Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie boréale

La construction de la maison 33 du cap Espenberg, nord-ouest de l'Alaska, au xviiie siècle

Rémi Méreuze
p. 19-25

Résumés

Lors de fouilles archéologiques récentes au Cap Espenberg, la maison 33 (F33) a été mise au jour. Datée de la fin du xviie/début du xviiie siècle, elle est principalement constituée de bois, dont la préservation dans les couches gelées du pergélisol est excellente. Généralement, les maisons de l'Arctique occidental sont semi-enterrées et leur entrée se fait par un tunnel d'accès situé plus bas que le reste de la maison afin d'y bloquer le froid. Les éléments de charpente ont été analysés en fonction de leur essence et de leur mode de débitage. Il apparaît alors une nette différence entre le tunnel, dont les essences sont relativement variées et les bois peu débités, et la pièce principale qui présente une encore plus faible variabilité des essences et un plus fort débitage des grumes. La chaîne opératoire de la construction de F33, de la récupération des grumes à la couverture de la maison en tourbe, a pu être en partie reconstituée à partir des données de terrain et de l’analyse xylologique et technologique. Ces premières informations sont ensuite comparées aux données ethnographiques de la région, dont les plus anciennes datent de la première moitié du xixe siècle. Dans l'Arctique occidental, ces maisons étaient regroupées en villages d'hiver de tailles variables, de deux à une dizaine de maisonsdans la région du cap Espenberg. D'après les données ethnographiques et l'analyse des techniques de construction de F33, la construction d'une maison nécessitait plus de personnes que la famille nucléaire destinée à l'occuper. Il s'agissait donc d'une activité réunissant le village et qui participait à la construction du groupe en lui-même ; une activité sociale pour consolider le rassemblement d'hiver.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis que Mauss et Beuchat (1904) ont décrit les populations inuit comme semi-nomades, vivant en général l’été dans des tentes et passant l’hiver dans des maisons semi-enterrées, les chercheurs ont continué d'utiliser ce modèle dans l'ensemble de l'Arctique américain. Dans les récits ethnographiques, la construction de ces maisons, la récupération des matériaux, leur travail ainsi que l’assemblage de tous ces éléments étaient décrits comme des événements rassemblant la famille, le groupe et le village. Récemment, plusieurs maisons semi-enterrées ont été fouillées sur le site du cap Espenberg (Hoffecker & Mason 2010), dont la maison 33 (F33) qui date du xviiie siècle apr. J.-C. (cal. 1675-1778 - Beta-286170, cal. 1675-1778 - Beta-343354) (fig. 1). Celle-ci fait l’objet de recherches tant sur son mobilier que son apparence globale (Darwent et al. 2013). Á travers l’étude de son architecture et l'analyse des techniques de construction, nous tenterons de discuter des enjeux sociaux liés aux techniques mises en œuvre pour son élévation.

2Pour atteindre cet objectif, nous avons procédé à l'identification des matériaux utilisés, la caractérisation des empreintes d’outils encore présentes sur le mobilier archéologique et la modélisation d’une chaîne opératoire de construction de la maison 33.

Techniques de construction de la maison 33

Caractéristiques générales des maisons thuléennes de l’Arctique occidental

  • 1 La culture de Thulé est directement antérieure aux Inuit. Elle apparaît autour du détroit de Béring (...)

3Dans l’Arctique nord-américain occidental, les maisons liées à la culture de Thulé1 possèdent des caractéristiques communes malgré certaines variations dans leur forme ou leur organisation spatiale (Slaughter 1982, Giddings & Anderson 1986, Friesen 1999). Toutes ces structures sont semi-enterrées et composées majoritairement d’une armature en bois à laquelle sont parfois ajoutés des os de baleine. Le tout est recouvert de tourbe et de terre végétale, comme l’expliquent les descriptions ethnographiques du xixe siècle (Murdoch 1988). L’entrée se fait par un tunnel plus profond que le sol de la pièce principale. La jonction entre le tunnel et la pièce est marquée par un katak, sorte de marche de 20 à 30 centimètres de haut (Young 2000). Ce dispositif «tunnel/katak» agit comme un piège bloquant le froid qui stagne au fond du tunnel. Ces maisons possèdent toutes une plateforme de couchage surélevée et située dans la pièce principale.

