Navigation – Plan du site
Dossier: Genre et archéologie

Les relations de genre en Asie centrale protohistorique : redéfinition et discussion

Élise Luneau
p. 28-34

Résumés

L'étude des pratiques funéraires de la civilisation de l'Oxus, société sédentaire agro-pastorale et proto-étatique localisée en Asie centrale méridionale et datée de l'âge du Bronze (2400-1500 avant J.-C.), a permis de mettre en évidence une structuration sociale particulière en lien avec le genre. Les tombes des femmes contiendraient davantage de biens funéraires, ainsi que des objets en matériaux précieux. En outre, une distribution préférentielle des objets a pu être observée, en fonction du sexe des individus et du type de sépulture, certains objets étant presque exclusivement associés aux femmes et d’autres aux hommes. Une connexion entre les types de biens funéraires et le sexe des individus paraît évidente, bien qu’un certain nombre de variations apparaissent comme des conflits normatifs qu’il reste à interpréter. Néanmoins, les objets déposés dans les tombes pourraient avoir agi comme des attributs de genre voire de fonctions.
L'examen de la culture matérielle et de l'iconographie associées à chaque sexe questionne les affirmations précédemment invoquées concernant les rôles et les statuts sociaux des individus en rapport avec le genre. Il contribue à réviser nos positions sur les activités sociales, le statut des hommes et des femmes et leurs relations, ainsi qu’à redéfinir les rôles et les pouvoirs de chacun. L’analyse permet ainsi d'envisager de façon nouvelle l’organisation sociale de la civilisation de l’Oxus, notamment le système de genre, qui semblerait davantage basée sur une égalité des statuts et une complémentarité des pouvoirs et des fonctions entre les hommes et les femmes.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours de la seconde moitié du IIIe millénaire et de la première moitié du IIe millénaire avant J.-C., à l’âge du Bronze, le sud de l’Asie centrale (fig. 1) est occupé par une société sédentaire agro-pastorale et proto-étatique, la civilisation de l’Oxus ou Bactria-Margiana Archaeological Complex (Francfort 2009). Située à la croisée des civilisations orientales au sud et des cultures des steppes au nord, cette entité culturelle a puisé ses racines et s’est développée en lien avec le réseau de relations entretenues entre les cultures d’Asie moyenne au cours du IIIe millénaire avant J.-C. Son organisation sociale présente notamment certaines connections fortes avec les systèmes sociopolitiques moyen-orientaux, bien que cette influence ne suffise pas à expliquer toutes les particularités de cette culture originale.

2Dès la fin des années 1970, l’analyse des pratiques funéraires de la civilisation de l’Oxus a fourni d’importantes informations sur la structuration sociale, ainsi que sur les rôles et le statut des individus en lien avec le genre. Cet article vise à en proposer une synthèse et à croiser les divers domaines de recherche afin de contribuer à mieux définir le système de genre au sein des communautés de l'âge du Bronze dans le sud de l'Asie centrale.

Fig. 1

Fig. 1

Carte de l’Asie centrale et localisation de la civilisation de l’Oxus

© Daniel Dalet /d-maps.com

Les pratiques funéraires : un domaine de recherche fructueux

3Lorsque les données sont disponibles, les pratiques funéraires forment le domaine le plus vaste et le plus riche en informations pour l’étude des différenciations sociales. Un certain nombre de difficultés, limitant le potentiel de l’analyse, sont toutefois inhérentes à cette étude ou spécifiques au cas des sociétés de l’âge du Bronze en Asie centrale méridionale (Luneau 2008 ; sous presse a). L’examen de la culture matérielle associée aux défunts constitue en particulier une importante composante des recherches pour la définition des rôles et du statut des individus ainsi que de la construction du genre (Stig-Sorensen 2006), même si « nous ne savons presque rien de la façon dont le genre participe à sexualiser les objets, de même que nous ignorons pratiquement tout de la façon dont l'objet genré (c'est-à-dire considéré comme un objet du féminin, ou du masculin) participe à la construction des identités sexuées » (Anstett & Gélard 2012 : 10). L’association d’un objet à un genre dépend des pratiques, qui sont elles-mêmes fonction de sa valeur et de son usage. Le lien entre les catégories d’utilisateurs et les modalités d’utilisation (vecteurs de sexualisation des individus) d’une part, et les usages individuels et collectifs (conflits normatifs) d’autre part, doivent être questionnés. La portée sociale des objets inclut de multiples médiations et transferts ainsi qu’une perméabilité des espaces de la représentation qui leur sont associés (Anstett & Gélard 2012).

  • 1 Ces travaux se fondent sur les données de cinq nécropoles majeures de la civilisation de l'Oxus : S (...)

4Ainsi, outre le fait que le nombre et la qualité des biens accompagnant le défunt varient considérablement entre les différentes sépultures de la civilisation de l’Oxus – indiquant une hiérarchisation sociale forte au sein de cette société – les différentes études comparatives du mobilier funéraire entre les tombes1 ont conclu à la particularité des sépultures féminines (Askarov 1973 ; 1977 ; Askarov, Abdullaev 1983 ; Alekshin 1986 ; Biscione, Bondioli 1989 a et b ; Sarianidi 2001 ; 2007 ; Luneau 2008 ; sous presse a). Tous les travaux convergent pour relever la plus forte quantité de biens funéraires, la supériorité numérique des objets en métal et en matériaux précieux (pierres semi-précieuses, ivoire), ainsi que la présence d’objets distinctifs − tels les sceaux − dans les tombes de femmes.

