Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie boréale

Archéologie boréale

Pour le développement des recherches arctiques
Claire Alix, Aline Averbouh et Claudine Karlin
p. 3-5

Texte intégral

La publication du dossier « Archéologie Boréale » a bénéficié de la constitution d'un comité de lecture : chaque article a été revu par les éditrices (Cl. Alix, A. Averbouh C. Karlin), le secrétariat d’édition (N. Vaillant) et l’un des rapporteurs extérieurs suivants : Ch. Andrieu, M. Biard, P. Biehl, B. De Sachy, J. Enloe, F. Giligny, D. Kuntz, Ch. Leroyer, J.-M. Pétillon, S. Rostain. Qu’ils soient ici remerciés pour leur aide et leur participation efficaces.

Les résumés en anglais ont été revus ou, sauf mention contraire, traduits par Claire Alix.

1Doté d'une image de pays de glace où les hommes ne peuvent que « survivre », de terre lointaine et difficile d'accès, l'Arctique est aujourd'hui au cœur d'enjeux environnementaux, géopolitiques, énergétiques et sociétaux que le Chantier Arctique français a résumé récemment dans sa prospective pour les cinq ans à venir (Babin & Sansoulet 2014). Dans l'Arctique, en effet, les changements climatiques enregistrés sont spectaculaires et sont directement et empiriquement ressentis par les populations locales depuis plusieurs décennies (Krupnik & Jolly 2002, Collignon 2011). Dans un tel contexte, un numéro des Nouvelles de l'archéologie consacré à l'archéologie de ces hautes latitudes vient à point pour présenter la dynamique d'une recherche encore jeune en France et pourtant d'autant plus urgente que sont grands les risques encourus par les vestiges archéologiques fortement menacés par ces changements et leur conséquences plus ou moins directes (développements industriels, tourisme grandissant). Mais il est un autre fait d'importance que révèlent ces recherches : la richesse de l’histoire culturelle dans ces milieux septentrionaux et leur relative ancienneté qui soulignent l'ingéniosité des sociétés humaines à s'adapter à des territoires apparemment hostiles. On ne rappellera jamais assez l’écart énorme entre les descriptions occidentales d’un environnement arctique inhospitalier et la vision que les Inuit(s ?) ont de leur propre territoire, « un milieu exigeant, mais riche, favorable à l’implantation humaine et au développement » (Collignon 2011 :142)

2Les neuf articles présentés ici ont pour cadre géographique le grand Nord du continent américain, depuis l'intérieur et les côtes de l'Alaska jusqu'au Groenland en passant par l'Arctique canadien. Il s'agit d'une vaste zone qui, avec des spécificités régionales marquées, se caractérise historiquement par une remarquable homogénéité environnementale et culturelle. Ces textes rendent compte à la fois de projets collaboratifs souvent internationaux (Gómez Coutouly et al., Alix et al., Friesen, Gauthier et al., Averbouh) et de recherches plus ponctuelles réalisées dans un cadre plus individuel mais toujours d'envergure (Houmard, Neffe, Méreuze, Viot). En effet, dans ce dossier que nous voulions d'actualité sur les recherches menées dans ces hautes latitudes, il nous a paru important d'évoquer à la fois des programmes en cours de réalisation, voire achevés, présentant des analyses assez poussées, et d'autres plus récents, voire débutants, qui, de ce fait, sont moins fournis sur le plan des résultats mais sont construits autour de problématiques représentatives des développements récents de la recherche. Bien sûr, d’autres projets sont en cours dans la région. Pour diverses raisons, ils n’ont pu être évoqués dans ce numéro et les articles publiés ici n’abordent donc que certains aspects de cette dynamique archéologique dans l’Arctique.

