Navigation – Plan du site
Dossier: Genre et archéologie

La notion de genre ou comment problématiser l’archéologie funéraire

Chloé Belard
p. 23-27

Résumés

En archéologie funéraire, la notion de genre ne renvoie pas uniquement à l’étude de la différenciation sociale entre les hommes et les femmes matérialisée dans les sépultures. En effet, une base d’analyse fondée sur une opposition stricte hommes/femmes ne permet pas nécessairement de rendre compte de la réalité de l’ensemble des vestiges sépulcraux. Et surtout, cette notion permet de développer plusieurs variables sociales d’études, dont l’attribution de genre et l’âge social des défunts. Mais il s’agit également de mettre en place des variables d’études reposant sur des critères véritablement archéologiques, tels que la catégorie hiérarchique des défunts par exemple, afin d’étudier la variabilité de la représentation matérielle de leurs identités sociales dans les tombes. De nouvelles perspectives de recherches s’ouvrent donc lorsque les études en archéologie funéraire s’appuient sur la prise en compte problématisée de la notion de genre.

Haut de page

Texte intégral

1En archéologie funéraire, la notion de genre s’intéresse à la manière dont les défunts ont été classés selon la reconnaissance sociale des différents aspects de leur identité, au moyen de la culture matérielle (Sofaer, Sørensen 2013 : 527-528). Il s’agit de voir comment cette identité sociale a été perçue et matérialisée dans le contexte funéraire pour chaque individu, afin de pouvoir les comparer à partir de variables sociales.

2La notion de genre permet donc de rompre avec l’approche traditionnelle des vestiges funéraires qui considère comme acquise la définition du sexe des défunts à partir de certains objets disposés dans leurs tombes, selon deux catégories : les tombes « masculines » à armement et les tombes « féminines » à éléments de parure. Or, cette catégorisation duale ne reflète pas la réalité archéologique des vestiges funéraires, ni même, en fait, celle de l’iconographie (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Femme armée (avec une épée et des éperons ?) représentée sur le fond du chaudron de Gundestrup

3© CCBY-SA 3.0 Licence ; Lieu de conservation : Musée national du Danemark, Copenhague

Le genre : une notion qui remet en cause l’opposition hommes/femmes dans les vestiges funéraires

4Afin d’étudier la catégorisation sociale d’une population funéraire et la construction du genre dans les ensembles sépulcraux, la prise en compte de la « chaîne opératoire funéraire » (Valentin et al. 2014) peut être un point de départ intéressant pour déterminer, dans un premier temps, les événements funéraires impliquant une distinction sociale entre les hommes et les femmes, première dimension de la notion de genre (Bereni et al. 2008 : 5-7). Cependant, les funérailles incluent aussi les rituels et les cérémonies, par exemple, et ne peuvent pas être appréhendées dans leur ensemble par l’archéologie. Celle-ci est seulement à même de déterminer les moments d’intervention sur le corps du défunt et autour de lui (construction de la tombe, mise en place des vases à l’intérieur, etc.).

5Le corpus utilisé pour cette étude s’appuie sur un ensemble de 30 nécropoles de l’âge du Fer champenois, regroupant 1733 défunts dont 29 % ont été sexés anthropologiquement. Sept étapes principales du processus funéraire ont pu être identifiées (fig. 2, en majuscule). Elles comportent chacune différents événements qui ont laissé des traces matérielles sur le corps du défunt et son environnement sépulcral et ont pu constituer une occasion, pour les vivants, de différencier matériellement les hommes et les femmes (Arnold 2007).