5Par ailleurs, l’analyse plus précise montre que peu d’objets spécifiques à chaque sexe ont été découverts (Luneau sous presse a). La plupart des types se rencontre dans les tombes des deux sexes mais une distribution préférentielle peut être observée, certains objets étant davantage associés à l’un plutôt qu’à l’autre. Pour résumer, de façon générale et par grandes catégories (tabl. 1), les objets cosmétiques, les parures et ornements, les sceaux et les figurines anthropomorphiques se retrouveraient à plus de 80 % dans les tombes de femmes. Par contraste, les armes et outils ainsi que les artefacts désignés sous le terme d’« objets à caractère symbolique » (Pottier 1984 ; Luneau 2014a) ont été majoritairement découverts dans les tombes d’hommes.

Tabl. 1

CATÉGORIES D’OBJETS

TOMBES DE FEMMES

TOMBES D’HOMMES

Nombre

Proportion

Nombre

Proportion

Récipients

3035

54,2 %

2564

45,8 %

Objets de cosmétique

207

86,6 %

32

3,4 %

Bijoux et ornements

1461

85 %

258

15 %

Armes et outils

37

24 %

117

75,9 %

Sceaux

78

82,1 %

17

17,9 %

Figurines anthropomorphes

21

91,3 %

2

8,7 %

Objets à caractère symbolique

9

16,7 %

45

83,3 %

TOTAL

4848

61,5 %

3035

38,5 %

Répartition des biens funéraires par sexe et par catégorie

  • 2 Les données des études anthropologiques anciennes en Asie centrale sont problématiques, dans la mes (...)
  • 3 La dualité conventionnelle des sexes et des genres est remise en cause par de nombreux chercheurs ((...)
  • 4 Bien que l’homogénéisation des tombes au cours de l’âge du Bronze final ne permette pas d’en être c (...)
  • 5 Ce qui peut être plus courant que supposé (Arnold & Wicker 2001 ; Anstett & Gélard 2012).

6Une connexion entre les catégories de biens funéraires, voire les types d’objets, et le sexe des individus apparaît évidente. Certains artefacts apparaissent comme des attributs de genre : les sceaux et les figurines féminines pour les femmes (fig. 2), les objets symboliques pour les hommes (fig. 3). Les déviations sont toutefois relativement nombreuses. La répartition n’est pas totalement exclusive, toutes les catégories de biens se retrouvant, de façon minoritaire, dans les tombes de l’autre sexe. Ces variations apparaissent donc comme des conflits normatifs qu’il reste à interpréter. Plusieurs possibilités s’offrent à nous : (1) une détermination incorrecte du sexe de l’individu2 ; (2) une flexibilité/bipolarité des fonctions dépendant peut-être moins du sexe que d’une autre composante de l’identité sociale dans la définition des positions de pouvoir ; (3) l’existence d’individus transgenres contredisant les standards du sexe de naissance ; (4) l’existence d’une autre catégorie de genre indépendante des sexes biologiques, surpassant le système de genre binaire3 ; (5) une évolution temporelle dans la représentation de la différence de genre4 ; (6) un usage isolé et inhabituel de certains objets sans aucun rapport avec le genre de l’individu auquel ils sont associés5.

Fig. 2

Fig. 2

Objets préférentiellement découverts dans les tombes féminines : 1. sceau en métal (d’après Winkelmann 2004 : 54 ; Amiet 2004 : 16, fig. 6) ; 2. statuette composite (d’après Miho Museum 2002 : 16, 4) ; 3. statuette anthropomorphe en argile (d’après Sarianidi 2007 : 69, fig. 46)

Fig. 3

Fig. 3

Objets préférentiellement découverts dans les tombes masculines : 1. Colonnettes en pierre (d’après Sarianidi 2005 : 267, fig. 122) ; 2. Disque en pierre (d’après Sarianidi 2002 : 254) ; 3. Bâtons en pierre (d’après Sarianidi 2005 : 227, fig. 88) ; 4. Pommeaux en pierre (d’après Sarianidi 2005 : 272, fig. 125) ; 5. Anneaux en plomb (d’après Sarianidi 2007 : 81, fig. 71) ; 6. Hache cérémonielle en métal (d’après Sarianidi 2005 : 281, fig. 134).

7Par ailleurs, l'interprétation de la valeur symbolique et sociale des différents objets rencontrés dans les tombes, primordiale pour l’étude des rôles sociaux des individus, est encore polémique dans de nombreux cas (Luneau 2008 ; sous presse a et b).

  • 6 La divinité féminine est notamment représentée sur des sceaux, en association avec certains animaux (...)