4À l’instar de ces descriptions, la maison 33 présente bien ces éléments (fig. 1). En revanche, leur conservation n'est pas uniforme. Dans la pièce principale, le sol et la base des murs, tous composés de bois, étaient encore présents lors des fouilles alors que la plateforme de couchage n'était plus signalée que par un vide dans la structure. Dans le tunnel, plus profond, les éléments structurels étaient mieux préservés du fait du pergélisol et conservaient une certaine hauteur. Plusieurs os de baleine y ont été trouvés. Des dorsales étaient en hauteur et le katak en comportait également une. Sur l'ensemble de F33, la toiture n'a pas été conservée.

Figure 1

Figure 1

Localisation et vue satellite du site du cap Espenberg avec l’emplacement des maisons fouillées récemment (d’après Hoffecker & Mason 2010), plan de la structure 33

(Relevés C. Darwent et C. Alix et D.A.O., S. Éliès, R. Méreuze)

Les matériaux de construction : sélection des essences de bois flotté

5Géographiquement, le cap Espenberg est situé au nord de la ligne de l'arbre, limite qui marque le début de la toundra, une végétation rase dont les plus grands éléments sont des arbustes nains. Les grumes employées dans la construction des maisons provenaient donc principalement de bois d’origine flotté, mode d'acquisition qui correspond à celui de la majorité du bois utilisé par les Thuléens (Alix 2009).

6Dans l’Arctique occidental, les dépôts naturels de bois contiennent en majorité des conifères, des épicéas (épinette blanche, Picea glauca (Moench.)), épinette noire, Picea mariana (Mill.)) et, dans une moindre mesure, des feuillus comme le bouleau (Betula spp.) et le saule (Salix spp.) (Alix 2004).

7L’identification des essences a été réalisée par Claire Alix et l’auteur au laboratoire de l’Alaska Quaternary Center de l’University of Alaska Fairbanks. L’échantillonnage de chaque élément ligneux retrouvé en contexte de fouille a surtout porté sur la structure de la maison, les sols, les murs, mais aussi la toiture effondrée, localisés sur les plans. Cette étude a permis de Auteur0000-00-00T00:00:00Acomprendre la sélection des essences de bois utilisées pour la construction de la maison. Sur 150 échantillons prélevés, 143 ont été identifiés. La charpente de la maison 33 montre une forte corrélation entre les essences disponibles dans les dépôts naturels et celles employées dans sa construction. Ainsi, la majorité de la structure se compose d’épicéas (Picea sp.). Des feuillus sont tout de même présents comme le peuplier (Populus spp.) et le saule (Salix spp.) (fig. 2).

8L’analyse de la répartition spatiale de ces essences est la plus révélatrice des choix intervenus dans la construction de la maison 33. En effet, le tunnel présente une plus grande diversité d’essences que la pièce principale (fig. 2). À cette première différence technique entre les deux parties de la maison viennent s’ajouter les différences dans les modes de débitage.

Figure 2

Figure 2

Répartition des essences et des formes des bois dans la structure F33

Débitage des grumes

9Les bois sont classés selon leur forme:

10- les rondins, lorsque les grumes n’ont pas été fendues longitudinalement ;

11- les demi-rondins, des grumes simplement fendues en deux ;

12- les quarts de rondins, des demi-rondins à nouveaux fendus en deux ;

13- les planches, dont le débitage aboutit à un élément fin et relativement plat sur ses deux faces.

14C’est à nouveau la répartition spatiale des modes de débitage qui nous offre le plus d’éléments d’analyse. À l’inverse des essences, une plus grande variabilité des formes est retrouvée dans la pièce principale alors que le tunnel comporte surtout des rondins (fig. 2), ce qui s'explique notamment par la présence du plancher.

