Navigation – Plan du site

Conclusion

Caroline Trémeaud
p. 59-60

Texte intégral

1Ce numéro s’articule autour de onze contributions, de chercheurs de divers horizons, transcendant l’archéologie afin d’une part de fixer un cadre théorique et d’autre part de permettre une réflexion sur le genre en archéologie.

  • 1 Dans la recherche française, on peut penser aux récents travaux d’É. Luneau, C. Bélard et C. Trémea (...)

2Il ne s’agit pas de fonder une gender archaeology à la française mais de poser les bases de l’utilisation du genre en archéologie. En effet, ce concept y est rarement utilisé, surtout pour l’étude des sociétés anhistoriques. Il semblerait que les approches de genre ont pu éclore dans les études des sociétés antiques riches de sources textuelles depuis les années 1990 (Schmidt-Pantel 1991), alors que les sociétés dites protohistoriques n’ont pas fait l’objet d’un tel champ de recherches jusqu’à récemment1. Cependant, la question de la place des femmes dans ces sociétés n’a pas été pour autant absente des réflexions et des problématiques archéologiques. Il semblait donc nécessaire aujourd’hui de replacer le genre au sein de l’archéologie, de montrer que ce concept y trouve sa place et apporte des résultats mais surtout de le mettre en œuvre correctement et de mettre un terme à la confusion genre/sexe qui apparaît trop fréquemment.

Du genre et de l’archéologie

3Marie-Élisabeth Handman nous propose un point précis sur les concepts du genre et du sexe. À travers leur évolution et leur réception en anthropologie sociale, elle pose des principes fondamentaux :

  • il est important de différencier le sexe et le genre ;

  • le genre ne doit pas être perçu comme un synonyme d’étude des femmes mais des femmes et des hommes, et l’étude des masculinités est un champ à développer ;

  • le genre permet certes d’étudier la distinction entre les sexes mais comme un fait participant d’une hiérarchie des valeurs. La notion de pouvoir est propre au genre.

4Annick Coudart traite de la perception du genre en France. Replaçant cette notion dans un cadre large, elle propose une relecture historique qui explique sa faible présence en France, alors qu’elle s’est développée plus tôt dans le monde anglo-saxon. Peu de genre mais une plus forte mixité, pour un pays marqué par l’omniprésence grammaticale des genres féminin et masculin. Questionnant l’absence d’une gender archaeology, elle met en évidence la mixité de l’archéologie.

5Le sexe n’est pas le genre, le genre n’est pas le sexe. Le cadre théorique, le contexte social et historique étant fixé par ces premières contributions, son appropriation concrète par l’archéologie est dorénavant à étudier.

Le genre et les données funéraires

6L’article de Chloé Bélard met en évidence la faible pertinence de l’habituelle dichotomie masculin/féminin en archéologie funéraire, surtout en l’absence de données anthropologiques de sexe. Elle insiste sur la multiplicité des variables, le sexe, l'âge et la richesse, et la nécessité de les croiser pour une approche multisectorielle du genre dans les sociétés de l'âge du Fer en Champagne.

7Toujours à partir d’un corpus de données funéraires, Samantha Reiter base son analyse sur une approche biologique des populations du Bronze ancien en Europe central. Les données récoltées l'amènent à revoir le concept de « Fremde Frauen», désignant des femmes qui auraient été échangées à travers des réseaux d’alliances et de mariage puis inhumées avec les parures de leur région d’origine, l’archéologue pouvant ainsi les distinguer. Néanmoins les données biologiques déconstruisent ce principe. Elle met ainsi en avant la part fictive de la construction de l’identité dans le discours idéologique funéraire.

Des « grandes femmes » ?

8En l’absence de données biologiques, Élise Luneau questionne le mobilier funéraire de la civilisation de l’Oxus. Les distinctions établies entre "mobilier féminin" et mobilier masculin", mais aussi la porosité de ces catégories entre elles et l'iconographie révèlent une partition des activités qui permettent de redéfinir les positions respectives du masculin et du féminin et révèlent le rôle fondamental du genre et du statut dans cette société.

9La particularité des sépultures féminines de la civilisation de l’Oxus fait écho aux sépultures ostentatoires analysées par Caroline Trémeaud. Le genre, défini comme une variable autonome par rapport au sexe biologique, lui permet de décortiquer les mécanismes de hiérarchisation de la richesse et d'avancer de nouvelles interprétations des corpus funéraires.

