Navigation – Plan du site
Dossier: Genre et archéologie

La richesse des femmes ou comment l’archéologie vient au genre

Caroline Trémeaud
p. 35-41

Résumés

Cet article est basé sur l’analyse de l’ostentation funéraire du Bronze final au La Tène B1, à travers le corpus des sépultures dites princières dans le complexe nord-alpin. Après une première phase de réflexion sur la méthodologie nécessaire pour hiérarchiser un corpus couvrant un millénaire, une seconde étape vise à poser la question de la définition du sexe et du genre. Le genre apparait comme une variable supplémentaire, pouvant être confronté au sexe. Cette approche montre l’efficacité d’un tel concept permettant des interprétations sociales sur les relations masculins/féminins dans les sociétés nord-alpines et renouvelant ainsi les problématiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme le montre la toute récente découverte d’une sépulture ostentatoire dans l’Aube, à Lavau : htt (...)
  • 2 On peut mentionner la présence entre autre d’un cratère en bronze de 1100 litres, provenant de Gran (...)

1Les découvertes de très riches sépultures de la fin du premier âge du Fer dans le complexe nord-alpin ont soulevé de nombreuses réflexions sur le statut des personnages ainsi inhumés, avec un faste qui apparaît à la fois comme inédit et provisoire. Ces sépultures furent caractérisées comme princières dès les premières découvertes à la fin du xixe s., cette qualité présupposée permettant seule d’expliquer la richesse du dépôt funéraire : char, vaisselle métallique, éléments en or... Les découvertes se sont multipliées au xxe s. jusqu’à nos jours1. Elles ont mis en évidence, au sein de ce groupe de sépultures particulièrement ostentatoires, un nombre non négligeable de sépultures féminines. La plus emblématique est sans aucun doute celle de Vix, qui a été l’objet d’une foisonnante littérature (Arnold 1991 ; Knüsel 2002 ; Péré-Noguès 2011), pour expliquer l’association entre un niveau de richesse extrêmement élevé2 et un personnage féminin.

2Avec ces découvertes, la problématique de la place des femmes dans les sociétés de l’âge du Fer a été et est encore un sujet soumis à controverse. Si les débats questionnent fréquemment l’identité sexuelle du personnage et son statut, ils s’appuient rarement sur une réflexion en termes de genre, que ce soit pour le cas de la Dame de Vix ou pour les sépultures ostentatoires contemporaines. Ainsi, la référence aux travaux d’Anette Weiner (1977, 1983) prend-elle tout son sens : la richesse des sépultures féminines a été questionnée et interprétée, mais il est nécessaire de dépasser ces débats d’une portée heuristique limitée pour poser la question du genre en archéologie à travers l’étude des très riches sépultures du complexe nord-alpin.

3L’ostentation funéraire du premier âge du Fer n’est pas un phénomène inopiné. Il s’enracine dès le Bronze ancien avec les tumulus de Leubingen et Helmsdorf et se consolide en se multipliant au Bronze moyen. Au Bronze final, une certaine normalisation de l’ostentation funéraire, apparemment bien établie, devient perceptible à travers la récurrence d’éléments symboliques marquant une distinction nette d’une élite particulière, dite princière. Ces marqueurs, assimilables à des regalia, sont l’utilisation du tertre, la présence de mobiliers exceptionnels comme le char à quatre ou deux roues, des importations grecques ou étrusques, de l’orfèvrerie et de la vaisselle métallique. Ils permettent de définir un groupe particulier de sépultures très ostentatoires, partageant un substrat culturel commun pendant un millénaire, du Bronze final jusqu’à la moitié du ive s. av. J.-C.

4Ce cadre chrono-culturel permet de développer une analyse genrée des sépultures ostentatoires et, au-delà, de la problématique des rapports masculins-féminins. La démarche aborde concrètement les questions de richesse et statuts et la méthodologie nécessaire à une telle approche.

De très riches sépultures…

5La première phase de sélection des données, basées sur des critères mobiliers et immobiliers, a rassemblé un corpus de 721 sépultures ostentatoires (Trémeaud 2014), nombre suffisant pour l’analyse et l’interprétation. Elles sont réparties entre cinq états européens (France, Suisse, Allemagne, Autriche et République tchèque), et datent du début du Bronze final à La Tène B (1350-250 av. J.-C.), cadre chrono-culturel basé sur le phénomène d’ostentation funéraire.

6Le corpus a été défini en appliquant certains critères traditionnels pour distinguer l’élite du reste de la population funéraire, soit la présence de mobiliers « significatifs » : le char, la vaisselle métallique, les objets d’orfèvrerie, les importations méditerranéennes et l’existence d’un tertre.