8En ce qui concerne les « objets des femmes », si certains sceaux ont pu avoir une fonction de scellement, ils n’ont probablement pas tous été utilisés comme de véritables cachets. Ils ont pu aussi être des ornements personnels, des articles de luxe, des symboles de statut, des marqueurs identitaires, individuels ou communautaires, des emblèmes magiques, ou des tampons à usage domestique. De même, l'identification des figurines composites fait encore polémique. Leur comparaison avec d’autres représentations6 les rapproche davantage de la déesse qui est au sommet du panthéon de la civilisation de l’Oxus. Leur usage est néanmoins indéterminé. Les figurines anthropomorphiques nues en argile cuite ne sont pas non plus correctement identifiées. Font-elles référence à des personnages humains ou mythologiques ? L’hypothèse la plus courante veut qu’elles aient servi dans le cadre de cultes.

9Les « objets symboliques » associés aux hommes sont encore plus énigmatiques. Leur valeur et leur fonction sont largement controversées (Luneau 2014a). Ces artefacts ne forment pas un groupe unique. Leurs contextes de découverte, qui les relient à des ensembles funéraires différents, suggèrent des fonctions vraisemblablement distinctes. Ils semblent, cependant, présenter des points communs qui leur confèrent probablement une valeur exceptionnelle en qualité de biens de prestige dans un contexte cérémoniel, peut-être lié au domaine politique.

Les données de l’iconographie

10Le répertoire iconographique forme une seconde source d’informations pour la représentation des genres et la définition du système qui les structure. Il permet de compléter le tableau dressé par l’étude des pratiques funéraires, mais aussi de révéler un éventuel décalage entre les données funéraires et les représentations figurées (Houby-Nielsen 1997).

11Les femmes apparaissent sur différents supports – figurines de pierre ou d’argile, sceaux et boîtes métalliques, flacons de pierre. Comme dans le cas des figurines, ces personnages peuvent symboliser la déesse figurée dans des poses diverses, souvent debout ou assise et flanquée de fauves (Francfort 1992 ; 1994), ou bien des membres de l’élite participant à des scènes de cour (fig. 4) (Amiet 2004 : 16).

12Hormis de rares figurines d’hommes nus en terre cuite, proches de leurs homologues féminines, les personnages masculins sont essentiellement représentés sur des gobelets en métal. Ils sont figurés dans des scènes collectives de chasse, de guerre, de jeux de char, d’activités agricoles et de banquet, divisées en registres et parfois juxtaposées (fig. 5) (Amiet 1986 ; Francfort 2003 ; 2005).

Fig. 4

Fig. 4

Scène de banquet ou de gynécée avec des personnages féminins (d’après Amiet 2004 : 17 fig. 7).

Fig. 5

Fig. 5

Scènes de labour et de banquet avec des personnages masculins, Musée Miho (d’après Francfort 2007 : 21, fig. 10) ;

13À l'exception des figurines, il ressort de cette confrontation iconographique que les personnages masculins sont toujours mis en scène collectivement et qu’il n’existe pas de divinité anthropomorphe masculine. Les femmes, elles, peuvent apparaître seules ; dans ce cas, toutefois, le caractère individuel pourrait ne concerner que la déesse. Par ailleurs, quand les femmes participent à des scènes collectives (banquets, gynécée), elles ne sont pas en position active.

14Quoique l'iconographie ne traduise pas la réalité des identités et des relations de genre, les représentations sont conçues et réalisées en fonction d’un but et d’un public précis (Bailey 2013). Si elle n’est peut-être pas directement corrélée au statut des femmes, la prédominance, dans la sphère des élites, de figurations féminines probablement assimilées à la déesse pourrait être un indice de l’importance de l’identité féminine associée au divin. En revanche, quand il s’agit des scènes collectives humaines, les représentations masculines sont au moins deux plus nombreuses que celles de femmes.

Culture matérielle et activités sociales

15La relation quasi-exclusive entre certains types de biens et le sexe des défunts signale-t-elle ces objets comme des attributs ou des marqueurs de genre ? Ou bien s’agit-il plutôt de marqueurs de rôles sociaux associés à des catégories de genre spécifiques (Luneau 2014a ; sous presse b) ?

  • 7 L’autonomie des femmes dans la sphère administrative et économique a été relevée de nombreuses fois (...)
  • 8 Des parallèles peuvent une fois de plus être notés avec les cultures moyen-orientales. Selon les te (...)

16Les objets et l’iconographie révèlent la diversité des activités sociales pratiquées par les deux sexes. Celles dans lesquelles étaient engagées les femmes remettent en cause l'idée de leur confinement au domaine domestique. La découverte de divers outils (épingles, alênes, couteaux) les associe à la sphère de la production, notamment du textile et des peaux. Leur connexion particulière aux sceaux, qui sont sujets à de nombreuses interprétations, est plus énigmatique. Leur champ d’application a pu être très divers, de la sphère domestique à la sphère publique, dans les domaines économico-administratif7, cérémoniel ou religieux. Leur possession et leur affichage ayant sans doute une valeur plus importante que leur usage (Pollock 1991 ; Duistermaat 2012), les femmes auraient assumé un rôle public dans l’affirmation du prestige social, l’affiliation à un groupe, l’affichage d’une fonction, la transmission d’un message... Enfin, certaines d’entre elles ont pu être engagées dans la hiérarchie religieuse8 ou le service de cultes divers, domaine auquel peuvent renvoyer les deux types de figurines féminines.