15Les essences et les modes de débitage correspondent aux types d’éléments et aux propriétés mécaniques appliquées à la construction d'une maison thuléenne. Le tunnel d’entrée est principalement constitué d’éléments verticaux qui viennent le soutenir, formant alors les murs. Souvent, ces éléments porteurs doivent être aussi peu débités que possible afin d’offrir une meilleure résistance à la pression qui s’exerce sur eux dans le sens de la longueur (Hodara 2005). En revanche, le sol de la pièce principale est recouvert d’un plancher, ce qui nécessite de débiter les grumes en planches (la répartition entre débitage sur dosse et sur quartier est à peu près égale entre les deux catégories : voir fig. 2).

  • 2 Ce qui peut être expliqué par le fait que les conifères sont les bois les plus faciles à fendre (Ho (...)

16La pièce principale contient une plus forte proportion d’épicéas, due à la fabrication du plancher2, alors que les bois de feuillus, moins facile à fendre, sont plus nombreux dans le tunnel.

Restitution d’une chaîne opératoire pour la construction de la maison 33

17Comment la maison 33 a-t-elle été construite ? Comment les étapes de sa construction se sont-elles succédées ? Quel système, social et technique, peut être défini d'après les données existantes ? La restitution de la chaîne opératoire, concept pivot de l’anthropologie des techniques, apporte ici quelques éléments de réponses.

18Les différentes étapes sont assez simples à repérer si l’on se concentre uniquement sur les données techniques (fig. 3). Elles incluent:

19- La récupération des grumes se fait dans les amas de bois flottés, sur les rivages. Pour la maison 33, cette activité a eu lieu directement sur la plage, au pied de la dune la plus proche de la mer. Ce premier acte est, du point de vue chronologique, indépendant des autres car il peut être réalisé longtemps avant la construction de la maison, au moment de l'arrivée des bois flottés.

20- Le creusement de la fosse précède l’installation de la maison. Les profils relevés lors des fouilles ne permettent pas de déterminer s’il y a une différence technique ou chronologique entre le creusement de la pièce principale et celui du tunnel.

21- Le débitage des grumes. Lors des fouilles du cap Espenberg, certains indices ont permis de comprendre où ce travail avait eu lieu. Comme sur d’autres sites archéologiques du nord de l’Alaska, des déchets de débitage ont été trouvés entre les éléments architecturaux, ayant au moins servi de calage, sinon d’aide à l’isolation des murs (Ludwig 1991). La présence de tels déchets indique qu’ils étaient là dès l’assemblage de cette maison, dans le chantier de sa construction. Le débitage des grumes a donc pu être réalisé sur place, dans la dépression préalablement creusée. Pour le savoir, il faudrait étudier les déchets et les comparer avec les empreintes d'outils visibles sur les éléments architecturaux. En revanche, certaines pièces ont montré, d’après les empreintes d'outils encore visibles, que leur sectionnement transversal avait été fait après leur fendage. Il est donc possible, bien que non prouvé, qu’une première étape de fendage longitudinal des grumes ait été réalisée à proximité des dépôts de bois.

Figure 3

Figure 3

Construction de la maison 33

22Cette hypothèse est le résultat d’une première réflexion par rapport aux différents débitages de grumes de la maison 33. D’après les données expérimentales réalisées sur le fendage des bois dans d’autres contextes (Pillonel 2007, Épaud et al. 2009), celui-ci est plus facilement contrôlable et régulier si les billes ont d’abord été débitées dans un sens transversal. Fendre un bois sans l’avoir « raccourci » est une opération plus complexe et plus risquée, ce qui rend cette séquence du travail du bois à Espenberg « illogique ». Un premier fendage pour alléger les bois avant de les débiter transversalement sur place au fur et à mesure, afin d’adapter leur longueur durant la construction, pourrait être une bonne justification de cet ordre des faits techniques.

23- L’assemblage des éléments de structure. La différence de techniques de montage entre la pièce principale et le tunnel d’entrée pourrait correspondre à deux phases distinctes de construction.