6Mais en réalité, cette différenciation se limite à quatre événements funéraires spécifiques (fig. 2, rectangles grisés), intervenant uniquement lors des deux étapes précises de la préparation du corps et de l’introduction du mobilier dans la tombe. Les événements funéraires que cette distinction sociale concerne sont donc seulement ceux pendant lesquels les vivants ont été en contact direct ou rapproché avec le corps du défunt. Ils ont impliqué l’usage de certains objets renvoyant à la représentation matérielle de ce que ce défunt était pour eux. En fait, même l’étape de la mise en place du corps dans la tombe n’a pas été impactée par la distinction sociale hommes/femmes, alors qu’elle aurait pu être fondamentale. Ce constat peut être fait à partir de la fin du Néolithique et durant l’âge du Bronze dans plusieurs zones européennes, où les vivants ont créé deux catégories de genre parmi la population funéraire, en installant leurs morts soit en décubitus latéral droit, soit en décubitus latéral gauche, en fonction de la reconnaissance de leur sexe anatomique (Sofaer, Sørensen 2013 : 534).

Fig. 2

Fig. 2

Chaîne opératoire des événements funéraires déterminables à partir des vestiges conservés des nécropoles de l’âge du Fer en Champagne.

7Le moment de l’habillement du défunt est donc le premier où une distinction sociale entre les hommes et les femmes a pu être matérialisée. Il en existe quelques indices dans la nécropole de Bucy-le-Long, où des effets de « chausse », « botte » et « chausse-botte » ont été mis en évidence (Desenne et al. 2010 : 166-170). Ainsi, des chaussures à semelle souple seraient associées surtout à des femmes, alors que celles à semelle rigide seraient principalement portées par les hommes. Toutefois, le port de telles chaussures n’ayant pu être démontré que pour un nombre de défunts relativement faible (82), il est impossible de statuer sur une distinction matérielle exclusive entre les défunts des deux sexes.

8Les trois autres événements funéraires au cours desquels ont été concrétisées des différences sociales entre les hommes et les femmes impliquent l’utilisation de certains objets. Il s’agit d’abord de la mise en place sur le défunt, au moment de son habillement, d’éléments de parure et d’accessoires vestimentaires. L’installation de l’armement et de nouveaux éléments de parure et accessoires, parfois découverts en position non fonctionnelle, sont les deux autres événements pendant lesquels la distinction entre les hommes et les femmes a été matérialisée. Par conséquent, les vivants ont utilisé ces seules catégories d’objets  armement, éléments de parure et, dans certains cas, accessoires vestimentaires  pour caractériser les différences de genre (Sørensen 2007 : 48) à des moments spécifiques de la chaîne opératoire funéraire. Aussi, plutôt que l’identité du genre des défunts, c’est véritablement « l’attribution de genre » (Arnold 2001 : 242), choisie pour eux par les vivants qui ont procédé à leur préparation et à la mise en terre des biens qui les accompagnent, qui est perceptible en archéologie funéraire.

Une vision archéologique tronquée des catégories de genre

9De fait, la prise en compte de toute la population inhumée et de tous les ensembles sépulcraux d’un corpus donné est primordiale dans les analyses de genre en archéologie funéraire. C’est en effet la seule façon de mesurer véritablement, dans un premier temps, l’impact de la distinction sociale hommes/femmes sur les pratiques et l’idéologie funéraires de chaque contexte chronologique et géographique. En ce qui concerne celui des nécropoles champenoises de l’âge du Fer, cet impact apparaît limité au regard de l’ensemble des pratiques et des gestes ayant entouré le défunt durant les funérailles et ayant pu être identifiés de nos jours. Mais, surtout, les objets sélectionnés pour créer et matérialiser cette distinction de genre n’ont été déposés qu’auprès de certains hommes et de certaines femmes. Par exemple, 59 % seulement des femmes du corpus sur lequel s’appuie cette étude ont été dotés d’éléments de parure et 8 % des hommes en ont été tout de même pourvus. Le pourcentage concernant les armes fonctionnelles est encore plus faible puisque, bien qu’elles ne soient jamais déposées auprès des femmes et des enfants, on ne les trouve que dans 28 % de tombes masculines. C’est pourquoi ces objets, ayant effectivement servi à construire les différences de genre dans le contexte funéraire, n’ont pas été enterrés auprès des défunts en fonction de cette seule attribution. Ce ne sont que des critères « indicatifs » du genre sexuellement connoté des défunts (Belard à paraître a).

