Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Lillebonne - Juliobona à la lumière des découvertes anciennes

Jusqu’au 1er juillet au musée départemental des Antiquités de Rouen
Armelle Bonis
p. 61-64

Texte intégral

1En 1828, Auguste Le Prévost (1787-1859), l’un des fondateurs de la Société des antiquaires de Normandie, regrettait que ses confrères se soient détournés « des objets qu’ils supposaient être tout à fait étrangers aux chefs-d’œuvre grecs et romains », mais s’accordait avec eux pour reconnaître : « ce n’est point chez nous qu’on peut espérer de rencontrer souvent de ces merveilles des arts, que de plus anciennes et plus intimes communications avec la Grèce et l’Italie, des rapports de mœurs, d’origine et de climat et le voisinage de la Méditerranée [ont] concouru à multiplier au sein de nos provinces méridionales » (cité par Chatel 1873 : 568). À la même époque, un « ancien professeur de l’Université » écrivait au châtelain du Mesnil-sous-Lillebonne : « Vous désirez que je vous parle des antiquités de Lillebonne. Que voulez-vous que j’en dise dans le moment actuel ? Votre statue en bronze doré est toute rapiècetée ; les anomalies fourmillent dans votre construction théâtrale » (Raymond 1826, cité par Chatel 1873 : 569).

  • 1 Installé dans l’ancien couvent de la Visitation Sainte-Marie, le musée a été fondé en 1831 pour sau (...)

2En deux siècles, les fouilles se sont succédé et les jugements ont évolué. Caroline Dorion-Peyronnet, directrice du musée départemental des Antiquités de Rouen1, fête le nouvel aménagement de la salle gallo-romaine et le retour exceptionnel de la statue d’Apollon en Normandie en ouvrant les archives du patrimoine archéologique de Lillebonne (Dorion-Peyronnet 2015).

  • 2 Dans sa Vie de Constantin, l’évêque Eusèbe de Césarée (265-339) relate comment le futur empereur, a (...)

3Cette exposition savante complète le Panorama XXL qui offre une vision à 360 degrés de la Rome antique au jour du triomphe de Constantin (272-337)2. Entre deux éditions de l’Armada de la Liberté et du festival Normandie impressionniste, la métropole Rouen Normandie souhaite ainsi renouer avec un genre très populaire au XIXe s. grâce à une œuvre géante (101 x 31 m), présentée dans un gigantesque silo érigé au bord de la Seine et signée par l’Allemand Yadegar Asisi.

Le théâtre antique de Lillebonne

4Le nom latin de l’ancienne capitale des Calètes, Juliobona, est cité au début du IIe s. dans la Géographie de Ptolémée. Sa construction hybride associe le mot gaulois bona, qui signifie « fondation », à Iulius, gentilice romain de César (100-44 av. J.-C.). Ce choix renverrait moins au règne d’Auguste (27 av. J.-C. - 14 ap. J.-C.) qu’à celui de Tibère (14-37 ap. J.-C.) et il exprimerait le désir d’intégration de l’élite locale au moment de la réorganisation des Provinces de la Lyonnaise et de la Belgique (Mutarelli 2015a : 12).

  • 3 Le musée départemental des Antiquités de Rouen accueillera cet été l’exposition sur la chaussée Jul (...)

5La ville neuve s’est installée sur un site stratégique pour les échanges commerciaux avec la Britannia. Édifiée à la confluence de deux rivières et à quelques kilomètres de l’estuaire de la Seine, elle est au croisement de la chaussée Jules-César, qui la relie à Rotomagus (Rouen) et Lutetia (Paris) sur la rive droite3, d’un itinéraire franchissant le fleuve en direction du Pays d’Auge, et d’une troisième voie traversant le plateau de Caux en direction de la Gaule Belgique.

  • 4 Cofondateur de la Société des antiquaires de Normandie, l’ancien curé assermenté de Conteville fut (...)
  • 5 Le théâtre antique de Lillebonne est le premier site gallo-romain de Haute-Normandie à avoir été cl (...)

