Navigation – Plan du site
Dossier: Genre et archéologie

Mon corps a-t-il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologies et sciences sociales Évelyne Peyre & Joëlle Wiels

Caroline Trémeaud
p. 56-58
Référence(s) :

Mon corps a-t-il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologies et sciences sociales, sous la direction d’Évelyne Peyre et de Joëlle Wiels, Paris, La Découverte (collection Recherche), 2015, 360 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est le fruit d’un colloque international, tenu à Paris en juin 2011 à l’École des hautes études en sciences sociales (Ehess), mais également des différentes contributions présentées lors du séminaire intitulé « Sexe et genre : pour un dialogue interdisciplinaire au carrefour des sciences de la vie et des sciences humaines » se déroulant au Muséum national d’histoire naturelle depuis 2005, et coorganisé par l’Umr 7206 Éco-anthropologie et ethnobiologie.

2Il s’agit, selon les mots des directrices de ce livre, Évelyne Peyre et Joëlle Wiels, d’un dialogue interdisciplinaire entre biologie et sciences humaines et sociales permettant d’articuler la notion de « sexe » et de « genre », le premier étant évidemment pris au sens biologique, sexuation, et non sexualité.

3L’objectif de l’ouvrage est d’ailleurs de faire le point sur l’état des savoirs dans les différentes disciplines qui travaillent sur les biologies du sexe et de mieux comprendre comment la société gère, au-delà de la réduction binaire, ces notions de mâle et de femelle.

4Les parties qui rythment la construction de l’ouvrage laissent l’interdisciplinarité s’exprimer  en quatre temps :

  • dans la construction du corps sexué, c’est le corps qui est interrogé, du point de vue biologique ;

  • puis, dans un second temps, un changement d’échelle questionne le sexe des organes, dans le sexe envahit tout le corps ;

  • la question du sexe et du genre dans le monde animal réunit les contributions de la troisième partie, cultures/natures : la femelle et le mâle ! ;

  • la dernière partie questionne de l'identité aux représentations du point de vue de la sociologie et de la psychologie.

5La richesse des contributions (23 au total) permet véritablement d’avoir un jeu de regards croisés sur les questions du sexe et du genre, et met en évidence l’intérêt de cette approche particulièrement large.

6Il ne s’agit pas là de définir le concept de genre. Le genre, processus de construction d’une différence hiérarchisée des femmes et des hommes, n’est pas questionné en tant que tel par les différentes contributions, mais c’est bien le sexe qui est remis au cœur du débat, et cette notion qui semble facile, évidente, dévoile sa profonde complexité.

7En filigrane de ces contributions, le poids des stéréotypes de sexe est mis en évidence et leur importance est constamment soulignée. Leur puissance conduit à inscrire le genre dans le biologique et à donner l’illusion du naturel, et ces amalgames récurrents se perpétuent encore dans un cercle difficile à briser.

8Les approches biologiques de la première partie de l’ouvrage mettent en avant la complexité biologique du sexe qui ne conduit à des catégories ni binaires, ni ou évidentes. E. Peyre, dans « L'histoire du sexe ou le roman de la vie », résume l’histoire du sexe en distinguant la procréation (sexuée, impliquant la rencontre de deux gamètes mâle et femelle), créant de la variabilité, de la reproduction (non sexuée, comme le clonage ou le bouturage). L’une, récente à l’échelle de l’histoire de la vie, met en jeu le sexe, l’autre, bien plus ancienne, non. Ces deux modes de reproduction se sont maintenus, avec chacun leurs avantages et leurs inconvénients.

9Alors que le rôle du sexe dans la multiplication des individus n’apparaît plus comme un impératif, J. Wiels met à mal l’infaillibilité de la détermination génétique. Les chromosomes XX/ XY ne sont pas les seules façons de coder le sexe biologique, qui n’est d’ailleurs pas simplement codé par la présence ou l’absence d’un chromosome Y, mais par des mécanismes complexes liés à plusieurs gènes sur plusieurs chromosomes. À cela s’ajoutent l’existence d’un taux constant de 1 à 4 % d’intersexes et la persistance de biais idéologiques forts.

10Les organes génitaux apparaissent alors comme la solution pour préciser le sexe. L’article de Pierre Jouannet, « Développement et fonction des organes génitaux », révèle cependant la complexité de leurs constructions, liées à des facteurs génétiques et hormonaux devant intervenir à des moments précis pour déterminer la différenciation sexuée.

11Toujours dans le domaine médical, Claire Bouvattier traite, dans « La détermination du sexe chez l’humain : aspects hormonaux », des variantes du développement des organes génitaux lorsque le sexe ne peut être déterminé à la naissance et montre la complexité de la détermination du sexe dans l’espèce humaine.

12Après ces contributions sur l’élaboration des organes sexués, la seconde partie rassemble des approches biologiques en tenant compte de l’aspect social.

