Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie boréale

Faisons parler les pierres

Le jade de la préhistoire récente de l’Alaska
Angélique Neffe
p. 25-31

Résumés

Au xiiie siècle apr. J.-C. les Thuléens – ancêtres des Inuits actuels – se développent dans le nord-ouest de l’Alaska. Dès lors, et davantage entre le xve et la période du contact à la fin xviiie siècle apr. J.-C., les objets façonnés en jade sont très abondants dans les niveaux archéologiques des sites de cette région. Afin de comprendre les techniques qui ont été employées pour la production de ces objets, le statut social que donnaient cette pierre verte et son rôle dans l’économie de subsistance depuis le développement de la culture Thuléenne (1200- 1800 apr. J.-C.), une recherche doctorale sur l’économie du jade a été mise en place. Son objectif est d’explorer les relations socioculturelles qui existaient potentiellement au sein des communautés thuléennes, ainsi que les relations sociales et commerciales maintenues entre les deux côtés du détroit de Béring au cours du dernier millénaire, et l’impact de ces relations sociales et commerciales sur la culture matérielle des communautés du nord-ouest de l’Alaska. Cet article propose un premier aperçu des techniques de façonnage des objets en jade à partir des assemblages archéologiques de cette région, et de leur statut tel que perçu à travers les sources ethnographiques.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie toutes les personnes et les organismes qui ont contribué à cette recherche, à la fois en France et aux États-Unis. Cette étude est réalisée sous la direction de C. Alix et V. Darras (Laboratoire d’archéologie des Amériques, Umr 8096, Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne). L’analyse tribologique des pièces en jade du cap Espenberg a eu lieu au Laboratoire de tribologie et dynamique de systèmes (Umr 5513, École centrale de Lyon) en collaboration avec H. Procopiou, R. Vargiolu et H. Zahouani. L’examen au MEB a été réalisé au Laboratoire science et surface de Lyon. Cette recherche a été financée dans le cadre d’un Anr, par la commission franco-américaine de la Fondation Fulbright, et la Fondation Martine Aublet. Enfin, je remercie très vivement les habitants des villages de Ambler, Shungnak, Kobuk et Kotzebue pour leur aide et le partage de leur savoir.

Introduction

1Aujourd’hui en Alaska, les magasins de souvenirs proposent souvent un vaste choix de bijoux et d’éléments décoratifs en jade. La valeur commerciale de ce matériau est attestée bien avant l’arrivée des explorateurs du xviiie et xixe siècles. En effet, des parures, des objets décoratifs, mais surtout des outils en jade étaient produits et échangés entre l’intérieur et la côte dès la première moitié du 2e millénaire apr. J.-C.

2Au 1er millénaire apr. J.-C., plusieurs entités culturelles interagissaient dans le détroit de Béring et se partageaient les ressources maritimes et terrestres dans un contexte de mobilité, de migration et d’organisation sociale et économique de plus en plus complexe. On observe ainsi une intensification de la chasse à la baleine, des indices de conflits armés, un nombre croissant de structures de stockage et des changements dans la taille des campements, interprétés comme des variations démographiques (Mason 1998). En termes de relations économiques, des indices de circulation des techniques, des objets et des matières premières, comme l'obsidienne (Clark & McFadyen 1993), la céramique (Anderson et al. 2011), le fer et le bronze (Hoffecker & Mason 2011) témoignent d'un réseau d'échange étendu jusqu'en Asie.

3Vers l’an mille, ce contexte culturel est marqué des deux côtés du détroit de Béring par des groupes à forte identité régionale, dont le Birnirk (600-900 apr. J.-C.) et le Punuk (650-1100 apr. J.-C.), à l’origine de la culture de Thulé (Mason & Bowers 2009), ancêtre direct des Inupiat du nord de l’Alaska (Ford 1959).

