. Rasmussen, V. Raghavan, T.V. O. Hansen, E. Khusnutdinova, T. Pierre, K. Dneprovsky, C. Andreasen, H. Lange, M.G. Hayes, J. Coltrain, V.A. Spitsyn, A. Götherström, L. Orlando, T. Kivisild, R. Villems, M.H. Crawford, F.C. Nielsen, J. Dissing, J. Heinemeier, M. Meldgaard, C. Bustamante, D.H. O’Rourke, M. Jakobsson, M. T.P. Gilbert, R. Nielsen, E. Willerslev, 2014. « The genetic prehistory of the New World Arctic », Science 345: 1020-1029.

Ross M., D.J. Utting, P. Lajeunesse et K.G.A. Kosar, 2012. « Early Holocene deglaciation of northern Hudson Bay and Foxe Channel constrained by new radiocarbon ages and marine reservoir correction », Quaternary Research 78 : 82-94.

Taylor, W.E. Jr. 1968. The Arnapik and Tyara sites. An archaeological study of Dorset Culture Origins. Memoirs of the Society for American Archaeology, American Antiquity 33 (4), part. 2, Salt Lake City, University of Utah,.

Wells, P.J., 2012, Social Life and Technical Practice: an analysis of the osseous tool assemblage at the Dorset Palaeoeskimo site of Philip’s Garden, Newfoundland, PhD, Memorial University, Terre-Neuve.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Cartographie des migrations arctiques et des sites étudiés
Crédits (d’après Gilbert et al. 2008)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 2
Légende Modalités de sélection des matières premières du Prédorsétien au Thuléen récent
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 3
Légende Principales techniques utilisées du Prédorsétien au Thuléen récent
Crédits (d’après Houmard 2013)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3108/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Houmard, « Dorsétiens et Thuléens dans l’Arctique de l’Est canadien, quelle modalité de remplacement (~XIIIe siècle apr. J.-C. ) ? », Les nouvelles de l'archéologie, 141 | 2015, 38-43.

Référence électronique

Claire Houmard, « Dorsétiens et Thuléens dans l’Arctique de l’Est canadien, quelle modalité de remplacement (~XIIIe siècle apr. J.-C. ) ? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/3108 ; DOI : 10.4000/nda.3108

Haut de page

Auteur

Claire Houmard

Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie,Nanterre, clairehoumard@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org