24a) La pièce principale, avec sa plateforme de couchage, a été montée sur un premier socle de sablière basse (fig. 1), ce qui a permis de maintenir la stabilité de la structure élevée à partir de cette sablière. Par comparaison avec d’autres structures archéologiques du même type (Slaughter 1982), ces éléments bas étaient emboîtés (un peu à la manière des colombages de l’Europe moderne) et, le plus souvent, creusés d’une légère Auteur0000-00-00T00:00:00Atranchée sur leur face supérieure, dans laquelle étaient calés les éléments verticaux formant les parois intérieures, planches et demi-rondins.

25b) Les murs du tunnel ne reposent pas sur des sablières basses. Les poteaux sont directement plantés de part et d’autre du creusement. Aucune pièce transversale n’a été trouvée au fond du tunnel permettant de maintenir verticalement les parois du tunnel. Ce rôle a pu être joué par les éléments du plafond, comme cela semble avoir été le cas à Agiagruat, un autre site proche du cap Espenberg (Young 2000). Les sols des tunnels d’entrée sont, le plus souvent, laissés nus avant d’être recouverts par des déchets des différentes activités domestiques. Une particularité du tunnel de la maison 33 est la planche massive en peuplier (Populus sp.) qui recouvre son sol. Pour obtenir cet élément, la grume initiale a été fendue sur dosse, puis la face supérieure de la planche obtenue a été régularisée, probablement à l’herminette, laissant une planche plane de 33 cm de large, servant de sol pour le tunnel d’entrée.

26- Le vide entre les murs et l'extérieur a été en partie comblé par du sable. La toiture a pu être recouverte de tourbe, comme le décrivent les sources ethnographiques (Spencer 1959, Burch 2006).

La construction d’une maison, une activité sociale

Modèles ethnographiques

27À partir du début du xixe siècle, les premiers explorateurs ont visité la région du cap Espenberg et décrit sa population, ce qui facilite le recours à l'analogie ethnographique, la maison 33 datant du xviiie siècle. Mises en parallèle avec les informations archéologiques, ces observations nous ont permis d'appréhender le contexte social dans lequel F33 a pu exister.

  • 3 Inupiaq (sg.), Inupiat (pl.) : Les Inupiat sont les Inuit qui vivent actuellement en Alaska.

28Par son plan au sol et les vestiges de sa forme, la structure 33 correspond à la maison de type Barrow dont la coupe est représentée dans la figure 4, observée par les ethnographes aux xixe et xxe siècles (Murdoch 1988, Slaughter 1982). C’est le type d’habitat d’hiver le plus répandu dans l’Arctique occidental (Auteur0000-00-00T00:00:00ALee & Reinhardt Auteur0000-00-00T00:00:00A2003). Ces maisons sont aussi liées aux villages Inupiat3 d’Alaska, considérés comme les plus grands et les plus pérennes dans le monde inuit traditionnel (VanStone 1984).

29Les quelques descriptions des occupations du cap Espenberg qui nous sont parvenues mentionnent des regroupements allant de une à une dizaine de maisons en moyenne (Schaaf 1995).. F33, d'après les prospections du site KTZ-088, faisait partie d'un ensemble de quatre ou cinq maisons proches (Darwent et al 2013), orientées dans la même direction, leurs tunnels d'entrée tournés vers la mer, contrairement à la plupart des autres maisons du site (fig. 1).

Comment fut construite F33 ?

30Les étapes de construction de la maison 33 impliquent des connaissances et des niveaux d’expérience avancés. Plusieurs domaines de compétences liés aux différents matériaux exploités sont nécessaires :

31- Le bois est un élément central de la construction d’une maison. Sa sélection de même que la maîtrise de son travail, démontrées par l’étude des essences et leur répartition dans la charpente, soulignent la nécessité d’un apprentissage, voire d’une spécialisation.

32- La sélection d’un bois peut se faire d’après son aspect, mais surtout d’après les capacités techniques que l’artisan le soupçonne de posséder (Alix 2007). D’ailleurs, comme noté par Giddings (1942), les Inupiat « testaient » souvent le bois d’un coup d’herminette ; la réaction mécanique de la grume (sa souplesse et son élasticité) comme le son produit étaient autant d’indices pris en compte. Le travail du bois était normalement fait par ceux qui le sélectionnaient (Burch 2006).