17Quant aux hommes, ils sont connectés à divers travaux, comme la charpenterie mais aussi à la production du textile et du cuir, ainsi qu’à la chasse et à la guerre. Les « objets symboliques », enfin, pourraient associer le genre masculin au domaine politico-militaire (haches cérémonielles, bâtons, pommeaux), et éventuellement à la sphère cérémonielle (colonnettes, disques).

Réfuter des idées sans fondements

  • 9 Une interprétation semblable a été avancée pour expliquer la présence majoritaire de biens dans les (...)

18L’inégale répartition des biens funéraires entre hommes et femmes a tout d’abord été interprétée comme le signe d'une plus grande richesse de ces dernières. Pour expliquer le phénomène, deux hypothèses concernant leur statut ont été formulées. La première suggère que les femmes occupaient une position sociale importante, voire supérieure au sein de la communauté. Un matriarcat primitif, dans lequel elles auraient détenu le pouvoir, a été évoqué. La seconde interprétation, au contraire, est centrée sur l’absence de personnalité sociale propre des femmes. Leur « richesse » reflèterait celle des hommes et la puissance de leur famille9. Cantonnées à l’espace domestique, elles ne seraient intervenues dans la sphère publique que pour afficher le prestige et le pouvoir des hommes.

19Dans cette perspective, la particularité de certaines sépultures féminines, caractérisée par leur plus grande « richesse », a été généralement perçue comme une anomalie ou une étrangeté. De même, leur connexion singulière avec les sceaux, objets étroitement liés au domaine administratif et donc, au développement de l’État dans les sociétés anciennes, a été considérée comme étonnante, en particulier du fait de leur association à la sphère publique plutôt vue comme réservée aux hommes.

20Or, ces interprétations reposent sur des conceptions largement erronées, liées à une vision ethnocentrique et androcentrique des activités sociales, à l’idée d’une division des tâches binaire et absolue, à une séparation stricte des sphères publique et privée, ainsi qu’à l’homogénéisation des activités et des rôles de genre au sein d’une culture ainsi qu’entre les cultures. D’un point de vue contemporain, la richesse est souvent associée au prestige et au pouvoir. Cependant, d’une part, richesse, prestige et pouvoir ne sont pas nécessairement corrélés. Que les femmes aient pu détenir des biens en propres n’implique pas nécessairement qu’elles aient eu un pouvoir supérieur à celui des hommes. D’autre part, l’étude précise des données funéraires a permis de démontrer la grande hétérogénéité des pratiques et de révéler que les tombes des hommes et des femmes sont en fait différentes et spécifiques, ce qui ne permet pas de les comparer véritablement (Luneau 2008 ; sous presse a). Dans la mesure où la valeur symbolique et sociale de différents objets est encore imprécise et ne peut être corrélée au statut des individus, l’hypothèse d’une supériorité politique, économique et sociale des femmes sur les hommes ne peut en être déduite. Enfin, le matriarcat, en tant que système d'organisation sociale impliquant à la fois la résidence matrilocale et la filiation matrilinéaire, reste inconnu dans les études ethnographiques (Echard 2000 : 455). Il est donc d’autant plus difficile à identifier en archéologie. En outre, les objets reliés au pouvoir politico-militaire semblant davantage associés aux tombes des hommes, l’idée d’un matriarcat primitif en Asie centrale méridionale à l’âge du Bronze est fortement contestable.

21Par ailleurs, la possession des sceaux associe les femmes à une part de l’appareil politique et administratif du système sociopolitique de la civilisation de l’Oxus, dans le cadre d’un développement proto-étatique. Or, le développement de l’État, en lien avec celui d’une société de classes, sont communément et à tort associés à une subordination et à une perte de statut des femmes par rapport aux hommes (Pyburn 2004 ; Hutson et al. 2013). Le cas de la civilisation de l’Oxus montrerait, au contraire, que l’émergence d'une organisation sociopolitique de type proto-étatique n’exclut pas nécessairement les femmes des rôles publics, et que l’essor d’une société de classes n’implique pas obligatoirement leur infériorité sociale. Le système de genre dans cette société, dans lequel les femmes ont apparemment bénéficié d’un statut important, semble davantage s’intégrer à celui de la hiérarchisation des individus selon leur rang social.

22Ces exemples soulignent une fois de plus la nécessité d’adopter une nouvelle grille de lecture distanciée des a priori modernes, pour replacer les données dans leur contexte en évitant les généralisations par une approche comparatiste (Péré-Noguès 2008).

Redéfinir les rôles et les pouvoirs

23L’interprétation critique des données actuellement disponibles autorise à réévaluer le statut et les rôles des hommes et des femmes au sein du système de genre de la civilisation de l'Oxus.