7L’analyse quantitative de ces sépultures, inscrites dans un cadre géographique et chronologique cohérent, a confirmé les dynamiques du phénomène de l’ostentation funéraire dans les sociétés du premier millénaire avant notre ère. L’évolution chronologique montre une première phase d’ostentation du xiiie s. au xie s. av. J.-C. Il s’ensuit une étape de disparition ou d’invisibilité au ixe s. av. J.-C., avec un très petit nombre de sépultures ostentatoires. La deuxième étape de faste funéraire, très nette pendant tout le premier âge du Fer (viii-ve s. av. J.-C.), prend fin au cours du ive s. (les sépultures ostentatoires ne représentent plus que 2 % du corpus total). L’analyse pondérée par génération (fig. 1) met en évidence le tournant des vi-ve s. av. J.-C., marqué par un pic quantitatif sans commune mesure avec les périodes précédentes ou suivantes.

8Si les sépultures de l’élite évoluent dans le temps, elles le font aussi dans l’espace. D’un point de vue géographique, l’étude des données montre :

  • une organisation des sépultures traduisant à la fois des dynamiques locales (avec des phénomènes de concentrations) et d’autres, plus vastes, touchant l’intégralité du complexe nord-alpin selon des configurations jalonnant les principaux cours d’eau ;

  • une évolution globale marquée par un mouvement général de déplacement du phénomène ostentatoire, de l’est au nord-ouest du complexe nord-alpin.

9Les dynamiques générales de l’ostentation funéraire, bien connues par ailleurs, étant ainsi vérifiées, il est nécessaire de passer à une approche individuelle pour répondre à notre problématique.

10Un individu n’est pas seulement caractérisable par un sexe et/ou un genre, mais par une multiplicité de variables qui influent sur sa place dans la société. La notion de transectionnalité est ainsi fondamentale pour appréhender le corpus des sépultures puisque chacune est à l’intersection d’un certain nombre de variables biologiques (âge, sexe, etc.), sociales (statut, richesse, place dans la société, origine) et environnementales (érosion, disparition des éléments organiques, etc.). Traditionnellement, les critères de sexe, de classe et de race, caractérisés par leur consubstantialité, sont pris en considération. Les données archéologiques permettent effectivement de déterminer une variable culturelle, une variable de sexe et une variable de richesse.

11Le corpus analysé est culturellement cohérent et sa variabilité chronologique, inhérente à l’échelle de notre étude, est prise en compte dans les analyses afin d’évacuer dans un premier temps l’influence de cette variable culturelle.

12Les données biologiques, sexe et âge principalement, sont en théorie disponibles pour un corpus funéraire. En pratique, leur obtention et leur fiabilité dépendent de paramètres tels que la qualité de conservation des restes osseux et l’ancienneté des analyses anthropologiques. Ces données ne sont donc ni toujours disponibles, ni forcément fiables, notamment sur le corpus qui nous intéresse et qui est, en grande majorité, issu de fouilles anciennes.

13La richesse est a priori une variable toujours disponible et relativement évidente sur ce corpus dit princier. Néanmoins sa prise en considération exige la mise en place d’une méthodologie complexe afin de pouvoir la définir de façon « objective ». En effet, la diversité interne des sépultures ostentatoires est importante. Elle est liée à l’échelle de temps choisie mais aussi à une variabilité interne au groupe, deux éléments qu’il faut appréhender avant de tenter une analyse comparée.

Définir la richesse des sépultures ostentatoires ?

14Étape primordiale pour les analyses ultérieures, la mise en place d’une méthodologie d’étude de la richesse des sépultures requiert, d’une part de prendre en compte leur architecture et leur emplacement, d’autre part de dépasser une simple approche quantitative du mobilier en la pondérant par la quantité et la qualité des matériaux utilisés.

15L’architecture de la sépulture valorise la présence d’un tertre, d’un enclos ou d’une superstructure, par contraste avec les sépultures plates. Sa localisation privilégie la centralité par rapport aux positions adventices.

16L’analyse du mobilier déposé se fait en fonction de la catégorie fonctionnelle, du NMI et du matériau. Les valeurs attribuées à chaque catégorie fonctionnelle ne visent pas à déterminer la valeur réelle d’un objet mais à appliquer une grille de lecture commune afin de comparer les sépultures malgré leur diversité. Ainsi, le choix a été fait de ne pas amplifier artificiellement ces distinctions, en privilégiant une échelle de valeurs restreintes pour atténuer la subjectivité des observateurs. Cette option permet en outre de limiter l’influence démesurée d’un mobilier particulier.