4L’outillage en jade fait son apparition dans les sites du nord-ouest de l’Alaska au xiiie s. apr. J.-C. L’exploitation de cette matière devient d’un coup prépondérante dans les premières occupations du Thulé occidental sur la côte et le long du fleuve Kobuk (Giddings & Anderson 1986) et peut être décrite comme une signature culturelle. Dès lors et jusqu’au début du xixe s., cet outillage compte parmi les assemblages les plus répandus, après ceux fabriqués en ardoise et en chert (Giddings 1952). Pourtant, son rôle dans le développement du continuum Thulé-Inupiaq (1200-1800 apr. J.-C.) et la question de sa circulation, des techniques utilisées pour le travailler et de son statut ont été peu abordées et n’ont pas fait l’objet d’analyses systématiques.

5Développée dans le cadre d’une recherche doctorale, l’analyse des techniques de transformation et d’utilisation des jades explore les changements culturels qui ont pu avoir lieu à trois moments clés :

6- à l’origine de la culture de Thulé à la fin du 1er millénaire ;

7- au xve s., quand l’emploi du jade devient prépondérant ;

8- au moment des premiers contacts avec les Occidentaux aux xviiie et xixe s.

9L’examen de l’économie des jades dans la Préhistoire récente de l’Alaska vise donc à explorer le savoir technique et les relations socioculturelles des Thuléens, ainsi que les relations sociales et commerciales qui ont pu être maintenues : 1) entre les groupes de l’intérieur et de la côte, et 2) des deux côtés du détroit. L’étude des industries du jade s’inscrit dans une recherche plus large sur les matières premières, leur manufacture et leur circulation au moment où émerge la culture de Thulé. Elle apparaît comme fondamentale puisque, même si les objets retrouvés dans les sites de la région sont surtout des objets à usage quotidien, la difficulté qu’il y a à travailler ce matériau très dur lui confère un statut prestigieux un peu partout dans le monde, de la Chine à l’Amérique centrale. Les données archéologiques et ethnographiques sur lesquels se fonde l’analyse des techniques d’exploitation du jade permet d’avancer l’hypothèse selon laquelle il jouissait d’un statut analogue au sein de la culture Inupiaq, peut-être dès le début de son exploitation.

Une méthode pour l’analyse

10L’étude des vestiges en jade s’organise autour de plusieurs axes complémentaires :

11- une étude spatiale et diachronique des techniques de fabrication (extraction, mise en forme, finition) et d’utilisation par le biais de l’analyse des traces par microscopie optique et interférométrie ;

12- une étude de la provenance et de la circulation à travers une caractérisation physico-chimique des matériaux ;

13- une confrontation des données archéologiques et ethnologiques sur les techniques de travail du jade et sur la circulation des matériaux.

14L’un des objectifs est de comprendre grâce la reconstitution de la chaîne opératoire, le statut que le jade occupait, depuis son acquisition jusqu’à sa transformation et son utilisation. Pour répondre à la question de l’acquisition, des prospections ont été réalisées le long du Kobuk et de ses confluents, où les géologues avaient noté des dépôts (Anderson 1945). Il s’agissait de collecter des jades afin de déterminer les gisements et de tester leur qualité. La prospection s’est aussi révélée un bon indicateur du degré de facilité d’accès aux sources selon, entre autre, la nature primaire, ou secondaire des dépôts.

15Pour caractériser les techniques de fabrication nous avons utilisé une approche expérimentale qui inclut une description systématique des traces produites sur des pièces expérimentales, et leur comparaison avec celles observées sur le matériel archéologique. Les informations clés sont les données qualitatives de l'état des surfaces.

Le jade de l’Alaska

Caractéristiques et sources

16« Jade » est un terme général utilisé pour désigner deux minéraux distincts : la néphrite (amphibole) et la jadéite (silicate de sodium-aluminium) (Damour 1863). Le jade retrouvé en Alaska est de la néphrite [Ca2(Mg,Fe)5Si8O22(OH)2]. Au-delà de sa composition chimique, plusieurs critères permettent son identification :

17- sa structure fibreuse à grains fins : les fibres sont diversement disposées, parallèlement les unes aux autres, courbées, tordues, en forme d'éventail, encastrées et feutrées de façon complexe ;

18- sa dureté de 6 à 6,5 sur l’échelle de Mohs ;

19- sa densité proche de 3 (la néphrite se casse difficilement et peut être finement sculptée (Pétrequin et al. 2012) ;

20- sa qualité et sa couleur rarement uniformes, même dans un même rocher (Anderson 1945). Les artefacts en jade-néphrite d’Alaska sont de couleur verte, déclinée en plusieurs tonalités (allant d’un vert très clair, voire translucide, une fois poli, à un vert-noirâtre).