10À partir de là, se pose la question de l’emploi traditionnel de l’expression « marqueurs sexuels » pour qualifier ce type d’objets. Elle est déjà inadéquate en soi, puisqu’elle établit une corrélation directe entre une variable anthropologique et la nature des objets déposés dans une tombe. Or, identifier directement le « sexe » d’un défunt à partir du mobilier enterré avec lui revient en fait à rendre « naturel [cet] artefact social qu’est un homme viril ou une femme féminine » (Bourdieu 1998, p. 40).

11De plus, l’expression « marqueurs sexuels » focalise l’attention sur la distinction archéologique entre les hommes et les femmes, quand celle-ci peut n’être qu’une variable sociale secondaire dans les pratiques funéraires, comme c’est visiblement le cas en Champagne durant l’âge du Fer. En faire usage empêche donc de s’intéresser à d’autres variables sociales qui doivent être nécessairement prises en compte pour comprendre l’attribution de certaines catégories d’objets à quelques femmes et à quelques hommes.

12Dès lors, il faut admettre que l’étude de la représentation funéraire des catégories de genre est limitée en archéologie. C’est bien évidemment le cas de « l’identité féminine » (Belard à paraître b), mais également de « l’identité masculine », les seuls critères mobiliers indicatifs du genre masculin étant les éléments d’armement fonctionnels déposés auprès d’un nombre très réduit d’hommes adultes. Dans les nécropoles de l’âge du Fer champenois, les sépultures des hommes âgés et très âgés n’en contiennent pas. La représentation de l’identité de genre masculine ne peut donc être appréhendée archéologiquement que pour certains hommes adultes, jeunes à matures. Ainsi, le processus social qui a amené les vivants à assigner des catégories d’objets, indicatives du genre ne peut être étudié que pour un nombre restreint de défunts.

13Cela ne signifie pas que l’idéologie du genre n’avait pas un impact important notamment durant les funérailles. S. E. Hollimon rapporte par exemple que, chez les Chumash du Sud de la Californie, le genre n’influençait pas de manière fondamentale le traitement des défunts ni la mise en place des ensembles sépulcraux. Cependant, il était représenté et « joué » de manière symbolique lors des cérémonies funéraires à travers des personnages réels – le personnel religieux –, et des personnages fictifs, comme les divinités (Hollimon 2001).

14De telles données étant inconnues pour les sociétés de l’âge du Fer, il faut s’en tenir à l’image sociale qui transparaît à travers le matériel conservé. Cette image, pour les nécropoles champenoises, est celle d’un espace funéraire aux pratiques extrêmement normées, dont certains défunts ont pu être exclus à titre individuel.

15Durant la chaîne opératoire funéraire, cette exclusion (rectangles à bordure pointillée, fig. 2) est intervenue d’abord au moment de l’aménagement de la tombe. Alors que les fosses sépulcrales des hommes et des femmes sont de dimensions voisines, un nombre très restreint de défunts  31 hommes, 26 femmes et 5 immatures  ont bénéficié de sépultures plus élaborées, avec banquettes de terre internes ou structures externes sur poteaux porteurs, sans oublier, pour cette région, les hommes et femmes enterrés dans des tombes à char. La deuxième étape de distinction volontaire de certains au cours du processus funéraire a été celle de la mise en place du corps dans la tombe. En effet, sur 98 % des défunts du corpus inhumés, 96 % ont été disposés en décubitus dorsal. Ceux qui n’ont pas été enterrés de cette manière peuvent être des femmes, des hommes ou des enfants. Le choix de l’orientation des corps est lui aussi particulièrement normé, 6 % seulement des corps ayant été orientés la tête vers le Nord-Est ou le Sud-Est.