17La présence/absence d’un type de mobilier n’étant pas un critère suffisant, sa quantité est fondamentale. Le calcul se faisant en multipliant le poids de chaque objet par le NMI, il a fallu, pour certaines catégories d’objets, pondérer le NMI brut par des classes de valeurs pour éviter les biais.

18Une pondération par le matériau a été appliquée. Cinq catégories ont été distinguées pour hiérarchiser la valeur des matériaux, du plus modeste au plus précieux :

  • les matériaux « communs » qui n’apportent aucun poids supplémentaire (bronze, fer, terre cuite) ;

  • les matériaux « communs » mais plus rares (bois de cerf, coquillage, os, etc.) ;

  • les matériaux « semi-précieux » ;

  • les matériaux précieux utilisés en ajouts ;

  • les objets intégralement en matériaux précieux.

19La grille de lecture ainsi établie permet d’estimer une valeur « objective » pour chaque sépulture, avec une grille de lecture commune, puis de définir un « indice de richesse », calculé pour toutes les sépultures du corpus de manière systématique, selon la formule suivante :

20Indice de richesse = Σ[(mobilier+ matériau) x NMIpondéré] + TotalArchi

Fig. 1

Fig. 1

Représentation de l’évolution de la moyenne de l’indice de richesse par période (en gris : indice de richesse ; en noir nombre de sépultures, pondéré par générations de 25 ans)

21Cette première étape permet de calculer l’investissement funéraire (fig. 1) pour chaque sépulture et montre une réelle diversité, en partie liée au cadre chronologique. Le corpus couvre un millénaire, profondément marqué par des évolutions technologiques et sociales qui modifient en profondeur les sociétés et les produits qui circulent. Il est donc normal que l’indice de richesse reflète ces modifications à travers les ensembles funéraires. Par exemple, selon cet indice, la sépulture la plus riche du Bronze final semblera équivalente à une des sépultures les plus modestes de la fin du premier âge du Fer, bien qu’elle soit en réalité d’un niveau de richesse extrêmement élevé pour sa période.

  • 3 Toute valeur est considérée comme atypique par le statisticien John W. Tukey lorsqu’elle dépasse de (...)

22Pour aller plus loin dans l’interprétation, il faut dépasser la relativité chrono-culturelle de l’indice et s’appuyer sur lui pour définir des classes de richesses. Cette étape supplémentaire de discrétisation est indispensable pour travailler sur le long terme et avoir une variable qualitative permettant la comparaison des données. Pour chaque phase chronologique, quatre niveaux de richesses (notés « + », « ++ », « +++ » et « A »), utilisables et interprétables à l’échelle de ce travail, ont été identifiés. Les trois premiers ont été définis selon la méthode des amplitudes, le dernier représente les sépultures ayant des valeurs dites atypiques, selon la définition de Tuckey3.

23Ainsi, trois moments particuliers ont pu être mis en évidence par une approche globale :

  • une première phase de majoration, légère, aux xiie et xie s. av. J.-C. ;

  • une phase de diminution, dans la deuxième moitié du xe s. et au ixes. av. J.-C. ;

  • une seconde phase de majoration, bien plus forte, au tournant des vie et ve s. av. J.-C.

24Ces étapes, perceptibles dès l’analyse de l’indice de richesse (fig. 1), sont particulièrement repérables par l’utilisation de classes. Et c’est notamment la proportion entre les classes selon les phases et les zones qui permet d’affiner cette évolution. En effet, les phases de majoration sont notamment liées aux sépultures du quart sud-ouest, tant pour l’âge du Bronze que pour l’âge du Fer. Alors que la diminution semble commune à tout le complexe nord-alpin, elle semble épargner le quart nord-est.

Sexe et genre des sépultures ostentatoires

25Après la richesse, la variable sexe est également disponible sur un corpus funéraire. Néanmoins, elle ne l’est pas toujours ou n’est pas suffisamment fiable pour pouvoir être prise en compte. Dans le corpus analysé ici, seules 8 % des sépultures ostentatoires sont déterminées anthropologiquement. Ce faible pourcentage fait de la définition anatomique du sexe une variable non pertinente pour l’analyse.

26Or, il est possible de déterminer le genre archéologique pour 96 % des sépultures. En archéologie, le terme de « genre » est peu utilisé. Quand il l’est, c’est quasiment comme synonyme de « sexe », ce qui crée une certaine confusion entre deux variables pourtant bien distinctes.