21Les sources de néphrite sont localisées dans la vallée du Kobuk, au nord-ouest, et au sud de la chaîne de Brooks (fig. 1). Nos prospections en 2014 ont confirmé que les gisements les plus importants se trouvent sur le versant sud de la Jade Mountain, près du ruisseau Jade Creek (Neffe 2015). Il s’agit d’accumulations de pierres ultrabasiques très serpentinisées avec des inclusions résiduelles de néphrite et de néphrite schisteuse (Anderson 1945 ; Heide et al. 1949). La néphrite se trouve également le long des berges de la rivière Shungnak, de Dahl Creek, plus rarement parmi les graviers de la rivière Kogoluktuk et le long des ruisseaux Cosmos, Wesley et California.

Figure 1

Figure 1

Répartition des sites où des vestiges en jade ont été retrouvés

(Carte SIG : A. Neffe)

Distribution des vestiges

22La panoplie d’objets confectionnés en jade-néphrite est variée et comprend des outils (herminettes, couteaux, ulu, forets, aiguisoirs, masses), des objets de parure (labrets) et des amulettes (Murdoch 1892 : 438). Dans l’ensemble, nous avons inventorié plus de 900 pièces archéologiques et ethnologiques provenant de 60 sites répartis principalement dans le nord-ouest de l’Alaska (fig. 2). Ceux où le plus grand nombre d’objets en néphrite ont été découverts, sont postérieurs au xve s. et localisés le long du Kobuk (Giddings 1952). Toutefois, le site d’Ahteut, daté de 1250 apr. J.-C., est le plus ancien où un travail de la néphrite est attesté. En dehors des sites proches de la Jade Mountain, les vestiges en néphrite sont surtout retrouvés le long du littoral, de l’île Nunivak au sud à la Pointe Barrow à l’extrême nord, et, à l’est jusqu’à Kaktovik, en passant par la Baie de Kotzebue où les villages côtiers du cap Espenberg. En revanche, dans les sites de l’intérieur, les rares pièces retrouvées sont brutes.

Figure 2

Figure 2

Localisation des gisements de jade-néphrite dans le nord-ouest de l’Alaska, à partir des données géologiques sur les sources de jade, complétée par les données archéologiques

(Carte SIG : A. Neffe)

Histoire orale et données ethnologiques

  • 1 Les umelik (Giddings 1961) ou umialik (Burch 2006) étaient des hommes riches, considérés comme mene (...)

23Les notes des explorateurs du xixe s. (Beechey 1831 ; Cantwell in Healy et al. 1889 ; Murdoch 1892) nous donnent des informations sur les contextes d’utilisation et les modes d’acquisition du jade chez les Inupiat ou, encore, sur le réemploi de la matière première. La valeur du jade est bien décrite dans l’histoire orale. L’un des récits les plus connus dans lequel il tient une place de choix, est l’histoire d’un garçon né dans une famille d’umelik.1

24Dans ce récit, le garçon, devenu orphelin, s’installe avec son frère chez sa grand-mère. Les enfants grandissent et un jour la grand-mère leur dit de construire « une meilleure maison, une maison en jade ». Ils partent chercher le jade en utilisant un traîneau fait avec l’os de la mâchoire de la grand-mère. Arrivés sur place, ils comprennent qu'ils sont sur la montagne de jade. Ils chargent le traîneau et font plusieurs allers-retours. La dernière fois, l'homme du jade (jade man) les aperçoit. Ils repartent et construisent une maison en jade sans plus jamais avoir besoin de retourner à la montagne. Peu après, la grand-mère meurt de vieillesse. Ses derniers mots sont: « Si vous prévoyez de quitter la maison, détruisez-la car les autres se battront pour l’avoir ». Après un certain temps les garçons démontent la maison puis partent en aval du fleuve où ils construisent une nouvelle maison qui, cette fois, n’est plus en jade (Hall 1939 : 247-248).