6Si le plan de la ville antique reste mal perçu, la qualité des vestiges retrouvés depuis deux siècles –aqueduc, boutiques et domus, installations portuaires, thermes et nécropoles – ne laisse aucun doute sur sa prospérité. Mentionnées au VIIIe s. dans les Chroniques de l’abbaye de Saint-Wandrille, les ruines de son théâtre ont été identifiées au XVIIIe s. et publiées par le comte de Caylus (1764). Le cafetier qui les acheta en 1792 entreprit de les démanteler avant d’y découvrir, en 1812, un trésor monétaire. Alerté, François Rever (1753-1828)4 persuada le Conseil général de la Seine-Inférieure de racheter le site – chose faite en 1818 – et il en dirigea les premières campagnes de fouilles (1821-1826)5.

7Les plus récentes (2007-2009) ont été conduites par Vincenzo Mutarelli, archéologue départemental de la Seine-Maritime, dans le cadre d’un projet de restauration et de mise en valeur du monument, rouvert au public depuis septembre 2012. Croisées avec une étude attentive des archives renseignant sur les différentes interventions qui s’y sont déroulées, elles attestent « au moins trois époques de construction dont témoignent les structures apparentes encore en élévation » (Mutarelli 2015b : 35).

8À la première se rattachent quelques murs démolis à la fin du Ier s. pour la construction de l’arène. Fermée au nord par le bâtiment de scène (non fouillé), celle-ci s’étendait sur une zone plane. Côté sud, la conque des gradins (imma et media cavea) s’adossait directement à la pente de la colline, des murs et des remblais prolongeant le sommet pour supporter les rangs les plus élevés (summa cavea) ; dans le fond de la vallée, la cavea soutenue par des remblais et des maçonneries épousait l’ellipse de l’arène mais elle devenait rectiligne au niveau supérieur, à partir des entrées principales est et ouest. À la fin du IIe s. ou au début du IIIe s., l’adjonction d’une galerie périphérique couverte et d’un second podium agrandit ce deuxième état. L’obstruction, à la fin du IIIe s., de tous les accès à cette galerie par de grands blocs en réemploi assemblés à sec « exprime la volonté d’isoler et de fortifier le monument pour le transformer en bastion défensif (Mutarelli 2011, 2015b : 38).

L’Apollon en bronze doré

  • 6 En 1825, une tête laurée en marbre blanc fut trouvée dans le quartier de la Briqueterie, à proximit (...)

9Mise au jour, le 23 juillet 1823, par des ouvriers qui tentèrent de cacher leur trouvaille pour se l’approprier, celle-ci était en piteux état (métal corrodé, lacune du bras droit, jambe gauche et bras droit cassés, etc.)6. Si, dans la Description de la statue frustre, en bronze doré, trouvée à Lillebonne, qu’il en donna dès 1823, François Rever insista sur sa qualité artistique pour ne pas froisser son propriétaire, il nuança sérieusement cet avis dans une lettre adressée au préfet : « le nez mal fait un peu retroussé la lèvre supérieure trop court trop relevée, le creux du menton trop profond les yeux trop fendus, les commissures des paupières […] mal rendues, les intérieures surtout. […] Les doits (sic) trop longs, les phalanges terminales arquées, creuses en dehors, trop courbées en dedans. […] le pied trop large et faisant patte d’oye. » (Cité par Dorion-Peyronnet 2015 : 22).

10Présentée à Rouen en novembre 1823 puis à Paris en février 1824, la statue partit ensuite en Angleterre et elle séjourna près de trente ans chez un collectionneur londonien, avant d’être rachetée par l’État français. Aujourd’hui, l’appréciation portée sur elle est devenue nettement positive, comme en témoigne la notice de l’œuvre entrée au Louvre en 1853 : « Par ses proportions, sa pondération et l’agencement de sa chevelure, l’effigie divine de Lillebonne témoigne de l’influence des créations grecques sur les artistes gallo-romains. » Coulée en plusieurs pièces selon le procédé de la fonte creuse à la cire perdue, elle a été restaurée à maintes reprises, peut-être dès l’Antiquité, et dorée à la feuille. Réalisée au IIe s. dans la région de Lugdunum, elle « reprend le contrapposto élaboré par Polyclète au milieu du Ve s. avant J.-C. et fait écho aux silhouettes – presque adolescentes encore – des figures masculines créées au IVe s. par des sculpteurs comme Praxitèle, Euphanor ou Scopas ; elle adopte aussi le canon très allongé des œuvres de Lysippe, avec la tête aux proportions volontairement réduites. L’attitude et l’attribut du dieu [une lyre – disparue – dans la main gauche] sont également empruntés au répertoire artistique grec. »7.