27C’est pourquoi la distinction rigoureuse des termes genre et sexe est nécessaire, en évitant l’emploi de certaines expressions qui ne contribuent qu’à mélanger ce qui relève du biologique d’une part et de la construction sociale de l’autre (Trémeaud 2015). Les données funéraires donnent accès tant au sexe (par le biais des déterminations anthropologiques principalement) qu’au genre (par le mobilier). Celui-ci ne doit pas être appréhendé comme une variable binaire mais comme un continuum entre deux pôles – l’un, très féminin, à une extrémité, le second, très masculin, à l’autre extrémité – avec entre les deux, une diversité des situations possibles :

  • des situations strictes (des assemblages clairement masculins ou clairement féminins) ;

  • des situations plutôt orientées vers un genre (des assemblages qui tendent vers l’un des deux pôles sans être non plus à l’extrémité du continuum) ;

  • des situations neutres ou mixtes (des assemblages qui sont entre les deux pôles) ;

  • des cas d’indétermination.

28Cette indétermination ne doit pas être confondue avec le neutre/mixte qui caractérise des sépultures dont le genre n’est affirmé ni comme masculin, ni comme féminin, car partagé entre les deux. L’indétermination caractérise uniquement les sépultures pour lesquelles l’assemblage de mobilier est insuffisant pour déterminer un genre.

29Concrètement, il s’agit de se détacher du biologique pour ne pas retomber dans un raisonnement circulaire mélangeant sexe et genre. Pour ce faire, l’interprétation, en termes de genre, d’assemblages préférentiels d’objets par des analyses factorielles croisées permet de documenter plus précisément et de compléter cette variable. Ce travail de caractérisation des assemblages mobiliers au prisme du genre est cependant à établir sépulture par sépulture, au sein d’un ensemble cohérent, afin d’interpréter les données funéraires.

30L’application de cette méthodologie a permis de déterminer, sur l’ensemble du corpus, 24 % de sépultures féminines, 52 % de sépultures masculines, 20 % de sépultures neutres/mixtes et 4 % de sépultures indéterminées. L’évolution globale met en évidence deux périodes : la première est marquée par la forte domination du masculin sur le féminin (xive-viiie s. av. J.-C.), la seconde est caractérisée par un équilibre relatif entre masculin et féminin (viie-ive s. av. J.-C.) et même marquée, à la fin du vie s. av. J.-C., par un moment de domination du féminin sur le masculin.

31Il existe des modalités régionales avec une évolution du rapport masculin-féminin complexe :

  • une suprématie du masculin, en lente diminution du xive au ixe s. av. J.-C., sauf pour la zone N-O ;

  • une augmentation du féminin, qui intervient d’abord dans la moitié occidentale au Hallstatt C et aboutit partout à sa domination ; celle-ci, sensible dès la fin du viie s. au N-O, s’effondre à l’étape suivante ; elle est ensuite perceptible au tournant du vi-ve s. av. J.-C. dans le N-E et le S-O, où elle se maintient jusqu’au ive s. av. J.-C. ;

  • un fonctionnement particulier de la zone S-E, caractérisée du viiie au ivs. av. J.-C. par la stabilité de domination du masculin sur le féminin.

  • Au-delà de la caractérisation genrée du corpus, l’analyse des sépultures ostentatoires met en évidence, du point de vue de l’expression du genre :

  • une proportion a minima de 20 % de sépultures neutres ou mixtes, soit une proportion non négligeable de sépultures volontairement non genrées ;

  • le maintien, à toutes les époques, de l’affirmation d’un genre masculin alors que le genre féminin peut s’effacer à ses moments de plus faible expression, par exemple à la fin du xe-ixs. av. J.-C. ;

  • des modalités régionales, caractérisées par des périodes de fort marquage du genre, aux xe-ixs. av. J.-C dans le quart nord-ouest puis à la fin du vie et au début du ve s. av. J.-C dans le nord-est du monde nord-alpin.

32D’un point de vue quantitatif, l’approche genrée du corpus des sépultures ostentatoires démontre donc :

  • une forte suprématie initiale du masculin, déclinante jusqu’au viiie s., suivie d’une brève domination féminine avant le retour à une domination plutôt masculine au ive s. av. J.-C. ;

  • des dynamiques régionales plutôt similaires mais pas simultanées ;

  • l’importance de l’expression du genre et l’existence d’un genre « neutre » non négligeable (entre 20 et 30 %).

33Il s’agit maintenant de dépasser ces résultats quantitatifs pour s’intéresser à l’intersection genre et richesse afin de répondre à notre problématique initiale.

Richesse du féminin, richesse des femmes ?