25Dans une autre histoire, il est également question d’une maison construite en jade par un garçon qui transporte le jade sur un traîneau fait d’une mâchoire magique. La seule différence est qu’il n’obtient pas le jade directement de la montagne mais d’un umelik. L’histoire nous apprend aussi qu’habiter cette maison où tout était en jade, fait du garçon un umelik (Giddings 1961 :109-110). Ces histoires suggèrent que les Inupiat percevaient le jade comme un matériau prestigieux, associé à l’umelik et donc qu’il est synonyme de richesse, voire de pouvoir. Il pouvait donc être source de conflit.

Approvisionnement et échanges entre le Kobuk et la côte

26L'obtention du jade-néphrite pouvait se faire par échange commercial, par collecte directement sur le bord des cours d’eau, ou par extraction depuis les affleurements à la Jade Mountain. En 1884 par exemple, le Lieutenant Cantwell, après avoir vu des objets en jade dans les villages le long du Kobuk, demanda aux habitants de lui montrer la source de cette pierre verte (Healy et al. 1889). À l’issue de ce voyage, Healy rapporte : « […] La Jade Mountain était visible à une distance de plus de 480 kilomètres. Ils [Cantwell et les autochtones qui l'accompagnaient] n'ont pas réussi à atteindre la montagne, mais ont recueilli des morceaux de jade à partir d'un ruisseau voisin » (Oswalt 1979 : 227).

27Commerce et échanges dans le détroit de Béring sont attestés dès les premières explorations et recherches dans la région au xixe s. (Beechey 1831, Cantwell in Healy et al. 1889, Murdoch 1892, Nelson 1899). Selon ces témoignages, toute pierre susceptible d'être utilisée faisait l'objet d'échange parfois sur plusieurs centaines de kilomètres. Lors des rencontres entre les habitants des côtes et les Inupiat de l’intérieur, les lames d’herminette en néphrite de la vallée du Kobuk étaient échangées contre des produits de mammifères marins, comme l'huile et la peau de phoque (Oswalt 1979). À la fin du xviiie s., la quantité des biens russes et de peaux de caribous sibériens échangée contre une variété de marchandises, dont des fourrures, des produits maritimes, du bois et de la néphrite, avec les habitants de l'Alaska augmente (Fitzhugh & Crowell 1988).

Le travail du jade-néphrite, d’après les sources ethnographiques

28Dans les récits Inupiat, mais aussi d’après les artisans contemporains, la néphrite est un matériau difficile à travailler. Un récit parle de deux shamans qui proposent à un homme de le transformer en un grand voyant. En échange, ils lui demandent d’attraper un mammouth. L’homme décide de les aider à condition « qu’ils le rendent capable de découper et de percer le jade en n’utilisant que ses doigts ». Les shamans acceptent. Après la chasse, « l’homme prit un morceau de jade pour s’assurer qu’il pouvait le percer avec son petit doigt. Depuis tout le monde sait que lui aussi était devenu un grand shaman » (Norman 1990 :269-270).

29D’après les données dont on dispose sur le travail de la néphrite en Colombie britannique (Emmons 1923, Darwent 1998), la méthode la plus efficace pour la production d’objets était le sciage. Selon son épaisseur, la pièce était sciée à l'aide d'une scie en grès à grain large de façon longitudinale sur une ou plusieurs faces où on ajoutait de l'eau. Ce processus formait deux profondes rainures dans l’une desquelles était placé un coin de telle sorte que, lors de la frappe, sous la pression de l’impact, la pierre se cassait en deux le long de la rainure. La technique appliquée n’était pas toujours bien maitrisée et le support pouvait perdre de sa longueur ; or, la valeur d'un outil dépendant en grande partie de sa longueur (Emmons 1923 : 22), le bloc perdait de sa valeur. Nous retrouvons cette même volonté de limiter les pertes de la matière première dans les assemblages de l’Alaska.