16La catégorisation sociale de la population funéraire n’a donc pas été menée de la même façon à toutes les étapes des funérailles. Si l’aménagement de la tombe et la mise en place du corps dans la sépulture ont permis l’individualisation de quelques hommes et de quelques femmes, l’étape de l’accès aux nécropoles semble avoir été, en fait, décisive pour la catégorisation collective de la population funéraire (fig. 2). En Champagne, L. Bonnabel précise que les nécropoles ne constituent qu’une des quatre formes identifiées d’ensembles funéraires, à côté des « inhumations en structure réutilisée, voire détournée », des « petits groupes de tombes » et des « tombes isolées » (Bonnabel et al. 2009 : 47). Tous les défunts n’avaient donc pas accès à une nécropole, bien que le nombre des exclus ait probablement varié et soit impossible à déterminer. Dans ce corpus, la sous-représentation des immatures  âgés au de 0 à 15 ans  est aussi manifeste (un peu moins de 13 %) par rapport au taux de mortalité estimé pour les populations pré-jennériennes. Si cela tient surtout à la plus grande fragilité de leurs ossements, particulièrement ceux des très jeunes enfants (Bello et al. 2002), le biais constaté est tel qu’il faudrait également envisager pour eux des modalités de recrutement spécifiques dans les nécropoles. Enfin, on ne peut exclure la possibilité, dans certains cas, d’un traitement corporel particulier qui aurait entraîné la disparition totale des ossements.

17Par conséquent, la distinction entre les hommes et les femmes, matérialisée dans les ensembles funéraires, n’est qu’une des variables sociales ayant été utilisée par les populations de l’âge du Fer champenois pour catégoriser leurs morts. Même si cela n’était pas forcément le cas de leur vivant, l’idéologie funéraire n’a pas conduit à la construction de deux identités de genre opposées à travers la culture matérielle. La perception des catégories de genre est véritablement tronquée en archéologie funéraire.

Nouveaux axes de recherches suscités par les études de genre

18L’un des enjeux de l’archéologie du genre est donc de ne plus seulement utiliser les catégories d’analyse anthropologiques (« l’homme » ou « la femme ») comme variables d’études. En effet, les études de genre, dans les autres domaines des sciences sociales, prennent nécessairement en compte plusieurs critères dans leurs analyses. En histoire antique du genre, par exemple, l’identité masculine n’est pas étudiée ni considérée de la même manière pour le groupe des « hommes esclaves » ou pour celui des « hommes citoyens ».

19La « masculinité » et la « féminité » sont avant tout des concepts aux dimensions relationnelles multiples (Gilchrist 1999 : 8), chaque groupe humain les caractérisant différemment selon les valeurs sociales qu’il leur attribue. Ils ne vont pas de soi. En archéologie funéraire, il serait donc utile de réserver l’emploi des adjectifs « masculin » et « féminin » à la qualification du sexe anatomique des défunts. C’est, en effet, à cette condition qu’il sera possible d’apprécier toute la variabilité de la représentation funéraire des identités féminines et masculines.

20C’est pourquoi la notion de genre en archéologie funéraire ne doit pas se limiter à l’étude de la distinction matérielle entre les sépultures des hommes et celle des femmes, mais, au contraire, permettre de développer d’autres axes et perspectives d’études, car « pour "penser le genre", il est nécessaire de rompre avec les perspectives qui définissent la bipartition sexuée comme une nécessité sociale universelle. » (Le Feuvre 2003 : 49).

21L’objectif est de prendre en compte la totalité des défunts et des vestiges qui leur sont associés pour étudier la manière dont les sociétés ont catégorisé leur population funéraire. Pour cela, il faut d’abord considérer l’interaction entre le sexe anatomique et l’âge chronologique des défunts, afin de pouvoir appréhender les différentes variables sociales construites à partir de ces deux critères anthropologiques.Ces variables sociales peuvent différer énormément d’une société à l’autre, bien qu’elles aient été produites à partir de caractéristiques universelles du corps (homme/femmes) (Sørensen 2004 : 328).