Fig. 1

Fig. 1

Apollon en bronze doré, IIe s. ap. J.-C. (h. 1,94 m.). Musée du Louvre, Antiquités grecques, étrusques et romaines, Br.37. Les surfaces de recouvrement des feuilles d’or, appliquées à l’aide de mercure, composent un quadrillage encore visible par endroits, notamment sur les cuisses.

© RMN/H. Lewandoski

La mosaïque de la chasse au cerf

11« Le mardi 8 mars 1870, le sieur Fagot, cafetier à Lillebonne dans le quartier de Saint-Denis, ayant obtenu de son propriétaire, M. le Dr Pigné [maire de la commune] l’autorisation de convertir l’allée de son jeu de boules en un jardin, défonçait le sol et ameublissait la terre lorsque sa pioche rencontra, à 50 cm de profondeur, la résistance prolongée d’un pavage coloré. Il appelle son voisin, M. Bataille, pharmacien qui, devinant, d’après ce qu’il voyait, une vraie mosaïque, lui conseilla de suspendre son travail […] » (Chatel 1873 : 571).

  • 8 L’abbé Cochet, qui s’est efforcé de faire de la conduite des fouilles et de leur interprétation une (...)

12Cette mosaïque de 8,50 m sur 6,80 m appartenait à un édifice détruit par un incendie, aux murs décorés de marbres et d’enduits peints et au toit de tuiles. La présence, dans les couches archéologiques, de plusieurs statuettes féminines représentant Latone ou Vénus inclina l’abbé Cochet (1812-1875)8 à y voir un temple dédié à Diane et Apollon. Il s’agissait, en fait, du triclinium d’une domus.

  • 9 La chasse à l’appelant consiste à attirer les cerfs sauvages grâce au brame d’un cerf tenu à la lon (...)

13Selon la description qu’il en fit, « la mosaïque se compose d'abord d'une grande bordure de couleur blanche, large de 35 cm et encadrée dans des lignes noires. Immédiatement après, vient le compartiment des chasses », large de 1,20 m et dont les panneaux historiés représentent une chasse à courre, une chasse à l’appelant en deux temps et le sacrifice d’un cerf à Diane9. Ils encadraient un second carré blanc, large de 27 cm et serti de lignes noires. À l’intérieur, des rameaux aux feuilles lancéolées reliaient les corbeilles installées aux angles. Le médaillon central et circulaire était occupé par un homme et une femme grandeur nature, à la nudité à peine masquée par une longue écharpe. « L'homme paraît courir après la femme, la femme fuit devant l'homme, mais arrivée à l'extrémité de sa résistance, elle fléchit sur ses genoux » et paraît demander grâce à son poursuivant. Sous ses tresses parées de perles vertes, le visage était alors réduit au front, aux yeux et au nez, la bouche, le menton et le cou ayant disparu. La figure masculine était plus gravement mutilée, puisqu’il n’en restait que les yeux, les cheveux couronnés de laurier et les jambes « dans l’attitude de la course ». Les noms des artistes étaient inscrits dans des cartouches placés au-dessus de la tête des personnages et sous leurs pieds (Cochet 1870).

Fig. 2

Fig. 2

Mosaïque : « Chasse à l’appelant ». Pierres diverses, IIIe - IVe s. ap. J.-C. Prov. Lillebonne, Quartier de Saint-Denis, à l’angle des rues du Havre et de Bolbec, 1870 (8 mars). Complétée d’un décor géométrique en 1954

© Musée départemental des Antiquités de Rouen. Inv. R.90.59

14En 1879, le Dr Pigné obtint un jugement favorable contre l’inventeur qui lui contestait la propriété de l’œuvre et la vendit à un particulier. L’examen des archives graphiques et photographiques prouve que, entre son départ de Lillebonne (1880) et son rachat par le département de la Seine-Inférieure pour le musée de Rouen (1885), les deux ateliers de mosaïstes auxquels elle a été successivement confiée ont procédé à d’importantes modifications : « 1, immédiatement après la dépose de 1880, restauration par Facchina, qui consiste principalement dans la restitution des parties manquantes (médaillon central, costume du sacrificateur, tête de chien, etc.) ; 2, après cette restauration, voyage en Russie et vente de quelques-unes des têtes antiques en panneaux séparés ; 3, exécution, vers 1883-1885, par Zanussi (qui hérite de la maison Mazzioli-Chauviret en 1886), des têtes modernes insérées dans le pavement en vue de la vente du tout ; 4, enfin, remontage par ce dernier, au Musée de Rouen, de la mosaïque, qui était donc en partie son œuvre, en partie celle de Facchina, et pour une bonne part aussi celle de ce grand artiste antique qui s'appelait peut-être Titus Sennius Felixi » (Darmon 1978 : 87).