Les vestiges archéologiques lithiques et en jade du cap Espenberg

30Les vestiges du cap Espenberg, datés entre 1300-1800 apr. J.-C., (Darwent et al. 2013) ressemblent à ceux mis au jour sur les sites de la vallée du Kobuk (Giddings 1952). Les éclats de débitage en chert et en ardoise sont les vestiges les plus abondants, mais ceux en schiste et en quartz sont également fréquents. Les rares éclats d’obsidienne ne sont présents que dans les structures les plus anciennes de la séquence thuléenne, celles où la néphrite est absente. Le basalte est aussi beaucoup plus abondant à cette période. La présence de la stéatite, du grès et du calcaire se manifeste surtout sous forme d'objets finis et tout particulièrement sous forme de lampes et de pierres à aiguiser. Les galets peu modifiés sont des poids de filets ou des percuteurs. Tout l’outillage lithique est exogène à la flèche littorale sableuse du Cap Espenberg. Ainsi la présence d’obsidienne, de jade et de métaux comme le cuivre, le métal blanc et le fer dans les différentes structures fouillées suggèrent que les échanges à longue distance sont anciens dans la région.

Les objets en jade-néphrite

31Les explorateurs du xixe s. (Murdoch 1892, Nelson 1899) et les ethno-archéologues du siècle dernier (Giddings 1952, Ford 1959) indiquent que le jade est souvent associé au travail du bois. Au cap Espenberg, la typologie et les différents contextes archéologiques dans lesquels les vestiges ont été retrouvés suggèrent un usage varié de la néphrite (construction de maisons, fabrication d’objets en bois, forage, travail des peaux). Les 136 pièces retrouvées proviennent des structures datées du xive au xviiie s. apr. J.C. et comprennent 33 outils ou fragments d’outils. Les pièces les plus nombreuses sont les éclats polis (59) sur une (48) ou plusieurs faces (11) et les éclats bruts (45) (tabl. 1).

Tableau 1

Type de vestiges en néphrite

Struc. F.87

Struc. F.68A

Struc. F.68B

Struc. F.33

Total

14e siècle

15e-16e s.

15e-16e s.

17e siècle

Eclats bruts

12

6

21

5

44

Eclats polis

sur une face

14

6

24

4

48

59

sur plusieurs faces

2

-

8

1

11

Herminette

1

1

-

1

3

Ciseau

-

1

3

-

4

Couteau

3

-

2

-

5

Foret

4

-

-

2

6

Aiguisoir

-

1

-

1

2

Fragments d'herminette

1

1

2

3

7

Autres fragments d'outils

1

1

2

2

6

Total

38

17

62

19

136

Types de vestiges en néphrite retrouvés dans les quatre structures du cap Espenberg

32Ces derniers sont surtout des éclats de réaffutage, principalement de tranchants émoussés, et des éclats qui ont pu être produits de façon accidentelle lors de l'utilisation ou du façonnage de l'objet. Ils mesurent 5 à 30 mm de long, pour 3 à 15 mm de large et 1 à 3 mm d’épaisseur.

Le travail de la néphrite

Préparation des supports pour outil

  • 2 En dehors du métal, sans doute utilisé pour le sciage de la lame d’herminette la plus récente.

33Dès le xiie-xive s. plusieurs techniques ont été utilisées pour le façonnage des objets en néphrite. Bien qu’elle ne se casse pas de manière conchoïdale, la taille ou l’extraction d’une longue plaque par fissuration, telle que décrite par Pétrequin dans ses travaux sur le jade (Petrequin et al. 2012), a été appliquée afin de récupérer la matière plus rapidement et ainsi produire 3 couteaux, 5 herminettes et un aiguisoire. Le sciage était l’autre méthode employée pour la préparation des supports d’outils du cap Espenberg. Cette technique souvent utilisée produit peu de déchets et permet ainsi d'optimiser la production des objets finis. Comme l’attestent deux lames de ciseaux et un fragment de lame d’herminette, le sciage intervenait non seulement lors de la préparation du support, mais aussi lors de la mise en forme de l’outil. Si l’on tient compte des différentes matières lithiques retrouvées au cap Espenberg2, le quartz et les grès de différentes granulométries, avec en complément du sable et de l’eau, sont les matériaux les plus susceptibles d’avoir été utilisés pour l’abrasion de la néphrite. L’emploi du grès a été observé sur 4 objets finis et sur 8 éclats de production (fig. 3).