13La question du « sexe du cerveau » est traitée par Catherine Vidal. La mise en évidence de l’immense plasticité du cerveau souligne l’absence de déterminisme biologique des différences d’aptitudes et de comportement entre les femmes et les hommes. L’être humain échappe à la loi des hormones, puisque le développement exceptionnel du cortex cérébral lors de l’évolution humaine a permis le contrôle des instincts par la culture et les normes sociales.

14La question du « sexe osseux », qui intéresse particulièrement les archéologues, est traitée par É. Peyre et July Bouhallier.

15É. Peyre révèle la complexité de la lecture du sexe osseux (prouvée par la multiplication exponentielle des études depuis les années 2000) mais surtout que ce dernier résulte plus des effets sociaux inscrits dans l’os que de l’impact du sexe biologique.

16Tandis que J. Bouhallier étudie « Le bassin osseux : splendeurs et misères de la clé de voûte du corps humain », pour démentir son unique rôle sexué. Questionnant sa forme, elle met en évidence sa variabilité en fonction de paramètres environnementaux, la faible expression du dimorphisme sexué sur cet os et, surtout, l’absence de lien entre le bassin et les contraintes obstétricales lors de la parturition, malgré le poids de certains stéréotypes.

17Ces sStéréotypes qui sont mis en évidence dans les trois contributions suivantes : la question du sexe de la voix est posée par Mireille Ruppli alors que Raphaëlle Legrand montre la perméabilité des sexes pour les personnages d’opéra, relevant ainsi le poids des stéréotypes actuels (« Orlando barocco : variations sur le sexe d’un personnage lyrique »). Dans ces contributions, la voix révèle, comme les os, sa plasticité et l’influence d’un milieu dans son expression. La danse, analysée par Hélène Marquié dans « Corps dansant, sexe et genre », est aussi soumise à des stéréotypes de genre, mais peut aussi se permettre de les outrepasser.

18La troisième partie aborde la question du sexe dans le monde animal. En effet, face à l’argument du « naturel », la mise au point de ce qui est ou n’est pas en termes de sexe dans la nature est inévitable. Ainsi, Frank Cézilly traite de la « sélection sexuelle », Michel Kreutzer de l’influence du genre chez les animaux et Thierry Hoquet de l’alternaturalisme. Cette partie illustre notamment le poids des facteurs environnementaux dans les mécanismes de sélection naturelle. Par conséquent, les différences comportementales entre mâles et femelles ne sont pas liées qu’au biologique et sont sources de diversité. Par exemple, la répartition des rôles parentaux subit des variations notables liées aux stratégies reproductrices individuelles. Cette partie met aussi en évidence que le genre est une notion plus apte que le sexe à rendre compte des comportements animaux. Tout comme pour l’humain, la diversité des définitions du terme sexe est ici soulignée, la plus biologique restant sa caractérisation par le type de gamètes produit.

19La quatrième partie s’éloigne de l’approche biologique pour une approche plus sociale, posant la question du genre à travers le sexe.

20Christine Detrez, dans sa contribution intitulée « L'évidence du naturel et le naturel de l'évidence », dénonce les processus de naturalisation du genre dans les manuels d’anatomie pour enfants et Louise Cossette démontre en parallèle qu’il n’y a pas de caractéristiques psychologiques typiquement féminines ou masculines, mettant ainsi en évidence l’importance des facultés d’adaptation humaines (qui impliquent de se conformer à un rôle féminin ou masculin en développant les aptitudes attendues par la société).

21L’identité est alors questionnée par Cendrine Marro, qui propose de voir dans le genre une problématique identitaire mais aussi égalitaire.

22Deux contributions abordent la situation des transgenres à travers une réflexion concrète : Stéphanie Nicot décrit les problèmes d’état civil des transgenres dans la pratique et Philippe Reigné dans le juridique, tandis que la situation des intersexes est évoquée par le témoignage de Vincent Guillot.

23Dans la dernière contribution de la quatrième partie, « De la révolution copernicienne du sexe  », Josiane Gonthier propose une réflexion à travers la richesse de l’éventail des travaux présentés. Elle y voit un double impact du genre, à la fois révolutionnaire par la remise en cause d’un certain nombre de préjugés, et stimulant, voire exaltant, car il propose une autre façon de penser le sexe.

24Dans sa conclusion, Christine Planté replace les contributions dans le contexte politique des débats sur le genre. Elle met en évidence que le titre même de cet ouvrage Mon corps a-t-il un sexe ? invite tout lecteur à se questionner, la réflexion n’est n’étant pas réservée ici aux chercheur-e-s qui y ont contribué à cet ouvrageparticipé. Elle envisage les différentes contributions comme autant d’éléments qui permettent au lecteur de construire non pas une réponse mais des réponses à la question initiale et interroge le rôle du politique face aux implications – en termes de transformation des rapports sociaux – de ces recherches sur le sexe.

25La postface d’Éric Fassin clôt l’ouvrage en le replaçant dans le cadre précis des nombreux mouvements contre « la-théorie-du-genre ». Reprenant les discours véhiculés, il les met en abîme avec l’évolution du concept de genre depuis les années 1970 et la nécessité de penser le sexe certes, mais avec le genre, les nombreuses contributions montrant que le sexe est complexe.