15Quant au dallage extérieur, le catalogue de la vente aux enchères de 1885 précise qu’il « ne présentait aucun intérêt, la partie centrale a seule été détachée du sol, ce qui a réduit la mosaïque à des proportions beaucoup moins considérables » – 5,80 x 5,60 m (cité par Dorion-Peyronnet 2015 : 53, note 111). Le décor géométrique aujourd’hui visible a été ajouté en 1954, quand le pavement a été exhaussé.

Haut de page

Bibliographie

Caylus Comte Ph. de. 1764. Recueil d’Antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises, VI : 394-396, pl. CXXVII.

Chatel E. 1873. « Notice sur la mosaïque de Lillebonne », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 28, p. 568-598.

Cochet Abbé J. 1870. « Sur la mosaïque de Lillebonne », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 14e année : 37-45. www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1870_num_14_1_67657

Darmon J.-P. 1978. « Les restaurations modernes de la grande mosaïque de Lillebonne (Seine-Maritime) ». Gallia, 36-1: 65-88. www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/galia_0016-4119_1978_num_36_1_1587

Dorion-Peyronnet C. (éd.). 2015. Lillebonne – Juliobona. À la lumière des découvertes anciennes : catalogue d’exposition, 1er avril - 1er juillet 2015. Rouen, musée départemental des Antiquités : 15-27.

Lefeuvre A., Rodriguez P., à paraître. « La chaussée Jules-César, une route vers l’Océan », Les Nouvelles de l'archéologie, 141, 2015.

Lepetz S., Clavel B. 2010. « De la chasse au lièvre à la chasse au cerf. Évolution des pratiques de l’âge du Fer au Moyen Âge », Archéopages, 28 : 38-51. www.inrap.fr/userdata/c_bloc_file/8/8499/8499_fichier_dossier-lepetz.pdf

Poplin Fr. 1996. « Les cerfs harnachés de Nogent-sur-Seine et le statut du cerf antique », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 140e année, N. 1 : 393-421. www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1996_num_140_1_15593

Mutarelli V. 2011. « Le théâtre romain de Lillebonne. Étude des sources et nouvelle campagne de fouilles ». Études de lettres, 1-2 : 223-262. http://edl.revues.org/117; DOI: 10.4000/edl.117

Mutarelli V. 2015a. « À l’origine de Juliobona », in : Dorion-Peyronnet C. (éd.), Lillebonne – Juliobona. À la lumière des découvertes anciennes : catalogue d’exposition, 1er avril - 1er juillet 2015. Rouen, musée départemental des Antiquités : 10-14.

Mutarelli V. 2015b. « Le théâtre romain de Lillebonne : une histoire des fouilles », in : Dorion-Peyronnet C. (éd.), Lillebonne – Juliobona. À la lumière des découvertes anciennes : catalogue d’exposition, 1er avril - 1er juillet 2015. Rouen, musée départemental des Antiquités : 28-38.

Raymond H. 1826. Première lettre sur les antiquités de la Normandie (Lillebonne) : A M. Davois de Kinkerville en son château du Ménil, sous Lillebonne. Paris, N. Maze. 99 p. in-8°.

Rébillon A. 1925. « Comptes Rendus : Léon Dubreuil, François Rêver (1753-1828). Un vol. in-8°. Paris, Champion, 1924. VII-215 p. », Annales de Bretagne, 37, 3-4 : 435-437. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/abpo_0003-391x_1925_num_37_3_4282_t1_0435_0000_2

Winkelmann F. (éd.). 2013. Eusèbe de Césarée, « Vie de Constantin ». Texte critique par F. Winkelmann, intr. et notes de L. Pietri, trad. de M.-J. Rondeau, Éditions du Cerf, Paris (Sources chrétiennes, 559).