  • 4 Lors des fouilles, nous avons nous-mêmes pu constater que des blocs de sables s’effondraient souven (...)

33- Le creusement de la fosse devait employer plusieurs personnes. Lors des fouilles au cap Espenberg, très peu d’« effondrements » ont été repérés dans la stratigraphie, ce qui laisse penser que le temps entre le creusement et l’installation de la charpente était assez court4.

34- Comme pour le creusement de la fosse, la récupération de la tourbe était aussi une activité de groupe qui ne nécessitait pas forcément une expertise concrète mais la coopération de plusieurs individus (Spencer 1959).

35En comparant les données archéologiques et les descriptions ethnographiques, on peut supposer que plusieurs familles se sont regroupées pour construire une maison telle que F33. En effet, la simultanéité de certaines des activités (fig. 3), ainsi que le partage des tâches traditionnelles dans les sociétés inuit suggèrent un rapprochement entre au moins deux familles, ce qui correspond aux données ethnographiques (Burch 2006).

36Les rassemblements en villages pouvaient ainsi permettre la construction d’une ou plusieurs maisons par an, au début de l’automne.

Des maisons, un village

37D’après les modèles ethnologiques, les maisons inuit était équipées de platesformes de couchage servant chacune, le plus souvent, à accueillir une famille nucléaire (Spencer 1959). La maison 33, comme toutes les maisons de type « Barrow », possédait une plateforme et il est probable qu’une seule famille y vécut.

38Selon Spencer (1959), les deux premiers niveaux de la société inupiaq étaient la famille nucléaire puis le groupe qui pourrait être assimilé au village. Le regroupement de ces villages correspondait au territoire, voire à la nation selon Burch (1998). Les modèles anthropologiques proposés par Mauss & Beuchat (1904) ou par Burch (2006) définissent le rassemblement d’hiver comme nécessaire aux activités cynégétiques des Inuit. Par exemple, la chasse aux mammifères marins ou la construction des embarcations ont toujours été décrites comme réalisées en groupe.

39Dans les zones d'habitats dispersés comme au Cap Espenberg, les familles spatialement éloignées étaient liées entre elles à travers ces activités saisonnières (Burch 1998). Il en est de même pour la construction des maisons qui apparaît comme une activité collective et saisonnière rassemblant toutes les familles nucléaires qui composent le village.

40Les connaissances techniques nécessaires à la construction de chaque maison, mises en évidence avec l’étude de la maison 33, ainsi que le besoin de construire en un temps réduit (Burch 2006), donnent à penser qu’un grand nombre de personnes était nécessaire pour réaliser les différentes tâches.

Figure 4

Figure 4

Coupe d’une maison traditionnelle du nord-ouest de l’Alaska, d’après Murdoch (1892)

41Dans une société aussi structurée et hiérarchisée que celle des Inupiat d’Alaska (Burch 2006), comment considérer cette pratique collective à destination d’une famille individuelle ? Ici, la construction d’une maison souligne l’interdépendance entre les individus d’un même groupe, une façon de créer et de rendre pérenne une société. La construction de la maison d’hiver régie par le groupe apparaît alors comme une activité qui le consolide socialement, et où l’individu est promu comme « sujet social » (Godelier 2007). La fabrication de l’habitat est ainsi garante de la société et de la tradition sociale (Cresswell 2003). Cette conception de la maison est d'ailleurs définie par Levi-Strauss :

« La maison est d’abord une personne morale, détentrice ensuite d’un domaine composé de biens matériels et immatériels. Par immatériel, j’entends ce qui relève des traditions, par matériel, la possession d’un domaine réel [...] » (Lamaison & Lévi-Strauss 1987 : 34).

42La maison est donc à la fois un élément de la culture matérielle et un objet social. La construction de la maison inupiaq par la communauté, habitée par son unité sociale la plus réduite, la famille, sert autant d’activité sociale qui fédère le groupe que de vecteur des techniques et des traditions, figurée par l’objet matériel qu’elle est et les activités qui y sont pratiquées.