24D’un côté, les activités sociales des hommes semblent correspondre à des tâches manuelles et économiques de production, et les représentants de la classe supérieure, nettement reliés au domaine politique et militaire, ont pu exercer des fonctions cérémonielles. D’un autre côté, les femmes semblent avoir elles aussi participé aux activités de production, notamment du textile. Les objets retrouvés dans les tombes des membres féminins de l’élite évoquent des rôles divers et encore mal définis, administratifs et économiques, politiques et religieux. Préciser ceux que tenaient les femmes de ce groupe est actuellement impossible, mais il est probable qu’ils étaient complémentaires et entremêlés. Les communautés religieuses, tout autant que les organisations séculières, ont pu prendre part au développement des transactions et des réseaux d’échanges (Zagarell 1986). L’association de ces deux domaines à une catégorie unique d’individus, notamment par le biais des sceaux, n’est peut-être pas fortuite.

25L’ensemble des données fournit l’image d’une partition de l’élite par fonctions, peut-être corrélées au genre. Les femmes ont pu assurer certains cultes et assumer de hautes fonctions religieuses tout en étant engagées dans des activités commerciales, tandis que les hommes étaient préposés aux fonctions politiques et guerrières. Mais il faut nuancer cette division strictement binaire des rôles, voire de l’agencement des pouvoirs dans la civilisation de l’Oxus, en soulignant l'importance d'autres paramètres. La classe et le rang social pourraient avoir primé sur le genre, dans la mesure où la distinction masculin/féminin semble moins effective dans les sépultures moins fournies en biens funéraires. À moins que cette distinction soit perceptible, dans les tombes de l’élite, simplement parce que « le matériel y est plus abondant et surtout plus diversifié » (Péré-Noguès 2008). La question se pose également : l’accès à certaines fonctions et à un certain statut social dépendait-il du genre et, probablement, d’autres compétences, ou bien le rang social conditionnait-il les activités et les rôles des femmes et des hommes de la civilisation de l’Oxus ?

26Par ailleurs, bien que les fondements de son organisation sociopolitique soient encore mal connus, la répartition des fonctions pourrait avoir été davantage basée sur une division relative des domaines religieux et politique. Les relations de genre, si elles ont servi à les distinguer, ont pu structurer de façon majeure l’agencement des pouvoirs.

27Toutefois, puisque la corrélation entre un genre et une fonction n’est pas stricte, une porosité entre les genres peut être proposée : de la même manière que les exemples d’accès aux positions les plus hautes du pouvoir par des femmes sont courants, certaines d’entre elles ont pu exercer des fonctions dirigeantes, notamment dans le cadre de circonstances particulières.

28De même, si certains objets semblent agir comme les attributs de certaines fonctions, d’autres fonctions ne paraissent pas associées au genre masculin ou féminin (Luneau 2014a). La dichotomie de genre ne suffit donc pas à rendre totalement compte de la variété et de la complexité des usages des objets.

29Il apparaît donc impossible de conclure à une hiérarchie des genres, des rôles sociaux ou des pouvoirs assumés par les hommes et les femmes. Celles-ci semblent avoir bénéficié d’un statut important, en lien avec la sphère cultuelle et religieuse, voire économique. Et il n’est pas possible de déterminer si ce statut était inférieur à celui des hommes, détenteurs du pouvoir politico-militaire. Une égalité des genres, basée sur la complémentarité voire la mixité des positions sociales, peut davantage être suggérée.

Quelques perspectives d’étude

30En guise de conclusion, nous soulignerons combien certains aspects gagneraient à être développés dans le cadre d'une étude de genre en archéologie de l’Asie centrale protohistorique.

31L’identification du sexe des individus, tout d'abord, peut être améliorée de façon considérable, puisque plusieurs méthodes d’analyse fiables sont actuellement disponibles. Diverses analyses anthropologiques pourraient également être entreprises. Or celles-ci restent rares, notamment en pathologie. La reprise des études sur les restes osseux issus des fouilles anciennes serait assurément fructueuse. La poursuite des recherches repose aussi sur la mise au jour de nouveaux corpus de travail, qui permettra de tester les hypothèses et d'améliorer les interprétations.

  • 10 Les modifications des pratiques funéraires, corrélées à un ensemble de mutations sociales, pourraie (...)

32L’absence de chronologie fine est un des points les plus préjudiciables. Le « calage » synchronique et diachronique du système de genre constitue une étape fondamentale. Or, à l’exception des tombes de l’âge du Bronze final, marquées par une baisse quantitative du nombre d’objets funéraires et par la disparition de certains types d’artefacts10, la datation précise des sépultures de l'âge du Bronze moyen et récent est rarement acquise. L'obtention d'une chronologie plus fine est pourtant indispensable pour mettre en évidence le lien entre le genre et le mobilier funéraire ainsi que l'évolution des rôles de genre au cours du temps.

33L’étude des habitats selon des méthodes d’analyse spatiale n’a jamais été abordée jusqu’à présent, et seule la culture matérielle permet aujourd’hui de définir les activités des individus reliés à la civilisation de l'Oxus. Dans la mesure où l'interprétation de la valeur symbolique et sociale de certains objets est encore polémique, l'étude des contextes de découverte permettra de progresser dans la compréhension de ces objets et de leurs usages.

34Outre la question des sceaux, il s’agit aussi de comprendre la présence des figurines anthropomorphiques dans les sépultures de femmes, leur lien avec la divinité féminine et leur importance dans la sphère sociale.