Figure 3a

Figure 3a

Différents types de traces de polissage au grès de différente granulométrie observées au même grossissement (x10) sur la surface des outils en néphrite : a. utilisation de grès à gros grain ;

Figure 3b

Figure 3b

Différents types de traces de polissage au grès de différente granulométrie observées au même grossissement (x10) sur la surface des outils en néphrite : utilisation de grès à grain fin

(Photos : A. Neffe)

Mise en forme et finition

34Le bouchardage ou le piquetage étaient appliqués surtout au niveau de l’emmanchement de l’outil. Hormis deux forets, tous les outils sont partiellement ou entièrement polis. L’analyse des traces montrent un changement majeur dans les techniques de polissage entre le xiiie et le xvie s. Contrairement aux phases anciennes où le poli couvre uniquement la surface active de l’outil, à partir du xvie s., un poli d’une haute technicité, brillant et homogène, couvre toute la surface de l’outil. Sa réalisation nécessite un savoir-faire et des processus d’apprentissage et de transmission complexes comme le propose Procopiou dans son étude sur les techniques de polissage dans la préhistoire Egéenne (Procopiou et al. 2009).

35Pour l’étape de finition, nos observations nous permettent de proposer deux étapes distinctes :

36- un polissage grossier (n=4) à l'aide de pierres à gros grains, d'une dureté supérieure à 6,5 ; d’après l’examen des traces d’abrasion et les différentes matières premières retrouvées sur les plages du cap Espenberg et lors des prospections dans la vallée du Kobuk, les pierres contenant des cristaux de quartz sont les plus susceptibles d’avoir été utilisées ;

37- un poli homogène sur toute la surface de l’outil (n=11), effectué avec des polissoirs à grain plus fin : les stries sont moins évasées et moins profondes (fig. 4.b).

38Au cours de ces deux phases de polissage, l'eau et le sable ont dû être constamment ajoutés. Enfin, pour obtenir l’effet lustré de la pièce, les stries de fabrication apparentes ont dû être effacées à l’aide d’un matériau plus doux, comme de la peau animale. En effet, l’examen de la surface de trois lames de ciseaux à la loupe binoculaire, au microscope confocal et au microscope électronique à balayage nous a permis d’identifier des restes microscopiques de peau, nous suggérant son utilisation soit dans le cadre de la finition de l’outil, afin de rendre sa surface encore plus brillante, soit pour réaffuter le tranchant.

39Cette technique de l’utilisation de la peau animale, a été évoquée par un aîné Inupiaq du village de Kobuk, Alex Sheldon Sr., lors d’un entretien qui a eu lieu à l’été 2015. La conversation concernait les techniques de façonnage du jade par ses ancêtres qui, d’après lui, plaçaient les pièces en jade enveloppées dans de la peau de phoque au fond d’une rivière, attachées par un filet à une solide branche d’arbre. Ils les laissaient ainsi pendant plusieurs mois afin que l’eau puisse entièrement les polir. En dehors d’une lame d’herminette retrouvée en surface, les stigmates caractéristiques d’un polissage par l’eau n’ont pas été observés à la surface des pièces du cap Espenberg. Néanmoins, afin de confirmer ou infirmer l’usage de cette technique de polissage par les Thuléens, des tests expérimentaux sont prévus pour décrire les stigmates du polissage par un courant d’eau sur une lame en jade enveloppée dans de la peau animale.

Conclusion

40Le jade-néphrite de la région du nord-ouest de l'Alaska apparaît de manière soudaine au xiiis. À partir du xve s., il devient de plus en plus important par rapport à l’ardoise, avant de la remplacer quasi totalement après 1700 apr. J.-C. (Collins 1956). Au cours de cette période, on note des changements tant dans les quantités que dans les techniques de production et les contextes d’utilisation. Les observations au microscope optique des pièces du cap Espenberg montrent un changement majeur entre le xiiie et la fin du xve s. apr. J.-C. dans la qualité et l’extension du polissage : contrairement aux phases anciennes où le poli couvrait uniquement la surface active de l’outil, à partir du xvie s. il couvre toute sa surface. Ce travail de qualité était appliqué à toute sorte de pièces, surtout des outils tels que des herminettes, des ciseaux, des couteaux et des perçoirs. Leurs dimensions dépassent rarement 5 cm. Dans certains cas, leur finition nécessitait un investissement de temps plus important. En effet, quelques pièces, notamment de forme arrondie, finement polies, présentent une surface lustrée.