22Les études archéologiques de genre peuvent prendre en compte trois types d’âge différents (Sofaer Deverenski 1997 : 487 ; Lucy 2005 : 55). Le premier est l’âge chronologique ou l’âge du défunt au moment de son décès. Le deuxième est l’âge social ou sociologique, relatif aux normes et aux attitudes considérées comme socialement appropriées à chaque étape de la vie. Par exemple, quelqu’un peut avoir l’âge social de se marier, alors qu’il n’est pas physiquement mature. Le troisième est l’âge physiologique qui fait référence au processus physique liant l’âge chronologique à d’autres facteurs environnementaux et sociaux, comme les conditions de vie. Par exemple, des conditions de travail éprouvantes peuvent provoquer des signes de vieillissement précoce sans rapport avec l’âge chronologique.

23Afin de dépasser l’utilisation des variables de l’âge chronologique et du sexe anatomique comme unités d’analyse, il faut les appréhender du point de vue archéologique en tant que processus –engendering en anglais. Ce terme fait référence à l’apprentissage du comportement socialement approprié pour les hommes et les femmes tout au long de leur vie. La symbolisation matérielle de l’identité de genre des individus évolue aussi en fonction de leur âge (Sofaer Derevenski 1997 : 485-487 ; Sofaer, Sørensen 2013 p. 532).

24En archéologie funéraire, les objets et les ensembles mobiliers pouvant marquer des étapes particulières dans la vie des individus doivent être recherchés avec attention. En Champagne, c’est visiblement le cas de certains assemblages et objets de parure comme, par exemple, les brassards d’armilles durant la phase du Hallstatt D2/3 (fig. 3). En contexte funéraire, ce type de parure n’est en effet porté que par des adultes ou des « individus jeunes ». Mais le docteur L. Mougin, dès 1877, a indiqué que le diamètre interne des armilles, compris généralement entre 5 et 5,7 cm, était « trop étroit pour laisser passer des mains d’adultes ». Ces brassards d’armilles avaient donc dû « être placés comme ornement sur des bras encore jeunes qui avaient grandi et ne permettaient plus de retirer le bijou. » (Mougin 1877 : 253-254). Si cette mesure est exacte, ils auraient été disposés non sur les avant-bras d’enfants, puisqu’aucun immature n’en portait dans les nécropoles concernées, mais à partir d’un âge précis notifié par les fouilleurs par l’expression « individu jeune ». Dans l’état actuel des données, il n’est pas possible de préciser l’âge chronologique correspondant, mais cette expression semble faire référence à de grands enfants ou à des adolescents. Le port des brassards d’armilles aurait donc signifié la reconnaissance sociale des défunts en tant qu’individus matures.

Fig. 3

Fig. 3

Brassard d’armilles de la nécropole de Chamouilley (Haute-Marne) (d’après Lepage 1985, fig. 61).

25De même, les instruments de toilette, les outils ou les ustensiles, les éléments d’armement fonctionnels n’ont jamais été découverts auprès d’immatures. Dans le corpus étudié, quatre immatures ont été inhumés avec des ceintures à éléments métalliques. Dans le premier cas, l’agrafe de ceinture a été retrouvée en position non fonctionnelle. Dans le deuxième, la tombe était bouleversée. Le troisième individu, âgé entre 12 et 18 ans à sa mort, ne peut donc pas être considéré comme tout à fait « immature ». Le quatrième a été doté d’une ceinture entièrement métallique, mais, d’après le relevé de la sépulture (Millet 2008, fig. 39), elle semble avoir été simplement déposée sur son bassin dans une position fonctionnelle « suggérée ». Ces cinq types d’objets ont donc pu servir à catégoriser socialement des défunts reconnus d’abord comme « adultes » par leur communauté.