35Enfin, malgré les fortes particularités observées dans le contexte de la civilisation de l'Oxus, l’analyse transculturelle des rôles sociaux et du statut des femmes dans différentes sociétés du monde oriental ancien, où ont été constatés des phénomènes semblables à ceux analysés ici, contribuerait certainement à mieux saisir la portée et la signification des rapports de genre en Asie moyenne au cours de la protohistoire.

Haut de page

Bibliographie

Alekshin V. A. 1986. Sotsial'naja struktura i pogrebal'nyj obrjad drevnezemledel'cheskikh obshchestv. Leningrad, Nauka.

Amiet P. 1986. L'âge des échanges inter-iraniens. 3500-1700 avant J.-C. Paris, Editions de la Réunion des Musées Nationaux.

Amiet P. 2004. « De l'Elam à la Margiane. Le renouvellement des problèmes archéologiques », in : S. Winkelman, Seals of the Oasis from the Ligabue Collection. With an Introduction by Pierre Amiet and Postscriptum by Gabriele Rossi-Osmida. Padoue, Il Punto Edizioni : 10-18.

Anstett E. & Gélard M.-L. 2012. « Introduction. Le genre et ses objets », in : E. Anstett & M.-L. Gélard (éd.), Les objets ont-ils un genre ?. Paris, Armand Colin : 9-12.

Arnold B. & Wicker N.L. 2001. « Introduction », in : B. Arnold & N. L. Wicker (éd.), Gender and the Archaeology of Death. Walnut Creek, AltaMira Press : vii-xxi.

Asher-Grève J. M. 1985. Frauen in altsumerischer Zeit. Malibu, Undena Publications (Bibliotheca Mesopotamica, vol. 18).

Askarov A.A. 1973. Sapallitepa. Tashkent, F.A.N.

Askarov A.A. 1977. Drevnezemledel'cheskaja kul'tura bronzovogo veka Juzhnogo Uzbekistana. Tashkent, F.A.N.

Askarov A.A. & Abdullaev B.N. 1983. Dzharkutan. Tashkent, F.A.N.

Bailey D.W. 2013. « Figurines, Corporeality and the Origins of the Gendered Body », in : D. Bolger (éd.), A Companion to Gender Prehistory. Oxford, John Wiley & Sons : 244-264.

Biscione R. & Bondioli L. 1989a. « Sapallitepa. Analisi del rituale funerario in una necropoli del III Millenio A.C. », Seminari anno 1988. Istituto per gli Studi Micenei ed Egeo-Anatolici CNR. Roma, CNR - Istituto per gli Studi Micenei ed Egeo-Anatolici.

Biscione R. & Bondioli L. 1989b. « Sapallitepa », in : G. Ligabue & S. Salvatori (éd.), Bactria an ancient civilization from the sands of Afghanistan. Venise, Erizzo : 67-69.

Claassen C. 1992. « Questioning Gender : An Introduction », in : C. Claassen (éd.), Exploring Gender Through Archaeology. Selected Papers from the 1991 Boone Conference. Madison, Prehistory Press : 1-32.

Davis-Kimball J. 1997. « Chieftain or Warrior Priestess ? », Archaeology, 50, 5 : 40-41.

Duistermaat K. 2012. « Which Came First, the Bureaucrat or the Seal? Some Thoughts on the Non-Administrative Origins of Seals in Neolithic Syria », in : I. Regulski, K. Duistermaat, P. Verkinderen (éd.), Seals and Sealings Practices in the Near East. Leuven, Uitgeverij Peeters en Departement Oosterse Studies : 1-15.

Durand J.-M. 1987. La femme dans le Proche-Orient antique, XXXIIIe Rencontre assyriologique internationale, Paris, 7-10 juillet 1986. Paris, Éditions Recherche sur les civilisations.

Echard N. 2000. « Matriarcat », in : P. Bonte & M. Izard M. (éd.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie. Paris, Presses Universitaires de France.

Francfort H.-P. 1992. « Dungeons and dragons: reflections on the system of representations in protohistoric Bactria and Margiana », in : G.L. Possehl (éd.), South Asian Archaeology Studies. New-Delhi, Oxford & IBH Publishing : 179-208.

Francfort H.-P. 1994. « The Central Asian dimension of the symbolic system in Bactria and Margiana », Antiquity, 68, 259 : 406-418.

Francfort H.-P. 2003. « La civilisation de l'Asie Centrale à l'âge du Bronze et à l'âge du Fer », in : O. Bopearachchi, C. Landes & C. Sachs, en collaboration avec N. Cayzal & F. Millet (éd.), De l'Indus à l'Oxus. Archéologie de l'Asie centrale. Catalogue de l'exposition. Lattes Association IMAGO-Musée de Lattes : 29-59.

Francfort H.-P. 2005. « Observations sur la toreutique de la civilisation de l'Oxus », in : O. Bopearachchi & M.-F. Boussac (éd.), Afghanistan, ancien carrefour entre l'Est et l'Ouest. Turnhout, Brepols : 21-64.