41Confirmée par nos premiers tests expérimentaux et évoquée dans l’histoire orale (Hall 1975, Giddings 1961), la difficulté du travail du jade et sa rareté suggèrent qu’une valeur était attribuée à ce minéral ; et son prestige ne venait pas tant des objets produits que du savoir technique nécessaire à son façonnage, prestige qui rejaillissait sans doute sur les propriétaires de ces outils.

42Les tests expérimentaux prévus, notamment dans le cadre de l’étude des traces de polissage à l’eau avec l’usage de peaux de phoque, feront l’objet d’une prochaine étape de l’étude de l’économie du jade dans la préhistoire récente de l’Alaska et sur le statut de minéral au sein des sociétés thuléennes.

Haut de page

Bibliographie

Anderson E. 1945. Asbestos and jade occurrences in the Kobuk River region, Alaska, Juneau, Alaska Territorial Department of Mines.

Anderson S. L, Boulanger M. & Glascock M. 2011. « Late Prehistoric Social and Political Change in Northwest Alaska : Preliminary Results of a Ceramic Sourcing Study », Journal of Archaeological Science, 38 : 943-955.

Beechey F. W. 1831. Narrative of a Voyage to The Pacific and Beering's Strait, to Co-Operate with The Polar Expeditions Performed in His Majesty's Ship Blossom, Under the Command of Captain F. W. Beechey, R. N. in the years 1825-28, Carey and Lea, Philadelphia.

Burch E. S. 2006. Social life in northwest Alaska : the structure of Iñupiaq Eskimo nation. University of Alaska Press, Fairbanks.

Clark, D. W. & McFadyen C. A. 1993. Batza Tena : Trail to Obsidian : Archaeology at an Alaskan Obsidian Source. Hull, Que : Canadian Museum of Civilization.

Collins H. B. 1956. « The Arctic Woodland Culture of the Kobuk River by J. L. Giddings. Reviewed work », American Antiquity, 22, (2) : 199-201.

Damour A. 1863. « Notice et analyse sur le jade vert. Réunion de cette matière minérale à la famille des Wernerites », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, 56 : 861-865.

Darwent J. 1998. The Prehistoric Use of Nephrite on the British Columbia Platea. Simon Fraser University, British-Colombia, Canada.

Darwent J., Mason O. K., Hoffecker J. F. & Darwent C. M. 2013. « 1000 Years of House Change at Cape Espenberg, Alaska: A Case Study in Horizontal Stratigraphy », American Antiquity, 3 : 433-455(23)

Emmons G. T. 1923. Jade in British Columbia end Alaska, and its Use by the Natives. Museum of the American Indian, Heye Foundation, New York.

Fitzhugh W. W. & Crowell A. 1988. Crossroads of Continents : Culture of Siberia and Alask. Smithsonian Institution Press, Washington D. C.

Ford J. A. 1959. Eskimo Prehistory in the Vicinity of Point Barrow, Alaska, Anthropological papers of the American Museum of Natural Hisroty, 47, partie 1, New York.

Giddings J. L. 1952. The Arctic Woodland Culture of the Kobuk River. University Museum, University of Pennsylvania, Philadelphia.

Giddings J. L. 1961. Kobuk River People. University of Alaska (collège).

Giddings J. L. & Anderson D. D. 1986 - Beach Ridge Archaeology of Cape Kruenstern, Eskimo and Pre-Eskimo Settlements Around Kotzebue Sound, Alaska. National Park Service U.S. Department of the Interior, Washington.

Hall E. S. Jr. 1975. The Eskimo Storyteller : folktales from Noatak, Alaska.Knoxville, University of Tennessee Press.

Healy M. A., Cantwell J. C. & McLenegan S. B. 1889. Report of the cruise of the revenue marine streamer Corwin in the Arctic Ocean in the year 1884. U.S. Revenue Cutter Service.

Heide H. E., Wright W. S. & Rutledge F. A. 1949. Investigations of the Kobuk River Asbestos Deposits, Kobuk District, Northwest Alaska. U.S. Bureau of Mines Report of Investigations 4414.