3Les thèmes couverts sont multiples mais ils se recoupent et forment un fil d'Ariane courant entre ces pages autour de questions liées au peuplement, aux changements climatiques, à la technologie culturelle, ou encore à l'élaboration et/ou l'application de méthodes d'analyse spécifiques, adaptées à ces problématiques. Ainsi sont abordées les modalités de peuplement de régions jusque-là largement inhabitées (Gomez Coutouly et al.) ou localement et temporairement abandonnées (Alix et al., Gauthier et al.), ou pour lesquelles encore, la question du vide de population lors de l'établissement d'une nouvelle tradition culturelle reste en partie posée (Houmard) et est débattue parfois vivement (Park 2000; McGhee 2009). Une chose pourra étonner les lecteurs habitués sans doute à des paradigmes de diffusion plus ou moins progressive de traits culturels et de techniques : qu'il s'agisse de la recherche des premiers établissements humains sur le continent américain (Gomez Coutouly et al.), de l'origine de la culture inuit (Alix et al.), de sa colonisation de l'Arctique canadien (Houmard), ou de la colonisation norroise depuis l'Europe vers le Groenland (Gauthier et al.), ces questions font souvent appel à des modèles de migrations de population et de déplacements humains plutôt qu'à la diffusion de traits culturels. Si l'histoire de la recherche arctique n'est pas sans impact sur ces interprétations, ce sont d’abord les vestiges archéologiques qui nous renseignent. Ainsi en est-il de la migration thuléenne pour laquelle l'extrême rapidité avec laquelle on retrouve dans divers endroits de l'Arctique une même culture identifiée par son matériel à fort caractère occidental, témoigne de l'arrivée rapide de groupes humains dans le Haut Arctique oriental. Les recherches récentes en paléo-génétique viennent aujourd'hui corroborer cette interprétation (Raghavan et al. 2014). Sans entrer dans le vieux débat entre « migrationisme » et diffusionnisme, précisons que les vides géographiques, les abandons volontaires (ou non) et les migrations de groupes humains sont bien connus à l'échelle historique dans l'Arctique (Mary-Rousselière 1980), à commencer par les sagas médiévales relatant de la colonisation norroise du Groenland depuis l’Islande. De manière dialectique, ces exemples de migration et de mouvements de personnes servent souvent de fondements aux différents modèles de peuplement proposés pour interpréter les données archéologiques (Krupnik & Chlenov 2009).

4Les changements climatiques marquent l'environnement arctique, son histoire culturelle et celle de son peuplement de façon totalement imbriquée. Pour autant, si les recherches environnementales (Gauthier et al.) fournissent aujourd'hui des séquences paléoclimatiques de plus en plus précises et détaillées, celles-ci restent encore à affiner dans des régions comme le nord-ouest de l'Alaska, ce que s’efforce de réaliser des projets comme celui du cap Espenberg (Alix et al.).

5L'observation des effets du changement climatique actuel nous conduit bien sûr à travailler sur les capacités d'adaptation des sociétés. Mais elle nous oblige aussi à réfléchir à une politique de sauvegarde du patrimoine archéologique. Le programme conduit dans la région du delta du Mackenzie dans l'Arctique occidental canadien pose exactement cette question de l'impact de la fonte du pergélisol et d'une plus grande érosion sur les sites principalement côtiers de sa région d'étude (Friesen). Les raisons actuelles de s'inquiéter sont donc réelles mais, cette situation nous renvoie aussi au rôle des périodes de réchauffement passées sur la mauvaise préservation des vestiges organiques antérieurs à 2000 ans, alors qu'elle est généralement excellente pour les deux derniers millénaires.

6Les recherches, notamment celles que présentent les jeunes chercheurs dans ce numéro, montrent le développement grandissant d'approches qui combinent la prise de données archéométriques et technologiques avec l'utilisation des informations ethnographiques ou ethno-archéologiques pour étudier certains matériaux et répondre à des questions de savoir-faire, et de fonction (Neffe, Méreuze, Viot). Ainsi, la mise en évidence de la chaîne opératoire de construction d'une maison en bois permet d'aborder la complémentarité des savoirs et l'action coordonnée du groupe dans la réalisation de cet acte technique au centre du lien social d'une communauté (Méreuze). De même, l’importance de la jadéite, la difficulté de sa transformation en outil semble aller de pair avec la valeur du matériau et le statut social de ceux qui savent le travailler (Neffe). C’est l'analyse de la sélection des matériaux et des choix techniques mis en œuvre qui permet de mieux comprendre la fonction de certains objets (Méreuze, Viot, Houmard, Neffe). Pour un outil – le ulu – devenu au fil du temps un véritable symbole culturel et identitaire, une approche innovante est élaborée pour interroger son rôle en tant qu'outil multifonctionnel et courant qui s’accompagne d’une persistance de son importance (Viot). D’autre part, discontinuités et/ou continuités dans les façons d'opérer entre les deux traditions culturelles bien distinctes, auxquels appartiennent les Dorsétiens et les Thuléens, sont évoquées grâce à l'identification de certaines techniques utilisées pour le débitage et le façonnage des outils en matières osseuses (Houmard). De même, ces discontinuités/continuités dans les techniques et l’économie sont recherchées cette fois à une échelle très locale au cours des 10 000 ans minimum d’occupations de la vallée du Tanana dans l’intérieur de l’Alaska (Gomez-Coutouly et al.).

7Enfin l'effort de mise en place de référentiels pour aider à l'analyse des vestiges archéologiques est bien à souligner. La complexité des propriétés d'un matériau tel que le bois de renne ou de caribou, et de sa réaction aux différentes contraintes auxquelles il est susceptible d'être soumis, rappelle qu'il est essentiel de comprendre ce qui fait varier sa qualité si l'on veut réellement s'approcher des questions de choix (Averbouh). La mise en place d'un programme de prospection des sources de jade du nord-ouest de l'Alaska pour comparer les propriétés des matériaux distribués sur de courtes distances va aussi dans ce sens (Neffe).