Francfort H.-P. 2007. « L’art de l’Age du Bronze (2300-1700 av. J.-C. env.) », in : V. Marigo (éd.), L’art d’Afghanistan de la préhistoire à nos jours : nouvelles données, Actes d’une journée d’étude, Unesco, 11 mars 2005. Paris, Centre d’Études et de Recherches Documentaires sur l’Afghanistan.

Francfort H.-P. 2009. « L'âge du Bronze en Asie centrale. La civilisation de l'Oxus », Anthropology of the Middle East, 4, 1 : 91-111.

Gignoux P. & Gyselen R. 1989. « Sceaux de femmes à l'époque sassanide », in : L. De Meyer & E. Haerinck (éd.), Archaeologia Iranica et Orientalis. Miscellanea in honorem Louis Vanden Berghe. Gent, Orientaliste : 877-896.

Gilchrist R. 1999. Gender and Archaeology. London - New York, Routledge.

Houby-Nielsen S. 1997. « Grave gifts, women, and conventional values in Hellenistic Athens », in : P. Bilde, T. Engberg-Pedersen & L. Hannestad (éd.), Conventional values of the Hellenistic Greeks. Aarhus, Aarhus University Press : 220-262.

Hutson S.R., Hanks B.K. & Pyburn K.A. 2013. « Gender, Complexity, and Power in Prehistory », in: D. Bolger (éd.), A Companion to Gender Prehistory. Hoboken, John Wiley & Sons : 45-67.

Luneau É. 2008. « Tombes féminines et pratiques funéraires en Asie centrale protohistorique. Quelques réflexions sur le "statut social" des femmes de la civilisation de l'Oxus », Paléorient, 34, 1 : 131-157.

Luneau É. 2014a. « Identifier le prestige : éléments de controverse à propos de quelques objets singuliers de la civilisation de l’Oxus (Asie centrale, âge du Bronze) », in : F. Hurlet, I. Rivoal & I. Sidéra (éd.), Le Prestige. Autour des formes de la différenciation sociale. Paris, Éditions de Boccard : 147-160.

Luneau É. 2014b. La fin de la civilisation de l’Oxus. Transformations et recompositions des sociétés de l’âge du Bronze final en Asie centrale méridionale. Paris, Éditions de Boccard (Mémoires des Missions Archéologiques Françaises en Asie centrale et en Asie Moyenne, XVI).

Luneau É. Sous presse a. « Perspectives on Sex and Gender through the analysis of burial practices in southern Central Asia during the Bronze Age », in : I. Milevski & T.E. Lévy (éd.), Social Theory and Archaeology of the Ancient Near East. Sheffield, Equinox.

Luneau É. Sous presse b. « Gender activities and social roles in southern Central Asia during the Bronze Age », in : S. de Beaune, L. Coolidge & T. Wynn (éd.), Task Distribution in Pre and Protohistoric Societies. Oxford, Archaeopress.

Miho Museum. 2002. Treasures of Ancient Bactria, Catalogue d’exposition. Shigaraki, Miho Museum.

Péré-Noguès S. 2008. « Recherches autour des "marqueurs funéraires" féminins à travers l'exemple de quelques sépultures féminines de la nécropole de Fuso (Syracuse) », Pallas, 76 : 151-171.

Pollock S. 1991. « Women in a Men's World: Images of Sumerian Women », in : J. M. Géro & M.W. Conkey (éd.), Engendering Archaeology. Women and Prehistory. Oxford, Backwell : 366-387.

Pottier M.-H. 1984. Matériel funéraire de la Bactriane méridionale de l'âge du Bronze. Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations.

Pyburn K.A. 2004. Ungendering Civilization. New York, Routledge.

Sarianidi V. I. 2001. Necropolis of Gonur and iranian paganizm. Moscow, Mir-Media.

Sarianidi V.I. 2002. Marguş. Ancient Oriental Kingdom in the Old Delta of Murghab river. Ashgabat, Türkmendöwlethabarlary.

Sarianidi V.I. 2005. Gonur-Depe. City of Kings and Gods. Ashgabat, Miras.

Sarianidi V. I. 2007. Necropolis of Gonur. Athens, Kapon editions.

Sofaer J. 2006. « Gender, bioarchaeology and human ontogeny », in : R. Gowland & C. Knüsel (éd.), The Social Archaeology of Funerary Remains. Oxford, Oxbow Books : 155-167.

Sofaer J. 2013. « Bioarchaeological Approaches to the Gendered Body », in : D. Bolger (éd.), A Companion to Gender Prehistory. Hoboken, John Wiley & Sons : 226-243.

Schwartz G.M., Curvers H.H., Dunham S.S., Stuart B. & Weber J.A. 2006. « A Third-Millennium B.C. Elite Mortuary Complex at Umm El-Marra », American Journal of Archaeology, 110, 4 : 603-641.

Sorensen M.L.S. 2006. « Gender, things and material culture », in : S.M. Nelson (éd.), Handbook of Gender Archaeology. Berkeley, AltaMira Press : 105-135.

Vallat F. 1989. « Religion et civilisation élamites en Susiane », Dossiers Histoire et Archéologie, 138 : 46-49.

Zagarell A. 1986. « Trade, Women, Class, and Society in Ancient Western Asia », Current Anthropology, 27, 5 : 415-430.