26Cet ouvrage présente, pour la première fois en France, un état des savoirs sur le sexe biologique. Il reprend un certain nombre de stéréotypes et de lieux communs, les confronte aux connaissances les plus récentes. Ce sexe, qui semble parfois évident, apparaît alors dans toute sa complexité. De même, les fondements naturels ou biologiques de la différence des sexes apparaissent à reconsidérer. Parallèlement, cet ouvrage traite du genre et montre ainsi l’impossibilité de traiter du sexe sans faire de genre et vice-versa.

27Or, la question du sexe des individus est inévitable en archéologie funéraire et/ou du genre. Si le genre y est soumis à un regard critique dans son utilisation, ce n’est pas le cas du sexe, dans sa dimension anthropologique, celle du sexe osseux. Cet ouvrage nous amène donc à (re)considérer le sexe comme une variable particulièrement complexe.

28Dans le même temps, Mon corps a-t-il un sexe ? montre la nécessité d’une approche interdisciplinaire sur le genre. Le dialogue entre biologie et sciences sociales est réussi, les différentes contributions se nourrissant les unes des autres, il devient évident à la lecture que faire du genre ne peut se faire isolément et que les problématiques se recoupent largement.

29Ne proposant pas de réponses toutes faites face à la complexité du sujet, les différentes contributions ouvrent des pistes de réflexion, renouvelant les bases de la connaissance, sans enfermer le lecteur dans un schéma de pensée mais le laissant libre de construire sa propre réflexion.

30Cet ouvrage démontre que le sexe est un phénomène complexe, produisant de la variabilité et, ainsi, de façon assez paradoxale, fait ressortir la relative simplicité du genre, simplicité conceptuelle du genre mais dont l’expression n’est toutefois pas dénuée de complexité. L’interdisciplinarité participant au développement de cette approche, renouvelant nos connaissances, il faut espérer que l’archéologie saura intégrer pleinement le concept de genre.

De l’usage du sexe en archéologie

31En plus de l’importance du genre, et au-delà de cet apport théorique, cet ouvrage permet de reposer certaines questions propres à l’archéologie.

32En effet, dans le domaine funéraire, c’est une question fréquemment, voire assidûment posée aux anthropologues. Deux types de sexe sont alors à distinguer : le « sexe osseux » et le sexe génétique (bien plus rare). Or les contributions portant sur la question révèlent la difficulté à le lire. La mise en évidence de caractères discriminants liés au sexe est certes possible mais les études récentes prouvent :

  • son particularisme à chaque groupe humain : les traits présentant la meilleure mise en évidence du dimorphisme sexuel n’étant pas les mêmes dans différents groupes humains, ils doivent être identifiés avant de permettre la caractérisation du sexe ;

  • la possibilité d’une inadéquation entre le sexe biologique et le sexe anatomique ;

  • l’influence de l’environnement quant à l’expression du dimorphisme dans une population, ce dernier pouvant être absent.

33La question de la validité des lectures anthropologiques du sexe se pose alors dans toute sa profondeur. Néanmoins le squelette, si problématique pour nous révéler son sexe, s’avère aussi ouvrir la réflexion à d’autres horizons.

34Si le bassin ne dit pas, ou mal, le sexe, il est intrinsèquement lié à l’âge, à l’apprentissage de la marche, des activités pratiquées dans l’enfance. Pourrait-on en faire une lecture différente qui permettrait de questionner l’évolution de l’individu ?

35Dans notre pratique du sexe anthropologique, comme de l’âge d’ailleurs, les variables ont été étudiées à un niveau individuel. C’est le genre de la sépulture qui importe. La mise en évidence des biais liés à la variabilité de l’expression du dimorphisme sexuel, ou du sexe tout simplement, ouvre alors la réflexion à travers cette question : le sexe devrait-il être plutôt pris en compte au niveau du groupe humain, pour des réflexions paléo-démographiques ?

36La variabilité entre les sexes (fondamentale pour leur lecture) est moins importante que la variabilité au sein du même sexe. La mettre en concurrence plus systématiquement avec d’autres types de caractérisations (génétiques, genre) permettrait de vérifier les biais d’une lecture osseuse. Il devient alors nécessaire de revoir notre utilisation de la catégorie sexe, au sens anatomique, avec un tel niveau de prévalence, non pas de la dévaluer ou de l’oublier, mais justement de l’analyser encore plus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Trémeaud, « Mon corps a-t-il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologies et sciences sociales Évelyne Peyre & Joëlle Wiels  », Les nouvelles de l'archéologie, 140 | 2015, 56-58.

Référence électronique

Caroline Trémeaud, « Mon corps a-t-il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologies et sciences sociales Évelyne Peyre & Joëlle Wiels  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 140 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/3036

Haut de page

Auteur

Caroline Trémeaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org