34Sans remplacer le sexe, donnée biologique, le genre est ainsi à considérer comme une variable supplémentaire en archéologie. Définir le genre archéologique, selon les modalités détaillées ci-dessus, enrichit les données funéraires disponibles. Sur certains corpus, tel celui étudié ici, cette variable est la seule à pouvoir traiter les problématiques des rapports sociaux de sexes. Les données disponibles sur le sexe anatomique sont en effet trop peu nombreuses pour avancer des hypothèses interprétatives, alors que le genre permet d’analyser les rapports masculins/féminins sur la quasi-totalité des sépultures ostentatoires.

35L’approche genrée permet donc une double réflexion :

  • sur les modalités d’expression du genre dans les sociétés anciennes ;

  • sur les problématiques des rapports masculin/féminin et par extension, la formulation d’hypothèses interprétatives en termes de place différentielle des hommes et des femmes.

36Le glissement du féminin aux femmes est un parti pris dans l’interprétation des données qui est, de ce fait, critiquable. Néanmoins certains arguments cautionnent ce choix et démontrent sa pertinence. D’un point de vue prosaïque, ce glissement n’est pas nouveau. Pratiquée de façon plus ou moins consciente depuis le xixe s., la caractérisation sexuelle des sépultures selon leur mobilier visait l’identification sexuelle des individus et non une lecture interprétative des données amenant à considérer le système de différenciation et de domination qu’est le genre.

  • 4 Les données issues des déterminations anthropologiques de sexe ne remettent pas en question les gro (...)

37La séparation des variables sexe et genre, base de la démarche proposée ici, permet d’accéder à ces hypothèses interprétatives. De plus, les données biologiques disponibles ont été utilisées pour vérifier la validité des lectures genrées du corpus. Elles apportent ainsi une véritable caution4 à cette démarche.

38En effet, les données étant ce qu’elles sont, il ne faut pas s’interdire la réflexion mais l’étayer de garde-fous (notamment par une solide approche théorique et anthropologique) pour faire avancer la réflexion. Seule la multiplication des déterminations anthropologiques, voire génétiques, permettra de l’enrichir, voire de la faire évoluer.

39Le genre est une variable complexe et enrichissante qui donne accès à la question des rapports de pouvoir, aide à définir les modalités et oscillations de son expression au sein des sociétés anciennes et, par extension, permet de voir l’influence des stéréotypes de genre dans les interprétations sociales de ces sociétés.

40L’analyse croisée du genre et de la richesse met ainsi en évidence le fait que les sépultures ostentatoires, tant masculines que féminines, accèdent à tous les niveaux de richesse. La surreprésentation masculine se traduit de façon nette pour le niveau le plus bas. Elle s’estompe clairement dès le deuxième niveau (« ++ ») et s’inverse pour les deux derniers (« +++ » et « A »), où le féminin domine.

Fig. 2

Fig. 2

Représentation graphique de la moyenne de l’indice de richesse (IR) des sépultures et du nombre de sépultures par génération, selon leur genre.

41Une analyse chronologiquement plus fine de cette richesse féminine (fig. 2) souligne combien le féminin, même s’il est peu fréquent au Bronze final et au début du premier âge du Fer, accède déjà au plus haut niveau de richesse. Son absence au Hallstatt B2-3 est étonnante, car il réapparaît dès la période suivante et atteint un niveau très élevé, nettement supérieur au masculin. Cette suprématie de la richesse féminine se maintient jusqu’à la Tène B, mais l’ostentation funéraire diminue à la fin de cette période.

Fig. 3

Fig. 3

Représentation graphique des sépultures féminines, en nombre de sépultures par génération, selon leur niveau de richesse

Fig.4

Fig.4

Représentation graphique des sépultures masculines, en nombre de sépultures par génération, selon leur niveau de richesse

Fig. 5

Fig. 5

Représentation graphique des sépultures neutres, en nombre de sépultures par génération, selon leur niveau de richesse

42L’explosion quantitative des sépultures ostentatoires du Hallstatt D2-3 profite largement au féminin, mais aussi au masculin et au neutre. Pour tous les genres, cette explosion est liée à une nette augmentation des niveaux de richesses inférieurs (fig. 3-5) mais, à la différence du masculin, les sépultures féminines en profitent pour atteindre les niveaux les plus élevés (fig. 3 et 4).

43On retrouve des modalités qui confirment les dynamiques régionales observées :

  • dans les niveaux de richesse supérieurs (« +++ » et « A ») de la zone méridionale du complexe nord-alpin, les sépultures féminines sont plus nombreuses que les sépultures masculines ;

  • pour les quarts nord-est et nord-ouest et même si l’écart se réduit, les sépultures masculines restent les plus nombreuses.