Une famille inupiaq au xviiie siècle

43La construction d'une maison d'hiver était un événement important de la vie sociale des Inuit. Elle exigeait la réunion de nombreuses personnes dont certaines possédaient des connaissances techniques précises. L'étude de la maison 33 du cap Espenberg révèle, notamment, une utilisation méthodique du bois. Le choix des essences ou leur utilisation dans la structure sont autant d'indices montrant que les matériaux ne sont pas utilisés par hasard. Avec des individus aux connaissances approfondies, une force de travail réunissait les habitants d’un même regroupement d’hiver.

44Les habitants de cette maison étaient ainsi insérés dans un système social à une échelle locale, le village. Au sein de ce village, une famille inupiaq a construit sa maison avec l’aide de son groupe, une centaine d'années à peine avant les bouleversements du Contact.

Haut de page

Bibliographie

Alix, C. 2004. « Bois flottés et archéologie de l’Arctique: contribution à la préhistoire récente du détroit de Béring », Etudes/Inuit/Studies 28 : 109-132.

Alix, C. 2007. – « Ethnoarchéologie de la production des objets en bois dans l’Arctique nord-américain, » in S. Beyries & V. Vaté (dir.), Les Civilisations du Renne d’hier et d’aujourd’hui. Approches ethnohistoriques, archéologiques et anthropologiques Actes des xxviie rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, A.P.C.D.A., Antibes : 377–391.

Alix, C. 2009. « Persistence and Change in the Thule Wood Use », in H. Maschner, O. Mason & R. McGhee (eds.), The Northern World, AD 900-1400, The University of Utah Press, Salt Lake City: 179-205.

Burch, E. S. 1998. The Iñupiaq Eskimo Nations of Northwest Alaska, University of Alaska Press, Fairbanks, AK.

Burch, E. S. 2006. Social Life in Northwest Alaska, The Structure of the Iñupiaq Eskimo Nations, University of Alaska Press, Fairbanks, AK.

Cresswell, R. 2003. – « Geste technique, fait social total. Le technique est-il dans le social ou face à lui ? », Techniques & Culture [En ligne], 40 | 2003, mis en ligne le 15 mai 2006, consulté le 20 mai 2015. URL: http://tc.revues.org/1576.

Darwent, J., O. Mason, J. Hoffecker, & C. Darwent, 2013. « 1.000 Years of House Change at Cape Espenberg, Alaska: A Case Study in Horizontal Stratigraphy », American Antiquity 78(3): 433-455.

Epaud, F., F. Gentili, & M. Simard, 2009. –« L’apport de l’expérimentation archéologique pour la compréhension de l’architecture carolingienne à poteau planté : Les exemples du chantier d’Orville (Val-d’Oise) », Revue archéologique de Picardie (1-2) : 129-144.

Friesen, T.M. 1999. « Resource Structure, Scalar Stress, and the Development of Inuit Social Organization », World Archaeology 31(1): 21-37.

Giddings, J.L. 1942. Dendrochronology on Northern Alaska, University of Arizona Bulletin 13, University of Alaska Publications.

Giddings, J.L. & D.D. Anderson 1986. Beach Ridge Archeology of Cape Krusenstern: Eskimo and Pre-Eskimo Settlements around Kotzebue Sound, Alaska, National Park Service, US Department of the Interior.

Godelier, M. 2007. Au fondement des sociétés humaines : Ce que nous apprend l’anthropologie, Bibliothèque Albin Michel des idées, Albin Michel.

Hoadley, R. B. Understanding Wood, a Craftsman’s Guide to Wood Technology, The Taunton Press, Newtown, CT.

Hodara, J.-J. 2005. « L’architecture de l’habitat protohistorique : Contraintes techniques », in O. Buchenschutz & C. Mordant (dir.), Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolothique final à l’Âge du Fer, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris : 65-76.

Hoffecker, J. F. & O. K. Mason 2010. - Human Response to Climate Change at Cape Espenberg : A.D. 800–1400, Annual Report to National Park Service, Institute of Arctic and Alpine Research, University of Colorado at Boulder.