Hoffecker J. F. & Mason O. K. 2011. Humans Response to Climate Change at Cape Espenberg : AD 800-1400. Field Investigations at Cape Espenberg, 2011, Annual Report to the National Park Service U.S. Department of the Interior, Institute of Arctic and Alpine Research, University of Colorado, Boulder.

Mason O. K. 1998. « The Contest between the Ipiutak, Old Bering Sea, and Birnirk Polities and the Origin of Whaling during the First Millennium A.D. along Bering Strait », Journal of Anthropological Archaeology, 17 : 240-325.

Mason O. K. & Bowers P. M. 2009.« The origin of Thule is always Elsewhere : Early Thule within Kotzebue Sound, Cul-de-sac or Nursery? », In :Bjarne Gronnøw; Hans Christian Gulløv (eds),On the track of the Thule culture from Bering Strait to east Greenland : proceedings of the SILA conference "The Thule culture - new perspectives in Inuit prehistory", Copenhagen, Oct. 26th-28th, 2006 : papers in honour of Hans Christian Gulløv, Copenhagen : National Museum of Denmark : 25-44.

Murdoch J. 1892. « Ethnological Results of Point Barrow Expedition », reprint from Ninth annual report of the Bureau of American Ethnology 1887-1888, Washington DC, Smithsonian Institution Press, 1988: 19-441.

Neffe A. 2015. Rapport d'activité de recherche de terrain dans le cadre de l'étude doctorale sur l'économie du jade dans le Nord-Ouest de l'Alaska. Fondation Martine Aublet, Musée du Quai Branly, Paris.

Nelson E.-W. 1899. The Eskimo about Bering Strait. In 18th Annual Report of the Bureau of American Ethnology vol. 18, Pare I, Washington, GPO.

Norman H. 1990. Northern Tales : Traditional Stories of Eskimo and Indian Peoples. New York, Pantheon Books.

Oswalt W. H. 1979. Eskimo and Explorer. Chandlers and Sharp Publishers, Novato.

Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Klassen L., Sheridan A. & Pétrequin A.-M. 2012. Jade : grandes haches alpines du Néolithique européen aux 5e et 4e millénaires av. J.-C. vol. 2. Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon.

Procopiou H., Boleti A., Vargiolu R., Morero E. & Zahouani H. 2009. « Stone Polishing Techniques during Aegean Prehistory : Texture, Radiance and Tactile Perception ». Proceedings of World Tribology Congress 2009, Sunday 6th to Friday 11th, September, 2009, Kyoto, Japan, Tokyo : Japanese Society of Tribologists, p.692.

Haut de page

Notes

1 Les umelik (Giddings 1961) ou umialik (Burch 2006) étaient des hommes riches, considérés comme meneurs d’une communauté. Souvent à la tête d’un groupe de chasseurs, ils pouvaient être également des shamans.

2 En dehors du métal, sans doute utilisé pour le sciage de la lame d’herminette la plus récente.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Répartition des sites où des vestiges en jade ont été retrouvés
Crédits (Carte SIG : A. Neffe)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3090/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 2
Légende Localisation des gisements de jade-néphrite dans le nord-ouest de l’Alaska, à partir des données géologiques sur les sources de jade, complétée par les données archéologiques
Crédits (Carte SIG : A. Neffe)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3090/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 3a
Légende Différents types de traces de polissage au grès de différente granulométrie observées au même grossissement (x10) sur la surface des outils en néphrite : a. utilisation de grès à gros grain ;
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3090/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 3b
Légende Différents types de traces de polissage au grès de différente granulométrie observées au même grossissement (x10) sur la surface des outils en néphrite : utilisation de grès à grain fin
Crédits (Photos : A. Neffe)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3090/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angélique Neffe, « Faisons parler les pierres », Les nouvelles de l'archéologie, 141 | 2015, 25-31.

Référence électronique

Angélique Neffe, « Faisons parler les pierres », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/3090 ; DOI : 10.4000/nda.3090

Haut de page

Auteur

Angélique Neffe

Doctorante en archéologie de l’Arctique, ArchAm Umr 8096, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Neffe.angelique@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org