44Le corpus de sépultures ostentatoires est caractérisé par la possession de mobiliers interprétés comme des marqueurs de pouvoirs (tertre, objets ou parures en or, vaisselle métallique, char et épée). L’étude de leur répartition montre que hormis l’épée, féminin, masculin et neutre peuvent les revendiquer. L’accès ouvert à ces marqueurs semble donc démontrer l’absence de causalité directe entre le genre et l’acquisition d’un statut et du pouvoir afférent.

45Cette étude met en lumière l’importance quantitative des sépultures féminines et leur importance qualitative, en soulignant leur suprématie nette du point de vue de la richesse funéraire. Pour dépasser ce constat, il faut considérer cette ostentation féminine comme un reflet de la richesse des femmes pour interpréter les dynamiques d’ostentation funéraire qui montrent des oscillations d’une ampleur peu commune.

Renouveler les interprétations

46Un certain nombre d’hypothèses ont été émises pour tenter d’expliquer la présence de ces riches sépultures féminines. Les reprendre à la lumière des résultats obtenus permet d’évaluer leur pertinence.

47La matrilinéarité a été avancée comme explication (Milcent 2004). Néanmoins, elle n’est qu’un système de filiation et ne peut prétendre expliquer un investissement funéraire important sur le féminin. De plus, un système matrilinéaire laisse le pouvoir aux mains des hommes et maintient les femmes hors de la sphère décisionnelle. Leur importance n’est pas forcément liée à ce qu’elles transmettent.

48L’hypothèse des Honorary Males (Arnold 1995), qui explique l’émergence d’une élite féminine suite à une vacance masculine du pouvoir, pourrait avoir été une des modalités d’accès des femmes au pouvoir. Toutefois, elle suppose un départ exceptionnel des élites masculines, que les migrations celtiques confirmeraient. Or, le lien avec les migrations celtiques n’est chronologiquement pas recevable : les migrations celtiques n’ont débutées qu’au ive s. av. J.-C. alors que les riches sépultures féminines apparaissent, en réalité, dès le début du premier millénaire av. J.-C. avant de se multiplier aux vie et ve s. av. J.-C. De plus, ce modèle est délicat à appliquer tel quel, puisqu’il suppose le départ massif, non pas d’hommes au statut indifférencié mais bien des élites masculines qui les gouvernent. Le texte de Tite-Live sur les migrations, cité par Arnold à l’appui de son hypothèse, affirme pourtant que les dirigeants sont restés en place et ont envoyé vers d’autres contrées des vassaux, voire des rivaux potentiels.

49Il est ainsi nécessaire de distinguer la conséquence probable – l’accession au pouvoir de femmes suite à une vacance masculine – d’une cause très improbable pour des raisons chronologiques et historiques – le départ de l’élite masculine avec une vague de migrations.

50La possibilité d’une vacance masculine du pouvoir doit alors être envisagée. Nos données montrent le passage d’une élite masculine à 84 % du xive au ixe s. av. J.-C. à une élite féminine à 45 % et masculine pour un tiers, au début du ve s. av. J.-C.

51D’une ampleur sans précédent, une telle disparition de l’élite masculine aurait multiplié les situations de vacance du pouvoir. Pour que les femmes aient pu y accéder, il implique qu’elles aient joué auparavant un rôle politique important qui les aurait préparées à assumer des fonctions dirigeantes. Ce qui sous-entend l’existence de conditions sociales cautionnant, voire préparant les femmes à des situations de pouvoir. La vacance masculine ne serait alors qu’un révélateur du pouvoir féminin, au lieu d’en être une cause. Sans expliquer l’ampleur du phénomène, cette hypothèse convaincante peut éclairer certaines situations rencontrées.

  • 5 C’est-à-dire : « qui servaient, comme les « trésors inanimés », aux différents stades des rituels d (...)

52La dernière hypothèse, développée dans le monde nordique, considère les élites féminines comme des vecteurs d’alliance et de compétition sociale. Dans cette perspective, l’échange de femmes est nécessaire pour pérenniser les réseaux existants et explique l’importance de leur position sociale, traduite à travers la richesse du dépôt funéraire (Kristiansen 1998). Cette hypothèse les assimile à des « trésors animés5 », concept mis en place pour les élites féminines au haut-Moyen Âge.