26Le deuxième point important pour l’archéologie du genre est d’étudier la représentation funéraire des classes sociales des hommes et des femmes. En effet, les vivants n’ont pas catégorisé leurs défunts uniquement selon la reconnaissance de leurs caractéristiques morphologiques. Leurs corps et leurs ensembles sépulcraux ont été des supports importants pour signifier la catégorie sociale à laquelle ils appartenaient, qui a été recréée et transposée dans le contexte funéraire.

27De plus, quand tous les ensembles funéraires des nécropoles de l’âge du Fer de Champagne sont pris en compte, il apparaît que près de 60 % des défunts ont été inhumés sans objet (conservé) symbolisant leur attribution de genre. Alors qu’ils sont traditionnellement considérés comme « indéterminés », adopter un point de vue hiérarchique permet de les intégrer dans les études. Pour les vestiges funéraires de Champagne, la représentation graphique semi-logarithmique, un nouvel outil d’analyse, a pu être développé à partir des paramètres quantitatifs des ensembles mobiliers : nombres et catégories d’objets (Belard 2015a). Bien entendu, le but n’était pas d’évaluer la « richesse » des défunts mais de déterminer quels types d’objets sont, ou non, associés aux ensembles mobiliers les mieux dotés quantitativement, avant de caractériser plusieurs niveaux hiérarchiques pour tous les types d’objets d’une même phase chronologique. Ainsi, même si la méthode comporte encore des limites, elle permet de comparer les défunts d’un point de vue hiérarchique, fondamental pour comprendre la catégorisation sociale des hommes et des femmes des nécropoles champenoises de l’âge du Fer.

Conclusion

28L’intérêt de la notion de genre en archéologie funéraire dépend de la manière dont nos études l’appliquent pour questionner les vestiges. Il ne s’agit donc pas seulement d’analyser la distinction sociale entre les hommes et les femmes, matérialisée dans les ensembles sépulcraux. Celle-ci ne concerne en effet que certains hommes et certaines femmes des nécropoles, en tout cas, en Champagne à l’âge du Fer, et s’en tenir à ce seul axe d’étude aboutit à une vision archéologique tronquée de la représentation funéraire des deux genres sexuellement connotés.

29L’objectif est de créer des catégories et une méthode d’analyse archéologiques qui s’appuient sur de véritables variables sociales. Elles peuvent être fondées sur l’attribution de genre et l’âge social des défunts, ou aussi être créées uniquement à partir de données archéologiques, comme la catégorie hiérarchique funéraire, afin de prendre en compte l’ensemble des défunts d’un contexte donné. C’est cela que met en lumière l’aspect de l’intersectionnalité (Bereni et al. 2008 : 7) inhérente à la notion de genre. Cette notion engage donc véritablement la problématisation des vestiges funéraires, mais pas seulement. Son utilisation doit être elle-même problématisée pour questionner notre propre approche des ensembles sépulcraux.

Haut de page

Bibliographie

Arnold, B. 2001. « "Sein und Werden" : Gender as process in mortuary ritual », in : S.M. Nelson (éd), In the pursuit of gender. Walnut Creek, AltaMira : 239-256.

Arnold, B. 2007. « Gender and archaeological mortuary analysis », in : S.M. Nelson (éd), Women in Antiquity. Theorical approaches to gender and archéology. Walnut Creek, AltaMira : 107-140.

Belard, C. à paraître a. « L’intérêt de la notion de genre comme méthode d’analyse en archéologie funéraire », in : D. Castex, I. Cartron (éds), Nouvelles approches de l’archéologie funéraire. Bordeaux, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine.

Belard, C. à paraître b. « La représentation funéraire des femmes en Champagne à l’âge du Fer », Antiquités Nationales.

Bello, S. et al. 2002. « Les processus de conservation différentielle du squelette des individus immatures. Implications sur les reconstitutions paléodémographiques », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 14 : 245-262.

Bereni, L. et al. 2008. Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre. Bruxelles, De Boeck, 247p.