10Au-delà des données funéraires, il est possible de développer des approches de genre à partir des sources textuelles, même pour des sociétés ayant peu de textes.

Genre et sources écrites

  • 2 Voir le concept d’Honorary Males (Arnold 1995).

11Ainsi, S. Péré Nogues entreprend de faire le tour des sources textuelles disponibles pour traiter de la place des femmes celtes. Son approche met en lumière l’existence de stéréotypes propres à ces sources antiques, et en parallèle la possibilité d’émergence des femmes. Elle se rapproche des hypothèses de B. Arnold2 pour expliquer cette émergence par des situations de vacances masculines du pouvoir. Néanmoins elle suppose l’existence, en amont, de mécanismes de transfert de pouvoir et d’autorité, selon des variables propres aux sociétés celtes et inconnues des mondes gréco-romain.

12Traitant d’une documentation similaire mais bien plus riche, Cécile Michel montre l’évolution de l’étude de l’histoire de des femmes en assyriologie. Ce champ d’étude ancien a été favorisé par des sources textuelles mettant en avant certaines femmes. En ressort une vision non linéaire de l’importance des femmes, avec un tournant au cours du IIIe millénaire où cette importance décline et semble subordonnée au masculin.

13Les approches de genre en archéologie ne sont pas forcément subordonnées aux matériaux archéologiques, qu’ils soient mobiliers ou textuels. Ainsi, la contribution de Jutta Leskovar et Kristin Kowarick décortique l’influence du genre dans la représentation actuelle des sociétés protohistoriques. À travers une analyse systématique des expositions permanentes, elles considèrent tant le texte que les images pour questionner en détail le poids des stéréotypes véhiculés.

14En complément à ces onze contributions, le compte rendu de l’ouvrage Mon corps a-t-il un sexe? dresse un état des lieux de la connaissance biologique du sexe. L’interdisciplinarité pour penser les concepts de genre et de sexe, mise en avant par M.-É. Handman, associe des approches bio-logiques du sexe à des approches sociologiques, philo-sophiques. Le sexe est questionné dans toute sa diversité : dans le monde animal comme dans le monde humain, à travers son expression corporelle, au niveau des organes ou même des hormones. À travers la mise en évidence de la plasticité et de la variabilité de l’expression du sexe, ce livre révèle la complexité du sexe et l’importance du concept de genre face à l’appréhension du sexe.

15Si un certain nombre de contributions semblent loin des réflexions propres à l’archéologie, certaines sur le « sexe osseux » et le bassin sont directement liées à la pratique archéologique.

16Face aux contributions proposées dans ce dossier, la question du genre en archéologie apparaît comme un outil ou un moyen nécessaire afin de conceptualiser les données funéraires mais aussi iconographiques et textuelles. Le croisement des approches archéologiques met en évidence la convergence des réflexions sur la question du genre et l’interdisciplinarité permet d’enrichir notre propre usage de ce concept.

17Le sexe, à travers la dichotomie masculin / féminin, est une distinction principale dans notre société actuelle, qui le conçoit de façon binaire. Outil heuristique, le genre permet de proposer des interprétations sur les rapports sociaux entre femmes et hommes et ainsi d’analyser un des mécanismes structurants de tout groupe humain. À travers son utilisation, l’archéologie pourra peut-être mieux comprendre des sociétés où le sexe n’est pas un critère aussi discriminant et ainsi ouvrir la réflexion sur la façon de penser les sociétés actuelles ou anciennes.

Haut de page

Bibliographie

Schmidt-Pantel P. 1991. L’histoire des femmes en Occident, t. 1 : L’Occident. Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1 Dans la recherche française, on peut penser aux récents travaux d’É. Luneau, C. Bélard et C. Trémeaud

2 Voir le concept d’Honorary Males (Arnold 1995).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Trémeaud, « Conclusion  », Les nouvelles de l'archéologie, 140 | 2015, 59-60.

Référence électronique

Caroline Trémeaud, « Conclusion  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 140 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/3039 ; DOI : 10.4000/nda.3039

Haut de page

Auteur

Caroline Trémeaud

Umr Trajectoires, 21 allée de l’université, 92023 Nanterre cedex
tremeaudcaroline@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org