53Mais dans les données funéraires du monde nord-alpin, les sépultures féminines apparaissent équivalentes en richesse aux sépultures masculines, quand elles ne les dépassent pas. Il apparaît donc difficile de réduire au statut de simples objets d’échange les personnalités qu’elles abritaient et il faut, a minima, les voir comme des membres actifs dans le maintien de réseaux. Dès lors, cette hypothèse devient intéressante.

54Afin d’en construire de nouvelles, il faut revenir aux résultats qui montrent :

  • l’importance quantitative et qualitative des riches sépultures féminines ;

  • l’ancienneté du phénomène.

55Dans l’hypothèse, déjà considérée comme acquise pour les sépultures ostentatoires masculines, où les sépultures ostentatoires féminines signifieraient l’accès à des situations de pouvoir, ces résultats signifient que cet accès serait allé croissant. Pour aller plus loin dans l’interprétation, les résultats sont à replacer dans un contexte plus global.

56Reste à déterminer s’il s’agit de manifestations qui s’inscrivent dans des traditions indigènes ou si une influence peut être invoquée, et selon quelles modalités. La période est en effet marquée par des contacts avec le monde méditerranéen et l’éventualité d’une origine exogène de l’émergence des femmes au plus haut niveau est à discuter. Ce phénomène ne semble pas propre au domaine nord-alpin, mais s’observe au même moment dans d’autres sociétés en relation avec les cités-états grecques et étrusques.

57Quoiqu’il en soit, l’étude des échanges entre le monde nord-alpin et le monde méditerranéen montre un lien fort entre leur évolution et l’ostentation funéraire, elle-même liée à la complexification croissante des sociétés :

  • l’apparition des premiers échanges, entendus au sens du gift trade ou échange réciproque (Polanyi 1977), favorise une complexification sociale qui permet l’émergence du féminin ;

  • l’intensification des échanges, entendus au sens du treaty trade ou échange administré (Polanyi 1977), est justement liée à un moment où l’importance du féminin décroît ou est moins mise en avant dans les pratiques funéraires.

58D’un tel schéma ressort le postulat suivant : si les sociétés nord-alpines se sont complexifiées sous l’influence de contacts méditerranéens, elles ont pu suivre une dynamique propre au complexe cuturel nord-alpin, en intégrant progressivement le féminin dans des situations de pouvoir semblables à celles ouvertes au masculin. L’affirmation du féminin depuis les xive-xiiie s. av. J.-C. est en effet le résultat d’une longue maturation et elle ne se maintient apparemment pas après l’abandon des chefferies complexes, à la fin du vie s. av. J.-C. Au iie s. av. J.-C., quand s’opèrera une seconde étape d’importante structuration sociale, l’influence méditerranéenne plus forte ne favorisera ni une ostentation funéraire comparable à celle de la fin du vie s., ni une émergence du féminin.

Conclusion

59L’analyse du corpus des sépultures ostentatoires a permis de caractériser objectivement leurs dynamiques en termes de richesse et de genre. Cette approche multivariée a renouvelé les interprétations de l’ostentation, phénomène bien connu par ailleurs. Le genre se présente donc comme une variable nouvelle à la forte portée heuristique pour soumettre à de nouvelles questions des corpus connus et formuler de nouvelles interprétations. Ainsi, l’analyse genrée permet-elle de proposer une nouvelle approche liant la place importante du féminin, et donc la forte probabilité d’un accès des femmes à des situations de pouvoir, avec la complexification des sociétés, notamment par son rôle dans des réseaux d’échanges, tout en montrant la fragilité de cet équilibre.

60Au-delà du niveau de richesse, où règne une suprématie féminine largement démontrée par cette étude, la richesse féminine s’exprime selon les mêmes modalités que la richesse masculine. Celle-ci étant classiquement interprétée comme l’expression funéraire de personnages de haut rang ayant occupé des positions de pouvoir – qu’il soit politique, économique ou religieux –, il n’y a pas de raison, sauf arguments contraires, pour ne pas interpréter de la même façon la richesse féminine.

61L’accès de quelques femmes à des positions égales à celles ouvertes aux hommes aurait alors été acquis depuis le Bronze final, d’abord de façon ponctuelle, avant que la situation ne devienne plus fréquente à partir du viiie s. av. J.-C., puis courante au tournant du vie s. av. J.-C. Après ce pic d’investissement majeur des situations de pouvoir, le féminin semble avoir été relégué à une place moins favorisée, à partir du ivs. av. J.-C.

Haut de page

Bibliographie

Arnold B. 1991. « The Deposed Princess of Vix: the Need for An Engendered European Prehistory », in Walde D. and Willows N., The Archaeology of Gender, Calgary, University of Calgary: 366-374.