Haut de page

Notes

1 Ces travaux se fondent sur les données de cinq nécropoles majeures de la civilisation de l'Oxus : Sapallitepe et Dzharkutan en Ouzbékistan, ainsi que Gonur Depe, Ulug Depe et Altyn Depe au Turkménistan. La datation des sépultures est comprise entre 2300 et 1500 avant J.-C. environ.

2 Les données des études anthropologiques anciennes en Asie centrale sont problématiques, dans la mesure où peu d'informations nous renseignent sur la méthode utilisée. Or, souvent, l'analyse ne portait que sur le crâne des individus sans tenir compte de l'examen des os coxaux, méthode qui ne présente que 66 % de fiabilité pour la détermination du sexe. De nombreuses remises en cause concernant les corpus anthropologiques anciens d’Eurasie ont été proposés. Un exemple des plus emblématiques, bien qu’encore irrésolu, est celui de l’« Homme d’Or » d’Issyk Kul, interprété comme un individu de sexe masculin et qui pourrait en fait s’avérer être une femme (Davis-Kimball 1997). Une certaine marge d'erreur est donc supposée dans les résultats des analyses basées sur des données anciennes.

3 La dualité conventionnelle des sexes et des genres est remise en cause par de nombreux chercheurs (cf. par exemple Claassen 1992 ; Gilchrist 1999 ; Sofaer 2006 ; 2013).

4 Bien que l’homogénéisation des tombes au cours de l’âge du Bronze final ne permette pas d’en être certain, il apparaît que la différence de genre pourrait s’atténuer ou se modifier au cours de la phase finale de la civilisation de l’Oxus, dans le cadre d’un changement des structures sociales (Luneau 2014b).

5 Ce qui peut être plus courant que supposé (Arnold & Wicker 2001 ; Anstett & Gélard 2012).

6 La divinité féminine est notamment représentée sur des sceaux, en association avec certains animaux et certains symboles.

7 L’autonomie des femmes dans la sphère administrative et économique a été relevée de nombreuses fois dans l’Orient ancien au cours de la protohistoire, notamment à Ur ou Ebla (Zagarell 1986 ; Durand 1987 ; Vallat 1989 ; Pollock 1991), puis à des périodes plus récentes (Gigoux, Gyselen 1989).

8 Des parallèles peuvent une fois de plus être notés avec les cultures moyen-orientales. Selon les textes anciens, les femmes ont pu avoir des positions officielles importantes, dans l’organisation des temples notamment (Asher-Grève 1985 ; Pollock 1991), parfois perçues comme supérieures à celles des hommes (Zagarell 1986).

9 Une interprétation semblable a été avancée pour expliquer la présence majoritaire de biens dans les tombes de femmes sur le site moyen-oriental d’Umm El-Marra, daté du 3ème millénaire avant J.-C. (Schwartz et al. 2006 : 631).

10 Les modifications des pratiques funéraires, corrélées à un ensemble de mutations sociales, pourraient également être liées à un changement de la différenciation des genres dans le cadre d’une transformation des élites et de l'organisation sociopolitique (Luneau 2014b).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte de l’Asie centrale et localisation de la civilisation de l’Oxus
Crédits © Daniel Dalet /d-maps.com
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 2
Légende Objets préférentiellement découverts dans les tombes féminines : 1. sceau en métal (d’après Winkelmann 2004 : 54 ; Amiet 2004 : 16, fig. 6) ; 2. statuette composite (d’après Miho Museum 2002 : 16, 4) ; 3. statuette anthropomorphe en argile (d’après Sarianidi 2007 : 69, fig. 46)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2989/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 3
Légende Objets préférentiellement découverts dans les tombes masculines : 1. Colonnettes en pierre (d’après Sarianidi 2005 : 267, fig. 122) ; 2. Disque en pierre (d’après Sarianidi 2002 : 254) ; 3. Bâtons en pierre (d’après Sarianidi 2005 : 227, fig. 88) ; 4. Pommeaux en pierre (d’après Sarianidi 2005 : 272, fig. 125) ; 5. Anneaux en plomb (d’après Sarianidi 2007 : 81, fig. 71) ; 6. Hache cérémonielle en métal (d’après Sarianidi 2005 : 281, fig. 134).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2989/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 4
Légende Scène de banquet ou de gynécée avec des personnages féminins (d’après Amiet 2004 : 17 fig. 7).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2989/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 5
Légende Scènes de labour et de banquet avec des personnages masculins, Musée Miho (d’après Francfort 2007 : 21, fig. 10) ;
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2989/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Luneau, « Les relations de genre en Asie centrale protohistorique : redéfinition et discussion », Les nouvelles de l'archéologie, 140 | 2015, 28-34.

Référence électronique

Élise Luneau, « Les relations de genre en Asie centrale protohistorique : redéfinition et discussion », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 140 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/2989 ; DOI : 10.4000/nda.2989

Haut de page

Auteur

Élise Luneau

Deutsches Archäologisches Institut – Eurasien Abteilung, Im Dol 2-6, D-14195 Berlin, elise.luneau@dainst.de
Umr Trajectoires, 21 allée de l'université, 92023 Nanterre Cedex, elise.luneau@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org