Haut de page

Notes

1 Installé dans l’ancien couvent de la Visitation Sainte-Marie, le musée a été fondé en 1831 pour sauvegarder des fragments de monuments et d'objets d'art et d'archéologie révélés par les fouilles du théâtre antique de Lillebonne. Musée départemental des Antiquités, 98 rue Beauvoisine, 76000 Rouen, tél. : 02 35 98 55 10, www.museedesantiquites.fr

2 Dans sa Vie de Constantin, l’évêque Eusèbe de Césarée (265-339) relate comment le futur empereur, acclamé par l’armée de Bretagne après la mort de son père, passa en Gaule puis en Italie pour mener une expédition contre le tyran Maxence. Gratifié par une vision céleste confirmée par un songe, il se convertit à la foi chrétienne et obtint près de Rome, par la grâce de Dieu, la victoire sur son rival (28 octobre 312), ce qui lui permit de devenir le maître de tout l’Occident (Winckelmann 2013).

3 Le musée départemental des Antiquités de Rouen accueillera cet été l’exposition sur la chaussée Jules-César (Lefeuvre, Rodriguez, à paraître. Cf. http://www.museedesantiquites.fr/docs/ok-flyer-chaussee-jules-cesar-2.pdf).

4 Cofondateur de la Société des antiquaires de Normandie, l’ancien curé assermenté de Conteville fut élu en 1790 maire de sa paroisse, conseiller général de l’Eure puis député à l’Assemblée législative. En l’an VII, il fut nommé commissaire du directoire exécutif de son département. En 1801, il refusa de négocier sa réconciliation avec l’Église (Rébillon 1925).

5 Le théâtre antique de Lillebonne est le premier site gallo-romain de Haute-Normandie à avoir été classé au titre des monuments historiques, en 1840.

6 En 1825, une tête laurée en marbre blanc fut trouvée dans le quartier de la Briqueterie, à proximité immédiate de l’endroit où était enfoui l’Apollon. L’identité de ce portrait impérial des IIe-IIIe s., entré en 1862 au musée départemental des Antiquités de Rouen, reste incertaine mais son style le rapproche des monnaies de Caracalla (188-217).

7 M.-B. Astier in www.louvre.fr/oeuvre-notices/apollon-de-lillebonne.

8 L’abbé Cochet, qui s’est efforcé de faire de la conduite des fouilles et de leur interprétation une science rigoureuse, considérait l’archéologie « comme une science qui a ses règles et ses fautes, ses succès et ses écueils ». Il fut nommé membre la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure en 1834, inspecteur des Monuments historiques de ce département en 1849 puis conservateur du musée des Antiquités de Rouen en 1867 (cf. M. Baylé in www.inha.fr/fr/ressources/publications/dictionnaire-critique-des-historiens-)

9 La chasse à l’appelant consiste à attirer les cerfs sauvages grâce au brame d’un cerf tenu à la longe. Sa pratique en est archéologiquement attestée depuis la découverte à Nogent (Haute-Marne), en 1995, de trois jeunes sujets mâles dix cors aux bois épointés et taillés et d’un quatrième du même âge mais sans bois, c’est-à-dire mulet. Chacun reposait dans une fosse individuelle avec son embouchure mentonnière, ce qui plaide pour l’idée d’un sacrifice (Poplin 1996 ; Lepetz, Clavel 2010 : 41).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Apollon en bronze doré, IIe s. ap. J.-C. (h. 1,94 m.). Musée du Louvre, Antiquités grecques, étrusques et romaines, Br.37. Les surfaces de recouvrement des feuilles d’or, appliquées à l’aide de mercure, composent un quadrillage encore visible par endroits, notamment sur les cuisses.
Crédits © RMN/H. Lewandoski
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 2
Légende Mosaïque : « Chasse à l’appelant ». Pierres diverses, IIIe - IVe s. ap. J.-C. Prov. Lillebonne, Quartier de Saint-Denis, à l’angle des rues du Havre et de Bolbec, 1870 (8 mars). Complétée d’un décor géométrique en 1954
Crédits © Musée départemental des Antiquités de Rouen. Inv. R.90.59
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/3041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armelle Bonis, « Lillebonne - Juliobona à la lumière des découvertes anciennes », Les nouvelles de l'archéologie, 140 | 2015, 61-64.

Référence électronique

Armelle Bonis, « Lillebonne - Juliobona à la lumière des découvertes anciennes », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 140 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/3041 ; DOI : 10.4000/nda.3041

Haut de page

Auteur

Armelle Bonis

Chargée de mission au Conseil départemental du Val-d’Oise,
armelle.bonis@valdoise.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org