Arnold B. 1995. « Honorary Males' or Women of Substance? Gender, Status, and Power In Iron-Age Europe », European Journal of Archaeology, 3, 2, p. 153-168.

Joye S. 2004. « L’historiographie des élites féminines », in : Les Élites dans le haut Moyen Âge vie-xiie siècle,  Paris, Laboratoire de médiévistique occidental de Paris, textes de travail en ligne [http://lamop.univ-paris1.fr/IMG/pdf/joye.pdf].

Knüsel C. J. 2002. « More Circe Than Cassandra:1 the Princess of Vix in Ritualized Social Context », European Journal of Archaeology, 5, 3: 275-307.

Kristiansen K. 1998. Europe before history, Cambridge, Cambridge University Press : 161-185.

Milcent P.-Y. 2004. Le Premier âge du Fer en France centrale, Paris, Société préhistorique française.

Péré-Noguès S. 2011. « Le genre au prisme de l’archéologie : quelques réflexions autour de la “dame de Vix” », Les Cahiers de Framespa. Nouveaux champs de l’histoire sociale, 7, en ligne [ http://framespa.revues.org/660].

Polanyi K. 1977. The livelihood of man, Londres, Academic Press.

Trémeaud C. 2014. La production des « grandes femmes », la relation des femmes avec la richesse et le pouvoir aux âges du Bronze et du Fer dans le domaine celtique nord-alpin, thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Trémeaud C. 2015. « Les données funéraires au prisme du genre dans le monde nord-alpin » in : Nordez M., Rousseau L. et Cervel M., Recherches sur l'âge du Bronze, nouvelles approches et perspectives, Nantes, Association pour la promotion des recherches sur l'âge du Bronze (suppl. n° 1 au Bulletin de l'Association pour la promotion des recherches sur l'âge du Bronze) : 43-55.

Weiner, A. 1977. Women of value, men of renown: new perspectives in Trobriand exchange, St Lucia, University of Queensland Press.

Weiner, A. 1983. La richesse des femmes ou comment l'esprit vient aux hommes, (traduction de Weiner 1977), Paris.

Haut de page

Notes

1 Comme le montre la toute récente découverte d’une sépulture ostentatoire dans l’Aube, à Lavau : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Communiques-de-presse/p-19360-

2 On peut mentionner la présence entre autre d’un cratère en bronze de 1100 litres, provenant de Grande Grèce, sans équivalent connu dans tout le monde antique.

3 Toute valeur est considérée comme atypique par le statisticien John W. Tukey lorsqu’elle dépasse de 1,5 fois l’écart interquartile au-dessous du premier quartile ou au-dessus du troisième quartile.

4 Les données issues des déterminations anthropologiques de sexe ne remettent pas en question les groupes identifiés comme signifiant en termes de genre et invitent donc à valider la définition du genre établie.

5 C’est-à-dire : « qui servaient, comme les « trésors inanimés », aux différents stades des rituels de négociation, d’amitié et de domination, et pouvaient être ‘mises sur le marché’ des échanges matrimoniaux. » (Joye 2004 : 5).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Représentation de l’évolution de la moyenne de l’indice de richesse par période (en gris : indice de richesse ; en noir nombre de sépultures, pondéré par générations de 25 ans)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2998/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Titre Fig. 2
Légende Représentation graphique de la moyenne de l’indice de richesse (IR) des sépultures et du nombre de sépultures par génération, selon leur genre.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2998/img-2.png
Fichier image/png, 55k
Titre Fig. 3
Légende Représentation graphique des sépultures féminines, en nombre de sépultures par génération, selon leur niveau de richesse
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2998/img-3.png
Fichier image/png, 36k
Titre Fig.4
Légende Représentation graphique des sépultures masculines, en nombre de sépultures par génération, selon leur niveau de richesse
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2998/img-4.png
Fichier image/png, 41k
Titre Fig. 5
Légende Représentation graphique des sépultures neutres, en nombre de sépultures par génération, selon leur niveau de richesse
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2998/img-5.png
Fichier image/png, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Trémeaud, « La richesse des femmes ou comment l’archéologie vient au genre », Les nouvelles de l'archéologie, 140 | 2015, 35-41.

Référence électronique

Caroline Trémeaud, « La richesse des femmes ou comment l’archéologie vient au genre », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 140 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/2998 ; DOI : 10.4000/nda.2998

Haut de page

Auteur

Caroline Trémeaud

Umr Trajectoires, 21 allée de l’université, 92023 Nanterre cedex
tremeaudcaroline@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org