8Cette série d'articles dont la présentation suit à la fois un ordre géographique et thématique donne un aperçu des problématiques et des spécificités de la recherche archéologique en milieu arctique que développe des chercheurs français et canadiens, en étroite collaboration bien sûr avec d’autres chercheurs américains, canadiens, groenlandais et danois.

9En Arctique, l’équilibre est fragile entre un environnement rigoureux et des sociétés humaines qui ont su l’exploiter et l’exploitent encore aujourd’hui. L’archéologie montre que l’adaptation à ce milieu riche et exigeant n’est pas récente, remontant au moins à 4500 ans le long du littoral. Les Inuit aujourd’hui, comme probablement par le passé, sont à l’écoute d’un environnement changeant et adaptent leurs décisions en conséquence (Krupnik 2006, Collignon 2011). La persistance de l’occupation humaine depuis plusieurs millénaires témoigne de ce rapport intime au milieu arctique et à ses variations. Les nouvelles mutations somme toute drastiques auxquelles l’Arctique fait face aujourd’hui font de ces régions un laboratoire d'étude grandeur nature des interactions entre sociétés humaines et environnement. L’Arctique tient d’ailleurs une place grandissante dans la politique de la recherche en France comme à l’étranger.

10À travers ce numéro, nous espérons attirer l'attention de nos collègues archéologues autour de ces thématiques majeures et motiver la poursuite du développement des recherches dans ces régions de hautes latitudes.

11Bibliographie

Haut de page

Bibliographie

Babin, M., J. Sansoulet (éds), 2014 Prospective - Chantier Arctique Français 2015-2020, Cnrs, Paris.

Collignon, B. 2011. « Les Inuits et le changement climatique » In M. Tabeau, A. Kislov (éds.) Le changement climatique. Europe, Asie septentrionale, Amérique du Nord. 4è Dialogues Européens d’Evian, Eurcasia, Allonzier, : 141–151.

Krupnik, I., M. A. Chlenov, 2009. « Distant lands and brave pioneers: original Thule migration revisted » In B. Grønnow (ed.) On Track of the Thule Culture from Bering Strait to East Greenland, Papers in honour of Hans Christian Gulløv, Publications from the National Museum, Studies in Archaeology & History 15, Copenhagen : 11–23.

Krupnik, I. 2006. « We Have Seen These Warm Weather Before. Indigenous Observations, Archaeology, and the Modeling of Arctic Climate Change » In J. Arneborg, B. Grønnow (eds.) Dynamics of Northern Societies. Proceeding of the SILA/NABO Conference on Arctic and North Atlantic Archaeology, PNM Publications from the National Museum, Copenhagen : 11–22

Krupnik, I., D. Jolly, 2002. The Earth Is Faster Now: Indigenous Observations of Arctic Environmental Change. Arctic Research Consortium of the United States, Fairbanks.

Mary-Rousselière, G. 1980. Qitdlarssuaq, l’histoire d’une migration polaire. Presses de l’Université de Montréal, Montréal.

McGhee, R. 2009. « Why and When did the Inuit Move to the Eastern Arctic ? » In H. D. Maschner, O.K. Mason, R. McGhee (eds.), The Northern World AD 900 – 1400, University of Utah Press : 155–163.

Park, R. 2000. « The Dorset-Thule succession revisited » In M. Appelt, J. Berglund, H.-C. Gulløv (eds.), Identities and cultural contacts in the Arctic. Proceedings from a Conference at the Danish National Museum, Copenhagen, The Danish National Museum & Danish Polar Center, Copenhagen : 192–205.

Raghavan, M., M. DeGiorgio, A. Albrechtsen, et al. 2014. « The genetic prehistory of the New World Arctic », Science, 345, 6200.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Alix, Aline Averbouh et Claudine Karlin, « Archéologie boréale », Les nouvelles de l'archéologie, 141 | 2015, 3-5.

Référence électronique

Claire Alix, Aline Averbouh et Claudine Karlin, « Archéologie boréale », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/3049 ; DOI : 10.4000/nda.3049

Haut de page

Auteurs

Claire Alix

Maître de conférence, Université Paris 1, Panthéon Sorbonne, Umr 8096 Archéologie des Amérique, 3 rue Michelet 75006 Paris
claire.alix@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Aline Averbouh

Cr1, Cnrs, Umr 7209 Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnement, Muséum national d'histoire naturelle, CP 56, 55 rue Buffon, F-75005 Paris
aline.averbouh@mnhn.fr

Articles du même auteur

Claudine Karlin

Cnrs, Umr 7041 Archéologies et sciences de l’Antiquité- Ethnologie préhistorique
claudine.karlin@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org