Lamaison, P. & C. Levi-Strauss 1987. « La notion de maison. Entretien avec Claude Lévi-Strauss par Pierre Lamaison », Terrain. Revue d’Ethnologie de l’Europe 9: 34-39.

Lee, M. & G.A. Reinhardt 2003. Eskimo Architecture: Dwelling and Structure in the Early Historic Period, University of Alaska Press, Fairbanks, AK.

Ludwig, S. L. 1991 – « Wood artifacts and Wood Chip Debitage from the Mound 44 Slump », in O.K Mason, C.S Gerlach, & S.L. Ludwig (eds.), Coastal Erosion and Salvage Archaeology at Utqiagvik, Alaska, The 1990 Excavation of the mound 44 Slump Block, Occasional Papers of the Alaska Quaternary Center, 4: 50-57.

Mauss, M. & H. Beuchat 1904. « Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimos : Étude de morphologie sociale », L’Année sociologique 9 : 39–132.

Murdoch, J. 1988 - Ethnological Results of the Point Barrow Expedition, Classics of Smithsonian Anthropology, Smithsonian Institution Press, Washington, D.C., (1ère édition 1892).

Pillonel, D. 2007. Hauterives-Champréveyres 14, Technologie et usage du bois au Bronze final, Archéologie neuchâteloise 37, Office et Musée cantonal d’Archéologie de Neuchâtel.

Schaaf, J.M. 1995. Late-Prehistoric Iñupiaq Societies, Northern Seward Peninsula, Alaska : AD 1500 – 1800, vol.1, these de Doctorat, University of Minnesota.

Slaughter, D.C. 1982. « The Point Barrow Type House: An Analysis of Archaeological Examples from Siraagruk and Other Sites in Northern Alaska », Anthropological Papers of the University of Alaska 20 (1-2): 141-158.

Spencer, R. F. 1959. The North Alaskan Eskimo; a study in ecology and society, Bureau of American Ethnology 171, Smithsonian Institution, U.S. Government. Printing Office.

Vanstone, J.W. 1984. « Exploration and Contact History of Western Alaska », in D. D. Damas (ed) Handbook of North American Indians, Arctic, vol. 5, Simthsonian Institution, Washington D.C: 149-160.

Young, C.E. 2000. The Archaeology of Agiagruat (49NOA217), Cape Krusenstern National Monument, Northwest Alaska, mémoire de Master, Washington State University.

Haut de page

Notes

1 La culture de Thulé est directement antérieure aux Inuit. Elle apparaît autour du détroit de Béring entre le xie et le xiie siècle avant de s’étendre dans l’ensemble de l’Arctique nord-américain au xiiie siècle.

2 Ce qui peut être expliqué par le fait que les conifères sont les bois les plus faciles à fendre (Hoadley 2000).

3 Inupiaq (sg.), Inupiat (pl.) : Les Inupiat sont les Inuit qui vivent actuellement en Alaska.

4 Lors des fouilles, nous avons nous-mêmes pu constater que des blocs de sables s’effondraient souvent au bout d’une semaine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Localisation et vue satellite du site du cap Espenberg avec l’emplacement des maisons fouillées récemment (d’après Hoffecker & Mason 2010), plan de la structure 33
Crédits (Relevés C. Darwent et C. Alix et D.A.O., S. Éliès, R. Méreuze)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 2
Légende Répartition des essences et des formes des bois dans la structure F33
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3080/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 3
Légende Construction de la maison 33
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3080/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 4
Légende Coupe d’une maison traditionnelle du nord-ouest de l’Alaska, d’après Murdoch (1892)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3080/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Méreuze, « La construction de la maison 33 du cap Espenberg, nord-ouest de l'Alaska, au xviiie siècle », Les nouvelles de l'archéologie, 141 | 2015, 19-25.

Référence électronique

Rémi Méreuze, « La construction de la maison 33 du cap Espenberg, nord-ouest de l'Alaska, au xviiie siècle », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/3080 ; DOI : 10.4000/nda.3080

Haut de page

Auteur

Rémi Méreuze

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Umr 8096 ArchAm, Archéologie des Amériques, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre, remi.mereuze@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org