Bonnabel, L. et al. 2009 . « Implantation et organisation des espaces funéraires à La Tène ancienne et au début de La Tène moyenne en Champagne à partir des fouilles récentes », in : E. Pinard, S. Desenne (dir), Les gestuelles funéraires au second âge du Fer. Senlis, Société archéologique de Picardie : 47-59.

Bourdieu, P. 1998. La domination masculine. Paris, Seuil, 168 p.

Desenne, S. et al. 2010. Bucy-le-Long (Aisne) : une nécropole de La Tène ancienne (Ve-IVe siècle avant notre ère). Amiens, Revue archéologique de Picardie, 717 p.

Gilchrist, R. 1999. Gender and archaeology. Contesting the past. Londres, Routledge, 190 p.

Hollimon, S. E. 2001. « Death, Gender, and the Chumash Peoples : Mourning Ceremonialism as an Integrative Mechanism », Archaeological Papers of the American Anthropological Association, 10 : 41-55.

Le Feuvre, N. 2003. « Le "genre" comme outil d’analyse sociologique », in : D. Fougeyrollas-Schwebel et al. (dir.), Le genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature. Paris : L’Harmattan : 39-52.

Lepage, L. 1985. Les âges du Fer dans les bassins supérieurs de la Meuse et de l’Aube et le tumulus de la Mottote à Nijon (Haute-Marne). Reims, Société archéologique champenoise, 276 p.

Lucy, S. 2005. « The archaeology of age », in : M. Díaz-Andreu et al. (éds), The Archaeology of identity : approaches to gender, age, status, ethnicity and religion. London, Routledge : 43-66.

Millet, E. 2008. « La nécropole du second âge du Fer de Saint-Benoît-sur-Seine, « La Perrière » (Aube) : étude synthétique », Revue archéologique de l’Est, 57 : 75-184.

Mougin, L. 1877. « Fouilles du cimetière gaulois de Charvais, territoire d’Heiltz-l’Evêque (premier âge de pierre) », Société des sciences et arts de Vitry-le-François, 8 : 245-268.

Sofaer Deverenski, J. 1997. « Linking Age and Gender as Social Variables », Ethnographisch-Archäologische Zeitschrift, 38 : 485-93.

Sofaer, J., Sørensen, M. L. S. 2013. « Death and Gender », in : S. Tarlow, L. Nilsson Stutz (éds), The Oxford Handbook of the Archaeology of Death and Burial. Oxford, Oxford University Press : 527-541.

Sørensen, M. L. S. 2004. « The interconnection of age and gender : a Bronze Age perspective », Ethnographisch-Archäologische Zeitschrift, 45 : 327-338.

Sørensen, M. L. S. 2007. « On gender negotiation and its materiality », in : S. Hamilton, R. D. Whitehouse, K. I. Wright (éds), Archaeology and Women. Ancient & Modern Issues. Walnut Creek, Left Coast Press : 41-51.

Valentin, F. et al. 2014 (dir), La chaîne opératoire funéraire : ethnologie et archéologie de la mort. Paris : Editions de Boccard, 47 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Femme armée (avec une épée et des éperons ?) représentée sur le fond du chaudron de Gundestrup
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 2
Légende Chaîne opératoire des événements funéraires déterminables à partir des vestiges conservés des nécropoles de l’âge du Fer en Champagne.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 3
Légende Brassard d’armilles de la nécropole de Chamouilley (Haute-Marne) (d’après Lepage 1985, fig. 61).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Belard, « La notion de genre ou comment problématiser l’archéologie funéraire », Les nouvelles de l'archéologie, 140 | 2015, 23-27.

Référence électronique

Chloé Belard, « La notion de genre ou comment problématiser l’archéologie funéraire », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 140 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/2983 ; DOI : 10.4000/nda.2983

Haut de page

Auteur

Chloé Belard

Post-doctorante – École normale supérieure, Umr 8546 Aoroc (Cnrs-Ens, Ephe)
chloe.belard@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org